Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

Introduction

Entrée en matière
Anne Monjaret
p. 9-19

Texte intégral

  • 1 Dans son fameux roman Les choses, daté de 1965, Georges Perec pose un regard critique sur le matéri (...)

1Nous ne sommes plus dans les années 1960 de Georges Perec1, où le bonheur consumériste apparaissait comme une composante de la modernité (Baudrillard, 1993), même s’il reste que la consommation de masse a structuré en profondeur nos modes de vie, nos manières de faire et d’être. Depuis, les crises sont aussi passées par là, nos sociétés occidentales contemporaines oscillent entre la tentation toujours plus prononcée de fabriquer des choses à durée de vie limitée et la tentation de les faire au contraire durer. Elles balancent entre une obsolescence programmée et une perpétuation assumée, voire une patrimonialisation marquée. Elles hésitent entre une surconsommation dépensière et gaspilleuse, un développement durable raisonné ou intégré et un devoir de mémoire. Elles doivent faire avec ces paradoxes (sinon ces tensions).

2Dans ce contexte où les objets apparaissent plus que jamais au cœur des préoccupations sociétales, il n’est pas étonnant que les sciences humaines et sociales se soient emparées du sujet. Des sociologues (Garabuau-Moussaoui et Desjeux, 2000 ; Kaufmann, 1997), des historiens (Roche, 1997 ; Vimont, 2010 ; Diaz, 2012), des géographes (Bruslé et Morelle, 2014), des philosophes (Dagognet, 1989, 1997 ; Beaune, 1999 ; Enthoven, 2013), des littéraires (Guilbert, 2014), des marketeurs également (Guillard, 2013) scrutent les objets comme les déchets sous toutes leurs coutures.

3Les ethnologues, toujours soucieux de la culture matérielle, ne sont pas en reste. Il suffit pour s’en convaincre de s’attarder sur quelques-unes de leurs parutions : en 1996, la revue Ethnologie française consacre un dossier à la culture matérielle et la modernité (Segalen et Bromberger, 1996), un autre suit en 1998 sur les cadeaux (Chevalier et Monjaret, 2001). Cette même année, Daniel Miller publie son fameux ouvrage Material Cultures: Why some Things Matter (Miller, 1998). Marie-Pierre Julien et Cécile Rosselin sortent, en 2005, La culture matérielle (Julien et Rosselin, 2005) et en 2009, Le sujet contre les objets… tout contre (Julien et Rosselin, 2009). Récemment, les thématiques de l’affection, de l’attachement et de l’irremplaçable (Dassié, 2010 ; Revolon, Lemonnier et Bailly, 2012 ; Bonnot, 2014) ou encore du genre (Anstett et Gélard, 2012) ont retenu leur attention.

4Mais, c’est certainement celle liée à la vie des choses qui a été le plus largement développée. Que l’on parle de « biographie » (Kopytoff, 1986), de « carrière » (Bromberger et Chevallier, 1999) ou de « vie sociale » (Appadurai, 1986 ; Bonnot, 2002), il s’est agi de suivre les objets sur le temps long de leur existence.

5Au regard de ces travaux, il nous semble que trop rares sont les auteurs à s’être consacré pleinement à un moment de la métamorphose des objets ayant cours durant leur trajectoire de vie. Souhaitant renouveler les questionnements déjà existants sur la culture matérielle, ce numéro de la revue Socio-anthropologie propose donc de se pencher sur le « retournement des choses ».

Penser le retournement des choses

  • 2 Deleuze G. (1969), La logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, p. 9.

6Penser ce retournement des choses suppose de nous pencher sur un instant T, sur ce moment particulier qui marque un passage, d’un lieu à l’autre, d’un état à l’autre, d’un statut à l’autre, d’une vie à l’autre, lors d’une même existence. Si au cours de cette existence et jusqu’à leur disparition ultime, les choses rencontrent des phases de vie différentes, multiples et variées, nous choisissons de n’en cerner qu’une, significative. L’analyse s’inscrit d’emblée dans une perspective analytique plus synchronique que diachronique. Le « retournement » suppose un « changement radical », une « rupture biographique », un « revirement », une « conversion », un « retour », etc. Cependant, c’est moins le résultat que l’expérience de cette transformation (et en écho celle de l’impossible retournement) qui nous intéresse. Étudier ce processus – partiel ou total – consiste à étudier précisément l’épisode de l’arbitrage, les circonstances de la modification matérielle et donc physique des choses, et/ou les modalités de leur requalification et de leur réappropriation. L’idée est de saisir une dynamique plus qu’un état, d’observer le devenir des choses en suivant la proposition qu’en fait Gilles Deleuze : « En tant qu’il esquive le présent, le devenir ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après, du passé et du futur. Il appartient à l’essence du devenir d’aller, de tirer dans les deux sens à la fois […]2 ».

7L’analyse de cette dynamique aurait pu nous conduire à étudier le passage des choses ordinaires en « objet-de-musée » ou encore leur patrimonialisation, mais plusieurs auteurs se sont déjà prêtés à l’exercice (entre autres Bonnot, 2002 ; Julien et Rosselin, 2005 ; Lenclud, 2007 ; Pizzorni, 2012). Elle aurait pu nous conduire également à parler du changement de statut de l’objet en œuvre d’art, du non-art à l’art ou encore à leur artification mais, là encore, la réflexion n’est pas nouvelle (entre autres Mourey, 1999 ; Lenclud, 2007 ; Demoule, 2012 ; Heinich et Shapiro, 2012). Nous préférons mettre l’accent sur d’autres modalités du retournement, d’autres situations parfois plus ordinaires, parfois plus extraordinaires, à travers l’analyse de cas historiques et contemporains, et renouveler ainsi la réflexion pluridisciplinaire tout en continuant à dénouer la complexité du processus.

« Le parti pris des choses » ou la matérialité du monde

8Avant d’aller plus avant dans la compréhension de ce processus, plusieurs questions se posent : quelles sont ces choses qui subissent ou provoquent un retournement ? Qu’entendons-nous par « chose » ? Selon Alain Rey, elle s’inscrit dans une « réalité matérielle non vivante », s’opposant à la « personne » (Rey, 1992). Si ce terme nous intéresse, c’est qu’il porte en lui une certaine indétermination, une forme d’abstraction, qu’il laisse un ensemble de possibles analytiques. La chose qualifie « toute entité abstraite », elle est « ce que l’on ne peut ou ne veut pas nommer » : un « bidule », un « machin », un « truc », une « bricole », etc. Elle est un « objet concret indéterminé » (Le Robert, 1996). La chose contient l’objet. Ainsi, le terme « chose » n’exclut pas la pensée autour de l’« objet », bien au contraire, il l’intègre et l’ouvre en même temps. L’objet peut être chose et la chose peut être objet.

9Ici, nous n’interrogerons pas cette relation, comme ont pu le faire Jean Bazin et Alban Bensa (1994) mais plutôt la variété de possibles que recouvre la chose. Les contributions de ce numéro nous apportent un bel échantillon : animaux naturalisés, autels, bibelots, bouteilles, cartes à jouer, cartons, crocodiles, cruches, fripes, meubles, moteurs, mugs, papiers, poupées votives, restes humains, vêtements, la liste pourrait encore être allongée à la manière d’un inventaire à la Prévert. Toutes ces choses nous renvoient à la matérialité du monde, à celle qu’a si bien sue saisir Francis Ponge dans son recueil de poèmes en prose, Le parti pris des choses, paru en 1942. C’est avec justesse que l’auteur restitue la beauté des choses ordinaires – par exemple un cageot, une porte, une cigarette ou encore une orange, une crevette –, leur redonne vie. On comprend que les choses ne s’opposent pas à la nature, qu’elles appartiennent à l’environnement humain, qu’elles sont, pour certaines, fruit de l’action des Hommes et en prendraient même parfois les caractéristiques. Le regard que porte Francis Ponge sur ces choses change notre propre regard sur elles.

Une histoire de regards…

10Le regard – le voir comme l’interpréter – est l’une des composantes centrales du retournement des choses. Il implique de prendre au sérieux la place de la dimension sensorielle dans ce processus.

11Le premier regard, celui du découvreur – archéologue, égoutier ou tout un chacun – participe voire déclenche le processus de retournement. Laurent Olivier montre que pour l’archéologue, retourner la terre pour en extraire un objet conduit déjà à retourner son sens. Le retournement apparaît dans le fait même de sortir la chose de terre, de la « ramener parmi nous ». À partir de cet acte et des observations du travail du temps sur la matière, une reconnaissance progressive du vestige s’effectue.

12Voir revient donc à reconnaître, à apprécier et par là à donner une valeur. Le regard expert (ou savoir expert) vient parfois perturber le regard commun (Bessy et Chateauraynaud, 2010), vient remettre en question des connaissances acquises, comme l’a observé Thierry Bonnot sur son terrain consacré au dépotoir d’une usine de céramique fermée en 1957 dans la région du Creusot. Accéder aux productions et en renouveler l’interprétation historique vient parfois troubler le connu et la mémoire des gens, faire tomber certaines illusions, en changeant la valeur des choses. Le retournement des choses œuvre à celui de leurs connaissances. Le « regardeur » transforme donc ce qu’il regarde. Ce principe invite Marie-France Dubromel à prendre pour son compte la formule de Marcel Duchamp : « C’est le regardeur qui fait le tableau. »

13Voir revient donc encore à narrer, à qualifier ou requalifier les choses. C’est par la rhétorique que passe leur changement de statut. Agnès Jeanjean, qui a exploré le monde des égoutiers, explique que les objets ou animaux trouvés dans les égouts prennent corps par les mots. Les histoires parfois fantastiques (sinon fantaisistes) brodées autour de ces trouvailles semblent effacer la souillure qu’elles portent et donner aux choses extraites des eaux sales une autre valeur. L’imagination s’imbrique dans la réalité. Julien Bondaz nous en offre un bel exemple avec le perroquet de Flaubert. L’écrivain fait d’un perroquet empaillé sa muse et dans un jeu de mise en abyme et d’intrication, ils deviennent tous deux, objet de musée et objet de roman. La narration opère un retournement de situation et des choses, et ses auteurs en sont conscients. Sandra Revolon, Pierre Lemonnier et Maxence Bailly posent d’ailleurs l’intéressante question de l’intentionnalité comme effet nécessaire à la transformation et à la légitimité du nouveau sens (Revolon, Lemonnier et Bailly, 2012), et en ce qui nous concerne du nouveau sens de la chose. C’est ainsi que Marie-France Dubromel n’oublie pas qu’une installation artistique comme elle la pratique est une mise en scène narrative, et dans son cas, le fil – au propre et au figuré – de l’écriture prend forme dans la matière – le tissu. La narration suppose donc bien une intention.

14Le retournement de la chose passe certes par un travail physique, plus convenu – on pense au bricolage décrit par Véronique Moulinié ou plus inattendu aux écritures sur des cartes à jouer étudiées par Claire Bustarret –, et/ou par un travail mental sur la matière. Selon Gérard Lenclud, ce sont les actions et/ou la pensée de l’Homme sur une chose qui la constitue en « artefact » (Lenclud, 2007).

Le lieu comme confirmation du changement

15Les lieux sont de bons indices du traitement des choses et de la valeur qui leur est attribuée. On a déjà vu ce qui se passait sur les chantiers de fouilles ou encore dans les égouts, et mesuré ainsi les effets des découvertes sur ces lieux. D’autres lieux, plus communs, sont également propices aux découvertes. La rue fait le bonheur du chiffonnier décrit par Manuel Charpy ou du glaneur – de la glaneuse ; les vide-greniers ravissent le chineur – la chineuse ; l’usine (ou la manufacture) enchante l’ouvrier – l’ouvrière – à la recherche de chutes. Nous ne parlons pas des décharges, des friperies, des brocantes, etc. De même, une armoire peut également recéler des trésors de famille ; abandonnés, oubliés un temps, ils reprennent ou non du sens pour leur propriétaire. C’est à partir de là (espace-temps) que peut commencer la transformation de l’objet trouvé.

16Le passage d’un lieu à un autre est aussi une manière de provoquer, d’accompagner, voire de confirmer le changement de statut des choses. Il arrive qu’elles soient déplacées d’une pièce de la maison au grenier, comme l’ont étudié Sofian Beldjerd et Stéphanie Tabois ou qu’elles soient entreposées, à l’occasion d’un déménagement, dans une cave, comme l’a remarqué Véronique Dassié. Elles peuvent circuler de « chez soi » au bureau (et vice versa) et élire domicile dans l’un des lieux, comme l’ont analysé Anne Monjaret et Valérie Guillard ; d’autres intégreront les collections d’un musée, placées en vitrine ou stockées dans les réserves, comme celles décrites par Julien Bondaz, Thierry Bonnot et Florence Pizzorni ; d’autres encore entreprendront de plus longs voyages, comme les restes humains restitués à leur pays d’origine dont nous parle Mélanie Roustan. Dans tous les cas, le changement de lieu marque une séparation spatiale. Pour autant marque-t-il toujours un changement de statut ? Anne Monjaret et Valérie Guillard remarquent que les objets nouvellement arrivés dans un espace y sont souvent assimilés : au bureau, ils sont bureaucratisés ; à domicile, ils sont domestiqués. Le passage induit qu’ils endossent un nouveau statut.

17Il arrive toutefois que cette transformation ne s’effectue pas, les objets conservant leur statut d’origine. Le changement de lieu ne suffit pas à lui-même pour engendrer une transformation statutaire des choses. Ce sont les rapports préexistants au déplacement qui la suscitent, le changement de lieu ne vient qu’entériner ces rapports. Il s’agit donc d’accéder à l’envers du décor pour appréhender pleinement le processus de retournement.

L’envers des choses

18« C’est l’envers qui vous dit la vérité », rappelle Marie-France Dubromel. Claire Bustarret qui travaille sur l’usage des cartes à jouer comme support d’écriture ne la contredira pas. Recto ou verso, les cartes offrent les moyens de leur retournement. Il s’avère qu’au xviiie siècle, elles n’avaient pas d’impression côté revers, ce qui engageait à leur utilisation comme une fiche, ce que firent quelques célèbres écrivains dont Jean-Jacques Rousseau. Manuel Charpy s’intéresse aussi de près à cet envers ; pour ce dix-neuvièmiste, il s’agit de celui de la veste ; réversible, la pièce de vêtement peut être retournée dans un souci d’économie, portée jusqu’à la corde, l’usure de la face étant cachée. Mais surtout, l’auteur prend au sérieux l’expression « retourner sa veste » et, par là, la dimension politique autant que sociale des pratiques vestimentaires qui ont un rôle dans les affichages identitaires des individus.

19Dans un tout autre univers, plus contemporain, Thierry Bonnot découvre sur son terrain de fouilles des « formes matérielles inversées » : moules et modèles de plâtre qui ont servi à la fabrication des céramiques. Ces traces laissées par l’histoire le conduisent à un « renversement de perspective ». Regarder le monde en négatif, si nous pouvons user de la métaphore photographique, décentre le regard, remettant parfois en question les acquis. Comprendre les choses demande de ne pas s’arrêter à leur surface, mais de sonder leurs faces cachées. Ces choses ne sont pas muettes comme on pourrait le croire, elles parlent.

La part active des choses

20Plus encore, comme nous l’a appris Marcel Mauss, elles possèdent un esprit (1983). Les objets possèdent une part vivante, parfois difficile à maîtriser. Sofian Beldjerd et Stéphanie Tabois montrent combien leur débordement voire leur ensauvagement dans le grenier freinent leur « domestication ». Les choses vivent leur vie et imposent leur ordre. Elles seraient mues d’un certain pouvoir.

21Ce sont sans doute les exemples concernant les objets de musée qui sont les plus pertinents à ce sujet. Il arrive que ces objets viennent troubler l’ordre muséal, comme a pu le vérifier Florence Pizzorni Itié. Des poupées votives dans les vitrines et réserves du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) au fac-similé d’un autel dédié à saint Expédit exposé dans un musée de l’île de la Réunion, rien ne laissait présager que les forces agissantes de ces choses soient (encore) intactes ; et pourtant, le constat est bien là : les poupées ont conservé un pouvoir magique qui dépasse les conservateurs et que craignent les gardiens ; l’autel voit des visiteurs se recueillir. Sorties de leur univers premier, les choses ne perdent pas leur caractère sacré.

22Parfois même, elles trouvent de quoi le renforcer, à la manière du perroquet naturalisé de Flaubert, qui a intrigué Julien Bondaz. Gustave Flaubert n’a pas mesuré qu’en lui redonnant la vie au fil de sa plume, en le chargeant de spiritualité, il susciterait tant de curiosité et d’émotion au point que sa muse lui prenne la vedette dans l’un des musées qui lui est consacré. Les croisements de regards – celui de Flaubert puis, en 1984, celui de l’écrivain Julian Barnes qui consacre un ouvrage à ce perroquet, celui de leurs lecteurs et des visiteurs du musée – provoquent ce retournement de situation et par là, de la chose. L’animal mort reste symboliquement vivant. Ici, c’est la construction littéraire couplée à une matérialité muséale qui a œuvré à la sacralisation du perroquet.

23Il en est différemment des restes humains, et en particulier des têtes māori étudiées par Mélanie Roustan, qui ont intégré les collections de musée et s’ancrent dans une tout autre réalité sociale et politique. Ces têtes ne peuvent pas être réduites à une chose humaine, à l’objet de musée qu’elles ont devenues. Elles sont associées au corps d’une personne, elles sont l’incarnation d’une personne. La question éthique de leur traitement est posée. La patrimonialisation de restes humains est-elle encore possible ? Ces derniers possèdent d’emblée une sacralité qui explique la charge émotionnelle qu’ils suscitent. Les têtes māori momifiées attendent une sépulture et le retour dans leur pays d’origine, perspectives rendues possible – il y a peu – grâce à une cérémonie de restitution qui a eu lieu en 2012 au musée du quai Branly. Ces têtes retrouvent en quelque sorte leur intégrité perdue au moment où elles sont entrées au musée. Mais il arrive que le retournement des choses soit impossible malgré un déplacement d’un monde à l’autre.

D’un monde, l’autre : l’impossible ou le dernier retournement

24Ainsi, Anne Monjaret et Valérie Guillard soulignent que, parmi les objets qui sont déplacés du domicile au bureau ou inversement, certains objets n’entament jamais de retournement statutaire. Ils restent attachés à leur lieu d’origine, semblent ne pas pouvoir s’en détacher et par là, s’excluent volontairement du nouveau monde.

25Parfois, le retournement des choses n’est pas permis, comme pour mieux signifier leur exclusion au monde. Il en est ainsi des cartons de SDF dont nous parle Florence Pizzorni Itié qui ne trouveront pas place dans les collections du MNATP. Cette impossible patrimonialisation ne renvoie pas seulement à l’existence d’une hiérarchisation des choses au musée et au sens qu’il en est alors donné, elle renvoie également et surtout au fait que le musée apparaît comme un lieu possible de perte des correspondances avec la réalité sociale. Le musée définit le périmètre de son monde en excluant un monde. Exclure d’un monde – ici celui des musées – ne revient-il pas à exclure du monde ?

26Mais avant l’exclusion (ou l’inclusion), certaines choses connaissent l’« hibernation » ou plus encore le « purgatoire ». Et le grenier décrit par Sofian Beldjerd et Stéphanie Tabois en fait office. Cet espace marque « le renforcement ou l’affaiblissement du droit de cité domestique des biens ». Il apparaît comme un espace de transit qui désigne le fait de ne plus pouvoir entrer dans l’ordre du monde, tout en aidant les choses à « s’en retourner », à passer tout doucement dans un autre monde, à se déliter et à mourir.

27La disparition matérielle et/ou symbolique peut s’avérer plus brutale. L’exemple du voile de la mariée relaté par Véronique Dassié est en cela remarquable. Après des années, rangeant des affaires, une femme tombe sur une boîte contenant le voile de mariée de sa mère. À peine découverte au fond d’une armoire, à peine les souvenirs du mariage maternel réactivés que le voile s’évanouit aussitôt, part en poussière aussi fragile que les réminiscences. Le retournement du voile – retournement fatal – provoque sa perte immédiate et en même temps, cette découverte et perte simultanée restimulent la mémoire familiale. Ce retournement agit sur l’affect de l’individu.

Le retournement des choses, un retournement des êtres

28Comme l’analyse cette auteure, le retournement des choses coïncide souvent avec celui du narrateur. Raconter l’objet, c’est se raconter, c’est se révéler et prendre la mesure de son propre changement. Les conditions de remaniement matériel ou symbolique des choses sont celles également des êtres, ce que confirme grandement la réflexion de Véronique Moulinié menée sur les pratiques de bricolage des ouvriers qu’elle a rencontrés. Le travail des objets, sur les objets revient à faire un travail sur soi. Il permet, par ailleurs, auprès d’autrui, de conquérir une reconnaissance ou de retrouver une légitimité, ici dans le domaine technique. L’analyse d’un moment biographique de l’objet renvoie en écho à celui des Hommes, elle dévoile son propriétaire. Comme le souligne également Thierry Bonnot, « le cheminement social et symbolique des choses est indissociable des évolutions des hommes qui se les approprient ».

29On comprend pourquoi, recélant un peu de soi, les choses peuvent être mises à part pour mieux en préserver le secret, comme ont pu le constater Anne Monjaret et Valérie Guillard. Les choses peuvent alors apparaître comme les médiateurs d’un retournement relationnel. Elles participent de la construction du lien entre soi et les autres, à la manière du fil rouge que brode Marie-France Dubromel pour marquer de ses écrits les linges récupérés, transmettant ainsi la parole recueillie de témoins. Le fil devient passeur d’une mémoire. L’artiste fait parler les choses en les métamorphosant. Elle les fait donc parler différemment de l’archéologue, Laurent Olivier, qui laisse l’objet sorti de terre – ou vestige – se révéler par lui-même, puis observe dans sa matérialité, les traces d’une mémoire plus que d’un passé. Les choses livrent des secrets sur la société et ses Hommes, comme les objets extraits des égouts décrits par Agnès Jeanjean. Porteur de mémoire et vecteur de transmission, elles invitent à un retour au sens, à s’imprégner de leur « existence antérieure », à rétablir les « correspondances » temporelles et sensibles.

  • 3 À propos de l’étymologie de « religion », religio renvoie à relegere signifiant « relire » et relig (...)

30Ce numéro prend au sérieux toutes ces petites choses, ces « choses banales » – dirait l’historien Daniel Roche – et moins banales, parce que ces dernières nous aident à construire notre rapport aux autres, entre attachement et détachement, et plus largement au monde, à être dans le monde et à refaire le monde ; autrement dit, en référence à certaines acceptions étymologiques du terme « religion3 », on pourrait dire qu’elles invitent à « relier » (ou à faire le lien entre) et à « relire » (ou à réinterpréter) les mondes. Là se situe leur pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Anstett É., Gélard M.-L. (dir.) (2012), Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin.

Appadurai A. (éd.) (1986), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Baudrillard J. (1993 [1970]), La société de consommation, Paris, Denoël (Folio/Essais).

Bazin J., Bensa A. (1994), « De l’objet à la chose », Genèses, 17, Les objets et les choses, p. 4-7.

Beaune J.-C. (dir.) (1999), Le déchet, le rebut, le rien, Seyssel, Champs Vallon.

Bessy C., Chateauraynaud F. (2010), « Le savoir-prendre. Enquête sur l’estimation des objets », Techniques & culture, 54-55, vol. 2, Cultures matérielles, p. 689-711.

Bonnot T. (2002), La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bonnot T. (2014), L’attachement aux choses, Paris, CNRS Éditions.

Bromberger C., Chevallier D. (1999), Carrières d’objets, innovations et relances, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bruslé T., Morelle M. (dir.) (2014), « Objets et enfermement », Champ pénal/Penal field, vol. XI, Parentalités enfermées/Objets et enfermement (http://champpenal.revues.org/8884, consulté le 16 juillet 2014).

Chevalier S., Monjaret A. (dir.) (2001 [1998]), Ethnologie française, 4, Les cadeaux, à quel prix ?

Dagognet F. (1989), Éloge de l’objet : pour une philosophie de la marchandise, Paris, Vrin.

Dagognet F. (1997), Des détritus, des déchets, de l’abject : une philosophie écologique, Paris, Empêcheurs de Penser en Rond.

Dassié V. (2010), Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, Éditions du CTHS.

Deleuze G. (1969), La logique du sens, Paris, Éditions de Minuit.

Demoule J.-P. (2012) « Archéologie, art contemporain et recyclage des déchets », Techniques & culture, 58, Objets irremplaçables, p. 160-177.

Diaz J.-L. (dir.) (2012), Le Magasin du xixe siècle, 2, Les choses.

Enthoven R. (2013), Matière première, Paris, Gallimard

Garabuau-Moussaoui I., Desjeux D. (dir.) (2000), Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

Guilbert G.-C. (2014), Le genre des objets, Paris, L’Harmattan.

Guillard V. (2013), Garder à tout prix, décryptage d’une tendance très tendance, Paris, Vuibert.

Heinich N., Shapiro R. (dir.) (2012), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, Éditions de l’EHESS.

Julien M.-P., Rosselin C. (2005), La culture matérielle, Paris, La Découverte (Repères).

Julien M.-P., Rosselin C. (dir.) (2009), Le sujet contre les objets… tout contre, Paris, Éditions du CTHS.

Kaufmann J.-C. (1997), « Le monde social des objets », Sociétés contemporaines, 27-1, p. 111-125.

Kopytoff I. (1986), « The Cultural Biography of Things : Commoditization as Process », dans Appadurai A. (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, p. 64-94.

Lenclud G. (2007), « Être un artefact », dans Debary O., Turgeon L. (dir.), Objets & mémoires, Paris/Québec, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Presses de l’université Laval, p. 59-90.

Mauss M. (1983 [1950]), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Mauss M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF (Quadrige), p. 143-279.

Miller D. (éd.), (1998), Material Cultures: Why some Things Matter, Chicago, University of Chicago Press.

Mourey J.-P. (1999), « Pratiques du rebut et matériologies dans l’art du xxe siècle », dans Beaune J.-C. (dir.), Le déchet, le rebut, le rien, Seyssel, Champs Vallon, p. 21-36.

Perec G. (1965), Les choses, Paris, Julliard.

Pizzorni F. (2012), « Collecter le contemporain du MNATP au MuCEM : une articulation entre recherche et patrimonialisation », dans Que reste-t-il du présent ? Collecter le contemporain dans les musées de société, Coédition Musée Basque et de l’histoire de Bayonne/Société des Amis du Musée Basque/Fédération des écomusées et musées de société/Éditions Le Festin, p. 32-44.

Ponge F. (2008 [1942]), Le parti pris des choses, Paris, Gallimard.

Revolon S., Lemonnier P., Bailly M. (dir.) (2012), Techniques & culture, 58, Objets irremplaçables.

Rey A. (1992), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, SNL, Le Robert.

Roche D. (1997), Histoire des choses banales. Naissance de la consommation. xviie_xixe siècle, Paris, Fayard.

Segalen M., Bromberger C. (dir.) (1996), Ethnologie française, 1, Culture matérielle et modernité.

Vimont J.-C. (2010), « Objets-souvenirs, objets d’histoire ? », Sociétés & Représentations, 30-2, p. 211-228.

Haut de page

Notes

1 Dans son fameux roman Les choses, daté de 1965, Georges Perec pose un regard critique sur le matérialisme porté par la société de consommation.

2 Deleuze G. (1969), La logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, p. 9.

3 À propos de l’étymologie de « religion », religio renvoie à relegere signifiant « relire » et religare signifiant « relier ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret, « Introduction », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 9-19.

Référence électronique

Anne Monjaret, « Introduction », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1780

Haut de page

Auteur

Anne Monjaret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org