Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

Le grenier, espace de retournement des choses

Sofian Beldjerd et Stéphanie Tabois
p. 21-31

Résumés

Initialement dédié à la conservation des surplus agricoles périssables, le grenier s’est historiquement autonomisé de sa fonction liée à la seule subsistance pour devenir un espace de relégation et de conservation des biens domestiques. Loin de s’interrompre, l’existence de ces derniers s’y poursuit sur un rythme plus lent, qui ne s’accompagne pas moins de transformations majeures. Consacré aux retournements des choses à l’œuvre dans les greniers, l’article rend compte de différentes formes de recomposition des propriétés et statuts des objets stockés, en scrutant particulièrement quatre processus typiques qui favorisent le renforcement ou l’affaiblissement du droit de cité domestique de ces biens : l’intégration d’un ordre, l’ensauvagement, le déphasage temporel et la destruction déléguée.

Haut de page

Texte intégral

1L’espace domestique demeure une étape incontournable pour les flux contemporains de biens matériels et dématérialisés (Caraës et Comte, 2009). Les relations aux objets qui y prennent forme ne sont que relativement autonomes à l’égard des gouvernementalités publiques et marchandes dont elles se font les relais (Warnier, 1999). Elles n’en méritent pas moins d’être étudiées pour elles-mêmes, tant l’habiter implique des redéfinitions spécifiques des rapports entre les hommes et les choses. Si ces dernières ont pu donner lieu à quantité de travaux, portant sur les questions d’appropriation (Raymond et al., 1966), de familiarisation (Thévenot, 1994 ; Bréviglieri, 1999 ; Monjaret, 2012) et d’incorporation (Kaufmann, 1997 ; Rosselin, 1998), peu de recherches, en revanche, ont été consacrées aux traitements différenciés du statut domestique des biens.

  • 1 Projet Rechange dirigé par V. Guillard (ADEME/appel à projet 2010, Déchets et Société).
  • 2 Des appartements, des pavillons, des demeures bourgeoises du xixe siècle, des bâtiments agricoles r (...)
  • 3 Ils ont occupé – ou pour certains, occupent, pour quelques années encore – des emplois de cadres su (...)
  • 4 Âgés de plus de 60 ans, nos informateurs se caractérisent par une longue expérience habitante et vi (...)

2Cette question se trouve à l’origine de l’enquête que nous avons menée sur le devenir des objets dans l’habitat1. Les entretiens et observations sur lesquels s’appuient nos analyses ont été réalisés au domicile de 23 habitants, résidant majoritairement dans les régions Centre et Poitou-Charentes, en milieu urbain, ainsi que dans des communes rurales, dans un habitat morphologiquement diversifié2. Les enquêtés, recrutés dans les catégories sociales moyennes3, sont tous propriétaires de leur logement. Ils détiennent, à ce titre, un pouvoir élevé d’administration de leurs ressources spatiales4.

  • 5 L’occurrence « grenier » demeure quasiment absente d’ouvrages historiques ou anthropologiques consa (...)
  • 6 Par exemple, les temporalités quotidiennes, celles de la famille, celles du marché, etc.

3Au cours de cette recherche, une attention inédite a été accordée à ces lieux relativement peu investigués que sont les greniers5. Initialement dédiés à la conservation des surplus agricoles périssables, ces espaces se sont historiquement autonomisés de leur fonction liée à la seule subsistance, pour accueillir aussi bien les « objets d’affection » (Dassié, 2010) que toutes les autres richesses domestiques, véritables ou putatives. Le grenier admet pour ces raisons un statut marqué par l’ambivalence : pensé tantôt comme relevant de l’intérieur, tantôt de l’extérieur de la maison, contenant aussi bien de « quasi-déchets », que les traces de la mémoire longue des familles, soumis à une temporalité en décalage avec la plupart des temps sociaux6, il constitue tout à la fois un lieu de relégation et de conservation des objets.

4Les paradoxes qui travaillent cette « non pièce » en font donc un espace crucial pour l’étude des variations successives des droits de cité des biens du logement. Ceci se vérifie d’autant plus que le grenier ne se contente pas de neutraliser des objets qu’à terme, il livrerait intacts, disponibles à la réactivation. Le fait que nombre d’entre eux y connaissent une phase d’hibernation signifie, au contraire, que leur existence, loin de s’interrompre, se poursuit sur un rythme plus lent, sur un mode d’être qui, bien que mineur, n’en interdit pas moins les transformations majeures.

5Le présent article est ainsi consacré aux retournements des choses à l’œuvre dans les greniers. Nous y rendons compte de différentes formes de recomposition des propriétés et statuts des objets stockés, en scrutant particulièrement quatre processus typiques, qui favorisent le renforcement ou l’affaiblissement du droit de cité domestique de ces biens : l’intégration d’un ordre, l’ensauvagement, le déphasage temporel et la destruction déléguée.

Des significations mises en veille

6Sur l’un des murs du grenier de la famille Albert, une vieille armoire en bois paraît crouler sous le poids de pièces de tissu, de draps, de nappes, de bibelots et de plusieurs services de table dépareillés. Il est manifeste que le droit de cité de ce meuble se trouve renforcé par la masse d’objets qu’il contient. Pour qui déciderait de l’évacuer de la pièce, la nécessité de débarrasser cette armoire de son contenu pour la transporter revêt, en effet, un caractère hautement dissuasif. Ensuite, ces objets contribuent à « attacher » le meuble au grenier, à l’y faire « adhèrer » (Callon et al., 2000), dans la mesure où celui-ci leur offre une place acceptable aux yeux des habitants et, qu’à ce titre, il participe à l’actualisation d’un ordre micro-local.

7En apparence, ce bien se trouve dans un emploi conforme à la « destination fonctionnelle initiale » (Bonnot, 2002) d’une « armoire ». Les propriétés instrumentales d’un tel objet ne prennent sens qu’à travers des mises en usage, tributaires de deux versants, l’un symbolique (favorisant le lien), l’autre plus exclusivement statutaire (référant à une hiérarchie de signes). L’armoire se définit de la sorte par une histoire, marquée par la familiarité (il est support de liens, de projets, de tactiques, etc.). Mais, bien entendu, avant toute appropriation, cet objet fait également signe dans un espace culturel plus vaste (puisqu’il s’agit d’un « meuble », coûteux, dont l’apparence n’est pas indifférente, susceptible d’accueillir et de protéger des biens utiles, voire précieux). C’est alors, effectivement, chargée de ce type de significations, que l’armoire est entrée dans le grenier. Elle appartenait au père de Mme Albert, avec lequel l’enquêtée entretient de mauvaises relations ; elle lui paraissait, de surcroît, trop démodée pour mériter les honneurs du salon ; malgré cela, l’objet conserve une valeur économique et sa propriétaire affiche une conscience aiguë de l’arbitraire des « tendances », des réhabilitations imprévisibles dont celles-ci gratifient parfois les formes qu’elles disqualifiaient encore un instant plus tôt, etc.

  • 7 C’est-à-dire, ce qui « est mis à l’œuvre et ce faisant, accomplit un service ; qu’elle prenne la fo (...)
  • 8 On peut se demander dans quelle mesure l’actualisation sélective des qualités de l’objet, signant s (...)

8L’usage du grenier a toutefois largement mis en veille cette définition initiale. Aujourd’hui, l’armoire, qui disparaît derrière des piles d’objets (matelas, chaises, poussette, casiers), est à peine accessible au corps et au regard. La consolidation de son droit de cité doit donc bien peu aux multiples significations déjà évoquées (esthétiques, affectives, statutaires, etc.). Ici, c’est avant tout en tant que contenant solide et volumineux qu’elle livre sa « richesse7 », au même titre qu’un carton ou qu’une simple boîte8.

9Or, ce nouvel usage est commandé par l’ordre domestique sui generis que ce bien vient d’intégrer. Le grenier favorise, en effet, à sa manière, ce que nous nommons la « domestication » : habiter consiste à humaniser un espace, c’est-à-dire, en particulier, à lutter contre le désordre. Employer des contenants, susceptibles de discipliner la matière, dans un registre purement instrumental, constitue l’un des moyens de contrarier la tendance des objets à s’« ensauvager » (Beldjerd et Tabois, 2014).

10Ceci donne sens à la réduction des biens à leur être purement morphologique : l’assise d’un fauteuil Voltaire ne vaut plus que comme support-plan, un matelas recouvre des livres, l’encadrement de la photographie d’un ascendant, surmonté d’un pied de sapin de Noël, fait office de poids pour maintenir fermé un carton débordant de linge, une porte est calée avec la jambe d’une poupée, etc. Ainsi qu’en témoignent ces derniers exemples, bien que ces usages se passent de la plupart des significations (symboliques et statutaires) définissant les objets, ils n’en demeurent pas moins créatifs. Le champ des possibles se trouvant au contraire étendu par la pauvreté du sens qu’autorise le dépouillement à l’égard des bornes symboliques imposées par les anciennes vies des choses.

11Le mode de stockage de ces biens qui, pour certains d’entre eux, implique un usage (c’est le cas de l’armoire dont nous avons parlé), les plonge dans une forme d’hibernation. Ils patientent ensemble, dans l’attente d’hypothétiques réactivations qui actualiseraient leurs propriétés symboliques et les réinstalleraient en tant que « présences » dans le foyer (Beldjerd et Tabois, 2014).

12La part humanisée des greniers visités n’est pas cependant uniquement composée de ces jeux d’assemblage, plus ou moins rationalisés, d’objets rapportés à des formes géométriques, souvent imparfaites : contenants, plans, cubes, parallélépipèdes, sphères, etc. Quelques modes de stockage paraissent avoir davantage laissé subsister les attributs symboliques de biens bénéficiant de mises en forme plus individualisées, s’apparentant à celles observées dans les pièces de vie du logement. Une montre géante (dans le grenier de la famille Hugues) ou un sombrero (chez Mme Denis) disposent ainsi d’emplacements dédiés. Dans le grenier de M. Gilbert, on peut également apercevoir un grand tableau abstrait, conçu en triptyque. La peinture, qui n’a pas trouvé sa place dans le reste de l’habitation, pourrait patienter dans un emballage, déposé à même le sol, retourné contre une paroi, comme le sont bien souvent les toiles, sérigraphies ou photographies, remisées dans les greniers visités. Ce tableau est, au contraire, exposé sur un mur, apparemment « activé », en bonne et due forme.

13Pourtant, dans le désordre généralisé régnant dans cette partie de la pièce, l’œuvre disparaît pour moitié derrière une pile apocalyptique, agrégeant des objets aussi divers que des pots de fleurs, un cubitainer, un vivarium, sur lesquels reposent des paquets de lattes de polystyrène. Si la prudence reste de mise lorsqu’il s’agit de déterminer ce que peut ou doit être la « destination fonctionnelle » d’une œuvre d’art, rien n’interdit de remarquer combien la « mise en vue » singulière de ce tableau tranche avec celles, bien plus conventionnelles, auxquelles les autres toiles exposées dans cette maison ont donné lieu. L’accrochage de cette peinture ne peut donc être lu différemment des mises en valeur du sombrero et de la montre, évoqués précédemment. Ces expositions d’« objets esthétiques » (Schaeffer, 2004) consistent avant tout en des modes de stockage, qui ne font qu’emprunter leurs schèmes aux mises en forme décoratives à l’œuvre dans les autres pièces de l’habitation (i. e. un tableau s’expose, un lustre se suspend, un rideau sépare, etc.). On doit se garder d’y lire la manifestation d’une stricte intention ornementale. La particularité de la mise « en valeur » de ces objets dans ce contexte spécifique réside alors dans leur capacité à contribuer au maintien d’une présence socialisée – fût-elle minimale – dans ces espaces menacés par l’ensauvagement.

Le retournement contre les humains

14Que les greniers obéissent à un ordre humanisé et que des enquêtés tels que Mme Vatier aient pu jeter certains objets sous nos yeux, ne doit pas nous abuser sur le pouvoir de régulation dont disposent réellement les habitants. Plus encore manifestement que toute autre pièce de la maison, le grenier est un lieu propice à l’ensauvagement, c’est-à-dire à une occupation objectale de l’espace domestique indifférente au droit de cité accordé par les maîtres des lieux.

Ensauvagés

15Dans le grenier de la famille Ellain, des amas d’objets se sont formés entre les meubles, les boîtes et les valises : des sacs en plastique laissent s’échapper des chaussures qui se mêlent à des équipements sportifs, des magazines, de vieux cartons et des jouets. L’action de phénomènes naturels renforce l’impression de désordre et entérine l’exclusion des hommes : la poussière se dépose sur les objets, elle s’immisce dans leurs plis, contribuant à leur étrangeté ; des déjections d’oiseaux qui souillent meubles et cartons défoncés, participent au brouillage des frontières du propre et du sale. Se dérobant à toute définition par l’usage, les objets s’émancipent de l’ordre, pour affirmer leur logique. Ils tendent à retourner à une matérialité brute qui menace d’envahir l’espace disponible. Bien que réputées inanimées, ces choses sont, en effet, actives. Elles glissent et tombent, entraînées par leur propre poids, mais aussi, elles font faire et font éprouver quelque chose aux habitants. L’espace paraît ainsi gagné par une forme d’« ensauvagement ». Contrairement à la table basse du salon ou à la console de l’entrée quotidiennement menacées, mais plus fréquemment réordonnées, le grenier, lieu du temps long, fait plus rarement l’objet d’interventions humaines préventives face à ces déploiements anarchiques. Les choses ont toute latitude pour s’y désindividualiser et remodeler l’espace sous les espèces de coins et de tas. Elles s’agrègent dans des amas hostiles, cumulant les signes du désordre, de la décrépitude et de l’étrangeté.

16Le caractère illisible de ces masses informes concourt à différer davantage encore les opérations de tri, les interventions radicales n’étant généralement envisageables qu’avec l’aide de tiers. Les proches qui n’habitent pas le logement possèdent, à cet égard deux atouts déterminants : d’abord, les montagnes d’objets leur paraissent d’autant moins sauvages et intimidantes qu’elles ne menacent pas leur propre territoire domestique ; ensuite, les tiers se montrent moins sensibles aux suppliques que les biens, soudain resingularisés, paraissent adresser à leurs propriétaires.

Les ferments de la dissidence

17Un ressort essentiel de l’ensauvagement peut être recherché du côté de la pluralité incohérente des pratiques des habitants. Le sens de celles-ci ne s’épuise pas dans l’élaboration de stratégies visant à discipliner, à « quadriller » leur environnement (au sens de Foucault, 1994). Sur le long terme, l’activité domestique est, en effet, éclatée entre une pluralité de moments, impliquant différents habitants, aux identités, buts et tactiques relativement variables (Kaufmann, 2008). Ceci explique que, depuis l’instant où l’un décide de ranger harmonieusement telles chaises au grenier, un autre peut tout aussi bien y passer pour leur superposer un casier en plastique, un pot de peinture, puis une paire de patins à roulettes qui sera rejointe par une multitude d’autres objets hétéroclites.

18Cependant, la transition du civilisé vers le « sauvage » peut également résulter indirectement du processus de domestication lui-même ; le chaos se voyant paradoxalement favorisé par certains des modes de stockage décrits plus haut (assemblage de formes, mise en valeur proto-décorative, voire même rangement disciplinaire). Ces derniers n’aboutissent pas inexorablement à un ensauvagement, mais ils y prédisposent les objets. Quel que soit leur degré de rationalisation, les accumulations de choses se trouvent attirées du côté de la matière et de l’informe. Il est, par exemple, saisissant de constater à quel point les objets déposés contre les murs du grenier (bien souvent des meubles démontés qui ne serviront vraisemblablement plus jamais) tendent à se cristalliser, à faire corps avec le bâti et à relever progressivement ainsi du domaine de l’immobilier. Les autres composants des masses indifférenciées auxquelles ils appartiennent risquent alors toujours davantage d’être perçus comme les éléments d’un stock, les parties indistinctes d’un tout inamovible qui incite les habitants à l’alimenter sans discernement.

Hors du temps

19Certains objets du grenier se voient toutefois traités avec plus d’égards. Ils bénéficient d’efforts de stockage plus scrupuleux que ceux décrits jusqu’ici : des pierres de collection demeurent conservées dans leurs valisettes ; des costumes regagnent leur housse de rangement ; telle table, soigneusement démontée, est emballée dans une bâche protectrice, etc. Il arrive alors que les habitants se montrent si déterminés à préserver ces objets d’une dégradation matérielle que, comme nous allons le voir, ceux-ci tendent progressivement à perdre leur ancrage dans les temporalités sociétales familières à leurs maîtres. Ils se transforment en biens « hors du temps ».

20Des objets de l’attachement, tels que les vêtements d’enfants, connaissent typiquement cette forme de retournement. Intéressons-nous ici à ceux qui hibernent dans le grenier de Mme Denis. À mesure que ses enfants grandissaient, cette informatrice a parfois dû se résoudre à jeter les pièces de leurs garde-robes les plus endommagées. Elle avait en revanche à cœur de favoriser, autant que possible, la vie de ces vêtements, en les donnant, c’est-à-dire, en les confiant à des tiers, censés continuer à les mettre « en valeur ». Ceux des habits qui avaient le plus compté à ses yeux ont néanmoins été conservés, dans des conditions spécifiques. Les motifs de ce traitement apparemment privilégié ressortissent, tantôt à des registres affectifs (« c’était la robe de Carole pour [tel] mariage »), tantôt esthétiques (« c’est vraiment trop chou ce petit chemisier ») ou sont encore liés à l’histoire même de l’objet qui peut interdire de s’en défaire – y compris lorsque le vêtement demeure associé à un souvenir plus désagréable (celui d’un achat inconsidéré, par exemple). Soigneusement entreposés dans des cartons expressément dédiés à cet usage, ces vêtements, âgés pour certains d’une trentaine d’années, sont demeurés intacts. Toutefois, leur forme paraît désormais totalement démodée à Mme Denis, les matières ne correspondent plus aux attentes actuelles (laine rêche, tissu insuffisamment souple, coupe peu pratique), etc.

21Ce statut déceptif qui, nous allons le comprendre, fait échec à une mise en usage satisfaisante, constitue précisément ce qui signe la transformation de ce type d’objets. Si, en effet, le grenier remplit correctement son rôle de conservation, la temporalité propre à cet espace a contribué à enfermer ces vêtements dans le paradoxe suivant : l’espoir d’employer de nouveau ces biens, dont l’usage est encastré dans un contexte à jamais révolu, est réduit à néant, alors que dans le même temps, il apparaît impossible de s’en débarrasser. Leur obsolescence instrumentale et symbolique ne vient pas à bout du renforcement de l’attachement provoqué par la seule durée de la conservation : se défaire de ces vêtements après tout ce temps implique une décision qui, pour leur propriétaire, se nimbe d’arbitraire.

22Non seulement ces objets se trouvent définitivement assignés à résidence dans le carton qui les accueille mais, au-delà, leur statut frise l’aberration catégorielle ; une partie de leur usage se résolvant in fine à leur conservation. Tout se passe comme s’ils servaient principalement à être « gardés » (Guillard, 2013).

23Pour ces biens « hors du temps », l’une des rares sorties acceptables, envisagée par les enquêtées, consiste alors à favoriser une nouvelle conversion de leur statut, en en faisant don, par exemple, à un musée. Il s’agit ainsi d’infléchir leur trajectoire, en les arrachant à des orbes intimes pour les réinscrire dans des repères conventionnels de la valeur (Thévenot, 1994). Bien entendu, un tel horizon paraît plus accessible à d’anciennes épingles à cheveux (ayant appartenu à la mère d’une informatrice, Mme Crémont), qu’aux vêtements d’enfant dont Mme Denis a pris soin pendant toutes ces années. Cependant, quelles que soient la vraisemblance et la probabilité de réalisation de ces projets, leur vertu réside avant tout dans l’effet d’allègement de la charge mentale qu’emportent ces rationalisations des habitants.

24Les aspirations des « maîtres » des lieux à une régulation de leurs stocks sont-elles alors systématiquement déçues par le grenier et les dispositifs qu’il recèle ? Les situations que nous allons évoquer maintenant invitent à nuancer un tableau aussi pessimiste.

Aider les choses à s’en retourner…

25« Je voudrais que ce soit débarrassé !!, s’exclame Mme Michel. Bon, pas tout quand même, évidemment. Il y a certaines choses que je voudrais garder ! » À l’instar de cette informatrice, les habitants les plus convaincus des vertus de l’hyperrationalisation des espaces de stockage doivent eux aussi composer avec ces tensions. Conformément à ses définitions historiques, le grenier doit, en effet, servir à conserver la richesse en surplus. Certes, la plupart des biens qu’il accueille sont désactivés, endormis ; certes, ils se trouvent pour certains dans une situation de relégation relative. Mais cela ne fait pas obstacle à la circulation des objets stockés vers les autres parties de la maison. Chez les Michel, quelques chanceux bénéficient parfois ainsi de retours « à la vie » dans les pièces les plus animées du foyer.

26L’enquêteur n’est donc pas surpris de découvrir que, dans ce grenier, la plupart des biens sont soigneusement recouverts de bâches et de tissus qui les préservent de la poussière, du froid et des déjections des chauves-souris. En prêtant toutefois davantage attention à l’environnement, il remarque que toutes les choses stockées n’ont pas été traitées avec la même diligence. Plusieurs d’entre elles dépérissent docilement dans leur coin, sans bénéficier de préventions : un vase entouré de quelques bibelots patiente à même le sol ; il s’est couvert de la même poussière qui endommage obstinément le paillage d’une chaise en bois ; un imposant cendrier sur pied est entreposé derrière une porte, la tête en bas, dans un simulacre de protection, qui ne décourage ni les rongeurs, ni l’humidité. Nous apprendrons que pour plusieurs de ces objets, le grenier fait office de purgatoire, ou plus exactement, de limbes, dans lesquelles sont censés se perdre les biens désavoués, que leurs maîtres n’ont jamais eu le cœur de bannir définitivement.

27Mais il y a davantage. Sur le long terme, soumis au rythme lent de la pièce, chacun de ces objets connaît une dégradation matérielle progressive, sous l’action de l’humidité, du froid, de la poussière ou des rongeurs. Si bien que, lorsqu’un jour les habitants le redécouvriront, solitaire et dépourvu d’attaches contextuelles, son statut d’« abjet » (Dagognet, 1997) leur apparaîtra dans toute son évidence. Leur jugement disqualifiant sera alors favorisé par l’effet d’objectivation que produit la rupture de long terme avec la familiarité ; la décomposition et la métamorphose suscitant soudain l’effroi.

28Notons que ces objets n’ont pas nécessairement rejoint une montagne de choses ensauvagées. Il demeure possible pour les habitants de les distinguer et de les nommer (il s’agit toujours d’un « cendrier », d’une « poupée en chiffon », de « câbles électriques », d’une « table de nuit », etc.). Dans la mesure où ils ne peuvent compter sur la solidarité d’une masse, leur isolement accroît leur vulnérabilité aux yeux des habitants.

29En tant que dispositif domestique, susceptible d’accélérer la production de « déchets », la pièce accomplit ainsi les basses œuvres qui lui sont confiées. Elle se voit déléguer la charge d’éroder, d’épuiser, les objets à la fois symboliquement et matériellement (symboliquement parce que matériellement, pourrait-on écrire).

30Lorsque les habitants souhaitent tuer leurs biens, ils ne se contentent donc pas ici, selon le proverbe « de les accuser de la rage », mais s’arrangent plutôt pour qu’ils la contractent… à l’issue d’un banal passage au grenier.

31La mise en cause de la maîtrise humaine de ces retournements, ayant pour enjeu le renforcement ou l’affaiblissement du droit de cité des objets, a constitué un motif récurrent tout au long de cet article. Nous avons vu que les habitants négligent bien souvent le fait que les ressources offertes par le grenier demeurent irréductibles à des moyens. Cette pièce fournit, en effet, de quoi discipliner une majorité de choses, en faire vivre une poignée et en détruire quelques autres en toute innocence. Elle contribue toutefois concurremment au désordre, en offrant de trompeuses opportunités de domestication du surplus objectal. Organisé sur des rythmes plus lents que ceux travaillant les autres pièces du foyer, le grenier est ainsi apparu comme un espace dynamique, engendrant des forces, qui ne se contentent pas d’épouser les intérêts du gouvernement domestique humain.

32Ce constat procède d’une analyse qui visait plus fondamentalement à étayer l’hypothèse générale selon laquelle les statuts successifs reconnus aux objets ne sauraient tenir exclusivement à des propriétés figées, définies a priori (un prix, une cote, un type, des caractéristiques techniques, des usages prescrits, etc.), mais sont fortement tributaires des processus à l’œuvre dans les espaces qu’ils traversent. Sur ce point, il s’est agi de montrer comment, dans les greniers, les propriétés matérielles, symboliques et statutaires des biens trouvent à se recomposer dans le cadre d’usages contextualisés. Au surplus, nous nous sommes attachés à mettre en évidence la pluralité des inscriptions temporelles asynchrones que ces derniers imposent aux différents objets stockés. Aiguillés sur un réseau complexe de devenirs possibles (la réduction à leur être morphologique, l’agrégation dans une masse de matière ensauvagée, la cristallisation dans un statut « hors du temps », la détérioration officieuse, etc.), les biens connaissent ainsi des transformations déterminantes pour les étapes suivantes de leur biographie.

Haut de page

Bibliographie

Beldjerd S., Tabois S. (2014), « Les “mises en valeur” domestiques des objets : entre accumulation de bienfaits et de devoirs », dans Guillard V. (dir.), Boulimie d’objets, Bruxelles, De Boeck, p. 51-63.

Blandin B. (2002), La construction du social par les objets, Paris, PUF.

Bonnot T. (2002), La vie des objets, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Breviglieri M. (1999), L’usage et l’habiter, thèse de doctorat, sous la direction de L. Thévenot, Paris, EHESS.

Callon M., Méadel C., Rabéharisoa V. (2000), « L’économie des qualités », Politix, 13/52, p. 211-239.

Caraës M.-H., Comte P. (2009), Vers un design des flux, Saint-Étienne, Cité du design.

Dagognet F. (1997), Des détritus, des déchets, de l’abject : une philosophie écologique, Le Plessis-Robinson, Les Empêcheurs de tourner en rond.

Dassié V. (2010), Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Paris, Éditions du CTHS.

Eleb M., Debarre A. (1995), L’invention de l’habitation moderne, Paris, Hazan/AAM.

Foucault M. (1994), Dits et écrits IV, Paris, Gallimard.

Guillard V. (2013), Garder à tout prix, Paris, Vuibert.

Kaufmann J.-C. (1997), Le cœur à l’ouvrage, Paris, Nathan.

Kaufmann J.-C. (2008), Quand Je est un autre, Paris, Armand Colin.

Monjaret A. (2012), « Espaces d’espèces. Les coquillages ordinaires chez soi », Techniques & culture, 59, Itinéraires de coquillages, p. 62-77.

Raymond H., Dezès M.-G., Haumont N., Haumont A. (1966), L’habitat pavillonnaire, Paris, CRU.

Rosselin C. (1998), Habiter une pièce, thèse de doctorat, sous la direction de J.-P. Warnier, université Paris Descartes.

Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, Paris, Armand Colin.

Schaeffer J.-M. (2004), « Objets esthétiques ? », L’Homme, 170, p. 25-46

Thévenot L. (1994), « Le régime de familiarité », Genèses, 17, p. 72-101.

Warnier J.-P. (1999), Construire la culture matérielle, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Projet Rechange dirigé par V. Guillard (ADEME/appel à projet 2010, Déchets et Société).

2 Des appartements, des pavillons, des demeures bourgeoises du xixe siècle, des bâtiments agricoles rénovés, etc.

3 Ils ont occupé – ou pour certains, occupent, pour quelques années encore – des emplois de cadres supérieurs (des secteurs privé et public), d’enseignants (instituteur, professeur du secondaire, enseignant-chercheur), d’indépendants et de commerçants, de techniciens, de travailleurs sociaux et d’employés. Des femmes au foyer ont également été intégrées à la population d’enquête, dès lors que la profession de leur conjoint affiliait clairement le ménage aux catégories moyennes.

4 Âgés de plus de 60 ans, nos informateurs se caractérisent par une longue expérience habitante et vivent dans des logements emplis de biens accumulés au fil des événements biographiques (héritage, remariage, déménagement, etc.). Enfin, ils appartiennent à des générations fortement préoccupées par le « tri » et par la mise en ordre de leur patrimoine mobilier, dans la perspective d’un vieillissement, d’un changement de mode de vie (retraite, réduction de la famille à la cellule conjugale, etc.), voire de leur propre disparition.

5 L’occurrence « grenier » demeure quasiment absente d’ouvrages historiques ou anthropologiques consacrés à l’habitat, tels que ceux de Eleb M. et Debarre A. (1995) et de Segaud M. (2007).

6 Par exemple, les temporalités quotidiennes, celles de la famille, celles du marché, etc.

7 C’est-à-dire, ce qui « est mis à l’œuvre et ce faisant, accomplit un service ; qu’elle prenne la forme d’une chaussure, d’une pièce de monnaie ou bien même d’une personne » (Breviglieri M. [1999], L’usage et l’habiter, thèse de doctorat, sous la direction de L. Thévenot, Paris, EHESS, p. 36).

8 On peut se demander dans quelle mesure l’actualisation sélective des qualités de l’objet, signant son « retournement », ne s’apparente pas à une « catachrèse », c’est-à-dire à un complet détournement de sa destination initiale (Blandin, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sofian Beldjerd et Stéphanie Tabois, « Le grenier, espace de retournement des choses », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 21-31.

Référence électronique

Sofian Beldjerd et Stéphanie Tabois, « Le grenier, espace de retournement des choses », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1782 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1782

Haut de page

Auteurs

Sofian Beldjerd

Sofian Beldjerd est docteur en sociologie de l’université Paris Descartes, maître de conférences à l’université de Poitiers (IAE) et chercheur au laboratoire CeReGe. Ses travaux portent sur le goût et sur la «  mise en valeur » des objets (design, appréciation esthétique, usage). Il collabore actuellement au projet Rechange, dans le cadre duquel il étudie la succession des définitions des flux de biens transitant par le logement (recherche financée par l’ADEME).
Contact  : sofian.beldjerd@univ-poitiers.fr

Stéphanie Tabois

Stéphanie Tabois, sociologue et anthropologue, est maître de conférences à l’université de Savoie. Elle est membre du bureau du réseau thématique «  Sociologie de la consommation et des usages » de l’Association française de sociologie, membre de l’Association française des anthropologues et du comité de rédaction du Journal des anthropologues (coresponsable de la rubrique «  anthropologies actuelles »). Ses recherches portent sur la mémoire, les objets, la famille, l’habiter et la territorialisation (migration, sentiment d’appartenance et espaces du quotidien). Elle participe également au projet Rechange (ADEME).
Contact  : Stephanie.Tabois@univ-savoie.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org