Navigation – Plan du site

Les turfistes. Éléments pour une socio-anthropologie du pari hippique

Jean-Christophe Leforestier

Texte intégral

1L’hippodrome de Vincennes, « sanctuaire » du trot1, et le dernier dimanche de janvier, la grand-messe du prix d’Amérique ; ils sont des milliers à s’y rendre, chaque année, simples spectateurs venus en famille ou entre amis, joueurs occasionnels ou réguliers, turfistes, parieurs… Des amis joueurs nous ont, un jour, à notre tour, attiré vers ce lieu… et vers d’autres, plus discrets. Nous aspirions alors à venir y goûter une atmosphère particulière qu’ils nous vantaient, la tension de ces moments où, l’air de rien, l’on doit bien gagner à parfois tout perdre. Sinon pourquoi, en fait, y retournerait-on ? La question venait naturellement : que gagne-t-on à perdre ? Car personne n’est dupe, à jouer aux courses on perd bien plus souvent que l’on gagne, et rares sont les joueurs qui parviennent à « faire les frais2 ». Nos visites sur l’hippodrome, les rencontres et discussions nous firent prendre conscience du nombre important de parieurs3.

Le pari socio-anthropologique

2Il nous semblait alors qu’il y avait peut-être là un terrain à prospecter. L’approche socio-anthropologique4, par les outils qu’elle propose – tant méthodologiques que conceptuels – pour saisir la signification du phénomène et du comportement ludiques, interroger le rapport au jeu, aussi bien au niveau des pratiques que des représentations et valeurs qu’il recouvre, nous séduisait. Il s’agissait de tenter le pari d’identifier les principes actifs « donnant lieu à de l’heuristique populationnelle », au fondement d’un possible « exister ensemble » ludique.

3Aller sur le terrain, se rendre sur les lieux du jeu, observer et participer, s’imprégner autant des dimensions évidentes de l’expérience que de celles, insoupçonnables, dissimulées ou non, impliquait la longue durée. S’imposait l’idée d’une présence qui tiendrait plutôt du long séjour avec ce que cela comporterait d’interrelations, de co-présence avec l’« indigène ». Nous serions cet observateur qui se met à l’écoute d’une population qui lui est proche5, tout en ayant conscience de « l’obstacle à la connaissance scientifique que représentent tant l’excès de proximité que l’excès de distance et [de] la difficulté d’instaurer cette relation de proximité rompue et restaurée qui […] permet d’intégrer tout ce qu’on ne peut savoir que si l’on en est et tout ce qu’on ne peut ou ne veut pas savoir parce qu’on en est6 ». Chercheur, il conviendrait de demeurer méfiant vis-à-vis de notre potentiel « injecteur » de valeurs extérieures, parasite éventuel de notre propre recherche, mais conscient par ailleurs de l’avantage que procurerait la relation d’appartenance au milieu étudié qui permet de « cumuler l’information recueillie par les techniques objectives de l’enquête et l’intuition de la familiarité7 ». Notre posture, oscillation entre engagement et distanciation8, serait celle de l’observation participante distanciée, comme tentative pour « s’établir au plus près des altérités en présence, […], se situer dans un équilibre instable entre empathie et différence afin d’établir un rapport où l’Autre a des possibilités réciproques de dialoguer, de connaissances9 ».

Le point course : un espace consacré au jeu

4Espace de jeu réservé au pari hippique, le point course permet de suivre les courses tous les jours et d’engager des paris en « temps réel » grâce aux liens permanents (réseau informatique, téléviseurs) avec les hippodromes de la France entière.

5Celui de Nanterre est situé place de La Boule, important car-refour routier. Ceux qui s’arrêtent ici, hormis les habitants du quartier, sont souvent des joueurs, venus à pied ou par le bus (304 et 258). L’endroit est longtemps resté en travaux, et son activité économique, réduite, se limite à celles des trois cafés (très proches, sinon mitoyens) où l’on se retrouve en attendant l’heure du jeu. Un coiffeur et un carrossier complètent ce lieu. Le cinéma est fermé.

6L’annexe de l’un des cafés est une agence PMU, un point course. Si l’entrée du café est située sur la place, celle du point course, donnant sur la rue adjacente, est moins visible, bien que signalée par une fresque représentant une course de trot attelé10. « Les abords extérieurs de la baraque ont leur importance, ils constituent véritablement un territoire. Ils sont en accord avec l’image des représentations que le sens commun donne de la clientèle du PMU. C’est-à-dire qu’ils sont gris et tristes, souvent sales, toujours anonymes [...] Seuls les initiés savent qu’ici l’enfer du jeu a pignon sur rue11. »

7Le point course, c’est la « baraque », la « cabane » ou encore le « trou12 ». Lorsque l’on passe la porte du point course de La Boule, on pénètre d’abord dans une petite cour. L’espace de jeu est en contrebas. Il faut descendre quelques marches pour y accéder. Les joueurs y acquittent un droit d’entrée, franchissent un tourniquet puis une seconde porte à ouverture électrique pour accéder dans une première salle. Un comptoir de bar permet d’y consommer boissons et sandwiches (on reste ici plusieurs heures). Le long des murs, quelques tables, chaises et tabourets pour seul mobilier. Les joueurs resteront debout pour la plupart, allant et venant des guichets aux écrans de télévision. Un écran géant retransmet les courses. Cinq moniteurs couleur, disposés de sorte que l’on puisse en voir un de tous les points de la salle, affichent les cotes, les conditions des courses, diffusent celles-ci en direct, puis affichent les résultats et les rapports. Dans une seconde salle se trouvent deux guichets d’enregistrement des paris et les toilettes. En hauteur, deux autres écrans de télévision. L’endroit est plutôt sale – tickets de jeux, journaux et mégots jonchent le sol –, particulièrement enfumé, de sorte que la première sensation que l’on éprouve est celle d’étouffement.

8On peut s’interroger, avec Jean-Pierre Martignoni-Hutin, sur les raisons de la faible visibilité, de l’aspect peu attractif des points courses. Il avance plusieurs hypothèses. Tout d’abord le fait que le PMU n’ait que récemment été autorisé à faire la promotion de ses produits13. Ensuite, les nuisances sonores et les diverses pollutions qui ont suffi parfois à interdire des espaces de jeux ; enfin, la concentration d’une clientèle pas toujours appréciée, en grande partie d’origine étrangère, jouant avec l’argent, qui ont fait opter le PMU pour la discrétion. « Ainsi abritée des regards extérieurs, la pratique ludique des turfistes se dérobe à l’opprobre et lutte du même coup contre les archaïsmes moralisateurs. 14 » Quoi qu’il en soit, et même si depuis quelques années le PMU s’évertue à rendre ses espaces de jeux plus accueillants, les joueurs ne sont pas regardants sur l’aspect des locaux et « jouent quelles que soient les conditions d’accueil et la qualité des prestations15 ».

Des relations de forte proximité

9Si l’espace de jeux est d’abord fonctionnel, il est aussi un espace de sociabilité. Les joueurs s’y retrouvent entre eux, autour d’une même pratique, dénominateur commun qui les réunit pour un temps plus ou moins long, chaque jour ou presque. Tout le monde se connaît, au moins de vue. Les premières fois où nous nous y sommes rendus, nous étions accompagnés d’un ami « habitué » des lieux qui saluait quasiment tout le monde. Souvent une poignée de main, parfois un simple regard à travers la salle, accompagné d’un sourire. Notre présence ne passa pas inaperçue mais fut rapidement acceptée, après quelques présentations.

10Une forte sociabilité existe dans ce lieu, presque uniquement masculine. Les joueurs s’y rencontrent entre amis, discutent, s’offrent à boire pour « arroser » un gain. D’une fois sur l’autre, nous avons pu observer l’existence de petits groupes de joueurs, toujours les mêmes, investissant un coin de salle. La complicité s’expriment dans les plaisanteries, la solidarité dans l’échange d’informations, le prêt d’un journal ou d’une pièce pour parier. Dans le point course, la proximité est grande (due en partie à la promiscuité qu’impose l’exiguïté du lieu). Les contacts physiques sont fréquents. On s’interpelle par une frappe dans le dos ou par des plaisanteries que chacun peut entendre. On parle fort, on crie sur un cheval disqualifié. La tension entraîne, parfois, de petits conflits. On « s’engueule », on se « chambre ». D’autres rapports sont plus discrets, quand s’échangent des informations, des « tuyaux ».

11Sans doute la proximité des joueurs est-elle encore favorisée par celle qui préexiste à la pratique qui les réunit, d’ordre social, socio-économique, parfois culturel. Presque entièrement masculine, la population du point course est majoritairement d’origine étrangère (Maghreb, Afrique, Asie), d’allure le plus souvent modeste, sinon précaire. Les statistiques du PMU et de l’INSEE précisent qu’il s’agit généralement d’ouvriers, d’employés, de retraités, souvent d’inactifs.

12Le point course propose « une ambiance, des relations qui peuvent parfois permettre de s’intégrer à la communauté ». Il y aurait là une explication à la présence de nombreux étrangers ou de personnes d’origine étrangère. « Le jeu est intégrateur », écrit-il, « l’attitude ludique commune entre les joueurs étrangers et ceux qui ne le sont pas entraînent des convergences, des connivences16 ». Armelle Achour souligne cependant que « si l’on y regarde de plus près, certains [points courses], tout en renforçant les habitudes rassurantes de regroupement inhérentes à certaines cultures, renforcent également du même coup l’isolement d’individus qui se marginalisent ainsi un peu plus : les points courses sont à plus de 75% fréquentés par des personnes immigrées17. » Et les relations entre joueurs se limitent très souvent à l’espace et au temps du jeu. En dehors, chacun retourne à ses occupations.

Les turfistes

13J.-P. Martignoni-Hutin définit le turfiste comme « un joueur spécialisé dans les courses hippiques, régionales ou nationales. Il fréquente assidûment les hippodromes, les points courses. Parfois c’est un habitué de l’ensemble des espaces de jeu du PMU. Le turfiste joue quotidiennement ou d’une manière multi-hebdomadaire. Il revendique sa qualité de turfiste, même s’il ne se considère pas comme joueur. Il connaît un grand nombre de chevaux, de jockeys, d’entraîneurs, d’hippodromes, et lit régulièrement la presse spécialisée – notamment Paris-Turf – ou les pages hippiques de la presse régionale. Il suit les courses à la télévision, à la radio.18 »

14Tous jouent le plus souvent depuis l’adolescence, sinon l’enfance, pour être « né la pince à la main » plaisantent les plus âgés19. Un proche les y a amenés, un parent ou un ami qui leur a expliqué les rudiments des courses et du pari. Amusement d’abord, loisir, qui s’est progressivement transformé pour devenir une pratique quotidienne, le quotidien même, mode de vie réglé qui, pour durer, implique un investissement non négligeable, aussi bien temporel que matériel ou encore intellectuel.

15La pratique ludique s’impose à l’ensemble de leur existence. Nombre de joueurs ont, en effet, réorganisé leur vie autour du jeu ; aménagement de l’emploi du temps, de la vie familiale ou professionnelle ; réorganisation indispensable car le jeu implique des déplacements et, surtout, la plupart des courses se déroulent l’après-midi. Au regard de la pratique des turfistes, le terme loisir « habille alors trop large », « amalgame pratiques occasionnelles et régulières, et ne rend pas compte du rapport intensément vécu qui façonne ces engagements apparemment futiles20 ».

16Les turfistes ont la « passion du jeu », « passion ordinaire » entendue comme ces engouements – tels le bricolage et la pratique des sports « extrêmes » – qui « partagés massivement, assumés individuellement, acceptés moralement, vécus intensément (mais sans abus dangereux) […] sont perçus comme des aspirations légitimes à la réalisation de soi et au réenchantement du monde21 ». Aspirations ou tentatives d’évasion peut-être ; l’espace-temps ludique apparaît aussi comme lieu de retrait, refuge de joueurs qui, ne s’inscrivant plus dans une existence rythmée par le travail, la famille, les amis, trouvent là un motif d’exister encore, bercés par l’espoir du « gros coup » qui changerait tout, ou simplement parce qu’être là, c’est ne pas être nulle part, c’est être avec d’autres. La misère du monde transparaît alors, mais « s’il est réducteur et fallacieux de réduire le jeu d’argent à la misère, des choses simples doivent être dites. Il y a ici exploitation d’une population relativement pauvre, souvent démunie et largement délaissée par ailleurs.22 » Ce qui réunit tous ces individus, c’est la pratique quo-tidienne du pari, qui dépasse largement le simple enjeu monétaire.

Jouer, c’est d’abord « faire le papier »

17Si certains s’en remettent au hasard, pour les turfistes, le jeu est affaire de sérieux. Il appelle la réflexion. « Miser sur le bon cheval » implique un choix, processus dans lequel on mobilise différentes ressources permettant d’élaborer un pronostic en tentant de réduire au minimum l’incertitude de la course, ne laissant que l’irréductible aléa inhérent à toute épreuve garantissant la « glorieuse incertitude du turf » et l’intérêt du jeu : « Un dé-roulement connu d’avance, sans possibilité d’erreur ou de surprise, conduisant clairement à un résultat inéluctable, est incompatible avec la nature du jeu.23 »

18« Faire le papier », mesurer les chances théoriques des concurrents pour tenter d’en « sortir » le gagnant, combattre l’incertitude, requièrent un ensemble de connaissances relevant d’un savoir pratique acquis progressivement, dans les espaces de jeu, à travers les discussions, échanges, observations avec les autres joueurs. Ce savoir englobe les règles propres au pari et aux courses et la maîtrise de formes langagières spécifiques, d’un langage technique. Un savoir qui renforce la cohésion, à tout le moins, différencie, sépare des non-initiés, permet de jouer. Mais les turfistes développent une technique de jeu qui mêle au savoir, l’intuition, les croyances, les superstitions et qui repose en grande partie sur l’exploitation des informations données par le journal.

19Ils tiennent compte des différents paramètres inhérents à la course, comme le type d’épreuve (monté ou attelé), le lieu où elle se déroule (qualité de la piste, météorologie), les allocations attribuées aux vainqueurs. Ils considèrent les chevaux engagés, leurs caractéristiques générales (origines, entraînement) ou particulières (aptitudes spécifiques, condition du moment), mais aussi les jockeys (forme, poids, réussite, connaissance du cheval, de la piste, stratégie de course) et les entraîneurs (préparateurs des chevaux). Ils s’intéressent encore à l’ambition des propriétaires : gagner, « assurer la place » (limiter le gain en vue d’un engagement prochain mieux loti, pour lequel, trop de gains entraînerait un « rendu de distance24 »).

20Les joueurs recoupent les informations, tentent de repérer les indices qui permettront de déceler les « meilleures chances », les « soleils », d’isoler les « carnes ». Paris-Turf, la « bible », leur propose de nombreuses rubriques alignant chiffres, noms, abréviations d’accès difficile pour le néophyte qui ne maîtrise pas les codes. Savoir lire le journal apparaît comme l’élément indispensable. Et, au-delà de la forme (langage spécifique, abréviations), il s’agit de percevoir l’esprit, de savoir interpréter les images dans les courts commentaires accompagnant les données.

Chacun à sa manière

21Il y a sans doute autant de manières de « faire le papier » qu’il y a de joueurs. Sans perdre de vue les singularités, on peut tenter de distinguer, au regard des pratiques individuelles, des éléments typiques dans l’élaboration du pronostic qui constitue un véritable travail de recherche et n’en demeure pas moins un plaisir, un amusement.

22Certains analysent de manière intensive le journal, mobilisant leurs souvenirs pour venir compléter un commentaire ou bien en décrypter le sens. Ils interprètent l’histoire des chevaux, prennent en considération les courses antérieures (la « musique du cheval »), comparent les choix des pronostiqueurs, en sélectionnent certains, en abandonnent d’autres, repèrent des anomalies, des stratégies d’entraîneurs, la forme des jockeys et des chevaux. Ils opèrent des croisements analytiques, compréhensifs même, ce qui demande du temps.

23D’autres, plus répandus, « statisticiens » ou « méthodistes », s’engagent « dans une série d’opérations dénaturantes, où se reflète un aveuglement qui [les] dépasse : l’obsession numérale, l’ac-cumulation frénétique des “ données ”, la croyance au déchiffrement “ mathématique ” du réel25 ». Ils s’en remettent aux statistiques des chevaux, des jockeys et des entraîneurs, « suivent à l’écart » : tel jockey qui a couru 110 fois cette année, qui a gagné 10 courses, gagne, en moyenne, une fois sur onze. S’il n’a pas gagné depuis plus de 11 courses, il ne va pas tarder. Ils joueront dans toutes les courses où ce jockey apparaîtra. De même un cheval qui n’a pas gagné depuis longtemps « doit de l’argent ». Il est nourri, logé, pansé, entraîné, ce qui coûte à son propriétaire à qui il ne rapporte rien. Un tel cheval fera l’objet de nombreux paris à chaque apparition. Cette élaboration « quasi scientifique » du pronostic doit permettre d’échapper au hasard, qui aurait ses habitudes… De nombreux joueurs usent de martingales, systèmes de jeu fondés sur le calcul des probabilités et prétendus assurer un bénéfice certain26.

24Tout est bon pour faire du pronostic une conviction indestructible : intuition comme rêve de la veille. Et la croyance superstitieuse existe ici, associée à la chance et à la malchance. Les joueurs tentent de séduire la chance, d’identifier les signes qui les feront gagner et ceux qui risquent de les faire perdre. Certains turfistes usent de porte-bonheur – le fer à cheval, le trèfle à quatre feuilles et autres « gris-gris » sont très présents. Le joueur veut gagner, veut croire qu’il peut gagner. « Et pour ce faire, il déploie deux sortes de ruses, les unes empruntées à la panoplie du magicien, les autres à l’arsenal d’une technique prétendument positive.27 » Il oscille entre rationalité et irrationalité, ce que Paris-Turf a compris, qui publie chaque jour un encart sur « les Chevaux et les Astres28 ». Mais au-delà d’une quelconque efficacité des systèmes de jeu (les joueurs, eux, sont convaincus), l’essentiel réside dans le fait que tous permettent de jouer.

Parier, risquer, jouer

25Leurs pronostics élaborés, ils se lancent dans « l’aventure du jeu29 », orientés vers cet à venir qui peut être mais n’est pas encore. La connaissance pratique du parieur est à nouveau mise à contribution. L’enregistrement doit être effectué rapidement pour que chacun puisse effectuer le sien. Savoir annoncer son pari requiert la maîtrise d’une terminologie spécifique qui assure à la fois rapidité et surtout bon enregistrement. Cette connaissance relève encore d’un apprentissage au contact des autres et des guichetiers.

26Vingt minutes avant le départ, au « début des opérations », le calme est encore présent dans le point course, les joueurs, isolés ou en petits groupes, en sont encore à fignoler leur papier, à échanger des informations. L’annonce du « départ dans six minutes » provoque un premier déplacement vers les guichets. L’excitation monte progressivement. Il s’agit de ne pas se tromper. Ils vérifient les bordereaux d’enregistrement de leurs paris. Le guichetier n’est pas à l’abri d’une erreur. A trois minutes du départ, la plupart sont aux guichets. Les autres sont devant les moniteurs, vérifient si l’évolution des cotes donnent raison à leur pari, écoutent les commentaires sur la course à venir. A l’annonce des chevaux « sous les ordres », il reste alors une minute pour jouer, et ceux qui n’ont pas encore parié, ou qui souhaitent modifier leur pari, se ruent sur les guichets. On se bouscule alors, avec pour loi, celle du plus fort. Tant pis pour celui qui ne pourra pas parier avant le départ.

27Non sans avoir tout fait pour déterminer le plus sûrement possible le résultat, l’incertitude demeure, le risque est là. Courir le risque, c’est jouer. « Le plaisir du jeu est inséparable du risque de perdre.30 » Et ce ne serait pas jouer que de le refuser. Par ailleurs, le jeu encourage la prise de risque, au regard des gains possibles. Certains parieurs, plutôt que de jouer sur des favoris, « michetons », choisissent les « outsiders ». Leurs cotes plus élevées laissent espérer de meilleurs rapports, mais le risque est plus important car, théoriquement, ils ont moins de chances de l’emporter. Ce risque apparaît comme élément de la fascination du pari. L’angoisse des joueurs ayant misé plus ou moins gros sur un cheval et qui attendent le résultat de la course, est indéniablement une cause du plaisir ludique. Le jeu fabrique de l’incertitude que les joueurs recherchent car générant le plaisir, l’émotion. Et jouer consiste à gérer ce plaisir en gérant le risque, en le prenant en considération.

28Les paris sont faits. Un instant le temps paraît suspendu, jusqu’au départ. Les yeux rivés aux moniteurs, les parieurs ont précieusement rangé leurs bordereaux de jeu ou les gardent serrés dans la main. Chacun tente d’apercevoir si son cheval a pris un bon départ, s’il ne s’est pas « mis à la faute31 ». On échange des commentaires :

« Regarde, il a pris tête et corde… c’est ce qu’il aime ce cheval… c’est gagné s’il contrôle bien sa course… »

29Rapidement, certains turfistes à l’œil avisé signalent un cheval à la faute, ce qu’annonce dans la foulée le speaker. Les com-missaires disqualifient un cheval, décision qui tue les espoirs de nombreux parieurs et provoquent leur bruyante manifestation de réprobation. Les commentaires fusent :

« Ils peuvent pas le distancer, il a remis son cheval tout de suite… »

30L’espace entier résonne bruyamment des mécontentements de quelques-uns, des injures et des plaisanteries, et la course se poursuit. Les perdants analysent le papier pour la course suivante, les autres sentent la tension monter à mesure que le peloton progresse. A l’approche de l’arrivée, les encouragements sont plus nombreux, plus accentués surtout. Des cris où se mêlent craintes et espoirs accompagnent les chevaux. A l’arrivée, nouvelle clameur où se mêlent la satisfaction enthousiaste des vainqueurs et la déception des perdants. Ces derniers, pour la plupart, déchirent leurs bordereaux qui vont, en nombre, rejoindre par terre mégots et autres papiers. Puis, ils se remettent au travail, « au turf ».

31Les rapports annoncés – dont l’annonce ne manque pas de susciter d’autres réactions selon qu’ils correspondent ou non à ceux escomptés –, certains gagnants encaissent leurs gains, les autres sont « au papier ». Ils encaisseront au moment d’enregistrer leurs prochains paris. Soulignons que les parieurs qui gagnent ne sont pas les plus expressifs. Leur joie est très souvent discrète au milieu d’une masse de joueurs plus ou moins mécontents et qui l’expriment, haut et fort, à qui veut les entendre. Mais si la discrétion semble de mise lorsque l’on gagne, voire la modestie dans la déclaration du gain aux amis (le gain succède peut-être à une série de pertes), celle-ci n’en appelle pas moins, peut-être, les félicitations :

« On peut rester modeste à seule fin de s’attirer des compliments.32 »

Et l’argent alors ?…

32Le pari sur les courses de chevaux est un moyen de « faire de l’argent » en jouant de l’argent ; moyen alternatif à celui qui correspond au travail salarié. « Quoi d’étonnant si le joueur a une mentalité d’alchimiste ? Il veut faire de l’or (ou de l’argent) et, méprisant les voies indirectes, tortueuses et pénibles, il s’est tourné vers le procédé le plus direct, forcément magique.33 » Le gain auquel on peut parvenir par sa technique de jeu, et la chance bien sûr, peut être important. Etre meilleur que les autres joueurs, les battre et gagner. Séduire la chance, pour parvenir à faire « cracher le PMU.34 »

33Ce gain récompense le « travail » du turfiste et la prise de risque. Il est donc perçu comme normal. Et l’argent gagné autorise à jouer et à rejouer. Avant même sans doute sa valeur marchande, l’argent est « instrument au service d’une pratique.35 » Le joueur doit avoir de l’argent pour jouer. Sans argent, pas de jeu. L’argent peut provenir d’un travail ou du jeu. Le joueur joue pour jouer (il mise de l’argent, dans l’espoir de gagner de l’argent pour rejouer). Et gagner n’est pas toujours synonyme de grosse rentrée financière. C’est aussi et surtout avoir gagné sur le jeu, contre les autres joueurs, être celui qui a trouvé le bon cheval. Ils ne jouent pas pour ce que l’argent représente hors le jeu et « cette attitude est indispensable au jouer car si le joueur pensait en permanence à la valeur de l’argent et aux conséquences financières de son acte, il ne jouerait pas.36 »

34Par ailleurs, la perte n’est pas la fin du jeu. Il y a toujours l’espoir, l’intime conviction, de « se refaire », conjurer le sort, rejouer et gagner pour éprouver une nouvelle fois sa chance, se rassurer sur son jeu. L’apprentissage de la perte est une dimension incontournable dans l’expérience ludique. Les pertes sont fréquentes, beaucoup plus que les gains. Il faut donc apprendre à perdre pour continuer à jouer.

Rejouer

35Les opérations de la course suivante ont débuté, perdants et gagnants ont repris leur manège. Ils se plongent dans le journal, observent les variations de cotes, échangent quelques informations, retournent au journal, notent, calculent, évaluent… certains ont déjà enregistré un pari et sont allés se rasseoir en attendant la course… les autres hésitent encore. A chaque course, les mêmes gestes, les mêmes déplacements, les files d’attente aux guichets, la tension de la course, l’attente de l’arrivée, l’encaissement. Une grande majorité de parieurs resta jusqu’à la dernière course (il y en a généralement sept, parfois plus, par réunion). D’autres quittent les lieux. On échange encore sur la réunion, les « coups » réussis ou ratés, la malchance venue transformer, dans les derniers mètres d’une course, un gain quasi sûr en perte sèche. Certains ont gardé leurs tickets et les exhibent en refaisant la course, comme preuve d’un manque de réussite :

« Regarde, j’avais presque le trio… j’avais mis le 2 et le 5 en base et champ réduit avec les 8, 9, 12 et 15… à l’arrivée j’ai 2 et 8 mais pas le 14 qui fait deuxième… en plus je voulais le mettre… tiens regarde (exhibant un second ticket) je l’avais même joué en trio avec le 2 et le 5… et puis j’ai oublié de le remettre… »

36Chacun y va de son anecdote, certains se souviennent des réunions précédentes. On ne joue plus, mais on continue encore quelques instants à parler du jeu. Progressivement, les conversations s’orientent sur des sujets d’actualité ou le quotidien. Et puis les joueurs se dispersent. La parenthèse du jeu s’est refermée, à moins qu’une autre ne se soit rouverte, celle d’un temps contraint qu’il faut assumer jusqu’au prochain temps de jeu. Car ce qui caractérise les turfistes, c’est qu’ils rejouent sans cesse.

Esquisse d’une ritualité ludique

37La pratique ludique, individuelle dans le pari, s’exprime dans un cadre collectif où se créent des liens sociaux. Limités, semble-t-il, au temps du jeu, ces liens n’en génèrent pas moins un sentiment d’appartenance. Les turfistes se retrouvent dans les espaces de jeux où la pratique s’affiche librement, s’affirme aux yeux de tous. Et le lieu du jeu apparaît parfois « aussi important que le jeu lui-même, car certains y trouvent une raison d’être, un lieu où “ vivre ”, une sorte de famille d’accueil37 ». Le jeu permet les échanges. Il peut être parlé, mis en mot, « suscite ou sert de support à des commentaires, est prétexte à parler de soi38 ». Des paroles s’échangent, des sensations, des émotions, un « exister ensemble39 » sont partagés.

38Sans doute pourrait-on envisager là l’existence d’une « com­munauté » joueuse, les joueurs se dispersant à la fin du jeu, dans le hors jeu, pour se retrouver plus tard, à nouveau dans le jeu ; émettre, après Huizinga, l’hypothèse selon laquelle une telle communauté demeure permanente, une fois le jeu terminé, sans pour autant que cela s’exprime dans une formalisation, une institutionnalisation (clubs, associations), car « le sentiment de vivre ensemble dans l’exception, de partager ensemble une chose importante, de se séparer ensemble des autres et de se soustraire aux normes générales, exerce sa séduction au-delà de la durée du seul jeu.40 »

39Le jeu se répète, s’inscrit dans la durée, la permanence, le quotidien. Il respecte un calendrier. Et l’on peut percevoir ici sa dimension rituelle ; envisager les turfistes comme des « pratiquants », les grands lieux comme des « sanctuaires », le calendrier des courses comme un cycle annuel pseudo-religieux avec ses « dimanches ordinaires » réunissant les « plus fidèles parmi les fidèles », et ses grands événements, ses « grands-messes » réunissant l’ensemble des « pratiquants ». Ritualité profane alors41, rite « hors-sacré » comme « ensemble d’actes formalisés, expressifs, porteurs d’une dimension symbolique. Le rite est caractérisé par une configuration spatio-temporelle spécifique, par le recours à une série d’objets, par des systèmes de comportements et de langages spécifiques, par des signes emblématiques dont le sens codé constitue l’un des biens communs d’un groupe.42 »

40Des éléments sont présents : dimension collective, espaces et temps spécifiques (temporalité externe, moment du jeu, et temporalité interne, durée du jeu), existence de règles, codes, langages qui nécessitent un apprentissage, comme véritable socialisation de l’individu43, permettant son intégration progressive au sein d’un « ensemble populationnel cohérent44 » des parieurs, vecteur d’identité ; déroulement particulier, calendrier, production de sens. Le jeu peut être décomposé en plusieurs phases – la préparation, le pari, la course, le résultat – durant lesquelles les joueurs s’engagent dans un rapport à l’incertitude, au risque, contre les autres (le pari est mutuel) et eux-mêmes. Parier n’implique pas seulement le fait de jouer de l’argent au risque de le perdre. L’enjeu constitue le risque, engendre la sensation, parfois intense, de vertige, comme « une tentative de détruire pour un instant la stabilité de la perception et d’infliger à la conscience lucide une sorte de panique voluptueuse.45 » Et découvrir l’issue de la course pour prouver sa supériorité dans le difficile exercice du pronostic, en quête de considération, de reconnaissance… Les joueurs s’assurent et se rassurent. Dans leur rapport au hasard, ils n’hésitent pas à recourir à des pratiques pour le moins superstitieuses, pensées comme magiques, et à des systèmes de jeu aussi peu rationnels. Cela permet de jouer, autorise la prise de risque en occultant ou, à tout le moins, en relativisant au maximum l’aléa de la course.

41Enfin, le jeu est choisi. Les joueurs pénètrent l’espace-temps ludique librement. Le temps du jeu est alors perdu pour les occupations quotidiennes contraintes, mais gagné quant à la libre disposition de soi-même, s’offrant comme luxe, tentative pour échapper à l’impératif utilitaire de rentabilité, à la responsabilité indéterminée, pour contrôler dans un cadre spécifique, ce que l’on engage, ce que l’on met en jeu en risquant de le perdre. La tension n’échappe plus à l’individu qui en contrôle l’apparition46. Ce qui ne peut être dans le hors jeu. Les joueurs savent qu’ils jouent, et font dans le jeu l’expérience de la liberté : « Temps perdu pour le travail systématique et pour la production matérielle. Temps perdu, temps gagné. (…) L’homme qui joue a donné congé aux nécessités du monde, au monde de la nécessité, pour entrer dans un univers de liberté.47 »

Haut de page

Bibliographie

Achour A. « La « passion » du jeu », in Bromberger C. (dir.), p. 331-354.

Berger P., Luckmann T. La construction sociale de la réalité. Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

Bourdieu P. Homo academicus. Paris, Minuit, 1984.

Bouvier P. La socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Bouvier P. Socio-anthropologie du contemporain. Paris, Galilée, 1995.

Bromberger C. (dir.). Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée. Paris, Bayard, 1998.

Caillois R. (dir.). Jeux et sports. Paris, Gallimard, 1967.

Caillois R. Les jeux et les hommes. Paris, Gallimard, 1958.

Elias N. Engagement et distanciation. Contribution à la sociologie de la connaissance. Paris, Fayard, 1993.

Huizinga J. Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu. Paris, Gallimard, 1951.

Maisonneuve J. Les conduites rituelles. Paris, PUF, 1988.

Martignoni-Hutin J.-P. Faites vos jeux. Essai sociologique sur le joueur et l’attitude ludique. Paris, L’Harmattan, 1993.

Neveux M. « Jeux de hasard », in Caillois R. (dir.), p. 443-598.

Pascal B. [1670] Pensées. Paris, Flammarion, 1999.

Rivière C. Les liturgies politiques. Paris, PUF, 1998.

Rivière C. Les rites profanes. Paris, PUF, 1995.

Segalen M. Rites et rituels contemporains. Paris, Nathan, 1998.

Segré M. Mythes, rites, symboles dans la société contemporaine. Paris, L’Harmattan, 1997.

Valeur M., Bucher C. Le jeu pathologique. Paris, PUF, 1997.

Yonnet P. Jeux, modes et masses. Paris, Gallimard, 1985.

Haut de page

Notes

1 Les courses hippiques se déroulent au trot ou au galop. Il en existe trois types : les courses « plates », au galop sur une piste non coupée d’obstacles ; les courses « d’obstacles », au galop sur une piste à obstacles ; enfin, les courses de « trot » se disputent au « monté » ou à « l’attelé », le cheval étant alors attelé à une voiture légère à deux roues, le sulky, sur laquelle prend place le jockey, appelé alors driver.
2 Faire les frais : ne pas perdre ni gagner d’argent.
3 En France, le pari hippique concerne huit millions de parieurs, réguliers ou occasionnels.
4 P. Bouvier, Socio-anthropologie du contemporain, Paris, Galilée, 1995, et La socio-anthropologie, Paris, Armand Colin, 2000
5 J. Maisonneuve, Les conduites rituelles, Paris, PUF, 1988, p. 16
6 P. Bourdieu, Homo academicus, Paris, Minuit, 1984, p. 11
7 Ibid., p. 12
8 N. Elias, [1983] Engagement et distanciation. Contribution à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard, 1993
9 Bouvier, La socio-anthropologie, op. cit., p. 70
10 La fresque d’une dizaine de mètres est encadrée de panneaux publicitaires qui attirent plus sûrement l’œil,  de sorte que son effet visuel s’en trouve atténué.
11 J.-P. Martignoni-Hutin, Faites vos jeux. Essai sociologique sur le joueur et la pratique ludique, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 101-102
12 Ce dernier terme est aussi employé dans le domaine de la Bourse, désignant le lieu où se déroulent les transactions.
13 Depuis 1988 et son changement de statut, d’entreprise familiale en Groupement d’intérêt économique qui lui permet désormais une activité commerciale, auparavant réservée aux seules sociétés de courses.
14 A. Achour, « La “passion” du jeu », in C. Bromberger [dir.], Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard, 1998, p. 347. Les campagnes de presse ont souvent stigmatisé les courses et ceux qui y souscrivent, regard moralisateur comme en témoignent les titres d’articles consacrés au Tiercé que signait Maurice Denuzière « Le nouvel opium du peuple », « Un symptôme de décadence sociale » Le Monde, 12 et 14 octobre 1965.
15 Martignoni-Hutin, op. cit., p. 103.
16 Ibid., p. 63.
17 Achour, op. cit., p. 348.
18 Martignoni-Hutin., op. cit., p. 40.
19 La « pince » renvoie à une période où l’on pariait en poinçonnant un ticket à l’aide d’une pince. On jouait de la pince.
20 Bromberger, op. cit., p. 23.
21 Ibid., p. 26.
22 Martignoni-Hutin, op. cit., p.111.
23 R. Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.
24 L’organisation des courses prévoit des conditions précises d’engagement du cheval pour chaque course, pour permettre une certaine égalité des chances. Au trot, on pratique le « rendu de distance », c’est-à-dire courir 25 ou 50 mètres de plus. Une organisation de l’incertitude qui tend à égaliser les chances tout en maintenant l’incertitude ; cf. P. Yonnet, Jeux, modes et masses, Paris, Gallimard, 1985, p. 80.
25 Yonnet, op. cit., p. 87
26 Il s’agit de définir le capital dont on dispose pour avoir telle ou telle chance de l’accroître de telle ou telle proportion. La martingale la plus connue consiste à doubler la mise après une perte. Même la plus évoluée des « montantes » conduit sûrement le joueur à la ruine, s’il n’a pas les réserves suffisantes pour renchérir jusqu’à gagner. On peut aussi tenter de profiter du gain précédent : c’est la « paroli » qui consiste à surenchérir après chaque gain. Enfin, citons la stratégie dite « martingale de d’Alembert », qui consiste à diminuer la mise après gain et à l’augmenter après perte.
27 M. Neveux, « Jeux de hasard », in R. Caillois [dir.], Jeux et Sports, Paris, Gallimard, 1967, p. 476.
28 Proposant un horoscope réduit à quelques signes et les chiffres, les couleurs et le dicton du jour.
29 B. Pascal, [1670], Pensées, Paris, Flammarion, 1999.
30 Caillois, Des jeux et des hommes, op. cit., p. 273
31 Les règles du trot sont très précises et stipulent que, au départ, un cheval est disqualifié s’il part au galop ou à une allure irrégulière et effectue plus de douze foulées sans être remis au trot par son jockey ou son driver. Pendant la course, le cheval ne peut effectuer plus de 10 foulées à une allure irrégulière. Dans la dernière ligne droite, les deux cents derniers mètres, signalés par un drapeau bleu, une foulée au galop suffit à disqualifier le cheval.
32 E. Goffman, Encounters : Two Studies in the Sociology of Interaction, Indianapolis, Books-Merill, 1961, p. 24-25, cité par J.-P. Martignoni-Hutin, op. cit., p. 133.
33 M. Neveux, op. cit., p. 476-477.
34 L’expression est consacrée, même si la plupart des joueurs savent que l’argent gagné est celui des autres parieurs.
35 Martignoni-Hutin, op. cit., p. 207.
36 Ibid., p. 207.
37 Achour, op. cit., p. 341.
38 Ibid., p. 347.
39 Bouvier, 2000, op. cit.
40 J. Huizinga, [ 1938] Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard, 1951, p. 33.
41 C. Rivière, Les rites profanes, Paris, PUF, 1995, et Les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988. Sur cette question des rites dans la société contemporaine, voir aussi M. Segré, Mythes, rites, symboles dans la société contemporaine, Paris, L’Harmattan, 1997 et M. Segalen, Rites et rituels contemporains, Paris, Nathan, 1998.
42 Segalen, op. cit., p. 20.
43 Entendue comme « l’installation consistante et étendue d’un individu à l’intérieur du monde objectif d’une société ou d’un secteur de celle-ci », P. Berger, T. Luckmann, La Construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986, p. 179-180. Dans le cas du joueur, la socialisation, secondaire, lui permet l’intériorisation des connaissances spécifiques propres au monde du pari hippique.
44 Bouvier, 2000, op. cit.
45 Caillois, op. cit., pp. 67-68
46 L’engagement dans le jeu, le plus souvent raisonné, n’exclut pas la possibilité de la démesure. Certains joueurs perdent ainsi tout contrôle de leur pratique ludique, ne pouvant s’arrêter de jouer avant d’avoir tout perdu. Joueurs compulsifs, pathologiques, ils présentent une dépendance face au jeu (dont ils ne peuvent se passer) qui apparaît comme le centre de leur existence, au détriment de tous autres investissements sociaux ; cf. M. Valleur et C. Bucher, Le jeu pathologique, Paris, PUF, 1997.
47 G. Gusdorf, « L’esprit des jeux », in Jeux et Sports, op. cit., p. 1162.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Leforestier, « Les turfistes. Éléments pour une socio-anthropologie du pari hippique », Socio-anthropologie [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/179 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.179

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Leforestier

Université de Paris X - Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org