Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

Les souvenirs domestiques, un retournement affectif

Véronique Dassié
p. 33-46

Résumés

Les objets domestiques voient leur statut et leur valeur changer selon le regard porté sur eux. Véronique Dassié explore dans cet article les conditions du retournement d’objets a priori anodins et dont le devenir se pose néanmoins de façon cruciale à l’occasion d’un grand tri ménager ou d’un déménagement. Derrière les enjeux affectifs revendiqués se dissimulent des enjeux socio-biographiques que les objets rendent sensibles.

Haut de page

Texte intégral

1L’objet a ceci de paradoxal qu’il est, par sa matière, une entité inerte, une et indépendante, mais qui change d’attribution selon les regards portés sur lui. Si chacun s’accorde à reconnaître qu’un objet peut subir des transformations autres que matérielles, le changement lui-même, l’instant dans lequel se déploie sa nouvelle valeur reste toutefois quelque peu en marge des questionnements, comme si seul comptait ce qu’il est devenu. De tels changements renvoient néanmoins à une question essentielle : celle des conditions de remaniement du social et de la culture propices au nouveau regard porté sur l’objet. Au-delà de la transformation physique de la matière, qu’est-ce qui justifie qu’il puisse être vu autrement ? Considérer l’objet est donc essentiel non pas tant pour sa matérialité mais parce que sa redécouverte révèle des changements imperceptibles. Derrière la possibilité de voir l’objet autrement, il y a en effet les mutations des individus et des sociétés qui le regardent.

2Cet article propose de revenir sur les conditions du retournement symbolique des choses, à l’échelle domestique des objets les plus humbles, ceux qui flirtent avec l’inutile, le déchet et l’ordinaire. Les intérieurs domestiques recèlent en effet une multitude d’objets devenus obsolètes et qui s’entassent parfois au fond des tiroirs, des armoires ou d’un grenier. Bien souvent, leurs propriétaires ne peuvent pour autant se résoudre à les jeter. Pourquoi les gardent-ils ? Que voient-ils dans ces objets ? Que sont-ils devenus ?

Du processus de valorisation au retournement affectif d’un objet

3Héritière d’une anthropologie des techniques largement développée en France, c’est par le biais d’une approche sémio-techniques (Segalen et Bromberger, 1996) que l’ethnologie de la culture matérielle s’est peu à peu tournée vers l’analyse des usages. Corollaire de la possibilité de repérer la pluralité des fonctions d’un même objet, l’idée selon laquelle un objet pouvait avoir une fonction première avant d’en acquérir une nouvelle, secondaire, avait émergé dans les années 1960 au détour des réflexions menées sur le développement de la consommation de masse (Baudrillard, 1968). Observer les changements d’attribution d’un objet a ainsi conduit les chercheurs à se pencher sur les processus qui les déterminent. Une possible inflexion de l’attribution première a été largement traduite sous l’angle du détournement ou de la reconversion technique, comme si l’objet était finalement orienté vers une fonction autre que celle prévue initialement.

4Appréhendés en termes de phénomènes évolutifs, les changements qui affectent un objet ont donc le plus souvent été examinés à partir du résultat qu’ils produisent : les chercheurs évoquent ainsi les patrimonialisations (Leniaud, 1992 ; Lamy, 1996 ; Grange et Poulot, 1997 ; Rautenberg, 2003 ; Heinich, 2009), l’artification (Heinich et Shapiro, 2012), au même titre que des sacralisations. Dans les trois cas, l’objet acquiert une valeur symbolique dont dépend son efficacité sociale. Les objets de culte africains puisent ainsi leur valeur dans leur fabrication (Bazin, 1986). Ce faisant, il s’agit de mettre en évidence que l’objet est devenu autre chose que ce que sa destination initiale pouvait laisser supposer. La petite cuillère devient patrimoine, le bidet un ready-made, un tissu une relique. Cette vision quasi balistique de la finalité objectale, va de pair avec l’idée d’imprévu et de hasard : l’objet ne se transforme en effet pas tout seul, le changement nécessitant l’intervention de tiers qui croisent sa route. Si l’objet change de voie, c’est qu’il a rencontré des institutions qui l’ont orienté sur un autre chemin.

5Penser un tel processus de transformation n’est pas sans conséquence sur la manière d’envisager l’objet. Trois principes découlent d’une telle approche. Inscrit dans un cursus linéaire, l’objet se trouve en premier lieu doté de propriétés qui en font une entité quasi anthropomorphe, singulière et évolutive. Bon nombre de chercheurs se sont ainsi penchés sur la biographie (Kopytoff, 1986), la carrière (Bromberger et Chevallier, 1999) voire la vie des objets (Halitim, 1996 ; Bonnot, 2002). Une telle linéarisation de leur histoire tend toutefois à faire oublier qu’un objet peut être simultanément plusieurs choses à la fois. Prendre en compte la pluralité des regards portés sur un même objet implique donc de rompre avec une approche strictement diachronique à laquelle invite l’idée de parcours des choses. Le deuxième effet d’une analyse en termes de processus est qu’il attire l’attention sur l’inflation de la valeur de l’objet. Tout se passe comme si le changement de finalité de l’objet imposait sa valorisation culturelle, laissant de côté la plus commune des transformations de la matière qui va au contraire dans le sens d’une dévalorisation traduite par une mise au rebut. Enfin, dernier principe implicite lié à la prise en compte de tels processus, celui de l’existence d’un dispositif capable d’injecter du symbolique dans la chose. Or, pensée comme un horizon ultime et qui va dans le sens d’une bonification, la nouvelle valeur apparaît liée à l’intervention d’instances aptes à en décrypter l’existence et qui opèrent par conséquent à partir de positions surplombantes telles que celles de l’érudit, du savant ou du spécialiste. Repérer la valeur de l’objet implique alors la reconnaissance d’une élite formée à la culture savante, qu’elle soit religieuse, artistique ou scientifique, et dont le jugement sera collectivement accepté. À travers la valorisation d’un bien se joue ainsi la possibilité de faire culture commune.

6De ce point de vue, prendre en compte le retournement des objets s’avère riche en perspectives. S’attarder sur l’instant de la transformation permet en effet de décrypter les rouages d’une production de valeur : pourquoi et comment en vient-on à un moment donné à voir autre chose dans un objet ? Si les conversions symboliques des choses, inscrites dans les rituels orchestrés par la vie sociale sont depuis longtemps aux cœurs des approches anthropologiques (Godelier, 1984), leur sécularisation et leur inscription dans le quotidien ordinaire, à l’écart des spécialistes des objets et des rituels, posent la question de l’enjeu social et culturel de pratiques intimes et discrètes. L’idée de retournement symbolique est particulièrement féconde à ce titre, dans la mesure où elle laisse la possibilité à l’objet d’être pluriel. Le retournement est réversible et considérer l’envers de la chose (dans le cas présent un objet d’affection) n’exclut pas la persistance d’un endroit (l’objet domestique ordinaire). De plus, le retournement implique non seulement ce qui est retourné mais aussi celui qui retourne. Or, alors que retourner suppose d’agir dans le sens d’un déplacement symétrique de la chose, être retourné a des incidences émotionnelles. La mobilisation affective qu’elle engage mérite donc d’être prise en compte.

  • 1 Leiris M. (1988), L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard, p. 265.

7Pour la saisir, mon analyse s’appuiera sur deux études de cas extraites des observations et entretiens menés dans le cadre d’une recherche doctorale entre 2000 et 2006 sur les conservations domestiques ordinaires. Faisant nôtre la devise de Michel Leiris selon laquelle « c’est en poussant le particulier jusqu’au bout qu’on atteint au général1 », les conservations domestiques d’Odette, 80 ans, et de Béatrice, 34 ans, nous permettront de suivre les détails de la mécanique socio-affective d’un tel mouvement.

Retournement des objets domestiques

8Odette habite l’ancien grenier d’une maison ancienne d’une bourgade de l’Indre. C’est là que je la retrouve pour réaliser l’entretien dont nous avons convenu. Elle m’attend à l’heure prévue, sur le pas de sa porte, les cheveux blancs bien peignés. Nous entrons chez elle, dans une pièce où trône, au milieu d’une table, une immense azalée rouge. Celle-ci a plus de dix ans, explique-t-elle avec fierté. Mais la culture des plantes n’est pas notre sujet puisque nous devons parler d’objets domestiques et de linges de famille. Poussant la plante qui envahit la table pour faire de la place, elle désigne un siège sur lequel m’asseoir. Elle s’installe à côté, me faisant part de sa surprise d’avoir été sollicitée pour témoigner. Je lui explique avoir appris par la conservatrice du musée local sa contribution à la collecte d’objets ethnographiques lors de la création du musée, ce qui justifie ma demande d’entretien : je prépare alors une thèse sur le rapport affectif aux objets domestiques et suppose qu’elle aura des choses à raconter à ce sujet. Très vite, emportée par les souvenirs, Odette devient en effet très prolixe, fière d’évoquer les nombreux objets collectés pour le musée.

9Son récit débute en 1980, année à laquelle Odette a pris sa retraite. Peu après, l’usine de chemiserie où elle avait travaillé sans interruption depuis la guerre ferme ses portes et ses anciens employés, au côté de leur ancien employeur, se mobilisent pour « rassembler des choses comme ça, pour faire quelque chose, on ne savait pas trop quoi au départ ». Odette contribue activement au projet. Elle sollicite régulièrement son entourage pour retrouver des chemises fabriquées à l’usine et donner au musée des vêtements qui ont appartenu à son beau-frère ou son neveu. Parmi ses nombreux dons, je m’étonne toutefois qu’il n’y ait rien de ses propres parents : « les parents, on n’a pas… on a rien gardé », explique-t-elle. Elle justifie cette absence par les travaux réalisés dans la maison familiale après leur décès. Les trois sœurs ont alors divisé la maison en trois :

On avait tout libéré, on a vendu les meubles et je sais que mes deux sœurs, elles ont fait brûler des choses, et puis y avait les chiffonniers à l’époque, ils achetaient ça trois fois rien mais ils débarrassaient et bon, ça a été donné au fur et à mesure… Donné pour être jeté, conclut-elle avec regret.

10Odette se présente en effet comme une conservatrice et c’est avec une pointe d’amertume qu’elle avoue n’avoir pratiquement rien de ses propres parents. C’est ainsi que lui revient en mémoire le souvenir d’un objet découvert chez elle quelques mois plus tôt :

En rangeant, je suis tombée une fois sur une boîte que je n’avais jamais vue. Elle était rangée tout en bas de l’armoire d’une chambre dont je ne me sers pas. C’était une grande boîte rectangulaire. Dedans, quand je l’ai ouverte, il y avait un voile de mariée avec sa couronne de fleurs. Le temps d’ouvrir la boîte et tout est tombé en poussière. Ça devait être le voile de la robe de mariée de ma mère, je ne sais pas, je n’ai jamais vu de photo de son mariage. Je sais juste qu’elle s’est mariée en 1921, elle était bonne à Châteauroux.

11En faisant du tri chez elle, Odette a découvert le vestige d’un fragment d’histoire de sa mère, dont une des rares preuves tangibles disparaît au même moment. Avec le constat douloureux de ne savoir que peu de choses de sa mère, il y a celui d’une absence de trace. La douleur qui la saisie devient palpable à travers le silence qui suit et les larmes qui perlent alors sur ses joues. Elle les balaye très vite d’un revers de la main pour poursuivre la discussion sur des objets-souvenirs moins pénibles à raconter. En quelques mots, Odette traduit tous les paradoxes liés au retournement des choses en objets d’affection : l’objet concerné n’existait pas dans son esprit avant le jour de sa découverte, elle ne l’avait jamais vu et elle ne pouvait donc y être attachée. De plus, une fois mis à jour, il tombe en poussière et n’a donc plus aucune matérialité sensible qui l’autorise à témoigner du passé. Il devient pourtant un objet essentiel.

  • 2 Woodward I. (2001), « Domestic Objects and the Taste Epiphany. A Resource for Consumption Methodolo (...)

12C’est donc en tant que dispositif narratif que l’objet doit être considéré. Il compte en effet moins pour ce qu’il est que pour la possibilité de produire un discours. La prise de conscience de sa valeur jusque-là méconnue donne à sa découverte fortuite la force d’une véritable apparition. Comme l’a envisagé Norman K. Denzin à propos des objets épiphaniques (Denzin, 1989), le souvenir rend possible la mise en mot des points de ruptures, « des moments de retournements dans la vie des individus2 ». Le retournement de l’objet coïncide par conséquent avec celui du narrateur : Odette est retournée par sa propre découverte. L’objet la bouleverse et constitue une ressource quand vient le moment de porter un regard rétrospectif sur sa vie. Il aide à articuler des fragments du passé et à donner cohérence au présent. Cet objet, dont Odette aurait pu ignorer l’existence et dont elle n’éprouvait a priori pas le manque, intervient ainsi comme une double preuve : celle à la fois d’un épisode de la vie de sa mère auquel elle n’a pas assisté et celle d’une rupture intergénérationnelle, autant avec ses propres parents désormais décédés qu’avec une descendance impossible puisqu’elle n’a jamais eu d’enfant. La disparition du voile de mariée et surtout la manière dont sa perte est vécue par Odette révèlent en creux toute l’importance symbolique de l’objet. Avec lui disparaît non seulement une matérialité physique vestige du passé mais aussi la possibilité d’en savoir un peu plus sur un personnage fondateur de sa propre histoire, sa mère. La dématérialisation physique de la chose, qui implique sa totale dévalorisation matérielle, va paradoxalement de pair avec une valorisation immatérielle, comme s’il était devenu d’autant plus précieux qu’il était dépourvu de matérialité concrète.

  • 3 Leiris M. (1994), L’homme sans honneur ou notes pour Le sacré dans la vie quotidienne, Paris, Éditi (...)

13L’irruption soudaine de cet objet souvenir dans la vie d’Odette conduit par conséquent à une inversion de sa valeur : ce qui aurait pu n’être qu’un déchet, mis au rebut à l’occasion d’un tri ou d’un grand ménage, s’avère finalement être un bien précieux indispensable. Comme j’ai eu l’occasion de le montrer par ailleurs, c’est justement parce que sa valeur matérielle peut être négligée qu’un petit rien peut être converti en trésor (Dassié, 2010). Le retournement de la valeur entre déchet et trésor passe ainsi par l’extraction de sa valeur première, matérielle et vénale, qui favorise son orientation vers une finalité nouvelle. Du registre de l’utilitaire, l’objet passe à celui du symbolique attaché à l’intangible d’une sacralité profane car l’expérience de sa découverte amène l’individu à être « comme fasciné et comme possédé (fasciné en tant que spectateur, possédé en tant qu’acteur)3 ». Son épiphanie n’est pas seulement physique, elle induit également et surtout une forme de révélation pour celui qui en fait l’expérience.

14À l’échelle individuelle, les apparitions affectives interviennent par conséquent à des moments clefs du parcours biographique. J’ai évoqué par ailleurs la superposition entre recomposition socio-biographique et de telles redécouvertes (Dassié, 2010). C’est à la faveur d’un grand ménage, d’un déménagement, ou comme ici quand se profile la fin d’une existence, que ces bilans s’imposent. Ces temps sont propices au retournement de l’objet car ils coïncident avec une transformation sociale du statut de l’individu. Alors qu’il se trouve au carrefour d’une bifurcation de sa propre histoire, l’individu procède au tri des objets dignes d’être conservés. Reste à clarifier les enjeux d’un tel tri et la manière dont ils sont orchestrés.

Le retournement du sujet

15Odette, impliquée dans la mise en place d’un musée, est aux premières loges pour pouvoir concevoir la transmission de certains objets à l’institution patrimoniale. Avant que l’établissement n’ouvre ses portes, elle s’est d’ailleurs démenée pour découvrir de quoi en alimenter la collection : « On allait même chez les gens ! Ah oui, oh là, là, c’est vrai que j’en ai fait beaucoup pour le musée. » Alors qu’elle garde précieusement certains objets personnels, jamais Odette n’a pour autant pu se résoudre à les donner au musée. Deux types d’objets, auxquels elle dit être particulièrement attachée n’iront ainsi jamais au musée. Leur valeur affective ne va donc pas de pair avec leur valorisation patrimoniale. Quel est, dans ce cas, l’enjeu de leur conservation ?

  • 4 Hoskins J. (1998), Biographical Objects. How Things Tell the Stories of People’s Lives, New York/Lo (...)

16Les premiers objets sont des coiffes « du Berry », conservées dans la famille : « Des coiffes anciennes, mais on ne les donne pas ! » Le constat semble aller de soi. S’agissant d’objets locaux, vestimentaires et qui entrent en adéquation parfaite avec le projet scientifique du musée qu’elle connaît, une telle affirmation a pourtant de quoi surprendre. Le manque d’intérêt personnel ne peut pas l’expliquer puisqu’Odette est par ailleurs attentive à leur conservation : les coiffes sont en effet soigneusement rangées « dans un placard, dans du papier bleu parce qu’on les mettait dans du papier pour bien les préserver ». Si elles font l’objet d’une véritable attention conservatoire, elles doivent néanmoins rester cantonnées à la sphère familiale : « Danielle les a pris pour ses filles et ses petites filles, non, pour ses filles. Ses petites filles, elles sont encore trop jeunes, oui pour ses filles. » La transmission intergénérationnelle évoquée à leur propos, de fille en fille en fait des « possessions genrées4 ». Ni Odette, ni sa sœur aînée, Marie, n’ayant eu d’enfant, Danielle, leur nièce, fille de leur autre sœur Léa, est donc la seule à travers laquelle se perpétue la lignée maternelle. Leur frère ne semble pas plus concerné : il « ne voudra pas de ça et sa femme, elle est du Poitou ». De cette façon, c’est la branche féminine de la voie successorale et l’appartenance au Berry qui sont privilégiées pour une transmission qui reste du strict ressort familial. Tant qu’un tel dépositaire existe, il ne peut par conséquent être question de voir sortir ces biens de la famille, fut-ce au profit d’un musée. Leur portée collective reste à l’usage privé.

17Si l’objet a perdu sa valeur d’usage initiale, il n’acquiert pas pour autant une portée collective plus large : il n’est certes plus gardé ni regardé en tant que couvre-chef mais il est devenu la preuve d’une inscription féminine et lignagère dans un territoire local du groupe familial. Sa valeur ethnographique n’apparaît pas, masquée par l’aptitude à marquer l’appartenance socio-culturelle de ses dépositaires.

18Le second objet, qui « ne serait donné pour rien au monde », est un cahier de son père : « parce que mon père avait un cœur d’or et ce cahier, là, je… il est bien caché celui-là ». Odette ne peut projeter de s’en séparer mais dans le même temps, l’avenir du cahier semble compromis :

… il faudrait bien que je les brûle… […] c’est vrai, de retrouver tout ça, c’est…, […] ça je garde précieusement, je ne suis pas sûre qu’après moi ça n’aille pas au feu, sûrement même, mais ça prouve quand même les habitudes de ce temps-là, la vie était dure, […] ce cahier, je l’aime bien, oui, oui… et puis il écrivait bien, je le regarde des fois, oui, ça, je sais où il est celui-là, et quand je range ma bibliothèque, je le vois. Je le connais par cœur.

19Pourquoi ne pas envisager le don au musée d’un objet si important à ses yeux, qui peut être interprété comme un témoignage du passé et pour lequel aucune transmission familiale n’est prévue ? Si Odette évoque la portée historique d’un tel souvenir, cela semble pourtant être moins pour revendiquer sa portée ethnographique que pour justifier une conservation domestique et repousser l’échéance d’une disparition radicale par le feu, sort réservé habituellement à ce type d’objets (Feschet, 1997). Présentés comme une preuve historique, le cahier subit un retournement sémantique et fonctionnel qui n’induit pour autant ni sa patrimonialisation publique, ni sa patrimonialisation lignagère comme cela pouvait être le cas pour les coiffes. Son retournement affectif en fait un objet personnel irremplaçable : Odette aime ce cahier, qu’elle dit connaître « par cœur », car il est le souvenir d’un père qui « avait un cœur en or ». Il fait figure de relique à la manière des vêtements d’un être proche (Dassié, 2009), dans lequel sont imprégnés les traits de caractère paternel auxquels Odette peut s’identifier également en s’appropriant l’objet.

  • 5 Rosselin C. (2009), « L’incorporation d’objets : des savoir-faire aux savoir-être », dans Julien M. (...)

20Sa conservation fossilise du sens. Si les transformations physiques de l’objet au fil des ans sont minimes, ses effets sur l’individu sont en revanche sensibles. L’objet d’affection touche son gardien qui s’émeut en retour. Ce qui fonde une existence humaine, des origines (géographiques, familiales et biologiques), comme les traits caractéristiques d’une personnalité sont ainsi incarnés. Le corps intervient avec tant de force que, pour certains, imaginer la perte de l’un de ses objets reviendrait à subir une « amputation », terme qui nous renvoie au corps et à cette idée que l’objet tend à devenir un membre avec ou sans guillemets d’ailleurs, au sens propre comme au sens figuré, donc un membre à part entière de l’identité physique et morale de chacun. Cette incorporation peut être « prise comme modalité du processus de construction des sujets5 » indépendamment de tout geste technique.

  • 6 Ricœur P. (1983), Temps et récit, 1, Paris, Seuil (Points essais), p. 103.
  • 7 Beaujour M. (1980), Miroirs d’encre, Paris, Seuil, p. 29.

21Du point de vue identitaire, alors que les coiffes permettaient à Odette de s’inscrire dans une lignée féminine et territorialisé revendiquée, le second implique des traits de caractère également fondateur de son identité personnelle. Les attributs socio-culturels des uns croisent les attributs individuels pour ainsi dire naturalisés du second. L’un et l’autre, quoique de manières différentes, renvoient à leur dépositaire des caractéristiques fondatrices de ce qu’elle peut sentir comme une preuve de sa propre existence. Mises bout à bout, les thésaurisations affectives se complètent et œuvrent à la construction de l’autoportrait de celui qui procède à leur inventaire. Leur portée spéculaire passe par une expérience sensorielle. Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, derrière ces conservations affectives, se cache de cette manière un projet résolument auto-centré. À la différence des récits de vie linéaires, cette articulation « de l’agir et du pâtir6 » donne consistance à une identité narrative fragile. Parler de soi relève dans ce cas d’une rhétorique de l’autoportrait telle que l’a défini Michel Beaujour, à savoir une « formation polymorphe beaucoup plus hétérogène et complexe que la narration autobiographique7 ». En cela, ces objets se différencient de ceux étudiés par Violette Morin (Morin, 1969), puisque leur histoire ne se superpose pas à celle de leur gardien, mais la croise à un moment donné, c’est-à-dire lors d’un retournement affectif qui en fait les garants d’une expérience identitaire, et donc d’autre chose que de leur propre histoire.

Retourner l’objet contre autrui : les doubles faces de l’objet

22La requalification des objets au moment d’un changement socio-biographique ne va pas pour autant de soi car si l’objet peut être individuellement interprété et réinterprété, il doit également s’accommoder du regard des autres. À l’échelle domestique, la recomposition se joue entre les membres du ménage. La vie de couple est ainsi propice non seulement à la mise en commun d’objets mais aussi à leur évaluation respective.

23Évoquant les objets conservés par son mari, Béatrice souligne l’existence d’une collection à laquelle ce dernier est particulièrement attaché : « Mon mari, il a 200 ou 300 médailles, qui là, sont à la cave parce qu’on n’a pas la place de les mettre et je suis ravie. » Béatrice a conscience de l’attachement de son mari à sa collection : « C’est tout ce qu’il aime, c’est la seule chose qu’il a emballé pour le déménagement, le reste, il n’en avait rien à faire. » Mais derrière le constat a priori anodin du transfert de la collection à la cave, faute de place, se dissimule une âpre négociation au sujet de l’importance accordée à ces objets et qui se traduit par des transactions à propos des espaces alloués à ces derniers. Béatrice est en effet ravie d’avoir vu cette collection reléguée à la cave, à la faveur d’un récent déménagement. Pour elle, avoir pu évacuer les médailles de la pièce principale a été un véritable soulagement. Les médailles, auxquelles tient tant son mari, ont en effet une portée toute différente à ses yeux :

Il en avait dans une espèce de vitrine assez grande, qui n’est pas là parce qu’il n’y a pas la place. Il en avait aussi dans une espèce de panier énorme et cette collection, il l’a faite quand on a eu un cinquième enfant. Et les aînés avaient des problèmes scolaires, l’aîné avait 12 ans, le deuxième avait 10 ans et il avait besoin de sa maman, le troisième avait lui aussi besoin de sa maman, le quatrième avait trois ans et j’en avais un au sein, sur les genoux. J’ai passé des week-ends entiers avec ma marmaille à faire réciter l’anglais ! On habitait Dunkerque alors et il [mon mari] partait en Belgique, partout dans le nord pour aller acheter ses médailles. Et ça, vraiment, JE LES DÉTESTE. Je ne les supporte pas, je les mettrais toutes au feu, je les donnerais au premier venu. Lui, il les adore. Je les hais. Et quand les gens s’émerveillaient, je me disais, si vous saviez ce que ça m’a coûté : des moments de solitude, des moments de désespoir, des moments de fatigue […] je les hais.

  • 8 Bourdieu P. (2002), Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Seuil, p (...)

24Le conflit de valeur autour de la collection renvoie au vécu douloureux de sa vie conjugale. Béatrice fait référence à une période difficile pour elle. Au-delà de cette expérience personnelle ponctuelle, se joue aussi une recomposition sociale insidieuse et profonde : avec son mariage, Béatrice a fait l’expérience d’un transfuge social qui se traduit par des relations difficiles avec une belle-famille aux origines aristocratiques. Béatrice a dû affronter « les risques et les coûts matériels et symboliques de la mésalliance8 » en perdant son autonomie financière car elle ne travaille plus pour s’occuper des enfants, ce que les médailles lui rappellent insidieusement. Elles exercent ainsi une telle violence que leur relégation dans un espace en marge du quotidien s’imposait. Le déménagement l’a permis.

25Le changement de domicile a donc scellé la possibilité d’accepter son nouveau statut de femme d’une famille aristocratique au prix d’une prise de distance géographique avec la famille maternelle de son mari et avec les médailles. Cette recomposition des espaces alloués aux objets marque une recomposition identitaire profonde, se défaire de goût et valeurs bourgeoises, ce qui faute d’une stricte homogamie n’allait pas de soi. C’est pourquoi il a fallu à Béatrice du temps pour accepter les meubles hérités de sa belle-famille et s’accommoder des transformations culturelles imposées par son mariage. Elle explique ainsi à propos d’un secrétaire, qu’elle a eu « du mal à supporter. Je l’aime bien mais avant, je ne l’aimais pas ». Là encore, le rejet du meuble est associé au regret du temps passé par son mari à le restaurer, synonyme de son absence :

Pendant ce temps, il n’était pas là… J’ai mis beaucoup de temps à l’aimer. Dans l’autre maison, il n’avait pas sa place, je ne l’aimais pas, non parce qu’il venait de chez ses grands-parents mais parce qu’il nous avait sacrifié pour le refaire et ça j’ai eu du mal à le supporter.

  • 9 Parrott F. (2007), « Mais où a-t-on donc rangé ces souvenirs ? », Ethnologie française, 2, p. 307.

26Tout se passe comme si le temps passé par son mari avec le meuble était un temps accordé à sa famille d’origine au détriment de la vie conjugale. Joëlle Deniot a envisagé l’isolement lié à l’activité du bricoleur à travers la partition sexuée des tâches domestiques qu’il traduit : aux femmes, les activités ménagères, aux hommes le bricolage (Deniot, 1996). Dans le cas présent, l’investissement familial décrit par Béatrice n’est toutefois pas tourné vers les descendants mais vers les ascendants, suggérant un oubli du présent voire un manque d’implication dans le devenir de la famille en construction. La relation intime entre l’objet et son restaurateur joue de la sorte comme le redoublement d’une mise à distance, à la fois physique et sociale avec Béatrice. Le déménagement, grâce au tri qu’il impose, lui permet de s’approprier peu à peu des objets difficiles à supporter. L’objet, rejeté dans un premier temps comme l’indice d’une violence symbolique faite à son rang d’héritière d’une petite bourgeoisie provinciale, peut être retourné pour être enfin apprécié. Le compromis est établi à partir d’une mise à distance des signes les plus ostentatoires du milieu de non-appartenance, les médailles. Alors que dans certains cas l’appropriation des objets de l’autre nourrit le processus d’individualisation y compris après une séparation conjugale9, l’exemple de Béatrice révèle que l’alliance peut parfois au contraire le contredire. Faute d’homogamie stricte, une sélection drastique des souvenirs et la négociation qui entoure leur mise en place domestique font donc rage. Par objets interposés, l’altérité sociale est sensible et impose une affirmation de soi.

27Les conservations domestiques d’Odette et de Béatrice révèlent les négociations socio-biographiques à l’œuvre lors des inventaires ménagers. Si la mise en conformité entre l’individu et la définition qu’il peut produire de lui-même semble être au cœur de l’enjeu conservatoire, la tension, entre des héritages intériorisés depuis la naissance et des attributs acquis a posteriori au fil d’une histoire qui s’invente chaque jour, appelle des négociations affectives récurrentes, avec les objets comme avec les êtres.

Retourner l’objet pour prendre un tournant

28Nous avons vu que la valorisation des objets domestiques retournés en objets d’affection marque une recomposition socio-biographique qui aide l’individu à prendre acte des changements sociaux et culturels qui affectent sa vie. Cette recomposition impose l’intégration d’attributs vus comme fondateurs. Les objets hérités du passé, comme dans le cas d’Odette qui puise dans ses ascendants à la fois des traits socio-culturels et de caractère, ou acquis à la faveur d’une promotion professionnelle ou encore d’une alliance, comme dans le cas de Béatrice, impliquent de s’accommoder de transitions liées à un infléchissement socio-culturel qui ne va pas toujours de soi. Ils rendent ainsi sensibles les ascensions comme les déclassements sociaux les plus insidieux. Les conditions de retournement d’un objet domestique, ce moment où l’objet est redécouvert et où il apparaît dans sa nouveauté de « souvenir » sentimental, aide à comprendre le processus par lequel l’individu peut sentir et justifier ce qu’il est, autant pour lui-même que pour autrui.

29Le retournement d’objets ordinaires, aussi intimes et personnels soient-ils en apparence, a donc une portée éminemment sociale. Les épiphanies domestiques marquent en effet les temps importants du groupe domestique, ses cycles et ses ruptures. De plus, alors que l’épiphanie affective ne semble concerner que l’individu devant lequel elle se produit, elle convoque en fait une sociabilité plus large, le cercle des intimes et des parents qui contribuent à forger cette identité. Enfin de telles découvertes ont des effets physiques : en bouleversant celui qui y est confronté, en le touchant, elle lui révèle quelque chose de lui-même. L’objet ne se contente donc pas d’être touché et manipulé par son gardien, il le touche en retour, lui faisant sentir sa propre existence lors d’une expérience dans laquelle il s’éprouve lui-même.

Haut de page

Bibliographie

Beaujour M. (1980), Miroirs d’encre, Paris, Seuil.

Baudrillard J. (1968), Le système des objets, Paris, Gallimard.

Bazin J. (1986), « Retour aux choses-dieux », dans Malamoud C., Vernant J.-P. (dir.), Le Temps de la réflexion, Paris, Gallimard, p. 253-273.

Bonnot T. (2002), La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Bourdieu P. (2002), Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Seuil.

Bromberger C., Chevallier D. (1999), Carrières d’objets. Innovations et relances, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Dassié V. (2009), « Les fils de l’intimité », Ethnologie française, 39/1, Les animaux de la discorde, p. 133-140.

Dassié V. (2010), Objets d’affection, une ethnologie de l’intime, Paris, Éditions du CTHS (Le regard de l’ethnologue).

Deniot J. (1996), Ethnologie du décor en milieu ouvrier : le bel ordinaire, Paris, L’Harmattan.

Denzin N. (1989), Interpretive Biography, Londres, Sage.

Feschet V. (1997), « Les peines de l’héritage en Provence alpine », dans Durand M. et al., La Douleur et le Droit, Paris, PUF, p. 135-148.

Godelier M. (1984), L’idéel et le matériel : pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard.

Grange D.-J., Poulot D. (dir.) (1997), L’esprit des lieux : le patrimoine et la cité, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Halitim N. (1996), La vie des objets. Décor domestique et vie quotidienne dans des familles populaires d’un quartier de Lyon, la Duchère, 1986-1993, Paris, L’Harmattan.

Heinich N. (2009), La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (Ethnologie de la France).

Heinich N., Shapiro R. (dir.) (2012), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, Éditions de l’EHESS (Cas de figure).

Hoskins J. (1998), Biographical Objects. How Things Tell the Stories of People’s Lives, New York/Londres, Routledge.

Kopytoff I. (1986), « The Cultural Biography of Things : Commoditization as Process », dans Appadurai, A. (éd.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, p. 64-94.

Lamy Y. (1996), L’alchimie du patrimoine : discours et politiques, Bordeaux, Éditions de la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Leiris M. (1988), L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard.

Leiris M. (1994), L’homme sans honneur ou notes pour Le sacré dans la vie quotidienne, Paris, Éditions Jean-Michel Place.

Leniaud J.-M. (1992), L’utopie française. Essai sur le patrimoine, Paris, Mengès.

Morin V. (1969), « L’objet biographique », Communications, 13, p. 131-139.

Parrott F. (2007), « Mais où a-t-on donc rangé ces souvenirs ? », Ethnologie française, 37/2, Grande-Bretagne. Anthropology at home, p. 305-312.

Rautenberg M. (2003), La rupture patrimoniale, Bernin, Éditions À la Croisée.

Ricœur P. (1983), Temps et récit, 1, Paris, Seuil (Points essais).

Rosselin C. (2009), « L’incorporation d’objets : des savoir-faire aux savoir-être », dans Julien M.-P., Rosselin C. (dir.), Le sujet contre les objets… tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, Éditions du CTHS.

Segalen M., Bromberger C. (1996), « L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages », Ethnologie française, 1, Culture matérielle et modernité, p. 5-16.

Woodward I. (2001), « Domestic Objects and the Taste Epiphany. A Resource for Consumption Methodology », Journal of Material Culture, 6/2, p. 115-136.

Haut de page

Notes

1 Leiris M. (1988), L’Afrique fantôme, Paris, Gallimard, p. 265.

2 Woodward I. (2001), « Domestic Objects and the Taste Epiphany. A Resource for Consumption Methodology », Journal of Material Culture, 6/2, p. 116.

3 Leiris M. (1994), L’homme sans honneur ou notes pour Le sacré dans la vie quotidienne, Paris, Éditions Jean-Michel Place, p. 42.

4 Hoskins J. (1998), Biographical Objects. How Things Tell the Stories of People’s Lives, New York/Londres, Routledge, p. 187.

5 Rosselin C. (2009), « L’incorporation d’objets : des savoir-faire aux savoir-être », dans Julien M.-P., Rosselin C. (dir.), Le sujet contre les objets tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, Éditions du CTHS, p. 294.

6 Ricœur P. (1983), Temps et récit, 1, Paris, Seuil (Points essais), p. 103.

7 Beaujour M. (1980), Miroirs d’encre, Paris, Seuil, p. 29.

8 Bourdieu P. (2002), Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Seuil, p. 180.

9 Parrott F. (2007), « Mais où a-t-on donc rangé ces souvenirs ? », Ethnologie française, 2, p. 307.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Dassié, « Les souvenirs domestiques, un retournement affectif », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 33-46.

Référence électronique

Véronique Dassié, « Les souvenirs domestiques, un retournement affectif », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1797

Haut de page

Auteur

Véronique Dassié

Véronique Dassié est ethnologue, chargée de recherche à l’Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC/CNRS/université d’Aix-Marseille, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme). Ses travaux portent sur la mémoire, la culture matérielle, la nature et les patrimonialisations. Elle aborde ces objets de recherche à travers les mobilisations affectives et les engagements individuels auxquels ils se prêtent, envisageant l’intime comme une interface pour saisir les modalités contemporaines de production du collectif. Elle a publié notamment Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime (Éditions du CTHS, coll. «  Le Regard de l’ethnologue », 2010), Des arbres au cœur d’une émotion. La fabrique d’un consensus patrimonial : le parc du château de Versailles après la tempête (Les Carnets du Lahic, Lahic/DPRPS/Direction du Patrimoine/Ministère de la Culture, 2014).
Contact  : v.dassie@mmsh.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org