Navigation – Plan du site

La « bataille de la municipalité », une élection en 1929. Contribution à une anthropologie politique de la Corse

Charlie Galibert

Texte intégral

1Sarrola-Carcopino est une commune rurale de Corse du Sud, distante d’une dizaine de kilomètres d’Ajaccio. Le village lui-même est composé de trois hameaux, Sarrola, Carcopino et La Tour. En 1929, lors de l’élection municipale, la commune compte environ 800 habitants, vit d’élevage et de petite production. L’équipe municipale, en place depuis 1925, est dirigée par le maire, Jean-Simon Bonardi, ancien militaire colonial à la retraite1.

2Les dernières élections nationales ont reconduit les mêmes personnalités ; Landry est député, mais aussi rapporteur d’un projet de loi important. Réélu également, son adversaire Pietri occupe, à partir de 1929, différents postes ministériels et sera, en janvier 1930, le plénipotentiaire français à la conférence navale de Londres.

La révision des listes électorales

3Qui peut dire quand commence une élection municipale ? Lorsque la précédente se termine ? Le village est-il en perpétuel état d’élection ? « Il se déploie plus d’énergie pour la nomination d’un maire que pour gagner 20 batailles », notait déjà le rapport Blanqui, en 1848, « et plus d’un conseiller municipal n’a dû son élection, dans un hameau de 500 âmes, qu’à des combinaisons dignes du sénat de Venise ». La politique au village ressort de rivalités de familles, pour l’essentiel entre les Sarrola et les Carcopino et leurs réseaux respectifs. L’engagement, même individuel, est inscrit dans la logique du groupe familial.

4Les élections municipales sont fixées au 5 mai 1929. En novembre, Xavier Pietri, du parti de Jean Simon Bonardi, le maire élu en 1925, et Antoine Sarrola, opposant du contre-parti, sont élus à la commission de révision des listes électorales. Naissance, résidence, possessions et activité économique sont les conditions d’inscription sur la liste électorale. Les demandes d’inscription (ou de radiation) sont discutées, et l’empoignade est de règle. Les décisions sont notifiées aux intéressés après réunion de la commission. Un appel est possible, après quoi les décisions deviennent définitives.

5Dès le 18 janvier 1929, le ton est donné. P.-A. Battistelli, Sarrolais d’origine, né en 1889, ex-adjudant d’infanterie coloniale en retraite résidant à Toulon, écrit au maire :

« Ayant appris les propositions faites dans le village et qu’il est question de rayer de la liste électorale tous les absents, je viens vous demander de quel droit on se permettrait pareil abus ! Les absents de la commune sommes nous des bâtards ! (souligné à l’encre rouge) ou des lucquois (id.)2. Je pense que non et alors j’ose espérer que les autorités compétentes réfléchiront avant d’agir. Je proteste véhémentement à ce sujet et je demande ensuite mon maintien sur la liste électorale de la commune et que ma radiation n’ait lieu que sur ma demande. Je me considère encore un enfant de Sarrola. »

6Cette première intervention traduit la distance entre les villageois corses et la loi de la république. Confirmant qu’« en Corse, comme un peu partout en Méditerranée seul importe le citoyen ; son recensement est affaire politique et non statistique ; son émigration ne l’efface pas de la mémoire collective et n’éteint pas son adhésion, acte volontaire à la communauté, ni son droit de décision sur les affaires publiques3 ».

7Un autre Battistelli écrit le lendemain qu’« étant natif de Sarrola, je tiens à demeurer fidèle à mon village et être considéré comme Sarrolais ». Le 23 janvier, le tailleur Bianchetti souhaite être maintenu sur les listes ; fidèle partisan de Jean en 1927, il a déjà versé 1.000 francs pour des travaux à effectuer dans le village. Le 25, P. Sarrola souhaite son maintien à « Sarrola où je suis né et où se trouve ma famille ». Facteur à Chatel-Montagne, il montre combien, en Corse, l’espace central dans le vécu n’est pas le lieu de travail mais l’espace affectif où se définit l’identité politico-familiale de l’individu, confirmant ainsi l’étymologie affective de la citoyenneté villageoise ; celle d’un habitant ou originaire de sa « cité » au statut de laquelle le village est hissé. Malgré le délabrement de la société traditionnelle, le village reste le lieu de la représentation politique, traduisant la représentativité d’une famille, d’une gens, dans le sens antique du terme. Même si la société tend à perdre ces notions qui traduisent une perception politique de l’espace communautaire, la dilution reste limitée. « Le Corse du village a une certaine appropriation de l’espace, non dans le sens total de la propriété privée telle qu’elle est conçue par les sociétés bourgeoises, mais dans le fait que l’espace est la représentation concrète, palpable, des codes génétiques qui caractérisent un individu4 .»

8Le 25 février, J. Barbolosi, 66 ans, cultivateur à Mandriolo, « a l’honneur de vous informer qu’étant inscrit sur les listes électorales d’Afa et Sarrola, ainsi que mon fils X, fonctionnaire au Maroc, nous optons pour rester inscrits sur la liste électorale de Sarrola Carcopino que nous habitons et où nous avons nos intérêts. » Même démarche d’un autre F.- A. Bianchetti, berger, qui, inscrit à Calcatoggio et Sarrola, opte pour rester inscrit sur la liste électorale de Sarrola « où je suis né et fiancé et où j’y ai encore ma maison d’habitation et des attaches de famille ».

9Il n’y a pas lieu de considérer la requête d’un berger comme différente ou inférieure à celle d’un haut fonctionnaire. Horace de Carbuccia, candidat pietriste qui battra Landry, aux législatives de 1932, dans la circonscription d’Ajaccio, raconte que Moro-Giaferri, grand maître du barreau et député corse entre 1919 et 1928, déploya, un jour, toutes les ressources de son art lors d’une réunion électorale pour convaincre un petit groupe de paysans qui l’écoutaient silencieusement : « Quand il eut terminé, un vieux berger pris sa pipe d’une main, lissa ses moustaches et sa barbe de l’autre, cracha par terre et dit simplement ; contre! » Le villageois, d’ailleurs, comme le rapporte Simonot5, est lui-même capable de se mesurer à l’aune du bien parler : « Le Corse est fier (...) un simple montagnard avec son petit bonnet pointu se croit presque l’égal d’un préfet (...). Naturellement éloquent, il veut être écouté (...). S’il est devant ses juges, il prend la parole après son avocat pour se défendre lui même, plaide sa cause avec chaleur et essaie de se sauver par tous les faux fuyants de la chicane la plus raffinée. » Le fait d’être un villageois parmi les villageois peut même jouer dans le sens d’un orgueil de l’entre-soi, présent tout au long de l’histoire corse6.

10Entre temps les « amis » du maire se sont manifestés pour apporter leur soutien et se maintenir sur les listes, éventuellement en court-circuitant la commission. Le 10 janvier F. Battistelli précise :

« Comme il y a 4 ans je m’étais proposé de participer à la victoire du conseil municipal sortant, mais c’est plus délicat, car voilà déjà 8 ans que je suis électeur à Clignancourt. Fais ton possible pour me maintenir sur la liste électorale car rien ne s’oppose à ma radiation dans mon village de naissance. »

11L’information circule à ce point entre le village et Paris que le correspondant de Jean, après avoir reçu « la visite de Pascal » précise que « d’après ses renseignements, tu aurais gagné des électeurs adverses » et « dans ce cas tu auras la tâche plus facile », tout en notant, toujours d’après le même Pascal : « Il paraît que vous commencez déjà la campagne électorale : vous avez le temps de vous fatiguer d’ici le mois de mai. » L’échange des vœux à l’occasion de la nouvelle année est également un moyen d’évaluation et de comptage, de ses propres voix et des chances de succès de son propre parti, mais encore de réactivation de soutiens que l’éloignement ou la santé peuvent rendre hypothétiques. C’est de Tunis, le 1e février, que A.-T. Pellicini avoue être « bien content que le monument aux morts soit en voie d’achèvement et que les travaux des fontaines vont commencer bientôt. Ce sera pour moi une joie infinie de contempler les progrès réalisés dans un si court laps de temps car tu n’a pas douté un seul moment que je te refuserais mon concours loyal et désintéressé », remarquable aveu de la valeur qu’il accorde à l’importance que l’on doit lui porter, don qu’il rendra, en quelque sorte, par sa venue à Sarrola pour les élections. Il met ainsi en évidence le tact à employer, le privilège des rapports directs, le sens de la dignité et de l’honneur que chacun attache à sa personne et que le moindre manquement au code des rapports entre hommes peut blesser et faire passer dans l’autre camp.

La commission d’appel

12Les dernières demandes d’inscription arrivent encore en mars. P.-A. Batistelli, l’adjudant en retraite, qui avait déjà écrit le 18 janvier, adresse une nouvelle lettre le 11 mars, toujours aussi révoltée.

« Vous me dites que nos adversaires se proposent de rayer de la liste électorale tous les absents du village. Je pense qu’ils réfléchiront avant d’agir et s’il en était autrement prévenez moi de suite. S’ils ne sont pas contents avec ce que je dis dans ma demande c’est qu’ils ne sont pas raisonnables. Je pense qu’ils me comprendront sans en dire davantage. »

13C’est du défi même (l’hubris grecque) que naît l’ambiance villageoise. Baldassari-Jaubert dira que « le Corse est toujours contre quelqu’un ou contre quelque chose. Il a toujours un ennemi pour s’exprimer. Je crois que si un Corse n’a pas d’ennemi il ne peut se déterminer7 ». Rumeurs d’adhésions, de transferts de voix du parti adverse vers celui du maire, tentatives d’intimidation par la menace de radiation des absents (enjeu politique autour de l’émigration vers le continent), comptage des voix ; la campagne se durcit à l’approche de l’échéance. La commission d’appel se réunit le 11 mars, avec pas moins de onze cas à examiner. Déboutés, les électeurs qui ne sont pas nés à Sarrola, n’y ont jamais été inscrits, n’ont ni domicile, ni origine, ni résidence dans la commune, ne payent pas de contributions directes et ont toujours exercé leurs droits électoraux dans d’autres communes. Deux demandes sont acceptées ; elles sont le fait de partisans du maire.

Venir voter ; I Corsi d’altro (les Corses de l’extérieur)

14Une lettre de X. Catellaggi fait le point « des décisions prises par les Sarrolais de la capitale ». Visiblement, la victoire n’était pas acquise et les adhésions dues aux transfuges du parti adverse quelque peu anticipées ou exagérées puisque c’est à la suite d’une lettre du maire que Catellaggi a fait « tout ce qui m’était possible pour décider les uns et les autres. » Un démarchage quasi militaire donne les résultats suivants : « Sauf imprévu, nous arriverons le 3 mai par le courrier de Nice ; 1°/ ton serviteur, 2°/ Paul Bianchetti, 3°/ Battistelli facteur, 4°/ Nonce Sarrola auquel il ne faut pas négliger d’envoyer un télégramme dans la journée du 30 car nous partons le 1e mai au soir, 5°/ Joseph Sarrola nous précédera d’un courrier, 6°/ mon neveu Pascal fait un peu le sauvage mais je pense qu’il viendra aussi. » Cette activité de recrutement et de rassemble­ment fébrile confirme la proximité en voix des deux partis en lice dans l’optique d’une bipolarisation dont Ravis-Giordani fait la quatrième règle du jeu politique corse8.

« Dans un univers où les idées comptent peu (…), où le pouvoir est en lui même un objectif suffisant (…), où gagner c’est avoir raison, le seul moyen de l’emporter c’est d’être le plus près possible de la majorité absolue (…) quitte, pour y parvenir, à se regrouper toujours, quelque fois au dernier moment, et par des revirements d’alliances vertigineux, dont le seul objectif est de parvenir à faire une majorité. »

15La première des quatre règles du jeu politique est que chaque parti est un agrégat instable de familles, de groupes de parenté ou de groupements locaux déjà constitués autour d’un chef que vérifie, dans la préparation des municipales du 5 mai 1929 et ses ravivements d’alliances, ses rappels à la famille, aux amis et aux partisans. La deuxième est que « le groupe minimal se comporte en toute occasion comme un tout : chaque individu est astreint à voter comme l’exige l’intérêt du groupe9 ». On peut juger du flottement et des tensions que l’émigration a pu introduire dans le système ainsi, par exemple, de ce père toulonnais donnant sa voix à Jean tandis que ce dernier, « dans l’intérêt de son commerce, doit la donner à la mairie de Toulon ». Conséquence des modifications que l’économie introduit dans le groupe minimal, il se scinde désormais en ménages plus ou moins indépendants ou autonomes, même politiquement. La troisième règle, que nous vérifions régulièrement, « c’est que la politique est une guerre où toutes les ruses, toutes les pressions sont permises de part et d’autre », dont la violence n’est pas exclue, même si elle est néanmoins « toujours contrôlée, récupérée par les chefs de parti qui savent jusqu’où ils peuvent aller trop loin, car, en fin de compte, il faut toujours déboucher sur un résultat électoral qui ait les apparences d’un vote régulier10 ».

16Ce même 17 avril, Jean Sarrola écrit à son frère François qu’il lui est « impossible d’obtenir un congé », recommandant à celui-ci « d’aller voir Mr. B (Jean-Simon) et de lui demander qu’il écrive directement à son patron pour demander en son nom d’accorder un congé de quelques jours pour cause de présence obligatoire pour voter. » Si la démarche devait échouer, Jean Sarrola n'hésite pas à déclarer à son frère qu’il « peut être sûr que j’embarquerais sans faute le jeudi 2 mai quitte à perdre ma place » (souligné) et qu’il peut « assurer le maire qu’il peut compter sur moi ». Bien qu’il soit difficile de faire la part de sbaccata (rodomontade) dans un tel effet d’annonce, on est bien obligé de prendre en considération le coût et la valeur d’une telle affirmation d’affiliation politique et personnelle.

17La course à la majorité se déroule ainsi, jusqu’au dernier moment. Il a fallu pour la « bataille de la municipalité » rallier les troupes famille par famille, parfois individu par individu, à Paris, Toulon, Marseille, Nice, Tunis, Alger, Ant Taya, pour prévoir l’issue du scrutin avant son déroulement effectif.

La Corse d’Outre-mer

18L’élection municipale du 5 mai 1929 unit, sur le mode de l’effervescence, une politique locale qui relie le village à la politique nationale, dans le cadre d’un soutien à Landry et au parti radical, mais aussi le village à la géographie (politico-économique) de l’émigration sarrolaise sur le continent et la « Plus Grande France ». L’élection avive et actualise le fait qu’il n’y a jamais eu de rupture radicale entre Corses de l’île et Corses des colonies :

« “L’exilé” est présent dans son foyer, dans son village natal, par la correspondance qu’il entretient avec ses parents et ses amis. Même éloigné il continue de faire partie de la petite communauté et dans cet horizon de relations plus restreint il appartient à un canton, à un village, à une famille11. »

19La révision des listes électorales est l’occasion de vérifier le certificat d’appartenance à la fois bio-sociologique (de naissance ou de résidence) et politique (qui a toujours voté dans la commune), l’inscription électorale étant une inscription territoriale et sensible autant que politique. Ces municipales sont l’occasion de vérifier in vivo que

« si les moyens lui en sont donnés, s’il est en Afrique du Nord plutôt qu’à Saigon, il sera même présent le jour du scrutin et chacun se souvient de ces arrivées en nombre, par bateau, à la veille des élections municipales, cantonales ou législatives12. »

Alta et bassa pulitica ; rôle et place du maire

20Un petit carnet du maire accumule les adresses de ces villageois provisoirement en exil et dresse les patronymes sarrolais correspondant aux votants. On note ainsi pas moins de 10 Battistelli, 11 Sarrola, 5 Catelaggi, répertoriés par lieux-dits (Prate Tondo, Pantano, Mandriolo) ou débordant sur Afa et Ajaccio, qui constituent en fait la suite des électeurs de la commune, préliminaire à la révision des listes électorales. Nous dénombrons 80 électeurs sur le village même, 6 à Afa, 4 à Pratetondo, 11 au Pantano, 14 à Ajaccio, 16 à Mandriolo ; 8 dispersés sur Lopigna, Cuttoli, Vero, Calcatoggio; 20 sur le continent (7 à Marseille, 4 à Paris, 3 à Nice, 2 à Toulon, 1 à Cannes, 1 à Orléans, 1 à Aix et 1 dans les Basses alpes), 2 en Algérie, 2 en Tunisie, 1 à Madagascar ; une liste de 21 noms regroupés sur une page isolée étant notée « à voir » , électeurs indécis ou à relancer. Après ces pointages, une autre liste de 21 partisans se transforme au fil de numérotations successives et de corrections, de ratures et de rajouts, en l’énumération des 12 conseillers municipaux dûment classés.

21Il n’y a pas eu, en l’état de nos sources, d’interférences politiques particulières lors de ces élections. Elles sont d’ailleurs plutôt le fait des élections nationales (législatives, sénatoriales, essentiellement), de l’alta pulitica dont l’enjeu reste « les grands mouvements historiques qui traversent l’île comme ils traversent l’ensemble national13 ». La bassa pulitica concerne plutôt, elle, « le gagne-pain quotidien, les affaires du village14 ». Or justement les fonctions de maire (et a fortiori de conseiller général) sont « des fonctions charnière entre ces deux univers articulés étroitement l’un sur l’autre et pourtant radicalement différents15 ».

22Si l’on rapporte, par exemple, les démarches effectuées pour obtenir l’adduction d’eau à la commune aux interventions politiques de niveau national et à la longue bataille de la révision des listes électorales pour les municipales de 1929, nous avons un aperçu du fonctionnement de la constellation unissant le local au national, l’alta à la bassa pulitica, autour de la personnalisation et de la notabilisation d’un individu. Cet aperçu modifie l'appréhension de la politique. Ce n’est pas un simple théâtre d'ombres projeté sur une île exsangue. On y relève certes un décalque de l’influence du radicalisme dans la vie politique de l’entre deux-guerres, en tant qu’il accorde une place privilégiée aux notables et à leur personnalité comme à l’exhaltation des valeurs de la société rurale traditionnelle, sans souci de véritable théorie politique ou d’idéologie. Mais, à l’interface des deux pôles du système électeurs/politiciens, local/national, le maire n’est pas, à Sarrola, un politicien professionnel mais plutôt le dépositaire ponctuel des voix de ses électeurs.

« Les voix qu’il détient, manipule et distribue comme des troupes à la bataille constituent en quelque sorte son principal patrimoine. Patrimoine réglé, transmis et conservé sur le double registre du calcul de l’efficacité politique et de la fidélité aux amitiés (...) en un sens, on peut dire qu’il utilise les voix de ses partisans. Mais on pourrait tout aussi bien dire qu’il est utilisé, puisque son prestige n’est chaque fois que l’ombre portée des bénéfices réels que retirent les deux pôles du système16. »

23En d’autres termes, cette année 1929, l’adduction d’eau mettant en jeu la mairie de Sarrola, les députés et sénateurs corses et le ministère, réactive les alliances, entretient les réseaux, les pressions et la stimulation des solidarités. La réalisation de l’adduction d’eau, c’est la transformation des voix de ses électeurs en « intérêt communal » qui devient à son tour stimulation pour le renouvellement voire l’accroissement de ces voix. Dans cet échange apparemment local, les politiciens sont l’indispensable maillon extérieur, dont l’intervention accroîtra le pouvoir du maire, c’est-à-dire du parti qui portera et maintiendra ou changera les politiciens en place. Cette opération faisant intervenir les deux chambres et toutes les tendances politiques corses – y compris ennemies (Landry-Moro versus Pietri-Doumer) – relève ainsi de la relative stabilité de l’administration, alors que dans le même temps les ministères « politiques » changent. Entre la constitution du dossier (mai 1925) et l’inauguration (1930), pas moins de 7 cabinets se succéderont. Landry redeviendra simple député après avoir été au ministère, Pietri ministre après avoir été député, Moro sera battu par Pierangeli et Doumer deviendra président du Sénat. On voit ainsi comment la centralisation du système politique français, encore accentuée par l’éloignement de la société insulaire, a poussé à la constitution d’intermédiaires se coulant dans ce modèle pour pratiquer ce que Culioli appelle « un périlleux exercice de godille17 ». Ce dernier consiste à rapprocher l’île du continent (mandats électifs, subventions, réalisations économiques) tout en la maintenant éloignée de celui-ci (organisation politique familiale, partisane, clientélaire), dans une sorte de combinatoire où la cristallisation autour de personnalités éponymes (gavinistes, arénistes, landrystes et piétristes) joue à la fois d’une tendance « méditerranéenne » et de la faiblesse des réalisations économiques à gérer, de la logique d’une économie « électorale » (les mariages les plus importants unissant en priorité les « patrimoines électoraux ») et du caractère ostentatoire aux yeux des élus et de la population des réalisations déterminées par les joutes électorales et les enjeux du pouvoir18.

Le grand jour

24L'intense agitation, commencée dès le mois de janvier, trouve son aboutissement le 5 mai, pour l’élection. Si le résultat semble acquis en faveur de l’équipe sortante, l’ambiance n’en est pas moins tendue, à tel point que le tambour afficheur placarde à l’entrée de la mairie un avis qui se veut propitiatoire.

« République française. Mairie de Sarrola. Au nom du peuple français. conformément à la loi et en vertu du décret réglementaire de 1852, article 11, nous requérons Monsieur le chef de la brigade Paoli pour expulser les perturbateurs et au besoin faire évacuer la salle de vote. A Sarrola, le 5 mai 1929. Le Maire. »

25Il est vrai que les perturbations, ou les menaces de per­tur­ba­tion du vote sont fréquentes. Susceptibles de faire invalider les élections, elles peuvent représenter un gain de temps précieux pour renverser les alliances et les situations. L’élection se déroulera finalement sans que l’on en arrive à ces extrémités. La réélection de l’ensemble de la liste est acquise par 1.318 voix contre 902 à la liste adverse. Les co-listiers de Jean-Simon totalisent entre 106 et 114 voix sur 187 votants, la liste adverse ne dépassant pas 78 voix. Le discours prononcé (conservé dans les papiers familiaux) à l'occasion de cette réélection annonce une

« petite manifestation pacifique, dans le plus grand calme et sans tirer un coup de feu, en nous rendant chez l’ami Paul Sansonetti où nous lèverons nos verres à la prospérité de notre cher village et à l’union de toute la population. »

26Les comptes de la commune pour 1930 portent la trace d’un repas de victoire à Ajaccio de 9 membres du nouveau conseil municipal pour une somme de 365 francs et du reçu de M. Jean-Simon Bonardi, maire de Sarrola, de la somme de 190 francs pour « règlement d’une course à Cannelle, ainsi que 11 bouteilles de champagne ».

27Si, tout objet anthropologique est problématique, c’est que plusieurs niveaux de pertinence et d’existence mêlent intimement le local et le global dans l’expérience même qu’en font les acteurs. Si, en fin de compte, nous en saurons un peu plus sur Sarrola, c’est que l’intelligence de cette aventure paroissiale ne dépend pas du seul niveau local ou du seul niveau global, mais que c’est en recourant aux variations de points de vue que pratiquent les acteurs qu’elle prendra quelque sens. La conjonction d’une pesée locale et d’une pesée globale évite de faire à la fois une quelconque exemplarité et une quelconque exception de la politique en Corse, relativisant les spécificités des sociétés complexes rurales tout en insistant sur les pratiques politiques insulaires.

28Si les acteurs se déplacent et agissent bien au sein de configurations d’événements et de rapports sociaux, l’analyse permet d’observer le processus d’« intégration » de la Corse à la France « au ras de l’histoire », mais elle ne le réduit ni à une réplication locale des directives continentales ni aux tensions opposant une communauté périphérique aux exigences d’un Etat éloigné et centralisateur. La société villageoise elle-même se décompose ou se fracture en fonction des intérêts divers ou divergents des groupes particuliers, qui se neutralisent réciproquement dans l’identité de gestion proposée par les maires successifs. Ici encore, l’expérience la plus élémentaire de l’individu ou du groupe restreint dévoile un grand nombre de contextes différents. Nous rejoignons Marc Abélès, dont l’anthropologie politique offre l’exemple d’une « perpétuelle tension entre, d’une part, la nécessité d’approfondir une connaissance des relations politiques qui se fonde sur l’expérience très intime d’une collectivité bien délimitée et, d’autre part, l’exigence de rendre compte des connexions entre micro et macro pouvoirs qui oblige à recourir à changer d’échelle pour appréhender les phénomènes19 ».

Haut de page

Bibliographie

Abélès, M. « Le rationalisme à l’épreuve de l’analyse », in J. Revel (dir.). Jeux d’échelles. La micro analyse de l’expérience. Paris, Seuil/­Galli­mard/­Ed. de l’EHESS, 95-111, 1996.

Briquet, J.-L. « Les pratiques politiques officieuses. Clientélisme et dual­isme politique en Corse et en Italie du Sud », Genèses, 20, 73-94, 1995.

Culioli, G.-X. Le complexe corse. Paris, Gallimard, 1990.

Ettori, F. Anthologie des expressions Corses. Marseille, Rivages, 1984.

Galibert, C. « Eléments d’anthropologie de l’acteur et de l’observateur. Sarrola Carcopino, village corse (1839-1945) ». Doctorat d’anthro­po­logie, Université de la Réunion, 2000.

Martinetti, J. Insularité et marginalité en méditerranée Occidentale, l’exemple corse. Ajaccio, Le Signet, 1989.

Meistersheim, A. Territoire et insularité. Marseille, Publisud, 1991.

Memorial des Corses. Ajaccio, Albiana/Editions du mémorial (7 volumes parus), 1981-2002.

Ravis-Giordani, G. « L’alta pulitica e la bassa pulitica. Valeurs et comportements politiques dans les communautés villageoises corses (XIXe-XXe siècles) », Etudes rurales, 63-64, 171-189, 1976.

Ravis-Giordani, G. Bergers corses, les communautés villageoises du Niolu. Marseille, Edisud, 1983.

Ravis-Giordani, G. Corse. Paris, Bonneton, 1992.

Sanguinetti, S. « L'information télévisée en Corse », Cuntrasti, 7,1987.

Simonot, J.-F. Lettres sur la Corse. Paris, Chaumerot Jeune, 1821.

Tafani, P. « La Corse » in Y. Lacoste (dir.). Géopolitiques des régions françaises. Paris, Fayard, 961-1131, 1986.

Haut de page

Notes

1 Charlie Galibert, « Eléments d’anthropologie de l’acteur et de l’observateur. Sarrola Carcopino, village corse (1839-1945) », Doctorat d’anthropologie, Université de la Réunion, 2000.
2 Ettori signale à ce sujet la honte de qui ne peut prendre part au vote parce que le maire l’a fait radier des listes électorales : « Ferma lucchesu » : « Il reste Lucquois », c'est-à-dire semblable à ces malheureux émigrés italiens qui vivaient en marge du village sans carte d’électeur…et sans fusil. Rayer un électeur est une injure grave et qui fut souvent sanglante » in Francis Ettori, Anthologie des expressions Corses, Marseille, Rivages, 1984, p.130.
3 Pierre Tafani, « La Corse », in Yves Lacoste (dir.), Géopolitiques des régions françaises, Paris, Fayard, 961-1131, 1986, p. 985.
4 José Martinetti, Insularité et marginalité en méditerranée Occidentale, l’exemple corse, Ajaccio, Le Signet, 1989, p.134.
5 Jean.-François Simonot, Lettres sur la Corse, Paris, Chaumerot Jeune, 1821, p.123.
6Au début du XVIIIe siècle, le gouverneur Felice Pinello notait que « même les vilains les plus abandonnés et les plus pauvres sont orgueilleux ; ils ont la prétention d’être bien traités, estimés et honorés comme ils font entre eux, dans leurs causeries où ils se traitent toujours de seigneurs ». Georges Ravis-Giordani, Bergers corses, les communautés villageoises du Niolu, Marseille, Edisud, 1983, p.22. Plus près de nous, Sampiero Sanguinetti, lorsqu’il dirigeait l’information télévisée régionale en Corse, n’estimait pas un ministre plus important qu’un paysan : « Beaucoup de journalistes des régions rêvent de la télévision nationale et l’imitent, ne comprennent pas ce mélange de langues, trouvent un ministre plus important qu’un habitant. C’est capital un ministre, mais pas plus important. » Sampiero Sanguinetti, « L'information télévisée en Corse », Cuntrasti, 1987, 7, p. 23.
7 Anne Meistersheim, Territoire et insularité, Marseille, Publisud, 1991, p.50.
8 Georges Ravis-Giordani, Corse, Paris, Bonneton, 1992, p.96.
9 Ibid.
10 Ibid.
11 Memorial des Corses, Ajaccio, Albiana/Editions du Mémorial, 1981-2002, VI, p.406.
12 Ibid.
13 Ravis-Giordani, Bergers corses, op. cit., 1983, p.121.
14 Ibid.
15 Ibid.
16 Ibid, p.121-122.
17 Gabriel Xavier Culioli, Le complexe corse, Paris, Gallimard, 1990, p.226.
18 Jean Louis Briquet, « Les pratiques politiques officieuses. Clientélisme et dualisme politique en Corse et en Italie du Sud », Genèses, 1995, 20, p. 73-94.
19 Marc Abélès, « Le rationalisme à l’épreuve de l’analyse », in Jacques Revel (dir.) : Jeux d’échelles. La micro analyse de l’expérience, Paris, Seuil/Gallimard/Ed. de l’EHESS, 1996, p. 99-100.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlie Galibert, « La « bataille de la municipalité », une élection en 1929. Contribution à une anthropologie politique de la Corse », Socio-anthropologie [En ligne], 13 | 2003, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/180 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.180

Haut de page

Auteur

Charlie Galibert

LAMIC/ Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org