Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

Objets bureaucratisés, objets domestiqués ?

La fabrique ordinaire de la séparation entre le domicile et le travail
Anne Monjaret et Valérie Guillard
p. 47-63

Résumés

Anne Monjaret et Valérie Guillard traitent du passage des objets entre le domicile et le travail, à partir d’une enquête qualitative menée auprès de vingt citadins. Elles montrent que le statut des objets peut changer ou non, selon le lieu où ils échoient, que cette arrivée soit permanente ou temporaire. Certains sont bureaucratisés – objets « du domicile », ils deviennent objets « du bureau » – quand d’autres, à l’inverse, sont domestiqués faisant le chemin contraire. Parfois, ils conservent leur statut. In fine, l’étude de ces mouvements confirme l’existence d’une séparation entre domicile et travail, séparation à deux dimensions. Par assimilation : les objets ne sont plus d’ici et se fondent dans leur nouveau contexte devenant des objets de là-bas. Par conservation : les objets d’ici ne seront jamais des objets de là-bas. Ces résultats permettent de saisir le rôle de la culture matérielle dans la séparation spatiale entre le domicile et le travail.

Haut de page

Texte intégral

1Les études sur la culture matérielle dans nos sociétés contemporaines semblent respecter la dichotomie des espaces domestiques et professionnels. Nombreuses sont celles à s’être attachées aux intérieurs domestiques, questionnant notamment le rôle de l’objet dans la construction d’un « chez soi » (entre autres Kaufmann, 1992 ; Segalen et Le Wita, 1993 ; Miller, 1998 ; Garabuau-Moussaoui et Desjeux, 2000 ; Filiod, 2003 ; Dassié, 2010). Quoi que de façon moins prolixe, d’autres se sont intéressées aux espaces de travail, questionnant le rôle des objets dans la définition de l’identité au travail (entre autres Fischer, 1989 ; Monjaret, 1996 ; Tian et Belk, 2005) ou dans la délimitation des frontières entre les sphères du privé et du professionnel (Nippert-Eng, 1996). Ces travaux n’interrogent cependant pas cette culture matérielle du quotidien dans un contexte de circulation, excepté celui du déménagement (Desjeux et al., 1998) ou celui des déplacements pendulaires des « provinciliens » entre la capitale et la province (Meissonnier, 2001).

  • 1 Cette recherche a été financée par l ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergi (...)

2C’est à cette circulation ordinaire et au passage des objets d’un lieu à un autre que nous nous intéressons1. Cette recherche s’inscrit dans la continuité de la réflexion théorique développée par Anne Monjaret sur la relation entre les espaces, domestiques et professionnels, et le mouvement des hommes et des choses que cela suppose, sur le continuum travail et hors travail à travers l’examen des activités, s’effectuant respectivement dans les deux lieux (Monjaret, 2008). Mais ici, nous portons précisément notre attention sur les objets qui se déplacent du domicile au travail, et vice versa. Suivant Arnold Van Gennep (1981), nous chercherons à comprendre l’effet du passage sur leur statut ; autrement dit, à saisir ce que ces derniers deviennent, lorsqu’ils arrivent dans un nouveau lieu. Changent-ils ou contraire conservent-ils leur statut d’origine ? Pourquoi ? À quelle catégorie d’objets appartiennent-ils dorénavant : des objets « de chez soi » ou des objets « du travail » ?

  • 2 Nous avons réalisé en 2012 une enquête qualitative, menée en binôme, auprès de vingt actifs, hommes (...)

3Nous faisons l’hypothèse que se joue et se rejoue, à travers ce passage, l’affirmation de la séparation des lieux. La ville nous semble un terrain pertinent pour vérifier cette hypothèse car son histoire est marquée par une progressive distinction géographique du domicile et du travail. Nous avons donc choisi d’étudier les pratiques de citadins actifs issus de la classe moyenne, travaillant dans le secteur tertiaire et habitant à Paris ou en région parisienne2. À partir de leurs manières de signifier cette démarcation, c’est-à-dire en étant aux plus près de leurs façons de dire et de faire, deux principes de séparation ont pu être dégagés : un par assimilation (du lieu d’arrivée) et l’autre par conservation (du lieu d’origine), que nous proposons d’analyser dans cet article.

Plus d’ici mais de là-bas : une séparation par assimilation

4Parmi les objets qui circulent, certains quittent définitivement leur lieu d’origine et en viennent à être assimilés au lieu d’accueil : ils ne sont plus d’ici mais sont de là-bas. Un retournement des choses s’observe alors. Ce passage conduit les personnes à reconsidérer le statut de leurs objets, comme si l’arrivée dans ce nouveau lieu impliquait un rapprochement, sinon une assimilation avec ce dernier. Tout en conservant une même enveloppe, les objets auraient cette capacité à se faire autre, à être autre, à la manière du caméléon. Qu’est-ce qui œuvre à ce changement ? Certes, le nouveau lieu, la fonction de l’objet, son contexte d’usage, sa valeur, etc. C’est le sens de cette malléabilité que nous interrogeons.

Les objets bureaucratisés

5Que se passe-t-il donc quand les objets du domicile prennent place dans les lieux du travail ? Comment est-il possible que des objets domestiques se bureaucratisent ? Nous entendons par bureaucratisation, le fait que des objets arrivés du domicile s’imprègnent de la sphère du travail au point de ne plus pouvoir reprendre le chemin inverse.

6Il existe des objets qui possèdent déjà un potentiel professionnel. Aussi, leur propriétaire ne voit aucun inconvénient à les transférer de chez lui au travail. Il en est ainsi des stylos de Nelly : « Des stylos. Mais bon, c’est vraiment le côté utile. Comme on est plusieurs à passer et il n’y a que trois ou quatre stylos, au bout de quelques jours après il n’y en a plus. Donc régulièrement j’en amène. » Les stylos que ramène Nelly viennent alimenter un stock qui a vocation à être partagé.

7D’autres objets restent plus volontiers attachés à leur propriétaire, c’est le cas des « objets-livre » (Martin, 2000) ou de toutes autres publications.

Et puis mes bouquins de droit même si certains sont obsolètes, les bouquins de bases, ceux que l’on achète à la fac, ils vous servent toujours pour les choses fondamentales. […] ça c’est ce qui est venu de chez moi au travail. Il faut préciser que ce sont des objets qui étaient déjà un peu professionnels – si on peut dire – à l’origine. Ils étaient rattachés un peu à ma future activité professionnelle. (Annabelle)

8Placés d’emblée du côté de la sphère du travail, le transfert de ces ouvrages apparaît logique, marquant le passage d’une vie estudiantine à une vie active. La transformation du statut des objets va ici de pair avec le changement de statut social de leur propriétaire. Il en est de même des publications dont dispose Francis et qui datent de la rédaction de sa thèse : « Il y a des articles que j’ai ramenés, ici (au bureau), qui étaient chez moi. Pendant longtemps je les ai stockés chez moi. Et puis je me suis dit que c’était ridicule de les stocker chez moi. » Désormais ces publications relèvent exclusivement des activités professionnelles et leur déplacement s’explique par l’actualité de leur utilité.

9Il en est autrement, en revanche, des objets du domicile qui se reconnaissent d’abord par leur qualité domestique, personnelle voire intime. Pour eux, le retournement apparaît plus radical. C’est le lieu de l’usage qui en définit le statut. Ainsi Marie-Dominique, institutrice, prend toujours avec elle une petite pharmacie afin de dépanner ses collègues : « Il y a un tube d’aspirine. Mais ça peut servir, pour moi ou les collègues. Bon les enfants non, on ne leur en donne pas. », ou encore ses élèves : « Il y a des serviettes hygiéniques parce qu’elles ont dix, onze ans les filles. Il y en avait cinq qui étaient déjà réglées dans la classe. Je les prends “en aparté” et je leur dis : “écoutez les filles si ça vous arrive, j’en ai toujours dans le sac à main, dans mon cartable”. » L’activité de Marie-Dominique explique l’usage de ces objets de soin dans un cadre de travail : accompagnement et partage appartiennent aux motivations de cette enseignante. Cette conception du partage se retrouve dans d’autres milieux professionnels, comme celui des employés du secteur tertiaire que nous avons rencontrés ; elle conduit certains à ramener une « petite passoire » pour la préparation du thé, une cafetière, des tasses pour éviter de boire dans des gobelets en plastique, etc., autant d’objets domestiques qui participent d’une convivialité au bureau : « toutes ces histoires de thé, c’est très important dans ma vie au bureau » (Anne). Mais ces objets une fois franchis cette porte n’en ressortiront quasiment plus : ils appartiennent au lieu. S’ils arrivent aussi facilement au bureau, c’est que bien souvent leur possesseur n’y trouve plus beaucoup d’intérêt à domicile. Ils n’en font pas ou plus usage ; en cela une rupture était déjà entamée avant qu’ils ne quittent le logement et elle n’est que confortée par cette exportation : « J’ai ramené des choses dont je n’ai plus l’utilité à la maison » (Anne).

10Parfois, ce sont des critères esthétiques qui prévalent à ce choix. « En fait j’ai commencé à apporter une tasse à thé qui me plaisait pas trop. Et puis après j’en ai acheté une jolie que j’ai mise chez moi et puis je me suis mise à dire : “allez, elle est pas trop mal et je vais l’amener au bureau” » (Cécile). Si Cécile commence par apporter une tasse qui ne lui plaît pas, elle n’hésite pas ensuite à revenir avec une plus « jolie ». La valeur esthétique d’un même type d’objet, voire d’un même objet, peut changer, selon les moments, aux yeux de son propriétaire et devient sujet à un arbitrage. C’est ce qui est arrivé au pot de Christelle : « ça vient de chez moi ce pot. Des fois vous allez dans le magasin, vous voyez un pot, vous vous dites que c’est joli. Arrivé à la maison, pas du tout. Effectivement je me suis dit : “allez ! Au bureau” ». Il en est de même de la plante verte de Madeleine qui ne se résout pas à s’en séparer et, plutôt que de s’en débarrasser définitivement, elle l’installe dans son bureau : « Je pensais apporter une plante. C’est une plante verte. Elle a perdu ses fleurs, elle a de belles feuilles, elle n’est plus aussi décorative qu’au début. Donc je n’ai pas envie de la garder chez moi. Et comme au travail je n’ai pas de plante, c’est mieux de l’avoir au travail. » Il s’avère que les objets qui atterrissent le plus souvent au bureau sont les moins appréciés : « Donc c’est vrai c’est peut-être celles (les tasses) que j’aimais peut-être le moins. » (Madeleine) ou encore « Autres choses qui sont venues de chez moi. […] des sacs de secours au cas où, […] un sac en bandoulière, un sac pour ceci, un sac pour cela. Qui sont des sacs assez moches que je n’utiliserai pas » (Annabelle). Il existerait une hiérarchisation esthétique. L’absence d’esthétique faciliterait le retournement de ces choses domestiques en objets bureaucratisés. Le bureau se penserait-il sans esthétique, ne laissant la place qu’à une fonctionnalité quasi primaire ?

11La vraie raison se situe peut-être ailleurs, dans cette difficulté à se défaire de ses affaires (Guillard, 2013). Le bureau permet alors de prolonger leur vie. Il évite la mise au rebut ; c’est le cas de la plante verte de Madeleine : « parce que finalement les feuilles sont assez belles et du coup elle est assez décorative. Donc ça me fait mal au cœur de la jeter. Mais en même temps pour chez moi, je préfère en racheter une autre ». Le bureau contribue parfois aussi à délester un trop-plein domestique, par exemple, un trop-plein de mugs : « J’ai apporté un mug. De toute façon, mon mari trouve qu’il y en a trois fois trop des mugs. Il préférerait en foutre à la poubelle. Et c’est moi qui freine un peu en lui disant : “non, non attends, ça va peut-être servir…” » (Anne-Marie).

12Il reste que pour une grande part de ces objets, leur bureaucratisation tient au temps, à une forme de fossilisation sur place qui finit par les associer, par les ancrer au lieu de travail au point que les personnes n’y prêtent plus attention ; leur présence familière rend leur déplacement quasi-impossible. Certains de ces objets font en quelque sorte progressivement leur trou et il arrive un moment où on ne les imagine pas attachés à un autre endroit. Il apparaît comme une évidence de les conserver au bureau, à la manière de la plante de Cécile :

Il y en a une autre que finalement j’ai un peu recyclée ici. Parce qu’elle ne rentrait plus quand on a déménagé dans notre nouvel appartement, donc je l’ai mise là, et elle était très bien. Au début je la mettais juste là, pendant l’été pour qu’on lui mette de l’eau. Et à force je ne l’ai plus ramenée celle-là. Donc ça c’est parti de chez moi et c’est resté, ici.

13Une deuxième vie devient possible ailleurs, comme pour le châle d’Anne-Marie :

Le vrai seul châle grand que j’avais, que l’on m’avait offert et qui est très couvrant et que j’utilise assez rarement chez moi. À la rigueur, je m’en servais plus pour venir de la maison au travail quand il faisait très froid. Mais bon finalement […] ce qui était au début un objet qui transitait est devenu au bout d’un moment un objet qui est resté là.

14Cet ancrage signe souvent un non-retour au domicile, les objets étant parfois vécus par leur propriétaire comme définitivement « contaminés » par le travail (Douglas, 1971). La veste d’Annabelle est en cela un bon exemple :

Je la mets au travail. […] Elle est là. […] Je l’ai achetée il y a longtemps. C’était la mode à l’époque des petites fleurs cousues par dessus […]. Elle a quand même 7-8 ans […]. C’est pas la veste fashion que l’on met pour aller dans un dîner ou dans une fête. […] Je la laisse au travail. […] Mais est-ce que je la remettrais chez moi dans un contexte privé, je ne pense pas. Parce que ça y est, elle est marquée travail.

Pour cette veste qui n’est plus au goût du jour mais conserve quelques utilités, le bureau semble devenir une sorte de placard qui évite de la jeter.

15Cette imprégnation du lieu condamne l’objet à être et à rester un objet professionnel, c’est-à-dire à être attaché exclusivement au lieu de travail. Il en est ainsi des chaises du cabinet d’avocat de Martine :

Parce que si ça a été utilisé pour le pro, ça a été utilisé dans un cadre où ça a été touché par d’autres personnes et d’autres personnes se sont assises dessus etc. […], ça c’est peut-être de la maniaquerie […] ça ne fera pas, le sens inverse. Une fois que c’est parti en pro, ça ne reviendra pas en perso, ce sont des objets du cabinet.

16Cette contamination de l’objet mais parfois sa seule bureaucratisation rend inenvisageable son retour à domicile, marquant la séparation du lieu de travail avec le domicile.

Les objets domestiqués

17Les objets migrant du lieu de travail au domicile connaissent-ils le même destin que ceux ayant parcouru le chemin inverse ? Certains objets du bureau semblent en effet être domestiqués, c’est-à-dire considérés comme dédiés à la maison. Comment et pourquoi deviennent-ils des objets domestiques ?

18Anticiper un besoin à domicile motive l’appropriation de certains objets sur le lieu de travail et participe, avant même qu’ils aient rejoint le domicile, à leur domestication. Il s’agit non seulement d’en faire un usage à des fins personnelles mais surtout d’en faire un usage pour soi « chez soi », comme c’est le cas de l’agrafeuse de Simon :

Je pense que j’ai dû emprunter une agrafeuse […] Parce qu’ici tout le monde en a et puis il suffit que je reçoive deux boîtes et puis bon j’en laisse une là. Et puis je ramène l’autre au domicile. […] Ce sont des choses qui n’auront pas d’utilité ici ou qui auront une utilité vraiment moindre, donc je les ramène.

19« Emprunter » une agrafeuse et en réalité la prendre pour soi relève de la pratique de la perruque, généralement non autorisée au sein des établissements professionnels (Anteby, 2003). Aussi cet acte est loin d’être considéré comme anodin par celui qui le commet ; cette appropriation appelle la justification, et ce d’autant plus que la personne qui se permet un tel acte a conscience de son aspect illicite. Simon mobilise un autre exemple à partir duquel il est plus explicite à ce sujet : « […] ou “j’ai plus de papier dans l’imprimante, tiens ! Si je prenais quelques feuilles de papier”. C’est plutôt un détournement d’objet du travail […] ». Ce détournement d’objet devient à terme un retournement d’objet.

20Une autre des justifications qui vient légitimer ce type d’actes apparaît dans le fait qu’ils contribuent à freiner le gaspillage. Les papiers de brouillon ne sont pas jetés et profitent à la maison aux enfants qui dessinent. Gabriella évoque quant à elle les cartons pour les déménagements :

[…] que j’ai récupérés. Parce que je travaillais dans une agence de publicité. Et de temps en temps, on recevait des objets publicitaires dans des cartons de différentes tailles et de bonnes dimensions. Donc dès que je voyais un carton qui ressemblait à mon besoin, je récupérais le carton. Je ne le jetais pas.

  • 3 Au sujet de la pratique de récupération des cartons sur les lieux du travail, voir Desjeux et al., (...)

21Cette pratique est assez commune sur les lieux de travail3 et ne semble pas aux yeux des salariés porter préjudice à l’entreprise, puisque ces objets sont généralement destinés à la benne.

22Dans un autre registre, alimentaire, certaines personnes vont jusqu’à récupérer « les viennoiseries ou les restes de sandwichs après des réunions » pour les ramener chez eux, à la manière de Simon qui en donne une explication : « Non mais il peut y avoir un côté où les choses du travail peuvent agrémenter la vie au domicile. » Cette récupération permet surtout d’éviter la perte de ces denrées. Les objets seraient donc domestiqués par souci d’économie.

23D’autres motifs conduisent à leur domestication. Par exemple, un changement d’usage : des objets de travail peuvent devenir des objets de loisir. Le cas de l’ordinateur d’Anne est en cela intéressant :

Maintenant (l’ordinateur) ne reste plus qu’à la maison. Il ne me sert plus qu’à regarder mes mails personnels et écouter de la musique. C’est vraiment l’objet qui a changé de catégorie. Avant c’était un objet de travail et maintenant c’est un outil de loisir, de tous les jours, tout venant.

24Malgré ce nouvel usage, Anne semble encore hésiter dans l’attribution claire d’une catégorie : son ordinateur est devenu un « outil de loisir » et non un objet de loisir, alors qu’il a été un « objet de travail ». Il oscille entre objet et outil, entre travail et loisir. Sans doute, est-ce parce qu’il faut du temps aux choses pour que leur transformation soit achevée complètement.

25Parmi les objets qui ont vocation à rejoindre le domicile, nous trouvons par ailleurs les cadeaux (Godbout, 2000 ; Chevalier et Monjaret, 2001) : objets offerts par des collègues, l’entreprise ou des fournisseurs (Gérôme, 2001). Ces cadeaux peuvent rester sur place mais, nous précise Anne à propos des siens, ils « auraient vocation à être chez moi ». Un jour ils pourront intégrer le domicile, comme ceux que Marie-Dominique a reçus de ses élèves et qu’elles conservent dans sa classe jusqu’à la fin de l’année scolaire pour exprimer sa gratitude envers ces derniers. D’autres sont d’emblée considérés comme des objets personnels et prennent rapidement le chemin de la maison. « On reçoit des mugs ici et on les amène à la maison […] » (Paul). Ces dons ne dérogent pas à la règle maussienne et appellent des contre-dons : « Et après aussi mes boss à Noël, elles m’ont offert des bonbons, des choses comme ça et je les ai ramenés à la maison. Mais je leur ai offert aussi une théière en fonte. Et pareil, elles l’ont aussi ramenée à la maison » (Nelly).

  • 4 C est dans son fameux texte sur le don publié initialement dans L’Année Sociologique en 1923-1924 e (...)

26Certains de ces cadeaux sont destinés à revenir au bureau, mais la phase transitoire se prolongeant, l’objet reste finalement dans son lieu d’accueil. Il en est ainsi de celui offert à Madeleine par un collègue de retour d’un séjour en Inde : « […] j’ai eu envie de le montrer à mes enfants ; je l’ai ramené à la maison. Après je me suis dit que je le ramènerai au bureau mais je l’ai pas encore fait, transition prolongée…, il est dans un coin chez moi ». Même s’il semble a priori abandonné, ce cadeau connaît une appropriation progressive qui le situe du côté des objets domestiqués. Le temps a permis de le « refroidir » (François et Desjeux, 2000), le hau4 du donneur – son esprit et par là sa présence – étant sans doute encore trop prégnant pour qu’il trouve pleinement une place à domicile.

27Là encore, l’assimilation d’un objet à un lieu s’effectue en quelque sorte par capillarité. Si les objets conservent parfois leurs caractéristiques d’origine, ne serait-ce par leur matérialité, leurs usages dans le lieu d’accueil changent la perception que l’on peut avoir sur eux, provoquent un retournement des choses, comme pour mieux signifier et plus encore marquer la distinction spatiale.

28Il arrive toutefois que ce retournement soit difficile ou impossible, que les objets ne trouvent pas la place attendue dans leur lieu d’accueil (le domicile), et qu’après y avoir séjourné un temps, ils retournent dans leur lieu d’origine (le bureau). Il en est ainsi des fournitures qu’a reçues Cécile de la part d’une collègue :

J’ai une collègue qui a récupéré la maison de ses grands-parents, qui a vidé la cave. Et l’un de ses grands-parents était papetier, elle a des stocks de papiers, de fournitures, de craies. Elle est arrivée avec des paquets de craie des années 1970. Des vraies craies. […] Alors j’ai un peu fait transiter… Et finalement je les ai rapportés au bureau.

29Cécile semble hésiter quant au lieu qu’elle réserve à ces craies : séduite au premier abord par leur référence historique, elle finit par les emporter chez elle pour ensuite, n’en voyant plus l’utilité, les déposer au bureau. Il y a des objets qui résistent au changement de lieu…

D’ici et jamais de là-bas : une séparation par conservation

30Certaines personnes n’opèrent pas systématiquement un retournement des choses. Leurs objets peuvent être d’ici, et même s’ils vont là-bas, ils resteront toujours d’ici et ne seront jamais de là-bas. Autrement dit, bien qu’ils soient conduits, dans certaines circonstances, à séjourner dans d’autres lieux, ils conservent leur statut d’origine et peuvent, à terme, retrouver leur lieu d’origine, et ceci vaut évidemment pour les objets qui transitent entre le domicile et le travail. Nous pouvons utiliser la métaphore de l’élastique pour caractériser cette situation, situation qui ne modifie en rien le rôle et le statut de ces objets qui effectuent des « sauts de puce ». Mais qu’est-ce qui explique cette stabilité statutaire ? C’est à cette question que nous nous attachons à présent.

Un séjour au bureau pour les objets de l’intime

31Les objets que nous qualifierons d’« objets de l’intime » sont ceux qui sont rattachés au domicile, et plus encore à la personne, et qui ne deviendront jamais des objets du bureau, même s’ils errent parfois dans ce lieu. Ils sont ceux pour lesquels la relation s’est créée au domicile et qui, malgré leur séjour plus ou moins prolongé au bureau, conserveront leur statut d’objets du domicile. Car c’est bien de « séjour » dont nous allons parler ici. Le séjour sous-entend un « lieu où quelqu’un demeure un certain temps » (Rey, 2006), et par là un retour.

32En effet, il arrive qu’une part de soi via des objets migre dans la sphère professionnelle, que ces objets de l’intime passent un moment au bureau. Ces emprunts domestiques sont souvent justifiés par un besoin utilitaire, mais d’autres motifs les expliquent. Il en est ainsi des dessins d’enfants qui ne sont pas exclusivement décoratifs, ils permettent surtout une présence familiale sur les lieux de travail et contribuent à maintenir l’attachement affectif avec les siens, tout en dévoilant temporairement une part privée de soi à ses collègues. Marie-Dominique, l’institutrice, n’hésite pas à apporter, dans un but pédagogique, des objets très personnels à l’école à destination de ses élèves ; un stéthoscope dans le cadre des activités en sciences naturelles :

Dans le cadre du cours sur le cœur, j’emmène un stéthoscope personnel parce que mon compagnon est médecin. Mais alors c’est intéressant parce qu’à deux, ils écoutent le cœur de leur camarade. C’est une question d’authenticité vous voyez… de faire vivre des choses […].

… une médaille, héritage familial, pour un cours d’histoire :

Il y a par exemple dans ma famille un ancêtre qui a la médaille de Sainte-Hélène. C’est un ancêtre donc du temps… historique. Je pourrais en faire une photocopie. Non, non. Parce que je pense que c’est une chance de voir l’original. Ils sont tellement habitués aux photocopies les enfants. Mais de savoir que c’est un véritable document… ça se rapproche de leur histoire, parce qu’ils l’ont entendue dans leur propre famille et l’histoire prend corps pour eux.

33Marie-Dominique dit préférer enseigner avec de « vrais » objets et/ou documents. L’enseignement est une transmission en soi, et selon elle, de soi. Cette transmission devient d’autant plus forte que sont mis à disposition des élèves des objets porteurs d’une réalité tangible ou d’une histoire familiale – en l’occurrence la sienne – qui fait écho à une histoire collective. Elle leur livre une part d’elle-même (Belk, 1988), de son histoire, transmise de génération en génération. Utiliser un objet intime au travail devient une sorte de don de soi à autrui mais un don sans dépossession : c’est accepter de montrer une part de soi, sans laisser l’objet à disposition de tous.

34D’autres objets, plus intimes encore, peuvent être eux prêtés à des collègues. Certaines personnes acceptent de se départir temporairement d’un objet à forte valeur affective afin qu’autrui puisse en avoir la jouissance un temps. Elles prennent cependant le risque d’afficher ce qu’elles sont mais surtout de partager leur intimité avec autrui. En prêtant son coussin d’allaitement, Cécile a pris ce risque, mais pour elle, le véritable danger se situe ailleurs : « et je me suis dit… ça va me porter malheur si je le garde chez moi, donc il faut que je m’en débarrasse pour le retrouver à nouveau quand je serai enceinte. Il ne faut pas que je le garde. Il faut qu’il circule. Il faut qu’il y ait un bébé ». Ce sont ses pensées superstitieuses qui la poussent à ce prêt, contrant – pense-t-elle – le mauvais sort (sous-entendu : ne plus avoir d’enfant). Ces pensées jouent sur les manières de concevoir la circulation ou non des objets. Ce prêt en particulier implique un retour. Cécile ne tient pas à se séparer définitivement de son coussin et escompte le reprendre en prévision d’une grossesse à venir.

35Ces prêts entre collègues sont aussi motivés par des raisons économiques ; ils se sont développés dans le contexte de la consommation collaborative dont le but est de réduire l’achat d’objets (Botsman et Rogers, 2011). Faire moins de dépense apparaît comme un souci récurrent : Annabelle, avocate, a choisi d’utiliser, dans le cadre de son travail, un ordinateur personnel, bien que son design ne soit pas adapté à son milieu professionnel :

L’ordinateur de secours est devenu mon ordinateur principal lorsque l’on s’est installés pour limiter les frais. C’est un ordinateur portable que j’ai apporté. C’est à la base un objet personnel. Il est rose, enfin rose clair […]. Ça ne fait pas travail. Moi je m’en sers pour travailler. Mais c’est plutôt quelque chose de chez moi. Donc là c’est transitoire.

36Les séjours au travail se font donc plus ou moins longs selon les objets mais, dans tous les cas, leur vraie place reste au domicile et, le plus souvent, ils le réintégreront dès que leur séjour sera terminé. Plusieurs raisons expliquent ce retour : le rendu de l’objet prêté, l’inutilité au bureau, le besoin exprimé d’un membre de la famille : « Une fois j’ai ramené un radiateur au travail parce qu’il faisait trop froid. Puis je l’ai ramené à la maison, je l’ai donné à ma belle-mère qui en avait besoin. » (Francine), ou encore le sentiment que l’objet est trop personnel pour rester au travail, comme les chaussures qui renferment une partie du corps fragile et érotisée, le pied (Tourre-Malen, 2011) : « Je ne suis pas du genre à laisser une paire de chaussures. Je laisse une veste. Si j’ai une paire de chaussures de secours, je la laisse dans mon sac. Elles transitent, elles repartent et là pour le coup elles appartiennent à mon domicile » (Annabelle). Les objets racontent la relation que les individus entretiennent avec leur corps, ils racontent aussi plus largement la relation qu’ils entretiennent avec leur environnement, ici professionnel.

37Les manières dont sont vécues les conditions de travail peuvent être un motif de repli des objets au domicile. Cécile raconte pourquoi, pendant ses congés parentaux, elle a rapatrié les biens qu’elle avait amenés au travail :

Je l’ai retirée (photo de son bébé) quand je suis partie en congé de maternité. Je suis partie beaucoup plus tôt que prévu […]. Et j’ai pris cette photo. Là mes collègues m’ont dit : « toi tu ne reviens pas avant quasiment un an ». Effectivement je ne suis pas revenue de suite. Et la photo est restée à la maison. Je ne voulais pas la laisser là (au bureau), parce qu’elle n’a pas de sens si je ne suis pas là. Et puis même au-delà, la situation était assez conflictuelle au travail. Et donc c’est aussi l’idée que je prends la photo et si je peux éventuellement ne plus remettre un pied dans ce lieu de travail… cela aurait été parfait. C’était le signe qu’il y avait quelque chose qui était cassé. Et que de toute façon la part de moi-même qui était investie ici n’allait pas être la même ensuite avec deux gamins. J’avais enlevé un affectif de mon lieu de travail. Cette partie de moi-même n’était plus là.

38Ce témoignage montre clairement l’adéquation entre le fait de retirer des objets intimes du travail et celui de ne plus s’y sentir bien, et par là l’envie de moins s’investir dans les activités professionnelles. Le repli de ses objets à domicile devient l’expression du son propre repli. Son rôle de mère prend le dessus sur celui de salariée, la séparation des espaces s’en trouve ainsi plus évidemment marquée. Un objet ne revient jamais par hasard à la maison. Et s’il est oublié au bureau, c’est rarement longtemps : « il m’arrive d’oublier quelque chose, mais je laisse jamais quelque chose… » (Laure) ou encore « Parfois j’ai des choses que j’oublie au bureau. Mais la plupart du temps ça revient » (Anne-Marie).

39Ce comportement tient au fait que nombre de personnes craignent une forme de contamination du lieu professionnel sur leurs affaires personnelles, n’hésitant pas pour certaines à renoncer à en emporter. C’est la conviction de Gabriella :

Il y a des personnes qui emmènent énormément de choses, […] des choses très personnelles. On voit des photos sur les bureaux. Des bibelots, des objets. Même des tasses de chez eux. J’observe mes collègues […]. Moi j’ai pas apporté d’affaires personnelles parce que quelque part j’ai le sentiment de […]. Que ça y est : je suis chez moi. […] Et je n’aime pas ce sentiment-là. De l’acquis. Et c’est pour ça que je n’amène pas mes affaires.

40L’espace professionnel ne doit pas se confondre avec l’espace personnel. C’est ce qui conduit d’autres personnes à ne pas ramener, de nouveau à domicile, des objets personnels qui sont devenus des objets de bureau.

Les incartades au domicile des objets du boulot

41Les objets au travail peuvent quant à eux faire quelques incartades à domicile, mais ils seront toujours connotés objets « de boulot » ou « du boulot ». Bien qu’ils changent de lieu, ils ne changeront jamais de statut. En effet, certains n’ont d’utilité qu’au travail. Il en est ainsi de la robe d’avocate de Martine qui est rattachée au cabinet :

Elle est toujours au travail. Toujours dans le même ordre d’idée : au cas où. Parce que je me dis que si une audience se présente à la dernière minute, il faut que je puisse partir d’ici avec le dossier et ma robe. Mais elle voyage aussi puisqu’elle va aller d’ici à chez moi, la veille d’une audience je pars de chez moi avec la robe… mais elle est là plutôt toujours au travail. C’est un objet… très professionnel.

Cette robe d’avocat circule du bureau au palais de justice, et quand elle passe par le domicile, c’est surtout pour procéder à son entretien.

42Certains objets ont donc essentiellement une utilité au travail, pour le travail, mais il leur arrive occasionnellement d’en avoir une, au domicile : « Un dérouleur de scotch. Je n’en avais pas chez moi et cela m’embêtait de l’acheter pour une fois. Et comme au travail j’en avais plusieurs, j’en ai emprunté un, je l’ai ramené » (Gabriella). Gabriella emprunte temporairement des objets de son lieu de travail à des fins personnelles. Bien qu’elle les ramène ensuite à son bureau, on peut dire qu’elle pratique la perruque.

43Le retournement des choses ne s’effectue donc pas systématiquement. Les personnes opèrent une séparation des espaces, professionnels et privés, en catégorisant les objets : ceux d’ici et ceux de là-bas. Quel que soit l’espace intégré, leur statut d’origine est conservé. Cette dichotomie montre une volonté de séparer les univers (Nippert-Eng, 1996). Elle a pour but de se protéger des éventuelles contaminations réciproques, du domicile et du travail. Dans ce contexte, les objets semblent porter un « secret » qu’il faut préserver, celui des multiples identités des individus avec lesquelles ils doivent composer. Dès lors que les objets sortent de leur territoire d’origine, bien qu’ils ne disent pas tout, le risque du dévoilement est grand (Tisseron, 2004). L’étymologie de ce terme secernere ne signifie-t-elle pas « séparer, mettre à part » (Rey, 2006) ? Les objets aident à marquer des frontières, à signifier des séparations.

Les objets de la séparation spatiale

44Les objets du quotidien circulent d’un territoire à l’autre. Ceux des actifs urbains que nous avons rencontrés circulent de leur domicile à leur travail, et inversement. Ils font le lien entre ces deux espaces de vie et semblent participer à leur continuum (Monjaret, 2008). Certains séjournent parfois longuement dans le lieu d’accueil, voire s’y ancrent ; d’autres n’y font que transiter avant de retrouver leur lieu d’origine.

45Comme nous l’avons vu, les objets qui quittent le domicile pour intégrer le bureau sont « bureaucratisés », alors que ceux, professionnels, habituellement rattachés au lieu de travail intégrant le domicile sont « domestiqués ». Ces cas de figure apparaissent comme de bons exemples de retournement des choses. Toutefois, il arrive que ce retournement ne se produise pas. Les objets déplacés conservent leur statut initial, faisant l’élastique entre leur lieu d’ancrage et leur lieu de séjour. Bien sûr, d’autres objets en mouvement auraient mérité attention, comme la clé USB, le disque dur, la trousse à maquillage, mais ces derniers n’appartiennent ni au lieu d’origine, ni au lieu d’accueil, à moins qu’ils appartiennent aux deux à la fois. Ils opèrent en somme un décloisonnement spatial. Ils sont en quelque sorte des « apatrides », se distinguant également de ceux hors circulation qui ne quitteront jamais leur lieu d’origine. La culture matérielle apparaît ici comme le témoin des multiples expressions de la séparation spatiale.

46En effet, le résultat principal de cet article tient à la mise en évidence de deux principes de séparation : l’un par assimilation, l’autre par conservation. Si au premier abord, ils semblent contradictoires, ils participent en définitive d’un même processus : celui de marquer la séparation entre les espaces, domestique et professionnel. Cette séparation conçue, perçue, vécue par les individus se manifeste non seulement dans les manières dont ces individus considèrent ces « choses banales », mais également dans la relation qu’ils font entretenir aux objets avec leur lieu d’origine ou leur lieu d’accueil. Dans un cas, les objets sont séparés du lieu d’origine pour mieux assimiler leur nouvel espace d’accueil et marquer une séparation avec celui qui n’est plus le leur. On peut alors parler d’une séparation par assimilation. Dans l’autre cas, les objets sont séparés du lieu d’accueil pour mieux rester attachés au lieu d’origine et marquer une séparation avec celui qui ne sera jamais le leur. On peut alors parler de séparation par conservation.

47Au-delà de ce contexte spécifique, à l’heure des mobilités nationales et internationales, ces deux principes posent plus largement la question de la relation matérielle et affective que les hommes et les femmes élaborent avec des territoires – territoires d’origine et d’accueil – dès lors qu’ils sont amenés, par choix ou par obligation, à se déplacer. Les choses deviennent ainsi les passeurs de leurs vies d’un monde à l’autre, aidant à faire rupture ou à ne jamais oublier. Elles leur permettent, de cette façon, de construire leur propre rapport entre les mondes.

Haut de page

Bibliographie

Anteby M. (2003), « La “perruque” en usine : approche d’une pratique marginale, illégale et fuyante », Sociologie du travail, 45/4, p. 453-471.

Belk R.W. (1988), « Possessions and the Extended Self », Journal of Consumer Research, 15/3, p. 139-168.

Botsman R., Rogers R. (2011 [2010]), What’s Mine is Yours. How Collaborative Consumption is Changing the Way We Live, Londres, Collins.

Chevalier S., Monjaret A. (dir.) (2001 [1998]), « Les cadeaux, à quel prix », Ethnologie française, 4.

Dassié V. (2010), Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Paris, Éditions du CTHS.

Desjeux D., Monjaret A., Taponier S. (1998), Quand les Français déménagent. Circulation des objets domestiques et rituels de mobilité dans la vie quotidienne en France, Paris, PUF.

Douglas M. (1971 [1967]), De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero.

Filiod J.-P. (2003), Le désordre domestique. Essai d’anthropologie, Paris, L’Harmattan.

Fischer G.-N. (1989), Psychologie des espaces de travail, Paris, Armand Colin.

François T. V., Desjeux D. (2000), « L’alchimie de la transmission sociale des objets. Comment réchauffer, entretenir ou refroidir les objets affectifs en fonction des stratégies de transfert entre génération », dans Garabuau-Moussaoui I., Desjeux D. (dir.), Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan, p. 83-116.

Garabuau-Moussaoui I., Desjeux D. (dir.) (2000), Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

Gérôme N. (2001 [1998]), « Récompenses et hommages dans l’usine. Perspectives de recherches », Ethnologie française, 4, Les cadeaux, à quel prix ?, p. 551-562.

Godbout J. T. (2000), Le don, la dette et l’identité : homo donator versus homo oeconomicus, Paris, La Découverte/MAUSS.

Guillard V. (2013), Garder à tout prix, décryptage d’une tendance très tendance, Paris, Éditions Vuibert.

Guillard V., Monjaret A. (2014), « Le syndrome de la tortue, ou comment “trimballer” des objets entre domicile et travail. Se constituer un territoire minimal, protecteur et identitaire », dans Guillard V. (dir.), Boulimie d’objets. L’être et l’avoir dans nos sociétés, Bruxelles, De Boeck, p. 107-121.

Kaufmann J.-C. (1992), La Trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Martin O. (2000), « Le livre, les livres, dans la maison. Pour une sociologie de l’objet livre », dans Garabuau-Moussaoui I., Desjeux D. (dir.), Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan, p. 57-82.

Mauss M. (1983 [1950]), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Mauss M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF (Quadrige), p. 143-279.

Meissonnier J., (2001), Provinciliens : les voyageurs du quotidien, entre capitale et province, Paris, L’Harmattan.

Miller D. (dir.) (1998), Material Cultures, Chicago, University of Chicago Press.

Monjaret A. (1996), « Être bien dans son bureau. Jalons pour une réflexion sur les différentes formes d’appropriation de l’espace de travail », Ethnologie française, 1, Culture matérielle et modernité, p. 129-139.

Monjaret A. (2008), Penser le continuum travail et hors travail : comment, pourquoi et sous quelle forme ?, mémoire pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches, sous la coordination d’O. Schwartz, université Paris Descartes.

Nippert-Eng C. E., (1996), Home and Work. Negotiating Boundaries through Everyday Life, Chicago/Londres, University of Chicago Press.

Rey A. (2006), Dictionnaire historique de la langue française contenant les mots français en usage et quelques autres délaissés, avec leur origine proche et lointaine, vol. 4, Paris, Le Robert.

Segalen M., Le Wita B. (dir.) (1993), Chez soi. Objets et décors quotidiens : des créations familiales ?, Paris, Autrement (Mutations, 137).

Tian K., Belk R. W. (2005), « Extended Self and Possessions in the Workplace », Journal of Consumer Research, 32/2, p. 297-310.

Tisseron S. (2004), « Le secret ne s’oppose pas à la vérité, mais à la communication », Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, 2, p. 55-68.

Tourre-Malen C. (2011), « Des chaussures, des talons et des femmes », Ethnologie française, 4, p. 727-739.

Van Gennep A. (1981 [1909]), Les rites de passage, Paris, Picard.

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été financée par l ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie ; appel à projet 2010, Déchets et Société, projet Rechange dirigé par V. Guillard, no 11 10 C 0043). Elle a donné lieu à une publication : Guillard V. et Monjaret A. (2014).

2 Nous avons réalisé en 2012 une enquête qualitative, menée en binôme, auprès de vingt actifs, hommes et femmes, exerçant comme assistante de direction, assistante dans une école de yoga, avocate, chercheur, commercial, consultant(e), éditeur, institutrice, psychanalyste, etc.

3 Au sujet de la pratique de récupération des cartons sur les lieux du travail, voir Desjeux et al., (1998), Quand les Français déménagent. Circulation des objets domestiques et rituels de mobilité dans la vie quotidienne en France, Paris, PUF, p. 83-85.

4 C est dans son fameux texte sur le don publié initialement dans L’Année Sociologique en 1923-1924 et précisément dans sa partie « L’esprit de la chose donnée (Maori) » que Marcel Mauss aborde ce que recouvre le terme de « hau » et montre que « la chose reçue neest pas inerte ». « Au fond, c’est le hau qui veut revenir au lieu de naissance […] au propriétaire. » Mauss M. (1983 [1950]), « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », dans Mauss M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF (Quadrige), p. 158-161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret et Valérie Guillard, « Objets bureaucratisés, objets domestiqués ? », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 47-63.

Référence électronique

Anne Monjaret et Valérie Guillard, « Objets bureaucratisés, objets domestiqués ? », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1807 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1807

Haut de page

Auteurs

Anne Monjaret

Anne Monjaret, ethnologue et sociologue, est directrice de recherche – CNRS au IIAC/équipe LAHIC (EHESS – CNRS). Elle est présidente de la Société d’ethnologie française (SEF) et a été trois ans rédactrice en chef de la revue Ethnologie française. Elle enseigne à l’université Paris Descartes et à l’EHESS. Ses travaux portent sur les cultures, mémoires et patrimoines professionnels ainsi que sur les modalités matérielles du continuum entre domicile et travail. Parmi ses principales publications, on compte La Sainte-Catherine. Culture festive dans l’entreprise (Éditions du CTHS, 1997), avec D. Desjeux et S. Taponier, Quand les Français déménagent (PUF, 1998). Elle a dirigé dans la revue Ethnologie française  : avec S. Chevalier, Les cadeaux à quel prix (2001 [1998])  ; Fermetures : crises et reprises (2005)  ; Le Paris des ethnologues. Des lieux, des hommes (2012). Elle vient de co-diriger deux ouvrages collectifs  : avec C. Pugeault, Le sexe de l’enquête. Approches sociologiques et anthropologiques (ENS Éditions, 2014)  ; avec T. Barthélemy, P. Combessie et L. S. Fournier, Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines (Éditions du CTHS, 2014).
Contact  : anne.monjaret@ehess.fr

Articles du même auteur

Valérie Guillard

Valérie Guillard est maître de conférences en marketing à l’université Paris-Dauphine. Ses recherches portent sur le comportement du consommateur  : superstition, anxiété sociale, attitude à l’égard de l’argent, et notamment des objets de seconde main, thème sur lequel elle coordonne un contrat de recherche financé par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME). Elle a publié des articles dans les revues Recherche et applications marketing, Décisions marketing, Revue française de marketing, Économie et société, Journal of Consumer Research, Journal of Macromarketing, Research and Consumer Behavior et Advances in Consumer Research. Elle a reçu un prix pour sa thèse portant sur les consommateurs qui gardent «  tout » (prix pour publication de la Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises [FNEGE]) qui a donné lieu à la publication d’un livre Garder à tout prix, une tendance très tendance (Vuibert, 2013).
Contact  : valerie.guillard@dauphine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org