Navigation – Plan du site
Dossier : Habiter. Ou vivre autrement ?

Habiter autrement ?

Laurence Costes
p. 9-19

Texte intégral

1L’habitat, au sens large, a pour fonction de se loger, de s’abriter, voire de « détenir un certain espace pour organiser sa vie “privée”, individuelle et familiale » (Lefebvre, 1966). Mais au-delà de sa dimension fonctionnelle largement étudiée, se pose la question de l’habiter.

  • 1  Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, Paris, Armand Colin, p. 67.
  • 2  Bachelard G. (1961 [1957]), La Poétique de l’espace, 3e éd., Paris, PUF (Bibliothèque de philosoph (...)

2L’habiter qui « dépend de la capacité de chacun d’être présent au monde » (Paquot, 2005) est un concept plus récent. Certains philosophes du xixe siècle ont essayé de l’atteindre en abordant l’habitat ou maison au sens large, non dans une dimension descriptive mais en l’interrogeant « en tant qu’instrument d’analyse pour l’âme humaine1 ». C’est ainsi que, pour Gaston Bachelard, la maison est saisie par l’imagination, elle est vécue car elle « est notre coin du monde […] notre premier univers. Elle est vraiment un cosmos 2 ». Par conséquent, à travers celle-ci on peut « lire » l’être humain, l’approcher comme guide dans « l’analyse de l’intimité ». La maison que Gaston Bachelard imagine alors est patriarcale, plutôt rurale, comme un « espace heureux », c’est-à-dire un abri face à la menace extérieure, essence de tous les espaces protégés, lieu de l’intimité. Elle permet un rapport au soi et au monde.

  • 3  Titre tiré d’un poème de Hölderlin repris par Martin Heidegger le 5 août 1951 dans le cadre du col (...)
  • 4  Lefebvre H. (1970), La révolution urbaine, Paris, Gallimard, p. 111.
  • 5  Lefebvre H. (1966), préface de L’habitat pavillonnaire, Raymond H., Haumont N., Dezès M.-G., Haumo (...)

3Ce sens qui s’exprime dans l’habiter est également essentiel dans l’approche de Heidegger. Selon lui il y a un lien entre bâtir, habiter et penser qu’il évoque à travers la reprise des vers de Hölderlin, « L’homme habite en poète3 ». Cela signifie que l’habitat est perçu bien au-delà de sa capacité à abriter, voire à protéger et ne peut se réduire à sa dimension fonctionnelle. Il implique tout autant un rapport à son lieu et son milieu, une relation des personnes à leur lieu de vie : « le rapport de « l’être humain » avec la nature et sa propre nature, avec « l’être » et son propre être, se situe dans l’habiter, s’y réalise et s’y lit4 ». L’habiter inhérent à la condition humaine est dès lors indissociable d’une dimension sociétale, « c’est un fait anthropologique5 ». Cela renvoie à la dimension spatiale de la vie sociale, au rapport de l’homme à l’espace.

  • 6  Lefebvre H. (1970), La révolution urbaine, op. cit., p. 112.
  • 7  Haumont N. (1966), Les pavillonnaires. Étude psychologique d’un mode d’habitat, Paris, Centre de r (...)
  • 8  Cité par Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, op. cit., p. 69.

4Cette relation prioritaire entre l’espace et la société est aussitôt complétée par Henri Lefebvre à travers l’idée d’appropriation. Dès lors, la prise de conscience de l’importance de l’habiter est largement diffusée à la fin des années 1960 chez les sociologues dans un climat particulier marqué par la crise du logement, le développement d’un urbanisme fonctionnaliste orchestré par la planification urbaine, la diffusion d’un habitat standardisé sous la forme des grands ensembles qualifiés de « cages à lapins » et de zones pavillonnaires maîtrisées. Ainsi, dans sa préface à L’habitat pavillonnaire, Henri Lefebvre, très inspiré par Heidegger, fustige ce mode de pensée urbanistique et l’architecture de Le Corbusier qui marque les Trente Glorieuses. L’habitat y est dissocié de toute participation sociale, réduit à une simple fonction déshumanisée qui ignore « l’habiter » où l’habitant n’a d’autre choix que d’y « survivre » et non d’y vivre. L’auteur encourage alors l’usager à ne pas rester « muet », à en reprendre l’usage, à y réinjecter de l’imagination, de la création, de « l’utopie », car « l’être humain (ne disons pas l’homme) ne peut pas ne pas habiter en poète. Si on ne lui donne pas, comme offrande et don, une possibilité d’habiter poétiquement ou d’inventer une poésie, il la fabrique à sa manière 6 ». Cette appropriation de l’habiter est donc une dimension essentielle des individus, « elle est le but, le sens, la finalité de la vie sociale » (Lefebvre, 1966), elle implique une dimension affective et symbolique, suppose un rapport sensible, vécu, elle est indissociable de la pratique sociale (praxis). C’est ce que révélait en 1966 l’ouvrage Les pavillonnaires7 qui offrait un regard neuf sur cet habitat pavillonnaire très méprisé car associé à la banlieue. Il montrait que celui-ci donnait un ancrage aux habitants et y affirmait l’importance de l’appropriation, c’est-à-dire « l’ensemble des pratiques qui confèrent à un espace limité, les qualités d’un lieu personnel ou collectif […]. L’appropriation repose ainsi sur une symbolisation de la vie sociale qui s’effectue à travers l’habitat8 ».

  • 9  Durkheim E. (1899), « Note sur la morphologie sociale », L’année sociologique, 2, p. 520-521.
  • 10  Mauss M. (1904-1905 [2002]), « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo ». Étude (...)

5Mais l’habiter qui s’exprime dans l’habitat n’est pas neutre, il est aussi étroitement lié aux modes de vie et évolue avec le temps, les mœurs. Ainsi les formes de l’habitat informent d’une société donnée. Cette projection dans l’espace de la société, ce lien interactif entre organisation sociale et organisation de l’espace a été maintes fois souligné. Émile Durkheim, notamment, donne à l’espace une signification particulière : il est le « reflet » de l’activité humaine et donc des populations qui le façonnent par leur identité, par ce qu’elles sont. Il n’en est cependant pas une transcription totalement neutre : en tant que produit social, il est aussi partie intégrante de cette vie sociale. Les sociétés projettent dans l’espace de la vie sociale cristallisée. La morphologie sociale, précise-t-il consiste ainsi à étudier « non les formes du sol mais les formes qu’affectent les sociétés en s’établissant sur le sol 9 ». Marcel Mauss, à propos des sociétés Eskimos, montre « le substrat matériel des sociétés ». Leur habitat varie suivant les saisons : les groupements des hommes, la forme de leurs maisons, la nature de leurs liens « changent du tout au tout10 ». Dans cette continuité, Claude Levi-Strauss, avec Tristes tropiques (Levi-Strauss, 1955), montrera aussi, à travers l’exemple du village des Bororo, à quel point la lecture de l’espace permet une interprétation de la société. Dès lors, à travers l’habiter variable en fonction des époques, des cultures et âges de la vie, s’exprime une certaine construction de l’identité, mais aussi se révèlent les modes d’inscription spatiale et les relations aux autres. En somme, l’habiter nous informe, par ses formes, de la société, du groupe, de l’individu qui l’occupe.

6C’est en partant de ce postulat de l’importance de la dimension sociétale de l’habiter avec ce qu’il peut nous livrer comme indices sur la relation des humains à leurs lieux de vie « communs » que ce numéro de la revue Socio-anthropologie se propose d’aborder les initiatives contemporaines d’habiter et d’en saisir leurs significations.

7En effet, on assiste actuellement à la diffusion d’une variété d’initiatives d’habitat animées par une volonté d’habiter différemment et peut être même de vivre autrement. Celles-ci se fédèrent autour de projets, d’associations, de regroupements de personnes affirmant des revendications fondées notamment sur une volonté de recréer du lien social, un mode de vie spécifique, une conscience écologique, une participation à son cadre de vie, voire de s’inscrire plus activement dans la vie de la cité… Les choix d’action varient. Ces projets s’inscrivent ainsi dans un contexte socio-économique particulier qui semble faire émerger des attentes et des besoins en matière d’habiter qu’il ne peut satisfaire. Quelles interprétations donner à cet élan vers un habitat plus communautaire ?

  • 11  Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, op. cit., p. 75.
  • 12  Clavel M. (1982), « Éléments pour une nouvelle réflexion sur l’habiter », Cahiers internationaux d (...)

8Ce numéro interroge les formes et interprétations possibles de cet habiter contemporain en se proposant de les saisir non à travers leur bâti, mais de les « considérer comme un indice de transformation culturelle11 », de les approcher comme informateurs (révélateurs) des rapports sociaux, de l’état social qui caractérisent nos sociétés urbaines contemporaines, d’interroger les motivations, les parcours, les formes d’engagement sous jacentes à ces initiatives d’habitat, les valeurs qui fondent ces dynamiques, et ce qu’elles peuvent révéler comme regard critique, ou pas, de l’évolution actuelle de la société urbaine. Car, comme le rappelle Maité Clavel, « habiter ce n’est pas seulement occuper un lieu spécifique. C’est s’inscrire dans un espace, centre d’entours plus vastes, fait de paysages, mais surtout de relations, de pratiques, de rêves, de projets 12 ».

9Cependant, aborder ces initiatives contemporaines d’habiter questionne, dans un premier temps, la dimension « autrement ». Peut-on considérer ces initiatives comme particulièrement innovantes ?

Autrement ?

  • 13  Stebe J.-M. (1998), « Le logement social en France », Paris, PUF, p. 21.
  • 14  Delabre G., Gautier J.-M. (1988), Vers une république du travail : JBA Godin 1817-1888, Paris, Édi (...)

10Imaginer et concevoir un mode d’habiter idéal, capable d’offrir à la fois confort et sociabilité, est une préoccupation qui a été au cœur des réflexions des philosophes, hommes politiques et philanthropes. Ainsi, les effets dévastateurs de l’urbanisation naissante dans les pays industrialisés au xixe siècle avaient contribué à l’émergence d’un courant utopiste visant à concevoir une société parfaite où l’habitat serait partie prenante de ce modèle de vie fondé sur la fraternité inspirée de l’Eglise saint simonienne. Il est perçu comme intimement lié au progrès social. Pour Proudhon (1809-1865), la première chose qu’il importe de soigner est l’habitation pour laquelle il faut trouver de nouveaux modèles, c’est ainsi qu’il ouvre la voie au pré-urbanisme progressiste. Dans sa continuité, Charles Fourier (1772-1837) puis d’autres penseurs politiques tels Robert Owen, Étienne Cabet, Victor Considérant vont imaginer une nouvelle société débarrassée des méfaits du capitalisme sauvage en concevant des « palais » pour loger les hommes avec tous les équipements nécessaires à leur bien-être dans une volonté d’harmonie, d’entraide, d’équité. Si pour Proudhon la solution individuelle de la petite maison est préconisée, pour les adeptes de la coopération et du collectivisme, l’habitat est collectif. Ainsi le « palais sociétaire » de Charles Fourier abrite près de 1600 personnes visant à offrir à la communauté « une vie saine et harmonieuse 13 ». Ce monde sociétaire surnommé « phalange » devait favoriser l’association, la coopération et permettre « l’harmonie universelle », réaliser « l’homme total ». Tout comme pour Jean-Baptiste Godin (1817-1888), industriel et fouriériste, où « l’habitation unitaire », le familistère, devait offrir à chacun « l’accès à tous les avantages de la vie sociale, d’instaurer l’union parmi les hommes, de promouvoir la sociabilité générale, de confondre par l’exemple toutes les classes de la société, de rendre aux individus leur véritable dignité14 ». Il réalise alors un ensemble de bâtiments collectifs avec une visée sociale intégratrice. Aussi loin de se limiter au strict logement, tous les éléments qui entourent la vie de l’individu sont intégrés ; une façon d’habiter caractérisée autant par son aspect essentiel que par son aspect identitaire.

  • 15  Grandy C. (2013), « Habitat alternatif, rien de nouveau ? », master 1, ENSA, Genoble, p. 9.
  • 16  Bougourd C. (2012), « Les Castors à Noisy-le-Sec : heurs et malheurs d’une expérience d’auto const (...)

11La question d’habiter et, par là, de vivre « autrement » n’est donc pas nouvelle et des formes de logement ont été expérimentées aussi au cours du xxe siècle. Cette dimension socialisatrice de l’habiter a animé de nombreuses tentatives. Les expériences contemporaines de l’habitat « participatif » et ses dérivés sont aussi les héritières d’un certain nombre d’actions qui ont jalonné ce siècle telles les coopératives d’habitation à bon marché issues des lois Siegfried (1894) et Strauss (1906) qui favorisaient l’accès à la propriété pour des ménages modestes. Le contexte de l’après-guerre avec les destructions massives et la crise du logement a provoqué de nombreuses réactions et lancé la thématique de la participation des citoyens en interaction avec l’intervention étatique. Porté par cette actualité urbaine, l’architecte Le Corbusier repense l’habitat et crée la première « cité-jardin verticale » inspirée par l’urbaniste anglais Ebenezer Howard, qui offrira un spectacle « de clarté, d’ordre et d’élégance » en articulant l’air, l’espace et la verdure qui renouent avec les bienfaits de la nature. La Cité radieuse, qui prend forme en 1947 à Marseille, est conçue comme une « unité d’habitation » à visée communautaire favorisant le mélange des classes sociales, la coopération selon le principe que « les hommes aiment à s’entraider, économiser leurs efforts ». Cette « Opération expérimentale sponsorisée au plus haut niveau15 » sera très vite relayée par des mouvements plus populaires (spontanés) d’auto construction qui sont à l’origine du mouvement des Castors soutenu par Claudius Petit (ministre de la Reconstruction et de l’urbanisme de 1948 à 1953) qui va culminer dans les années 1950. Les sans logements ne cessent de croître, aussi, encouragés par la communauté Emmaüs de l’abbé Pierre, les Castors consacreront une partie de leur temps libre à la construction de petits lotissements de maisons individuelles. Cette forme de coopératives d’auto construction qui repose sur l’apport-travail était animée d’un esprit communautaire : « La solidarité est alors la valeur essentielle à la réussite de l’entreprise […] parler d’une mythologie Castors, elle concerne plus particulièrement l’idée d’une utopie communautaire16 ». À Noisy-le-Sec, se crée en 1951, dans cette mouvance, une société coopérative « l’Heureux chez soi » ensemble de petites maisons sous le régime de la copropriété. Le mouvement se ralentit en 1955 avec la diffusion des grands ensembles.

  • 17  Fédération nationale des sociétés coopératives d’HLM Rhône-Saône Habitat (FNSCHLM-RSH), « Accompag (...)
  • 18Idem.

12À leur tour, les « aventuriers du quotidien » (Bidou-Zachariasen, 1984) se lancent dans des expérimentations de nouveaux rapports dans l’habitat en 1970 autour du slogan « Changer la vie pour changer la société ». Prennent ainsi formes les expériences d’habitat groupé autogéré réunissant davantage de classes moyennes souvent unies par un militantisme politique et/ou associatif qui prônent un citoyen actif « pouvant prendre en main son destin, acteur à part entière de l’urbain », sollicitant des pratiques architecturales plus adaptées aux besoins, remettant en cause l’idée même de propriété dont ils « décrient l’individualisme17 ». Ceci conduira à la création en 1977 du Mouvement pour l’habitat groupé autogéré (MHGA) qui s’essouffle dès le milieu des années 1980 en raison notamment du manque de « soutien pérenne du Plan Construction Architecture aux initiatives18 » mais ouvre la voie aux expériences de l’habitat dit « alternatif » et communautaire présenté comme « participatif » ou « coopératif ». Si ces démarches se sont progressivement estompées dans le temps, elles semblent connaître actuellement un nouvel essor, une visibilité accrue sur la scène publique mais aussi politique.

  • 19  Fondation Abbé Pierre, « 20e Rapport sur l’état du mal-logement en France 2015 », http://www.fonda (...)
  • 20  Socialter (2013/2014), « Habitat participatif. Le printemps du logement ? », Socialter, 2, p. 34-5 (...)
  • 21  Association HABICOOP - Coopératives d’habitants : http://www.habicoop.fr/
  • 22  Socialter (2013/2014), « Habitat participatif. Le printemps du logement ? », art. cité.

13Dans un contexte de crise du logement exacerbé, avec 3,5 millions de « mal logés ou en errance » recensés en 201519, les années 2000 voient renaître cet élan, désormais à multiples facettes, visant à promouvoir l’idée d’un « habiter autrement ». Si le mouvement de l’habitat dit « participatif » pouvant se définir « comme l’implication d’un groupe d’habitants dans la conception, la construction et la gestion de leur logement » (Institut d’aménagement et d’urbanisme, 2013) en est en quelque sorte l’initiateur, il s’inscrit actuellement dans un ensemble plus vaste de motivations très diverses regroupant les vocables aussi variés que « coopération d’habitants », « habitat groupé », « co-habitat », « éco-quartier », « baugruppen »… (D’Orazio, 2012). Face à cet essaim d’initiatives, la récente loi ALUR (Accès au logement et à l’urbanisme rénové) du 20 février 2014 inclut désormais un volet consacré à l’habitat participatif. Elle propose une alternative à la promotion immobilière sociale ou privée classique en créant un statut pour les coopératives d’habitants et les sociétés d’auto-
promotion. Le désir d’accéder à un logement plus abordable auquel s’ajoute un parc social insuffisant est un moteur essentiel à cette renaissance : « les projets d’habitat groupé reviennent en moyenne 10 à 15 % moins cher que l’habitat classique car ils permettent de supprimer certains intermédiaires et frais annexes20 » : les catégories populaires et moyennes accèdent de plus en plus difficilement à la propriété, l’offre en locations est saturée et souvent inaccessible dans les grandes villes. Inspirées des expériences de coopératives d’habitat qui prennent formes en Suisse, Allemagne, Belgique, Norvège selon Habicoop21, ces initiatives restent en France difficiles à quantifier tant les expériences sont diverses, et leur identification reste approximative : « les recensements font état d’environ 400 initiatives en comptant les projets en cours22 » mais à celles-ci s’ajoutent toutes celles qui prennent formes de façon spontanée dans les interstices de l’urbain et du rural.

  • 23  Mésini B. (2011), « Quelle Habiter le temporaire

14En effet, dans les territoires ruraux ou semi-ruraux se déploient également des modes de vie alternatifs autour d’habitats légers, mobiles et éphémères qui prennent leur source dans la « vague d’installation communautaire des années 70 […] derrière le “retour au désert” (mise à distance de la société et ses valeurs dans son ensemble), “le retour à la terre”, le “retour au village”23 ». La montée de l’écologie, associée à la crise du logement, et la lutte contre l’habitat indigne ont participé à relancer ces initiatives. Les associations et réseaux d’auto et éco-constructeurs qui militent en faveur de cet habitat sont de création récente et semblent se situer dans les années 2005-2007 (Mésini, 2011).

15Comment définir les attentes de ces formes d’habiter collectives et de ceux qui les habitent ou qui les impulsent ?

Vivre… ensemble ?

  • 24  Berque A. (2010), « Histoire de l’habitat idéal : de l’Orient vers l’Occident », Paris, Éditions d (...)
  • 25  .

16Tous les projets ne se ressemblent pas et leurs formes diffèrent, mais ils ont en commun une volonté de proposer « autre chose » qui ne se réduit pas à la seule volonté de contrer la barrière économique de la promotion immobilière privée et l’insuffisance du parc social. La participation des habitants reste en effet au cœur de la conception – ils s’y affirment acteurs plus que consommateurs – teintée d’une préoccupation écologique. La dimension militante est ainsi plus ou moins affirmée, elle prend corps dans une ambiance attentive au facteur environnemental liée aux logiques de développement durable qui relance le lien avec la nature. Cette « quête de la nature24 » qui imprègne l’idéal de l’habitation contemporaine trouve, selon Augustin Berque, son origine dans une sorte de nostalgie d’un état « d’indistinction, de la grande unité où l’homme n’est pas encore séparé de la nature par le travail25 », qui renvoie aussi aux fondements ontologiques de l’être humain. Cependant cette « forclusion » aux origines lointaines s’est accentuée au point de participer à l’extension de l’urbain diffus, insoutenable écologiquement. L’enjeu est de parvenir à travers ces expériences menées aujourd’hui à « un habiter soutenable ».

17La montée des discours autour des préoccupations écologiques, de la démocratie participative sur fond de crise économique exacerbée est donc un terreau propice à ces initiatives et au vivre autrement qu’elles pourraient générer. Guillaume Faburel et Mathilde Girault montrent comment certains éco-quartiers d’initiatives habitantes s’orientent vers une volonté de concevoir de nouvelles manières d’habiter. Geneviève Pruvost met aussi en avant une pratique peu visible pour les aménageurs publics autour des partisans d’une vie alternative en habitat léger (roulottes, yourtes, tipis, cabanes). Le mode de vie qui s’y réalise prône un engagement écologique au quotidien assez poussé. Les partisans de cet habitat se retrouvent autour de motivations qui vont de la recherche de symbiose avec les éléments naturels, à la critique anticapitaliste du « bétonnage urbain », voire à l’affirmation d’une vie libre et artiste. Ils se constituent en réseau dense d’alternatifs interconnectés y compris avec des villageois et des urbains. De même, Anaïs Angeras aborde l’espace autogéré, de vie semi communautaire du quartier de la Baraque en province belge où le mode d’habiter détourné, inventé, créé par ses habitants se révèle le support d’un idéal de vie. Se dégage ainsi une « éthique de vie » qui permet d’établir les contours singuliers d’un « savoir vivre ensemble » partagé.

  • 26  Habitat Participatif PACA : http://www.habitatparticipatif-paca.net/

18Ces expériences d’habiter souhaitent aussi rompre avec l’anonymat des grandes villes, voire s’opposer à « l’hyper individualisme de nos sociétés modernes et la perte des solidarités de proximité26 » présentés comme un des objectifs de l’habitat participatif. Camille Devaux met en avant qu’au-delà des revendications fortes qui touchent à la question du logement, de l’habitat, il y a également une dénonciation du fonctionnement de la société contemporaine. L’habitat participatif est pensé aussi avec des valeurs de partage, de solidarité ayant vocation à démontrer que l’on peut vivre différemment. Il s’agit alors d’impliquer les habitants dans la vie de la cité, d’impulser « l’action citoyenne ». À travers cet engagement collectif il y a la volonté de partage et d’inventer un habiter « ensemble autrement » sous entendant la volonté – ou l’espoir – d’une société plus équitable, conviviale, bienveillante et altruiste. Cet élan participerait à l’émergence d’une morale, d’un « humanisme moderne » que Sylvette Denèfle relie aux crises sociétales récentes. Un vivre ensemble réinventé du fait de l’affirmation de « la fragilisation du lien social » contenant à la fois l’idée de proximité et de sociabilité et qui, dans certains cas, est perçu comme une protection face à la crainte de l’avenir vis-à-vis des enfants ou face à l’isolement de la vieillesse. Anne Labit, par exemple, montre que les groupes citoyens qui se rassemblent aujourd’hui en Europe sont souvent composés de femmes proches de la retraite, seules, qui décident alors d’habiter et de concevoir des projets de type participatif et solidaire. Ce désir d’entraide dans la vieillesse motive une nouvelle forme d’habitat et d’habiter.

  • 27  Donzelot J. (dir.) (2004), « La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisat (...)

19La dimension socialisatrice de l’habiter revient donc en force dans la représentation du logement où la pratique citoyenne va de pair avec le contexte de responsabilisation ambiant. Elle s’affirme également en réaction au paysage urbain contemporain qui tend à des formes d’isolats fondés sur des stratégies d’évitement, des affinités électives, des formes d’exclusion qui remettent en question les valeurs symboliques de la ville (Donzelot, 2004). Les dispositifs d’enfermement choisis (ou subis) et de sécurisation semblent se diffuser dans les grandes villes tant sous des formes atténuées de « gentrification » des centres, embourgeoisement des quartiers, ensembles résidentiels clos que sous des formes extrêmes à l’image des gated communities ou autres condominiums anglo-saxons en pleine expansion. Aussi, comme l’évoquait déjà Jacques Donzelot à propos de la ville face à la généralisation des formes d’enclosures27, cet habitat peut-il (re) « faire société » ?

20Stéphane Sadoux interroge dans ce contexte, auquel s’ajoute une crise du logement aggravée, le retour des garden cities en Grande Bretagne proposé par le gouvernement. Quelles similitudes avec le projet initial du xixe siècle d’Ebenezer Howard, associé à la notion de community, de participation des résidents à la gestion de leur cadre de vie, d’un équilibre entre ville et nature et à la valeur de l’habiter ? En Italie, également, se développe le cohousing en réaction à la crise comme le montre Annalisa Iorio. D’ailleurs l’effervescence de ces initiatives militantes visant à concevoir, produire et gérer le logement avec ses habitants n’échappent pas au risque de récupération. Claire Carriou et Anne d’Orazio analysent les processus qui ont participé à l’institutionnalisation de l’habitat participatif, où la dimension militante initiale tend progressivement à se faire absorber dans les jeux complexes d’intérêts politiques.

  • 28  Tissot S. (2014), « Entre soi et les autres », , 204, p. 5-9.

21Il n’en reste pas moins que les initiatives d’habitat groupé reposent le plus souvent sur des personnes animées par des valeurs, un mode de vie et des buts communs, voire des réseaux sociaux plus ou moins militants qui trouvent leur concrétisation en partie autour de ces projets. Tous ensemble donc, n’est-ce pas là la concrétisation d’un rêve comme l’interroge Marlène Ghorayeb ? L’habiter autrement aurait-il alors cette capacité à réunir, à rassembler ? La fabrication de l’entre soi apparaît, selon Sylvie Tissot comme « une entreprise de définition de la place des autres et de qui sont les autres28 ». Aussi à trop se penser commun, le risque est réel de glisser vers un entre soi tant redouté, car du « Vivre ensemble » à « Ensemble mais séparément », la frontière peut être fragile ou poreuse.

22En définitive, les expériences évoquées dans ce numéro s’efforcent d’apporter un éclairage à certaines initiatives contemporaines d’habiter. Il s’agit de les saisir en mettant à jour la diversité des motivations, voire des convictions, qui les accompagnent. Cette quête proche de l’habiter idéal impulsée par les habitants (usagers) dans un contexte de crise ouvre peut-être une voie à l’innovation, à la création, à l’affirmation « d’habiter en poète »…

Haut de page

Bibliographie

Bachelard G. (1961 [1957]), La Poétique de l’espace, 3e éd., Paris, PUF (Bibliothèque de philosophie contemporaine).

Berque A. (2010), « Histoire de l’habitat idéal : de l’Orient vers l’Occident », Paris, Éditions du Félin.

Bidou-Zachariasen C. (1984), Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, PUF.

Bougourd C. (2012), « Les Castors à Noisy-le-Sec : heurs et malheurs d’une expérience d’auto construction », Métropolitiques.eu (en ligne : http://www.metropolitiques.eu/Les-Castors-a-Noisy-le-Sec-heurs.html, consulté le 19 novembre 2015).

Clavel M. (1982), « Éléments pour une nouvelle réflexion sur l’habiter », Cahiers internationaux de Sociologie, vol. LXXII, p. 17-32.

Delabre G., Gautier J.-M. (1988), Vers une république du travail : JBA Godin 1817-1888, Paris, Éditions La Villette (Penser l’espace).

Durkheim E. (1899), « Note sur la morphologie sociale », L’année sociologique, 2, p. 520-521.

D’Orazio A. (2012), « La nébuleuse de l’habitat participatif. Radiographie d’une mobilisation », Métropolitiques.eu (en ligne : http://www.metropolitiques.eu/La-nebuleuse-de-l-habitat.html, consulté le 19 novembre 2015).

Donzelot J. (dir.) (2004), « La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation », Esprit.

Grandy C. (2013), « Habitat alternatif, rien de nouveau ? », master 1, ENSA, Grenoble.

Haumont N. (1966), Les pavillonnaires. Étude psychologique d’un mode d’habitat, Paris, Centre de recherche d’urbanisme (rééd. L’Harmattan, 2001).

Institut d’aménagement et d’urbanisme (2013), « Habitat participatif : un nouvel élan ? », Note rapide, 626.

Lefebvre H. (1966), préface de L’habitat pavillonnaire, Raymond H., Haumont N., Dezès M.-G., Haumont A., Paris, L’Harmattan (Habitat et Sociétés).

Lefebvre H. (1970), La révolution urbaine, Paris, Gallimard.

Levi-Strauss C. (1955), Tristes Tropiques, Paris, Plon (Terre Humaine).

Mauss M. (1904-1905 [2002]), « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo ». Étude de morphologie sociale, Les classiques des sciences sociales, extrait de l’original L’année sociologique (Tome IX, 1904-1905) avec la collaboration de H. Beuchat.

Mésini B. (2011), « Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ? », Techniques & culture, 56, Habiter le temporaire, p. 148-165.

Paquot T. (2005), « Habitat, habitation, habiter », Informations Sociales, 123, Logement, habitat, cadre de vie, p. 48-54.

Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, Paris, Armand Colin.

Socialter (2013/2014), « Habitat participatif. Le printemps du logement ? », Socialter, 2, p. 34-57.

Stebe J.-M. (1998), « Le logement social en France », Paris, PUF.

Tissot S. (2014), « Entre soi et les autres », Actes de la recherche en sciences sociales, 204, p. 5-9.

Haut de page

Notes

1  Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, Paris, Armand Colin, p. 67.

2  Bachelard G. (1961 [1957]), La Poétique de l’espace, 3e éd., Paris, PUF (Bibliothèque de philosophie contemporaine), p. 32.

3  Titre tiré d’un poème de Hölderlin repris par Martin Heidegger le 5 août 1951 dans le cadre du colloque « L’Homme et l’espace » où il fait une conférence intitulée « Bâtir, habiter, penser ».

4  Lefebvre H. (1970), La révolution urbaine, Paris, Gallimard, p. 111.

5  Lefebvre H. (1966), préface de L’habitat pavillonnaire, Raymond H., Haumont N., Dezès M.-G., Haumont A., Paris, L’Harmattan (Habitat et Sociétés), p. 9.

6  Lefebvre H. (1970), La révolution urbaine, op. cit., p. 112.

7  Haumont N. (1966), Les pavillonnaires. Étude psychologique d’un mode d’habitat, Paris, Centre de recherche d’urbanisme.

8  Cité par Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, op. cit., p. 69.

9  Durkheim E. (1899), « Note sur la morphologie sociale », L’année sociologique, 2, p. 520-521.

10  Mauss M. (1904-1905 [2002]), « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo ». Étude de morphologie sociale, Les classiques des sciences sociales, extrait de l’original L’année sociologique (Tome IX, 1904-1905) avec la collaboration de H. Beuchat, p. 5.

11  Segaud M. (2007), Anthropologie de l’espace, op. cit., p. 75.

12  Clavel M. (1982), « Éléments pour une nouvelle réflexion sur l’habiter », Cahiers internationaux de Sociologie, vol. LXXII, p. 17-32.

13  Stebe J.-M. (1998), « Le logement social en France », Paris, PUF, p. 21.

14  Delabre G., Gautier J.-M. (1988), Vers une république du travail : JBA Godin 1817-1888, Paris, Éditions La Villette (Penser l’espace), p. 36.

15  Grandy C. (2013), « Habitat alternatif, rien de nouveau ? », master 1, ENSA, Genoble, p. 9.

16  Bougourd C. (2012), « Les Castors à Noisy-le-Sec : heurs et malheurs d’une expérience d’auto construction », Métropolitiques (en ligne : http://www.metropolitiques.eu/Les-Castors-a-Noisy-le-Sec-heurs.html, consulté le 19 novembre 2015).

17  Fédération nationale des sociétés coopératives d’HLM Rhône-Saône Habitat (FNSCHLM-RSH), « Accompagner les projets d’habitat participatif et coopératif », février 2011, http://www.hlm.coop/

18Idem.

19  Fondation Abbé Pierre, « 20e Rapport sur l’état du mal-logement en France 2015 », http://www.fondation-abbe-pierre.fr/20e-reml, consulté le 19 novembre 2015.

20  Socialter (2013/2014), « Habitat participatif. Le printemps du logement ? », Socialter, 2, p. 34-57.

21  Association HABICOOP - Coopératives d’habitants : http://www.habicoop.fr/

22  Socialter (2013/2014), « Habitat participatif. Le printemps du logement ? », art. cité.

23  Mésini B. (2011), « Quelle Habiter le temporaire

Techniques & culture

Ibid

Esprit

Actes de la recherche en sciences sociales

reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ? », , 56, , p. 148-165.

24  Berque A. (2010), « Histoire de l’habitat idéal : de l’Orient vers l’Occident », Paris, Éditions du Félin.

25  .

26  Habitat Participatif PACA : http://www.habitatparticipatif-paca.net/

27  Donzelot J. (dir.) (2004), « La ville à trois vitesses : gentrification, relégation, périurbanisation », .

28  Tissot S. (2014), « Entre soi et les autres », , 204, p. 5-9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Costes, « Habiter autrement ? », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 9-19.

Référence électronique

Laurence Costes, « Habiter autrement ? », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1859 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1859

Haut de page

Auteur

Laurence Costes

Laurence Costes est maître de conférences HDR en sociologie à l’université d’Evry Val d’Essonne, membre du laboratoire Centre Pierre Naville et chercheure associée au Centre de recherche sur l’habitat (CRH-LAVUE). Elle intervient également à l’École spéciale d’architecture de Paris. Ses travaux portent sur les modes d’occupation des populations, la ségrégation urbaine, le Droit à la ville. Parmi ses principales publications, « La dimension ethnique : une explication du comportement économique des migrants ? » (Revue française de sociologie, 1994), Henri Lefebvre. Le Droit à la ville. Vers la sociologie de l’urbain (Ellipses, 2009), Néolibéralisation et évolution du Droit à la ville (Justice Spatiale/Spatial Justice, 2014).
Contact : laurence_costes@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org