Navigation – Plan du site
Dossier : Habiter. Ou vivre autrement ?

Des normes d’« habiter » questionnées : le quartier de la Baraque

Anaïs Angeras
p. 41-54

Résumés

C’est par les multiples sentiers arborés du quartier de la Baraque, abritant une diversité de facettes architecturales aussi colorées qu’improbables, que l’on distingue quelques choix de vie peu communs auxquels tiennent ses habitants. En faisant de leur mode d’habiter le support de leur idéal de vie, ce lieu atypique témoigne d’une remise en cause concrète d’une certaine « brique dans le ventre » qui prévaut en Belgique. À moins d’un kilomètre du centre de la ville minérale que constitue Louvain-la-Neuve, dans cette province pourtant promise à un autre avenir, les habitants de ce lieu, riche d’aspects sociaux éclectiques et d’une qualité de vie revendiquée, résistent à un quotidien dont, ailleurs, ils sont censés se satisfaire… À travers la question « Adapter ses envies d’épanouissement à son quotidien ou adapter son quotidien à ses volontés d’épanouissement ? », c’est la conception de l’habitat comme reflet de ces convictions qui est ici défendue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ou habitat « plume ».
  • 2  Réseau brabançon pour le droit au logement (2013), Mémorandum de l’habitat léger : http://www.rbdl (...)

1L’habitat dit « léger1 » et autres alternatives d’habitat se développent depuis une quinzaine d’années en Belgique comme dans d’autres pays d’Europe (Mésini, 2011). Entrevu d’abord pour son potentiel de réponse économique à la crise du logement, la dynamique que connaît la région wallonne recouvre des réalités multiples : yourte, roulotte, cabane en terre-paille, ou caravane (en zone résidentielle de loisirs). Elle désigne l’apparition d’« habitats aisément démontables, transportables et/ou réversibles, voire évolutifs, dont le tonnage au mètre cube est bien plus faible que le logement traditionnel, d’une emprise au sol réduite et une empreinte limitée sur l’environnement2 ». Ces alternatives ne sont néanmoins pas reconnues par la loi (Bernard, 2012b ; Louveaux, 1999), et se voient freinées par certains présupposés culturels liés à l’attachement – dit « viscéral » ou la « brique dans le ventre » – de la population belge à l’individualisation de l’habitat (De Moffarts d’Houchenée, 2012). Elles tentent actuellement de dépasser le clivage selon lequel certaines personnes choisiraient l’habitat « léger » délibérément parce qu’elles apprécient le contact avec la nature, la vie en communauté…, alors que d’autres le subiraient et dont la décision serait inspirée par la nécessité (Jandrain, 2012 ; Interreg IV, 2011).

2L’exemple du quartier de la Baraque est fait d’interstices juridiques structurants et de principes intrinsèques : auto-construction, gestion collective, moindre économie et préservation environnementale. Le nombre croissant de visiteurs que reçoit ce quartier alternatif témoigne d’un attrait grandissant pour la question de l’habitat léger ou alternatif. Mais tandis que la diversité créative de ses habitats reflète leur combat pour le droit, essentiel et inaliénable, à un habitat choisi, il reste tributaire de conditions juridiques incertaines. Considérées comme hors de la loi, ces expériences interrogent les représentations auxquelles est assignée la notion d’habitat dit « alternatif ».

3L’objet de cet article vise à interroger la capacité d’un habitat initialement marginalisé à devenir un modèle de référence affirmant la capacité de l’habitant à être acteur de sa vie et de son « habiter ». L’analyse repose sur une observation participante en immersion continue sur deux années. Le portrait qui est proposé ici est renforcé par la participation aux visites guidées que mène (sur demande externe) un habitant du quartier, ainsi que par des entretiens semi-directifs auprès des habitants. Les informations recueillies auprès des principales associations de défense de l’habitat léger en région wallonne complètent cette interprétation.

Des interstices structurants

4C’est à travers des interstices d’ordre juridique, grâce à la détermination de ses habitants, et bénéficiant du contexte d’émergence d’une ville nouvelle, que se sont dessinées peu à peu les possibilités d’implantation de la zone alternative du quartier de la Baraque.

  • 3  La Baraque s’avère être le plus ancien quartier de Louvain-la-Neuve : en 1864, on dénombre dix-hui (...)
  • 4  Architecte belge, auteur d’une partie importante du campus de Woluwe-Saint-Lambert (Université cat (...)

5L’une des conséquences de la crise politique qui secoua la Belgique en 1968 fut la scission de l’ancienne Université catholique de Louvain (UCL), située en région flamande, en deux entités autonomes. Afin de répondre à la nécessité d’ériger au plus vite une université francophone, celle-ci acquiert, avec l’aide de l’État, plus de 900 hectares au creux d’un haut plateau limoneux, rattaché à la commune d’Ottignies. L’objectif n’est pas uniquement d’ériger un campus d’étudiants mais une ville plurielle qui attirerait aussi les unités familiales (Woitrin, 1987). Du côté du vieux hameau de la Baraque, 77 de ses habitants se voient menacés d’expropriation par le futur plan particulier d’aménagement, censé appliquer les mêmes critères uniformes d’urbanisation à toute la ville. Mais pour quelques-uns d’entre eux, parfois enracinés depuis plusieurs générations3, il n’est pas question de partir (Dardenne, 2012 ; Groupe d’habitants du Quartier de la Baraque, 2009). Quelques années plus tard, une poignée d’étudiants et de membres de l’Université reprennent en location les maisons expropriées et se retrouvent rapidement solidaires de la cause de ceux qu’ils nomment les « anciens ». Parallèlement à cette époque flottante des années 1970, d’autres étudiants en architecture cherchent à éviter les logements, déjà onéreux et étriqués, que propose Louvain-la-Neuve : ils ne souhaitent pas rentrer dans la vie par les facilités étouffantes d’un logement « clé sur porte ». D’abord encadrés par l’architecte Lucien Kroll4, avec qui un projet de longue haleine avait été entamé mais finalement rejeté par l’Université, ils ne renoncent pas. Ils investissent le terrain avec des logements qu’ils estiment les plus simples et les plus économiques à réaliser, élaborant là les prémices d’une idéologie distanciée de la consommation : un premier groupe s’installe ainsi le 7 juillet 1975, avec des roulottes, plusieurs cabanes et un bus à double étage. Leur idéal de vie, qu’ils veulent adapter à leur appréhension du présent et de leur existence, s’appuie sur une visée collective et communautaire. Dès l’année suivante, deux autres groupes les rejoignent et s’établissent sur deux parcelles voisines. Ils ont en commun cet objectif de logements novateurs, personnalisés et réalisables rapidement. Parrainés par l’unité d’architecture, les uns récupèrent des serres à raisin qu’ils aménagent, alors que les autres dressent des dômes géodésiques, étudiés précédemment au cours d’ateliers. Une troisième zone est investie à l’été 1980 par neuf autres personnes, dont les cabanes et les roulottes sont disposées autour d’une serre commune. Une grande maison expérimentale d’argile et de verre, objet et résultat d’un mémoire pratique en architecture bio-climatique, prend forme peu à peu (De Moffarts d’Houchenée, 2011 ; Groupe d’habitants du Quartier de la Baraque, 2009.)

6En matière d’urbanisme, trois forces s’affrontent : la commune, les habitants et l’université, forte de son statut de propriétaire foncier. Sensible à la qualité démocratique et sociale de la ville nouvelle qu’elle promeut, intéressée par l’expérience originale que ces étudiants proposent, mais aussi soucieuse d’éviter la contre-publicité de manœuvres policières d’expulsion, l’UCL se déclare favorable à la présence de ces étudiants sans titres ni droits – et ce, en dépit de l’opposition de la commune, position qu’elle maintiendra durant près de dix ans : un interstice entre accord et refus dont ces étudiants profitent pour s’établir. Les « anciens », restés au hameau de la Baraque, finissent par se trouver solidaires de ces groupes de jeunes dont ils partagent le même combat politique, des potagers, des parties de pétanque, parfois un peu de wallon, ainsi que l’espace de rencontre, bar et restaurant hebdomadaire, Le Zoo, créé à des fins collectives. En retour, les anciens demandent le gel volontaire du développement des zones d’habitat alternatif pour plusieurs années (Groupe d’habitants du Quartier de la Baraque, 2009). Puisque le plan d’aménagement urbain prévu sur cette zone semi-rurale ne permet pas leur présence, ces étudiants, entretenant des liens étroits avec la question urbanistique, s’engagent dans la réalisation d’un nouveau plan de quartier qui rendrait possible l’habitat alternatif et préserverait les maisons traditionnelles. En se concertant en de nombreuses réunions de « grand quartier », la Baraque produit un comité, élit des représentants, et obtient ainsi la négociation du nouveau plan particulier d’aménagement (PPA), rédigé cette fois en concertation avec l’université et la commune. Il ne sera toutefois pas voté avant 1991. Amenés, par les autorités extérieures, à dénommer le projet de vie qu’ils défendent, le qualificatif de « zone expérimentale » est adopté par l’Université, bien que les habitants lui aient préféré l’appellation d’« habitat alternatif ». Ils sont amenés à produire une définition – paradoxale – de l’expérimentation de ce projet de vie qu’ils souhaitent pourtant ne pas figer, revendiquant la liberté d’initier ce qu’il leur sera nécessaire selon leurs propres critères et en temps voulu. La volonté d’un « vivre autrement », en dépassant les référents socio-culturels dont ils sont issus, a conduit ces habitants à assumer l’entière responsabilité de gestion des zones revendiquées. Sur cet espace investi couvert par la végétation, les arrivants réalisent, au fur et à mesure, tout ce qu’il va leur falloir mettre en place. D’abord, une infrastructure sommaire : un ou deux points d’eau, l’électricité en surface, le gaz naturel pour un des groupes. Les logements individuels s’organisent, dans chaque zone, autour d’un équipement commun, les voitures restent garées à l’extérieur, les déplacements entre chaque logement se font à pied. Convaincus du droit à l’autodétermination et à l’appropriation de leurs conditions d’existence, ce principe d’auto construction vient compléter leur droit de présence. À ce caractère pragmatique du « faire par soi-même » s’ajoute la revendication d’un « vivre ensemble » : c’est ensemble que sont prises les décisions et endossées les conséquences.

Des principes intrinsèques

  • 5  Ils sont au nombre de 47 dans les années 1990 (dont 15 enfants, répartis sur 41 logements) et s’or (...)
  • 6  Bassin de décantation végétal et minéral, fondé sur les recherches du professeur Orszách.

7La population du quartier alternatif de la Baraque s’est rapidement accrue5 depuis ses quarante dernières années. Ses principes d’organisation, induits par l’usage, sont aujourd’hui bien ancrés. La maîtrise des infrastructures (parkings, espaces arborés…) a peu à peu instauré, à travers diverses prises de conscience écologique, un principe d’ordre environnemental. Malgré une forte présence humaine, répartie sur un peu plus de deux hectares, la recherche d’un équilibre avec l’environnement est devenue une préoccupation. La densité d’habitat, pourtant semblable à celle des quartiers voisins, n’apparaît pas de prime abord, du fait de l’absence de clôtures et de véhicules à moteur au sein des sous-zones. Les pratiques de tri de déchets ou de collecte de compost sont courantes, la plupart se chauffent au bois, l’usage de toilettes sèches est généralisé et un système d’épuration des eaux grises6 alimente la mare d’un potager. Les constructions sont souvent réalisées selon des techniques innovantes ou provenant du passé (bois, bois cordé, terre-paille, ballots de paille, toitures végétales, panneaux solaires thermiques, enduits de terre…). Les matériaux privilégiés évoluent selon les préoccupations environnementales et le contexte socio-économique du moment, tout autant que les compétences et savoirs-faires mis en œuvre. La récupération et le recyclage de matériaux sont également une solution aux freins budgétaires et à l’empreinte environnementale. L’appel de ressources créatives que l’on discerne parmi la variété des constructions, pensées en fonction des souhaits et des possibilités de chacun, résulte, certes, d’une réponse aux besoins, mais aussi d’accords mutuels entre ses différents membres.

8Les espaces communs sont créés et entretenus par les habitants. Les initiatives sont lancées par les individus et sont mûries au travers de conversations informelles et de réunions où la notion de consensus structure la prise de décision. La vie quotidienne est ainsi réinscrite dans sa dimension politique. Organisés dans chaque zone d’habitat selon la fréquence qui lui sied, des volontaires sont parfois mandatés pour mener à bien tel ou tel projet ou représenter le quartier. Lorsque les enjeux sont plus étendus, des réunions sont organisées avec l’ensemble du « Vieux Quartier » voire, les nouveaux quartiers avoisinants. C’est également lors de ces réunions qu’est présenté un nouvel arrivant, et rappelée l’implication dans la gestion collective des lieux et équipements communs, de même que le respect des habitants et des procédures de décision. Si on demande au groupe son consentement, ce n’est néanmoins pas à lui que revient le pouvoir de décider de l’identité d’un nouvel arrivant : c’est à l’habitant en partance que revient cette décision selon des critères qui lui sont propres. Ce fonctionnement assure une dynamique de renouvellement et une diversification de la population du quartier : familles nucléaires ou monoparentales, couples ou célibataires, militants politisés ou non, artistes ou fonctionnaires, travailleurs sociaux ou professions libérales, étudiants ou salariés, chômeurs ou entrepreneurs, réfugiés politiques et demandeurs d’asile… Dans la même idée de perpétuer un « faire ensemble » pour « vivre ensemble », l’accord de tous les habitants d’une zone est nécessaire pour construire, transformer, agrandir ou placer une habitation : en présentant ses plans au cours d’une réunion et en écoutant les suggestions qui en découlent, c’est finalement le groupe qui participe à ce nouveau projet (De Moffarts d’Houchenée, 2011 ; Groupe d’habitants du Quartier de la Baraque, 2009).

  • 7  Il s’agit de ne pas s’octroyer de bénéfice, mais seulement de recouvrir la somme d’argent qu’aura (...)
  • 8  Si le groupe l’estime nécessaire, il demande alors justification du prix proposé.

9Une règle de non-spéculation est appliquée dans la grande majorité des cas de transmission d’un logement7. Le coût d’investissement, auquel on a soustrait son amortissement, est proposé par la personne en partance, laquelle aura pris soin de déclarer cette somme publiquement8. Ce principe économique, fondamental au quartier de la Baraque, a pour fonction de préserver le caractère vital et universel de l’habitat, et de garantir son accessibilité maximale. L’investissement matériel s’en trouve ainsi réduit. Ces logements auto-construits, d’une emprise au sol de 29 mètres carrés en moyenne par habitant, favorisent, par ailleurs, de faibles coûts de chauffage. L’allègement des contraintes financières régulières ou mensuelles offre la possibilité de se satisfaire d’un revenu moindre et/ou d’une liberté de choix professionnel plus élargie : une forte proportion d’habitants exerçant des activités professionnelles indépendantes (photographes, fleuriste, maraîcher « bio », musiciens…), salariées à mi-temps (travailleurs sociaux, du secteur socioculturel, soins à la personne…), artisanales ou culturelles (couture, création de costumes, création de bijoux, fabrication de four à pain…) et non salariées (membres d’associations, d’ONG, de collectifs indépendants…) forme la population du quartier de la Baraque.

Du conflit à un « art d’habiter »

10L’une des particularités du quartier alternatif de la Baraque tient à l’absence d’autre projet commun déclaré que celui de « vivre ensemble ». Au-delà des solutions de chantiers collectifs et autres solutions budgétaires de « mutualisation », cet aspect de vie quotidienne est, pourtant, reconnu comme le plus difficile à entretenir. Dans le cadre de cet espace « ouvert », le développement d’un projet individuel nécessite la concertation et le dialogue dans le respect des différences et des besoins de chacun. Elle requiert une connaissance précise et justifiée de ses besoins matériels et moraux, et un équilibre entre capacité à s’exprimer et posture d’écoute.

11En avançant la proposition « Répondre aux besoins quand ils se présentent et pas avant », ces habitants font face à un véritable défi : le refus de règles écrites implique de parvenir, chaque fois qu’un problème se présente, à une solution adaptée, ce qui requiert une grande aptitude à aborder les impondérables. Ainsi, la notion de conflit est-elle plutôt valorisée : en considérant les positions et possibilités de chacun, elle engendre des réévaluations régulières, qu’elles soient publiques ou privées. Le cas que connaît actuellement une des zones du quartier en est un exemple : s’agissant du groupe le plus nombreux et le plus étendu, sa gestion collective réclame, de ce fait, plus d’énergie. Or, un débat concernant l’élargissement éventuel de ce groupe s’est mué en conflit interne, sur lequel s’en est greffé un second à propos du prix de transmission d’une construction particulièrement récente, bien plus élevé que la moyenne en cours. Une part du groupe, souhaitant préserver la valeur alternative du projet, craint que cette augmentation ne fasse perdre de vue l’une de ses revendications majeures, à savoir l’accès à un logement peu onéreux. Cette crise d’ordre identitaire, s’avérant pesante dans le quotidien, rappelle l’importance de la décision et de la confiance placées dans la gestion collective. Aussi, pour tenter de trouver une solution qui convienne à chacun, sans, pour cela, laisser s’installer un raz-de-marée d’habitations à des prix rédhibitoires, une commission, chargée de la réévaluation du plafond financier des habitations, travaille à l’actualisation du coût des matériaux à indexer. Parallèlement, la réalisation d’une campagne de travaux collectifs et l’accueil de nouveaux habitants ont relancé une dynamique nouvelle et détourné les énergies de ce conflit.

12Si le principe d’un moindre asservissement financier prédomine, se pose néanmoins la question de l’investissement en temps que chacun est prêt à lui consacrer. Le respect du rythme de réflexion ainsi que les disponibilités aux réunions, à quoi s’ajoute la complexité de chaque situation, entraînent une certaine lenteur : il s’agit, tout du moins, d’une temporalité différenciée au contexte environnant, où la recherche de consensus conduit à des décisions retardées de plusieurs semaines. La temporalité du débat général est conditionnée par le nombre d’habitants mobilisés et l’ampleur des discussions, d’abord pour entendre, comprendre, infirmer ou confirmer, puis pour se mettre d’accord. C’est, en tout cas, ce que résume l’explication donnée à une aspirante à un habitat au sein du quartier : « Le quartier finira par se positionner mais il est lent : il a la force tranquille de la lenteur… » Le respect du voisinage que permet d’assurer ce cadre non-rigide et l’évolution lente que poursuit le quartier depuis ses débuts compte parmi les ingrédients d’une cohabitation et d’une intégration réussies. Les remises en cause régulières, idéologiques ou personnelles, parfois profondes, que suscite la vie en collectif, ajoutées à la prise de risque matérielle que représente l’aventure de l’auto-construction et de l’occupation sans titre, constituent l’autre versant de l’expérience de vie au quartier de la Baraque : « à la fois magnifique et épuisant », selon un de ses habitants.

13Conserver cette ligne directrice de réappropriation des conditions d’existence inclut le fait qu’on ne décide pas toujours vite, mais les réponses aux besoins d’habiter sont, quant à elles, beaucoup plus rapides et mieux adaptées. La notion d’habitat « organique » – au sens d’un habitat qui évolue selon les besoins de(s) l’occupant(s), comportant des éléments annexés au corps principal du bâti, élaborés ou transformés selon ses nécessités – est soulignée par les habitants comme ce qui permet de prendre en compte les histoires de vie de chacun (extensions et transformations apparaissant, notamment à la suite de naissances ou de l’arrivée d’un partenaire). Avec ces formes de personnalisation qu’expriment une certaine diversité architecturale, les coloris des bâtis, ou encore les liens de solidarité qui ponctuent la vie sociale – récolte d’une cagnotte pour résoudre le souci matériel d’un habitant, soutien d’un convalescent, relais de visites à un « ancien », prêt d’un logement – c’est le droit à un habitat choisi qui est défendu au quotidien.

Un territoire densifié

  • 9  Les habitants du quartier de La Baraque se dénomment eux-mêmes « Baraquîs », non sans une note de (...)

14Depuis une vingtaine d’années, les nombreuses demandes d’installation dans la zone alternative de la Baraque ne peuvent plus être satisfaites : le quartier ne peut plus s’étendre, ses limites géographiques étant à présent figées par des bornes. Lorsqu’il arrive qu’un habitant du quartier décide de le quitter, c’est une dizaine de personnes qui se proposent pour le remplacer : ce qui rend d’autant plus difficile le maintien idéologique de la régle de non-spéculation. Cette saturation révèle, certes, un véritable attrait pour l’idéal de vie que le quartier promeut, mais, également, la pression immobilière croissante au sein des zones destinées à l’habitat. Le microcosme idéologique et environnemental que conserve, du mieux qu’il peut, le village de « Baraquîs9 », détonne face au projet urbain qui se développe à moins d’un kilomètre : ce qui a pour effet d’agacer ceux pour qui construire dans la jeune province du Brabant wallon, aussi petite que prisée en vertu de sa forte polarisation vers la capitale, relève du parcours du combattant.

  • 10  La commune d’Ottignies bénéficie d’une dérogation permettant la gestion autonome de l’aménagement (...)
  • 11  Ce qui permit, en 1991, le vote du plan d’aménagement du quartier préservant habitat traditionnel (...)

15Le caractère réglementaire exceptionnel10 attaché au quartier de la Baraque est un indice des freins à l’installation que connaissent la plupart des formes d’habitat léger en Belgique en termes d’aménagement du territoire et d’urbanisme (Bernard, 2012a). Après de nombreuses soirées de travail et de concertation entre habitants, autorités communales et propriétaire du terrain (l’UCL)11, l’Université propose, dès l’année suivante, la négociation d’un contrat d’occupation du sol en échange de la création d’une entité juridique les représentant sous forme d’association sans but lucratif (ASBL) (Dardenne, 2012 ; Groupe d’habitants du Quartier de la Baraque, 2009). Ce dont s’inquiètent les habitants car, en se structurant et en se légalisant, c’est le principe de gestion collective qui est menacé. Aujourd’hui, la question s’avère toujours en suspens, mais les habitants se doutent, qu’à terme, il leur faudra trouver un arrangement. Car les projets immobiliers et de voiries se multiplient autour du quartier : après un centre commercial à l’ouest, un hôpital universitaire est envisagé au sud-est tandis qu’au nord est actuellement en construction un parking-relais de plus de 3 000 places à destination des navetteurs vers Bruxelles, qui délaisseront là leur véhicule en sortie d’autoroute. Sur cet imposant bâtiment, deux étages sont réservés à un futur quartier résidentiel présenté comme écologique, dont l’accès au logement avoisinera 4 000 euros le mètre carré… Parallèlement à la demande de la commune d’introduire des permis de bâtir pour quatre des dernières habitations alternatives construites, c’est à un véritable défi de voisinage auquel ces habitants se préparent.

Des normes « sociales » du logement

  • 12  Arrêté du gouvernement wallon du 30 août 2007 déterminant les critères minimaux de salubrité, les (...)
  • 13  Voir article 22bis du Code du logement du 1er juillet 2012.
  • 14  Jandrain L. (2012), « Habitat alternatif et critères minimaux de salubrité », dans Bernard N. (dir (...)
  • 15  Bernard N. (2012a), « L’habitat alternatif face au droit », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’é (...)
  • 16  On peut citer, à titre informatif, les prescriptions urbanistiques, les normes d’auto-
    construction (...)

16Si la commune, séduite par les qualités sociales du quartier alternatif de la Baraque, reconnaît son caractère pionnier et « pilote », une telle expérimentation est toutefois difficile à soutenir à plus grande échelle (Bernard, 2012a ; Mahy, 2012). De multiples couches normatives régissent les dispositifs. Les normes relatives à l’aménagement du territoire d’une part, et celles concernant le logement d’autre part, contiennent des exigences de salubrité, de sécurité, et d’habitabilité, prescrites par deux ministères distincts. Ces normes relèvent ensuite d’une seule administration (régionale) qui, elle, veille à ce qu’elles soient appliquées par les pouvoirs communaux (Interreg IV, 2011 ; Bernard, 2014). Un logement étant défini par le Code wallon du logement comme un « bâtiment ou la partie de bâtiment structurellement destinée à l’habitation de un ou plusieurs ménages », une roulotte ou une caravane ne sont, de fait, pas considérées sur le plan de la réglementation comme des habitats (Bernard, 2012a). Néanmoins, afin d’assurer un minimum acceptable, des « critères minimaux de salubrité12 » ont été introduits par l’administration (Jandrain, 2012 ; Bernard, 2012a). Depuis 2012, en considérant au sein de la législation « ces habitations qui ne sont pas des logements », l’article 22bis13 apporte une nuance qui peut être qualifiée de « pied dans la porte » : il s’agit de leur reconnaissance implicite en tant que lieux de vie. Si un « travail de fixation de la norme procède d’une forme de consensus social14 », peut-on affirmer pour autant que les perspectives sont ouvertes ? « C’est précisément parce que ces formules alternatives connaissent l’engouement et prennent une certaine ampleur qu’elles se heurtent à une série d’obstacles juridiques : ces règles inadaptées à ces habitats ne s’inscrivent dans aucune des “cases” préexistantes15 ». Parmi les principales difficultés juridiques16 qu’éprouvent les porteurs de ces projets d’habitats alternatifs, le champ des normes dites de salubrité devient le lieu d’une interrogation plus générale sur les normes en matière de logement (Bernard, 2012).

  • 17  En 2005, un incendie qui eut lieu dans le squat du « 111 », créé trois ans plus tôt face au quarti (...)
  • 18  Terme que privilégie l’UCL pour évoquer la zone alternative du quartier de la Baraque.
  • 19  Bernard N. (2012a), « L’habitat alternatif face au droit », art. cité, p. 65.

17Bien qu’elle ne s’ingère pas dans les modes de décision internes au quartier de la Baraque, la commune est, toutefois, juridiquement responsable (Jandrain, 2012). Suite à l’épisode malheureux que connut un squat proche du quartier17, les autorités poussent désormais la « zone expérimentale18 » à se régulariser. La mise en conformité avec les normes de sécurité devient centrale et fait ici figure de cheval de Troie : accès-pompiers, matériel incendie, installations en gaz et en électricité…, elle se traduit par toute une série de visites techniques avec des responsables administratifs. Les exigences générales de sécurité, de salubrité et d’équipement sanitaires, sur lesquelles les habitants du quartier ne cherchent pas à transiger lorsqu’elles sont en accord avec leurs propres critères, sont, depuis, réalisées et soumises au contrôle des organismes agréés. Cependant, lorsqu’elles touchent, à coup de données statistiques censées leur conférer une valeur scientifique non négociable, à la hauteur sous plafond, au taux d’éclairage naturel, à la superficie minimale, à l’étanchéité ou encore à la ventilation des logements, elles entrent frontalement en conflit avec la notion de « qualité de vie » matérialisée par les roulottes restaurées ainsi qu’avec les savoirs-faires mis en œuvre par leurs habitants. Les prescriptions normatives, élaborées en référence aux constructions conventionnelles, et les conceptions revendiquées par les défenseurs de l’habitat « léger » ou « alternatif », reposant sur des « fondamentaux » différents (Jandrain, 2012), ne trouvent plus de terrain d’entente pour un éventuel compromis et c’est la figure même de la norme comme standard de vie moyen qui revient ainsi au centre de la critique (Bernard, 2012). L’application uniforme des normes de logements à ces habitats, qui ont, pourtant, permis pour beaucoup d’accéder à un logement plus proche de leurs convenances, soulève la question des possibilités de concilier « le respect d’un corpus réglementaire commun avec la souplesse que requiert la mise en place de ces solutions innovantes19 ». Pour les habitants du quartier de la Baraque, la question de la recherche de compromis avec la réglementation soulève celle de la pérennité des qualités intrinsèques à ces modes « hors-norme » d’habiter : auto-construction, autogestion, économie de moyens et dimension collective.

En conclusion

  • 20  De Moffarts d’Houchenée A. (2012), « Normes et autoconstruction », dans Bernard N. (dir.), La norm (...)
  • 21  Enquête EU-SILC, menée par Eurostat (données mises à jour le 12 mars 2013).
  • 22  On retrouve une série de termes, fréquemment utilisés, mêlant « santé », « hygiène », « froid », « (...)
  • 23  En plus des visites guidées, quelques habitants ont accordé leurs compétences pour faire état des (...)
  • 24  Bernard N. (2012b), « (In)Suffisamment souples et évolutives, les normes wallonnes de salubrité ?  (...)

18L’auto-construction d’un habitat léger relevant, pour certains, d’une pratique « marginale, difficile et désuète20 » au sein d’une société où la propriété d’un logement en briques l’emporte21, d’autres interprétations médiatiques l’ont d’emblée associée à la précarité, inséparable du préjugé de salubrité (Interreg IV, 2011)22. Ces considérations spécieuses, entretenues par la méfiance que suscitait ce défi envers l’« ordre » culturel établi, ont conduit les habitants du quartier à vouloir s’émanciper des niches de marginalité auxquelles ils risquaient d’être relégués (Bernard, 2012a). En décidant de médiatiser eux-mêmes23 les réalités et les raisons de leur engagement, les habitants du quartier de la Baraque ont voulu déjouer un tel risque. Ils présentent ainsi ces dispositifs « comme des formules dominantes de l’habitat de demain24 » même si la situation juridique illégale dans laquelle ils se trouvent les a astreints, dans un premier temps, à observer le dicton « pour vivre heureux, vivons cachés » (De Moffarts d’Houchenée, 2012).

  • 25  On estime à environ 200 personnes par an le seul nombre de participants aux visites guidées que pr (...)

19Le nombre croissant de visiteurs que le quartier alternatif de la Baraque reçoit (ou subit…), a dû être canalisé par l’organisation de visites guidées25. Planifiées et menées par un habitant du quartier, elles font réponse aux nombreuses sollicitations et questionnements quant à leurs choix de vie. C’est aussi une solution à l’invasion des curieux isolés, qui s’aventurent sur le seuil des maisons ou passent la tête par les fenêtres de ces logements qui leur paraissent si incongrus. Touchés par un cadre de vie associatif, par les possibilités architecturales centrées sur le développement de la personne, ou venant s’enquérir d’une gamme de possibilités d’habitats économiques à faible empreinte écologique, les réactions parfois exaltées de ces publics, aujourd’hui plus élargis, révèlent en contre-point la pesanteur des principes de propriété privée conventionnels. Si le quartier de la Baraque bénéficie aujourd’hui d’appréciations positives, l’intérêt de ces explications par l’exemple vise, pour beaucoup, à réduire les préjugés culturels. À la lutte frontale, ils préfèrent et développent ainsi une modalité de résistance plus adaptée à l’asymétrie des forces en jeu.

Haut de page

Bibliographie

Bernard N. (2012a), « L’habitat alternatif face au droit », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’épreuve de l’habitat alternatif. Actes du colloque organisé le 23 novembre 2012 par le conseil supérieur du logement de Wallonie, Bruxelles, La Charte, p. 63-91.

Bernard N. (2012b), « (In)Suffisamment souples et évolutives, les normes wallonnes de salubrité ? », Les Échos, 2, Crise du logement : d’alternatives en perspectives, p. 3-6.

Bernard N. (2014), « Règles régionales de salubrité, logement social et droit au logement : développements récents », dans Kohl B. (dir.), Le bail, Bruxelles, Larcier, p. 267-366.

Bernardot M., Lemarchand A., Santania Bucio C. (dir.) (2014), Habitats non ordinaires et espaces-temps de la mobilité, Bellecombe en Bauges, Éditions du Croquant.

Dardenne R.-P. (2012), « La Baraque, un quartier alternatif », Les Cahiers nouveaux, 84, Habiter autrement, p. 4-24.

Debuigne B., Thys P., (2008), « Habitat groupé et communauté », La Revue Nouvelle, p. 62-66.

De Moffarts d’Houchenée A. (2011), « Serres (Clos des) », dans Courtois L. (dir.), Mémoires de Wallonie. Les rues de Louvain-la-Neuve racontent, Louvain-la-Neuve, Publications de la Fondation wallonne, 6, p. 413-415.

De Moffarts d’Houchenée A. (2012), « Normes et autoconstruction », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’épreuve de l’habitat alternatif. Actes du colloque organisé le 23 novembre 2012 par le conseil supérieur du logement de Wallonie, Bruxelles, La Charte, p. 43-58.

De Mol M. (2012), « Formes alternatives de logement. Au-delà des murs, l’habitat », Les Échos, 2, Crise du logement : dalternatives en perspectives, p. 7-9.

Groupe d’habitants du Quartier de la Baraque (2009), La Baraque : un quartier alternatif vu par ses habitants, Louvain-la-Neuve, inédit, en vente chez l’auteur.

Interreg IV (2011), Insalubrité et habitat alternatif : quel accompagnement social ? Actes du colloque organisé à Mons le 24 novembre 2011 : http://www.accompagnement-social.eu, consulté le 23 novembre 2015.

Jandrain L. (2012), « Habitat alternatif et critères minimaux de salubrité », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’épreuve de l’habitat alternatif. Actes du colloque organisé le 23 novembre 2012 par le conseil supérieur du logement de Wallonie, Bruxelles, La Charte, p. 253-256.

Louveaux B. (1999), Le droit de l’urbanisme, en Belgique et dans ses trois régions (Wallonie, Flandres, Bruxelles), Bruxelles, De Boeck Université.

Mahy C. (2012), « L’habitat permanent, avant tout une question de logement et d’aménagement des territoires », Les Cahiers nouveaux, 84, Habiter autrement, p. 33-39.

Mésini B. (2011), « Quelle reconnaissance de l’habitat léger, mobile et éphémère ? », dans Jeanjean A., Sénépart I. (dir.), Techniques & culture, 56, Habiter le temporaire, p. 148-165.

Quality Report Belgian SLIC 2013, Enquête EU-SILC, Eurostat (données mises à jour le 12 mars 2013).

Réseau brabançon pour le droit au logement (2013), Mémorandum de l’habitat léger : http://www.rbdl.be/images/stories/pdf/2014_PDF/Memorandum_Banner.pdf, consulté le 15 mai 2015.

Woitrin M. (1987), Louvain-la-Neuve et Louvain-en-Woluwe. Le grand dessein, Gembloux, Duculot.

Haut de page

Notes

1  Ou habitat « plume ».

2  Réseau brabançon pour le droit au logement (2013), Mémorandum de l’habitat léger : http://www.rbdl.be/images/stories/pdf/2014_PDF/Memorandum_Banner.pdf, consulté le 15 mai 2015.

3  La Baraque s’avère être le plus ancien quartier de Louvain-la-Neuve : en 1864, on dénombre dix-huit maisons, dont un château et une ferme. En 1952, il comprend 22 maisons et 77 habitants, ainsi que trois cafés et une fête annuelle.

4  Architecte belge, auteur d’une partie importante du campus de Woluwe-Saint-Lambert (Université catholique de Louvain). Le bâtiment principal du site est la Maison Médicale, surnommé « la mémé », qui rappelle un bidonville en raison de multiples matériaux, d’absence de symétrie, d’un aspect chaotique et de couleurs différentes.

5  Ils sont au nombre de 47 dans les années 1990 (dont 15 enfants, répartis sur 41 logements) et s’organisent dorénavant en trois sous-quartiers : les Bulles, le Jardin et le Talus. En 2006, ils sont 99 (dont 36 enfants, sur 53 logements) et 134 habitants en 2015 (dont 48 enfants, sur 66 logements).

6  Bassin de décantation végétal et minéral, fondé sur les recherches du professeur Orszách.

7  Il s’agit de ne pas s’octroyer de bénéfice, mais seulement de recouvrir la somme d’argent qu’aura investi son prédécesseur pour ce logement.

8  Si le groupe l’estime nécessaire, il demande alors justification du prix proposé.

9  Les habitants du quartier de La Baraque se dénomment eux-mêmes « Baraquîs », non sans une note de dérision et pour moquer l’étroitesse d’esprit de ceux qui désignent généralement en Belgique, par ce vocable, une population de démunis aussi bien en termes de savoir que de richesse.

10  La commune d’Ottignies bénéficie d’une dérogation permettant la gestion autonome de l’aménagement de son territoire, qu’on nomme « commune en décentralisation » : la commune d’Ottignies peut écrire son schéma de structure elle-même.

11  Ce qui permit, en 1991, le vote du plan d’aménagement du quartier préservant habitat traditionnel et habitat alternatif. Cette reconnaissance urbanistique permet enfin aux habitants de se domicilier et, au quartier, de se stabiliser.

12  Arrêté du gouvernement wallon du 30 août 2007 déterminant les critères minimaux de salubrité, les critères de surpeuplement et portant les définitions visées à l’article 1er, 19° à 22bis, du Code wallon du logement.

13  Voir article 22bis du Code du logement du 1er juillet 2012.

14  Jandrain L. (2012), « Habitat alternatif et critères minimaux de salubrité », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’épreuve de l’habitat alternatif. Actes du colloque organisé le 23 novembre 2012 par le conseil supérieur du logement de Wallonie, Bruxelles, La Charte, p. 255.

15  Bernard N. (2012a), « L’habitat alternatif face au droit », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’épreuve de l’habitat alternatif, op. cit., p. 63.

16  On peut citer, à titre informatif, les prescriptions urbanistiques, les normes d’auto-
construction, la domiciliation, les taux cohabitant et les règles anti-discrimination.

17  En 2005, un incendie qui eut lieu dans le squat du « 111 », créé trois ans plus tôt face au quartier, causa le décès de deux enfants.

18  Terme que privilégie l’UCL pour évoquer la zone alternative du quartier de la Baraque.

19  Bernard N. (2012a), « L’habitat alternatif face au droit », art. cité, p. 65.

20  De Moffarts d’Houchenée A. (2012), « Normes et autoconstruction », dans Bernard N. (dir.), La norme à l’épreuve de l’habitat alternatif, op. cit., p. 43.

21  Enquête EU-SILC, menée par Eurostat (données mises à jour le 12 mars 2013).

22  On retrouve une série de termes, fréquemment utilisés, mêlant « santé », « hygiène », « froid », « humidité », « saleté », « danger », « insécurité », ou « mal être ».

23  En plus des visites guidées, quelques habitants ont accordé leurs compétences pour faire état des réalités appartenant au quartier de la Baraque : exposés, publications, manifeste, groupement européen de l’habitat alternatif...

24  Bernard N. (2012b), « (In)Suffisamment souples et évolutives, les normes wallonnes de salubrité ? », Les Échos, 2, Crise du logement : d’alternatives en perspectives, p. 6.

25  On estime à environ 200 personnes par an le seul nombre de participants aux visites guidées que propose et organise le quartier, sans compter les visites non « averties » et les séjours temporaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Angeras, « Des normes d’« habiter » questionnées : le quartier de la Baraque », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 41-54.

Référence électronique

Anaïs Angeras, « Des normes d’« habiter » questionnées : le quartier de la Baraque », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1877 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1877

Haut de page

Auteur

Anaïs Angeras

Anaïs Angeras est ethnologue, chercheure indépendante. L’initiation à l’enquête de terrain qui a constitué son travail de recherche intitulé Du nomadisme contemporain. Avec les saisonniers agricoles en camion (master d’ethnologie-anthropologie, université Lyon 2), l’a conduite à investir l’axe thématique des mobilités internationales à travers l’étude des situations et conditions de vie des travailleurs migrants inscrits dans l’agriculture intensive mondiale. La notion d’habitat est appréhendée en tant qu’indice corollaire de la flexibilité à laquelle ils sont assujettis. La pratique de la photo ethnographie est un outil méthodologique complémentaire à son approche ethnologique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org