Navigation – Plan du site

Anthropologie et philosophie des techniques : Le passé d'une illusion

Alain Gras

Texte intégral

1La manière moderne de penser l'histoire se trouve confrontée à une énigme. Alors que le cheminement de l'homme dans le temps est conçu hors de tout déterminisme, les sciences sociales proposent encore souvent un modèle en contradiction avec cet esprit : celui de l'évolution technique. Un agir humain donne ainsi non seulement une orientation au temps mais encore inscrit un sens dans l'histoire qui est hors de ce sujet humain.

2Cette énigme, que l'on pourrait qualifier de métaphysique, se cache derrière le discours que l’anthropologie tient sur l'évolution et que peu d'auteurs ont remarqué. Elle rejoint pourtant les préoccupations les plus fondamentales des sciences sociales et devient alors une question posée aux disciplines qui ont tout particulièrement pour objet les origines de l'homme1.

3En effet, la tradition française centrée sur les thèses d'une causalité qui serait guidée par l'outil et ce depuis le plus ancien homo jusqu'au sapiens relève d'une philosophie de l'histoire de type hégelien. Il faut en analyser les sous-entendus pour mieux comprendre la portée épistémologique et éthique du problème ainsi posé : celui du sens de l'histoire. Du reste, la notion de sens recoupe ici les deux acceptions que ce terme possède en français : une flèche du temps et un pouvoir de signification. Ainsi la technique permet d’une part de distinguer entre l'homme et l'animal (comme le bipédisme par exemple) et d'autre part constitue un indicateur, au sens durkheimien, de l'évolution humaine. Elle oriente donc le temps et marque de manière indélébile la présence du fait humain.

4Il n'en a pas toujours été ainsi mais il est étonnant de constater aujourd'hui le renouveau de ce type d'historicisme. Des ouvrages récents2 ont largement emprunté aux thèses de ce courant anthropologique, qui est particulièrement vivace en France en raison de l'importance et de la qualité des travaux d'André Leroi-Gourhan3. Mais il semble qu'il s'agisse d'un phénomène européen bien plus ancien. En Allemagne on connait les thèses de Karl Büecher sur l'économie primitive4, d'Ernst Kapp sur l'« exsudation » technologique de l'homme (bien antérieures à celle sur l'« extériorisation » d'André Leroi-Gourhan)5 et d'Arnold Gehlen, lequel déclare ouvertement vouloir se situer dans une perspective de filosofische Anthropologie, tandis qu'en Grande-Bretagne le grand ancêtre qui, selon Stephen Jay Gould, pervertit la pensée de Darwin, n'est autre que le plus radical des évolutionnistes : Herbert Spencer. Avec Galton, il tissa la trame intellectuelle sur laquelle une description de nos origines allait se préciser au fur et à mesure que l'on reculait dans le temps.

5Je voudrais donc proposer une critique des fondements de cette pensée qui non seulement conduit, si l'on n'y prend garde, à une idéologie laxiste mais peut également justifier l'abandon de toutes alternatives face à la puissance de la machine. Pour ce faire je dégagerai les trois aspects essentiels du discours sur la technique à partir d'exemples précis :

61) Le lien ontologique entre la présence de l'outil et l'hominisation ou le rôle de l'outil dans l'évolution de l'homme.

72) L'isolement de l'acte technique par rapport à son contexte.

83) La confusion entre efficacité et efficience ou la question de l'échelle de durée.

9Il me paraît nécessaire de préciser auparavant que je me considère comme sociologue de la modernité technologique. Les critiques faites à l'encontre du discours anthropologique sur les techniques sont donc puisées dans la réflexion contemporaine sur les relations homme-machine. Si je retraduisais les considérations sur les outils préhistoriques dans le langage adapté aux machines informatisées, j'aboutirais à des conclusions qui sont largement connues et acceptées dans la communauté des chercheurs en ce domaine, même parmi les ergonomes. La cloison épistémologique entre anthropologues de l'outil lithique, ethnologues des sociétes traditionnelles et socio-anthropologues des techniques de pointe devra bien un jour être brisée. L'humanité est une dans le temps comme dans l'espace.

Outil et hominisation

10Le paradoxe réside ici dans le fait suivant. Selon les thèses bien connues d'André Leroi-Gourhan, le redressement du corps de l'homo habilis est censé accompagner l'amélioration de l'outil6. On connait à ce sujet la boutade d'Yves Coppens « l'homme commence par les pieds ». La démonstration paraît imparable. En simplifiant on la résumera ainsi. L'action sur la nature grâce à l'ensemble main-artefact conduit l'anthropoïde à prendre une posture de plus en plus droite, la colonnne vertébrale se tend et libère le versant occipital où le cerveau peut alors se développer dans la cavité ainsi formée. Le larynx se dégage et la parole articulée devient du même coup possible. Cette description est simple, mais n'est-elle pas plutôt simpliste ? Pour quelle raison, en effet, le cerveau « pousserait-il » dans les creux et pourquoi, ou comment, ce cerveau donne-t-il la parole ? Sa taille n'est en aucune manière explicative puisque les enfants-loups nous prouvent qu'il n'y aucun effet direct de la capacité cranienne sur la capacité à échanger des symboles à travers des signes linguistiques7.

11Ce matérialisme naïf néglige le fait que la question du passage de la « symbolique personnelle » (si cette expression a un sens?) à la transmission du symbole par un ensemble de signes reste insoluble pour l'instant. Le couple Premack, les premiers avoir appris un langage à leur guenon Washoe, et bien d'autres chercheurs travaillant sur les grands singes ont finalement reconnu que le problème n'était pas dans l'apprentissage des signes mais dans leur transmission. Washoe pouvait parler avec eux le langage des sourds-muets mais jamais elle n'y arriva avec ses congénères, dont certains avaient pourtant appris ce langage. Le fait est d'autant plus troublant que l'on sait fort bien qu'il existe des traditions et acquisitions culturelles chez les singes (et les animaux en général), que l'innovation technique se diffuse et qu'il existe même des règles qui s'apparentent aux nôtres, par exemple un équivalent du tabou de l'inceste chez les chimpanzés Bonobos.

12Tirer de l'existence d'un fait anatomique nouveau la nécessité de l'émergence d'une singularité sociale, le langage, paraît bien peu scientifique. D'autant plus que certains chercheurs en génétique et biologie moléculaire contestent le fait que le redressement du corps soit lié à des causes externes. Je ne voudrais donc pas faire cette critique au nom du principe durkheimien « expliquons le social par le social », mais insister sur le glissement ontologique qui nous fait changer subrepticement d'espace de significations.

13En d'autres termes, une philosophie qui mélange l'ordre de la pensée et l'ordre des faits matériels ne peut que conduire à des absurdités sur le plan des enchainements socio-historiques. Comme le souligne Philippe Verstraten « quelle cause naturelle sera-t-elle aperçue comme favorisant le sens de la mort impliquant la sépulture, et quelle mutation du cerveau expliquera-t-elle ce que les anthropologues appellent alors l'inquiétude métaphysique et le sens religieux ? »8. Cette remarque pourrait du reste fort bien s'appliquer aux partisans cognitivistes de l'homme neuronal.

14Mais revenons à ce problème car sa solution comporte un corollaire qui est souvent négligé : en admettant que l'outil ait joué un rôle essentiel dans l'hominisation, quel sens prend-il lorsque l'homo-X devient homo sapiens loquens ? La fonction historique de l'objet devrait s'achever là. Or ce n'est pas ce que soutient cette anthropologie qui va dès lors continuer à chercher la manière dont se poursuit cette tendance à travers l'amélioration de l'efficacité de l'acte technique qui supporte une nouvelle fonctionnalité esthétique. Comme l'exprime André Leroi-Gourhan, on passe alors de l'espèce à l'ethnie. L'épopée biologique anatomique devient ainsi une épopée culturelle, ce qui est cohérent avec le modèle évoqué mais demande à être examiné de plus près.

L'isolement de l'acte technique par rapport au contexte

15On connait la fameuse planche qui orne la page 127 de l’ouvrage Le geste et la parole9 où les étapes de l'évolution du couteau sont illustrées par des dessins d'outils lithiques et contemporains. Ces illustrations veulent nous montrer comment, dans le silex grossièrement taillé de l'homo habilis, existait dejà en germe le couteau des temps modernes à lame emmanché. Cette planche résume à elle seule les défauts de cette reconstruction de l'histoire de l'objet technique qu'André Leroi-Gourhan lui-même exprime dans une phrase au contenu fort explicite « La tendance et le fait sont deux faces (l'une abstraite, l'autre concrète) du même phénomène de déterminisme évolutif (...) le résultat d'ensemble (se traduit) par le parallélisme entre la courbe d'évolution physique et la courbe technique du progrès »10.

16J'ai déjà critiqué cette illusion évolutionniste11, mais je laisserai la parole à François Sigaut, anthropologue des techniques, qui propose une autre voie12. Ce dernier distingue, en effet, dans chaque objet technique :

17- la fonction : à quoi sert-il dans une opération spécifique ?

18- le mode d'action opératoire ou fonctionnement : les principes par lesquels il devient efficace

19- la structure : la forme, la matière, etc.

20Commençons par la fin. François Sigaut cite Pitt-Rivers qui avait signalé il a y a bien longtemps que le « vrai » couteau ne prend forme qu'avec le métal13 et qu'il est très différent des « cutting implements made from stone ». Il illustre ce fait dans une planche fort démonstrative. On y découvre que la forme des couteaux contemporains se caractérise par une grande diversité, le couteau « occidental » est noyé dans un ensemble disparate. Du reste, l'auteur pourrait ajouter qu'André Leroi-Gourhan n'avait pas été insensible à ces diversités de forme, mais il faisait de celle-ci un marqueur d'identité, réduisant ainsi l'esthétique à une fonction de représentation du groupe14.

21Ceci nous conduit à l'examen du deuxième aspect, celui du mode opératoire.  Le couteau ne sert pas uniquement à couper et un savoir-faire doit accompagner son usage. Les modus operandi qui donnent utilité sociale et sens à l'objet ne peuvent être négligés ni le contexte culturel exclu du panorama. François Sigaut rappelle qu'il existe par exemple en Inde un couteau fort répandu qui s'utilise avec les pieds, la matière à couper étant approchée de la lame et non l'inverse. Il fait aussi remarquer que « l'apparition du manche dans le couteau apparaît comme un saut qualitatif d'une telle importance que la série évolutive y perd sa cohérence »15.

22Enfin et par conséquent, pour que « couper » soit une fonction il faut savoir ce que l'on coupe, dans quel contexte et dans quel but, c'est-à-dire identifier l'opération. Autre exemple célèbre dans l'histoire des techniques, l'étrier. Maurice Daumas, qui s'inscrit dans la même philosophie continuiste de l'histoire, le décrit comme un progrès inévitable16. Cet étrier inventé, sans doute par les Mongols, connu en Chine dès le premier millénaire avant Jésus-Christ, utilisé par certains cavaliers des plaines de l'Europe centrale (mais pas par tous à en croire les représentations turques), et par les Arabes au moment de la conquête du Maghreb (seulement à ce moment-là, et peut-être pas par tous non plus), ne se développa chez les Francs qu'après la période carolingienne. Maurice Daumas y voit la cause de la montée en puissance de la cavalerie qui donnera la « chevalerie ». Mais n'est-ce pas inverser les déterminismes techniques et sociaux ? La féodalité n'a-t-elle pas tout simplement récupéré un moyen de « blinder » ses armées ? L'étrier n'est efficace que dans cette perspective, et il peut devenir une gêne si on change de modus operandi. Je pense évidemment à une monte que les ethnologues connaissent fort bien, celle des Indiens d'Amérique, du moins celle d'une grande partie d'entre eux, les Sioux, les Dakota, les Apaches... et surtout les fameux Comanches qui se cachaient derrière l'encolure du cheval pour attaquer les convois. Or les Indiens avaient récupéré le cheval arabo-andalou des Espagnols qui les montaient avec de grosses selles et d'énormes étriers, mais ils en avaient modifié l'usage. En réinsérant le cheval dans leur culture, en le considérant comme un égal, ils rejetèrent l’étrier, cet instrument du progrès17. Cette « régression » fut la base d'un avantage qui permit d'enrayer la progression des blancs dans les grandes plaines, ceci jusqu'à l'invention de la carabine à répétition et de la mitrailleuse.

23Les auteurs continuistes pêchent par idéalisme philosophique. Ils privilégient apparemment la forme et l'usage mais, ce qu'ils décrivent est en réalité une fonction utilitaire avec laquelle la forme de l'objet est associé. En outre, cette fonction est celle de l'usage contemporain de l'objet et n'est souvent qu'un aspect fonctionnel provisoire sélectionné au détriment des autres.

24Dans ce cadre de pensée on pourrait fort bien invoquer les chars des Hyksos comme les ancêtres de nos modernes automobiles puisqu'ils servaient aussi pour le transport... de guerriers. Parfois même la forme est oubliée lorsque la tronçonneuse est donnée comme successeur de l'herminette et de la hache, vision continuiste qu'Hanna Arendt critiqua : « la motorisation moderne apparaîtrait comme un processus biologique dans lequel les corps humains commencent graduellement à se couvrir de carapaces d'acier ! »18.

Efficacité et efficience ou le temps perdu de l'évolutionnisme

25Le continuisme historiciste révèle aussi son « efficace propre » dans un autre domaine qui concerne à la fois la question de la preuve expérimentale et de l'épistémologie théorique. Il semble, en effet, que la progression technologique se fasse suivant un axe qui révèle le cheminement de l'efficacité vers un « toujours plus » à venir. L'évidence de la supériorité de la tronçonneuse par rapport à l'herminette parle alors d'elle-même. Pourtant là encore le risque du piège fonctionnaliste et néo-darwiniste (« une meilleure technique chasse l'autre ») est grand. Les rapports des ethnologues sur la manière dont se fait collectivement l'abattage des arbres, en Mélanésie par exemple, montrent que celui-ci s'inscrit dans un rituel où le résultat du travail avec l'objet n'est qu'un des éléments d'un ensemble bien plus vaste. L'objet est toujours la métaphore d'une relation sociale et c'est en ce sens qu'il est aussi symbolique19.

26L'herminette doit être prise comme une relation sociale incarnée dans l'objet20. A l'aube du capitalisme industriel Marx avait expliciter ce type de relation dans son ouvrage L’idéologie allemande avant de se fourvoyer dans l'impasse du matérialisme historique. Le passage de la manufacture à la grande industrie peut, en effet, s'interpréter dans cet ouvrage comme une solution technique donnée à un problème politique : maintenir la domination sociale par le prélèvement de la plus-value et par l'asservissement économique obtenu grâce au travail salarié et à l'usine mécanique. Cette thèse sur l'outil est originale parce qu'elle contredit la version occidentale qui pose l'objet comme extérieur au milieu. La philosophie orientale accepte plus facilement ce point de vue, ce que fait également la phénoménologie, à savoir qu'il y a co-présence et lors du procès de changement co-émergence de l'homme, de l'outil, de l'environnement, de la nature. La philosophie papou21 de l'outil réinsère celui-ci dans un univers symbolique où l'abattage des arbres n'est pas foncièrement une activité productive. De même que la philosophie pueblo de la construction de la maison ne fait pas de cette dernière un acte pour bâtir mais un acte pour se rassembler, prier, jouer22. Ou encore le bipédisme n'est pas, dans ce cas, « causé » par un changement climatique, il est un choix de société qui se révèle adapté à ce moment mais qui a pu ou peut se produire à diverses époques et en divers lieux. Pourquoi tous ces faits de l'ethnologie ne se traduisent-ils pas en une révision de la préhistoire de l'outil lithique et surtout de la philosophie des techniques en France ?

27La méthode de l'historicisme critique de Benedetto Croce ou Ernesto de Martino fait de la critique de notre histoire contemporaine le moyen de relativiser le sens des concepts appliqués au passé. Or, selon le mot d'un ergonome à propos de l'arrivée en masse des techniques informatisées, mot qui s'applique aussi fort bien au « modèle » de L'idéologie allemande : « l'ingénieur ne conçoit pas des machines mais des relations de travail ». En prolongeant cette idée on trouve à la source de la modernité une volonté de puissance, inattendue, qui s'incarnera dans la raison technicienne et rendra bien vite obsolètes toutes les autres techniques. Pour justifier cette volonté de puissance il fallait donner une légitimité au développement technologique et pour cela faire apparaître le fait technique moderne comme le prolongement naturel de ce qui était à l'origine. Ainsi ce temps de la modernité, emprisonné dans la gangue linéaire que lui a donné Newton, n'arrive-t-il pas à se penser sans une causalité qui donne sens et provoque la fascination actuelle pour les origines, leurre philosophique à la mode. On suit ainsi, à rebours, l'histoire d'une montée de la puissance d'action sur un monde extérieur « objet » donc objectif. Pourtant cette rhétorique n'est que pure tautologie car elle reporte dans le passé les valeurs qui fondent la modernité. L'évolutionnisme historiciste joue donc un rôle de ciment idéologique et de dernier refuge face aux attaques de plus en plus virulentes lancées contre la techno-science.

28En revanche, si l'on accepte qu'il y ait simplement, selon le mot de Maurice Merleau-Ponty : « jaillissement immotivé de la vie », l'efficacité de l'outil n'appartient plus à une classification progressive et les lignées d'artefacts opératoires ne montrent qu'une succession de faits de culture qui ne donnent aucune orientation au temps.

29Une autre qualité du temps moderne vient encore masquer le caractère discutable des discours sur l'objet outil, c'est l'efficacité. Ce temps se conçoit en effet comme une succession de réalités instantanées et pleinement signifiantes dans leur immédiateté. L'efficacité prend sens dans ce contexte et l'efficacité de la tronçonneuse lorsqu'elle coupe le tronc, par exemple, paraît alors indiscutable parce que l'arbre bascule. Pourtant ne devrait-on pas dire qu'il y a là une action efficace sur le moment, mais action qui n'est en aucune manière efficace en soi. En d'autres termes, l'acte est efficient mais l'efficacité globale de l'action d'abattage renvoie à tout un contexte, comme l'herminette mélanésienne, qui lui se trouve plongé dans un autre temps. Et sans doute verrait-on alors que cette destruction massive instantanée des forêts (dans l'échelle des temps de l'évolution du vivant) met en péril l'homme qui manie l'outil. Ceci est finalement inefficace pour la survie de celui-là même qui énonce et annonce l'efficacité de l'outil. De ce point de vue, dans un autre domaine, le boomerang est bien plus efficace que n'importe quel fusil de chasse (et du reste beaucoup plus complexe si l'on inclut le savoir- faire de l'utilisateur).

30Il est difficile d'admettre que la civilisation thermo-industrielle23 dans laquelle nous sommes entrés n'est pas le fruit d'une causalité historique mais plutôt d’un évènement fortuit, d’une bifurcation à partir de pousses qui auraient pu fort bien ne jamais s'interféconder ni donner de fruits. Une socio-anthropologie critique devrait avoir pour principe cette thèse de Hans Jonas : « Il s'agit...de rompre avec l'idée de la préhistoire dont nous aurions été la fin alors que de notre côté nous serions de nouveau un moyen en vue d'un but définitif...il est encore plus important de comprendre que chaque présent de l'homme est sa propre fin, et qu'il l'était donc également dans n'importe quel passé »24.

Haut de page

Notes

1 Cf. la démonstration très instructive de V. Stoczkowski, Anthropologie naïve, anthropologie savante : De l'origine de l'homme, de l'imagination et des idées reçues, Paris, Ed. du CNRS, 1994. Pour ma part j'ai critiqué les évolutionnismes biologiques et historiens in A.Gras, « Le temps de l'évolution et l'air du temps », Diogène, n°108, 1980, et Sociologie des ruptures, Paris, PUF, 1979.
2 D. Bourg, L'homme artifice, Paris, Gallimard, 1996 ; R. Debray, Transmettre, Paris, O. Jacob, 1997 ; F. Tinland, L'homme aléatoire, Paris, PUF, 1996 ; J.P. Seris, La Technique, Paris, PUF, 1994 ; B. Stiegler, La faute d'Epiméthée, Paris, Galilée, 1996.
3 Auquel je tiens à rendre hommage : les critiques qui suivent ne remettent pas en cause l'ensemble de son oeuvre très originale qui a enfin légitimé l'interrogation socio-anthropologique sur les techniques.
4 Mais pas celles dévastatrices d'O.  Leroy pour ce même Büecher et pour l'évolutionnisme positiviste de Durkheim ou Lévy-Bruhl, thèses qui anticipent la critique contemporaine sans que l'auteur ne soit reconnu dans l'historiographie officielle. O. Leroy, Essai d'introduction critique à l'étude de l'économie primitive, Paris, P. Geuthner, 1925, et La Raison Primitive, essai de réfutation de la théorie du prélogisme, Paris, P. Geuthner, 1927.
5 M. Tibon-Cornillot, « Temps des codes, destin du nihilisme », Revue européenne des sciences sociales, Sciences et techniques dans la société, XXXV, 1997, op.cit. Pour une défense du point de vue d'A. Leroi-Gourhan, voir dans le même numéro D. Cerqui-Ducret, « L'ambivalence du développement technique : entre extériorisation et intériorisation ».
6 La thèse est développée en particulier dans A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole : Technique et langage, Paris, Albin Michel, 1964, vol 1.
7 Et qu'il y a six millions d'années le dauphin avait déjà une capacité cranienne supérieure à celle de l'homo habilis.
8 Ph. Verstraten, La généalogie de la parole, Paris, Osiris, 1991, p.32.
9 A. Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1965, p.127.
10 A. Leroi-Gourhan, L'homme et la matière, Paris, Albin Michel, 1971, p.28.
11 A. Gras, « La technique, le milieu et le progrès : hypothèses sur un non-sens », Revue européenne de sciences sociales, op.cit. La tendance technique, concept clé d'A. Leroi-Gourhan, s'étend sur une  durée indéfinie et traverse les civilisations. Il arrive souvent qu'elle soit confondue  avec la trajectoire technologique ou la lignée technique, par exemple, P. Lemonnier, « Et pourtant ça vole ! L'ethnologie des techniques et les objets industriels », Ethnologie française, XXVI, 1996, dont la portée spatio-temporelle est limitée.
12 F. Sigaut, « Technology », in T. Ingold (ed.) Companion Encyclopedia of Anthropology, London, Routledge, 1996.
13 F. Sigaut, « De la technologie à l'évolutionnisme, L'oeuvre de Pitt-Rivers », Gradhiva , n°8, 1990.
14 Cf. Le geste et la parole, op.cit., ch. XII, « L'esthétique fonctionnelle ».
15 F. Sigaut, op.cit.
16 M. Daumas, Le Cheval de César ou le mythe des révolutions techniques, Paris, Ed. Archives contemporaines, 1991, étend la vision continuiste aux réseaux socio-techniques. J'ai critiqué cette thèse in Grandeur et dépendance, Paris, PUF, 1993, et Les Macro-systèmes techniques, Paris, PUF, 1997.
17 Lorsque le dernier indien Yahi fut découvert et que Kroeber le prit en charge, il accepta les habits européens, plus difficilement les chaussures mais jamais les étriers, si l'on en juge d'après le film de J. Riffer et P. Roberts « Le dernier des Yahis ». Voir aussi les aquarelles d'époque de Karl Bodmer.
18 Cette supposition « exosomatique » a été faite par W. Heisenberg ! Cf. H. Arendt, La condition de l'homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1993.
19 G. Hottois, Entre symboles et technosciences, Seyssel, Champs Vallon, 1996.
20 Cf., p.e., S. Breton, préface de M. Augé, La mascarade des sexes, Paris, Calmann Lévy, 1989.
21 Il s'agit bien de philosophie car ou bien la philosophie est le discours de l'antiquité gréco-romaine sans cesse revu et corrigé par les Occidentaux, mais ce n'est alors qu'un discours local, ou bien ce terme indique une réflexion sur l'existence qui prend forme dans chaque groupe ethnique, cf., p. e., D. A. Masolo, African Philosophy in Search of Identity, Edinburgh, University Press, 1994.
22 T. Ingold, « Technology, Language, Intelligence : A Reconsideration of Basic Concepts », in K. R. Gibson, T. Ingold (ed.), Tools, Language and Cognition in Human Evolution, Cambridge, University Press, pp. 449-465.
23 Ce terme, utilisé par certains sociologues et écologistes suisses, convient parfaitement pour cararactériser la nature nouvelle de l'outil moderne avide d'énergie et grand gaspilleur de chaleur. J. Grinevald, « L'effet de serre et la civilisation industrielle », Revue européenne des sciences sociales, op.cit.
24 H. Jonas, Le principe responsabilité, Paris, Cerf, 1989.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Gras, « Anthropologie et philosophie des techniques : Le passé d'une illusion », Socio-anthropologie [En ligne], 3 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/19

Haut de page

Auteur

Alain Gras

Université de Paris I Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org