Navigation – Plan du site
Dossier : Habiter. Ou vivre autrement ?

Le cohousing : un nouveau mode d’habiter ?

Réflexions à partir des projets émergents de cohabitat italiens
Annalisa Iorio
p. 87-101

Résumés

Depuis 2005, le terme de cohousing est rentré dans le débat italien pour désigner des initiatives non conventionnelles d’habitat. Que recouvre-t-il ? Et pourquoi est-il employé en Italie ? Ce phénomène est-il comparable aux expériences d’habitat alternatif qui ont vu et voient actuellement le jour en France et ailleurs dans le monde ?
Cet article se propose de s’attaquer à la spécificité de l’émergence et du développement du cohabitat en Italie, en pointant les éléments de continuité avec la tradition ainsi que les aspects « innovants ». Afin de saisir pleinement ce phénomène, il est nécessaire d’en connaître les acteurs, leurs motivations ainsi que les débats qui ont contribué à son essor.

Haut de page

Texte intégral

« Mais il n’existe pas un terme italien pour exprimer ce concept ? Voyons… cohabitation… co-résidence… co-quelque chose… mais c’est comme si ce quelque chose nous échappait toujours, comme si, au terme que l’on est en train de chercher, il manquait toujours un “je-ne-sais-quoi”, c’est comme ça que nous nous sommes habitués à l’appeler cohousing » (Govean, 2009).

1C’est avec ces mots qu’une participante au projet de cohabitat de Turin parle de la terminologie adoptée en Italie pour définir un modèle d’habitat qui s’est développé au cours des dernières années.

2La définition de cohousing ne paraît pas satisfaisante à ses yeux, mais que recouvre-t-elle ? Et pourquoi est-elle employée en Italie ? Ce phénomène est-il comparable aux autres expériences d’habitat alternatif qui ont vu et voient actuellement le jour en France et ailleurs dans le monde ?

3En effet, en élargissant notre attention à une échelle plus vaste que celle du territoire italien, on peut constater que des expériences non conventionnelles d’habitat partageant des caractéristiques similaires ont pu surgir dans le passé et évoluer dans des contextes géographiques et culturaux très variés. La lisibilité de ce phénomène n’est pas toujours aisée car les définitions employées varient sensiblement d’un pays à l’autre. Bofaelleskaber (« communauté vivante ») au Danemark, Centraal wonen (« vivre ensemble ») au Pays Bas, Kollektivus (« maison collective ») en Suède, « habitat groupé » en France, Cohousing aux États-Unis… Parle-t-on de la même chose ? Ces définitions diverses traduisent une pluralité de sensibilités. Les objectifs, les modalités d’actions et les solutions techniques et architecturales adoptées peuvent différer considérablement selon les époques et les contextes en dressant un tableau général multiforme. Sommes-nous donc en train de « comparer l’incomparable » (Detienne, 2000) ? L’étude de ces initiatives montre le contraire. Tout d’abord, et principalement, car elles partagent la même aspiration de fond : imaginer et vivre un habitat dans lequel la dimension du collectif est centrale.

  • 1  À noter que cette dénomination est employée en particulier dans les contextes belge et québécois.
  • 2  Les termes de communauté et de communautaire sont polysémiques et historiquement chargés. Leur emp (...)

4Le terme plutôt neutre de cohabitat, bien que peu utilisé en France1, peut nous sortir de cette difficulté de trouver une définition commune. En effet, il semble pouvoir s’adresser pertinemment à l’ensemble de ces initiatives d’habitat qui, au-delà des différentes déclinaisons, sont réunies par l’idéal du co-mmun, du co-llectif, de la co-opération, du co-mmunautaire2.

  • 3  Ce point les différencie notamment des expériences de vie communautaire qui ont surgit dans les an (...)

5Toutefois, cela ne suffit pas à déterminer la spécificité de ces projets par rapport à d’autres expérimentations dans le domaine de l’habitat. Il est nécessaire d’ajouter que ces initiatives valorisent autant la dimension collective des espaces communs et du faire ensemble qu’elles respectent la dimension privée des espaces propres à chaque noyau familial3. De plus, elles prônent un engagement actif et une participation directe et volontaire des habitants à la conception et à la gestion de leur cadre de vie.

6Le cohabitat est donc un modèle fluide, flexible, qui rejette tout effort de classification trop stricte. Toutefois, il s’agit indéniablement d’un concept avec une vision distinctive et des critères qui lui sont propres.

  • 4  Notre travail de thèse en anthropologie porte plus précisement sur l’analyse de trois cas d’études (...)

7Ce constat a guidé et rendu possible la recherche comparée4 autour du cohabitat en France et en Italie dont cette contribution est issue. En particulier, nous souhaitons présenter, dans le contexte de ce numéro thématique autour de l’habiter, comment le modèle du cohabitat se décline et se développe en Italie, en dévoilant, en filigrane, les similarités et les écarts avec les expériences françaises. Pour ce faire, nous nous appuierons sur les données recueillies lors de l’observation du projet de cohabitat Numero Zero de Turin, tout en les recadrant dans le contexte national.

Les premiers pas du cohousing sur le territoire italien

  • 5  Propos repris de l’article « Cohousing, il luogo comune sbarca in Italia » paru dans le magazine i (...)
  • 6  « Cohousing, il luogo comune sbarca in Italia », art. cité.

8Pour certains, le cohousing est né en Italie en 2004 « à une table du restaurant végétarien milanais Joia, quand, entre une soupe et une salade de crudités5 », Ezio Manzini, responsable de l’unité de recherche du design et de l’innovation pour la durabilité (DIS-Indaco) du Politecnico de Milan a expliqué à Luca Mortara, 48 ans, conseiller d’entreprise, de plus en plus enthousiaste, « les merveilles de ce style de vie déjà répandu dans les pays du Nord de l’Europe et de l’Amérique6 » depuis quelques décennies.

  • 7  Pour définir cette entreprise, on trouve les dénominations Innosense Partnership et Innosense Cons (...)
  • 8  Présentation de l’agence que Luca Mortara fait sur son profil Linkedin : https://it.linkedin.com/p (...)

9Les deux hommes avaient des raisons de s’entendre. Luca Mortara avait depuis peu fondé l’agence pour l’innovation sociale Innosense Consulting7, un « incubateur d’entreprises innovantes avec un impact social8 ». En d’autres termes, l’objectif déclaré de l’agence était celui de promouvoir la créativité de la société civile en accompagnant le développement de modèles expérimentaux d’« active welfare ».

  • 9  Ezio Manzini décrit les communautés créatives ainsi : groups of innovative citizens organising the (...)
  • 10  Manzini E., Marelli I. (2007), « L’esperienza di cohousing.it », dans Lietaert M., Cohousing e con (...)

10Parallèlement, Ezio Manzini et le département de recherche DIS-Indaco étaient en train d’enquêter autour des expériences d’innovation sociale portées par les citoyens au quotidien. En particulier, l’équipe réfléchissait aux moyens de consolider et de diffuser les initiatives novatrices portées par des « communautés créatives9 ». « Le cohousing a été perçu au cours de nos recherches comme l’un des cas les plus intéressants et prometteurs10 » affirme Ilaria Marelli, enseignante du Politecnico de Milan.

  • 11  Il trouve finalement des partenaires en Confcooperative (Confederazione Cooperative Italiane), l’A (...)

11Une collaboration entre les deux parties, dans une logique de recherche-action, se met rapidement en place : pendant l’été 2005, Ilaria Marelli part en Californie pour visiter et étudier plusieurs expériences de cohousing, alors que Luca Mortara, de son côté, cherche d’autres partenaires à la création d’un courant italien de ce mode d’habiter11.

12Confortée par les résultats de cette première phase exploratoire, l’équipe de travail se proposa ensuite de sonder l’éventuel intérêt des citadins milanais pour le concept de cohousing.

13En novembre 2005, le site abitomilano.com voit le jour pour inviter les habitants de la ville à répondre à un sondage sur « il vissuto e l’immaginario del vivere a Milano » (« l’expérience et l’imaginaire du vivre à Milan »).

Êtes-vous satisfaits de votre logement ? Quels services de proximité souhaiteriez-vous ? Rêvez-vous d’une salle de sport, d’une micro-crèche ou d’un potager au sein de l’immeuble ?

  • 12  Finalement 3 800 personnes ont répondu au sondage, avec 2 500 manifestations d’intérêt pour le coh (...)
  • 13  Citation extraite de l’article « La casa dei sogni, ditelo con un click » sur le site du quotidien (...)

14Le 11 novembre 2005, le site rapporte le « grand succès » de l’enquête auprès de ses lecteurs avec sept cents questionnaires remplis en un peu plus d’une semaine12. « La recherche vise à explorer deux dimensions de notre imaginaire : habiter la ville de Milan et expérimenter des modes de vie fondés sur le partage d’espaces et de services communs13. » Le terme est ici lâché pour la première fois publiquement dans le contexte italien : cohousing. À travers le sondage et la communication qui l’entoure, un nombre important de citoyens italiens a été informé des avantages d’un modèle d’habitat alternatifquiarticule les espaces privatifs de chacun avec un nombre variable d’espaces, d’équipements et de services mutualisés par le groupe de ses habitants.

15Au-delà de l’intérêt scientifique des données recueillies, les objectifs du sondage étaient des plus concrets. Les participants ont été invités par la suite à s’inscrire sur une liste de diffusion pour recevoir, en plus de la publication des résultats de l’enquête, des propositions d’initiatives futures de cohousing, ainsi que pour entrer en contact avec d’autres individus partageant les mêmes intérêts. C’est ainsi qu’est née la plateforme des clients potentiels de la nouvelle société de Luca Mortara, Cohousing Ventures. Le site cohousing.it est créé dans la foulée pour donner de la visibilité à ce mode d’habiter, faciliter la création et la rencontre des groupes de personnes intéressées par le concept, et « vendre » les projets concrets parrainés par Cohousing Ventures.

« Importer un concept venu d’ailleurs » : raisons
et conséquences

16Il était nécessaire de rappeler l’historique de ces événements car les faits exposés ici ont été lourds de conséquences pour le développement du cohabitat en Italie.

  • 14  Le débat est particulièrement d’actualité au cours des dernières années. Soulevé par les membres d (...)
  • 15  Romano S., « Perché tante parole inglesi in bocca a molti italiani? », Corriere della Sera, 17 oct (...)

17Tout d’abord cela permet de revenir sur la question de la terminologie posée dans l’introduction de cet article. Pour quelle raison a-t-on introduit le terme de cohousing dans le contexte italien sans chercher à le traduire ? En premier lieu, cela tient à la spécificité disciplinaire des chercheurs du département DIS-Indaco. En effet, si les termes anglais sont de plus en plus adoptés par les Italiens au cours des quinze dernières années, au point que certains dénoncent une « vraie invasion14 », certaines catégories professionnelles les emploient davantage encore. Pour l’éditorialiste Sergio Romano, à l’origine de ce phénomène d’importation de mots anglais « il y a des groupes sociaux qui contribuent de manière déterminante aux mutations de la langue italienne15 ». Acteurs de la finance, de la mode, du design, experts en communication, informatique ou marketing, travailleurs dans les domaines de la publicité ou des nouvelles technologies, ils ont souvent étudié à l’étranger, travaillent dans des contextes internationaux, et évoluent dans des secteurs où l’anglais est dominant.

18La plupart du temps, ces personnes ne traduisent pas les termes anglais car ils renvoient à des fonctions et à des objets qui ont été élaborés ailleurs ; traduire serait donc banaliser ou trahir la signification d’origine.

  • 16  D’ailleurs, malgré la distance géographique, c’est cette déclinaison particulière de cohabitat qu’ (...)

19Ezio Manzini et les autres designers-chercheurs du Politecnico de Milan utilisent l’anglais au quotidien dans leur discipline, tant au niveau de leurs enseignements que de leurs productions scientifiques. De plus, en s’appuyant sur une littérature anglo-saxonne, c’est la définition américaine de cohousing qu’ils ont découverte, en même temps que le modèle du cohabitat16. Il n’est guère surprenant, à la lumière de ces éléments, qu’en proposant ce mode d’habitat alternatif en Italie, ils n’aient pas décidé de lui trouver une dénomination équivalente dans la langue italienne.

  • 17  Plusieurs acteurs (journalistes, professionnels, participants aux projets) considèrent que le term (...)

20Par ailleurs, on peut également voir derrière ce choix une dimension stratégique. Luca Mortara, en tant que conseiller et créateur d’entreprises, fait partie de ces individus qui font largement usage de l’anglais au quotidien. De plus, à travers Cohousing Ventures (encore un nom anglais), il se proposait de « vendre un produit » ce qui explique la nécessité de se démarquer par rapport à l’offre existante sur le marché immobilier en soulignant son côté innovant. En ce sens, le choix de garder un terme anglais pour définir le naissant cohabitat italien suggérait d’emblée que l’on se trouvait face à quelque chose de radicalement différent par rapport à ce qui existait déjà sur le territoire. Un nouveau concept importé d’ailleurs qui, n’ayant pas d’équivalent, allait garder une définition étrangère17.

21Les premiers pas du cohabitat italien, ou cohousing, semblent donc liés aux mondes de la recherche scientifique et de l’entreprise plus qu’à l’engagement actif de la société civile.

22Toutefois, ce propos pourrait être nuancé. Ici et là, des groupes informels de débat autour de la possibilité de vivre autrement en partageant des espaces et des ressources étaient en train de se développer sur le territoire italien, notamment en Piémont, Emilia Romagna, Latium, Toscane et Lombardie. Toutefois, aucune association n’avait encore été créée au moment où cohousing.it est arrivé sur le Web.

23Le dynamisme de cette entreprise a été un élément activateur et accélérateur du développement des réseaux du cohabitat italien.

  • 18  Manzini E., Marelli I. (2007), « L’esperienza di cohousing.it », art. cité, p. 182.
  • 19  Le chercheur et militant Matthieu Lietaert parle de deux ans pour les projets accompagnés alors qu (...)

24D’un côté, le site cohousing.it a permis aux personnes intéressées de découvrir le modèle du cohabitat et de se rencontrer. À partir du lancement du sondage sur la vie à Milan, en s’appuyant sur leurs réseaux et sur leur service de communication, les porteurs du projet cohousing.it parviennent à ce que le concept de cohousing circule largement dans les médias italiens. Ilaria Marelli souligne de quelle façon « il y a eu une extraordinaire réponse en termes d’intérêt » et encore « l’année dernière il n’y a pratiquement pas un journal qui n’ait parlé du cohousing, y compris à travers des articles très engagés »18. D’un autre côté, paradoxalement, une autre voie au développement de projets de cohabitat italiens a pris forme précisément en réaction au modèle proposé par le site. À l’instar du cohousing américain, Cohousing Ventures proposait une forme de cohabitat « clé en main » : l’agence s’occupait préalablement de repérer la parcelle, fournir une équipe d’architectes, experts et accompagnateurs et de gérer l’entrée des sujets dans le projet. Cohousing Ventures était rémunérée pour assurer la réussite du projet – en soulageant les habitants de certaines tâches complexes qui peuvent amener à l’échec – dans des temps relativement courts19. Toutefois cela redimensionnait considérablement le degré d’autonomie du groupe et de la participation à la première phase de structuration du projet.

25Dans ce contexte, certains individus qui avaient approché cohousing.it ont décidé par la suite de s’en éloigner pour fonder ou adhérer à des associations de promotion du cohabitat basées sur le bénévolat de ses membres. Les associations Coabitare et Cohabitando de Turin et E-Co-abitare de Rome ont été parmi les premières à se constituer entre 2006 et 2007.

  • 20  Il faut toutefois préciser que, même dans cette typologie de projets, les habitants sont engagés d (...)

26Ainsi, à partir de 2007, le contexte italien voit évoluer deux modèles divergents de cohabitat : l’un porté par cohousing.it, où les participants aux projets se trouvent dans une posture de « clients » accédant à un produit immobilier non conventionnel20 ; et l’autre, inspiré du modèle nord européen et promu par des associations locales à but non lucratif, qui valorise un processus de création du projet entièrement géré par les habitants.

27Les acteurs de cohousing.it ont donc eu un rôle-clé dans la diffusion de ce mode d’habiter en Italie. Tout d’abord, on l’a vu, ils ont été les premiers à parler publiquement de cohousing dans le contexte italien et à lui octroyer une large visibilité ; deuxièmement, car, par contraste à ce modèle entrepreneurial de cohabitat, plusieurs initiatives issues de la société civile ont vu le jour ; enfin, l’existence de cohousing.it, à différents niveaux, a aidé à la cohésion des acteurs associatifs impliqués dans la promotion d’initiatives de cohabitat sur le territoire italien.

28En effet, malgré quelques réticences déjà évoquées, le terme de cohousing a été repris de façon quasi unanime par la société civile italienne. Les avantages d’une dénomination qui circulait déjà largement parmi les médias, les professionnels et les citoyens, malgré le manque de réalisations concrètes, ont poussé les associations à garder cette définition pour leurs projets. De plus, l’enjeu de se démarquer de l’offre commerciale de Cohousing Ventures, a porté les acteurs associatifs à dépasser leurs différences pour se lier dans une démarche unie et cohérente. Après des années d’échanges informels, la Rete italiana cohousing (Réseau italien cohousing) a vu le jour le 10 avril 2010 à Florence.

29Indéniablement, le fait de partager la même dénomination, et d’avoir identifié en Cohousing Ventures par contraste, un modèle inspirant, a considérablement contribué à la cohésion des acteurs impliqués dans la promotion du cohabitat dans le contexte italien.

30Pour apprécier la spécificité de cette expérience, nous pouvons la comparer avec l’exemple français. Ici, à l’inverse du cas italien, les initiatives de cohabitat ont fleuri à partir de 2005, portées en principe par des acteurs associatifs. Ce n’est que dans un deuxième temps que les professionnels et le monde de la recherche se sont saisis du sujet.

31En outre, l’expérience française se caractérise dans un premier temps par la multiplicité des dénominations employées pour définir les initiatives de cohabitat (habitat groupé, autopromotion, coopératives d’habitants, habitat participatif). Pendant quelques années, la persistance de plusieurs définitions à l’échelle nationale a nui à la lisibilité du phénomène (Iorio, 2012) ; en renvoyant à une pluralité d’acteurs et de démarches, elle suggérait un manque d’unité entre les différentes instances. Il a fallu attendre novembre 2010, avec les Rencontres nationales de l’habitat participatif de Strasbourg, pour que les acteurs du cohabitat français trouvent dans la dénomination d’« habitat participatif » le terme fédérateur capable de les rendre identifiables aux yeux de la société civile et des institutions.

Une « vieille » façon d’habiter pour des défis renouvelés

32En dépit des différences que nous venons d’évoquer dans les phases de structuration du cohabitat en Italie et en France au cours des dernières années, il est possible de relever des similarités de taille entre les deux contextes.

33Tout d’abord, dans les deux pays – nous l’avons montré plus particulièrement avec l’expérience de cohousing.it et le choix de garder le terme cohousing – la dimension innovante des projets récents de cohabitat a été mise en avant tant par leurs promoteurs que par les médias.

  • 21  L’association Mondo e Famiglia (Monde et Famille) regroupe une vingtaine de projets située en Lomb (...)
  • 22  CoAbitare.org : http://www.coabitare.org/

34Pourtant, les porteurs de ces initiatives ne dissimulent pas leur dette vis-à-vis des expériences passées. Le cohabitat situe ses racines dans une longue tradition de solutions d’habitat alternatif. Les références vont de la tradition philosophique aux expériences coopératives : la ville d’Utopia de Thomas More, la Chritianopolis de Valentin Andreae, le Phalanstère de Fourier, le Familistère de Godin sont probablement les plus célèbres de ces expériences. De plus, dans le contexte italien, des liens de filiations sont tissés avec les expériences des éco-villages et celles des condomini solidari (littéralement « les immeubles solidaires ») développés à partir des années 198021. En soi, associer l’habitat aux questions du « vivre ensemble » et de l’autogestion ne semble pas révolutionnaire. À titre d’exemple, l’association de promotion du cohabitat de Turin Coabitare a adopté, dès sa création en 2006, la devise « le cohousing : un nouveau mode de vivre, vieux comme le monde22 ». On fait par là référence à un passé, Âge d’or idéalisé, dans lequel la dimension de la solidarité et du lien social était le propre de l’habitat.

  • 23  Non pas uniquement aux yeux des participants aux projets mais également de la part des médias, du (...)

35Mais alors, à la lumière de ces constats, pourquoi ces projets se disent et sont décrits comme innovants ? Comment expliquer l’intérêt considérable23 que ce concept suscite à partir de 2005, entre autres en France et en Italie ?

36Si les aspects fondamentaux de ce modèle d’habitat – l’importance des espaces et des ressources mutualisées, la démarche participative, l’engagement solidaire de ses participants – n’ont pas changé depuis les années 1970, le contexte actuel lui apporte un nouvel élan ainsi que des enjeux renouvelés.

37Il est nécessaire de revenir sur les débats et les éléments qui expliquent l’essor de ces initiatives pour comprendre les motivations de leurs participants et l’engouement de l’opinion publique.

« La crise », des crises ?

  • 24  Ricoeur P. (1988), « La crise : un phénomène spécifiquement moderne ? », Revue de théologie et de (...)

38En 1986, Paul Ricoeur donnait une conférence à Neufchâtel sur « La crise : un phénomène spécifiquement moderne ? ». L’incipit de son texte se présente ainsi : « la question qui nous a fait choisir la notion de crise comme thème de nos réflexions est sans doute celle de savoir si nous vivons aujourd’hui une crise sans précédent, et, pour la première fois dans l’histoire, non pas transitoire, mais permanente, définitive24 ». La crise serait-elle donc la condition structurante de notre modernité ?

  • 25  Revault d’Allonnes M. (2012), La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, S (...)
  • 26Ibid.

39« La crise » fait son entrée officielle dans les débats contemporains en septembre 2007, lors de l’éclatement du scandale des subprimes aux États-Unis. Depuis, comme le dit Myriam Revault d’Allonnes, « notre présent est envahi par la crise : il ne viendrait à l’idée de personne de le contester25 ». Crise économique et financière avant tout, mais cela ne se réduit pas à ce secteur particulier. Si le concept de « crise » s’impose dans les débats actuels, c’est en tant que notion polymorphe et généralisée, « car nous ne parlons plus aujourd’hui des crises – singularités plurielles liées à des domaines spécifiques – mais de la crise : singulier collectif qui englobe des registres aussi différents que l’économie, la finance, la politique, la culture, les valeurs, l’autorité, l’éducation, la jeunesse ou la famille26 ».

40La crise financière apparaît alors comme la métonymie d’une crise bien plus large, celle de tout un système de convictions et de pratiques. Le constat qui paraît omniprésent et incontesté d’une « crise » qui investit de nombreux domaines de la société contemporaine, appelle ainsi à la réflexion autour de possibles alternatives, à la mise en place et à l’élaboration de nouvelles stratégies, visions du monde et modalités d’actions.

41Le 16 novembre 2012, lors de la matinée d’ouverture des Rencontres nationales de l’habitat participatif à Grenoble, l’un des intervenants cite Platon : « La nécessité est la mère de l’invention ». Étant donné le contexte actuel, envisager un mode d’habiter alternatif ne relèverait pas du luxe mais de la contrainte. La dimension innovante et expérimentale des projets de cohabitat est ainsi mise en avant car elle serait susceptible de répondre pertinemment à plusieurs « crises » de la modernité.

Le cohabitat face « aux crises » italiennes

42La rhétorique de la crise est présente autant dans les projets français qu’italiens, toutefois nous présenterons ici plus particulièrement les analyses et les argumentations des observateurs et des acteurs du contexte italien. Il est possible de déceler plusieurs typologies spécifiques de crises que ces projets se promettent à leur échelle de contrer.

43Tout d’abord, ces expériences se considèrent comme des réactions adaptées au contexte de crise économique contemporain, qui a considérablement touché le territoire italien. Par contraste avec une société qui serait dominée par les logiques du marché, les initiatives actuelles de cohabitat se veulent porteuses d’une vision « alternative » du monde, basée sur l’engagement actif des citoyens et sur des pratiques de consommation responsables. De plus, le modèle du cohabitat pourrait présenter de nombreux avantages financiers – via la mutualisation des compétences, des espaces et des équipements – de la phase de réalisation du projet à celle de sa gestion (Iorio, 2013).

  • 27  Depuis leur entrée dans l’immeuble en 2013, les habitants monitorent régulièrement leur consommati (...)

44Deuxièmement, ces initiatives d’habitat alternatif s’insèrent dans le débat autour de la crise environnementale. En effet, les participants aux projets italiens, tout comme les Français, se montrent pour la plupart particulièrement sensibles aux thèmes de l’écologie et du développement durable. Leurs choix témoignent de cet engagement tout au long du processus. Au sein du projet pilote de Numero Zero que nous avons observé de près, dans la phase de conception et de réalisation, les futurs cohabitants ont porté une grande attention aux aspects de l’éco-construction (isolation, ventilation, panneaux solaires), de la consommation énergétique du bâtiment (réalisations BBC) et des matériaux employés (matériaux sains, circuits courts). Les cohabitants considèrent également que la mutualisation des espaces et des ressources ainsi que l’accès à des équipements très performants permettent de réduire considérablement l’empreinte énergétique du cohabitat27.

  • 28  Entretien avec Giovanni Caudo, un des curateurs de l’exposition « L’Italia cerca casa » présentée (...)
  • 29  Delera A. (2009), Ri-pensare l’abitare, op. cit., p. 4.

45De plus, ces expériences se réapproprient les sujets de la crise du logement et de la ville. D’un côté, elles touchent à la question de l’accès au logement et des formes de propriété. Le contexte italien présente des spécificités au niveau européen car ici « le culte de la propriété de son logement est encouragé comme un phénomène d’identité culturel28 ». Aujourd’hui plus du 80 % de la population italienne appartient à la catégorie des propriétaires. Le restant, 17,7 % de locataires, se confronte à un vide « historique » de politiques publiques29. Ainsi, la problématique italienne des dernières années n’est pas uniquement liée à l’accès au logement des catégories à très faibles ressources (les seules que les politiques publiques ont traditionnellement accueillies dans leur parc social), mais également à la question de la possibilité pour une classe moyenne appauvrie d’accéder à un logement de qualité. En faisant la différence entre « habiter » et « se loger », les projets de cohabitat recherchent cette valeur ajoutée dans leurs parcours et prônent pour redonner du sens à l’expérience de l’habiter.

  • 30  À noter que le projet Numero Zero de Turin et la plupart des projets italiens de cohabitat en cour (...)

46De plus, en se proposant de sortir de l’échelle de l’immeuble pour embrasser celle de la ville30, le modèle du cohabitat participe en Italie à la réflexion autour de la « fabrique de la ville » et du faire ensemble en milieu urbain, en s’ouvrant à des modèles de citoyenneté active et à des formes de partenariat avec les municipalités. En effet, ce modèle d’habitat alternatif s’insère également dans le débat autour de la crise d’un système « boiteux » de Welfare italien, qui s’appuyait traditionnellement sur des solides réseaux associatifs et familiaux aujourd’hui profondément modifiés et fragilisés (Sapio, 2010 ; Sgritta, 2009 ; Tosi, 1994).

  • 31  Les résultats du sondage sur la vie à Milan évoquaient une « solitude sociale » ressentie par un q (...)

47Cette mosaïque est complétée par la crise évoquée le plus souvent en relation aux projets récents de cohabitat : une crise sur le plan social qui affecte profondément la qualité de vie des individus. Face à l’individualisme contemporain31, les acteurs du cohabitat déclarent être prêts à se prendre en charge et à expérimenter des voies innovantes pour recréer du lien social, vivre le collectif au quotidien et « refaire société » (Rosanvallon, 2011).

48Le contexte critique de notre époque inciterait ainsi à l’innovation. Toutefois, dans le cas spécifique de ces projets d’habitat alternatif, quel type d’acteur va volontairement se charger de cette tâche ?

Des habitants compétents

  • 32  Touraine A. (2010) cité dans Sgritta (2010), « Altre vie. Note sull’innovazione sociale », La rivi (...)
  • 33  Castel R. (2011), « Les ambiguïtés de la promotion de l’individu », dans Rosanvallon P. (dir.), Re (...)

49En France et en Italie, les analyses convergent autour de l’idée que l’on ne peut plus uniquement compter sur les acteurs traditionnels de l’économie et de la politique pour faire face aux crises contemporaines. La réponse se trouverait dans un « communautarisme défensif », autrement dit dans l’action d’agrégations horizontales de groupes de citoyens32. Toutefois, pour le dire avec Robert Castel, on doit « s’interroger sur les conditions (et sur les supports) indispensables pour qu’un individu puisse se prendre en charge lui-même, “s’activer”, “se mobiliser”33 ».

50En effet, en Italie comme en France, les projets de cohabitat sont portés par des individus au profil sociologique déterminé et plutôt homogène. Ces « aventuriers du quotidien » (Bidou, 1984) appartiennent à une catégorie socioprofessionnelle élevée, travaillant dans le secteur public ou en profession libérale ; ils disposent d’un capital culturel et social important mais de revenus moyens.

51Proches des réseaux de l’Économie sociale et solidaire et de l’écologie, les cohabitants présentent des compétences professionnelles et associatives au-dessus de la moyenne. Par exemple, dans le groupe de Turin, sur dix adultes on retrouve trois individus qui ont obtenu un doctorat de recherche – dont un en sociologie – un architecte, un ingénieur aérospatial, un médecin et un ingénieur civil. Ainsi l’innovation est portée par des individus particuliers, des « entrepreneurs de la morale » (Becker, 1963) qui possèdent les outils adéquats pour structurer leur action et créer des partenariats fructueux. Il n’est pas surprenant que ce profil spécifique d’acteurs n’ait pas été séduit par le modus operandi de cohousing.it. Les protagonistes des premières initiatives italiennes associatives de cohabitat cherchaient dans cette expérience précisément la possibilité d’être acteurs, et non clients, de leur cadre de vie. Malgré les complexités d’un projet autogéré dans sa totalité, ces individus étaient inspirés par le côté expérimental et spécifique de leur parcours et pouvaient s’appuyer, au sein du groupe, sur les compétences nécessaires pour espérer le mener à bien.

52Le cohousing n’a fait que récemment son entrée dans le débat italien. L’histoire de son développement dans ce contexte particulier permet d’en saisir les éléments de continuité avec la tradition ainsi que ceux qui ont permis de le définir en tant que « nouveau » mode d’habiter. Malgré les similarités avec les expériences passées sur le territoire italien et ailleurs, les initiatives récentes affichent d’importants points de divergence, tant dans les valeurs qui les inspirent que dans les modalités d’action mises en place. Le contexte actuel est hanté par la rhétorique de la crise et marqué par des débats profondément changés, tels ceux autour du développement durable, de la consommation critique et de la citoyenneté active. L’innovation réside également dans un modèle qui se veut laïc et non idéologique. Le cohabitatest donc présenté et valorisé par ses acteurs, non pas comme un modèle dogmatique mais bien comme un incubateur de « bonnes pratiques ». La philosophie du faire et du faire ensemble imprègne le projet.

53Dans un contexte de changements radicaux qui traversent la société italienne depuis quelques années, l’habitat a été pendant longtemps un objet défini par son être immeuble, réfractaire à des solutions fluides et alternatives. Aujourd’hui, la crise ouvre la possibilité à des expérimentations qui valorisent l’inventivité et les pratiques des habitants et qui voient dans l’habitat non pas seulement un produit, mais plutôt un processus. Reste à voir, au-delà des réalisations concrètes, quel impact le cohabitat pourra avoir dans le futur proche sur la production, l’imaginaire et la pratique de l’habiter en Italie.

Haut de page

Bibliographie

Bidou C. (1984), Les aventuriers du quotidien. Essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, PUF.

Becker H. (1985 [1963]), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Delera A. (2009), Ri-pensare l’abitare, Milan, Hoepli.

Detienne M. (2000), Comparer l’incomparable, Paris, Seuil.

Castel R. (2011), « Les ambiguïtés de la promotion de l’individu », dans Rosanvallon P. (dir.), Refaire société, Paris, Seuil (La République des idées).

Govean L. (2009), « Porta Palazzo: un cohousing a Torino », Terra Nuova, 241, p. 32-35.

Iorio A. (2012), « La France : vers un essor d’un habitat participatif, écologique et solidaire », dans Lietaert M., Le cohabitat. Reconstruisons des villages en ville, Bruxelles, Couleur livres, p. 75-84.

Iorio A. (2013), « Consommer “malin” ou consommer “autrement” ? Les projets italiens et français de cohabitat entre l’intérêt collectif et la quête de la “bonne affaire” », dans Clochard F., Desjeux D. (dir.), Le consommateur malin face à la crise, Paris, L’Harmattan, t. 2, p. 225-238.

Lietaert M. (2007), Cohousing e condomini solidali, Florence, Editrice Aam Terra Nuova.

Manzini E. (2006), Creative Communities, Collaborative Networks and Distributed Economies. Promising Signals for a Sustainable Development, Dis-Indaco, Politecnico di Milano.

Narne E., Sfriso S. (2013), L’abitare condiviso. Le residenze collettive dalle origini al cohousing, Venise, Marsilio Editori.

Revault d’Allonnes M. (2012), La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Seuil.

Ricoeur P. (1988), « La crise : un phénomène spécifiquement moderne ? », Revue de théologie et de philosophie, 120, p. 1-19.

Rosanvallon P. (dir.), Refaire société, Paris, Seuil (La République des idées).

Sapio A. (2010), Famiglie, reti familiari e cohousing. Verso nuovi stili del vivere e dell’abitare, Milan, Franco Angeli.

Sgritta (2010), « Altre vie. Note sull’innovazione sociale », La rivista delle Politiche Sociali, 1, p. 123-135.

Tosi A. (1994), Abitanti. Le nuove strategie dell’azione abitativa, Bologne, Società editrice Il Mulino.

Touraine A. (2010), Après la crise, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1  À noter que cette dénomination est employée en particulier dans les contextes belge et québécois.

2  Les termes de communauté et de communautaire sont polysémiques et historiquement chargés. Leur emploi n’est donc pas a-problématique. De plus, ils doivent également être contextualisés car ils ne prennent pas le même sens dans la tradition française, en celle italienne ou encore anglo-saxonne. Ici, on l’emploie d’une part pour citer les discours des certains acteurs impliqués dans les projets ; d’autre part, dans l’acception d’un ensemble de personnes unies localement par des liens sociaux forts, des intérêts communs et une solidarité de groupe.

3  Ce point les différencie notamment des expériences de vie communautaire qui ont surgit dans les années 1970. Ces initiatives remettaient souvent en cause, entre autre, la propriété privée, l’espace individuel et les structures familiales traditionnelles.

4  Notre travail de thèse en anthropologie porte plus précisement sur l’analyse de trois cas d’études (Turin, Paris 19e arr. et Montreuil). Les entretiens individuels et l’observation participante de la vie des projets (réunions, situations informelles, événements, blogs et google-groups) ont permis de livrer une vision « de l’intérieur » de la structuration de ces expériences récentes de cohabitat.

5  Propos repris de l’article « Cohousing, il luogo comune sbarca in Italia » paru dans le magazine italien Panorama en novembre 2004 : http://archivio.panorama.it/archivio/Cohousing-il-luogo-comune-sbarca-in-Italia, consulté le 23 novembre 2015.

6  « Cohousing, il luogo comune sbarca in Italia », art. cité.

7  Pour définir cette entreprise, on trouve les dénominations Innosense Partnership et Innosense Consulting de façon interchangeable.

8  Présentation de l’agence que Luca Mortara fait sur son profil Linkedin : https://it.linkedin.com/pub/luca-mortara/1a/418/993, consulté le 23 novembre 2015.

9  Ezio Manzini décrit les communautés créatives ainsi : groups of innovative citizens organising themselves to solve a problem or to open a new possibility, and doing so as a positive step in the social learning process towards social and environnemental sustainability, Manzini E. (2006), Creative Communities, Collaborative Networks and Distributed Economies. Promising Signals for a Sustainable Development, Dis-Indaco, Politecnico di Milano, p. 2.

10  Manzini E., Marelli I. (2007), « L’esperienza di cohousing.it », dans Lietaert M., Cohousing e condomini solidali. Guida pratica alle nuove forme di vicinato e vita in comune, Florence, Edizioni Aam Terra Nuova, p. 176.

11  Il trouve finalement des partenaires en Confcooperative (Confederazione Cooperative Italiane), l’ANCE (Associazione Nazionale Costruttori Edili) et Ikea.

12  Finalement 3 800 personnes ont répondu au sondage, avec 2 500 manifestations d’intérêt pour le cohousing.

13  Citation extraite de l’article « La casa dei sogni, ditelo con un click » sur le site du quotidien Corriere della Sera, édition de Milan, 11 novembre 2005 : http://milano.corriere.it/speciali/2005/11_Novembre/15/case.shtml, consulté le 23 novembre 2015.

14  Le débat est particulièrement d’actualité au cours des dernières années. Soulevé par les membres de L’accademia della crusca (institution nationale pour la protection et l’étude de la langue italienne) et par les chercheurs en linguistique, il a été récemment au centre d’une campagne de l’experte en publicité Annamaria Testa #dillo in italiano.

15  Romano S., « Perché tante parole inglesi in bocca a molti italiani? », Corriere della Sera, 17 octobre 2009, p. 49 : http://archiviostorico.corriere.it/2009/ottobre/17/articoli_del_17_ottobre_2009.html, consulté le 23 novembre 2015.

16  D’ailleurs, malgré la distance géographique, c’est cette déclinaison particulière de cohabitat qu’ils ont pris en exemple et sont allés visiter, et non pas celles plus proches du territoire européen.

17  Plusieurs acteurs (journalistes, professionnels, participants aux projets) considèrent que le terme de cohousing est « intraduisible ». Si l’italien coabitazione ne rendrait pas compte de la complexité du concept car elle renverrait à la simple « colocation », il faut toutefois souligner que d’autres solutions telles abitazioni collaborative n’ont pas été prises en considération.

18  Manzini E., Marelli I. (2007), « L’esperienza di cohousing.it », art. cité, p. 182.

19  Le chercheur et militant Matthieu Lietaert parle de deux ans pour les projets accompagnés alors que les projets gérés par les habitants eux-mêmes peuvent prendre entre cinq et dix ans. Lietaert M. (2007), The Growth of Cohousing in Europe : http://www.cohousing.org/node/1537, consulté le 23 novembre 2015.

20  Il faut toutefois préciser que, même dans cette typologie de projets, les habitants sont engagés dans une démarche participative en ce qui concerne la conception des espaces privatifs et communs, et, par la suite, la gestion du projet.

21  L’association Mondo e Famiglia (Monde et Famille) regroupe une vingtaine de projets située en Lombardie, Piemont, Friuli, Vénétie, Marche, Latium et Toscane. Ces initiatives d’habitat communautaire sont inspirées principalement par les idéaux du partage, de la sobriété, de l’accueil et de l’entraide. L’idéologie catholique informe ces initiatives qui peuvent toutefois s’ouvrir à des individus laïques. Voir http://www.comunitaefamiglia.org/

22  CoAbitare.org : http://www.coabitare.org/

23  Non pas uniquement aux yeux des participants aux projets mais également de la part des médias, du monde de la recherche et des institutions.

24  Ricoeur P. (1988), « La crise : un phénomène spécifiquement moderne ? », Revue de théologie et de philosophie, 120, p. 1.

25  Revault d’Allonnes M. (2012), La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Seuil, p. 9.

26Ibid.

27  Depuis leur entrée dans l’immeuble en 2013, les habitants monitorent régulièrement leur consommation énergétique.

28  Entretien avec Giovanni Caudo, un des curateurs de l’exposition « L’Italia cerca casa » présentée à la Biennale de Venise de 2008. Cité dans Delera A. (2009), Ri-pensare l’abitare, Milan, Hoepli, p. XII.

29  Delera A. (2009), Ri-pensare l’abitare, op. cit., p. 4.

30  À noter que le projet Numero Zero de Turin et la plupart des projets italiens de cohabitat en cours de réalisation surgissent en ville ou en milieu péri-urbain.

31  Les résultats du sondage sur la vie à Milan évoquaient une « solitude sociale » ressentie par un quart des enquêtés.

32  Touraine A. (2010) cité dans Sgritta (2010), « Altre vie. Note sull’innovazione sociale », La rivista delle Politiche Sociali, 1, p. 124.

33  Castel R. (2011), « Les ambiguïtés de la promotion de l’individu », dans Rosanvallon P. (dir.), Refaire société, Paris, Seuil (La République des idées), p. 24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annalisa Iorio, « Le cohousing : un nouveau mode d’habiter ? », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 87-101.

Référence électronique

Annalisa Iorio, « Le cohousing : un nouveau mode d’habiter ? », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1909 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1909

Haut de page

Auteur

Annalisa Iorio

Annalisa Iorio achève un doctorat en anthropologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) au sein de l’équipe Transformations radicales des mondes contemporains (Tram, Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain [IIAC]). Sa recherche porte sur l’analyse comparative, à partir de trois cas d’études, des dynamiques, des stratégies et des représentations des formes récentes de cohabitat dans les contextes italien et français. Elle est chargée de cours à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine depuis 2012 et membre du bureau de l’Association française des anthropologues ainsi que du comité de rédaction du Journal des anthropologues depuis 2013.
Contact : annalisa.iorio@hotmail.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org