Navigation – Plan du site
Dossier : Habiter. Ou vivre autrement ?

Ni ville, ni suburb

Le retour des garden cities en Grande-Bretagne
Stéphane Sadoux
p. 123-138

Résumés

Largement médiatisée depuis le début des années 1990, la crise du logement à laquelle est confrontée la Grande-Bretagne connaît aujourd’hui une aggravation de la situation. En mars 2012, soit deux ans après son accession au pouvoir, le Premier ministre David Cameron appelait de ses vœux la construction de nouvelles garden cities, présentées comme une solution à la crise. Cet article interroge les raisons qui motivent les conservateurs à mobiliser actuellement un précédent vieux d’un siècle. Il cherche à expliquer pourquoi, a contrario de bon nombre de projets visant à proposer des cadres de vie alternatifs, celui-ci soit à l’initiative non pas des populations mais d’un gouvernement qui, ironie du sort, s’appuie sur un modèle porté par une association : celle que Ebenezer Howard, père des garden cities, fondait en 1899 pour promouvoir et mettre en œuvre son modèle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ebenezer Howard (1850-1928) n’est ni architecte ni urbaniste : après avoir quitté l’école à l’âge d (...)

1Largement médiatisée depuis le début des années 1990, la crise du logement à laquelle la Grande-Bretagne est confrontée depuis des décennies connaît aujourd’hui un essor. Un rapport récent évoquait la nécessité de construire 300 000 nouveaux logements par an d’ici à 2033 pour répondre à la demande latente (Future Homes Commission, 2012). Quant au prix moyen d’une habitation, il explose, affichant une hausse de 94 % entre 2001 et 2011, soit trois fois plus que le salaire moyen sur la même période (Bachelor, 2012). Dans ce contexte, les gouvernements successifs ont été confrontés aux mêmes interrogations : où et sous quelle forme construire ? Cette épineuse question n’est pas sans rappeler celle que posait il y a plus d’un siècle Ebenezer Howard1, père des garden cities : « The people: where will they go ? ».

  • 2 Bouvier P. (1997), « L’objet de la socio-anthropologie. Crise, déstructuration, recomposition, perd (...)

2Évoquant les « transformations qui affectent [nos] sociétés contemporaines », Pierre Bouvier appelait en 1997 à « lire, à nouveau frais, les données contemporaines », ajoutant qu’elles sont « sensiblement étrangères aux contextes antérieurs »2. Et pourtant, certains commentateurs ne manquent pas de qualifier la période que traverse actuellement l’Angleterre d’ère « néo-victorienne », en raison du prix du logement et de l’aggravation des inégalités (Jacob et Vanstiphout, 2014). Couplés à la raréfaction du foncier en ville et à la nécessité de freiner l’étalement urbain, ces enjeux semblent avoir créé les conditions idéales pour le grand retour des garden cities comme alternative à la ville et aux suburbs.

  • 3 Le terme anglais est volontairement conservé, afin d’éviter toute confusion avec les différents typ (...)
  • 4 Cité dans Watt N. (2014), « Nick Clegg pledges to build new garden cities between Oxford and Cambri (...)

3En mars 2012, soit deux ans après son accession au pouvoir, le Premier ministre David Cameron appelait de ses vœux la construction de nouvelles garden cities3, présentées comme une solution à la crise. Une telle injonction est loin d’être anodine dans le pays qui, au début du XXe siècle, a vu naître le projet de société porté par Ebenezer Howard. Associées dans la mémoire collective à la notion de community, à l’équilibre entre ville et campagne et, par-dessus tout, à un modèle économique fondé sur la spéculation philanthropique (Fishman, 1977), les garden cities ont profondément marqué l’histoire de la Grande-Bretagne et de son urbanisme. C’est sur ce patrimoine culturel et bâti que le gouvernement de coalition s’est appuyé pour confirmer courant 2014 la construction de deux nouvelles garden cities, l’une à Ebbsfleet, à l’est de Londres, l’autre à Bicester, dans l’Oxfordshire. Pour le vice Premier ministre Nick Clegg, ce modèle est la « pierre angulaire » du programme gouvernemental visant à répondre à la demande de nouveaux logements et de maîtriser leurs coûts, tout en protégeant les espaces naturels et en luttant contre l’étalement urbain. Il s’agit d’après lui de « construire une série de villes nouvelles de qualité dans lesquelles les gens auront envie de vivre, avec de l’espace vert, des transports durables et des logements spacieux4 ».

  • 5 Ebenezer Howard constate que ni les villes ni les campagnes ne peuvent offrir un cadre de vie accep (...)
  • 6 La Garden Cities Association, fondée par Ebenezer Howard, aujourd’hui devenue Town and Country Plan (...)

4Conçue comme une alternative à la ville et à la campagne, et pensée comme un nouveau modèle de gouvernance et de gestion du foncier, la garden city du début du XXe siècle était, à l’instar d’autres projets utopistes, une critique de la société qui les a vus naître5. La manière dont le gouvernement s’est aujourd’hui emparé de cette référence historique incite donc à s’interroger sur les valeurs auxquelles il se réfère en convoquant ce modèle (à première vue d’un autre temps) et sur les enjeux auxquels il souhaite s’attaquer. Il semble également légitime de chercher à comprendre pourquoi a contrario de bon nombre de projets visant à proposer des cadres de vie alternatifs, celui-ci soit à l’initiative, non pas des populations, mais d’un gouvernement qui, ironie du sort, s’appuie sur un modèle porté à l’origine par une association6. C’est dans l’histoire de l’urbanisme et de la ville britanniques qu’il faut se replonger pour trouver des éléments de réponses à ces questions.

Habiter autrement hors la ville

5Si la lutte contre l’étalement urbain fait aujourd’hui figure de combat planétaire, elle revêt en Grande-Bretagne une dimension particulière. Au pays de la révolution industrielle en effet, les zones centrales et les premières couronnes des villes, occupées par les usines et les logements des classes ouvrières sont, dès la seconde moitié du XIXe siècle, boudées par celles et ceux qui peuvent se permettre de les quitter pour s’installer au-delà, dans les suburbs. À partir de 1870, la plupart des villes acquièrent un réseau de transports en commun qui favorise cette ruée vers le périurbain. Mais ce phénomène est bel et bien le reflet d’un choix de vie – celui d’habiter autrement, hors la ville : les transports en commun, souvent présentés comme la cause de la périurbanisation, ne sont en réalité qu’un moyen mis au service de la réalisation de ce projet de société (Jackson, 1987 ; Gottdiener, 1985) qui perdure en ce début de XXIe siècle.

  • 7 Le modèle des garden cities est notamment fondé sur la déconcentration des populations et des activ (...)
  • 8 En 1898, Ebenezer Howard dû emprunter cinquante livres sterling pour publier son ouvrage à compte d (...)
  • 9 Avant même que Letchworth ne sorte de terre, Unwin et Parker avaient eu l’occasion d’expérimenter d (...)
  • 10 Cet ouvrage prend la forme d’un répertoire de formes architecturales et urbaines. Parmi les innovat (...)
  • 11 Le Department of Civic Design, fondé en 1909, est la première institution d’enseignement supérieure (...)

6Pour comprendre l’origine de la périurbanisation à l’anglaise – et donc de ce désir de vivre hors la ville – c’est vers l’ouvrage d’Ebenezer Howard (1898) qu’il faut se tourner. Paru quelques années seulement avant la naissance de l’urbanisme comme discipline, il établit le modèle des garden cities7 et contribue nettement à l’effervescence intellectuelle qui anime alors le pays : l’Angleterre du début du XXe siècle est un véritable laboratoire. Outre la publication de l’ouvrage d’Ebenezer Howard et la fondation de la Garden Cities Association en 1899 qui permet la réalisation de deux garden cities (Letchworth8 à partir de 1903, puis Welwyn au début des années 1920), c’est à cette époque que Raymond Unwin et Barry Parker, architectes de Letchworth, élaborent de nouvelles normes en matière de logement9 alors même que le gouvernement prépare le Housing, Town Planning Act (1909), première loi relative à l’urbanisme. C’est également en 1909 que Raymond Unwin publie Town Planning in Practice10, véritable manuel de composition architecturale et urbaine et qu’est établie la première unité de formation en urbanisme à l’université de Liverpool11. La profession d’urbaniste acquiert ses lettres de noblesse peu après avec la fondation du Royal Town Planning Institute en 1914. Thomas Adams, un proche collaborateur d’Ebenezer Howard, est le premier à assurer la présidence de cette nouvelle institution, dès sa création. Raymond Unwin lui succède l’année suivante, puis Barry Parker quelques années plus tard en 1929. L’urbanisme britannique comme champ d’action et discipline se façonne donc à l’époque même où les garden cities connaissaient leur heure de gloire. Leur influence sur les décideurs et les politiques publiques semble dès lors inéluctable.

  • 12 Dans sa monographie sur l’histoire de Bradford, Clement Richardson (1976) indique par exemple que l (...)

7Publié en 1918, le rapport Tudor Walters (Local Government Boards for England and Wales, 1918) en est une première illustration. Face à l’urgence de répondre à la crise du logement que connaît le pays après la Première Guerre mondiale, le comité éponyme est chargé d’établir de nouvelles normes en matière de densité et de qualité de construction pour les logements sociaux à destination des classes ouvrières érigés en périphérie : dès la première moitié du XXe siècle en effet, et sous l’impulsion de l’État, les suburbs ne sont plus réservés aux bourgeois. Le rapport Tudor Walters préconise notamment une densité de trente logements par hectare alors que la moyenne de celle des quartiers ouvriers érigés au cours du XIXe siècle pouvait être quatre à cinq fois supérieure12. Le rapport prône également une architecture traditionnelle, ancrée dans le mouvement Arts and Crafts, mais dont la mise en œuvre serait facilitée par le progrès technique, en particulier par des procédés de standardisation utilisés dans le domaine de la construction. Le comité Tudor Walters, présidé par l’architecte John Tudor Walters, comptait parmi ses membres Raymond Unwin, dont l’influence sur le rapport du comité publié en 1918 est flagrante : on y retrouve notamment les trente logements par hectare et l’architecture traditionnelle qu’il préconise dans son ouvrage de 1909, Town Planning in Practice. Dans une lettre à Lewis Mumford, Frederic James Osborne, secrétaire général de la Garden Cities Association, écrivait d’ailleurs en 1941 que le rapport était en réalité celui d’Unwin (Hughes, 1971). Rapidement, les normes Tudor Walters, élaborées pour les constructions du secteur public, sont également adoptées par les constructeurs privés. Les suburbs de la première moitié du XXe siècle, dont la constitution est largement encouragée par le gouvernement et rendue possible par le Housing Act de 1919, sont à bien des égards façonnés d’après les principes de composition élaborés par Raymond Unwin. L’Angleterre du début du XXe siècle adhère ainsi à une architecture et à un urbanisme traditionnels et pittoresques, inspirés par la ville médiévale que William Morris, l’une des principales références de Raymond Unwin, affectionnait tout particulièrement (Bayliss, 2001).

Concevoir et réaliser autrement

8Si l’architecture britannique du début du XXe siècle se veut traditionnelle, elle n’en fait pas moins l’objet d’expérimentations et d’innovations. Ainsi, à Letchworth, se tiennent en 1905 et 1907 les Cheap Cottage Exhibitions. Dans le cadre de ces expositions, les constructeurs sont invités à concevoir et à réaliser des logements de qualité à bas prix. L’ingénieur John Brodie y présente notamment un exemple de maison construite en panneaux de béton préfabriqués – une avancée importante pour l’époque. Les terrains sur lesquels sont érigés ces prototypes appartiennent à la First Garden City Limited, fondée par Ebenezer Howard et ses collègues : les concepteurs peuvent s’affranchir des normes qui régissent alors les constructions du secteur public et qui rendent l’usage de la brique ou de la pierre obligatoire. Dans les pages du Spectator daté du 22 juillet 1905, on peut lire :

  • 13 « The Cheap Cottage Exhibition », The Spectator, 22 juillet 1905.

Ici, les [lois], qui insistent à juste titre sur des conditions sanitaires décentes, ne contribuent en rien à étrangler l’inventivité ou à étouffer la découverte de nouvelles méthodes et de nouveaux matériaux ; plutôt que de simplement lire ce qu’il est possible de réaliser […] l’on peut ici entrer dans des cottages construits en acier et bois, ciment, métal déployé, béton, pierre artificielle, acier et plâtre [….]13.

9Ce sont quatre-vingt-cinq cottages qui sont au final réalisés ; ils accueillent près de quatre-vingt mille visiteurs. Les expérimentations visent alors à réduire le coût de fabrication et le temps de mise en œuvre grâce aux progrès technologiques (Swenarton, 2003). La construction de la seconde garden city à Welwyn est encore une fois l’occasion de faire de ces nouveaux établissements humains une vitrine de l’innovation architecturale : l’exposition « Ideal Home » organisée par le Daily Mail en 1922 y propose une quarantaine de logements à la visite, chacun d’entre eux démontrant une fois encore les innovations constructives mises au service d’une architecture traditionnelle.

10Outre le fait d’asseoir un idéal, celui de la ville à la campagne, les garden cities du début du siècle contribuent donc à favoriser l’avancée des cultures constructives, une expression qui qualifie un regard sur l’architecture éclairé par les deux termes de « culture » et de « construction », renvoyant respectivement à la sphère anthropologique et au domaine technique :

  • 14 Unité de recherche architecture, environnement & cultures constructives (2009), Projet scientifique (...)

s’intéresser à l’architecture dans ses dimensions culturelles et constructives associées, c’est reconnaître qu’elle n’est pas seulement un objet technique, fonctionnel, esthétique, mais qu’elle est aussi le fruit d’un projet lié à une pratique complexe, celle qui pour l’homme consiste à s’établir14.

11Au début du XXe siècle, habiter autrement hors la ville ne consiste donc pas simplement en une concrétisation de la volonté de tourner le dos à l’urbain industriel. Il s’agit également d’expérimenter de nouvelles manières de concevoir et de réaliser d’autres formes d’habiter le territoire, à toutes les échelles, du logement à la cité.

Des garden cities aux new towns : habiter d’autres formes de villes

  • 15 Hall P. (1992), Urban and Regional Planning, 3e éd., Londres, Routledge, p. 74.

12Conscient que les suburbs ne pouvaient pas croître sans limite, les pouvoirs publics s’inspirent une fois de plus des travaux issus du mouvement des garden cities dans les années 1930. En témoigne la publication de deux rapports par le Greater London Regional Planning Committee à cette époque. Constitué en 1927 dans le but d’émettre des propositions de planification pour la région londonienne, cet organisme a pour conseiller technique Raymond Unwin. À l’image du rapport Tudor Walters, le rapport du Greater London Regional Planning Committee est très nettement influencé par l’architecte urbaniste : ce document propose en effet la construction de garden cities industrielles et de satellite cities à la taille maîtrisée autour de la capitale qui doit être désengorgée, tant en termes de population que d’activités. Influencé par cette pensée et confronté au lobby NIMBY qui rend de plus en plus difficile la construction de logement dans les espaces périurbains, l’État s’attelle à programmer des new towns. Lorsqu’arrive le milieu des années 1940, la notion de déconcentration urbaine prônée par Ebenezer Howard et la Garden Cities Association est largement répandue dans les hautes sphères du gouvernement. Publiés en 1943 et 1944, les County of London Plan et Greater London Plan assoient définitivement l’idée selon laquelle populations et activités doivent être « dispersées » (Abercrombie, 1943 et 1944). L’auteur de ces très influents documents de planification n’est autre que l’architecte urbaniste Patrick Abercrombie qui, outre son activité de praticien et d’enseignant, était à cette même époque vice-président de l’association fondée par Ebenezer Howard. À l’image du rapport que Raymond Unwin produit à la fin des années 1920, Patrick Abercrombie propose d’enserrer la capitale d’une large ceinture verte. L’excédent de population et d’activités serait relocalisé dans dix villes-satellites autour de la capitale. Le Greater London Plan préconise en outre qu’aucune nouvelle industrie ne soit autorisée à s’implanter dans la région londonienne, sauf exceptions. « Abercrombie saisit ainsi l’opportunité unique qui lui était offerte : produire un plan à l’échelle d’une région entière […] et […] mettre en œuvre les principes que Ebenezer Howard avait établis près d’un quart de siècle auparavant15 ». Le New Towns Act de 1946, promulgué sans grande opposition, permet rapidement aux premières villes nouvelles de voir le jour.

  • 16 Llewellyn M. (2004), « Producing and Experiencing Harlow: Neighbourhood Units and Narratives of New (...)
  • 17 Ibid., p. 157.
  • 18 Ibid., p. 160.

13Fort du travail que Raymond Unwin et Barry Parker avaient déjà accompli à Letchworth, l’expérimentation se poursuit donc dans les new towns qui ne tardent pas à devenir à leur tour des laboratoires dans lesquels sont mises en œuvre de nouvelles manières d’habiter autrement le territoire et la ville : Harlow accueille en 1951 la première tour de logements du pays tandis que Stevenage offre le premier exemple de centre-ville piéton inauguré en 1959. Si une telle liberté est laissée aux architectes et aux urbanistes, c’est qu’à l’image des garden cities, les new towns de l’après-guerre se veulent exemplaires en matière d’innovation. Leur conception passe par la recherche d’une adaptation des principes de l’architecture et de l’urbanisme fonctionnaliste au contexte britannique. À travers les new towns, un autre style de vie que l’on souhaite offrir aux populations. « C’était comme si nous étions des pionniers du Grand Ouest » expliquent certains habitants, tandis que d’autres racontent qu’ils pensaient alors « faire partie d’une nouvelle expérience sociale »16. Il s’agit ici encore de tourner le dos à la ville historique et industrielle et de contribuer à renverser la tendance à la périurbanisation en proposant aux Britanniques de vivre ailleurs et autrement, dans d’autres formes de villes. Les new towns sont « fondées sur une série de préceptes de planification, dont la gestion du trafic, la piétonisation des centres et le zonage. […] Les zones résidentielles combinent les théories de chacun de ces concepts […]17 ». Pourtant, les bonnes intentions des architectes n’ont pas été sans failles : certains résidents ont regretté des formes « trop rigides et angulaires18 » en rupture avec l’architecture traditionnelle britannique. Le quotidien dans les new towns n’est souvent pas à la hauteur des espérances. Ces nouveaux cadres de vie n’offrent aucun repère à leurs habitants et peinent à se forger une identité. Mais si les détracteurs des villes nouvelles sont nombreux, ils n’en concèdent pas moins un certain succès à l’expérience de Harlow, et notamment au projet de Mark Hall North qui reste le seul cas de neighbourhood à avoir été doté d’un niveau suffisant d’équipements publics (école, cinéma, lieu de culte, complexe sportif et centre médical). Plus encore, il est admis qu’un sentiment d’urbanité existe au sein de cette new town, a contrario de la plupart des autres où, derrière la dénomination town, se cachent en réalité des suburbs (Llewellyn, 2004).

14Soulignons enfin que les new towns sont portés par l’État et non plus par l’association fondée par Ebenezer Howard qui les soutient néanmoins sur le principe. En vertu du New Towns Act, la construction des villes nouvelles de l’après-guerre est assurée par des development corporation aux pouvoirs considérables et subventionnées par l’État. Leurs comités de direction sont notamment composés de hauts fonctionnaires et de représentants des municipalités concernées par le projet, mais ces derniers sont minoritaires : la plupart des membres sont en réalité issus du secteur privé. Car déjà dans les années 1940, le gouvernement central n’accorde que peu de confiance aux autorités locales qu’il dénigre. Ce sont au final près de trente new towns qui sont érigées outre-Manche jusqu’aux années 1970. Du modèle des garden cities, elles reprennent le principe de déconcentration des populations et des activités – donc des emplois. Mais la dimension clé du projet de Ebenezer Howard, à savoir la gouvernance et la gestion municipale du foncier, n’est plus à l’ordre du jour. À partir des années 1940, le modèle des garden cities est convoqué dans ses dimensions physiques et spatiales plus que dans ses dimensions politiques même si le New Towns Act permet d’enrayer la spéculation : le texte de loi offre la possibilité aux corporations d’acquérir et de gérer le foncier nécessaire à la construction des new towns.

Réinvestir les villes pour vivre autrement

  • 19 Suite à la crise économique des années 1970, les quartiers centraux et péricentraux des grandes mét (...)
  • 20 Urban Task Force (1999), Towards an Urban Renaissance. Final Report of the Urban Task Force Chaired (...)

15Lorsqu’arrivent les années 1990, l’avènement du développement durable et la prise de conscience des conséquences environnementales, économiques et sociales d’un étalement urbain non maitrisé justifient la poursuite des politiques publiques en faveur de la poursuite du renouvellement urbain menées par les conservateurs de Margaret Thatcher puis John Major de 1979 à 199719. Peu après son accession au pouvoir, le Premier ministre Tony Blair constituait ainsi l’Urban Task Force, un groupe de travail présidé par l’architecte Richard Rogers avec deux principaux objectifs : identifier les causes du « déclin urbain » en Angleterre et émettre « des recommandations et des solutions pratiques afin de renflouer démographiquement villes, cités et quartiers20 ». La priorité est alors de redorer l’image des grandes métropoles du pays ternie par le déclin industriel et d’inciter par tous les moyens les Britanniques – en particulier les classes moyennes et aisées – à réinvestir les villes qu’ils boudaient depuis plus d’un siècle. L’objectif annoncé est de construire plus de la moitié des nouveaux logements dans les quartiers centraux et péricentraux, notamment sur des friches (brownfields) et l’accent est mis sur l’amélioration de la qualité architecturale des nouvelles constructions et celle des espaces publics, symboles du vivre ensemble. Marqué par le rôle important que l’architecte Richard Rogers tient alors comme conseiller de Tony Blair, le discours dominant est résolument urbain : à une époque où les villes continuent de perdre leur population au profit des suburbs, proposer de réinvestir les villes c’est proposer d’habiter autrement.

16À première vue et dans un tel contexte, la pensée d’Ebenezer Howard semblait peu apte à alimenter les politiques publiques. Et pourtant, il suffit de consulter la liste des membres du prestigieux groupe de travail présidé par Richard Rogers pour constater qu’une fois de plus, les héritiers du père des garden cities n’étaient pas loin : parmi les personnalités qui s’attellent alors à penser l’avenir des villes britanniques, l’on compte le renommé géographe et urbaniste Sir Peter Hall, membre actif de la Town and Country Planning Association dont il fut président jusqu’à son décès en juillet 2014. Rappelons-le, Ebenezer Howard ne concevait pas les garden cities comme des établissements humains isolés, mais comme les éléments d’un système territorial : elles pourraient se multiplier à l’infini, jusqu’à en couvrir l’intégralité du pays, chacune d’entre elles étant reliée aux autres par un réseau de voies ferrées. La déconcentration urbaine défendue par Ebenezer Howard est effectivement aux antipodes de la densification et du renouvellement urbain défendu par Richard Rogers. Et pourtant, la région urbaine polycentrique proposée par l’Urban Task Force n’est pas sans rappeler le fameux diagramme d’Ebenezer Howard représentant un réseau de cités satellites : le modèle spatial du père des garden cities a préfiguré la pensée contemporaine consistant à articuler urbanisme et transport.

  • 21 Rogers R. (2014), « Forget about greenfield sites, build in the cities », The Guardian, 15 juillet (...)
  • 22 Cité dans Booth R. (2014), « Labour architect peer says building on greenbelt a “ridiculous idea” » (...)

17Il n’en reste pas moins que le président de l’Urban Task Force a toujours publiquement affiché sa réticence à l’idée de promouvoir les approches qui ne contribueraient pas à favoriser la renaissance urbaine. Dans une tribune publiée dans le quotidien national The Guardian, il exprimait récemment son inquiétude face à la résurgence des garden cities. Qualifiant cette approche de retour vers « l’étalement périurbain et les villes nouvelles du XXe siècle », il affirmait que de telles solutions « ignorent la fragilité de la renaissance urbaine » et qu’elles « sous-estiment tout ce que nos villes ont encore à offrir » 21. D’après lui, construire une quarantaine de nouvelles garden cities est un « concept ridicule22 » qui risque de vider les villes existantes.

  • 23 Rogers R. (2014), « Forget about greenfield sites, build in the cities », art. cité.

18Pour Richard Rogers, le fait que le modèle des garden cities conçu par Howard cherchait à tourner le dos aux villes industrielles de la fin du XIXe siècle en offrant aux populations un environnement plus sain est compréhensible, compte tenu des conditions de vie urbaines de l’époque. Mais il rappelle, à juste titre, que les villes britanniques commencent à peine à se remettre du processus de dépopulation des villes initié au début du XXe siècle sous l’influence des garden cities. « Pourquoi créer une ville nouvelle à Ebbsfleet lorsque l’est de Londres a encore besoin de faire l’objet d’investissement et que des dizaines de milliers de nouveaux logements pourraient être construites sur ses friches ?23 » s’interroge-t-il.

19Le débat consistant à opposer renouvellement urbain et ouverture de nouveaux sites constructibles perdure. Mais il occulte la capacité des dimensions spatiales du modèle des garden cities à être appliquées à la consolidation et à l’intensification d’espaces déjà urbanisés. Organisé par l’influent think-tank Policy Exchange et financé par Lord Wolfson, le prestigieux concours délivrant le Wolfson Economics Prize a porté en 2014 sur la réinterprétation des garden cities pour répondre aux enjeux de la ville contemporaine. Le projet lauréat, conçu par des urbanistes David Rudlin et Nicholas Falk (2014), proches de la Town and Country Planning Association, a démontré la pertinence de la vision d’Ebenezer Howard pour aménager le territoire au XXIe siècle, en illustrant la manière dont elle pourrait permettre à plusieurs dizaines de villes britanniques de doubler leur population par un procédé de consolidation et d’extension de zones urbaines existantes, associé à la construction de cités satellites. Une telle approche rejoint au final celle défendue depuis des décennies par l’association fondée par Ebenezer Howard : la complexité des enjeux contemporains ne permet plus d’appréhender le territoire selon un point de vue binaire opposant renouvellement urbain d’une part et extensions urbaines ou constructions de nouveaux établissements humains d’autre part. Chacune de ces solutions peut être pertinente en fonction du contexte et elles peuvent être associées entre elles. La capacité du projet d’Ebenezer Howard de s’adapter à différentes situations explique pour partie son retour. Mais certains commentateurs, à commencer par les militants de la Town and Country Planning Association, s’inquiètent aujourd’hui de la manière dont le gouvernement actuel brandit le terme garden cities pour répondre à la crise du logement : est-ce l’image qui est convoquée, ou le modèle ? Dans sa tribune récente publiée dans le Guardian, Richard Rogers évoquait à sa manière son inquiétude de voir les garden cities être instrumentalisées : d’après lui en effet, le projet porté par le gouvernement actuel ne consiste ni plus ni moins en un programme de villes nouvelles « rebaptisées » garden cities. Il semble dont assez légitime de s’interroger sur le sens que le gouvernement donne à ce terme historiquement connoté.

Un modèle d’audace

20Depuis les années 1980, certains chercheurs en sociologie urbaine ont attiré l’attention sur la nécessité de tenir compte de l’influence des institutions politiques sur l’urbanisation et l’urbanisme – une dimension que l’écologie urbaine, dominante depuis les origines de la sociologie urbaine, a eu tendance à négliger (voir par exemple Gottdiener, 1977 ; Gottdiener et Feagin, 1988). Or l’histoire de l’urbanisme britannique démontre depuis ses origines le caractère déterminant des orientations données par l’État dans l’aménagement du territoire : si la croissance démographique rend de fait l’urbanisation inévitable, les formes que prend cette dernière ne sont pas le fruit du hasard. L’encouragement de la périurbanisation, la programmation de new towns ou le renouvellement urbain sont autant d’approches qui, au cours du XXe siècle, ont contribué à façonner le territoire britannique sous l’impulsion de l’État. Apparue aux États-Unis, la new urban sociology offre ici une clé de lecture pertinente à travers l’attention toute particulière qu’elle porte au rôle de l’État dans le processus d’urbanisation (Walton, 1981 ; Smith, 1995). Elle répond ainsi à l’invitation, que Sharon Zukin lançait il y a plus de trente ans, à rendre la sociologie urbaine plus interdisciplinaire et à s’ouvrir davantage aux sciences politiques (Zukin, 1980).

21L’histoire a démontré l’influence considérable des garden cities sur l’urbanisme et les politiques publiques britanniques dès le début du XXe siècle, en particulier dans leur capacité à encourager l’expérimentation. Et cela n’a pas échappé aux décideurs contemporains. Cent ans après la construction de Letchworth, le vice Premier ministre John Prescott, en poste sous le mandat de Tony Blair, évoquait en 2004 le vaste chantier de renouvellement urbain de la péninsule de Greenwich à Londres. Sans pour autant appeler à répliquer le modèle des garden cities, c’est leur valeur exemplaire qu’il relevait lorsqu’il expliquait vouloir créer un modèle de développement pour le nouveau millénaire, un exemple que d’autres pourraient suivre à l’instar des garden cities en leur temps. Le discours actuel du gouvernement de coalition de David Cameron est finalement assez proche : le vice Premier ministre Nick Clegg associait récemment la construction de nouvelles garden cities à « un appel aux armes aux visionnaires » pour « répondre à la crise du logement au travers de propositions radicales et ambitieuses ». La manière dont deux hommes politiques de haut rang issus de deux partis différents mobilisent cette référence à dix ans d’intervalle illustre l’une des principales raisons qui semble aujourd’hui expliquer le grand retour des garden cities : c’est l’audace et la capacité d’innovation qu’elles représentent qui est avant tout citée en exemple. Il est de ce fait peu surprenant de voir que la nouvelle garden city prévue à Ebbsfleet est aujourd’hui présentée dans la presse comme un projet invitant à concevoir « une architecture audacieuse et contemporaine » et qui devrait contribuer à « établir de nouvelles normes » en la matière (Spittles, 2014).

Un retour aux sources ?

  • 24 Department for Communities and Local Government (2012), National Planning Policy Framework, Londres (...)

22La manière dont ces objectifs seront traduits en pratique demeure toutefois peu claire à l’heure actuelle. Publié en 2012, le National Planning Policy Framework définit la vision du gouvernement en matière d’urbanisme et d’aménagement. Dans les pages de cet influent document, l’on peut notamment lire que « la meilleure manière de construire de nouveaux logements peut parfois passer par des projets à grande échelle », telle que de « nouveaux établissements humains ou des extensions de villages et de villes selon les principes des garden cities »24. Mais les moyens de mise en œuvre et les principes de composition architecturale et urbaine ne sont guère évoqués. Pas plus que la manière de renouer avec la tradition howardienne consistant à s’assurer que le mode de gestion du foncier permette à la community locale – en d’autres termes aux populations des garden cities – de bénéficier des plus-values générées par le processus d’urbanisation. Les Britanniques parlent ici de « unearned increment », un terme qualifiant la plus-value dont bénéficient les propriétaires terriens grâce à l’intervention du secteur public, par l’octroi de permis de construire et la mise en place d’infrastructures pour de nouveaux projets. Le modèle d’Ebenezer Howard est en effet fondé sur la municipalisation du foncier de la garden city : les terrains sur lesquels sont été érigés Letchworth puis Welwyn ont à l’époque été acquis par la Garden Cities Association qui a ainsi perçu les revenus générés par les taxes et les loyers. Lorsque Welwyn devient une new town en 1948, ce mode de gestion du foncier et la gouvernance instaurée prennent fin et les biens immobiliers et le foncier de la Welwyn Garden City Company sont transférés à la Welwyn Garden City Development Corporation. Aujourd’hui, seule Letchworth conserve le mode de gestion imaginé par Ebenezer Howard. En ce début de XXIe siècle, caractérisé par une crise du logement sans précédent, il semble assez légitime de s’interroger sur les manières dont la relecture du modèle des garden cities pourrait renouer avec ce que l’universitaire Robert Fishman (1977) a qualifié de spéculation philanthropique, afin de contribuer d’une manière ou d’une autre à mettre un terme à la hausse effrénée des prix du logement. Ebenezer Howard affirmait en son temps qu’il était inutile d’attendre le gouvernement pour agir – c’est d’ailleurs cette posture qui est à l’origine de la fondation de l’association qui permit de concevoir et de réaliser les garden cities de Letchworth et de Welwyn. Le projet de David Rudlin et Nicholas Falk offre des pistes en la matière, en imaginant que le foncier nécessaire à la construction de nouvelles garden cities puisse faire l’objet d’un rachat obligatoire au prix du marché auquel s’ajouterait un dédommagement raisonnable.

23La question aujourd’hui posée au gouvernement par un certain nombre d’acteurs, à commencer par la Town and Country Planning Association, n’est donc pas tant celle de la dimension spatiale des garden cities pour le XXIe siècle puisque plusieurs scenarios, à commencer par celui de Rudlin et Falk, ont démontré la capacité du modèle de Howard à appuyer la consolidation des zones déjà urbanisées. La vision qui consiste à résumer les garden cities à une alternative à la ville et aux suburbs doit donc être dépassée. Le débat porte plutôt sur les outils dont la Grande-Bretagne doit se doter pour permettre aux nouvelles garden cities de prouver qu’il est possible de gérer autrement le foncier et la valeur de l’habiter. En la matière, le gouvernement a pour le moment botté en touche, mais semble-t-il dans la bonne direction : ce n’est autre que la Town and Country Planning Association qui a été chargée d’élaborer une série de documents visant à édicter les principes de conception et de réalisation des futures garden cities. Le premier d’entre eux (Walker, 2012) propose d’établir des contrats portant sur le foncier et l’infrastructure pour garantir qu’une grande partie de la plus-value générée par de nouveaux projets de garden cities soit mise au profit des populations. L’avenir dira si, au XXIe siècle, elles renoueront avec la tradition de spéculation philanthropique howardienne, proposant ainsi un modèle contemporain pour gérer autrement la valeur de l’habiter, ou si elles se résumeront à une simple alternative spatiale aux villes et aux suburbs.

Haut de page

Bibliographie

Abercrombie P. (1943), County of London Plan, Londres, HMSO.

Abercrombie P. (1944), Greater London Plan, Londres, HMSO.

Bachelor L. (2012), « House prices rise three times faster than wages over a decade », The Guardian, 17 août 2012.

Bayliss D. (2001), « Revisiting the Cottage Council Estates: England, 1919-1939 », Planning Perspectives, 16, p. 169-200.

Booth R. (2014), « Labour architect peer says building on greenbelt a “ridiculous idea” », The Guardian, 8 septembre 2014 (http://www.theguardian.com/society/2014/sep/08/labour-richard-rogers-green-belt/, consulté le 17 mars 2015).

Bouvier P. (1997), « L’objet de la socio-anthropologie : crise, déstructuration, recomposition, perdurance », Socio-anthropologie, 1, p. 3-9.

Department for Communities and Local Government (2012), National Planning Policy Framework, Londres, DCLG.

Fishman R. (1977), Urban Utopias in the Twentieth Century: Ebenezer Howard, Frank Lloyd Wright, Le Corbusier, New York, Basic Books.

Future Homes Commission (2012), Building the Homes and Communities Britain Needs, Londres, RIBA & Future Homes Commission.

Gottdiener M. (1977), Planned Sprawl: Private and Public Interests in Suburbia, Beverly Hills, Sage.

Gottdiener M. (1985), The Social Production of Urban Space, Austin, University of Texas Press.

Gottdiener M., Feagin J.R. (1988), « The paradigm shift in urban sociology », Urban Affairs Quarterly, 24 (2), p. 163-187.

Hall P. (1992), Urban and Regional Planning, 3e éd., Londres, Routledge.

Howard E. (1898), To-Morrow: A Peaceful Path to Real Reform, Londres, Swan Sonnenschein.

Hughes M. (1971), The Letters of Lewis Mumford & Frederic J. Osborn, A Transatlantic Dialogue, New York, Praeger Publishers.

Jackson K.T. (1987), « Suburbanisation in England and North America: A response to “transatlantic comparison” », Journal of Urban History, 13 (3), p. 302-306.

Jacob S., Vanstiphout W. (2014), « From Garden City to new towns: Why Britain should be proud of its planners », The Guardian, 3 juin 2014.

Local Government Boards for England and Wales (1918), The Tudor Walters Report, Londres, HMSO.

Panerai P., Castex J., Depaule J.-C. (1997), Formes urbaines : de l’îlot à la barre, Marseille, Éditions Parenthèses.

Richardson C. (1976), A Geography of Bradford, Bradford, University of Bradford.

Rogers R. (2014), « Forget about greenfield sites, build in the cities », The Guardian, 15 juillet 2014 (http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jul/15/greenfield-sites-cities-commuter-central-brownfield-sites/, consulté le 15 mars 2015).

Rudlin D., Falk N. (2014), Uxcester Garden City. Submission to the Wolsfon Economics Prize 2014, Manchester, URBED.

Smith D.A. (1995), « The New Urban Sociology Meets the Old: Rereading Some Classical Human Ecology », Urban Affairs Review, 30 (3), p. 432-457.

Spittles D. (2014), « Regeneration city: The three new garden cities to watch along the Thames Gateway », The Evening Standard, 21 janvier 2015.

Swenarton M. (2003), « Rammed earth revival: Technological innovation and government policy in Britain, 1905-1925 », Construction History, 19, p. 107-126.

Unité de recherche architecture, environnement & cultures construtives (2009), Projet scientifique, Grenoble, Unité de recherche AE&CC, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble.

Unwin R. (1909), Town Planning in Practice: An Introduction to the Art of Designing Cities and Suburbs, Londres, T. Fisher Unwin.

Urban Task Force (1999), Towards an Urban Renaissance. Final Report of the Urban Task Force Chaired by Lord Rogers of Riverside, Londres, HMSO.

Walker J. (2012), Land value capture and infrastructure delivery through SLICs, Tomorrow Series Papers n° 13, Londres, Town and Country Planning Association.

Walton J. (1981), « The New Urban Sociology », International Social Science Journal, 33, p. 374-390.

Watt N. (2014) « Nick Clegg pledges to build new garden cities between Oxford and Cambridge », The Guardian, 6 octobre 2014.

Zukin S. (1980), « A Decade of the New Urban Sociology », Theory and Society, 9 (4), p. 575-601.

Haut de page

Notes

1 Ebenezer Howard (1850-1928) n’est ni architecte ni urbaniste : après avoir quitté l’école à l’âge de 15 ans, il exerce comme sténographe. Il quitte son Angleterre natale à 21 ans pour s’installer aux États-Unis où il travaille dans le milieu de la presse. De retour à Londres cinq ans plus tard, il trouve un emploi comme sténographe et participe à la transcription des débats parlementaires. C’est à cette époque qu’il se passionne pour la chose publique et qu’il entame une longue réflexion sur l’amélioration des conditions de vie des populations tant dans les grandes métropoles industrielles en pleine croissance que dans les campagnes désertées. Il lit beaucoup et est en particulier influencé par Looking Backward, le roman utopique qu’Edward Bellamy publie en 1888.

2 Bouvier P. (1997), « L’objet de la socio-anthropologie. Crise, déstructuration, recomposition, perdurance », Socio-anthropologie, 1 (https://socio-anthropologie.revues.org/27/, consulté le 12 décembre 2014).

3 Le terme anglais est volontairement conservé, afin d’éviter toute confusion avec les différents types de « cités-jardins » que le modèle britannique a inspiré aux quatre coins du monde.

4 Cité dans Watt N. (2014), « Nick Clegg pledges to build new garden cities between Oxford and Cambridge », The Guardian, 6 octobre 2014.

5 Ebenezer Howard constate que ni les villes ni les campagnes ne peuvent offrir un cadre de vie acceptable aux populations. Si les premières proposent des emplois, des salaires plus attractifs et des loisirs, elles sont fortement polluées et ne permettent aucun rapport à la nature. Les logements qu’on y trouve sont en outre de mauvaise qualité et sont loués au prix fort. Les campagnes offrent l’air pur, des paysages de qualité et des loyers abordables mais peu d’emplois et peu de vie sociale. C’est cette confrontation des avantages et inconvénients de ces deux cadres de vie qui permet à Ebenezer Howard de proposer son alternative : les garden cities offrent d’après lui le meilleur de la ville et de la campagne sans leurs inconvénients respectifs.

6 La Garden Cities Association, fondée par Ebenezer Howard, aujourd’hui devenue Town and Country Planning Association.

7 Le modèle des garden cities est notamment fondé sur la déconcentration des populations et des activités hors des métropoles existantes vers des réseaux polycentriques de cités satellites nouvelles dont la taille prédéfinie serait de 58 000 habitants pour les central cities et de 32 000 pour les garden cities qui les entourent ; des formes urbaines aérées accueillant des logements spacieux dotés de jardins, des parcs et autres espaces publics et des équipements ; l’instauration autour de chaque cité de ceintures vertes composées d’espaces agricoles et naturels ; la primauté du neighbourhood ou ward (quartier) comme unité à la fois sociale et physique ; la municipalisation du foncier permettant le réinvestissement des loyers et taxes perçues pour l’entretien de la garden city et le financement des services.

8 En 1898, Ebenezer Howard dû emprunter cinquante livres sterling pour publier son ouvrage à compte d’auteur. Cinq ans plus tard, ses soutiens lui avançaient plus de cent mille livres pour lancer la construction de Letchworth.

9 Avant même que Letchworth ne sorte de terre, Unwin et Parker avaient eu l’occasion d’expérimenter de nouvelles formes architecturales et urbaines à New Earswick, sorte de garden city érigée pour les industriels et chocolatiers Rowntree. Le plan de la ville évoque déjà les projets à venir : les cottages, qui répondent à des normes précises, notamment en matière d’ensoleillement, sont disposés en rangées, ou groupés autour d’espaces verts communaux ou le long de voies de circulation piétonnes.

10 Cet ouvrage prend la forme d’un répertoire de formes architecturales et urbaines. Parmi les innovations qu’il propose, l’on citera les nombreuses déclinaisons du close qui est bien plus qu’une simple impasse : « l’espace intérieur du close s’oppose à l’espace spécifiquement public de la rue par une fermeture particulière : rétrécissement, haie ou même porte. Et l’opposition public/privé fonctionne de nouveau à l’intérieur du close, mais avec les réductions qu’impose une appropriation collective de cet intérieur » (Panerai P., Castex J., Depaule J.-C. [1997], Formes urbaines : de l’îlot à la barre, Marseille, Éditions Parenthèses, p. 71). Le close est l’un des dispositifs caractéristiques de la morphologie des garden cities.

11 Le Department of Civic Design, fondé en 1909, est la première institution d’enseignement supérieure à dispenser une formation en urbanisme dans le monde.

12 Dans sa monographie sur l’histoire de Bradford, Clement Richardson (1976) indique par exemple que la densité moyenne dans les quartiers ouvriers construits avant 1845 était de 145 logements par hectare.

13 « The Cheap Cottage Exhibition », The Spectator, 22 juillet 1905.

14 Unité de recherche architecture, environnement & cultures constructives (2009), Projet scientifique, Grenoble, Unité de recherche AE&CC, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble, p. 27.

15 Hall P. (1992), Urban and Regional Planning, 3e éd., Londres, Routledge, p. 74.

16 Llewellyn M. (2004), « Producing and Experiencing Harlow: Neighbourhood Units and Narratives of New Town Life, 1947-1953», Planning Perspectives, 19, p. 167.

17 Ibid., p. 157.

18 Ibid., p. 160.

19 Suite à la crise économique des années 1970, les quartiers centraux et péricentraux des grandes métropoles concentrent problèmes sociaux, économiques et environnementaux. Les conservateurs initient alors de grands projets de renouvellement urbains rendus possible par un affaiblissement volontaire du secteur public et de ses outils de planifications considérés comme un frein à l’investissement. Le projet des Docklands de Londres est emblématique de cette approche.

20 Urban Task Force (1999), Towards an Urban Renaissance. Final Report of the Urban Task Force Chaired by Lord Rogers of Riverside, Londres, HMSO, p.ii.

21 Rogers R. (2014), « Forget about greenfield sites, build in the cities », The Guardian, 15 juillet 2014, (http://www.theguardian.com/commentisfree/2014/jul/15/greenfield-sites-cities-commuter-central-brownfield-sites/, consulté le 15 mars 2015).

22 Cité dans Booth R. (2014), « Labour architect peer says building on greenbelt a “ridiculous idea” », The Guardian, 8 septembre 2014 (http://www.theguardian.com/society/2014/sep/08/labour-richard-rogers-green-belt/, consulté le 17 mars 2015).

23 Rogers R. (2014), « Forget about greenfield sites, build in the cities », art. cité.

24 Department for Communities and Local Government (2012), National Planning Policy Framework, Londres, DCLG, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Sadoux, « Ni ville, ni suburb », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 123-138.

Référence électronique

Stéphane Sadoux, « Ni ville, ni suburb », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 25 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1929

Haut de page

Auteur

Stéphane Sadoux

Stephane Sadoux est diplômé en urbanisme de l’université de Newcastle, Grande-Bretagne, et docteur en urbanisme et aménagement de l’université Pierre Mendes France. Il est actuellement directeur du laboratoire Cultures Constructives, unité de recherche (Labex) Architecture, environnement & cultures constructives et enseignant à l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble. Il a enseigné à l’Institut des sciences de l’environnement et à l’Institut d’architecture de l’université de Genève ainsi qu’à l’Institut d’urbanisme de Grenoble. Il a par ailleurs exercé à la Town and Country Planning Association à Londres. Ses recherches portent sur les théories et l’histoire de l’urbanisme anglo-saxon.Contact : sadoux.s@grenoble.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org