Navigation – Plan du site
Dossier : Habiter. Ou vivre autrement ?

L’habitat participatif comme exemplum des évolutions socio-politiques récentes

Sylvette Denèfle
p. 155-167

Résumés

Après avoir montré comment l’habitat participatif pouvait relever d’une suite historique longue sous certains de ses aspects, l’article traite des formes particulières qu’il a prises au XXIe siècle. L’enquête menée sur une dizaine d’années a montré qu’il peut être considéré comme le fil rouge d’un modèle idéologique en construction succédant à celui de la modernité.
L’habitat participatif s’inscrit dans un double mouvement idéologique : celui d’un militantisme anticapitaliste au nom des principes des droits de l’Homme et de la démocratie républicaine ; et celui d’une mouvance écologique plus morale que politique. Ces idéologies sont plutôt larges, complexes, diverses et peu théorisées mais partagent la volonté d’autonomie, la solidarité et le souci écologique qui construisent progressivement un nouvel humanisme, issu de la modernité mais pourtant différent.
Cet humanisme moderne reconsidéré est très directement issu des crises sociétales récentes. Il garde fortement l’empreinte de plus de deux siècles républicains mais il souligne aussi toutes les fissures d’un modèle finissant.

Haut de page

Texte intégral

1Un exemplum est une forme rhétorique scolastique, un récit, au sens très général de ce mot, expliquant, illustrant, permettant de comprendre une idée ou plutôt une voie de morale, un ensemble de comportements intéressants, etc.

  • 1 Nous avons dirigé, de 2000 à 2003, une recherche financée par le ministère de la Culture sur la « M (...)

2C’est sous cet éclairage que nous souhaitons aborder l’habitat participatif dans le texte qui suit. Après une dizaine d’années d’observation et d’étude de cette façon particulière d’habiter autrement que constitue l’habitat participatif1, nous considérons qu’il est significatif, voire même emblématique, des évolutions socio-politiques du XXIe siècle. On peut le considérer comme le fil rouge d’une lecture d’un modèle idéologique en construction succédant à celui de la modernité.

3Après avoir montré comment l’habitat participatif pouvait relever d’une suite historique longue sous certains de ses aspects, nous tenterons de saisir les particularités des formes qu’il a prises au XXIe siècle pour éclairer notre lecture du contexte social actuel.

Le coopérativisme et la propriété du logement

  • 2 La « Maison Radieuse » est restée une coopérative d’habitants jusqu’en 1974, par une résistance opi (...)
  • 3 Charles Fourier, Louis Blanc, Pierre-Joseph Proudhon, Robert Owen, Frédéric LePlay, Charles Gide on (...)

4Au début des années 2000, nous nous sommes intéressées aux coopératives d’habitants qui ont existé en France jusqu’en 19712, avant d’être juridiquement supprimées pour éviter les glissements spéculatifs qu’elles pouvaient induire. L’idée d’une forme de propriété collective du logement, souvent associée à un projet commun de construction, nous apparaissait comme une expérience de partage qui participait des utopies généreuses des Trente Glorieuses, comme les communautés ou l’autogestion. Cette forme particulière de propriété assez commune dans les années d’après-guerre a pris naissance dans les socialismes utopistes du XXIe siècle3 et illustre, de façon intéressante, le balancement séculaire du champ politique français entre un conservatisme libéral individualiste et un socialisme d’État égalitariste et planificateur. Tout au long de leur histoire, les coopératives d’habitants ont été défendues à la fois pour l’intérêt qu’elles présentaient du point de vue de l’implication de la population dans la résolution des problèmes sociaux et critiquées pour leur logique plus communautaire que collective. Simultanément, elles tendent à rendre à la population une autonomie que leur dénient les experts et elles participent à un libéralisme individualiste qui n’accorde guère de poids aux politiques d’État.

  • 4 Notamment à la toute fin du siècle, un ensemble d’habitat coopératif à Marseille, porté par Charles (...)

5L’esprit coopératif, lorsqu’il s’applique au logement, reflète significativement l’histoire longue de l’égalité pour l’accès à la propriété qui est au cœur des conflits sociaux en France. Après l’avènement de la propriété privée érigée en droit fondamental et universel contre les privilèges de la société d’Ancien Régime, par la Révolution de 1789, le Code civil de 1804, en sanctifiant la propriété, n’en a pas rendu l’accès égalitaire et les révoltes républicaines de 1830, 1848 et 1871, malgré la diversité de leurs causes, ont repris l’opposition profonde qui divise notre pays entre une droite conservatrice, très favorable à la propriété et une gauche, plus sociale qui, par le travail notamment, veut réduire les inégalités. Alors que le Second Empire a développé un capitalisme conservateur, il a accepté l’idée de la coopération (loi de 1867) et la IIIe République, en essayant de contrebalancer les inégalités sociales, a permis quelques réalisations de logements coopératifs4.

6Après la Seconde Guerre mondiale, le développement économique a conduit à un progrès social où le partage, entre tous, des ressources et des biens, assuré par l’État, garantissait plus d’égalité et de démocratie (Castel et Haroche, 2001). Au conservatisme de la rente foncière succédait l’expansion du capitalisme industriel qui, par le travail, rétablissait des possibilités de justice sociale, passant entre autres choses par l’accession aux biens, notamment au logement (Donzelot, 1994). Le marxisme influent de ces années-là soutenait la planification d’État qui, dans un souci de pragmatisme devant la pénurie de logements, a alors autorisé le développement de l’habitat coopératif (Vilandrau, 2002) sans, cependant, en promouvoir le développement.

7Durant les Trente Glorieuses, les sociétés occidentales démocratiques diffusaient sur l’ensemble de la planète un modèle économique dont on pensait qu’il pouvait porter un bien-être et une justice sociale supérieurs à ce qu’on avait connu auparavant. Ce « progrès » était technique, laïque voire anticlérical, scientifique, citoyen et structurait l’espace qui voyait dans la ville et par la ville se développer de nouveaux modes de vie. Les mobilités suivaient la courbe des ventes des automobiles. Les loisirs progressaient en fonction de l’élévation du niveau de vie portée par le travail salarié. On devenait chaque jour plus confiant dans un ordre socio-économique dont on voyait les retombées positives. C’est à partir de ce modèle idyllique qui sert encore de référence aux sociétés occidentales que s’est effondrée progressivement la confiance en la modernité.

8En effet, la « modernité triomphante » qui a vidé les églises (Denèfle, 1997) et les campagnes, rempli les universités, aménagé l’ensemble du pays, développé une économie industrielle florissante, a également secoué les conservatismes idéologiques dans les années 1970, dans la suite de Mai 68. Mais elle a aussi amené, dans les soutes de la consommation, l’idée de sa vanité, de son injustice et de ses effets dévastateurs sur l’environnement. La fin du XXe siècle a fait basculer la modernité progressiste en renforçant les doutes par rapport au capitalisme, au modèle de la démocratie occidentale, à l’organisation familiale, etc.

9Les crises pétrolières des années 1970 avaient ouvert les vannes d’une vaste recomposition économique qui a évincé le capitalisme industriel demandeur de main-d’œuvre au profit d’un capitalisme financier qui a progressivement déstructuré la valeur du travail. L’entrée massive des femmes dans l’emploi salarié dans les années 1980, sur des postes très peu qualifiés, a permis le développement du secteur des services et la mise en place de la flexibilité qui a participé à la déconstruction des acquis sociaux de l’après-guerre (Marchand, 2010). La fragilisation puis la paupérisation d’une partie importante de la population se sont accompagnées d’une relégation spatiale qui a fait apparaître les quartiers d’habitat social comme des lieux désocialisés. Les familles les plus favorisées des classes moyennes ont fui vers le pavillonnaire devenu le garant fragile d’une propriété à crédit. L’élévation du niveau général de la scolarisation a produit des générations de jeunes plus diplômés que leurs parents mais ayant un avenir plus incertain dans le secteur tertiaire, et notamment dans les services, du fait de la crise de l’emploi.

10Les décennies 1980 et 1990 ont vu la montée du capitalisme financier dynamisé par les évolutions technologiques. La richesse cesse d’être liée au travail. La propriété du logement n’est plus accessible à tous. Le progrès, voire la science, amène des désastres sanitaires, des risques environnementaux, des évolutions comportementales que la société a peine à assumer. Des événements comme les crises de la vache folle, Tchernobyl ou la procréation médicalement assistée sont emblématiques de ces changements et travaillent profondément une société qui défend encore les acquis sociaux des Trente Glorieuses et ce, d’autant plus, qu’un gouvernement socialiste préside aux destinées politiques du pays. La France a pour référence idéologique et morale, le « progrès » de la modernité socio-économique de l’après-guerre. La déclaration des droits de l’Homme renouvelée et adoptée par la plupart des pays cristallise le modèle moral qui fonde la démocratie occidentale et, pour la France, la république de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. On a dénoncé l’autoritarisme des régimes socialistes de l’Est et on renouvelle l’adhésion aux démocraties réformistes qui porteront plus ou moins activement les idées de lutte contre les inégalités tout en restant totalement fidèles à la propriété, comme base économique de l’ordre social.

  • 5 Le Parti socialiste unifié (PSU) a été tête de pont politique de ces idées.

11L’habitat coopératif des années 1950-1960 symbolisait la confiance dans un registre politique (la démocratie occidentale) et sa suppression par la loi Chalandon en 1971, alors que le pavillonnaire connaissait une expansion considérable, a modifié son assise idéologique. Ce n’est plus la nécessité de s’unir et de se débrouiller pour pallier les manques d’équipement qui s’imposait mais, pour les militants qui en ont défendu l’existence, son importance comme alternative politique face aux crises économiques et écologiques. Dans les années 1975-1985, en effet, on observe une vague de réalisations d’habitat coopératif, qui organisent des bricolages juridiques pour contourner la loi de 1971 et qui prennent toutes appui sur les idées d’autogestion, de solidarité de groupe et d’économie d’échelle qui sont caractéristiques des politiques autogestionnaires des années 1970-19805. Il s’agissait alors d’un choix politique qui mesurait les dangers du libéralisme sauvage, notamment sur les pays non occidentaux et qui revendiquait une mobilisation participative de tous dans l’exercice de la démocratie. Les voies du progrès devaient éviter les utopies révolutionnaires et les excès du libéralisme pour suivre le terrain d’une laïcité humaniste de solidarité et de justice sociale. On reconnaît évidemment les échos du solidarisme de la fin du XIXe siècle qui a porté le mouvement des coopératives et l’on n’est donc pas surpris que les projets d’habitat groupé des années 1980 qui apparaissent aujourd’hui comme précurseurs de l’habitat participatif aient été portés par des militants altermondialistes et tenants d’un réformisme social assumé.

12L’enquête montre que les projets réalisés dans ces années-là sont soucieux d’économies énergétiques, d’espace ou de moyens mais que la revendication écologique n’est pas encore exprimée dans les termes qui s’installeront, dans les années 1990, autour de la notion de développement durable. Ces projets que l’on nomme alors « d’habitat groupé » ont tous une dimension politique et restent peu nombreux, à une période où le rêve du pavillonnaire bat son plein.

13La dernière décennie du XXe siècle est une période quasiment blanche pour l’habitat groupé ou coopératif, en France, alors qu’il donne lieu à de nombreuses réalisations dans les pays où la législation est plus favorable. Ce n’est qu’après le tournant du XXIe siècle que l’idée ré-émerge.

L’habitat participatif au XXIe siècle

  • 6 Les enquêtes ont été menées auprès de groupes, le plus souvent informels, dont les membres avaient (...)
  • 7 Le travail féminin est resté très longtemps sans reconnaissance institutionnelle, et l’histoire réc (...)

14On doit, en effet, parler d’émergence ou de renaissance de l’habitat groupé au XXIe siècle plus que de filiation car l’enquête, commencée au tout début des années 2000, a montré une absence quasi totale de références aux réalisations antérieures. On peut dire plutôt que les mêmes causes produisant les mêmes effets, des solutions apparues dans des situations de crises du logement antérieures, paraissent à nouveau comme des opportunités intéressantes. À la fin du XIXe siècle, comme dans les années 1930 ou 1950, la situation très tendue du logement en France a incité les décideurs à accepter les solutions produites par la population, fut-ce en dehors des politiques publiques. Et les personnes en difficulté pour accéder au logement se sont tournées vers des logiques de mutualisation et de solidarité. La situation est semblable actuellement. L’enchérissement considérable du foncier et de l’immobilier au tournant du siècle, la crise économique et financière, la pression du chômage qui touche de plein fouet les classes moyennes (Chauvel, 2006), et notamment les jeunes, les difficultés des quartiers d’habitat social bloquent l’accès au logement d’une partie importante de la population sans que les décideurs trouvent de solutions à ces problèmes. Les classes moyennes touchées cherchent des issues et l’habitat participatif peut en être une. Les différentes enquêtes sur les groupes de projet6 ont montré que les porteurs de projets sont, pour l’essentiel, des travailleurs sociaux, des enseignants, des intermittents du spectacle, des jeunes architectes encore peu insérés dans les réseaux professionnels, des employés des collectivités territoriales mais aussi des chômeurs et un nombre non négligeable de retraités, notamment des femmes7.

15Les premiers groupes qui se réunissaient autour des projets d’habitat groupé, un peu partout en France, suivaient leurs préoccupations quotidiennes, voire militantes, qui ne s’ancraient pas nécessairement dans le projet coopératif. Ils rencontraient des difficultés sociales importantes, ne parvenaient pas, en particulier, à accéder à un logement correspondant à leur mode de vie, s’inquiétaient de l’avenir de la planète et voulaient « faire quelque chose pour s’en sortir » qui ne passait pas par des organisations ou des institutions. Ils appartenaient à des réseaux militants, très souvent informels et, autour de 2005, on a vu se développer des réunions nombreuses, bien que très marginales statistiquement parlant, où l’on venait pour discuter des solutions éventuelles. Devant le constat de l’impossibilité d’accéder au marché privé du logement (par manque de ressources économiques) ainsi qu’au logement social (par dépassement des plafonds de ressources), les membres des groupes se tournaient vers des logiques de mutualisation de moyens, de partage de ressources, de compétences ou de force de travail. C’est dans ces échanges que pouvaient être évoqués les exemples antérieurs mais aussi les exemples des pays étrangers (Suisse, Allemagne, Hollande, Canada) au hasard des savoirs des personnes présentes et de la recherche sur internet. Et c’est sur ce terreau que se constituaient des associations pour promouvoir l’habitat groupé, voire les coopératives d’habitants. Il y a une dimension de souffrance sociale, de rejet des institutions, de frilosité aux risques environnementaux dans les mouvements actuels qui ne se trouvaient pas dans les années 1980.

16Les groupes se sont constitués, à partir des listes de diffusion d’un militantisme éclectique, proche de l’économie sociale et solidaire, de l’alter-mondialisme, des cultures des marges urbaines, plus rarement de syndicats ou de partis sinon ceux de l’écologie. L’information passait par internet et touchait les classes moyennes, plutôt diplômées mais en situation de précarité professionnelle. L’importance des connexions par internet a été considérable. On économisait le papier et l’encre, à la fois par soucis écologique et économique. Les plus âgés qui n’étaient pas encore connectés étaient prévenus par téléphone des rencontres, avant qu’ils n’accèdent à l’informatique. De ces réunions ressortait la volonté d’établir des principes de vie à partager qui cristallisaient des groupes de plus petite taille, ouvrant ainsi à l’élaboration d’un projet d’habitat groupé. Des clivages idéologiques apparaissaient dans tous les groupes entre les plus militants qui souhaitaient vivre leurs exigences morales et ceux qui avaient un besoin urgent de logement. Mais les groupes se divisaient également sur leur projet de vie qui, pour les uns, ne pouvait être qu’urbain alors que d’autres souhaitaient un départ de la ville vers un péri-urbain plus vert ou vers une professionnalisation néo-rurale. Les groupes qui se sont formés, défaits, recomposés, renouvelés de façon continue alors, ont poursuivi leurs projets vers des réalisations de logements groupés en ville mais également vers des pratiques nombreuses de néo-ruralité qui sont allées des habitats mobiles à la réhabilitation de bâtiments anciens comprenant souvent des dimensions professionnelles, ce qui n’a pas (ou très peu) été le cas en ville.

  • 8 Voir le site de notre recherche http://alter-prop.crevilles-dev.org/.
  • 9 Voir http://wiki.eco-sol-brest.net/index.php?title=Groupe_de_travail_habitat_groupé, site réalisé p (...)

17Comme tous les chercheurs qui ont travaillé sur ces groupes, nous devons souligner leur très grande mouvance, leur instabilité, inséparables de la recherche qu’ils menaient. Lorsque des groupes plus stables se constituaient, les discussions se formalisaient en chartes, projets, définitions, voire associations. Pour les cas que nous avons étudiés, les groupes qui ont abouti à une réalisation effective étaient fédérés par quelques leaders portant la continuité du groupe qui ne cessait de se recomposer. Ces groupes qui ont émergé un peu avant 2005, se sont construits et multipliés d’une façon très importante dans les quelques années qui ont suivi. Le recensement en a été entrepris en 2005 dans le cadre de nos recherches8. Nous en comptions alors quelques dizaines tout au plus. Entre 2010 et 2012, plusieurs centaines en ont été recensées9 et le décompte en est devenu quasi impossible après, tant les initiatives se sont multipliées et diffusées dans des réseaux divers.

18L’observation nous a montré qu’un double mouvement idéologique a porté l’habitat participatif, qui en reste évidemment profondément marqué. L’un est celui d’un militantisme plus ou moins inscrit dans des luttes contre l’impérialisme capitaliste au nom des principes des droits de l’Homme et de la démocratie républicaine. L’autre est issu d’une mouvance plus écologique faisant davantage référence à des valeurs morales qu’explicitement politiques. L’entrelacement de ces deux courants d’idées, plus ou moins marqués selon les groupes de projet, s’est fait dans une marginalité assez confidentielle jusqu’en 2010.

  • 10 Le mouvement des Indignados est significatif de ces orientations.
  • 11 Système d'échange local (SEL), entreprise d’auto-partage, jardins partagés, etc.

19Alors que les générations antérieures s’inscrivaient dans des logiques de luttes collectives soutenues par des objectifs de progrès collectif, les générations adultes au début du XXIe siècle, dans les classes moyennes qui sont les plus nombreuses, se fédèrent dans des réseaux (ce que permet entre autres le développement des techniques informatiques) sans une confiance aveugle dans le politique et sans illusion sur l’accès aux ressources économiques. Ce désenchantement cristallise sa vindicte contre l’individualisme exacerbé de la compétition capitaliste. Cet individualisme issu de la modernité des Lumières apparaît deux siècles plus tard comme la conséquence désastreuse d’égoïsmes d’un capitalisme financier désincarné et sauvage. Tout le modèle de la modernité progressiste est rejeté, dans un passé doré (celui des Trente Glorieuses) ou pire dans un archaïsme idéologique sclérosé qui ne permet plus les solidarités. Une grande partie des porteurs de projet préfèrent agir par eux-mêmes plutôt qu’à travers des structures collectives jugées obsolètes, ne pas s’inféoder à des chefferies idéologiques qui semblent relever de l’escroquerie et développer des rapports humains directs avec leur entourage immédiat ou les personnes partageant les mêmes réseaux électroniques ou militants10. Certains, comme c’était encore le cas dans les années 1980, s’impliquent dans des pratiques autogestionnaires qui leur paraissent avoir le mérite d’être à la fois participatives et solidaires. D’autres, plus jeunes, construisent les circuits de l’économie sociale et solidaire et s’inscrivent très clairement dans les logiques écologiques11. D’autres s’essaient à des sociabilités et des convivialités actives pour exprimer leur adhésion à un humanisme renouvelé.

20La logique de « l’humain d’abord » traverse absolument tous les discours des pratiquants de l’habitat participatif. Cet humanisme-là est d’abord un rejet des égoïsmes individualistes de la réussite sociale mais il est aussi un hymne à une communauté de respect et de tolérance qui n’est évidemment pas sans rappeler les mouvements du retour à la terre des années 1970 et les hippies et autres babas cool de ce temps. Mais il y a beaucoup plus de réserve dans ces opinions qu’il n’y en avait dans les années antérieures et beaucoup moins d’enthousiasme lyrique. Pour faire image, on pourrait dire que les fleurs dans les cheveux ont laissé place aux prudences de la consommation bio. Les exigences de localisme, proximité, maîtrise des ressources du militantisme écologique induisent des pratiques d’inter-connaissance, de réseaux, d’entraide que tous les groupes, qui sont pour la plupart composés de personnes qui ne se connaissaient pas auparavant, tentent de cristalliser à travers des rencontres conviviales et ludiques où l’on veut se frotter à la vie ensemble. Cette nécessité de « faire groupe » pour réussir un projet de logements collectifs s’impose et permet de comprendre l’instabilité des groupes et le temps très long des projets (entre cinq et dix ans).

21La philosophie humaniste qui anime ce courant d’idées prend ses sources dans une histoire longue que nous avons évoquée plus haut. Elle permet aussi de saisir pourquoi on a voulu voir dans les mouvements utopistes et communautaires des années 1970, des relations avec les idées actuelles. Cependant, ces rapprochements doivent être prudents car le modèle idéologique de l’après-guerre s’effondre dans les doutes et les amertumes (Duménil, 2014) mais aucun autre modèle n’apparaît qui pourrait emporter l’adhésion.

22Pour prendre deux exemples, nous soulignerions la faible connaissance du mouvement coopératif par les groupes naissants ou le pragmatisme des groupes à l’égard de la propriété.

23L’enquête a montré que c’est essentiellement à travers le travail de l’association Habicoop, créée en décembre 2005 et devenue, depuis avril 2015, la Fédération française des coopératives d’habitants, très active dans le soutien aux projets encore très peu nombreux qui s’amorçaient, que l’idée coopérative s’est diffusée. Les références au concept de la coopérative et aux réalisations de telles formes de logements dans les autres pays européens sous-tendaient les interventions de cette association qui a joué un rôle important dans la réalisation des projets, puis plus tard dans leur reconnaissance institutionnelle. Les groupes de projet y adhéraient plus a posteriori en cherchant des solutions concrètes pour la mise en œuvre de leur projet qu’ils n’en portaient a priori l’idée. En fait, ils reconnaissaient leurs choix de mutualisation, de solidarité et d’autonomie dans le mouvement coopératif plus qu’ils n’en étaient des militants engagés.

24De même, beaucoup de personnes voulant voir aboutir leur projet s’appliquent à un pragmatisme réaliste même si ce pragmatisme se mâtine d’« humanisme » et de solidarité. Ainsi, pour prendre un autre exemple, la propriété n’est pas renvoyée aux oubliettes de l’histoire au profit d’un partage égalitaire des ressources selon ses besoins ou d’un collectivisme institutionnel. On veut tout au contraire la réaménager pour plus de justice et surtout plus d’« accédants ». La propriété, et surtout celle du logement, reste bien garante de la sécurité de chacun et de la famille et comme on ne peut y accéder sous la forme du droit en vigueur, on souhaite modifier le droit. L’esprit de l’économie sociale et solidaire traverse tous les projets d’habitat participatif que nous avons enquêtés et l’on note que les références aux réalisations des années 1980, regroupées dans le Mouvement de l’habitat groupé autogéré (MHGA), devenu il y a peu Éco Habitat Groupé se multiplient. Le partage des ressources pour une propriété collective est discuté et parfois même mis en œuvre par des groupes d’habitants mais cela concerne les plus militants d’entre eux. La grande majorité veut une propriété garante de stabilité, que la loi permette plus collective ou plus ouverte à d’autres possibilités que la seule propriété privée individuelle (Denèfle, 2015).

  • 12 Le terme « habitat participatif », par exemple, a été choisi lors de ces rencontres, pour caractéri (...)

25Jusqu’en 2010, les groupes pionniers de l’habitat groupé ou coopératif s’essaient à dessiner les contours légaux possibles de leurs rêves. 2010 a marqué un tournant important que nous pourrions considérer comme le début d’un processus d’institutionnalisation et le développement du nombre de projets. À partir des cinquièmes rencontres nationales de l’habitat participatif de Strasbourg en 2010, le militantisme très marginal de la fin de la décennie 2000 a connu un élargissement important12.

26Certains groupes ont choisi, en effet, de rester éloignés des compromis institutionnels. Ils ont construit, par un engagement constant sur près de dix ans, leur habitation. D’autres ont utilisé les relais des institutions, bailleurs sociaux et politiques, souvent par nécessité plus que par choix. D’autres ont bénéficié des politiques de certaines municipalités désireuses de mener des expérimentations en matière d’habitat et de participation citoyenne. Au militantisme des pionniers a succédé progressivement un pragmatisme réaliste, la construction des logements étant soumise à des contraintes financières et administratives rigoureuses.

27Deux faits peuvent illustrer ce tournant de 2010 : la constitution d’un corps de professionnels et l’implication des décideurs.

28C’est à la fin des années 2000 que les premières personnes s’engagent dans la voie professionnelle autour de l’habitat participatif. D’abord occupés à faire les groupes, à faire les projets, puis à mener les réalisations, quelques militants, souvent eux-mêmes engagés dans la logique de l’habitat participatif pour eux-mêmes, ont vu dans ces pratiques émergentes une opportunité professionnelle. Ce mouvement a été très rapidement relayé par des formations, d’abord qu’ils proposaient eux-mêmes, puis validées par les institutions plus officielles de formation continue, voire d’écoles et d’universités. Ces professionnels qui se sont regroupés, à partir de 2010, dans le Réseau national des acteurs professionnels de l’habitat participatif tentent d’organiser un secteur d’emploi rendu d’autant plus nécessaire que les pouvoirs publics, nouvellement intéressés par ce type d’habitat, sont en demande d’interlocuteurs, plus recevables à leurs yeux que de simples habitants plus ou moins regroupés autour de chartes militantes.

29De 2010, également, date la charte des villes et des collectivités en faveur de l’habitat participatif.

  • 13 Projets pionniers, très médiatisés, réalisés respectivement à Montreuil et à Villeurbanne.

30Les élus des collectivités territoriales prennent la mesure d’une réalité qui n’était connue que de très rares municipalités jusque-là. Quelques projets emblématiques (la maison des Babayagas, le Village Vertical13) ont eu un retentissement médiatique qui n’a pas été sans influence sur l’évolution de ces programmes. On peut considérer qu’après 2010, l’habitat participatif a cessé d’avoir une position de marginalité militante pour prendre une place, certes très limitée, mais cependant légitime, dans la projection urbanistique publique.

31Par ailleurs, le lobbying exercé par les associations a trouvé écho dans le gouvernement socialiste élu en 2012 et a participé activement à la préparation des mesures législatives concernant l’habitat participatif de la loi pour l’Accès au logement et à un urbanisme rénové (ALUR) votée en 2014. En 2014, comme en 1867, une loi à très large finalité intègre la possibilité d’une propriété collective, plus pour ne pas l’interdire que pour la promouvoir.

32On comprend donc que le bouillonnement des années 2010 a permis le développement des projets d’habitat participatif. Aux groupes militants utopistes se sont joints des groupes plus pragmatiques, aux habitants se sont adjoints des bailleurs sociaux. Enfin, des collectivités territoriales plus nombreuses ont inscrit l’habitat participatif dans leurs projets urbains et cela d’autant plus que la politique d’État repensait les politiques de l’urbanisme et du logement, notamment à propos des quartiers sensibles, en promouvant la participation citoyenne pour un développement durable plus efficace. Le pragmatisme politique rejoint la volonté d’efficacité des professionnels et la diversité des porteurs de projets, pour ouvrir l’habitat participatif à un avenir qui fera aux situations sociales et idéologiques des classes moyennes une réponse socio-libérale affirmée.

Quels avenirs idéologiques dessinent ces évolutions ?

33Si donc, comme on le voit, les idéologies sous-jacentes à l’habitat participatif sont plutôt larges, complexes, diverses et relativement peu théorisées, on peut cependant, pour tirer le fil rouge de son exemplarité idéologique pour la période actuelle, revenir sur ce qui est commun à tous ces projets : la volonté d’autonomie, la solidarité et le souci écologique (Bresson et Denèfle, 2015) qui construisent progressivement un nouvel humanisme, issu de la modernité mais pourtant différent.

34De la modernité des Lumières, l’humanisme des collectifs d’habitat participatif a gardé les principes républicains de liberté, égalité, fraternité. Il a gardé le libéralisme qui permet les choix individuels les plus divers et l’autonomie d’action mais il a rejeté l’individualisme de la compétition sociale. Il a accepté les aménagements politiques qui tendent à limiter les écarts sociaux mais il se détache plus ou moins de la démocratie représentative au profit de plus de participation citoyenne. Il a gardé les principes de fraternité qu’il préfère investir dans la solidarité, plus réaliste, mais il les comprend davantage dans l’implication personnelle que dans les pratiques partisanes. Il utilise les apports des sciences et des techniques dans l’amélioration des conditions de vie mais il rejette la dimension prédatrice du progrès technique sur l’environnement au nom du développement durable. D’une certaine façon, les porteurs de l’habitat participatif construisent par leurs choix et leurs pratiques une morale humaniste qui allie la méfiance envers les institutions à la volonté de participation citoyenne, le pragmatisme de la demande d’aide publique à la prudence à l’encontre des organisations partisanes, les apports des développements technologiques et la crainte des risques qu’ils peuvent produire, le rejet de l’élitisme capitaliste et les principes de mutualisation et de partage. Il s’appuie sur les modèles socio-démocrates des politiques européennes tout en en dénonçant les égoïsmes.

35Clairement, cette morale moderne reconsidérée est très directement issue des crises économiques, sociétales et environnementales qui ont déstabilisé le progressisme moderne. Elle garde fortement l’empreinte de plus de deux siècles républicains mais elle souligne toutes les fissures d’un modèle finissant. La complexité des valeurs dont l’habitat participatif est un exemplum pertinent est fort éloignée de tout manichéisme moral, politique ou religieux et c’est probablement dans cette dimension qu’il fait trop peu système et qu’il est fragile et incertain. Là encore, il est significatif des difficultés actuelles à proposer une lecture idéologique construite et acceptable pour l’avenir. C’est sa plus grande qualité mais aussi sa plus grande faiblesse.

Haut de page

Bibliographie

Bresson S., Denèfle S. (2015), « Diversity of self-managed co-housing initiatives in France », Urban Research & Practice, numéro spécial.

Castel R., Haroche C. (2001), Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard.

Chauvel L. (2006), Les classes moyennes à la dérive, Paris, Seuil.

Charle C. (1991), Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil.

Collectif (2011), Le livre blanc de l’habitat participatif, Strasbourg, Éco-quartier Strasbourg.

Debarre A., Steinmetz H. (2012), « L’invention de l’autopromotion à Strasbourg », Métropolitiques.eu, http://www.metropolitiques.eu/L-invention-

de-l-autopromotion-a.html, consulté le 25 novembre 2015).

Denèfle S. (1997), Sociologie de la sécularisation. Être sans religion en France à la fin du XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

Denèfle S. (dir.) (2015), Repenser la propriété Des alternatives pour habiter, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Denèfle S., Bresson S., Dussuet A., Roux N. (2006), Habiter Le Corbusier, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Donzelot J. (1994), L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Seuil.

Duménil G. (2014), La grande bifurcation. En finir avec le néolibéralisme, Paris, La Découverte.

Lerousseau N. (2014), L’habitat coopératif, Paris, Michel Houdiard Éditeur.

Marchand O. (2010), « 50 ans de mutations de l’emploi », Insee Première, 1312.

Vilandrau M. (2002), L’étonnante aventure des Castors : l’auto-construction dans les années 50, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Nous avons dirigé, de 2000 à 2003, une recherche financée par le ministère de la Culture sur la « Maison Radieuse » de Rezé, coopérative d’habitants conçue par Le Corbusier dans les années 1960 (voir Denèfle et al., 2006). De 2010 à 2014, nous avons également mené une recherche financée par l’Agence nationale de la recherche sur les formes alternatives de la propriété pour l’habitat sur les terrains de l’habitat participatif (voir http://alter-prop.crevilles-dev.org/).

2 La « Maison Radieuse » est restée une coopérative d’habitants jusqu’en 1974, par une résistance opiniâtre des occupants après la loi de 1971 qui en supprimait la possibilité légale.

3 Charles Fourier, Louis Blanc, Pierre-Joseph Proudhon, Robert Owen, Frédéric LePlay, Charles Gide ont tous promu les pratiques coopératives qui ne connaîtront en France une application au logement qu’à partir de la loi de 1867, et des réalisations qu’à la toute fin du XIXe siècle. Voir Charle, 1991 et Lerousseau, 2014, ouvrage publié dans le cadre du programme de recherche Alter-Prop.

4 Notamment à la toute fin du siècle, un ensemble d’habitat coopératif à Marseille, porté par Charles Gide et financé par la Caisse d’Épargne locale.

5 Le Parti socialiste unifié (PSU) a été tête de pont politique de ces idées.

6 Les enquêtes ont été menées auprès de groupes, le plus souvent informels, dont les membres avaient pour objectif d’ « habiter autrement », dans le Nord, en Bretagne, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Ile-de-France, Alsace, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées, Région Centre. Pour plus de détails, voir le site du programme Alter-Prop : http://alter-prop.crevilles-dev.org/.

7 Le travail féminin est resté très longtemps sans reconnaissance institutionnelle, et l’histoire récente du salariat féminin permet aisément de comprendre que ces retraitées se trouvent en situation précaire avec de très faibles revenus (travail intermittent, peu qualifié, à statut précaire, etc.).

8 Voir le site de notre recherche http://alter-prop.crevilles-dev.org/.

9 Voir http://wiki.eco-sol-brest.net/index.php?title=Groupe_de_travail_habitat_groupé, site réalisé par E. Cariou dans le cadre de son travail de thèse.

10 Le mouvement des Indignados est significatif de ces orientations.

11 Système d'échange local (SEL), entreprise d’auto-partage, jardins partagés, etc.

12 Le terme « habitat participatif », par exemple, a été choisi lors de ces rencontres, pour caractériser les projets très divers dont nous parlons. Collectif, 2011 et Debarre et Steinmetz, 2012.

13 Projets pionniers, très médiatisés, réalisés respectivement à Montreuil et à Villeurbanne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvette Denèfle, « L’habitat participatif comme exemplum des évolutions socio-politiques récentes », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 155-167.

Référence électronique

Sylvette Denèfle, « L’habitat participatif comme exemplum des évolutions socio-politiques récentes », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1949

Haut de page

Auteur

Sylvette Denèfle

Sylvette Denèfle est professeure émérite de sociologie, membre de l’UMR 7324 Cités, territoires, environnement et sociétés. Elle analyse les évolutions sociales dans le champ des changements idéologiques (politiques, militants, etc.), dans ceux des rapports sociaux de sexe et de la sociologie urbaine (questions patrimoniales, urbanistiques, architecturales). www.sylvette-denefle.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org