Navigation – Plan du site
Texte classique

II. Morphologie saisonnière

Extrait d’« Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo. Étude de morphologie sociale »
Marcel Mauss
p. 187-202

Texte intégral

  • 2 FROBISHER (1577), Second voyage (Beste), Hakluyt soc. ed, p. 283. Cf. Hakluyts’ Voyages, 1589, p. 6 (...)

1Nous venons de voir quelle est la morphologie générale des Eskimos, c’est-à-dire les caractères constants qu’elle présente en tout temps. Mais nous savons qu’elle varie selon les moments de l’année ; il nous faut chercher maintenant quelles sont ces variations. C’est d’elles surtout que nous devons nous occuper dans ce travail. Si, en tout temps, l’établissement est l’unité fondamentale des sociétés Eskimos, il présente suivant les saisons des formes très différentes. En été, les membres qui le composent habitent dans des tentes et ces tentes sont dispersées ; en hiver, ils habitent dans des maisons resserrées les unes près des autres. Telle est l’observation générale qu’ont faite tous les auteurs depuis les plus anciens2, quand ils ont eu l’occasion d’observer le cycle de la vie eskimo. Nous allons tout d’abord décrire chacun de ces deux genres d’habitat et les deux modes de groupement correspondants. Nous nous efforcerons ensuite d’en déterminer et les causes et les effets.

1º L’habitat d’été

  • 3 Sur la tente Eskimo en général, voir MURDOCH, p. 84.

2La tente. - Commençons par l’étude de la tente3 puisqu’aussi bien c’est une construction plus simple, que la maison d’hiver.

  • 4 Voir les dictionnaires ad verb., P. Egede, Dictionarium Groenlandico Latinum, p. 128 ; PARRY, p. 56 (...)
  • 5 Cf. STEENSBY, Esk. Kult. Opr., p. 143, qui arrive aux mêmes conclusions que nous. Le cône est, suiv (...)
  • 6 COATS remarque, loc. cit., p. 35, la différente entre les modes d’habitat Eskimos et les tentes ind (...)

3La tente porte partout le même nom, tupik4, et, partout aussi, d’Angmagssalik jusqu’à l’île de Kadiak, elle affecte la même forme. Schématiquement, an peut dire qu’elle est composée de perches disposées en forme de cône5 ; sur ces perches sont placées des peaux, le plus souvent de rennes, cousues ou non ensemble, et tenues à la base par de grosses pierres capables de contrebalancer l’effort souvent terrible du vent. À la différence des tentes indiennes, celles des Eskimos n’ont pas de vide au sommet, parce qu’il n’y a pas de fumée qu’il soit nécessaire de laisser échapper ; leur lampe n’en produit pas. Quant à l’entrée, elle peut être close, hermétiquement. Les habitants sont alors plongés dans l’obscurité6.

  • 7 HOLM, Ethn. Sk., p. 71 sq. Voir pp. 10 et 11 ; GRAAH, Undersögelsesreise, p. 73.
  • 8 HOLM, ibid., pp. 72, 74.
  • 9 Voir les bonnes descriptions de Parry et Lyon, in PARRY p. 270 sq., pl. VII, le bâtis était déjà al (...)
  • 10 BOAS, C.E., P. 552. Cf. CHAPPELL, Narra. of a Voy. to Hudsons’ Bay, Lond. 1817, p. 29. Pour les typ (...)

4Ce type normal présente naturellement quelques variations suivant les localités, mais elles sont, tout à fait secondaires. Là où le renne est rare7, comme à Angmagssalik et dans tout le Grönland oriental, la tente est faite avec des peaux de phoques ; comme, en même temps, le bois n’y est pas abondant, la forme de la tente y est aussi un peu différente. Elle est placée à un endroit où la pente est brusque8, de façon à ce qu’elle puisse s’appuyer au fond sur le terrain lui-même ; une perche-poutre horizontale supportée à l’avant par un bâtis angulaire, vient s’enfoncer dans le sol ; c’est sur elle que sont disposés les peaux et le maigre lattis de perche. Il est curieux de remarquer comment soit à Igloulik9 dans la baie d’Hudson, soit à la partie méridionale de la terre de Baffin10 les mêmes causes produisent les mêmes effets. Par suite de la rareté du bois, remplacé souvent par des os de narevhal, la tente y a une forme singulièrement analogue à celle d’Angmagssalik.

  • 11 HOLM, p. 87 (Angmagssalik), RINK, T.T. p. 19. EGEDE, Perlus., p. 60 (Grönland Occidental) ; BOAS, C (...)
  • 12 Voir Lyon, in PARRY, p. 270, cf. p. 360.
  • 13 GRAAH nous décrit pourtant une double tente à cloison, loc. cit., p. 93.

5Mais ce qui est plus important que tous ces détails de technologie, c’est de savoir quel est le groupe qui habite la tente. D’un bout à l’autre de l’aire eskimo, c’est la famille11, au sens le plus étroit du mot, c’est-à-dire un homme avec sa femme ou, s’il y a lieu, ses femmes, leurs enfants non mariés (naturels ou adoptés) ; exceptionnellement on y trouve aussi un ascen­dant, ou une veuve qui n’est pas remariée, ses enfants, ou enfin un hôte, ou des hôtes. Le rapport est si étroit entre la famille et la tente que la structure de l’une se modèle sur la structure de l’autre. C’est une règle générale dans tout le monde eskimo qu’il y a une lampe par famille ; aussi y a-t-il d’ordinaire une lampe et une seule par tente12. De même, il n’y a qu’un banc (ou un lit de feuilles et branchages surélevé au fond de la tente) recouvert de peaux sur lequel on couche ; et ce lit ne comporte pas de cloison pour isoler la famille de ses hôtes éventuels13. Ainsi la famille vit parfaitement une dans cet intérieur hermétiquement clos et c’est elle qui construit et transporte cette habitation d’été, si exactement faite à sa mesure.

2º L’habitat d’hiver

6La maison. - De l’hiver à l’été, l’aspect morphologique de la société, la technique de l’habitat, la structure du groupe abrité changent du tout au tout ; les habitations ne sont pas les mêmes, leur population est différente et elles sont disposées sur le sol d’une tout autre façon.

  • 14 Le nom de la maison est iglu ; sur ce mot voir les dictionnaires cités pins haut, p. 415, no 1 et R (...)
  • 15 Cf. pour tout ce qui va suivre le chapitre de M. STEENSBY, Esk. Kult. Opr., p. 182 sq. avec lequel (...)

7Les habitations d’hiver eskimos ne sont pas des tentes, mais des maisons14, et même de longues maisons15. Nous allons commencer par en décrire la forme extérieure ; nous dirons ensuite quel en est le contenu.

Fig1. - Coupe de la maison d’Angmagssalik (H. B.)

Fig. 1. - Coupe de la maison d’Angmagssalik (H. B.)

Fig. 2. - Plan de la maison d’Angmagssalik (H. B.)

Fig. 2. - Plan de la maison d’Angmagssalik (H. B.)
  • 16 Dans la maison mandane, par exemple, manquent et le couloir, et le banc ; et pourtant M. Steensby v (...)

8La longue maison eskimo est faite de trois éléments essentiels qui peuvent servir à la caractériser ; un couloir qui commence au dehors et qui vient déboucher à l’intérieur par une entrée à demi souterraine ; 2º un banc avec des places pour les lampes ; 3º des cloisons qui déterminent sur ce banc un certain nombre de cellules. Ces traits distinctifs sont propres à la maison eskimo ; ils ne se retrouvent réunis16 dans aucune autre maison connue. Mais, suivant les régions, ils présentent des particularités variables qui donnent naissance à un certain nombre de variétés secondaires.

  • 17 HOLM, Ethn, Sk., pp. 66, 67. Cf. pour le Grönland S. Oriental ancien, Grah, Undersögelsesreise, p.  (...)
  • 18 En effet, EGEDE mentionne expressément que c’est sous le banc, par conséquent sous un vide (et. les (...)
  • 19 Seulement, ici, le bord du banc se trouve planchéié, et ne laisse pas de vide, voir fig. 3 et 4.
  • 20 Le banc est de nouveau posé à vide, cf. MURDOCH, fig. 11, NELSON, fig. 80 sq.
  • 21 Cf. EGEDE, p. 63 ; CRANZ, encore plus précis en ce qui concerne la place de la lampe, livre Ill, ch (...)
  • 22 Cf. textes cités à la note précédente, et GRAAH. loc. cit., p. 35, Hanserâk’s Dagbog, éd. Signe Rin (...)

9À Angmagssalik17, la maison a de 24 à 50 pieds de long sur 12 à 16 de large. Elle est construite sur un terrain généralement très en pente. Ce terrain est excavé de façon que le mur d’arrière se trouve à peu près de niveau avec le terrain environnant ; ce mur est un peu plus large que celui de la façade. Cette disposition donne à l’observateur l’impression fausse que la maison est souterraine. Les murs sont en pierre, en bois recouvert de gazon, et souvent de peaux ; les parois en sont presque toujours recouvertes. En avant, toujours à angle droit avec le mur, débouche le couloir, par une entrée tellement basse qu’on ne peut pénétrer dans la maison qu’à genoux. À l’intérieur, le sol est recouvert de pierres plates. Tout le fond est occupé par un banc profond et continu, de quatre à cinq pieds de large, et surélevé d’environ un pied et demi ; actuellement, à Angmagssalik, il est porté sur des pierres et du gazon, mais autrefois, dans le Grönland méridional et occidental18, il reposait sur des pilots et c’est encore le cas au Mackenzie19 et à l’Alaska20. Ce banc est séparé en compartiments, par une courte cloi­son : chacun de ces compartiments, comme nous le verrons, correspond à une famille ; à la partie antérieure de chacun d’eux est placée la lampe familiale21. En face du fond, tout le long, par conséquent, du mur d’avant s’étend un autre banc, moins large, qui est réservé aux individus pubères, non mariés, et aux hôtes quand ils ne sont pas admis à partager le lit de la famille22. - En avant de la maison sont les caches à provisions (viande glacée), les supports à bateaux, quelquefois une maison pour les chiens.

10Plan et élévation, dressés par M. Champion sur nos indications. Les plans généralement reproduits de Petitot étant manifestement inexacts, et ceux de l’ouvrage de Franklin étant incomplets, nous nous sommes permis cette reconstitution.

Fig. 3. - Maison du Mackenzie

Fig. 3. - Maison du Mackenzie
  • 23 (1) Sur la maison de la région du Mackenzie et de l’Anderson, voir surtout, PETITOT, Mon., p. XXI e (...)
  • 24 Voir PETITOT, Grands Esquimaux, p. 41.
  • 25 RICHARDSON, in FRANKLIN, p. 21 sq., le couloir d’après la planche 8 semble être assez court.

11Au Mackenzie23, comme le bois flotté est très abondant, la maison est tout entière bâtie en rondins : de grands bois posés les uns sur les autres et en équerre par creux faits aux coins. De plus, en section horizontale, elle affecte la forme, non plus d’un rectangle comme la pré­cé­dente, mais d’un polygone étoilé. De là une troisième différence, elle comprend quatre compartiments nettement distincts. Le banc, un peu plus élevé qu’au Grönland, garnit le fond de chaque compartiment ; mais, au lieu d’un banc, le compartiment d’entrée en a deux, gagnés sur l’excavation et qui servent comme le banc des hôtes au Grönland, aux hôtes et aux ustensiles24. Enfin, le couloir, plus surbaissé encore qu’au Grönland, vient s’enter sur celui des compartiments qui est orienté vers la mer, de préférence au sud25.

  • 26 Sur la maison à la pointe Barrow, MURDOCH, p. 72 sq. ; SIMPSON, Western Eskimos, pp. 256, 258. Sur (...)
  • 27 Voir plan de maison du Cap Nome, NELSON, p. 254.
  • 28 Voir NELSON, fig. 74. ELLIOT, Our Arctic Province, p. 378, p. 379, au sud, dans le district de Nush (...)

12À l’Alaska, nous trouvons un type intermédiaire entre les précédents. La forme redevient rectangulaire26, comme dans le Grönland, mais comprend souvent plusieurs rectangles greffés sur un seul couloir27. Comme, surtout dans l’Alaska méridional, le bois est encore abondant, le sol du rectangle central est planchéié. Le seul caractère qui appartient en propre aux maisons de cette région, c’est la disposition du couloir qui, au lieu de déboucher dans le mur d’entrée, vient aboutir sous le sol même de la portion centrale28.

  • 29 Sur les maisons en côtes de baleine au détroit de Behring, voir NELSON, p. 257 sq. ; PETROFF, Tenth (...)
  • 30 Sur ces maisons, voir surtout BOAS C.E. p. 548 sq. ; KUMLIEN, Contributions to N. Amer. Nat. Hist. (...)
  • 31 Sur les maisons de cette région, voir PARRY, p. 280, ruines sur le plateau d’Igloulik, p. 258, 358, (...)
  • 32 Parry parle formellement de l’absence du bois flotté et des difficultés de construction qui s’ensui (...)

13On entrevoit aisément comment ces différentes sortes de maisons ne sont que des dévia­­tions d’un même type fondamental, dont celui du Mackenzie nous donne peut-être l’idée la plus exactement approchée. Un facteur qui contribue, pour une très large part, à déterminer ces variations, c’est la nature variable des matériaux dont l’Eskimo dispose suivant les régions. Ainsi, dans certains points du détroit de Behring29, à la terre de Baffin30 au nord-ouest de la baie d’Hudson31, le bois flotté est rare ou manque totalement32. On emploie alors les côtes de baleine. Mais il en résulte un nouveau système d’habitation. La maison est petite, peu haute, à forme circulaire ou elliptique. Le mur est recouvert de peaux, recouvertes à leur tour de gazon ; et par-dessus les murs s’élève une sorte de dôme. C’est ce qu’on appelle le qarmang. Le qarmang a aussi son couloir.

Fig. 4. - Plan et élévation d’un iglou de neige simple, du N.-O. de. la baie d’Hudson (IL B.). Igdluling (couloir, et niche à chiens), Uadling (cuisine et dépotoir). Les petits segments tangents sont les caches à provision, etc.

Fig. 4. - Plan et élévation d’un iglou de neige simple, du N.-O. de. la baie d’Hudson (IL B.). Igdluling (couloir, et niche à chiens), Uadling (cuisine et dépotoir). Les petits segments tangents sont les caches à provision, etc.
  • 33 Il peut sembler que l’iglou de neige est une chose parfaitement primitive chez les Eskimos, car nou (...)
  • 34 BOAS, C. E., p. 539 sq., E.B.L., p. 95 sq., fig. 40, p. 97 ; HALL, Life with the Esquimaux, I, p. 2 (...)
  • 35 Voir PARRY, pp. 159, 160 et planche, pp. 358, 499, 500, excellent plan d’un iglou composé. Le meill (...)
  • 36 Voir les plans, BOAS, C.E., p. 546 sq., E.B.L., p. 96.
  • 37 Voir PARRY, p. 502.
  • 38 BESTE, The voyages of Martin Frobisher (récit), Hakluyt, éd. Collinson, 1er voyage, pp. 82, 84 ; 2e (...)
  • 39 COATS, in J. BARROW, The Geogr. of Hudsons’ Bay, Lond. Hakluyt, 1852, p. 35, 76 ; Henri ELLIS, A vo (...)
  • 40 Il est certain que les mers actuellement fermées ne l’étaient pas, il y a peu de siècles, et que ce (...)
  • 41 Voir textes cités plus haut p. 421, no 8. Cf. LYON, A Brief Narrative of unsuccessful attempt, etc. (...)
  • 42 Voir HALL, Life with the Esqui., I.

14Supposons maintenant que cette dernière ressource du constructeur eskimo, la côte de baleine, vienne, elle aussi, à manquer, et alors d’autres formes apparaîtront. Très souvent l’Eskimo recourra à une matière première qu’il sait merveilleusement utiliser et qu’il a toujours sous la main : c’est la neige33. De là l’iglou ou maison de neige telle qu’on la trouve à la terre de Baffin34 et sur la côte septentrionale de l’Amérique35. L’iglou présente d’ailleurs tous les caractères essentiels de la grande maison : il est, d’ordinaire, multiple, composite36 ; c’est-à-dire que deux ou trois iglous s’agglomèrent ensemble et viennent déboucher sur un même couloir ; il est toujours excavé en terre ; il est toujours muni d’un couloir dont le débou­ché est à demi souterrain ; enfin, il contient, au minimum, deux bancs de neige avec deux places de lampes37. Au reste, on peut établir historiquement que l’iglou est un succédané de la maison rectangulaire ou polygonale. En 1582, Frobisher, sur la Meta incognita, nous décrit des huttes de terre et de gazon38. Un peu plus tard, Coats trouve plus loin le même genre de hutte39. Or, à ce moment, le climat et les courants étaient différents de ceux qui se sont lentement établis entre le XVIe et le XIXe siècle40 ; il est donc très possible que le bois flotté déjà rare au XVIe siècle, se soit fait rare au point qu’on en réserve l’emploi aux outils, aux armes. Alors, on a construit, et de plus en plus, des qarmang. En 1829, Parry trouve encore des villages entiers composés de maisons en os de baleines41. Mais ces villages eux-mêmes ont dû devenir impossibles au fur et à mesure que les baleiniers européens ont dévasté les détroits et les baies de l’archipel arctique42.

  • 43 Sur les changements morphologiques subis par cette tribu, voir PREUSS, Die Ethnographische Veränder (...)
  • 44 Voir J. Ross, A voyage of Discovery... explor. Baffin’s Bay, Lond., 1819, I, p. 114 sq. ; KANE, Arc (...)
  • 45 On ne pratiquait plus que les chasses aux ours, oiseaux et rennes, et la chasse dangereuse au bord (...)
  • 46 Le mot d’oumiak avait parfaitement persisté, KANE, II, p. 124 sq.
  • 47 Sur ces petites maisons, voir surtout PEARY, Northward., I, p. 113 sq., avec les plans et coupes d’ (...)
  • 48 Voir surtout KANE, I, p. 124, II, face p. 113, hutte d’Itah ; le dessin est certainement fait de ch (...)

15Dans d’autres conditions, où bois et os de baleines manquaient également, c’est à la pierre qu’on a recouru. C’est ce qui s’est produit dans la tribu du détroit de Smith43. À l’arrivée des premiers Européens, cette tribu était dans un état lamentable44. L’extension considérable de la glace de terre et la persistance, pendant presque toute l’année, de la glace de dérive non seulement supprimaient toute arrivée de bois flotté, mais encore arrêtaient la baleine et rendaient impossible la chasse en eau libre aux morses, aux phocidés et aux delphinidés45. Faute de bois, l’arc disparut ainsi que le kayak, l’oumiak et la plupart des traîneaux. Les malheureux Eskimos se trouvaient ainsi réduits à ne garder que le souvenir de leur ancienne technique46. De là vint pour eux la nécessité de construire des maisons exclusivement faites de pierre et de gazon. Seulement avec la nature des matériaux, la forme de la maison se modifia. Comme de grandes maisons de pierres étaient trop difficiles à construire pour cette misérable peuplade, il fallut se contenter d’en faire de petites47. Mais le lien de parenté qui les unit au type de la grande maison reste encore évident malgré ces changements. Par ses traits essentiels, la petite maison ressemble encore à la grande maison grönlandaise dont elle n’est au fond qu’une miniature : on y retrouve l’entrée enterrée, la fenêtre à la même place, le banc surélevé à compartiments48. Enfin et surtout, elle est souvent habitée par plusieurs familles, ce qui, comme nous le verrons tout à l’heure, est un trait distinctif de la longue maison.

  • 49 Voir RYDER, Om den tidligere eskimoiske Bebyggelse af Scoresby Sund, 1895, Meddel. Grönl., XVII, p. (...)
  • 50 Voir BOAS, Ehemalige Verbreitung, etc., p. 128 et textes cités. Cf. GREELY, Three Years of Arctic S (...)
  • 51 Voir Catalogue des ruines in MARKHAM, Arctic Geogr., Papers, p. 115 sq.
  • 52 Au surplus, toutes ces ruines ultra-septentrionales sont évidemment les restes de populations prête (...)

16Cette petite maison de pierre n’est donc, pour nous, qu’une transformation de la grande maison du Grönland ou du Mackenzie. Pourtant certains archéologues ont soutenu que c’était elle, au contraire, qui constituait le fait primitif. Mais le seul fait sur lequel s’appuie cette hypo­thèse est le suivant : dans le Grönland du nord-ouest d’une part, à la terre de François-Joseph, au Scoresby Sound49, à l’archipel Parry50 de l’autre, on a trouvé des ruines d’anciens établissements d’hiver qui semblent bien avoir été des petites maisons de pierre, analogues à celles du détroit de Smith. Mais ce fait unique n’est nullement probant. En effet on trouve ailleurs un grand nombre de ruines de grandes maisons et dont le caractère est relativement uniforme51 ; ensuite, rien ne prouve que ces ruines soient vraiment les plus anciens vestiges de maisons d’hiver que nous possédions ; enfin, si la petite maison avait été le fait initial, on s’expliquerait bien difficilement la généralité et la permanence, sous des modalités diverses, du type de la grande maison52. Il faudrait admettre qu’à un moment donné, mais mai déter­miné, et pour des causes tout aussi indéterminées et bien malaisées à apercevoir, les Eskimos seraient passés dans l’hiver de la famille isolée à la famille agglomérée. On ne voit aucune raison assignable à cette transformation ; au contraire nous avons montré, à propos de la tribu du détroit de Smith, comment la transformation en sens inverse est facilement explicable.

17Le contenu de la maison. - Maintenant que nous connaissons l’aménagement de la maison, voyons quelle est la nature du groupe qui y habite.

  • 53 Presque tous les textes cités plus haut contiennent des renseignements sur cette question, évidente (...)
  • 54 Maximum atteint en Alaska, cf. PORTER, Eleventh Census, p. 164 ; Jacobsen nous décrit une maison de (...)
  • 55 Maximum atteint à Angmagssalik, où la maison se confond d’ailleurs avec l’établissement d’hiver, cf (...)
  • 56 CRANZ, III, I, § 4.
  • 57 Voir app. I, les villages de l’Alaska où le nombre de familles et celui des maisons coïncident sont (...)

18Tandis que la tente ne comprend qu’une famille, l’habitat d’hiver, sous toutes ses formes, en contient normalement plusieurs53 ; c’est ce dont on a pu déjà s’apercevoir au cours de la description précédente. Le nombre de familles qui cohabitent est, d’ailleurs, variable. Il s’élève jusqu’à six54, sept, neuf même dans les tribus grönlandaises orientales55 ; autrefois dix au Grönland occidental56, il s’abaisse jusqu’à deux dans les plus petites maisons de neige et dans les petites maisons de pierre du détroit de Smith. L’existence d’un minimum de familles par maison est même tellement caractéristique de l’établissement d’hiver eskimo que partout où on voit ce trait régresser, on peut être assuré qu’il y a, en même temps, un effacement de la civilisation eskimo. Ainsi, dans les recensements relatifs à l’Alaska, on peut, d’après le rapport du nombre des familles au nombre des maisons, dire si l’on se trouve en présence d’un village eskimo ou d’un village indien57.

  • 58 Voir les textes cités, p. 423, no 2, la description donnée, par Lyon d’une maison d’Igloulik qui re (...)
  • 59 Voir les textes de la p. 420, n., voir PETITOT, Monographie, p. XXVIII.
  • 60 Voir les planches dans RINK, T.T., pp. 74, 86, etc. Cf. pour le Labrador, Periodical Accounts, 1790
  • 61 Voir MURDOCH, p. 83, à Nunivak Island la maison comprend normalement quatre familles, PORTER, Repor (...)
  • 62 Ceci peut être réduit de plusieurs des descriptions indiquées, mais est formellement affirmé, et pr (...)

19À l’intérieur de la maison grönlandaise, chaque famille a son emplacement déterminé. Dans l’iglou de neige, chaque famille a son banc spécial58 ; elle a son compartiment dans la maison polygonale59 ; sa part de banc cloisonné dans les maisons du Grönland60, son côté dans la maison rectangulaire61. Il y a ainsi un rapport étroit entre l’aspect morphologique de la maison et la structure du groupe complexe qu’elle abrite. Toutefois, il est curieux de consta­ter que l’espace occupé par chaque famille peut n’être pas proportionnel au nombre de ses membres. Elles sont considérées comme autant d’unités, équivalentes les unes aux autres. Une famille restreinte à un individu occupe une place aussi grande qu’une descendance nombreuse avec ses ascendants62.

  • 63 Sur le kashim en général, voir RICHARDSON, Polar Regions, pp. 318, 319 ; Artic Searching Exped., I, (...)

20Le kashim. - Mais en dehors des habitations privées, il existe une autre construction d’hiver qui mérite d’attirer particulièrement notre attention, parce qu’il achève de mettre en relief les caractères particuliers de la vie que mènent les Eskimos pendant cette saison ; c’est le Kashim, mot européen abrégé d’un mot Eskimo qui signifie mon lieu d’assemblée63.

  • 64 Sur le Kashim en Alaska, voir surtout NELSON, p. 241 sq. ; les plus anciens textes en font une expr (...)
  • 65 Sur le kashim, à la pointe Warren, MIERTSCHING, Reisetagebuch, p. 121 cf. ARMSTRONG, A Personal Nar (...)
  • 66 BOAS, C.E., p. 601 sq. ; cf. HALL, Narra. Second Exped., éd. Nourse, p. 220. Les ruines de Parry, p (...)
  • 67 Lettre d’Okkak, 1791, in Periodical Accounts rel. t. t. Missions of the church of the United Brethr (...)
  • 68 RINK, in Geogr. Tidskr., VIII, p. 141. (Disco), cf. plus précis, conte dans THALBITZER, A Phonetica (...)
  • 69 Cf. RINK, T.T., p. 8, contes, pp. 273, 275, 276, cf. KLEINSCHMIDT, Grönlandske Ordbog, Copenhague, (...)

21Le kashim, il est vrai, n’existe plus aujourd’hui partout. Cependant, on le rencontre encore dans tout l’Alaska64 et dans toutes les tribus de la côte occidentale américaine, jusqu’à la pointe Atkinson65. Lors des dernières explorations dont nous avons le récit, il existait encore à la terre de Baffin et sur la côte nord-ouest de la baie d’Hudson ainsi que sur la côte méridionale du détroit d’Hudson66. D’autre part, les premières missions moraves au Labrador en signalent l’existence67. Au Grönland, bien qu’on n’en trouve pas trace ni dans les ruines (sauf un cas douteux)68 ni dans les anciens auteurs danois, le langage69, quelques contes nous en ont conservé le souvenir.

22On a donc de bonnes raisons pour penser qu’il entrait normalement dans la composition de toute station primitive eskimo.

  • 70 Voir ELLIOTT, Our Arct. Prov., pp. 385, 386 ; cf. JACOBSEN, Reise, p. 321.
  • 71 BOAS, C.E., pp. 601, 602. E.B.L. (Nugumiut) p. 141 ; HALL, Life with the Esqui., II, p. 320.
  • 72 Cf. JACOBSEN, Reise, p. 323.

23Le kashim est une maison d’hiver, mais agrandie. La parenté entre ces deux construc­tions est si étroite que les formes diverses que revêt le kashim suivant les régions sont parallèles à celle que revêt la maison. Les différences essentielles sont au nombre de deux. D’abord le kashim a un foyer central, alors que la maison n’en a pas (sauf dans l’extrême sud de l’Alaska où l’influence de la maison indienne se fait sentir). Ce foyer se retrouve non seule­ment là où il a une raison d’être pratique par suite de l’emploi du bois comme combustible70, mais aussi dans les kashims provisoires en neige de la terre de Baffin71. Ensui­te, le kashim est presque toujours sans compartiment et souvent sans banc, souvent avec sièges72. Même quand il est bâti en neige et que, par suite, il n’est pas possible de construire un grand dôme unique parce que cette matière première ne s’y prêterait pas, la façon dont les dômes sont accolés et les parois évasées donne finalement au kashim la forme d’une sorte de grande salle à piliers.

  • 73 Cf. plus bas, IV Effets : 1º Effet sur la vie religieuse.
  • 74 BOAS, E.B.L., p. 141. (Nugumiut) ; MURDOCH, p. 83.
  • 75 Schanz, in PORTER, p. 102 (semble être copié sur Glasunov) ; NELSON, p. 285, etc.
  • 76 NELSON, p. 287 ; JACOBSEN, Reise, p. 212, etc., ELLIOTT, loc. cit.

24Ces différences dans l’aménagement intérieur correspondent à des différences fonction­nelles. S’il ne s’y trouve ni division, ni compartiment, s’il a un foyer central, c’est que c’est la maison commune de la station tout entière73. Là, où nous sommes bien informés, il s’y tient des cérémonies qui réunissent toute la communauté74. À l’Alaska c’est plus spécialement la maison des hommes75 ; c’est là qu’adultes, mariés ou non mariés, couchent à part des fem­mes et des enfants. Dans les tribus du sud de l’Alaska, il sert de maison de sueur76 ; mais cette destination est, croyons-nous, de date relativement récente et d’origine indienne, voire peut-être russe.

  • 77 En dehors du kashim, de la tente et de la longue maison, il existe quelques autres constructions, m (...)

25Or le kashim est exclusivement une construction d’hiver. Voilà ce qui met bien en évidence le trait distinctif de la vie hibernale. Ce qui la caractérise, c’est l’extrême concentra­tion du groupe. Non seulement, à ce moment, on voit plusieurs familles se rapprocher dans une même maison et y cohabiter, mais encore toutes les familles d’une même station, ou tout au moins, toute la population masculine éprouve le besoin de se réunir dans un même local et d’y vivre une vie commune. Le kashim est né pour répondre à ce besoin77.

Haut de page

Notes

2 FROBISHER (1577), Second voyage (Beste), Hakluyt soc. ed, p. 283. Cf. Hakluyts’ Voyages, 1589, p. 628 ; James HALL, in Luke Foxe Fox North West Passage, 1635, p. 56 ; COATS, in The Geography of Hudson’s Bay, Being the remarks of Cpt.... ed. Barrow, Hakluyt, ed. 1852, pp. 35, 75, 89 et 90 ; EGEDE, Nye Perlustration, 1re éd. 1721, p. 27 ; Perlustration, p. 60 ; CRANZ, livre III, I, 4 ; Lars DALAGER, Grönlandske Relationer. Nous ne citons pas les autres auteurs anciens, tous ayant connu l’une des Sources que nous venons de citer. le livre de Cranz en particulier a été extrêmement populaire et utilisé par tous les voyageurs et ethnographes.

3 Sur la tente Eskimo en général, voir MURDOCH, p. 84.

4 Voir les dictionnaires ad verb., P. Egede, Dictionarium Groenlandico Latinum, p. 128 ; PARRY, p. 562 ; Erdmann, Eskimoisches Wörterbuch ; WELLS et KELLY, Engl. Esk. Dict., pp. 36, 43 ; voir Rink, Meddel., XI, suppl. p. 72 sq.

5 Cf. STEENSBY, Esk. Kult. Opr., p. 143, qui arrive aux mêmes conclusions que nous. Le cône est, suivant les cas, sectionné en avant, ou forme un cône parfait. La forme du cône parfait est celle de la civilisation Eskimo occidentale. Les anciennes relations groenlandaises nous représentent la tente comme munie d’une espèce de porte, voir les planches d’EGEDE, Perlus., p. 61 ; de CRANZ, I, pl. III ; GRAAH, Undersögelsesreise, pl. VI, fac. p. 73. Il y a probablement aussi une exagération de dessin qui transforme en porte le rideau de peaux, perpendiculaire il est vrai, qui ferme la, tente en avant.

6 COATS remarque, loc. cit., p. 35, la différente entre les modes d’habitat Eskimos et les tentes indiennes (Crees et Montagnais),, cf. HEARNE, Journey to the shores of the Arctic Sea, p. 180.

7 HOLM, Ethn. Sk., p. 71 sq. Voir pp. 10 et 11 ; GRAAH, Undersögelsesreise, p. 73.

8 HOLM, ibid., pp. 72, 74.

9 Voir les bonnes descriptions de Parry et Lyon, in PARRY p. 270 sq., pl. VII, le bâtis était déjà alors souvent fait d’os de narwhal ; à son premier voyage, au nord de la terre de Baffin, Parry avait vu un autre type de tentes, où les côtes de baleines avaient un emploi, probablement faute de bois, Journ. of a Voy. of Discov., 1819, p. 283.

10 BOAS, C.E., P. 552. Cf. CHAPPELL, Narra. of a Voy. to Hudsons’ Bay, Lond. 1817, p. 29. Pour les types de tente en Alaska, voir NELSON, p. 258 sq. Les ruines les plus septentrionales trouvées par les expéditions de Hall, BESSELS, Nordpol Expedition, p. 235, cf. MARKHAM, Whaling Cruize, p. 285, par GREELY, loc. cit., p. 47, no 2 ; par Markham et Nares, cf. MARKHAM, The Great Frozen Sea, 1877, p. 79, cf. p. 391 ; celles trouvées par SVERDRUP, Nyt Land, Il, p. 171, p. 121 sont toutes les cercles de pierres circulaires qui font supposer des tentes du type régulier. Une seule ruine, vue par Lyon, autrefois, au C. Montagne est inexplicable comme reste de tente, Parry, p. 62. Nous ne connaissons d’exception véritable à la règle technique que les maisons d’été des îles du détroit de Bering ; voir NELSON, pp. 255 et 256, mais les conditions de vie des Eskimos de ces îles presque complètement fixés, et habitant sur de véritables escarpements sont assez particulières et expliquent l’exception. Cependant l’existence de maisons d’été isolées semble fréquente en Alaska. Cf. NELSON, p. 260 sq. JACOBSEN (trad. WOLDT), Reise, P. 161, etc.

11 HOLM, p. 87 (Angmagssalik), RINK, T.T. p. 19. EGEDE, Perlus., p. 60 (Grönland Occidental) ; BOAS, C.E. p. 581 (Eskimos centraux) ; Klutschak et Schawtka d’une part, chez les Netchillik et Ukusiksalik ; Hall chez les Aiwillik (20 voyage) et chez les Nugumiut (1er voyage), Hanbury, entre la Back River et le Mackenzie, ont fait leurs explorations d’été avec des familles Eskimos vivant ainsi dans la tente ou, selon les temps, dans les iglous de neige. PETITOT, Monographie, p. XX ; MURDOCH, p. 80 sq. NELSON, loc. cit. ; on peut déduire des listes données plus haut, p. 57, que chaque famille a sa tente au Grönland oriental. Il nous semble impossible d’ailleurs que la tente comprenne plus qu’une ou deux familles, et nous croyons inexacte quelque point de vue l’affirmation de BACK, Narrative of a Boat Journey, p. 383, qui trouve 35 personnes en 3 tentes (Ukusiksalik).

12 Voir Lyon, in PARRY, p. 270, cf. p. 360.

13 GRAAH nous décrit pourtant une double tente à cloison, loc. cit., p. 93.

14 Le nom de la maison est iglu ; sur ce mot voir les dictionnaires cités pins haut, p. 415, no 1 et RINK, Meddel, suppl. XI, p. 72 sq. Les exceptions ne sont nullement probantes. S’il existe des noms différents, ou bien si le mot équivalent a des sens plus ou moins précis, cela provient de causes déterminées. Ainsi en Alaska l’autre mot désigne plutôt l’appartement, WELLS et KELLY, Engl. Esk. Dict., p. 44. Nous verrons pourquoi, dans les régions centrales, le mot d’iglu a été restreint à la maison de neige, la maison se restreignant elle-même à ce type.

15 Cf. pour tout ce qui va suivre le chapitre de M. STEENSBY, Esk. Kult. Opr., p. 182 sq. avec lequel nous nous accordons sur le point le plus important, à savoir le caractère primitif de la longue maison. Même l’effort fait par M. Steensby pour rattacher la maison d’hiver eskimo à la longue maison indienne (Mandan et Iroquois pris comme spécimens), si mal venu qu’il soit, démontre que, pour cet auteur comme pour nous, ces deux types de maisons sont homologues.

16 Dans la maison mandane, par exemple, manquent et le couloir, et le banc ; et pourtant M. Steensby veut la rapprocher de la maison eskimo ; de plus elle possède, comme toutes les maisons indiennes, un foyer central qui n’existe que dans les maisons eskimos du sud de l’Alaska. La maison d’hiver du nord-ouest américain comprend, elle, le banc et les cloisons (cf. NIBLACK, The Indians of the North West Coast, Rep. U.S. Nat. Mus., 1888, p. 95 sq., cf. les ouvrages cités plus bas, p. 126, n.), mais outre la présence du foyer central l’absence du couloir vient interdire tout rapprochement.

17 HOLM, Ethn, Sk., pp. 66, 67. Cf. pour le Grönland S. Oriental ancien, Grah, Undersögelsesreise, p. 32 et pl. II, excellente. Cf. NANSEN, Eskimoleben, p. 67, cf. Hanserâks Dagbog, éd. S. Rink, p. 43.

18 En effet, EGEDE mentionne expressément que c’est sous le banc, par conséquent sous un vide (et. les coupes de maison, Perlustration, pl. IX. face, p. 61 ; CRANZ, Pl. IV) que se mettent les couples lors des cas de licences sexuelles, Det gamle Grönlands Nye Perlustration, ire éd., 1721, p. 36. Cf. P. EGEDE, Dictionarium Groenlandico Lalinum, 1765, p. 100 (s. v. Malliserpok). Il est d’autre part très remarquable que la maison d’Angmagssalik corresponde si bien, surtout quant à la forme du toit avec la maison du Grönland occidental dont les vieux auteurs nous ont conservé la reproduction, et si mal avec celle que nous dépeignent les auteurs modernes et quelques auteurs anciens (DAVIS, in Hakluyts’ Voyages, etc., 1589, p. 788) pour cette même région (voir surtout les bois qui illustrent les collections de contes, S. RINK, T.T., passim, surtout pp. 105, 223, 191, consulter plutôt l’édition Danoise, Evenlyr og Sagn og Fortaellingen, 1, Il, Kbhvn., 1866-1875, l’édition eskimo, Kaladlit Assilialiait, fasc. I-IV, 1860, Godthaab, pl. no 3, no 4, est encore meilleure). La maison au mur droit, relativement dégagé de l’enveloppe de terre, et surtout an toit posé sur des poutres placées elles-mêmes sur le mur fait une impression très nette de maison européenne et a peutêtre été créée sous l’influence des anciens Norvégiens. Sur cette influence, cf. TYLOR, Old Scandinavian Culture among the Modern Eskimos, Journ. Anthro. Insti. Gr. Brit., XIII, 1883, p. 275 sq. (tous les rapprochements de M. Tylor ne nous paraissent d’ailleurs pas fondés).

19 Seulement, ici, le bord du banc se trouve planchéié, et ne laisse pas de vide, voir fig. 3 et 4.

20 Le banc est de nouveau posé à vide, cf. MURDOCH, fig. 11, NELSON, fig. 80 sq.

21 Cf. EGEDE, p. 63 ; CRANZ, encore plus précis en ce qui concerne la place de la lampe, livre Ill, chap. 1, § 4. Le cloisonnement du banc disparaît normalement là où apparaît le compartiment proprement dit, et en somme, est probablement restreint an Grönland. An Grönland Occidental la lampe Eskimo n’a disparu devant le poêle européen que chez les riches.

22 Cf. textes cités à la note précédente, et GRAAH. loc. cit., p. 35, Hanserâk’s Dagbog, éd. Signe Rink, p. 29, no 1.

23 (1) Sur la maison de la région du Mackenzie et de l’Anderson, voir surtout, PETITOT, Mon., p. XXI et planche, Grands Esquimaux, p. 41, 49, 50 (ce couloir serait fait chez les Kragmalivit (sic) de morceaux de glace, il y a une contradiction entre les dires et le dessin d’après croquis ( ?) de la p. 193). FRANKLIN, Narrative of a Second Expedition to the Shores, etc., p. 41, p. 121, pl. ; RICHARDSON, ibid. (pointe Atkinson), pp. 215, 216 (un plan et une section à la section manquent les deux poutres de soutènement du rectangle central) ; cf. des indications de MIERSTSCHING, Reisetagebuch., etc., p. 35, p. 37 ; HOOPER, Tents of the Tuski, p. 243 ; RICHARDSON, Arctic Search. Exped., 1, p. 30 ; Polar Regions, p. 300 sq. ; la description donnée par M. SCHULTZ, in The Innuits of Our Arctic Coast, in Trans. Roy. Soc. Canada, 1883, VII, p. 122 n’est nullement fondée sur une observation, ni sur les dires de MM. Bompas et Sainville, et n’est qu’une copie d’Egede et de Cranz.

24 Voir PETITOT, Grands Esquimaux, p. 41.

25 RICHARDSON, in FRANKLIN, p. 21 sq., le couloir d’après la planche 8 semble être assez court.

26 Sur la maison à la pointe Barrow, MURDOCH, p. 72 sq. ; SIMPSON, Western Eskimos, pp. 256, 258. Sur la maison au détroit de Bering, voir NELSON, p. 253 sq., fig. 80 sq.

27 Voir plan de maison du Cap Nome, NELSON, p. 254.

28 Voir NELSON, fig. 74. ELLIOT, Our Arctic Province, p. 378, p. 379, au sud, dans le district de Nushagak un foyer de bois, souvent utilisé, et central affecte la construction même et fait tendre la maison Eskimo vers le type de la maison Chilcotin. JACOBSEN, Reise (éd. Woldt) p. 321 : sur les divers types de maison à l’Alaska, voir PORTER, Rep. Alaska, p, 146 sq., et les figures, pp. 96, 106 ; les anciennes expéditions de BEECHEY, Voy. Pacif. II, 568, 569 et des Russes, Cf. WRANGELL, loc. cit., p. 143 sq. s’accordent et nous montrent que la répartition des types est toujours à peu près la même.

29 Sur les maisons en côtes de baleine au détroit de Behring, voir NELSON, p. 257 sq. ; PETROFF, Tenth Census, p. 38 sq. Cf. pour les Eskimos sibériens, NELSON, p. 263.

30 Sur ces maisons, voir surtout BOAS C.E. p. 548 sq. ; KUMLIEN, Contributions to N. Amer. Nat. Hist. p. 43 ; HALL, Life with the Esquimaux, I, p. 131, cf. ruines II, p. 289. Les figures 499 à 502 de Boas sont particulièrement intéressantes (fig. 500 d’après Kumlieu), en ce qu’elles expliquent les ruines trouvées par Parry, p. 105, et qui sont évidemment des traces de qarmang. Hall mentionne expressément que les Nugumiut n’ont renoncé à ce mode de constructions et fait des iglous de neige, que parce qu’ils ne possédaient plus de côtes de baleines. Voir aussi MARKHAM, Whaling Cruize in Baffin’s Bay, pp. 263, 264.

31 Sur les maisons de cette région, voir PARRY, p. 280, ruines sur le plateau d’Igloulik, p. 258, 358, 545, Lyon, Private Journal, p. 115. BOAS, E.B.L., p. 96.

32 Parry parle formellement de l’absence du bois flotté et des difficultés de construction qui s’ensuivent, pp. 390, 423. Boas mentionne aussi l’abandon de la hutte d’os pour l’iglou de neige. Cf. pour les ruines de l’île Bathurst, BOAS, Ehemalige Verbreitung, etc., 7eitschr. d. Ges. f. Erdk. Berl., XVIII, p. 128 ; John Ross, Narra. of a Second Voy. 1833, p. 389 (qui sont des maisons d’hiver). Des constructions en côtes de baleine sont mentionnées par la tradition au Grönland, voire constatées. CARSTENSEN, A Summer in the Arctic, p. 124.

33 Il peut sembler que l’iglou de neige est une chose parfaitement primitive chez les Eskimos, car nous savons que partout l’abri temporaire sous la neige a été usité, et le couteau à neige nécessaire fait partie du matériel préhistorique eskimo. Mais il y a iglou et iglou, et selon nous, l’iglou permanent de neige, la maison d’hiver est d’origine récente. L’iglou à couloir est inconnu partout sauf là où nous le signalons. Cf. la planche d’EGEDE, Perlustration, p. 71, Cf. la figure in RINK, T.T., p. 247. Il a été formellement dit à M. Rasmussen par les Eskimos du détroit de Smith que ce sont les immigrés de la terre de Baffin qui leur ont appris à confectionner l’iglou de neige proprement dit, Nye Mennesker, p. 31.

34 BOAS, C. E., p. 539 sq., E.B.L., p. 95 sq., fig. 40, p. 97 ; HALL, Life with the Esquimaux, I, p. 21 ; KUMLIEN, Contributions, 26, p. 40.

35 Voir PARRY, pp. 159, 160 et planche, pp. 358, 499, 500, excellent plan d’un iglou composé. Le meilleur plan a été donné par Augustus, de la tribu de Fort Churchill à FRANKLIN, Narrative of a Journey Io the shores of the Polar Sea, 1823, p. 287 ; v. aussi PECK, The Life of Rev. Peck, etc., pp. 47, 56, 55 et 94 avec photographie (Little Whale R.) ; TYRRELL, Across the Barren Grounds, etc., p. 136, 137, et. 179, avec plan, se rapporte au Labrador et à la région du fiord de Chesterfield ; HANBURY, Sport and Travel, p. 77 et 78, un plan (Bake lake) ; GILDER, Schwatkasr Search, etc., p. 256 ; SCHWATKA, Nimrod in the North, p. 18 : KLUTSCHAK, P. ’23, etc. ; John Ross, Narrative of a Second Voyage, etc. 1833, p. 230 (Netchillirmiut) ; HALL, Narrative of the Second Arctic Exped., éd. Nourse, p. 128. - L’iglou de neige serait, à en croire quelques auteurs peu sûrs la forme de la maison d’hiver au Labrador, MACLEAN, Twenty five years service, etc., II, pp. 145, 146. BALLANTYNE, Ungava Bay..., p. 28 sq. ; mais cf. TURNER, pp. 224 sq. : outre que l’iglou d’Ungava est sans couloir (TURNER, fig. 48), le fait doit être restreint aux Eskimos, plutôt dégénérés du détroit d’Hudson et de la baie d’Ungava, et il est certain que la maison du type grönlandais a précédé même là l’iglou de neige, voir MURDOCH, P. 228 ; pour une description de la vieille maison au Labrador, voir Moravians in Labrador, p. 17.

36 Voir les plans, BOAS, C.E., p. 546 sq., E.B.L., p. 96.

37 Voir PARRY, p. 502.

38 BESTE, The voyages of Martin Frobisher (récit), Hakluyt, éd. Collinson, 1er voyage, pp. 82, 84 ; 2e voyage, cap Warwick, pp. 137, 138, décrit un village de qarmang.

39 COATS, in J. BARROW, The Geogr. of Hudsons’ Bay, Lond. Hakluyt, 1852, p. 35, 76 ; Henri ELLIS, A voyage Io Hudsons Bay, etc. 1746, l747, Lond. 1758, p. 87. Cf. Ruines à la péninsule Melville, BELLOT, Journal d’un voyage aux mers polaires, p. 354.

40 Il est certain que les mers actuellement fermées ne l’étaient pas, il y a peu de siècles, et que ceci a dû provenir d’un déplacement des courants polaires. Sur ceux-ci voir Arctic Pilot (Amirauté anglaise), Sailing Directions, 1905, p. Il sq. Cf. RICHARDSON, Polar Regions, p. 210 sq.

41 Voir textes cités plus haut p. 421, no 8. Cf. LYON, A Brief Narrative of unsuccessful attempt, etc., 1825, p. 67.

42 Voir HALL, Life with the Esqui., I.

43 Sur les changements morphologiques subis par cette tribu, voir PREUSS, Die Ethnographische Veränderung der Eskimos des Smithsundes, etc. Ethnolog. Notizblatt, KgI. Mus. Völkerk. Berl., II, I, 1899, pp. 38-43.

44 Voir J. Ross, A voyage of Discovery... explor. Baffin’s Bay, Lond., 1819, I, p. 114 sq. ; KANE, Arctic Researches, 1853, etc., I, p. ’206, 416 sq ; HAYES, Boat Expedition, p. 224 ; le changement est déjà sensible en 1861, lors de la seconde expédition de Hayes, Open Polar Sea, N. Y., 1867, p. 245. D’ailleurs, Hans Hendrik, l’Eskimo Grönlandais s’était enfui chez eux, et c’est vers cette époque qu’a dû se produire la grande immigration dont M. Rasmussen nous transmet le récit, Nye Mennesker, p. 21 sq. et dont, nous ne savons comment, M. Peary semble ignorer l’importance et Haves, comme Hall et Bessels, semblent la cacher. Sur la situation actuelle, voir PEARY, Northward over the Great Tee, app. à I et I, p. XLIX. ASTRUP, With Peary Toward the Pole, p. 138 sq., et surtout le livre infiniment plus véridique de M. Rasmussen.

45 On ne pratiquait plus que les chasses aux ours, oiseaux et rennes, et la chasse dangereuse au bord de la glace.

46 Le mot d’oumiak avait parfaitement persisté, KANE, II, p. 124 sq.

47 Sur ces petites maisons, voir surtout PEARY, Northward., I, p. 113 sq., avec les plans et coupes d’Astrup, p. 108 (village de Keate, Northumberland Island), cf. sur la construction, 1, p. 91, 87, figure, cf. Mrs. J. D. PEARY, My Arctic Journal, etc., Lond., 1893 ; Children of the Arctic, Lond., 1903 (Etah, avec photographies), p. 67. Cf. RASMUSSEN, Nye Menn., p. 9 sq. L’iglou de neige remplace d’ailleurs en fait maintenant la maison de pierres.

48 Voir surtout KANE, I, p. 124, II, face p. 113, hutte d’Itah ; le dessin est certainement fait de chic. Cf. Ross, Voy., 1819, p. 130.

49 Voir RYDER, Om den tidligere eskimoiske Bebyggelse af Scoresby Sund, 1895, Meddel. Grönl., XVII, p. 290 sq. L’affirmation que cette maison n’avait qu’une place de lampe (p. 299), donc ne contenait qu’une famille, ne nous paraît pas justifiée. Cf. von DRYGALSKI, Deutsche Nordpol Expedition, I, p. 585.

50 Voir BOAS, Ehemalige Verbreitung, etc., p. 128 et textes cités. Cf. GREELY, Three Years of Arctic Service, 1875, p. 379 sq.

51 Voir Catalogue des ruines in MARKHAM, Arctic Geogr., Papers, p. 115 sq.

52 Au surplus, toutes ces ruines ultra-septentrionales sont évidemment les restes de populations prêtes à émigrer ou tout près de leur extinction. Or, dans la relation de Neu-Herrnhut, 1757, CRANZ (History of Greenland, Lond., Il, p. 258, n.) rapporte que lors d’une famine, à l’île de Kangek, 15 personnes, qui ne pouvaient plus allumer les lampes faute d’huile se réfugièrent dans une toute petite maison de pierres où ils se chauffaient plus aisément et par leur contact. Il est raisonnable de supposer que des causes de ce genre ont produit le même effet de rétraction, sinon de la famille d’hiver, du moins de son contenant.

53 Presque tous les textes cités plus haut contiennent des renseignements sur cette question, évidente pour toutes les longues maisons, ou les maisons composites. Il nous suffit d’indiquer que dans la seule petite maison actuellement habitée, celle du détroit de Smith, habitent et habitaient normalement au moins deux familles, voir HAYES, Boat Expedition, p. 64 KANE, Arche Explorations, II, pp. 114, 116 (contient des invraisemblances) HAYES, Open Polar Sea, pp. 262, 270 (une famille va s’installer en plus de trois autres chez Kalutunah à Ittiblik (Itiblu de Peary). L’introduction de l’iglou de neige a d’ailleurs changé la morphologie elle-même.

54 Maximum atteint en Alaska, cf. PORTER, Eleventh Census, p. 164 ; Jacobsen nous décrit une maison de riche Malemiut, voire de chef à Owirognak, où habitent environ sept groupes de parents (adoptifs et autres), WOLDT, Jacobsens’ Reise, p. 241.

55 Maximum atteint à Angmagssalik, où la maison se confond d’ailleurs avec l’établissement d’hiver, cf, HOLM, Ethn. Sk., p. 87 sq. Cf. tableau plus haut.

56 CRANZ, III, I, § 4.

57 Voir app. I, les villages de l’Alaska où le nombre de familles et celui des maisons coïncident sont indiens.

58 Voir les textes cités, p. 423, no 2, la description donnée, par Lyon d’une maison d’Igloulik qui représente deux familles sur un même banc d’iglou de neige doit être légèrement erronée.

59 Voir les textes de la p. 420, n., voir PETITOT, Monographie, p. XXVIII.

60 Voir les planches dans RINK, T.T., pp. 74, 86, etc. Cf. pour le Labrador, Periodical Accounts, 1790.

61 Voir MURDOCH, p. 83, à Nunivak Island la maison comprend normalement quatre familles, PORTER, Report Alaska, p. 126, de même dans le district de Nushagak, voir PORTER, p. 108. C’est probablement en partant de ce fait que M. Boas a cru pouvoir rattacher définitivement la maison d’hiver Eskimo à celle des Indiens du Nord-Ouest américain (Rep. NorthWestern Tribes of Canada, British Association Advancement Sciences, Bristol, 1887).

62 Ceci peut être réduit de plusieurs des descriptions indiquées, mais est formellement affirmé, et prouvé sur un plan, pour Angmagssalik, cf. HOLM, Ethn., Sk., pl. XXIII, cf. p. 66. Le no 7 aïeul veuf, occupe une place entière, mais n’a pas de lampe.

63 Sur le kashim en général, voir RICHARDSON, Polar Regions, pp. 318, 319 ; Artic Searching Exped., I, p. 365.

64 Sur le Kashim en Alaska, voir surtout NELSON, p. 241 sq. ; les plus anciens textes en font une expresse mention, voir Glasunov, in WRANGELL, Slatistische Ergebnisse, etc., pp. 149, 145, 151, 154 ; BEECHEY, Voyage to the Pacific, I, p. 267, etc., II, p. 569, cf. pp. 542,550 ; le tient. Zagoskin, in PETROFF, Report Alaska, p. 38 sq. ; SIMPSON, Western Eskimos, p. 259 (pointe Barrow). Les recensements de DALL, Alaska, p. 406, etc. ; ceux de PETROFF, p. 35 sq., ceux de PORTER, Rep. AI., p. 103 sq., abondent en renseignements, cf. ELLIOTT, Our Arctic Province, pp. 385, 386. Les villages prospères ont jusqu’à deux et trois kashims, voir NELSON, p. 242 sq., cf. p. 391. (Kushunuk, cap Vancouver, où il est expressément établi que les deux kashims sont en même temps Usités). PORTER, pp. 105, 107, 114, 115, etc. Il y a une légende d’une ville, à l’entrée du Yukon, aux cent kashims, dit JACOBSEN, Reise (éd. Woldt), pp. 179, 207, cf. NELSON, p. 242. Voir d’autres énumérations dans Jacobsen de villages à plusieurs kashims, pp. 225, 226, 228. Il est très difficile de savoir à quelle structure sociale correspondent ces deux kashims, et quelle est leur utilité. Peut-être sont-ils attachés à l’espèce d’organisation en clans que M. Nelson a signalés ? Le village de pointe Barrow qui avait trois kashims en 1851, n’en avait plus que deux en 1856, voir MURDOCH, p. 79 sq., cf. Woolfe in PORTER, p. 144 (nous ne comprenons pas que ces kashims aient été bâtis de glace en 1889).

65 Sur le kashim, à la pointe Warren, MIERTSCHING, Reisetagebuch, p. 121 cf. ARMSTRONG, A Personal Narrative of the discovery of the North West Passage, p. 159 ; PETITOT, Monographie, p. XXX ; Richardson (pointe Atkinson), in FRANKLIN, Narra. Second Exped., pp. 215, 216, description importante (cf. textes cités plus haut, etc. et Arctic Search. Exped., I, pp. 254, 255).

66 BOAS, C.E., p. 601 sq. ; cf. HALL, Narra. Second Exped., éd. Nourse, p. 220. Les ruines de Parry, p. 362 sq., sont évidemment celles d’anciens Kashims en côtes de baleines. Le souvenir des fêtes et pratiques s’était conservé. Beechey qui a fait partie de la première expédition de Parry rapproche Voy. to the Pacific, etc., II, p. 542, le kashim de pointe Hope et celui des Eskimos orientaux. Cf. (Gore Bay) LYON, Journal, p. 61. Cf. conte no 16, in BOAS, E.B.L. (Kashim de pierre).

67 Lettre d’Okkak, 1791, in Periodical Accounts rel. t. t. Missions of the church of the United Brethren, Lond., 1792, I, p. 86. « The Kivalek people built a snow house to game and dance in, and being reproved for it, their answer was « that it was so difficult to catch whales, they would have a katche-game to allure them. » Mais certaines femmes qui avaient dansé meurent subitement et on renverse le gaming house. Il est remarquable que le dictionnaire d’Erdmann (si du moins nous l’avons bien feuilleté) ne contienne pas de référence au mot Kache ( ?) qagche ( ?). Voir aussi TURNER, p. 178. Cf. TURNER, American Naturalist, 1887 (Ungava Bay).

68 RINK, in Geogr. Tidskr., VIII, p. 141. (Disco), cf. plus précis, conte dans THALBITZER, A Phonetical Study, etc., p. 275, cf. p. 297.

69 Cf. RINK, T.T., p. 8, contes, pp. 273, 275, 276, cf. KLEINSCHMIDT, Grönlandske Ordbog, Copenhague, 1871, p. 124 col., et 125 col. a. RINK, Esk. Tribes, p. 26, ibid., suppl., sect. 20, no 16 ; cf. ibid., sect. 29, no 11. Probablement des indications de CRANZ, entre autres History of Greenl. (Ed. angl.), II, p. 29, cf. p. 73 (Relat. de Neu Herrnhut, 1743, 1744), cf. pp. 365, 367, peuvent faire soupçonner l’existence de quelque chose du genre du kashim.

70 Voir ELLIOTT, Our Arct. Prov., pp. 385, 386 ; cf. JACOBSEN, Reise, p. 321.

71 BOAS, C.E., pp. 601, 602. E.B.L. (Nugumiut) p. 141 ; HALL, Life with the Esqui., II, p. 320.

72 Cf. JACOBSEN, Reise, p. 323.

73 Cf. plus bas, IV Effets : 1º Effet sur la vie religieuse.

74 BOAS, E.B.L., p. 141. (Nugumiut) ; MURDOCH, p. 83.

75 Schanz, in PORTER, p. 102 (semble être copié sur Glasunov) ; NELSON, p. 285, etc.

76 NELSON, p. 287 ; JACOBSEN, Reise, p. 212, etc., ELLIOTT, loc. cit.

77 En dehors du kashim, de la tente et de la longue maison, il existe quelques autres constructions, mais spéciales et temporaires, qui n’ont pas grand intérêt pour notre sujet et que nous nous bornons, par conséquent, à mentionner brièvement. Ce sont des maisons d’une forme intermédiaire entre la tente et l’iglou. Elles ne sont guère d’un emploi régulier que dans les régions centrales. A la terre de Baffin, au printemps, quand la voûte de la maison de neige se met à fondre, comme on ne peut encore vivre sous la tente, on construit des iglous dont les murs sont faits de neige, le dôme étant formé de peaux. (Cf. entre autres, PARRY, p. 358, de bonnes descriptions). inversement, à l’entrée de l’hiver, on recouvre quelquefois la tente de gazon, de ronces, de mousses, on revêt ensuite de peaux cette première couche et on installe à l’entrée une voûte de neige. Cette installation devient quelquefois définitive. BOAS, C.E., pp. 551, 553. Un peu partout il arrive qu’on recourt à ces constructions mixtes, notamment quand, au cours d’un déplacement, même d’été, une série, de mauvais jours obligent à construire, un abri. Kane nous décrit de ces installations mixtes en 1851, à Disco, Grinnell Expedition, p. 46. Nous nous contentons de signaler les petites maisons et tentes très généralement employées pour isoler la femme tabouée. Voir Surtout, MURDOCH, p. 86. Woolfe, in PORTER, p. 141 (pointe Barrow). C’est une réaction de la physiologie sociale sur la morphologie, et il y en a d’autres encore. Nous laissons de côté la question des maisons d’été en Alaska, un peu trop technique pour être discutée ici.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig1. - Coupe de la maison d’Angmagssalik (H. B.)
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1961/img-1.png
Fichier image/png, 4,9k
Titre Fig. 2. - Plan de la maison d’Angmagssalik (H. B.)
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1961/img-2.png
Fichier image/png, 16k
Titre Fig. 3. - Maison du Mackenzie
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1961/img-3.png
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4. - Plan et élévation d’un iglou de neige simple, du N.-O. de. la baie d’Hudson (IL B.). Igdluling (couloir, et niche à chiens), Uadling (cuisine et dépotoir). Les petits segments tangents sont les caches à provision, etc.
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1961/img-4.png
Fichier image/jpeg, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Mauss, « II. Morphologie saisonnière », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 187-202.

Référence électronique

Marcel Mauss, « II. Morphologie saisonnière », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1961 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1961

Haut de page

Auteur

Marcel Mauss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org