Navigation – Plan du site
Image

Rêver d’habiter autrement

p. 205-209

Texte intégral

1Marlène Ghorayeb

Groupe projet de Draguignan, animateur des journées portes ouvertes de l’habitat participatif 2015 (Photo François Rophé)

Groupe projet de Draguignan, animateur des journées portes ouvertes de l’habitat participatif 2015 (Photo François Rophé)

http://www.habitatparticipatif.net/​evenement/​cafe-citoyen-hp-83-provence-a-draguignan/​

Photo François Rophé

2Déjeuner dominical, ambiance familiale dans un cadre champêtre. En effet, cette photo pourrait susciter ces commentaires. Et pourtant, ce n’est absolument pas le cas, puisqu’il s’agit d’une réunion-débat sur le thème de l’habitat participatif. À l’instar des rencontres organisées périodiquement dans ce type d’habitat. Les opérations d’habitat participatif fleurissent un peu partout en France. La Maison du Val à Meudon, réalisée en 1980, rassemble une dizaine de familles. Un espace construit en forme de U de trois à six étages. À chacun son logement car ce sont les espaces communs et le jardin intérieur qui donnent tout son sens à ce lotissement. Ces espaces incarnent un projet de vie structuré autour du partage. Un atelier de peinture et de poterie, deux studios d’accueil destinés à des membres de passage d’une famille ou à l’hébergement d’aide à des mal-logés, un dîner mensuel rassemblant la communauté, voilà comment cette programmation traduit un mode d’habiter différent.

  • 1Le Village vertical : http://www.village-vertical.org

3Quelques bancs, quelques chaises autour d’un café pourraient recréer cette atmosphère « conviviale » qui semble tant faire défaut dans les urbanités contemporaines. Tous ensemble donc ? N’est-ce pas la concrétisation d’un rêve ? Cette nostalgie de la « maison bleue » adossée à la colline enfin retrouvée, ou de cet idéal du village avec toute la symbolique de la place perdue à jamais dans les méandres de la grande ville que l’espace commun de l’habitat participatif est censé reconquérir. La référence au village est clairement annoncée dans le Village vertical, une opération pilote, destinée à se reproduire ailleurs, qui se présente comme « un habitat social et écologique, initié et conçu par ses habitants, dont ils sont, collectivement, l’unique propriétaire, et qu’ils gèrent démocratiquement, sans spéculation ni but lucratif », à vocation écologique et expérimentale un « laboratoire d’écologie urbaine »1.

4La convivialité est d’emblée choisie comme l’idée du partage et de la mutualisation. Les voisins sont ceux qui, au départ, ont partagé plus qu’un projet, un idéal de vie. Chacun chez soi et d’accord pour vivre ensemble selon des principes préalablement convenus. L’intelligence collective est convoquée pour les étapes du projet. La construction est en fait l’aboutissement d’un processus à travers lequel les habitants deviennent les architectes de leurs desseins.

5Le projet d’habitat groupé repose sur un concept simple mais essentiel : habiter ensemble, c’est profiter de logements individuels adaptés à chacun tout en disposant d’espaces communs favorisant l’esprit collectif du groupe.

6Cet habitat alternatif séduit de plus en plus aussi bien en milieu urbain et rural. Les collectivités locales s’emparent de cette piste, comme une forme de réponse à la problématique de l’habitat réinventé (D’Erm, 2009). La Ville de Paris a lancé, en 2014, un appel à projets pour la réalisation de trois projets d’habitat participatif, dans les 19e et 20e arrondissements. Cette démarche était accompagnée d’une campagne de communication en direction des habitants afin de les inciter à participer à cet appel à projets.

7Quelles sont les motivations des acteurs, habitants ou institutionnels, de retrouver un « esprit de village », un idéal communautaire, de réduire des coûts de construction ? À quels registres attribuer cet engouement pour l’habitat participatif, autogéré, groupé, coopératif, qui, quelle que soit son appellation, ouvre inéluctablement une nouvelle approche. Une troisième voie qui sort la question de l’habitat de la simple sphère publique/privée et engage l’idée que les habitants expriment un projet de société à travers les modes d’habiter.

L’habitat au cœur des utopies

8Les formes architecturales et l’inscription urbaine que prennent ces projets trouvent différentes expressions. Un habitat dense urbain à plusieurs étages, ou une juxtaposition de maisons individuelles organisées autour d’espaces communs, l’architecture traduit un programme et les ambitions qui l’animent.

9Ces exemples montrent bien combien la question de l’habitat dépasse celle du logement. L’habitat participatif invite à habiter en dialogue avec l’environnement, y compris au sens large, à faire « corps » avec un milieu à travers le partage, l’échange avec les autres. Il engage à repenser les seuils entre la sphère intime de l’habitat et les extérieurs (Haumont et Morel, 2005). Il devient prétexte à questionner l’habitat autrement.

10L’habitat a depuis toujours été révélateur de l’organisation humaine, sociale et politique. Les utopistes ont d’ailleurs placé cette question au cœur de leurs écrits. Depuis Thomas Moore, en passant par le phalanstère de Charles Fourier, l’habitat et son organisation spatiale matérialisaient l’avènement d’une société idéale.

11À leur tour, les architectes et les urbanistes se sont directement saisis de la question, traduisant les utopies en projet spatialisé. Une corrélation s’établit définitivement entre l’organisation de l’espace et la réforme de la société. Cette idée naît des premières utopies, appropriée et défendue par les architectes du xxe siècle. Broadacre City imaginé par Frank Llyod Wright (1932) exprime l’idéal d’une société construite en harmonie avec la nature. Le mouvement des cités-jardins manifeste un ancrage théorique à travers l’œuvre de Ebenezer Howard, Cities of tomorrow (1898). L’idéologie du Mouvement moderne revendique sa capacité de transformer la société par ses théories sur l’habitat pour le plus grand nombre (Le Corbusier, 1957). Complètement fantasmagorique comme Walking city d’Archigram (Ron Herron et Brin Harvey, 1963) ou réalisée à l’instar de Brasilia, ces utopies ont donné à rêver l’habitat.

12Les ambitions de l’habitat alternatif revèlent-elles une réminiscence des utopies passées ? Ces nouvelles formes d’habitat, largement inspirées des modèles nord européens, s’inscrivent en France dans une histoire de la production alternative du logement et notamment celle de l’habitat autogéré des années 1970 et 1980, dont le principal acteur fut le Mouvement pour l’habitat groupé autogéré (MHGA), (Bonnin, 1983). Tandis que l’« habitat communautaire » de 1948 exprimait déjà une volonté d’un habitat de groupe, social, solidaire et collectif.

13La prise en charge par les habitants de son habiter et de ses modes de production est un thème qui a un demi-siècle d’histoire voire plus (Lefèvre, 2014). Depuis plusieurs décennies, la question de la participation des habitants se pose dans différents contextes. La question « Qui décide quoi et à l’intention de qui ? », figurait dans l’introduction du fameux livre de John Turner, Le logement est notre affaire. Housing By People: Towards Autonomy in Building Environnements, publié au milieu des années 1970. La participation des habitants était présentée comme étant la condition « d’un environnement stimulant pour le bien-être individuel et social » et se posait en termes de processus puisqu’il était question d’impliquer les habitants à la conception, à la construction et à l’administration de l’habitat. Les années 1960 et 1970 avaient vu éclore des initiatives, notamment autour du MHGA, dont les valeurs affichées et les modes de faire se rapprochent de certains projets actuels (Bonnin et Reynaud, 1982).

14Penser l’habitat avec l’habitant, l’entendre comme un principe d’élaboration du projet, cette démarche d’architectes a longtemps été considérée comme marginale, attribuée à des utopistes et/ou à des militants. Lucien Kroll, chargé de construire 125 logements dans la ville nouvelle de Cergy-Pontoise au milieu des années 1970, refuse d’établir des plans sans dialogue préalable avec les habitants : « pas d’habitants, pas de plans ». Les dernières évolutions ont donné raison à ceux qui avaient placé la participation au cœur du processus de conception (Kroll, 2012 ; Bouchain, 2013). Ce regain d’intérêt s’inscrit dans un cadre plus large qui tente de donner la parole aux habitants communément appelés la « société civile ».

Un changement de paradigmes

15Les désirs d’habiter autrement se manifestent ainsi très clairement à travers la diffusion des initiatives d’habitat groupé. Depuis les années 2000, en France et en Europe, dans un contexte où l’accès au logement devient de plus en plus complexe pour les populations modestes comme pour les classes moyennes, les projets qui proposent de nouveaux modes de production et de gestion de l’habitat se multiplient. La recrudescence de ces projets et l’implication de certaines collectivités locales reflètent l’intérêt actuel pour un habitat alternatif. Bien que les objectifs poursuivis et les profils socio-économiques des populations concernées diffèrent largement d’une opération à l’autre, néanmoins, elles innovent et réinventent d’autres modalités d’intervention que celles de l’habitat traditionnel. Une alternative à la maison individuelle et aux logements collectifs, capable de proposer des réponses écologiques aux questions environnementales.

16Ces pratiques innovantes bouleversent des paradigmes dans plusieurs registres. Elles définissent de nouvelles frontières entre la sphère privée et publique. En effet, la mise en avant d’un espace commun, qu’il s’agisse du restaurant au dernier étage d’un immeuble ou d’un jardin, dans tous les cas ouvert sur le quartier et en partage, suppose de requalifier le statut de cet espace. Une programmation qui va au-delà du logement et oblige à de nouvelles typologies architecturales et urbaines. Les expériences alternatives d’habitat questionnent les politiques du logement, les modes de vie et la qualité environnementale de l’habitat.

17Cette troisième voie dépasse les polarités entre secteur public et marché privé en refusant de considérer l’habitat comme un bien marchand (Maury, 2011). Les habitants deviennent acteurs à part entière de leur habitat, aucune tâche de conception et gestion n’est reléguée. Le groupe formé sur la base d’une entente initiale intervient en amont depuis le portage. Le projet d’architecture n’est plus un préalable, il résulte du mode de vie choisi, et non l’inverse. L’architecte dans ce contexte constitue un lien, aussi bien humain entre les futurs voisins, qu’institutionnel entre le groupe et les différentes institutions. Ce qui nécessite donc un réel engagement de la part des architectes accompagnateurs ayant pour mission de traduire le dessein en programme et de formaliser le projet. La contribution démarre depuis la formation du groupe porteur du projet jusqu’à la construction. Cela suppose une capacité de s’adapter en permanence à l’évolution, de conduire avec le groupe la viabilité du projet en accompagnant l’ensemble du processus d’élaboration dans le temps.

18Les projets d’habitat participatif fondent leur démarche sur les valeurs de solidarité et de durabilité absentes dans l’habitat conventionnel. La conception de l’habitat en amont prévoit des pratiques écologiques au quotidien. Une mixité intergénérationnelle est souhaitée à l’encontre d’un cloisonnement catégoriel. Une volonté d’insertion dans l’environnement par des activités ouvertes aux riverains et la mise à disposition d’espaces communs.

19Une autre conception de l’habiter est par conséquent convoquée qui appelle à une sociabilité à travers l’habitat, chacun chez soi et tous ensemble, avec une dimension environnementale. Plus qu’une nouvelle typologie architecturale ou urbaine, ce type d’habitat invente assurément de nouvelles urbanités.

Haut de page

Bibliographie

Bonnin P., Reynaud P. (1982), Autogestions : les utopistes du M2, mouvements et expériences de l’habitat autogéré, Toulouse, Privat.

Bonnin P. (1983) (dir.), Habitats autogérés MHGA, Paris, Alternatives Syros (AnArchitecture).

Bouchain P. (dir.) (2013), Simone et Lucien Kroll, une architecture habitée, Paris, Actes Sud.

D’Erm P. (2009), Vivre ensemble autrement en écovillages, écoquartiers, habitat groupé, Paris, Ulmer.

Haumont B, Morel A. (dir.) (2005), La société des voisins. Partager un habitat collectif, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Howard E., Garden (1998) Cities of tomorrow (1898), 1re éd. 1902, éd. fr., Paris, Sens & Tonka.

Kroll L. (2012), Tout est paysage, Paris, Sens & Tonka.

Le Corbusier (1957), La Charte d’Athènes, Paris, Seuil (Points essais).

Lefèvre P. (2014), L’habitat participatif. 40 ans d’habitat participatif en France, Rennes, Apogée.

Maury Y. (dir.) (2011), Les coopératives d’habitants. Méthodes, pratiques et formes d’un autre habitat populaire, Bruxelles, Bruylant.

Turner J. C. (1979), Le logement est notre affaire. Housing By People: Towards Autonomy in Building Environnements, Paris, Seuil.

Wright F. L. (2013), Broadacre City, 1934-1935, CH-Gollion, Infolio.

Haut de page

Notes

1Le Village vertical : http://www.village-vertical.org

Haut de page

Table des illustrations

Titre Groupe projet de Draguignan, animateur des journées portes ouvertes de l’habitat participatif 2015 (Photo François Rophé)
Légende http://www.habitatparticipatif.net/​evenement/​cafe-citoyen-hp-83-provence-a-draguignan/​
Crédits Photo François Rophé
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/1962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Rêver d’habiter autrement », Socio-anthropologie, 32 | 2015, 205-209.

Référence électronique

« Rêver d’habiter autrement », Socio-anthropologie [En ligne], 32 | 2015, mis en ligne le 02 novembre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/1962 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.1962

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org