Navigation – Plan du site

Commémorer la libération de Saint-Denis

Stephan Anfrie

Texte intégral

1C’est à Saint-Denis, la ville la plus peuplée de la banlieue nord de Paris, que notre travail de terrain nous a conduit alors qu’il s’agissait d’étudier la politique locale au quotidien, dans l’hypothèse minimale d’un « post-communisme » municipal1. Notre souci n’était pas tant d’analyser la gestion municipale dans ses aspects économico-politiques2 mais de comprendre comment se construit et quels sont les acteurs de la construction du discours sur la ville qui est, l’étymologie permettra le raccourci, un discours éminemment politique (Lussault, 1994). Ce discours sur la ville, voire sur l’administration gestionnaire de la ville, révèle les lignes de fracture politique que l’on croyait pourtant enfouies sous les décombres du communisme local et ce particulièrement à Saint-Denis, où la fronde déjà ancienne de ses deux derniers maires3 contre l’appareil du Parti Communiste, montrait, à priori, l’image d’un monde politique local pratiquant « l’ouverture » et des militants enfin réunis dans la transcendance des appartenances partisanes. La commémoration de la Libération, dans son organisation même, par les gestes, les hommes, les lieux visités, si elle instruit sur les fondements d’une incontestable et ancienne dynamique locale, dit tout autant sur la façon dont l’événement est réinvesti au présent dans le jeu politique dionysien, traversé par des oppositions qui ne s’analysent pas en termes de majorité/minorité municipales.

La Résistance, un enjeu politique

2On peut considérer que la libération de Saint-Denis court du 9  au 28 août 1944, c’est-à-dire de la formation du Comité Local de Libération (CLL), dirigé par Fernand Vanhollebecke, un chrétien-démocrate du Front National4, à l’élection de la délégation municipale provisoire. Ce 28 août 1944, devant la « foule rassemblée place Victor-Hugo, Auguste Gillot devient maire provisoire de Saint-Denis par acclamation5 » (Bourderon, 1997). Les trois semaines que dure le processus de libération sont émaillées de combats de rue, de prise de contrôle de la mairie par le CLL, de contre-attaque de l’armée allemande, de prise d’otages pour assurer le repli, pour finir le 26 août6 vers 18 heures avec l’arrivée d’une compagnie de chars de la 2e DB (division blindée) du Général Leclerc, conduite par Henri Bulliard, commandant FFI (Forces françaises de l’intérieur) de la région de Saint-Denis7. Il livre bataille dans la zone connue sous le nom de Barrage et qui, depuis lors, a été rebaptisée place du Général Leclerc. Dans la nuit du 26 au 27, l’armée allemande cèdera après son ultime acte de guerre contre la population dionysienne en bombardant la ville. La date du 26 août a été retenue pour rappeler que Saint-Denis a rejoint le « rang des villes libres, libérée par ses FFI8 » en l’été 1944. Mais l’heure de la libération dionysienne n’est pas seulement un moment de fête ou d’unité populaire : c’est aussi l’heure des bilans, qui recense à la fois le martyrologe dionysien et les conséquences d’une décennie de gestion doriotiste9 de la ville. En résonance à ce bilan, dans la « période de renaissance » (Bourderon, 1997) de la « ville rouge » (1944-1970), la vie politique locale va être très largement marquée par un double référentiel sémantique qui emprunte parfois au corpus politique national : d’une part, l’exaltation de la résistance et du PCF « le parti des 75.000 fusillés », d’autre part, la forclusion de tout ce qui a rapport, de près ou de loin, aux élus du PPF (Parti populaire français) et, plus généralement, à la politique de collaboration.

3Dès octobre 1944, la chasse aux militants du PPF s’organise : arrestations, révocation des fonctionnaires municipaux les plus impliqués dans la politique doriotiste. Mais la traque ne s’achève pas avec l’épuration. Le fonds Auguste Gillot des archives municipales montre que l’on sait repérer les « filiations » doriotistes des « ennemis politiques » lors des campagnes municipales successives10.

4Les listes communistes des candidats aux élections municipales de 1945 à 1959 mettent toujours en avant les faits de résistance ou les préjudices liés à la guerre. A titre d’exemple, le nom d’Auguste Persancier, personnage clé de la reconstruction de la ville rouge après-guerre11, est accompagné sur la liste pour les élections municipales d’octobre 1947 de la mention suivante : gazier, 40 ans, capitaine FTPF (Francs-tireurs et partisans de France), maire-adjoint sortant. Pour les élections d’avril 1953, on peut lire : 46 ans, gazier, maire-adjoint sortant, militant actif de la Résistance, médaille de sauvetage, président de Saint-Denis-Union-Sport (SDUS). La même mention est reproduite pour les élections de 1959 augmentée de l’indication du quartier de résidence du candidat (et l’âge actualisé de ce dernier)12. Plus généralement, si on examine les observations attribuées aux autres candidats, on peut dire que pour être candidat du PCF à la mairie, s’il faut être ouvrier (et particulièrement gazier, électricien, cheminot ou ouvrier professionnel), il faut de plus avoir été résistant (et/ou déporté du travail, déporté politique, prisonnier évadé, militant clandestin). Pendant près de vingt ans, à Saint-Denis, mais vraisemblablement dans la majorité des municipalités communistes, l’engagement résistant est assurément une plus-value politique qui permet au candidat l’affiliation à un espace d’éligibilité (Abélès, 1989). Si la « biographie » du candidat n’indique pas son activité pendant l’Occupation, notamment pour les plus jeunes, il sera alors syndicaliste, militant associatif ou membre de l’association des Bretons ou bien encore, pour les femmes, militantes de l’UFF (Union des femmes françaises).

5C’est en 1965 que disparaît la référence au passé des candidats. Seule la tête de liste, en la personne d’Auguste Gillot, fait usage de son titre de « Membre du Conseil national de la Résistance ». Auguste Persancier est alors simplement « gazier, maire-adjoint sortant » et on apprend qu’il habite le « quartier de la gare-Théâtre ». De même, aux élections de mars 1971, alors que le personnel politique s’est profondément renouvelé, la tête de liste (Auguste Gillot) précise encore qu’il est « membre du Conseil National de la Résistance »13 tandis que rien n’indique l’engagement résistant de Fernand Grenier14, le deuxième sur la liste. C’est donc aux élections de 1965, alors que le PCF s’engage aux côtés de la SFIO pour faire liste commune15, que le « capital résistant » cesse d’être pour la gauche une source de légitimation politique et, sans doute, de sélection des candidats. Dès lors, on peut comprendre que la Résistance ne sera plus une valeur autour de laquelle on peut s’unir ou se diviser. C’est un bien politique commun qu’aussi bien la droite que le PCF sont à même de se disputer16. Car, il ne faut pas manquer de le préciser, ce que nous avons décrit pour les listes du PCF peut l’être aussi des listes de droite et de centre17.

6Les candidats de droite savent aussi utiliser la Résistance comme un capital politique, et la dispute avec le pôle « ennemi » se déplace parfois sur la place publique. L’exemple sans doute le plus éloquent de cette concurrence publique autour du bien commun, nous le prendrons dans la période des élections municipales de 1959. C’est en effet cette année-là qu’une des deux listes de droite, en l’occurrence l’Union nationale pour la défense des intérêts municipaux18, fait placarder une affiche19 à l’adresse des « Dionysiens et Dionysiennes » où on peut lire ce leitmotiv : « Si Gabriel Péri vivait… », accompagné de commentaires comme : « Il dirait son mépris à tous les Grenier, à tous les Gillot qui, en 1939, ont trahi leur patrie en approuvant le pacte Germano-Soviétique, ce pacte que Khrouchtchev condamne aujourd’hui » ou encore, « Il serait aujourd’hui à côté des nationaux qui luttent contre le fascisme rouge, fossoyeur des libertés. » Ce qui semble le plus frappant dans ce message c’est que le nom de Gabriel Péri est utilisé certes à des fins mémorielles mais dans une tentative d’actualisation des données du bien commun. Il s’agit, dans cette prosopopée, d’inviter Gabriel Péri à témoigner que ses « véritables héritiers » résistants ne sont pas ceux « qui exploitent aujourd’hui sa dépouille » mais bien ceux qui s’opposent à Gillot. Faire acte de résistance ici et maintenant, faire en sorte que « le fascisme rouge ne passe pas » c’est, en somme, voter pour la liste de l’Union nationale, celle que choisirait Gabriel Péri s’il vivait. La Résistance est un enjeu de mémoire dans le sens où elle est avant tout un enjeu politique au présent, vivant, une réintégration active du passé dans le contemporain qu’on peut se quereller et dont l’avenir dépend.

7La donne, comme nous l’indiquions plus haut, va évoluer à partir du milieu des années 60 puisque la dernière liste à faire ouvertement état de ses « états de service » résistants sera celle de Destrée en 196520. Du côté de la majorité municipale, il n’en sera plus jamais fait mention. Assez paradoxalement, c’est pourtant dans ces années-là que la municipalité entreprend de mettre à jour la mémoire résistante locale en baptisant, entre 1963 et 1965, un certain nombre de rues du nom de résistants dionysiens (Douzenel, 1999) : les rues Camille Simonet, Léon Carémé, Louis Larivière, Marcel Croxo ou Roland Vachette (la liste n’est pas exhaustive). Les autres rues baptisées du nom de résistants l’ont quasiment toutes été entre 1944 et 1950, mais il s’agissait alors de noms du patrimoine national que l’on retrouve dans toute la banlieue rouge, voire dans Paris intra muros : Gabriel Péri, Guy Moquet, Danielle Casanova, Colonel Fabien, Jean Moulin, pour ne citer que les plus connus. C’est aussi en 1965 que l’imposante fresque de Jean Amblard sera inaugurée au lieu-dit du Barrage, en façade du dépôt de la RATP, rappelant que Saint-Denis a été libérée par ses FFI21. Cette œuvre inscrit dans la pierre le nombre de Dionysiens morts au combat, en déportation ou fusillés. En fait, tout se passe comme si la dépréciation de la Résistance comme enjeu politique au présent s’accompagnait d’un accroissement de son aspect mémorial. Ainsi, sommes-nous en droit de penser que c’est autour de l’année 1965 qu’est observable la transition d’une temporalité remémorative à une temporalité commémorative de la Résistance, cette dernière impliquant une vision consensuelle du rapport à l’événement. Est-ce à dire que la commémoration ne puisse pas être expressive de lignes de fracture politique ? A Saint-Denis, au moins, commémoration n’est pas consensus.

La commémoration, mettre en scène les enjeux politiques

8Le rituel de commémoration, qui a pour but « d’intégrer davantage la communauté par un lien mémoriel transcendant les intérêts et les conflits » (Rivière, 2000), ne semble pas a priori le moment privilégié où s’expriment les antagonismes politiques. Pour ce que nous pouvons nous rappeler des commémorations auxquelles chacun a un jour assisté, qu’elles honorent l’armistice de 1918, la capitulation de l’Allemagne ou les faits de résistance, le schéma du rituel semble obéir à des « figures imposées » (Abélès, 1997) que Claude Lévi-Strauss formalise en deux mots : morcellement et répétition (Lévi-Strauss, 1971). Le sentiment de « déjà vu » qu’on éprouve quand on assiste à une commémoration, la connaissance parfaite des différents « morceaux » qui se jouent successivement dans le rituel, outre qu’ils peuvent engendrer la lassitude si on est un fidèle de ces cérémonies, amènent assez facilement à conclure qu’il ne s’y passe jamais rien, à tout le moins, rien qui soit mémorable. Ceux qui, de par leur fonction politique ou administrative, sont tenus d’assister aux cérémonies – appelons-les les officiels – partagent parfois cette idée que la commémoration est un temps « plat », sans autre valeur que mémorielle.

9Le secrétaire de la section socialiste de Saint-Denis, lors de la commémoration du 55e anniversaire de la libération de Saint-Denis, le dimanche 5 septembre 199922, bien qu’informé de notre sujet de recherche, nous dit sa surprise de nous voir assister à cette cérémonie, pensant qu’il ne s’y donnerait rien qui pourrait retenir l’attention d’un « chercheur sur la politique locale ». Sa conviction donne sans doute la mesure de la nécessité, pour lui, d’assister au cérémoniel, orchestration répétitive dont il connaissait parfaitement la partition, les musiciens, voire le public. Pour le reste, à savoir la connaissance de l’événement commémoré, il n’y avait nul besoin d’être présent ce jour-là puisque les livres avaient « tout dit » à ce sujet23. L’idée que le rituel de commémoration puisse être une « mise en représentation du politique » (Abélès, 1997) semble peu admise par les acteurs du rituel, tant paraît lourd le poids du consensus. C’est pourtant bien lors de ce rituel local que nous avons pu observer qui étaient les acteurs du consensus et surtout sur quoi le consensus était établi, lequel rappelle combien la Résistance est toujours un enjeu politique local.

10Un retour plus précis sur le déroulement de la commémoration s’impose. Le rendez-vous était fixé à 11h00, et la presse locale, le Journal de Saint-Denis, hebdomadaire très largement distribué à Saint-Denis, s’en était fait l’écho. Un autocar de la ville arrive avec un quart d’heure de retard (retard dû aux traditionnels problèmes de circulation du dimanche, jour de marché) devant la mairie. Les élus, les portes-drapeaux prennent place dans le véhicule accompagnés de quelques habitants, visiblement habitués à la chose. Une petite escorte policière ouvre la route de l’autocar, qui peine à circuler dans les rues de Saint-Denis. La direction prise est celle de la place du Général Leclerc. Là s’effectue un premier dépôt de gerbe, suivi d’un moment solennel mettant en scène les portes-drapeaux et les policiers de l’escorte au garde-à-vous, suivi de la minute de silence. Le dépôt de la gerbe se fait au pied d’une plaque située sous la fresque de Jean Amblard qui, outre les noms des FFI de Saint-Denis tombés au champ d’honneur entre le 19 août et le 26 août 1944, laisse apparaître deux phrases : « ceux qui pieusement sont morts pour la patrie ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie » et « Gloire à ceux qui surent mourir pour que vivent Saint-Denis et la France ». Des noms inclus dans le martyrologe, on ne sait rien, si ce n’est que l’un d’entre eux était pompier de Paris et un autre, lieutenant de pompiers. Il n’est pas fait mention de leur appartenance politique. Ce sont des grands hommes locaux qui ont fait Saint-Denis et la France, comme nous le suggère la formule « ceux qui pieusement… » que l’on peut retrouver au Panthéon.

11Après ces instants de recueillement, les participants remontent à bord de l’autocar qui les conduira au commissariat de police où l’on réitère les même gestes, les mêmes paroles devant une autre plaque. Le cortège terminera son parcours devant le monument aux morts, situé place de la Résistance. Là, d’autres élus, ceints de leur écharpe tricolore, d’autres habitants, d’autres policiers, quelques militaires attendent patiemment près de la fanfare muette. Tout le monde se répartit rapidement selon une configuration spatiale adoptée pour toutes les commémorations. Une tribune démontable accueillera les différents orateurs. Madame Gillot, veuve de l’ancien maire est présente dans la division du square réservée aux officiels, à côté de sa fille, élue municipale et conseillère générale d’un des deux cantons. A elle seule, elle est la mémoire vivante de la Résistance, mais il y a d’autres « anciens », dont un résistant du SOE (Special Operation Executive). De chaque côté du monument se répartissent d’une part la fanfare, d’autre part les corps constitués et les « anonymes » qui sont, pour la plupart, des militants politiques, syndicaux, des membres d’associations ou des filles ou fils de militants.

12Le square est entouré de quelques participants, badauds, militants ou « vrais » anonymes. Après quelques minutes d’attente, la voiture du sous-préfet se gare sur la petite place. En l’absence du maire, il est accueilli par son premier adjoint. Un échange de salutations, plus ou moins strictes selon le rang et le corps d’appartenance, ponctuent la marche du représentant de l’Etat vers la tribune officielle. Un employé municipal, qui semble connaître parfaitement sa mission, donne le rythme au déroulement de la cérémonie. Se succèdent alors, avec une précision mathématique, les discours (celui du sous-préfet puis du représentant des associations d’anciens combattants), les dépôts de gerbes (municipalité, anciens combattants, sous-préfet), la ranimation de la flamme du souvenir (dans une crypte sous le monument aux morts), la minute de silence, le tout ponctué par des ouvertures et des fermetures de ban et quelques notes de fanfare. Le départ du sous-préfet semble marquer la fin de la cérémonie. Dans son sillon s’éclipsent les corps constitués.

13Pourtant, mis à part les fonctionnaires et les militaires, tout le monde reste, comme si la cérémonie n’était pas achevée. Et, aussi étrange que cela puisse paraître, l’employé municipal va alors donner le coup d’envoi d’une véritable deuxième cérémonie qui s’ouvre avec l’allocution de Madame Zémor, élue écologiste de Saint-Denis. Si l’on excepte la ranimation de la flamme du souvenir, la cérémonie secondaire répète, dans sa forme générale, la première avec, notamment, un second dépôt de gerbe à l’autre extrémité du monument, aux antipodes du premier dépôt. Les gerbes de fleurs sont cette fois-ci plus « politiques » : sections socialiste, com­muniste, Mouvement des citoyens, municipalité (une deuxième gerbe !). Hasard ou nécessité, le rouge est la couleur dominante de ce deuxième dépôt dans lequel domine, par son ampleur, le faisceau fleuri du PS. Après quelques notes de la formation musicale, la tribune est démontée, on roule les écharpes tricolores et les assistants s’égaillent. Parmi eux, certains iront participer aux liba­tions offertes à la mairie, salle de la Résistance, en l’absence du sous-préfet. Toutefois, un dernier petit attroupement autour du monument aux morts attirera notre attention. Il y a là quelques militants socialistes en pleine discussion avec Madame Zémor, auteur, au nom de la municipalité, du discours de la deuxième phase de la cérémonie. Un élu socialiste, deuxième adjoint au maire, la prend à partie, critiquant la teneur de son discours et clôt son admonestation en la qualifiant de « crypto-communiste ». La discus­sion se poursuivra au cours de la réception à la mairie.

14Le déroulement de ce rituel montre combien les conflits politiques, sur des questions que nous pensions sans enjeu contemporain, sont encore vivaces, et que le consensus qui s’y est instauré n’est pas celui que nous pouvons observer dans d’autres lieux.

15Il y a tout d’abord ces deux cérémonies, que l’on peut voir se reproduire au cours d’autres commémorations (8 mai, 11 no­vem­bre). Alors que nous l’interrogions pour savoir ce qu’il en serait des cérémonies du 11 novembre 2000, un élu communiste confie que les négociations avec le cabinet du sous-préfet ont abouti cette année à un gentleman’s agreement qui en modifiera l’ordre : la phase officielle succèdera à la phase politique. Le sous-préfet pourra alors assister aux libations à la mairie en présence des représentants de la municipalité et des officiers de police. Mais, en aucun cas, il n’est question de céder sur la phase politique, parce qu’« à Saint-Denis, la politique est une affaire sérieuse ». En fait, là où, partout en France, le discours de l’Etat, dans sa bienveillante neutralité, fusionne avec le discours des élus24, à Saint-Denis tout porte à croire que la voix municipale est trop « politisée » pour qu’elle puisse être entendue par le représentant de l’Etat. L’organisation de la cérémonie permet ainsi au sous-préfet d’échapper à une remémoration, excessivement politique, de l’événement qu’il est venu commémorer.

16Le consensus que suppose le rituel commémoratif ne s’est pas établi entre « celui qui croyait au ciel » et « celui qui n’y croyait pas ». Un représentant de l’Etat ne pourra entendre que des propos sur une Résistance unie, formée des gaullistes, communistes, chrétiens, socialistes. Il ne saurait souffrir les propos d’un Auguste Gillot qui, pour le 30e anniversaire de la Libération expliquait tranquillement : « un seul parti restait debout au milieu de la tempête, c’est le Parti communiste français, le premier qui, sur le sol national, lançait l’appel à l’union du peuple de France25. ». Ceci nous amène à faire l’hypothèse que, de bien commun, partagé entre plusieurs composantes politiques locales, l’héritage de la Résistance s’est vu progressivement intégré au seul patrimoine communiste de la ville rouge. Les propos de Mme Zémor, que nous interrogions à la suite de son altercation avec l’adjoint socialiste, viennent étayer cette hypothèse : « Oui, [il m’a traité] de crypto-communiste à propos de la Résistance. Il peut même me considérer comme communiste à propos de la Résistance26. » Bien que n’étant pas communiste, ayant même un itinéraire politique orienté vers le maoïsme et le féminisme, l’élue écologiste établit une équation entre résistance et communisme, s’inscrivant dès lors et en personne dans le consensus local.

17Précisément, ce que refuse, quant à lui, l’élu socialiste, c’est l’appropriation par les seuls communistes du bien commun pour en faire une référence politique majeure de leur identité et de la (re)construction de la ville depuis la Libération par une génération de résistants. Il faut dire que la lutte acharnée du PCF contre le parti de Doriot, comme les premiers actes isolés de résistance qui ont souvent été le fait de communistes ont permis à la section locale et aux élus du PCF de se constituer une « crédibilité » résistante certaine. De plus, l’admission dans le monde politique local de résistants importants et d’envergure nationale (Gillot et Grenier), couplée à la disparition progressive d’une opposition issue de la Résistance, tout cela a sans doute amplement concouru à faire des communistes les uniques porteurs, dans l’espace politique local, de la flamme de la Résistance.

18A condition de ne pas y voir une simple volonté d’élus ou de hauts fonctionnaires de paraître en public, la commémoration de la libération de Saint-Denis met en scène l’usage politique du passé au présent. Elle donne à voir comment ce passé s’immisce dans le présent pour y révéler les tensions politiques actives, les antagonismes politiques locaux qui participent aussi à la constitution de la ville. On peut ainsi suggérer qu’il existe encore un enjeu politique de la Résistance et ce, en dépit du peu de références qui peuvent en être extraites dans le débat politique local. C’est que le temps n’est plus à la remémoration mais précisément à la commémoration qui désigne, comme l’indique Claude Rivière, un moment de dépassement des intérêts et des conflits et, donc, un moment consensuel. Certes, localement, le consensus ne s’est pas fait dans la transcendance des intérêts partisans qui aurait permis au représentant de l’Etat, à la majorité municipale dans son ensemble mais aussi à l’opposition (si elle avait été présente !) de parler d’une seule voix. Mais ce consensus n’est pas, pour autant, dans la dépendance d’une stricte logique des partis. Il rassemble une fraction politique de la majorité municipale, unissant les communistes « dans leur diversité27 » et d’autres élus, non communistes28. En définitive, la Résistance est tenue dans une perspective remémorative pour qui n’adhère pas au consensus local. C’est le cas d’un certain nombre de socialistes dionysiens dont nous dirions, à l’instar de quelques-uns de nos interlocuteurs, qu’ils constituent, à Saint-Denis, la « véritable opposition municipale ».

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. Jours tranquilles en 89. Paris, Odile Jacob, 1989.

Abélès M « Anthropologie politique de la modernité », L'Homme, 121, 1992.

Abélès M « La mise en représentation du politique », in M. Abélès,

H.-P. Jeudy (dirs.). Anthropologie du politique. Paris, Armand Colin, 1997.

Bourderon R (dir.). Histoire de Saint-Denis. Paris, Privat, 1997.

Clesse J., Zaidman S. La Résistance en Seine-Saint-Denis, 1940-1944. Paris, Syros, 1994.

Douzenel P. Saint-Denis aux coins des rues. Saint-Denis, Editions PSD, 1999.

Dupuy F. Etre maire communiste. Paris, Calmann-Levy, 1975.

Lévi-Strauss C. L'Homme nu. Paris, Plon, 1971.

Lussault M. « Le royérisme ou la recherche de la cité radieuse », Les Cahiers du LERASS, 31, 1994.

Rivière C. Anthropologie politique. Paris, Armand Colin, 2000.

Haut de page

Notes

1 L’exposé de ces recherches est en cours de rédaction (thèse de doctorat d’ethnologie sous la direction de M. Abélès).
2 Cet angle d’analyse, aux dires de certains responsables municipaux, serait d’ailleurs de moins en moins discriminant. Gestion de droite, gestion de gauche, la marge de manœuvre serait telle qu’elle ne permettrait plus aujourd’hui à un Malraux d’affirmer « que les maires communistes font beaucoup de choses pour les activités culturelles (…) pas comme ces autres-là qui ne font rien » (Dupuy, 1975).
3 M. Berthelot, maire de 1971 à 1991, et M. Braouezec, maire depuis 1991. La majorité municipale est constituée du PCF, du PS, des Verts et de personnalités sans appartenance politique.
4 On se reportera, pour une chronologie détaillée de la résistance dionysienne à l’occupation allemande, à l’ouvrage de Joël Clesse et Sylvie Zaidman (1994).
5 Les élections municipales d’avril 1945 confirmeront son mandat qu’il conservera jusqu’en mars 1971.
6 Rappelons ici que le Général de Gaulle triomphe le 25 août sur les Champs-Elysées, alors même qu’à Saint-Denis les combats sont les plus violents.
7 Cf. Henri Bulliard, allocution prononcée le 31 août 1969 pour le 25e anniversaire de la Libération. Archives municipales de Saint-Denis (AMSD) Fonds Auguste Gillot, carton 10 S 147.
8 Ibid.
9 Jacques Doriot fut maire de Saint-Denis de 1931 à 1937. Après la succession de déboires politiques qu’il connut, Doriot fit de Marcel Marschall, membre du bureau politique du PPF, premier-adjoint, son successeur au poste de maire jusqu’en 1944.
10 Aux élections municipales de 1965, une enquête de moralité des candidats « réactionnaires » de la liste d’Union Dionysienne (dite liste Destrée) habitant dans le parc de l’OPHLM attire l’attention sur le fait qu’une des candidates serait l’épouse d’un ancien candidat du PPF. Une anecdote mérite d’être apportée sur la liste Destrée de 1965, puisque c’est la première fois que l’on voit apparaître le nom de Pierre Pauty qui sera, trente ans plus tard, le chef de file local du Front National (parti de J.-M. Le Pen).
11 Interrogé sur l’histoire de Saint-Denis après-guerre, sur la façon dont la ville se reconstruit une identité rouge, M. de Perreti, ancien archiviste de la ville de Saint-Denis, précise : « Il y a le réseau des employés communaux, il y a le réseau sportif, le SDUS, qui est très, très important, très influent et très important avec des gens comme Persancier, comme… essentiellement Persancier et Barron qui sont des moteurs très forts. »
12 Toutes ces listes sont consultables aux AMSD, notamment dans le carton 10 S 26.
13 Henri Bulliard affirme, dans son allocution déjà citée : « M. Gillot, notre maire (…) signe toujours avec fierté les actes officiels par le titre “Membre du CNR”. »
14 Arrêté en octobre 1940 par la police de Saint-Denis pour activités com­munistes, il finira au camp de Châteaubriant d'où il parvint à s'évader en juin 1941. En 1942, F. Grenier reçut du CC clandestin la charge d'établir des contacts avec la Résistance non-communiste. Il fut commissaire de l'Air du GPRF à Alger (1943-1944).
15 Sur les 37 candidats de la liste, seuls 4 sont socialistes.
16 Nous mettons de côté la SFIO qui, à Saint-Denis, comme dans la plupart des municipalités rouges, est, à l’époque, un parti groupusculaire. En 1959, c’est-à-dire avant l’union PCF-SFIO, les socialistes obtiennent à Saint-Denis 8,62 % des suffrages, ce qui, dans le système municipal majoritaire, les privent de tout représentant à l’hôtel de ville.
17 Entendons par là les premières listes (en avril 1945) réunissant le PS et le MRP.
18 L’autre liste de droite étant une liste conduite par Destrée.
19 AMSD, carton 10 S 26.
20 En outre, la liste élargit habilement la notion de combattant aux militaires du contingent en Algérie.
21 On peut contempler sur cette fresque un char Hotchkiss (dont l’usine se trouvait à la Plaine-Saint-Denis) qui fut mis à la disposition du commandement FFI de Saint-Denis par un groupe de résistants de l’usine, évoquant ainsi l’engagement des ouvriers dionysiens dans la Résistance. Ces peintures murales sont aussi à l’origine de la dénomination de la salle de la Résistance, un des lieux de réception de l’Hôtel de Ville de Saint-Denis
22 Bien que le dimanche 29 août soit plus proche du jour anniversaire de la libération de Saint-Denis, c’est le 5 septembre qui a été retenu par la municipalité. Nous supposons que c’est parce que le mois d’août est un mois où de nombreux adjoints sont absents, de même que les autres officiels.
23 Il est indiscutable que l’on apprend peu de l’événement lui-même dans les rituels commémoratifs.
24 Dans de nombreuses communes de France, le maire ou son représentant se contente de lire à haute voix le discours préparé par le préfet.
25 Allocution pour le 30e anniversaire de la Libération. AMSD, carton 10 S 147.
26 Entretien.
27 C’est ainsi qu’on désigne l’union des communistes « orthodoxes » et des communistes « refondateurs ».
28 Le simple fait de choisir une conseillère municipale écologiste pour parler au nom de la municipalité montre que le consensus local ne relève pas de cette logique des partis.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephan Anfrie, « Commémorer la libération de Saint-Denis », Socio-anthropologie [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2

Haut de page

Auteur

Stephan Anfrie

EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org