Navigation – Plan du site

La simulation informatique à l’épreuve de l’altérité

Gérard Dubey

Texte intégral

1Lorsqu'on évoque la simulation informatique c'est la plupart du temps pour mettre en avant les potentialités inusitées qu'elle offre dans des domaines aussi variés que la statistique sociale, l'économie, la gestion, l'évaluation, le recrutement, la formation ou encore la conception. La puissance de calcul des ordinateurs conjuguée avec leur miniaturisation et la baisse tendancielle de leur coût permettrait en particulier de rendre sensible, c'est-à-dire visible, ce qui ne pouvait jusqu'à maintenant se présenter que sous une forme abstraite et statique (Quéau, 1986). En multipliant les possibles la simulation rendrait les modèles plus souples et plus fidèles à la dynamique et à la complexité du réel, autrement dit à son historicité.

2Mais peut-on généraliser et transposer à l'ensemble des activités humaines des résultats qui concernent principalement le champ des activités modélisables, où la mesure et la calculabilité peuvent s'appliquer presque sans contraintes (le monde du laboratoire ou du bureau d'étude) ? Qu'advient-il de l'efficacité de cette technique lorsqu'on l'applique à l'humain et en particulier aux savoir-faire humains acquis socialement, autrement dit, lorsque croît la marge d'indétermination et d'incertitude (la part de risque) qui caractérise le passage au réel ?

3Les résultats de l'enquête qualitative1 que nous avons réalisé montrent clairement les limites du simulateur. On n'y apprend en aucun cas à évoluer dans un monde fait de relations sociales multiples, d'éléments naturels instables ou hostiles. La relation de l'opérateur à l'objet technique apparaît fortement conditionnée tant par la manière dont l'institution et la structure qui l'encadre se représente et « gère » la part d'indétermination du réel, son historicité.

4Les médiations techniques ne sont efficaces qu'à partir du moment où le risque dont elles sont sensées protéger fait l'objet d'un traitement social préalable pourvoyeur de sens. L'efficacité technique est inséparable de l'efficacité sociale. Il n'existe pas de gestion purement technique du risque parce que, par définition, tout risque renvoie au risque élémentaire qu'il y a à exister, c'est-à-dire à évoluer dans un monde inachevé dont les frontières ne sont jamais totalement garanties. La technique, malgré sa force d'évidence et son objectivité réconfortante, ne peut donc servir de substitut au lien social. Ce qui fonde l'efficacité technique est aussi ce qui fonde et autorise l'être ensemble.

5La capacité de la modernité technique à produire de l'ordre social dépend fondamentalement de cette autre capacité à se maintenir à l'intérieur d'un champ de solidarités et de pratiques sociales dites « traditionnelles ». Nous ne ferons en somme ici que réactualiser l'une des thèses principales d'E. Durkheim à propos de la division du travail dont le sens recouvre pour l'essentiel celui que nous donnons au processus de technicisation, à savoir « ...que la division du travail ne peut s'effectuer qu'entre les membres d'une société déjà constituée .»2. Modernité de la tradition et tradition de la modernité, à condition toutefois de toujours référer l'efficience propre du social à l'altérité, au rapport à l'Autre qui le constitue. Mais en posant cette condition ne renouons-nous pas finalement avec l'un des fondements de la pensée du social, présent aussi bien dans l'oeuvre de Durkheim sous la forme du rapport au sacré que dans celle de Weber où la question du sens occupe une place centrale ?

L'univers clos de la simulation informatique

6Pour paraphraser le titre d'un ouvrage célèbre3, il est devenu commun de caractériser la modernité par la notion d'infini et la tradition par l'idée de clôture. Ainsi oppose-t-on souvent l'univers infini du calcul et des sciences expérimentales au monde clos du mythe et de la religion. Pourtant la réalité, telle que j'ai pu l'appréhender au cours de mon exploration des mondes artificiels produits par les techniques contemporaines, apparaît toute autre, plus relative et nuancée à la fois. Ainsi, malgré leur haut degré de sophistication et les potentialités presque infinies qu'ils semblent offrir, les simulateurs de vol, par exemple, reproduisent pour l'essentiel l'environnement strictement technique du vol, c'est-à-dire l'avion. On se retrouve dans une situation proche de celle du laboratoire où le monde est épuré, désincarné, réduit à un ensemble de paramètres connus et mesurables. On ne conserve du vol que sa partie la plus technique, c'est-à-dire celle que l'on peut formaliser donc reproduire. Le monde du simulateur se présente par conséquent comme un monde clos, procédurier et sans extérieur, la simulation, comme une sorte de tautologie, la reproduction en termes techniques d'une réalité technique.

7Or cette réalité est bien loin d'être analogue à celle du vol et du pilotage. « Voler » signifie au contraire être immergé dans un environnement, être partie prenante d'un ensemble qui déborde largement le cadre du système technique qu'est l'avion et plus encore celui de la réglementation. Piloter, c'est évoluer dans un monde fait de relations sociales multiples, d'éléments naturels instables et hostiles, c'est savoir parer l'imprévu et se maintenir dans un rapport constant avec de l'altérité.

« Lorsqu'on part en vol, nous dit cet instructeur, on subit le vol en ce sens qu'on doit attendre une autorisation pour  rouler, une pour décoller... il y a tout un enchaînement, c'est tout un système qui participe, les contrôleurs, les mécaniciens au sol, des événements qui se produisent tout autour, la météo... c'est tout un monde le vol d'un avion, ce n'est pas qu'un pilote .» Instructeur en vol.

8On n'apprend donc pas à piloter un avion en simulateur. Ce fait ressort nettement du décalage constant que nous avons pu observer entre la temporalité de l'exercice en simulateur et celle du vol réel. L'efficacité qu'on prête au simulateur (qui repose en dernier lieu sur sa propension à s'approcher du réel) doit en fait beaucoup à l'expérience et à la motivation des hommes qui l'utilisent.

9Passer du simulateur à l'avion, c'est un peu, toutes proportions gardées, comme passer du monde de la prévision à celui de la vie. Si le premier ressemble au second, la ressemblance ne va pas au-delà des apparences. Il y manque peut-être l'essentiel : le ciel, les autres, l'imprévu, et surtout la sanction du temps. Le temps du simulateur est un temps « réifié ». On peut l'inverser, le retourner, le manipuler, « jouer » avec lui comme avec n'importe quelle chose. Quoi qu'il advienne, on sait à l'avance que la sanction sera relative car on ne meurt pas en simulateur. Rien n'y est irréparable.

10Entre le simulateur et l'avion il y a donc toute la différence qu'il peut y avoir entre l'action en temps réel et l'action en temps différé, dans une temporalité réversible. Dans un cas, on s'engouffre corps et âme et de manière irréversible dans la brèche du futur, dans l'autre, on se réserve toujours la possibilité de revenir sur ses pas, l'engagement dans l'action est essentiellement de nature intellectuelle ou mentale et ne fait encourir pour cette raison aucun risque immédiat. Cette dimension temporelle constitue peut-être la partie la moins visible et pourtant la plus centrale du travail et du savoir-faire des pilotes. Invisibilité qui s'explique précisément par l'intangibilité et l'immatérialité de la « matière » qu'il s'agit de travailler, le temps. La composante peut-être la plus importante du métier passe inaperçue, nous confiait un jour un pilote dépité par la façon dont on représentait son travail sur le petit ou le grand écran. L'action sur le temps n'est pas cinégénique ou photogénique parce qu'elle n'a rien de spectaculaire, d'ostentatoire, parce qu'elle est immatérielle et qu'il n'y a tout simplement rien à voir.

« Au départ de l'accident, il y a très souvent une erreur anodine comme on en fait tous les jours. (...) C'est très très caractéristique dans la vie de tous les jours du pilote de ligne. Très souvent il y a le petit détail qui passe de manière complètement anodine dans le cockpit et qu'on voit juste à temps.  Le cas classique, c'est celui de nos altimètres lorsqu'on doit plusieurs fois modifier l'affichage de la pression atmosphérique au cours du vol, c'est l'erreur d'affichage du QNH. » Pilote de ligne instructeur

11Ce phénomène, le simulateur semble l'amplifier en ne considérant que ce qui est visible et mesurable. Or, la pression du temps bien qu'inquantifiable et immatérielle, pèse d'un poids considérable sur les pratiques. L'incidence ou la retombée de cette temporalité spécifique sur la réalisation d'une tâche et le travail dans le cockpit en général, bien qu'encore très peu explorée, ressort de la plupart des entretiens que nous avons pu avoir avec des pilotes.

« Le problème, c'est qu'à chaque minute, même lorsque tout va apparemment bien, on se dit, si cela se trouve, il y a une minute, deux minutes, trente minutes, j'ai commis une petite erreur qui va être le début d'un enchaînement fatal. (...) Chaque fois que l'on court pour partir à l'heure, cela crée une énorme pression. Chaque fois que c'est impossible, parce qu'il y a généralement une panne à gérer, l'entourage, des gens de l'escale aux passagers, ajoute à cette pression. On est très conscients alors d'être sous pression, que les autres viennent nous perturber et on fait de gros efforts de concentration pour garder notre fil directeur. On est très conscients qu'on devient de plus en plus fragiles (...) que la marge de sécurité se rétrécit et l'on se demande toujours ce qu'on a bien pu oublier tout en croyant avoir tout fait. » Pilote de ligne instructeur.

12Le simulateur est efficace pour tout ce qui se prête à répétition, tout exercice qu'il est possible de transposer dans une autre temporalité que celle du vol sans que cela affecte de façon notable son contenu. C'est sans doute le cas pour le maniement des instruments de bord, l'apprentissage de certains circuits visuels ou de certaines gestuelles, pour la déclinaison et la mémorisation des procédures. C'est beaucoup moins évident pour développer la capacité d'adaptation aux différents types d'avions et au temps du vol, l'aptitude à :

« rester extrêmement concentré sur ce qu'on fait afin qu'aucune seconde ne s'évapore (...) dans un univers finalement très perturbé parce que ça parle derrière, ça parle à la radio, il y a les perturbations intérieures et extérieures au cockpit... » Pilote de ligne.

13Ce qui sanctionne la preuve irréfutable de son aptitude à piloter, c'est le réel, le caractère irréversible du temps réel. Seule est infalsifiable et authentique l'action effectuée dans un temps où tout ce qui arrive n'arrive qu'une fois.

« Je pense qu'au simulateur les émotions sont artificielles... Quand on fait un beau tour de piste en avion, on a réussi quelque chose de concret. Si on le fait au simulateur, on a réussi un beau tour de piste, ce qui n'est pas mal, mais ça ne prouve rien... »

14Dans la réalité une situation n'est jamais comprise uniquement à partir d'elle-même. Son interprétation ou plutôt sa compréhension renvoie à tout ce qui s'est passé avant, à une histoire singulière et à un avenir qui n'est pas encore écrit et dans lequel cette histoire vient se projeter, à tout un contexte, non seulement factuel mais aussi et surtout temporel et social. Ce contexte, ce sont les hommes avec leur expérience socialement acquise qui le restituent et donnent ainsi à la simulation l'épaisseur qui lui manque.

L'initiation au vol ou la preuve par l'Autre

15Ainsi que nous venons de le suggérer, l'efficacité d'une technique de pointe telle que le simulateur repose dans une large mesure sur le savoir-faire de ses utilisateurs, c'est-à-dire sur une expérience acquise très en amont. Ce savoir-faire implique un mode de relation non exclusivement technique ou objectif au monde. C'est parce que les pilotes de ligne dont nous venons de parler savent, sur la base de cette connaissance spécifique, distinguer ce qui est du domaine de la procédure ou de la règle de ce qui est du domaine du contingent, de l'irréversible, bref, le réel historique de sa mise en forme rationnelle, qu'ils sont en mesure d'utiliser efficacement aussi bien l'objet technique avion que sa réplique simulée.

16L'acquisition de ce savoir doit beaucoup à la capacité de l'institution sociale à prendre en charge l'historicité de notre relation au monde. Instituer signifie bien ériger, fonder, poser une identité là où il n'y a qu'incertitude et angoisse. Ce qu'il s'agit de fonder et de médiatiser, c'est donc fondamentalement le rapport du Même avec l'Autre (Legendre, 1983), le risque à exister.  En aéronautique cette prise en charge commence très tôt, au moment de la formation de base (dite ab initio) à travers un certain nombre de rites dont le premier « lacher solo » (vol seul aux commandes et dans l’avion) constitue l'exemple type. Celui-ci présente toutes les caractéristiques d'un rite de passage, autrement dit d'un apprentissage social qui sanctionne un changement d'état ou de statut. Mais sa signification profonde est sans doute à rechercher du côté de ce que P.Clastres qualifiait « d'obstacle à l'oubli », c'est-à-dire, du côté d'un marquage destiné à fixer l'appartenance de l'individu au groupe4. Car ce qu'apprend essentiellement le novice à travers le rite, c'est donc à s'accomplir en devenant « l'otage d'autrui »5.

Rite de passage

« Il y a une petite expérience que je fais. Lorsque tu écoutes un gars à la radio, tu t'aperçois qu'entre son dernier vol en double commande et son premier vol en solo, sa voix n'est plus du tout la même. Elle change également en fonction de sa position dans le circuit d'aérodrome. Entre la neuvième et la treizième heure de vol en double, le stagiaire s'attend à être lâché. Il n'y a donc pas vraiment d'effet de surprise. Le ton de l'instructeur est devenu plus autoritaire, plus directif avant de disparaître progressivement du cockpit pour simuler la situation. Les stagiaires disposent donc de tout un tas de repères qui leur permettent de deviner qu'ils vont être bientôt lâchés. Ils ont pris de l'aisance à la radio. Puis vient le moment où, après quelques traditionnels tours de piste, tu descends de l'avion et tu le lâches. Déjà la voix change. Au point d'arrêt, le gars dit qu'il est prêt, prêt à s'aligner, prêt à décoller. Passe encore, ça va à peu près (...). En vent arrière, il a repris un peu confiance en lui parce que ce sont les manoeuvres près du sol qui sont les plus délicates, donc le décollage c'est un petit moment de stress. En vent arrière au contraire il y a un certain sentiment de liberté. Mais l'échéance approche, c'est l'atterrissage qui se profile. Il y a un autre appel en base. En base, tu constates déjà que le stagiaire parle un peu plus vite et ne collationne pas forcément tout ce que le contrôleur lui dit. En finale, soit il parle très vite, soit plus du tout mais il n'est plus du tout réceptif à ce que le contrôleur lui dit. » Instructeur

17C'est à travers la voix, l'organe le plus immatériel qui soit, que se fait jour toute l'émotion qui entoure cet événement qu'est le premier lâcher solo. La fragilité, en même temps que la force de ce lien si ténu, rendent parfaitement compte de l'état d'incertitude et d'exaltation qui entoure cet instant :

« C'est la première fois que tu te dis : ça y est, je suis pilote, maintenant j'assume ce que je fais, la moindre erreur peut être fatale ».

18Nombreuses sont les expressions qui comparent l'émotion attachée à ce moment à celle qu'on éprouve toutes les premières fois de la vie :

« Le tout premier lâcher, c'est comme l'éjection d'un foetus. Tout à coup il n'y a plus de cordon ombilical. C'est l'inconnu. » Instructeur

19Cette première fois, qui sanctionne le passage du Même à l'Autre, du connu à l'inconnu, présente, d'un point de vue formel, toutes les caractéristiques du rite de passage tel que l'a décrit A. Van Gennep. A la phase de séparation correspond le décollage et la tension qui en résulte, à la phase de retraite, le moment où l'individu se trouve le plus éloigné du circuit et peut-être le plus seul avec lui-même et tous ses doutes, à la phase d'agrégation enfin, l'atterrissage, le contact avec le sol qui marque et rend définitif le changement d'état. Mais au-delà de cette analogie formelle, le passage n'est pas un vain mot. Il témoigne très concrètement d'une réelle transformation qui affecte toute la personne et a un caractère irréversible.

20Il s'agit d'une véritable fracture, d'une rupture dans la continuité de l'existence et de la jouissance tranquille de son moi. L'expression « lâcher » en dit long sur le contenu réel de cette expérience. Avant de renaître, il faut mourir, mourir à soi, risquer de se perdre, risquer un aller sans retour. Nous retrouvons ici le rite de mort-renaissance symbolique qui sanctionne toute initiation et la signification de l'épreuve physique, de l'arrachement violent et presque traumatique qui l'accompagne.

21Une fois l'épreuve franchie, on est un autre mais un autre paradoxalement plus « près » et plus maître de soi-même qu'on pouvait l'être auparavant. L'épreuve de l'inconnu renforce, autrement dit réassure, apporte la confiance. La confiance fondatrice que l'on acquiert à ce moment là résulte toute entière de cette étrange expérience au cours de laquelle on s'en remet à l'Autre, on se dénude, s'expose et cesse de lui résister. L'Autre, l'altérité, c'est ce qu'on ne maîtrise pas totalement, ce qui échappe et se dérobe à la rassurante régularité de la règle, à la volonté et à l'intention, ce que je ne  choisis pas ni ne détermine totalement et qui pour cette raison même a le pouvoir de fonder, de justifier, de garantir.

« Tant que le gars n'a pas été lâché, tu peux toujours lui dire qu'il est capable. Lui se dit, c'est mon moniteur, je le respecte donc je crois ce qu'il dit... mais en même temps ce n'est qu'un homme. Alors il se bat avec l'extérieur et de retour se dit, oui, il avait raison. (...) Pour lui, c'est une confirmation. Le monit ne s'est pas trompé, d'ailleurs ça a été confirmé par quelque chose qu'il ne peut pas maîtriser et qui est le temps, le vent, le petit coup de vent latéral que tu vas avoir... » Instructeur

22C'est presque dans son sens religieux qu'il faut ici entendre « confirmation ». Car il s'agit bien d'une seconde naissance qui vient confirmer ou fortifier la première, la rendre plus certaine et la valider en quelque sorte. Cette confirmation-là ne peut s'effectuer que dans le registre du réel. Seul l'Autre, ce que ne peut décidément pas maîtriser l'instructeur, a le pouvoir de l'accorder, de la donner. L'Autre, le temps, dont les deux acceptions donnent en français une épaisseur sémantique incomparable. Le temps qu'il est, le temps qu'il fait, se conjuguent et coïncident dans un même mot qui exprime bien l'alchimie qui opère à cet instant.

23Ceux qui l'ont vécu décrivent le temps de ce passage de telle manière qu'il ne reste aucun doute quant à sa signification profonde. Ils se souviennent en général du moindre détail, y compris du plus insignifiant et quel que soit le nombre d'années qui se sont écoulées depuis. Tout est comme gravé dans la mémoire, conservé intact. Son souvenir est comme recouvert d'un voile d'éternité. Tout se passe comme si le temps s'était arrêté. Sous bien des aspects, ce temps s'apparente donc au temps sacré, éternel et immobile du rite tel que les anthropologues l'ont décrit en opposition à l'écoulement régulier et à l'extrême fluidité du temps profane. Irréversible et inoubliable, cette expérience est fondatrice dans tous les sens du terme. Imprimée dans le corps même de l'initié, elle constitue la trame élémentaire sur laquelle viendront se greffer et se fixer toutes les expériences ultérieures. Elle est le point de départ et d'ancrage que l'on réactive à chaque nouvelle étape de la vie professionnelle, la condition sine qua non de toute progression ultérieure. C'est le sens des propos tenus par ce pilote parvenu au sommet de sa carrière et de son art :

« Mon tout premier vol, c'était sur un CESSNA 151.  C'était à la fois magique et un peu angoissant. Je me disais que je n'en serais pas capable. Lors de mon premier vol avec passagers ou de mon premier long courrier sur Djibouti, j'ai éprouvé un peu la même émotion. Avec l'expérience, l'angoisse s'estompe mais il y en a toujours un peu. » Commandant de bord.

24Bien entendu, « avec le temps, on embellit un peu, on romance », ainsi qu'a pu nous le confier un instructeur... mais il y a les faits, les données tangibles de l'observation comme ce jour où un jeune stagiaire, à peine revenu de son premier vol solo, affirmait avoir fait cinq tours de piste alors qu'il venait, de l'avis unanime de tous les témoins présents, d'en effectuer trois. Une nouvelle fois le compteur du temps s'était arrêté sur un sentiment, vague encore, mais voué à devenir de plus en plus net, d'intemporalité.

Les passeurs

25Puisqu'il s'agit d'un passage, il faut bien des passeurs. Personne ne peut assumer à la place d'autrui le moment de prendre en charge sa propre existence. C'est bien le collectif qui permet à l'individu de supporter cette charge. Les autres, ceux qui vous ont accompagné et soutenu tout au long de l'apprentissage, ne sont jamais bien loin. Car c'est une véritable relation de compagnonnage, avec tout ce que cela comporte de solidarité et de complicité, qui s'est nouée pendant cette période entre l'instructeur et ses trois stagiaires d'abord, entre les membres de la triade ensuite et pour finir entre tous les stagiaires de la promotion. Le jour du premier lâcher, toutes ces personnes sont présentes à une distance (symbolique) plus ou moins grande selon qu'elles partagent ou non l'intimité de la cellule de base que constitue l'instructeur et ses trois petits. Ce sont les passeurs, ceux qui aident à franchir le pas, à passer le seuil, ceux qui accompagnent et d'une certaine manière supportent celui qui va seul.

26Le premier de ces passeurs, c'est bien sûr l'instructeur pour qui le premier lâcher d'un de ses élèves est aussi vécu, bien qu'à un degré moindre, comme une rupture. Pendant toute la période de préparation, à cette première étape de la formation, celui-ci a presque joué le rôle de substitut du père en ce sens que sa tâche a surtout consisté à protéger et à mettre en confiance son élève tout en lui servant de modèle. Le premier lâcher sanctionne et signale un changement dans la nature de la relation qui s'est instaurée. Le rôle protecteur de l'instructeur doit symboliquement prendre fin. L'instructeur « lâche » son élève et cela n'est jamais exempt d'inquiétude même si avec le temps et l'expérience celle-ci a tendance à s'émousser un peu.

« Il y a toujours un petit pincement, une petite angoisse. Tu te demandes si tu n'a pas oublié de lui expliquer ceci, cela... » Instructeur.

27A l'instar du rôle de l'initiateur dans les sociétés traditionnelles, l'essentiel du travail de l'instructeur consiste  à pousser le stagiaire hors du monde clos dans lequel il s'est réfugié et presque retranché. En ce sens, c'est une sorte d'accoucheur qui tire le novice au dehors de lui-même et l'amène à saisir l'esprit des règles. Pour employer une autre terminologie, l'initiation correspond au passage de la représentation individuelle à la représentation partagée ou sociale, d'une vision linéaire à une vision pluridimensionnelle et historique du réel. La seule présence d'autrui nous contredit déjà et nous oblige à sortir de nous-mêmes. Fondamentalement le stagiaire est engagé par la relation qui le lie à son instructeur, à autrui. C'est autrui qui, le moment venu, donne sens à ses actes, les justifie et confère l'assurance qui permet d'agir efficacement. Le lien social se tend comme un filet invisible au-dessus du vide.

« Tout ce qu'a pu leur dire l'instructeur revient dans ces moments-là à leurs oreilles... » Instructeur

28Enfin l'avion ! Il est le point de convergence de tous les regards, le point focal de l'attention. L'avion, identifié à un camarade, à l'élève qui se trouve aux commandes, totalement transparent, évident, invisible à force d'évidence. Une invisibilité comparable à celle qui permet d'oublier le corps et dont l'efficacité tient peut-être à cet effacement même.

La question de l'altérité au coeur de la civilisation technologique

29Si l'objet technique contribue bien à réguler et à structurer les relations sociales et joue donc pleinement à ce titre le rôle de médiation qu'on lui prête, cela n'est possible que dans la mesure où lui-même se trouve pris et inséré dans la trame du social. Que cet équilibre précaire soit rompu et d'agent ou de support de la médiation celui-ci devient agent de séparation et de déliaison. Il ressort donc de cette étude et finalement, par défaut ou par contraste, de la simulation elle-même, que l'efficacité technique se mesure aussi à l'aune de sa capacité à assurer l'existence, c'est-à-dire à produire du sens.

30Une des questions qui traverse la modernité est celle des conditions de possibilité d'un ordre social dans un monde sécularisé. C'est également dans cette perspective que se déploie la question du statut de la technique dans la société moderne et plus précisément de la technique comme substitut possible du rapport magico-religieux au monde. Une manière d'envisager ce rapport consisterait à réinsérer la technique dans la trame du social mais du social compris cette fois comme mode de rapport non-religieux à l'altérité, comme expérience concrète et primitive de l'Autre à travers l'historicité de l'existence et du monde. Ceci renvoie aux questions inaugurales de la sociologie, en particulier à celles des relations du social avec le sacré posées dans Les formes élémentaires de la vie religieuse. E.Durkheim semble avoir tranché en faveur du social dont le sacré ne serait qu'une représentation. Mais ses analyses sont beaucoup plus nuancées, plus ambivalentes aussi, car bien que social par essence, le sacré ne cesse pas pour autant de renvoyer à une réalité d'un tout autre ordre. En fait, tout porte à croire que s'il n'existe pas de relation au sacré (autrement que mortifère) sans la médiation d'un collectif, il n'existe pas davantage de collectif (de social) sans représentation du sacré, sans pensée de l'altérité. C'est bien cette simultanéité non-indifférente que l'objet technique et le statut qu'il prend dans nos sociétés sous la forme de la simulation nous invite à penser ou à repenser.

31Cette destruction progressive du sujet classique, sûr de son identité et de celle du monde objectivé, n'est cependant pas sans danger, elle implique en contre-partie l'existence d'un monde ou d'un environnement socialement structuré et structurant (Feyerabend, 1987). C'est déjà ce contre quoi semblait nous mettre en garde H. Arendt dans son étude sur les origines du totalitarisme, lorsqu'elle établissait clairement l'existence d'une corrélation entre système totalitaire d'une part et dissolution du moi ou atomisation du corps social d'autre part. C'est sans doute à un risque comparable que nous expose aujourd'hui l'extension à tous les domaines de la vie de la simulation informatique. Le vacillement même des repères traditionnels, les bases de nouveaux mondes et de nouvelles traditions exigent naturellement que chacun soit informé sur les enjeux réels de ce qu'on présente trop souvent comme le résultat d'une « évolution naturelle », étrangère à l'action des hommes.

Haut de page

Bibliographie

Aron R. Les désillusions du progrés. Paris, Calmann-Lévy, 1969.

Arendt H. Le système totalitaire. Paris, Seuil, 1950.

Bouvier P. Socio-anthropologie du contemporain. Paris, Galilée, 1995.

Clastres P. La société contre l'Etat. Paris, Minuit, 1974.

Dubey G. « Technologies virtuelles : entre dogme et croyance », Cahiers Internationaux de sociologie, n°103, 1998.

Dubey G. « Les relations sociales à l'aune de la réalité virtuelle », Quaderni, n° 28, 1996.

Dubey G. « Faire comme si n'est pas faire. Une approche sociologique et comparée des pédagogies de l'accident dans l'aéronautique et les transports terrestres. » DRAST/CETCOPRA, Université de Paris I, 1996.

Durkheim E. Les formes élémentaires de la vie religieuse. Paris, PUF, 1980.

Durkheim E. De la division du travail social. Paris, PUF, 1930.

Feyerabend P. Adieu la raison. Paris, Seuil, 1989.

Gras A., Moricot C., Poirot-Delpech S., Scardigli V. Face à l'automate : Le pilote, le contrôleur et l'ingénieur. Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

Koyré A. Du monde clos à l'univers infini. Paris, Gallimard, 1962.

Legendre P. L'empire de la vérité. Introduction aux espaces dogmatiques industriels. Paris, Fayard, 1983.

Levy P. Les technologies de l'intelligence. Paris, La Découverte, 1990.

Moricot C. « Collectif et automatisation dans le cockpit, les pilotes de ligne au quotidien », Ethnologie française, XXVI, 1996.

Quéau P. Eloge de la simulation. Paris, Champ Vallon, 1986.

Van Gennep A. Les rites de passage. Paris, E. Nourry, 1909.

Haut de page

Notes

1 Cette étude (Gras, Dubey, 1996), financée par la DRAST (Ministère des Transports) et réalisée dans le cadre du CETCOPRA (Université de Paris I) a bénéficié du soutien à la fois de la compagnie Air France et du SEFA (Service de l'Exploitation de la Formation Aéronautique). Nous renvoyons, par ailleurs, aux grandes lignes de la démarche socio-anthropologique développée par P. Bouvier (Bouvier, 1995).
2 E. Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1996.
3 A. Koyré, Du monde clos à l'univers infini, Paris, PUF, 1962.
4 Car il s'agit de ne pas perdre la mémoire du secret confié par la tribu, la mémoire de ce savoir dont sont désormais dépositaires les jeunes initiés. Que savent-ils maintenant le jeune chasseur Guayaki, le jeune guerrier mandan ? La marque dit assurément leur appartenance au groupe : « Tu es des nôtres, et tu ne l'oublieras pas ». P. Clastres, La société contre l'état, Paris, Minuit, 1974.
5 Nous faisons implicitement référence à la méditation Lévinasienne.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dubey, « La simulation informatique à l’épreuve de l’altérité », Socio-anthropologie [En ligne], 3 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/20

Haut de page

Auteur

Gérard Dubey

CETCOPRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org