Navigation – Plan du site
Dossiers : Mortels ! Imaginaires de la mort au début du XXIe siècle

La fin de l’histoire, ou l’imaginaire de la mort en BD

René Nouailhat
p. 23-35

Résumés

La bande dessinée est un art de la représentation graphique qui exprime bien les fantasmes humains, notamment ceux qui se déploient dans les représentations d’outre-tombe. Cet article retient particulièrement le traitement de la mort chez Hergé et Jacobs, les grands classiques de la bande dessinée imprimée du siècle dernier, dans le milieu franco-belge où elle s’est développée. Il apparaît que, dans un monde où la sécularisation a peu à peu effacé les références religieuses explicites, les représentations de la mort y restent fortement structurées par des schémas mythologiques hérités de la Bible et par un référent chrétien. Les productions plus récentes de la BD déclinent le thème de la mort de bien des manières, multipliant notamment les figures d’au-delà, dans le merveilleux, le fantastique ou le surnaturel. L’inventivité graphique s’en trouve stimulée. Cette thématique est surtout révélatrice des angoisses qui habitent l’imaginaire contemporain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les bandes dessinées existent depuis que les hommes représentent ces figures de l’imaginaire sous f (...)
  • 2 Depuis leur mort dans les années 1980, ces deux créateurs bénéficient d’une notoriété qui ne fait q (...)
  • 3 Propos rapportés par Benoît Peeters, « Tintin l’aventure continue », Télérama hors série, janvier 2 (...)
  • 4 Gallimard, 1981.

1Dans cette enquête sur les figures de l’imaginaire nées de l’angoisse de la mort, il peut paraître étrange de s’attarder sur le champ de la bande dessinée, tant celle-ci est en grande partie associée à la littérature de divertissement1. Nous privilégierons dans cet article les grands créateurs que furent Hergé et Edgar-Pierre Jacobs2, dont les séries firent le succès du journal Tintin. Leur production dessinée est d’autant plus intéressante que leur investissement était total. « Si je vous disais que dans Tintin j’ai mis toute ma vie », confiait Hergé à la veille de sa mort3. Et Edgar-Pierre Jacobs titre ses Mémoires : Un Opéra de papier, les Mémoires de Blake et Mortimer4.

  • 5 Ce serait même une raison de la fascination qu’ils exercent : le rapport à un temps immobile tradui (...)
  • 6 Ainsi de Tintin reporter qui court tout le temps à un Tintin plus zen, voir Sylvain Bouter, « Tinti (...)
  • 7 Voir Michel Daubert (coll.), Les personnages de Blake et Mortimer dans l’histoire. Les événements q (...)
  • 8 Ce n’est que dans sa dernière aventure que Tintin apparaît en jeans et non plus dans le pantalon de (...)
  • 9 Parfois le décor peut être entièrement redessiné, comme dans L’Île noire (1937, version modifiée en (...)

2La BD est un genre de création qui a longtemps fait vivre des personnages fixés dans l’atemporalité. Le seul fait de représenter par le dessin des personnages, réels ou fictifs, comme on a pu le faire en gravure ou en sculpture, est une façon de les fixer hors du temps. N’étant pas dans la « vraie vie », ils ne peuvent mourir « en vrai ». Mais, dans une bande dessinée, ces personnages font partie d’une histoire. L’étrangeté est que cette dimension temporelle, dans laquelle se déroule le récit, ne concerne pas les personnages eux-mêmes. Héros et superhéros ne meurent généralement pas5. Ils ne vieillissent pas non plus. Même quand tout change autour d’eux, que le trait du dessinateur évolue et que les héros changent de posture6, ils sont fixés dans l’âge de leur première apparition, ou à peu près : aux dires d’Hergé lui-même, Tintin n’aurait pris que trois ans en quarante ans d’aventures. Edgar-Pierre Jacobs dessinait les histoires de Blake et Mortimer dans l’actualité des recherches scientifiques de son temps et des fictions qu’elles pouvaient susciter7, mais ses deux héros ne changent pas. Tintin a traversé une grande partie du xxe siècle sans changer d’âge ni d’allure8 alors que les studios d’Hergé ont souvent dû redessiner les décors de ses aventures pour leur redonner une nouvelle actualité au fur et à mesure des rééditions des anciens albums9.

  • 10 C’est une caractéristique des « repreneurs » des séries classiques : on retrouve Blake et Mortimer (...)

3De nombreuses séries ont plus récemment introduit une dimension temporelle qui fait vieillir les personnages et les fait éventuellement disparaître au profit de leurs descendants, comme dans les grandes séries romanesques10, ou les faire réapparaître après leur mort, comme Superman.

Tintin et la mort

4Mais la mort était-elle réellement absente des bandes dessinées classiques d’Hergé ou de Jacobs ?

5L’exemple de la série Tintin montre qu’elle y a de multiples dimensions. Les aventures du petit reporter commencent et finissent sous le signe de la mort.

6Dès le début de la première de ses aventures, Tintin au pays des Soviets, Tintin s’endort dans le train et rêve qu’il meurt dans l’explosion d’une bombe placée par un Russe qui ne voulait pas qu’un petit reporter vienne dans son pays. Et à la fin de la dernière histoire, L’Alph-Art, c’est sur la menace d’une mise à mort que Tintin est, pour la dernière fois, dessiné par Hergé.

  • 11 Hergé lui rend hommage en faisant intervenir ses célèbres bêtes, « la vache qui rit » comprise, p.  (...)
  • 12 Seules quelques paroles ressortent de ces images d’enfermement où l’on ne voit plus rien : « On va (...)

7On compte vingt-quatre fois le mot « mort » dans Tintin au pays des Soviets, et beaucoup plus si l’on compte les termes qui disent les situations de mort auxquelles échappe sans cesse Tintin : accidents, chutes, explosions, noyades ou fusillades. Pour le héros, la mort est toujours de l’ordre du risque (« nous avons frôlé la mort », p. 115) ou de la menace imminente (« c’est la mort à brève échéance », p. 10 ; « tâchons de mourir en brave », p. 81 ; « ça y est, je suis mort », p. 93 et 106), parfois de la ruse (« faisons le mort », p. 21 et 131), de l’apparence (« on dirait qu’il est mort », p. 7, et Milou de s’interroger : « Tintin, es-tu mort ? » p. 119). « C’est la mort sans phrase » (p. 24 et 89), et souvent pour les gredins de toutes sortes la mort réelle : à la vue de leurs cadavres entassés, Milou dit « ne pas supporter la vue d’un tel spectacle » (p. 103). On voit à un moment des têtes de mort et un squelette entier (p. 97-98). Dans la séquence où Tintin se déguise en fantôme, cette apparition terrorise les méchants, car elle relève, écrit Hergé, « du royaume des ombres » (p. 40) et du « sabbat infernal » (p. 71 et 78). L’histoire, dessinée en noir et blanc, aligne des cases très claires : les lignes sont fines, dans le style du dessinateur animalier Benjamin Rabier11. Les décors sont très blancs, le noir ne servant qu’à en rehausser la blancheur, par exemple un ciel sombre dans un décor de neige. Quelques rares cases toutes noires disent cependant le risque de mort qui menace Tintin (p. 4, 42-43, 102)12. Le côté obscur est surtout dans le scénario qui multiplie les cataclysmes. On apprend même vers la fin qu’un espion russe avait l’intention de « faire sauter à la dynamite toutes les capitales d’Europe » (p. 138). Tintin risque sans cesse de disparaître, mais il s’en sort toujours. La mort en sa menace permanente est le ressort de l’aventure, elle rythme l’action, elle donne vie à l’intrigue.

  • 13 Image remplacée dans les éditions ultérieures par un dessin plus « soft ».

8Les albums suivants la déclinent sous d’autres formes. Dans Tintin au Congo, le héros ne se sépare guère de sa carabine qui lui permet d’abattre les bêtes sauvages, buffles, éléphants ou quinze antilopes en quinze cartouches : l’hécatombe animalière allant jusqu’au dynamitage d’un rhinocéros13 ! Les coups de feu fusent dans Tintin en Amérique (1932) où bons et méchants, policiers et gangsters, avancent revolvers au poing.

  • 14 L’histoire, alors intitulée Tintin chez les Arumbayas, parut d’abord dans Le Petit Vingtième en 193 (...)

9La mort prend ensuite de nouvelles dimensions, des momies et des tombeaux des Cigares du Pharaon en 1934 à la menace de la fin du monde dans L’Étoile mystérieuse en 1942 et à la malédiction du tombeau violé dans Les Sept boules de cristal en 1948. Le passage dans l’au-delà est représenté pour la première fois avec la mort des bandits, noyés en finale de L’Oreille cassée (planche 61 de l’album publié en 1937). Cette mort est dessinée comme une entrée en enfer selon l’illustration religieuse des catéchismes de l’époque14. Celle des « mauvais » dans On a marché sur la lune (1954) a des effets bienfaisants, mais plus ambigus. Tout se passe dans la fusée qui revient de la lune et qui n’a plus assez d’oxygène pour ramener tout le monde. Jorgen, le bandit qui voyageait clandestinement pour tenter de s’emparer des commandes de la fusée et la ramener à un pays ennemi, est tué accidentellement au cours d’une bagarre. Tintin et ses amis considèrent que justice est faite et que celui qui lui a réglé involontairement son compte, Wolff, n’a rien à se reprocher. Mais on apprend que c’est Wolff lui-même qui avait introduit Jorgen dans la cale de la fusée. Il se repent de cette trahison et, pour payer sa dette, se jette dans le vide. Sa mort sacrificielle sauve Tintin et ses compagnons qui auront de ce fait juste assez d’oxygène pour revenir vivants. Le suicide de Wolff est finalement une mort acceptable, et même une belle mort. Il n’empêche que la représentation d’un suicide restait taboue dans la littérature de jeunesse et choquante pour les milieux bien-pensants du lectorat de Tintin. Hergé chercha à atténuer ce destin tragique de l’espion repenti en ajoutant une lettre écrite par Wolff avant de disparaître. Il y évoque un « miracle » qui lui permettra peut-être d’être sauvé :

  • 15 On a marché sur la lune, p. 55.

Lorsque vous trouverez ces lignes, j’aurai quitté la fusée. Moi parti, j’espère que vous aurez assez d’oxygène pour arriver vivants jusqu’à la Terre. Quant à moi, peut-être un miracle me permettra-t-il d’en réchapper aussi. Pardonnez-moi le mal que je vous ai fait. Wolff15

  • 16 Dans Numa Sadoul, Tintin et moi. Entretiens avec Hergé, 1975, réédition Casterman, 2000, p. 171.

10Hergé regrettera cette pieuse échappatoire qu’il qualifiera lui-même de « sottise16 ». Il saura mieux conjurer la mort dans Tintin au Tibet (1960), par une belle histoire d’amitié. Tintin, envers et contre tout, veut croire que son ami Tchang, annoncé mort dans un accident d’avion, est vivant. Sa foi soulèvera des montagnes, dans le grand décor blanc de l’Himalaya qui rayonne de cette victoire sur la mort.

  • 17 Le Monde d’Hergé, 1983, réédition Casterman, 1991, Hergé fils de Tintin, Paris, Flammarion, 2002.
  • 18 Les personnages créés par Hergé révèlent, au-delà de la caricature qui en fait des marionnettes com (...)

11Benoît Peeters, auteur du Monde d’Hergé et de Hergé fils de Tintin17, a montré les « forces de la nuit » qui sont détectables sous la fameuse « ligne claire » d’un dessin à la parfaite lisibilité. Quelques grandes scènes cauchemardesques en révèlent en effet les fantasmes18. La peur de la mort aussi, avec laquelle l’histoire joue constamment. Le héros, pourtant, semble ne pas pouvoir la connaître, puisqu’il est toujours là, son immortalité étant la marque de son héroïsme. Peut-il, dès lors, sortir de scène, ou est-il condamné à l’éternel retour, à courir en boucle d’une aventure à l’autre ?

12Pour Tintin, cette course s’est figée avec la mort de son créateur en 1983, et curieusement dans une scène où il risquait encore une fois de disparaître pour de bon. C’est sous la forme d’une marche à la mort qu’Hergé a emmené son héros. Sa dernière vignette dessinée (Tintin et l’Alph-Art, p. 52) le représente sous la menace d’un revolver tenu par un garde : « Allons, debout ! En avant ! L’heure a sonné de vous transformer en César » (César, du nom du sculpteur, « l’homme des compressions »). Il s’en serait certainement encore tiré si Hergé n’était pas mort à ce moment-là, laissant en blanc le reste de la page. Endaddine Akass, mage et magnétiseur, grand prêtre de l’Alph-Art, expliquait juste auparavant en quoi allait consister cette mise à mort. Son commentaire sonne comme une oraison funèbre qui est aussi celle de la création d’Hergé, muséifiée et laissée aux mains des marchands d’art moderne.

  • 19 Tintin et l’Alph-Art, p. 48.

Eh bien, mon cher, nous allons couler sur vous du polyester liquide ; vous deviendrez une expansion qui sera signée César et sera ensuite authentifiée par Zolotas, l’expert bien connu. Ensuite elle sera vendue soit à un musée, soit à un riche collectionneur. Réjouissez-vous, votre cadavre figurera dans un musée. Et personne ne se doutera jamais que cette œuvre, qu’on pourrait intituler « Reporter », constitue la dernière demeure de ce petit Tintin. Méditez sur tout ça, cher ami… Demain, Ramo Nash sera ici et vous transformera en César19 !

  • 20 Le journal qui porte son nom, Tintin, disparaît quant à lui le 29 novembre 1988. D’autres périodiqu (...)

13Tel est l’étrange épilogue de la série emblématique de la bande dessinée du xxe siècle : le destin du « petit reporter » serait dans la galerie d’un musée ou d’un riche collectionneur. Il disparaît avant d’être statufié, comme s’il devait rester vivant. Mais cette dernière aventure finit dans le circuit du marché de l’art qui signe la mort de l’œuvre20.

La fin du monde

  • 21 Deux dans Le Secret de l’Espadon (la guerre de l’Empire jaune suit la Seconde Guerre mondiale que r (...)
  • 22 Au point que la parution de l’album ait été interdite en France « en raison des nombreuses violence (...)

14La saga Blake et Mortimer commence par des scènes de destruction massive, en pleine guerre mondiale. On meurt par millions dans Le Secret de l’Espadon (1946), avec de temps à autre des plans rapprochés sur une fusillade ou un égorgement. Cette histoire, qui parut dès le premier numéro du journal Tintin, eut un succès tout de suite extraordinaire. Dans la presse destinée à la jeunesse, il n’était pas habituel que des sujets si graves soient traités avec des héros eux-mêmes adultes et engagés dans les drames du siècle. On compte au moins cinq guerres mondiales dans cette série21, avec les hécatombes humaines qui s’ensuivent, surtout dans le Piège diabolique (1960) où notre avenir est dépeint de la plus tragique façon22. Le voyage dans le temps dans lequel est enfermé Mortimer a été concocté par le redoutable savant qui préparait le sabotage de la défense occidentale dans S.O.S. Météores (1958) ; mais il était déjà mort quand l’histoire commence : c’est sa vengeance posthume qui s’exerce. En remontant dans le passé, Mortimer le retrouve. Étrange rencontre d’outre-tombe où retentit le rire démoniaque de cette créature mortifère (planche 58).

  • 23 Planche 39, les policiers qui s’enfoncent dans les galeries souterraines évoquent non sans malaise (...)
  • 24 J’ai essayé de saisir les ressorts de cette étrange figure du « méchant » dans Olrik ou le secret d (...)

15Un climat de mort s’étend sur Londres dans La Marque jaune (1953). Il règne dans les tombeaux égyptiens du Mystère de la grande pyramide (1950), dans une Atlantide en pleine guerre civile et au bord d’un nouvel effondrement (L’Énigme de l’Atlantide, 1955), et jusque dans les carrières de Paris de L’Affaire du collier (1965)23. L’œuvre de Jacobs est traversée par une tension dramatique qui rythme l’histoire, et se termine toujours en scènes d’effondrement, de désintégration ou de déflagrations foudroyantes. Le thème apocalyptique est porté par celui qui œuvre inlassablement au service des puissances du Mal, celui qui en est perpétuellement le mercenaire, Olrik24.

16Dans sa manière toute théâtrale de composer ses récits, Jacobs voulut signer l’ultime sortie de scène de l’éternel ennemi de Mortimer. Il le fait mourir dans la seconde partie des Trois formules du professeur Satô. Mais ce n’est pas lui qui dessina cette disparition. Le récit, dont la première partie parut en 1971, resta seize ans en panne, jusqu’à la mort de Jacobs en janvier 1987.

  • 25 Textes et crayonnés rassemblés dans le Dossier Mortimer contre Mortimer, Bruxelles, Éditions Blake (...)
  • 26 Le Rayon « U », réalisé en 1943 et entièrement recomposé en 1974 (Bruxelles, Éditions Blake et Mort (...)

17Son œuvre, comme celle d’Hergé, est donc restée inachevée, comme si l’auteur ne pouvait se résoudre à écrire l’ultime mot « fin » qui terminait les épisodes précédents. Jacobs avait pourtant écrit entièrement le scénario de sa dernière histoire, il en laissa les dialogues au complet et des ébauches d’images en crayonnés sommaires25, mais ne put en finaliser la réalisation. Il eut pourtant le temps de se mettre à la rédaction de ses mémoires et à la reprise d’un ancien récit, entièrement redessiné26. C’est en Olrik qu’il investissait son travail de scénariste. Le fourbe colonel était son faiseur d’intrigues, et donc son double. La mort d’Olrik ne signait-elle pas dès lors la sienne ? Il pouvait bien programmer celle de sa créature, mais non la réaliser, ni lui survivre. On ne saurait mieux voir dans cette impossibilité de finaliser le terme annoncé de la saga l’extraordinaire investissement d’un créateur dans sa création, fut-ce celle d’un « opéra de papier ».

Le référent chrétien

  • 27 Dans la tradition des catéchismes illustrés, la Bible, la vie de Jésus, l’histoire de l’Église et l (...)

18Chez Hergé et Jacobs, le référentiel de la mort est principalement biblique et chrétien. Ces deux artistes, comme la majorité des auteurs de bandes dessinées belges de cette époque, avaient appris leur métier dans un milieu professionnel catholique et fier de l’être. La première imprégnation des histoires dessinées imprimées au milieu du siècle dernier relevait largement d’une pastorale de l’Église catholique alors audacieuse pour diffuser de la sorte, en Belgique comme en France, l’exemplarité de la morale chrétienne. Les premiers héros dessinés étaient des saints et leur engagement pour le Bien était celui des valeurs de l’Évangile27.

  • 28 J’ai essayé de montrer comment un référentiel chrétien structure la plupart de ses productions, si (...)
  • 29 Michel Vovelle, « La mort et l’au-delà dans la bande dessinée », L’Histoire, 3, 1978, p. 34.

19Dans un contexte de sécularisation et de délitement des institutions religieuses, ces références ont peu à peu disparu, mais la tonalité est restée catho-laïque, y compris dans les parodies de la religion ou ses détournements romanesques ésotériques du type heroic fantasy28. Michel Vovelle pouvait constater en 1978 : « la littérature populaire de la mort n’explicite plus le recours à Dieu. La BD se garde de toute intrusion incongrue dans le domaine des valeurs officiellement reçues29 ». Les temps ont bien changé, les dieux sont revenus, ils ont recours aux hommes et les « valeurs officiellement reçues » sont revisitées de bien des manières.

20Les repreneurs de la série Blake et Mortimer n’hésitent plus, par exemple, à faire intervenir Dieu quand il s’agit de châtier l’impie. Dans La Malédiction des trente deniers (tome 2, La Porte d’Orphée, 2010), Blake et Mortimer se retrouvent face à Olrik dans la grotte où repose le cadavre de l’apôtre Judas, et où sont les deniers gagnés pour avoir trahi Jésus. Olrik y a conduit l’infâme Von Stahl qui voulait mettre la main sur cette fameuse bourse, pour lui gage de protection de ses machiavéliques projets. Mais le cadavre de l’apôtre se ranime pour appeler à la vengeance du Seigneur : « Que la malédiction divine retombe sur toi, ô être impie ! Entre tes mains sacrilèges se trouve le sang des péchés du monde, et ce sang se fera feu pour te punir de tes crimes » (planches 49 et 50). Olrik assiste, médusé, au tremblement de terre et à la foudre qui s’abat sur Von Stahl suite à cette prière de Judas ainsi pardonné. Cette irruption du surnaturel fait s’exclamer Mortimer : « Dieu tout-puissant… je rêve ! »

  • 30 René Nouailhat, Jacobs. La marque du fantastique. Mythologie, politique et religion dans la bande d (...)
  • 31 Van Hamme (scénariste de Thorgal, XIII, Largo Winch, etc.) parle lui-même du scénario du Grand pouv (...)

21Chez Jacobs, le fantastique puisait toujours dans la réalité ; c’est son hyperréalisme qui le rendait fascinant. Le décor n’évoquait guère le monde religieux, il restait totalement sécularisé, même si les récits étaient structurés par de grandes thématiques religieuses, manichéennes ou apocalyptiques30. Leur reprise aujourd’hui se fait dans des représentations qui ouvrent les arrière-mondes. Le scénariste de La Malédiction des trente deniers, Jean Van Hamme, n’est pas gêné pour jouer sur les thématiques chrétiennes. Il le fait en bien d’autres de ses séries qui connaissent les plus forts tirages de la bande dessinée de ces dernières décennies. Le Plan de Dieu et l’économie du Salut chrétien sont, pour cet auteur, un formidable filon scénaristique. Dans l’univers théologico-féérique où se déploient ses récits, ils redonnent sens à la mort31.

  • 32 Voir Régis Debray, La Bible, Ancien et Nouveau Testament à travers 200 chefs-d’œuvre de la peinture (...)

22D’une façon générale, la bande dessinée s’inscrit dans une histoire de l’art séquentiel illustré qui, en Occident, a son référentiel culturel privilégié : la Bible et l’histoire du christianisme, où la représentation de la mort est centrale32. Elle y est racontée dans les cryptes, sur les sarcophages, par tout ce qui s’est exposé dans les églises, sur les tympans et les chapiteaux, les vitraux et les retables ou les quatorze stations des « chemins de croix ». Les enluminures des psautiers, des missels et des manuscrits de textes sacrés multiplient les images (une Bible pouvait avoir au Moyen Âge plus de cinq mille vignettes).

  • 33 Voir André Grabar, Le premier art chrétien, Paris, Gallimard, 1956.

23Les scènes de crucifixions étaient sans doute inimaginables aux premiers temps du christianisme. Elles furent longtemps impossibles33. Elles sont sans doute aujourd’hui banalisées par leur omniprésence et le faste du mobilier liturgique qui les enveloppe, comme les pierres précieuses des reliquaires cachent la réalité des pauvres restes des saints, morceaux d’os ou têtes de mort, exposés à la vénération des fidèles. Mais le corps nu et ensanglanté de Jésus agonisant cloué sur la croix reste bel et bien au centre de tout lieu de culte chrétien.

Vivants, morts et morts-vivants

  • 34 Série commencée en 1977, aujourd’hui déployée en sous-séries. Parmi tant d’autres, citons aussi, pa (...)
  • 35 Voir René Nouailhat, « Mourir en bande dessinée », dans Daniel Faivre (dir.), La mort en questions. (...)

24Le thème de la mort est repris par des histoires dessinées plus récentes. Beaucoup traitent du « royaume des morts » comme d’un monde aux strates multiples que traversent dieux, demi-dieux, anges, esprits, fantômes, passeurs ou errants en transit du monde des dieux au monde humain, ou superhéros investis d’une mission spéciale. Les aventures de Thorgal en sont une illustration particulièrement réussie, sous la plume de Van Hamme et avec le dessin de Rosinski34. Quantité de séries exposent de multiples figures d’outre-tombe, ghosts, spectres errants, fantômes et morts-vivants35.

  • 36 Depuis 2003 aux États-Unis et 2007 en France, vingt et un livres déjà parus chez Delcourt.

25Ce phénomène déborde largement l’univers franco-belge qui a marqué la BD européenne. Dans le monde des superhéros à l’américaine, on joue constamment avec la mort ou l’immortalité. Certains meurent et reviennent (Superman), d’autres meurent pour de bon (Captain Marvel, Captain America), d’autres ne peuvent pas mourir (Batman). La série Walking Dead, écrite par Robert Kirkman et dessinée par Charles Adlard36, met aux prises des morts-vivants et des vivants. Ces derniers, survivants de l’ancienne espèce humaine réduite à la précarité et à l’anarchie, sont devenus terriblement dangereux pour les zombies qui les recherchent pour s’en repaître. Ces histoires, ultra-violentes, sont dessinées tout en grisaille. J. Michael Straczynski raconte, dans une veine assez proche, l’histoire de Norrin Redd devenu le superhéros Silver Surfer. Esad Ribic la dessine dans Requiem (Delcourt, 2007) qui signe la mort du héros qui était chargé par le « dévoreur des mondes », l’immortel Galactus, d’une mission salvatrice. Ce récit, divisé en séquences aux titres liturgiques (Kyrie, Sanctus, Benedictus, Agnus-Dei), se déploie dans un univers galactique tourmenté, entre ouragans cosmiques et scènes apocalyptiques. Le sacrifice de Silver Surfer est ainsi évoqué : « Quand il sera mort, coupe-le en petites étoiles et il rendra la face du ciel si splendide que tout l’univers sera amoureux de la nuit. » La tragédie de la mort est, dans ces récits, tout autant celle des immortels voués à être de perpétuels errants.

  • 37 Voir par exemple Exauce-nous, écrit par Pierre Makyo et dessiné par Frédéric Bihel (Futuropolis, 20 (...)

26Les fantasmes mis en bandes dessinées puisent aux mêmes sources mythologiques bibliques et se heurtent aux mêmes interrogations existentielles. Ces histoires ouvrent d’autres voies à résonance métaphysique et, de ce fait, à d’autres inventions graphiques pour les exprimer37.

  • 38 Jacques Tardi illustre le thème de la Première Guerre mondiale depuis longtemps (Adieu Brindavoine (...)
  • 39 Dans cette large production, citons Hugo Pratt (Les Celtiques, 2011), Jean-Pierre Gibrat (Mattéo, 2 (...)
  • 40 Luc Révillon, La Grande Guerre dans la BD. Un siècle d’histoires, Issy-les--Moulineaux, Beaux Arts (...)

27Dans les récits historiques, la mort est traitée de façon plus réaliste. L’auteur de référence reste, dans cette veine, Jacques Tardi. Dans une œuvre militante, farouchement antimilitariste, il n’hésite pas à dessiner de façon très réaliste des mourants et des cadavres38. À l’occasion des commémorations du centenaire de la guerre de 14-18, nombre d’auteurs de BD, et parmi les plus talentueux, ont aussi abondamment illustré la Grande Guerre ces dernières années39. Rien qu’en 2014, on compte plus d’une centaine de titres, près de deux cents depuis dix ans, soit beaucoup plus de la moitié de ce qui avait été publié sur le sujet depuis cent ans40.

  • 41 Par exemple la série de Raoul Cauvin et Marc Hardy, Pierre Tombal, dans le journal de Spirou depuis (...)

28Ajoutons que la parodie macabre et l’humour noir restent des genres convenus pour tourner l’angoisse en dérision et pour faire rire de ce qui fait peur41.

*

  • 42 À partir du conte, du récit ou de l’image, voir H. Lethierry (dir.), Parler de la mort… et de la vi (...)

29La mort ne peut pas ne pas inquiéter. En racontant des histoires qui ont une fin, même si les personnages donnent l’impression d’y échapper en s’immortalisant en figures d’imagination, la BD parle de la mort et aide de ce fait à en parler42. Par son extraordinaire créativité et son aptitude à jouer avec nos représentations et nos fantasmes, elle relève des arts du divertissement. Mais justement parce qu’elle joue de nos fantasmes, elle aide à affronter la mort en son mystère. Par les manières d’en traiter, de la mythologiser, de la moquer, de l’historiciser, elle en conjure la peur dans l’imaginaire fabuleux du vivant. Ce qui aide finalement à la rendre vivable.

  • 43 Spirou, 16 janvier 2015, p. 38.
  • 44 La Croix, 13 janvier 2015, p. 9. Piem avait rassemblé ses pensées et dessins d’humour sur la mort d (...)

30Un mot encore, en écho à une actualité tragique. Sous la menace de mort qu’ils avaient maintes fois reçue, les caricaturistes de Charlie Hebdo avaient su la tourner en dérision. C’était leur manière de résister à l’intolérable et de vivre l’inexorable. Apprenant l’assassinat de Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski le 7 janvier 2015, un dessinateur signait le jour même l’épitaphe qui aurait pu être gravée sur leurs tombes : « morts de rire ». Le cercueil de Tignous fut recouvert de caricatures comme un signe de victoire du dessin sur la mort. L’un des dessins publiés par Spirou fait dire au tueur cagoulé qui serre sa kalachnikov en tremblant et en montrant le cadavre de celui qu’il a abattu : « Il… il m’a menacé avec son crayon43 ! » Ce à quoi semble répondre, dans un dessin de Piem, le mort qui se hisse hors de sa tombe pour crier : « C’était pour rire44 ».

Haut de page

Notes

1 Les bandes dessinées existent depuis que les hommes représentent ces figures de l’imaginaire sous forme graphique et narrative, et les scènes de mort ou d’outre-tombe s’y trouvent depuis toujours : voir les rouleaux de papyrus du Livre des Morts des anciens Égyptiens ou le Bardo Thodol (Livre des Morts du bouddhisme tibétain). Nous prenons ici la bande dessinée au sens actuel du terme, de récit en images et imprimé.

2 Depuis leur mort dans les années 1980, ces deux créateurs bénéficient d’une notoriété qui ne fait que croître et les analyses sur leur œuvre n’en finissent pas de se multiplier : une dizaine de livres par an pour Hergé et quantité d’études sur Jacobs. Pour ce dernier, bien que datées dans les années 1950, les aventures de Blake et Mortimer prennent une nouvelle actualité « dans le contexte sociologique, économique, idéologique et technologique actuel », écrit Stéphane Thomas. « Le monde vit à nouveau dans la peur d’un anéantissement provenant de nouvelles menaces terroristes, ésotérico-religieuses ou politico-financières » (Thomas S., La revanche d’Edgar P. Jacobs, Andrésy, GOMB-R Éditions, 2012, p. 66).

3 Propos rapportés par Benoît Peeters, « Tintin l’aventure continue », Télérama hors série, janvier 2003.

4 Gallimard, 1981.

5 Ce serait même une raison de la fascination qu’ils exercent : le rapport à un temps immobile traduisant, chez le lecteur, une sorte d’inconsolable nostalgie de l’origine et le désir d’y demeurer. Voir Benoît Peeters, « La vie rêvée des cases fantômes », Philosophie Magazine, hors série 15, septembre 2012, p. 93.

6 Ainsi de Tintin reporter qui court tout le temps à un Tintin plus zen, voir Sylvain Bouter, « Tintin à la revue de détail », Communication et langages, 98, p. 88-92.

7 Voir Michel Daubert (coll.), Les personnages de Blake et Mortimer dans l’histoire. Les événements qui ont inspiré l’œuvre d’Edgar P. Jacobs, Paris, Sophia publications/Historia, 2014.

8 Ce n’est que dans sa dernière aventure que Tintin apparaît en jeans et non plus dans le pantalon de golf marron qu’il portait depuis 1930. Ses multiples déguisements ne modifiaient jamais son allure première, pas plus que la bonne Bécassine n’a pu quitter sa coiffe et son tablier blanc ou le groom Spirou sa livrée rouge. Sous le crayon de leurs créateurs, certains aspects ont changé (le marin en perdition Haddock devient châtelain respectable), mais leur identité reste inchangée (Tintin toujours au service du Bien, Haddock toujours colérique et généreux, etc.).

9 Parfois le décor peut être entièrement redessiné, comme dans L’Île noire (1937, version modifiée en couleur en 1943, modernisée en 1965), ou l’essentiel des dialogues réécrits, comme pour Tintin au Congo (initialement Tintin dans la brousse). D’où les multiples changements de découpage, parfois de format : Le Temple du soleil fut édité en strips noir et blanc en 1943 dans Le Soir, en bandes horizontales en 1946 dans le premier numéro du journal Tintin (réédité sous cette forme en 2003), en pages album depuis 1949. Ces reprises pouvaient aller jusqu’aux changements de références historiques comme dans Au pays de l’or noir : histoire commencée en 1939, reprise et terminée en 1948, les kidnappeurs juifs de Tintin devenant arabes en 1971 pour suivre les changements de l’actualité (depuis la création de l’État d’Israël en 1948, il était devenu anachronique de présenter des organisations juives luttant contre la tutelle anglaise).

10 C’est une caractéristique des « repreneurs » des séries classiques : on retrouve Blake et Mortimer vieillis dans L’Aventure immobile de Convard et Juillard (Dargaud, 1998, réédition dans Le dernier chapitre, Dargaud, 2009) ou rajeunis dans Les sarcophages du 6e continent ou Le bâton de Plutarque de Sente et Juillard (Éditions Blake et Mortimer, 2003 et 2014).

11 Hergé lui rend hommage en faisant intervenir ses célèbres bêtes, « la vache qui rit » comprise, p. 124-126.

12 Seules quelques paroles ressortent de ces images d’enfermement où l’on ne voit plus rien : « On va nous laisser mourir de faim » (p. 4), « À mort ! » (trois fois répété, puis plus rien, uniquement un carré noir, p. 102).

13 Image remplacée dans les éditions ultérieures par un dessin plus « soft ».

14 L’histoire, alors intitulée Tintin chez les Arumbayas, parut d’abord dans Le Petit Vingtième en 1935 puis dans l’hebdomadaire catholique Cœurs Vaillants. Dans la vignette qui suit celle de leur noyade, Ramon et Alonzo, les deux bandits, sont conduits à coups de fourche par trois diablotins en Enfer. La scène parut trop osée, trop « satanique », pour l’abbé Courtois. Elle fut supprimée. Hergé la remplaça par une image de Tintin murmurant : « Dieu ait leur âme ».

15 On a marché sur la lune, p. 55.

16 Dans Numa Sadoul, Tintin et moi. Entretiens avec Hergé, 1975, réédition Casterman, 2000, p. 171.

17 Le Monde d’Hergé, 1983, réédition Casterman, 1991, Hergé fils de Tintin, Paris, Flammarion, 2002.

18 Les personnages créés par Hergé révèlent, au-delà de la caricature qui en fait des marionnettes comiques (les distractions du savant Tournesol, les colères du marin Haddock, la présence envahissante de la Castafiore, la bêtise des Dupont-Dupond, etc.), les aspects complexes de la personnalité de leur créateur, « homme à secrets » selon Serge Tisseron, Tintin chez le psychanalyste (Calmann-Lévy, 2004) et Tintin et le secret d’Hergé (Presse de la Cité, 1993).

19 Tintin et l’Alph-Art, p. 48.

20 Le journal qui porte son nom, Tintin, disparaît quant à lui le 29 novembre 1988. D’autres périodiques suivront, plus éphémères, mais, à quelques rares exceptions (Spirou a fêté ses 75 ans en 2014), c’est aussi la fin d’un certain type de publication avec ses parutions en épisodes « à suivre ».

21 Deux dans Le Secret de l’Espadon (la guerre de l’Empire jaune suit la Seconde Guerre mondiale que reprend Le bâton de Plutarque en 2014), la guerre froide qui se conclut en vaste offensive en finale de S.O.S. Météores et deux dans le Piège diabolique (situées en 2075 et en 5060). L’étrange rendez-vous des repreneurs Jean Van Hamme et Ted Benoît (2001) en annonce plusieurs autres à partir du xxie siècle (planche 36).

22 Au point que la parution de l’album ait été interdite en France « en raison des nombreuses violences qu’il compte et de la hideur des images illustrant ce récit d’anticipation », selon les termes de la Commission de surveillance et de contrôle de la presse enfantine du 25 juin 1962.

23 Planche 39, les policiers qui s’enfoncent dans les galeries souterraines évoquent non sans malaise la disparition de ceux qui s’y sont aventurés : « Dites donc, dit l’un d’eux, vous n’avez rien de plus drôle à raconter  ? ».

24 J’ai essayé de saisir les ressorts de cette étrange figure du « méchant » dans Olrik ou le secret du mystère Jacobs, Saint-Egrève, Mosquito, 2014.

25 Textes et crayonnés rassemblés dans le Dossier Mortimer contre Mortimer, Bruxelles, Éditions Blake et Mortimer, 1990.

26 Le Rayon « U », réalisé en 1943 et entièrement recomposé en 1974 (Bruxelles, Éditions Blake et Mortimer, 1998).

27 Dans la tradition des catéchismes illustrés, la Bible, la vie de Jésus, l’histoire de l’Église et les vies de saints ont constitué les thématiques de ces publications pour la jeunesse. Hergé a commencé sa carrière en 1927 comme illustrateur dans le quotidien catholique Le Vingtième siècle dirigé par l’abbé Wallez ; il y créa le personnage de Tintin à la suite de son petit Totor, chef de la patrouille des Hannetons, qu’il dessinait l’année précédente dans Le Boy-Scout belge. Par sa générosité et dans ses engagements pour les valeurs d’amitié et de justice, Tintin est resté le type du « héros catholique », selon le titre du quotidien du Vatican, L’Osservatore romano du 7 novembre 2011. Et la série Blake et Mortimer est au catalogue des Éditions du Triomphe, spécialisées dans la BD catholique. Voir Roland Francart, La BD chrétienne, Paris/Québec, Cerf/Fides, 1994.

28 J’ai essayé de montrer comment un référentiel chrétien structure la plupart de ses productions, si éloignées paraissent-elles de la vision chrétienne traditionnelle. René Nouailhat, Les avatars du christianisme en bandes dessinées, les nouvelles aventures des “bons pères” aux quêteurs de sens des années 2000, Fernelmont, EME, 2014.

29 Michel Vovelle, « La mort et l’au-delà dans la bande dessinée », L’Histoire, 3, 1978, p. 34.

30 René Nouailhat, Jacobs. La marque du fantastique. Mythologie, politique et religion dans la bande dessinée Blake et Mortimer, Saint-Egrève, Mosquito, 2004.

31 Van Hamme (scénariste de Thorgal, XIII, Largo Winch, etc.) parle lui-même du scénario du Grand pouvoir du Chninkel en termes de « marketing théologique ». Ce récit en dix chapitres et 134 planches, en noir et blanc (1986, réédition en couleur en 2001), baigne dans un climat biblique ; la fin du Chninkel est carrément christique. Comme Jésus sur la croix, enchaîné les bras en croix à l’aérolithe qui figure la Parole du « Maître Créateur des mondes ». Dans sa souffrance, son dernier sentiment est de pardon pour ceux qui le mettent à mort et d’abandon ; il revit en quelque sorte les dernières paroles du Christ en croix : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Évangile selon Saint Luc, 15, 34) et « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » (Évangile selon Saint Matthieu, 27, 46).

32 Voir Régis Debray, La Bible, Ancien et Nouveau Testament à travers 200 chefs-d’œuvre de la peinture, Paris, Presses de la Renaissance, 2004 ; François Boespflug, Dieu et ses images. Une histoire de l’éternel dans l’art, Paris, Bayard, 2008.

33 Voir André Grabar, Le premier art chrétien, Paris, Gallimard, 1956.

34 Série commencée en 1977, aujourd’hui déployée en sous-séries. Parmi tant d’autres, citons aussi, par exemple, la série du Grand Mort qui mêle monde apocalyptique et conte fantastique (Glénat, depuis 2007), Les Anges visiteurs ou Mourir n’a jamais tué personne (Sandawe, 2015).

35 Voir René Nouailhat, « Mourir en bande dessinée », dans Daniel Faivre (dir.), La mort en questions. Approches anthropologiques de la mort et du mourir, Toulouse, Ères, 2013, p. 394-419.

36 Depuis 2003 aux États-Unis et 2007 en France, vingt et un livres déjà parus chez Delcourt.

37 Voir par exemple Exauce-nous, écrit par Pierre Makyo et dessiné par Frédéric Bihel (Futuropolis, 2008). Un grand nombre de publications s’attache aux interrogations portées par la BD : ainsi des analyses publiées par Philosophie magazine hors série, 2013, « Spécial bande dessinée », titré « La vie a-t-elle un sens ? ».

38 Jacques Tardi illustre le thème de la Première Guerre mondiale depuis longtemps (Adieu Brindavoine suivi de La fleur au fusil, 1979 ; Le trou d’obus, 1984 ; La véritable histoire du soldat inconnu, 1991 ; C’était la guerre des tranchées, 1995 ; Putain de guerre, 2008). La guerre apparaît dans son absurdité et sa monstruosité tout au long de ces récits et l’horreur de la mort s’expose dans Le Cri du peuple (adaptation du roman de Jean Vautrin, 1999).

39 Dans cette large production, citons Hugo Pratt (Les Celtiques, 2011), Jean-Pierre Gibrat (Mattéo, 2008-2014), Le Naour (pour le scénario des Taxis de la Marne, de La faute au midi, de François Ferdinand, 2014), Frank Giroud pour le scénario du Soldat inconnu, 2005 et Quintett, 2007), Patrick Cothias, Patrice Ordas et Alain Mounier (L’ambulance 13, 2013), Guillaume Bertheloot et Patrick Deschamps (La bataille de la Marne, 2013), Manu Larcenet (La ligne de front, 2004), les deux tomes de 14-18 (2014), etc.

40 Luc Révillon, La Grande Guerre dans la BD. Un siècle d’histoires, Issy-les--Moulineaux, Beaux Arts éditions, 2014. En 241 pages, Luc Révillon inventorie tous les genres sur le sujet depuis les récits illustrés contemporains de la guerre aux plus récentes publications.

41 Par exemple la série de Raoul Cauvin et Marc Hardy, Pierre Tombal, dans le journal de Spirou depuis 1983 : trente albums de gags sur les mésaventures d’un fossoyeur et de la mort (avec sa faux et sa robe noire), Histoire d’os, La pelle aux morts, Squelettes en fête, etc.

42 À partir du conte, du récit ou de l’image, voir H. Lethierry (dir.), Parler de la mort… et de la vie. Un tabou dans l’éducation ?, Paris, Nathan, 2004.

43 Spirou, 16 janvier 2015, p. 38.

44 La Croix, 13 janvier 2015, p. 9. Piem avait rassemblé ses pensées et dessins d’humour sur la mort dans Au revoir et encore merci (Le Cherche midi, 1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Nouailhat, « La fin de l’histoire, ou l’imaginaire de la mort en BD », Socio-anthropologie, 31 | 2015, 23-35.

Référence électronique

René Nouailhat, « La fin de l’histoire, ou l’imaginaire de la mort en BD », Socio-anthropologie [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2096 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2096

Haut de page

Auteur

René Nouailhat

René Nouailhat, docteur ès Lettres HDR, est historien des religions, spécialisé dans la constitution du discours chrétien au temps de la christianisation de l’Empire romain. Il a fondé en 1996 à Dijon l’Institut de formation à l’étude et l’enseignement des religions (IFER), au Centre universitaire catholique de Bourgogne. C’est dans ce cadre qu’il a étudié dernièrement le fait religieux en bandes dessinées. Il a publié entre autres Le spiritualisme chrétien dans sa constitution (Desclée, 1976), Les premiers christianismes (Errance, 1988), La genèse du christianisme de Jérusalem à Chalcédoine (Le Cerf/CNDP, 1994, rééd. 1997), Enseigner le fait religieux, un défi pour la laïcité (Nathan, 2004). Et dans le domaine de la bande dessinée : Jacobs, la Marque du fantastique (Mosquito, 2004), Olrik ou le secret du mystère Jacobs (Mosquito, 2014), Les avatars du christianisme en bandes dessinées (EME, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org