Navigation – Plan du site
Dossiers : Mortels ! Imaginaires de la mort au début du XXIe siècle

Les imaginaires de la mort dans le roman policier macabre, entre cadavérisation et putréfaction

Fabienne Soldini
p. 73-86

Résumés

Cet article analyse les représentations de la mort et du cadavre dans la littérature policière contemporaine, qui peut être considérée comme macabre car elle s’attache aux représentations du corps mort et à sa thanatomorphose, qui se déroule en deux étapes, la cadavérisation et la putréfaction. Les romans donnent à voir les représentations de la mauvaise mort, qui s’imprime dans la corporalité cadavérisée. La cadavérisation en souffrance déshumanise le mort pour le bestialiser et le réifier. L’autopsie devient la première étape indispensable du rite de séparation d’avec le mort, par la reconnaissance de ses souffrances et la découverte puis le châtiment du tueur. Les romans décrivent aussi avec force de détails les corps en putréfaction qui figurent la mort laide et sale. Ils traitent de la peur de l’ingestion par la vermine et les insectes nécrophages et de la terreur de la dévoration par des animaux sauvages et aussi par des animaux domestiques ensauvagés. Ils montrent la peur contemporaine de la mort anonyme ainsi que l’infamie de la mort sans sépulture, qui toutes deux néantisent l’être.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jankélévitch V. (1977), La mort, Paris, Flammarion.
  • 2 Au sens proppien du terme ; voir Propp V. (1970), Morphologie du conte, Paris, Seuil.
  • 3 Ariès P. (1977), L’homme devant la mort, t. 1, Le temps des gisants, Paris, Seuil, p. 112.
  • 4 Thomas L.-V. (1980), Le cadavre, Bruxelles, Complexe.

1La littérature, mise en forme matérielle des imaginaires sociaux et anthropologiques, s’avère particulièrement pertinente pour analyser notre société, ses peurs et ses fantasmes. Une des peurs fondamentales, tant individuelle que sociale, est la peur de la mort découlant de notre conscience de mortel, qui relève autant de l’expérience individuelle que du vécu collectif, social et anthropologique. La mort s’affirme comme le scandale1 ontologique absolu, car nul, quelle que soit sa condition sociale, ne peut échapper à son destin de mortel ; elle est la seule certitude que nous ayons de toute notre existence. Cette peur de la mort nourrit notre imaginaire et s’imprime dans des formes littéraires, dont le roman policier qui, depuis sa création au milieu du xixe siècle, médiatise les représentations de la mort violente. L’intrigue policière est construite autour de la trilogie constituée par les personnages formels2 : assassin, détective et victime. Or, depuis le début des années 1990, il s’est produit une évolution narrative majeure du personnage de la victime dont le cadavre est à présent au premier plan des récits, faisant l’objet de descriptions très détaillées allant de plusieurs paragraphes jusqu’à un chapitre entier. Ces expositions du cadavre littérarisé sont de deux ordres : tout d’abord, le moment de sa découverte qui donne lieu à des tableaux narratifs saisissants et précis de l’état du corps ou de ce qu’il en reste, du cadavre mort depuis peu, profané de diverses façons, quelquefois réduit à n’être plus qu’un magma de chairs tuméfiées rappelant vaguement l’humain qu’il a été, jusqu’à la charogne puante, envahie par toutes sortes de vermine et de prédateurs nécrophages. La seconde monstration développée du cadavre littérarisé s’effectue lors des scènes de plus en plus fréquentes d’autopsie, réalisée pour connaître les circonstances exactes de la mort, et qui autorisent un étalage discursif particulièrement important de la corporéité cadavérisée. Cette transformation de la littérature policière, productrice de discours sur la mort charnelle, la définit comme une forme contemporaine de littératures macabres, la faisant renouer avec les arts macabres médiévaux, lesquels exposent, pour Philippe Ariès, « les représentations réalistes du corps humain pendant qu’il se décompose. Le macabre médiéval […] commence après la mort et s’arrête au squelette3 ». Ainsi, le macabre contemporain suit fidèlement ses traces en exposant minutieusement le procès de ce que Louis-Vincent Thomas nomme la thanatomorphose4, c’est-à-dire le travail de la mort rythmé par les différents stades de la métamorphose de la corporalité cadavéreuse, dont il distingue deux grandes étapes : la cadavérisation et la putréfaction. Le corps par l’action de la mort devient cadavre, le cadavre se mue en charogne, et in fine la charogne devient squelette, puis cendres. La cadavérisation s’exprime avec le cadavre mort récemment porteur des stigmates de la souffrance, et la putréfaction avec le cadavre pourrissant porteur des traces de l’infamie de la mort, détachant définitivement le mort de la commune humanité, jusqu’à la dissolution de son être et sa néantisation. Les romans produisent un discours sur la mort, comme état et comme processus, à travers le corps mort, et dévoilent ainsi les imaginaires sociaux et anthropologiques de la mort et du cadavre.

Cadavérisation et déshumanisation

  • 5 May P. (2008), L’éventreur de Pékin, Paris, Rouergue, p. 90.

2Rien ne ressemblait moins à un être humain qu’un cadavre. Il pensa que c’était cette impression d’irréalité qui masquait à chacun l’horreur de la vérité, que nous étions tous mortels5.

La mauvaise mort et l’intolérable souffrance

  • 6 Jankélévitch V., La mort, op. cit.
  • 7 Fassin D., Bourdelais P. (2005), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’hi (...)
  • 8 C’est notamment ce que révèlent les débats passionnés sur l’euthanasie et le suicide assisté, où la (...)
  • 9 Thomas L.-V. (2000), Les chairs de la mort. Corps, mort, Afrique, Paris, Institut d’édition Sanofi- (...)

3Toute mort est violence6 et constitue une rupture de l’ordre social. Les morts décrites dans les romans policiers décuplent la violence intrinsèque de la mort, car elles résultent d’un meurtre, double rupture du contrat et de l’ordre social. Cette cadavérisation criminelle ou transformation du vivant en cadavre par l’action d’un tueur est porteuse des stigmates de la souffrance ; le corps entier ou morcelé de l’assassiné hurle l’atrocité du trépas. Les thrillers contemporains regorgent de représentations richement détaillées de cadavres ensanglantés, torturés, mutilés ou écorchés, devenus impurs, car souillés par le sang qui révèle les souffrances endurées. Ils affectionnent les meurtres sadiques, qui envisagent la mort comme une délivrance pour la victime. Car si la mort reste le scandale ontologique absolu, elle est à présent supplantée dans l’imaginaire social par la souffrance, devenue l’incarnation ultime de l’intolérable7. La souffrance est inacceptable8, car, explique Louis-Vincent Thomas, « aujourd’hui, la souffrance n’a aucune valeur rédemptrice ; elle incarne le mal suprême tout comme la mort est devenue le scandale par excellence9 ».

  • 10 Bachelard G. (1985), La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard (Folio).

4L’horrible mort en souffrance symbolisée par le cadavre ensanglanté révèle l’ambivalence symbolique du sang, principe de vie et fluide vital, mais qui, hors du corps, désigne la mort agissante ainsi que la souffrance des chairs déchirées, souillant alors le cadavre frappé du stigmate de l’impureté. La souffrance est aussi souvent illustrée par l’atroce mort du brûlé vif. Gaston Bachelard a montré toute l’ambivalence de la symbolique du feu, purificateur, mais également destructeur10. Si le feu purifie le mort, il torture le vivant ; le cadavre d’un brûlé vif n’est pas un cadavre apaisé, car il porte la double souillure de la mort et de la souffrance.

  • 11 Voir (1998), Europe, 835-836, Sade / Le Grand-guignol.
  • 12 Soldini F. (2002), « Le thriller, autopsie contemporaine », dans Alain Pessin, Marie-Caroline Vanbr (...)
  • 13 Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit.
  • 14 Hintermeyer P. (2004), « La quête de la bonne mort », dans Simone Pennec (dir.), Des vivants et des (...)

5Un des arguments critiques couramment invoqués pour déprécier le thriller contemporain est l’accusation de violence gratuite qui flatterait le voyeurisme sadique du lecteur. En réalité, tout comme le théâtre français du Grand-Guignol du xixe siècle11 que la forme la plus sanglante du thriller perpétue, cette exhibition de la cadavérisation dans la souffrance est signifiante. Elle traduit les terreurs contemporaines qui peuplent l’imaginaire social, tout comme elle dénonce de façon extrême les fantasmes de la mauvaise mort favorisée par le délitement du lien social, exprimant ainsi le désarroi face à une perte de la confiance sociale où l’altérité est perçue désormais comme une menace dans une société pensée comme anomique12. Faisant fusionner la mort et la souffrance, les romans policiers macabres donnent à voir la conception contemporaine de la mauvaise mort, en s’inscrivant en porte à faux de l’idéal social de la bonne mort. Bonne mort/mauvaise mort n’est pas une opposition qui relève de l’éthique, mais qualifie les idéaux sociaux du bien mourir, qui varient selon les époques. Au Moyen Âge, la bonne mort était ainsi celle dont on faisait l’expérience, la mort subite représentant au contraire la mauvaise mort par excellence13 ; aujourd’hui, la bonne mort est une mort inconsciente – dans son sommeil de préférence – et surtout indolore14.

Bestialisation et réification du cadavre

  • 15 Reichs K. (2005), Os troubles, Paris, Robert Laffont, p. 97.
  • 16 « Les lèvres, totalement consumées, laissaient voir les dents, à l’émail noir et fendu […] Le nez é (...)

6Les représentations de la mort dans les romans policiers macabres montrent un cadavre déshumanisé. La corporalité tourmentée du vivant devenu cadavre le détache de l’état d’humain pour l’animaliser et le réifier. Les dénotations animales descriptives du cadavre opèrent un glissement de sens de l’animalité vers la bestialité, c’est-à-dire une animalité agressive et dangereuse symbolisant la mort agressive : « Le corps était tel que je m’en souvenais : sans tête, carbonisé, les bras recourbés dans une posture de combat, des mains racornies au point de ressembler à des griffes15. » Le vivant devenu cadavre tourmenté dans sa « charnalité » porte sur lui les attributs de la bestialité ; son visage, ses membres, tout ce qui faisait son humanité16 ont disparu, métamorphosés en symboles métonymiques menaçants.

7Si la mort bestialise les cadavres entiers, elle réifie les cadavres mutilés, démembrés, où l’être épars ne peut être reconstitué dans son intégralité, car bien souvent les membres ou organes détachés du corps ont disparu de la scène du crime et restent introuvables :

Elle était étendue nue sur le dos. L’exsanguination avait décoloré sa peau jusqu’à lui donner un aspect d’albâtre. Maura se souvient soudain d’une des salles du Bristish Museum où étaient exposées des dizaines de fragments de statues romaines. L’usure des siècles avait ébréché le marbre, fendu des cous, cassé des bras, ne laissant pas grand-chose de plus que des torses anonymes. C’était ce qu’elle voyait à présent gisant sur le plancher.

Une vénus brisée, sans tête17

  • 17 Gerritsen T. (2010), En compagnie du diable, Paris, Presses de la Cité, p. 30 [souligné par l’auteu (...)
  • 18 Voir Carol A. (2004), Les médecins et la mort, xixe-xxe siècle, Paris, Flammarion.
  • 19 Morin E. (1951), L’homme et la mort dans l’histoire, Paris, Corrêa.

8De tous les membres et organes manquants, l’absence de la tête signifie non seulement la déshumanisation de l’être au profit de sa réification, mais également sa néantisation, rejoignant en cela l’horreur de la défiguration, par mutilation, percussion ou brûlure. Le mort apparaît méconnaissable et, bien que connu puisque d’autres indices corporels attestent de son identité, il ne peut être reconnu ; cet état équivaut à celui de la mort sans nom du cadavre anonyme, la mort anonyme s’étant imposée comme l’angoisse contemporaine de la mort inacceptable, supplantant la peur moderne d’être enterré vivant18. Les romans redoublent le scandale de la mort qui s’impose comme la négation de l’être en présentant un mort sans visage qui anonymise l’être, qui le nie non seulement en tant que vivant, mais aussi en tant qu’individu, augmentant ce qu’Edgar Morin appelle le traumatisme de la mort19 par la perte de l’individualité.

  • 20 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 110.

9Visage et nom individualisent l’être condensé et essentialisé dans ces deux signifiants identitaires, l’extrayant d’une foule anonyme pour l’insérer socialement et affectivement. La mort défigurante ou anonyme, en réduisant à néant ce détachement, néantise irrémédiablement l’être. Car « le cadavre sans visage n’a plus d’identité. Il n’est plus rien, il n’est plus personne, à jamais effacé de la liste des humains20 » :

  • 21 Gerritsen T. (2007), La Reine des morts, Paris, Presses de la Cité, p. 154-155.

Ratwoman.
Et voilà. Tout ce qu’il reste d’une vie, pensa Maura en regardant le corps allongé sur la table, l’horreur que dissimulait le drap. Pas de nom, pas de visage, ton existence ramenée à un mot de trois syllabes qui ne fait que résumer la façon indigne dont ta vie s’est terminée. En nourriture pour rats21.

Mort agressive et rites d’apaisement

  • 22 Thomas L.-V., Les chairs de la mort, op. cit., p. 504.
  • 23 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 85.

10Par la mort violente et la cadavérisation qui cristallise la souffrance, les récits policiers offrent une représentation de ce que Louis-Vincent Thomas nomme la mort agression, « fantasme autour duquel gravitent des émotions bien plus violentes […]. Une telle façon de vivre la mort se brode sur un canevas d’angoisses et d’aversions profondes : désirs agressifs, peur d’un danger réel ou imaginaire22 ». De la mort agression découle la mort agressive et, par là même, « l’agressivité prêtée au mort […]. Il en veut aux survivants qui l’ont laissé mourir, qui ont peut-être désiré sa mort, qui ont surtout le tort d’être encore en vie. Pour mettre fin à cette agressivité – donc à notre culpabilité – il suffit de l’apaiser et de le purifier23 ».

11La souffrance inscrite sur et dans le corps de la victime réclame réparation, c’est-à-dire justice. Le rituel d’apaisement des cadavres morcelés débute avant tout par la reconstitution de leur intégralité, c’est-à-dire la restitution de leurs parties corporelles manquantes. Le mort apaisé ne peut l’être que dans sa complétude. Cependant, le principal rituel d’apaisement du mort en souffrance, qui neutralisera sa dangerosité symbolique, s’avère l’autopsie. L’examen minutieux effectué par le médecin légiste va révéler les souffrances de la victime et sa mort atroce. Les récits policiers, à la différence des récits d’horreur gore, choisissent de ne pas relater les supplices et l’agonie de la victime, mais les reconstruisent post-mortem lors d’une lecture interprétative des traces imprimées sur et dans son cadavre. L’autopsie qui profane davantage le corps relève d’un rituel laïc d’apaisement du mort car, après avoir raconté sa souffrance, elle découvre les causes et les circonstances de sa mort, qui conduisent irrémédiablement à la découverte du tueur et in fine à son châtiment, lequel, dans les thrillers, ne peut être que la mort, car le châtiment, sur un plan symbolique, se doit d’équivaloir à l’outrage commis.

  • 24 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit.
  • 25 « Tout comme la procédure sur le point de commencer : incision de la peau, entaille des chairs, mes (...)
  • 26 Car la mort impose le silence et on ne s’adresse au mort qu’à voix basse, comme si parler fort en s (...)
  • 27 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit.

12L’autopsie constitue le premier temps du rite de séparation d’avec ce cadavre terrifiant en double souffrance – au sens de calvaire et d’attente – qui est le temps de la sollicitude24 ; ainsi, invariablement dans les romans, le médecin légiste fait preuve de compassion envers le cadavre qu’il s’apprête à autopsier25, lui murmurant26 des paroles de consolation et d’apaisement, lui promettant de faire tout son possible pour trouver le tueur. Le second temps du rite de séparation est le rejet27 hors du monde des vivants avec les funérailles qui ne pourront être pleinement effectives qu’une fois le coupable identifié et la justice rendue.

La putréfaction ou la mort infâme

13Les thrillers macabres regorgent de descriptions réalistes de la deuxième étape de la thanatomorphose, la putréfaction, depuis un corps à peine touché par la décomposition, le seul indice désignant son avancée étant la tache verte abdominale, première trace visible du procès de putréfaction. Ces romans qui exposent les différents stades de la métamorphose du cadavre en charogne offrent une vision de la mort et de la corporéité totalement déromantisée :

  • 28 Chattam M. (2004), Maléfices, Paris, Michel Lafon, p. 14.

Désormais, et pour plusieurs mois, les corps allaient arriver dans un état de putréfaction avancée, tout gonflés, la « tache verte » abdominale, normalement limitée à la fosse iliaque droite, serait déjà propagée à tout le ventre. Ils seraient visqueux et suinteraient des asticots grouillants à l’intérieur28.

Mort sale, cadavre hideux

  • 29 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 83.
  • 30 Ibid., p. 70.

14Les récits exhibent une corporalité souillée, illustrant abondamment ce que constate Louis-Vincent Thomas : « le sale, la souillure par excellence, c’est bien le cadavre répugnant par ses couleurs, ses odeurs et ses écoulements29 ». Bien avant la vue, la souillure s’exprime avec ce que l’on a coutume d’appeler l’odeur de la mort. La mention de la puanteur est une des constantes des descriptions que font les récits macabres du cadavre entré en putréfaction. La puanteur s’impose ainsi comme le premier indice de la mort, à tel point que pour Thomas, « l’odeur de la pourriture est inséparable de l’image du cadavre et, au niveau du fantasme, elle est tellement envahissante et intolérable qu’on se la représente volontiers comme le critère même de la mort30 ».

  • 31 « Des relents à peine perceptibles et nauséabonds semblaient ternir la lumière solaire, lorsque nou (...)

15L’odeur symbolise de façon métonymique la mort31, d’autant plus que le cadavre entré en putréfaction n’a pas besoin d’être vu pour être perçu. Dans de nombreux romans, l’odeur trahit le cadavre et révèle sa présence, le sortant de son oubli pour l’amener sur le devant de la scène. Si la mort parfois se dérobe au regard, elle ne peut se dérober à l’odorat. Ce que disent les romans est que la mort incarnée dans le cadavre putréfié finit toujours par s’imposer, quel que soit le stratagème mis en œuvre par le tueur pour dissimuler le corps ; la pourriture triomphera de l’escamotage d’un cadavre, comme dans ce roman où l’odeur pestilentielle dénonce la présence du cadavre caché dans un conteneur hermétiquement clos, enfermé dans la cale d’un bateau ; la séparation sans sépulture n’est jamais trop forte pour isoler le mort du monde des vivants ; seul un rite funéraire accompli peut définitivement l’en détacher :

  • 32 Cornwell P. (2000), Cadavre X, Paris, Calmann-Lévy, p. 39.

Le conteneur avait été reculé contre un quai de chargement, le plus à l’écart possible. L’odeur écœurante devenait plus intense au fur et à mesure que nous nous approchions. Nous nous arrêtâmes devant le ruban jaune qui barrait la porte ouverte du conteneur. La puanteur était lourde et brûlante, semblant avoir absorbé le moindre atome d’oxygène32.

33343536

L’horrible travail de la mort : ingestion/dévoration

  • 37 « Car, à peine sonnée l’heure du trépas, les bactéries entrent en action. Les aérobies se chargent (...)
  • 38 « L’infestation par les vers blancs était très avancée. Ils grouillaient sous la peau, donnant l’im (...)

16Les récits macabres présentent le corps mort comme un corps en travail, qui continue à se transformer. Ils montrent la mort comme un processus, où l’achèvement de la vie humaine favorise d’autres formes de vie, qu’il s’agisse de bactéries37 ou d’insectes38. Bien que synonyme de la mort dans notre imaginaire, la putréfaction, en réalité, engendre la vie, mais une vie non humaine, puisque, comme le signale Thomas,

  • 39 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 27.

il n’est en tout cas pas paradoxal d’affirmer que la putréfaction, expression la plus sûre de la non-vie, devient le moment d’une vie grouillante, d’un festin final générateur de vie multipliée, où la matière vivante ne cesse d’éclore et de se répéter39.

  • 40 Les romans insistent sur la transformation de l’humain en nourriture par des descriptions de cadavr (...)
  • 41 « Tout en tenant la tête, elle ne put s’empêcher d’imaginer le rayon boucherie de son supermarché a (...)

17Si la mort souligne la finitude d’un être humain, elle autorise l’expression d’autres formes de vie qui se nourrissent de son corps. La personne autrefois vivante et aimée devenue charogne est réduite à être ingérée et digérée par diverses formes de vie animale. La putréfaction signifie la dissolution de l’être, sa négation totale par l’absorption. Elle annule brutalement la dignité de l’être humain, ridiculisant ses prétentions à être au sommet de la chaîne alimentaire pour le rétrograder tout en bas40. La mort redéfinit la hiérarchie du vivant, réduisant à néant l’idée de la supériorité de l’humain sur les autres créatures qu’il pense dominer41.

  • 42 Thomas L.-V. (1975), Anthropologie de la mort, Paris, Payot (Petite bibliothèque Payot), p. 201.

18Les romans policiers montrent un cadavre profané de multiples façons par la déprédation animale. Si tout corps est ingéré par les « obscurs travailleurs de la mort42 » chers à Thomas, processus naturel de décomposition du corps, les récits montrent aussi des cadavres dévorés et profanés par des animaux sauvages, illustrant en cela une double angoisse anthropologique et sociale : à l’angoisse de la dévoration s’ajoute la peur de l’indignité de la mort sans sépulture. En effet, dans de nombreux récits, les corps des victimes sont découverts par hasard, abandonnés en pleine nature ou dans une maison isolée ou bien encore rejetés par la mer. Ces corps-là sont méconnaissables, doublement profanés par l’ingestion/digestion des bactériophages et des insectes et la dévoration des prédateurs devenus charognards.

  • 43 « J’ai sorti un bandana de ma poche que j’ai noué devant ma bouche et mon nez, et je me suis accrou (...)
  • 44 Dont on peut considérer, quand on voit la terreur que le requin suscite dans notre imaginaire, que (...)

19Ils peuvent être envahis par des petits animaux nécrophages43, mais également être la proie d’animaux sauvages, allant du petit prédateur associé à la saleté comme le rat jusqu’aux grands prédateurs réputés féroces et terrifiants pour l’imaginaire tels les requins44 :

  • 45 Cornwell P. (2005), Et il ne restera que poussière, Paris, Éditions des Deux Terres, p. 125.

Les cadavres rejetés sur les plages ou sortis des rivières ou des lacs donnent souvent l’impression qu’un tueur fou a mutilé leur visage, leurs mains, leurs pieds, leurs organes génitaux, alors que les poissons, les crabes et les tortues sont les seuls responsables. Les rats, les vautours, les chiens et les ratons laveurs déchiquettent, arrachent, mastiquent, rongent les restes des squelettes. Qu’ils soient à quatre pattes, ailés ou dotés de nageoires, les prédateurs de toutes sortes infligent beaucoup de dégâts une fois la victime morte45.

Mais ils sont aussi victimes d’animaux domestiques carnassiers, comme les chats et les chiens, devenus ensauvagés :

  • 46 Reichs K. (2007), À tombeau ouvert, Paris, Robert Laffont, p. 21-22.

Avram Ferris avait fait l’erreur de passer l’arme à gauche, enfermé dans un cagibi avec deux chats de gouttière et un siamois.
Et pas assez de croquettes.
Difficile d’imaginer à quoi Ferris avait pu ressembler de son vivant. Il avait la joue gauche lacérée. Les parties d’os à nu, striées de griffures laissées par des dents, jetaient un éclat opalescent au milieu d’un vilain ragoût grenat. En revanche, le côté droit du visage, bien que boursouflé et couvert de marbrures, était pour ainsi dire intact46.

  • 47 « Il manque la main droite… – Elle a été retrouvée, intervint l’inspecteur Adams. Le chien du fosso (...)

20La mort annule le procès de domestication animale et libère les instincts de prédateurs des animaux autrefois sauvages transformés par l’action humaine en animaux de compagnie. Tout comme elle bestialise l’humain par son cadavre tourmenté, elle bestialise également l’animal domestique47.

Mort anonyme, cadavre sans sépulture

21Ces corps abandonnés à la prédation animale illustrent deux grandes angoisses contemporaines : la mort anonyme doublée de la mort infamante. Les cadavres découverts en putréfaction et sans sépulture sont tellement détériorés qu’ils en sont méconnaissables et anonymisés. D’où l’intervention nécessaire dans les récits des médecins légistes et des anthropologues légaux, pour désanonymiser le mort et rendre ses restes à ceux qui l’ont aimé afin qu’il reçoive enfin des funérailles et que le rite d’apaisement de séparation soit définitivement accompli. Car la mort sans sépulture est la mort la plus infamante qui soit ; c’est celle des parias, de ceux qui exclus dans la vie le seront aussi dans la mort. Rester sans sépulture, c’est être condamné à demeurer souillé définitivement.

22La mort infamante s’accomplit aussi en milieu urbain ; dans de nombreux romans, les cadavres sont retrouvés dans des lieux réservés aux ordures et autres déchets : poubelles ou décharges pour des corps entiers, sacs-poubelles et fosses septiques pour des corps morcelés. Les récits macabres figurent le cadavre anonyme sans sépulture, qu’il soit abandonné dans la nature ou jeté dans une benne à ordure comme un déchet, impur et déshumanisé, totalement réifié, illustrant en cela l’étymologie du terme défunt qui vient du latin defunctus, qui signifie « qui n’a plus de fonction ». Ils montrent que le mort est à présent sans fonction ni usage, vide de vie, vide de sens, vide de valeur tant économique qu’éthique, que l’on peut tout bonnement jeter comme on se débarrasse d’un objet usagé désormais inutile.

23La mort est construite dans les romans policiers macabres comme une succession de pertes ; la perte de la vie s’accompagne sur un plan sociologique d’une perte de l’individualité, à travers l’anonymat du cadavre, par des mutilations corporelles et faciales ou par l’action de la putréfaction, et sur un plan anthropologique de la perte de l’humanité. L’opposition vie/mort renvoie à l’opposition fondamentale culture/nature, où la vie est du côté de la culture tandis que la mort représente un retour à la nature. Si la construction cognitive de la mort et le traitement social du cadavre sont des faits culturels, en revanche, le procès de thanatomorphose dont il est question dans les romans, et plus particulièrement la putréfaction, est un phénomène naturel. Les descriptions de la thanatomorphose relatent ainsi le passage physique de l’humain de l’état de culture, personne insérée dans le social, être aimé, à celui de nature par le pourrissement et l’animalité, celle qui l’ingère, mais aussi celle, bestiale, à laquelle il est associé. Les romans montrent aussi le meurtre comme un acte inscrit dans la culture, mais qui engendre une rupture d’avec l’ordre social. La mort violente crée du désordre, le chaos dans la communauté sociale dans laquelle elle a fait irruption, ce chaos social se reflétant dans le chaos corporel qu’est la thanatomorphose. Le retour à l’ordre se fera avec la découverte du tueur et par l’apaisement du mort, grâce aux deux rituels d’autopsie et de funérailles, le premier amenant la vérité et la justice et le second la séparation définitive d’avec le mort désormais en repos.

Haut de page

Bibliographie

Ariès P. (1977), L’homme devant la mort, t. 1, Le temps des gisants, Paris, Seuil.

Bachelard G. (1985), La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard (Folio).

Carol A. (2004), Les médecins et la mort, xixe-xxe siècle, Paris, Flammarion.

Chattam M. (2004), Maléfices, Paris, Michel Laffont.

Cornwell P. (1995), La séquence des corps, Paris, Le Masque.

Cornwell P. (2000), Cadavre X, Paris, Calmann-Lévy.

Cornwell P. (2005), Et il ne restera que poussière, Paris, Éditions des Deux Terres.

Durand G. (1984), Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod.

(1998), Europe, 835-836, Sade / Le Grand-guignol.

Fassin D., Bourdelais P. (2005), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte (Recherches).

Gerritsen T. (2007), La Reine des morts, Paris, Presses de la Cité.

Gerritsen T. (2010), En compagnie du diable, Paris, Presses de la Cité.

Hintermeyer P. (2004), « La quête de la bonne mort », dans Pennec S. (dir.), Des vivants et des morts. Des constructions de la « bonne mort », Brest, Atelier de recherche sociologique/Centre de recherche bretonne et celtique/université de Bretagne Occidentale.

Jankélévitch V. (1977), La mort, Paris, Flammarion.

May P. (2008), L’éventreur de Pékin, Paris, Rouergue.

McCrery N. (2000), L’oiseau de nuit, Paris, J’ai lu.

Morin E. (1951), L’homme et la mort dans l’histoire, Paris, Corrêa.

Propp V. (1970), Morphologie du conte, Paris, Seuil.

Reichs K. (2000), Passage mortel, Paris, Robert Laffont.

Reichs K. (2004), Secrets d’outre-tombe, Paris, Robert Laffont.

Reichs K. (2005), Os troubles, Paris, Robert Laffont.

Reichs K. (2007), À tombeau ouvert, Paris, Robert Laffont.

Reichs K. (2012), Les traces de l’araignée, Paris, Robert Laffont.

Soldini F. (2002), « Le thriller, autopsie contemporaine », dans Pessin A., Vanbremeersch M.-C. (dir.), Les œuvres noires de l’art et de la littérature, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales), t.1.

Thomas L-V. (1975), Anthropologie de la mort, Paris, Petite bibliothèque Payot.

Thomas L-V. (1980), Le cadavre, Bruxelles, Complexe.

Thomas L-V. (1991), La mort en question. Traces de mort, mort des traces, Paris, L’Harmattan.

Thomas L-V. (2000), Les chairs de la mort. Corps, mort, Afrique, Paris, Institut d’édition Sanofi-Synthélabo (Les empêcheurs de penser en rond).

Haut de page

Notes

1 Jankélévitch V. (1977), La mort, Paris, Flammarion.

2 Au sens proppien du terme ; voir Propp V. (1970), Morphologie du conte, Paris, Seuil.

3 Ariès P. (1977), L’homme devant la mort, t. 1, Le temps des gisants, Paris, Seuil, p. 112.

4 Thomas L.-V. (1980), Le cadavre, Bruxelles, Complexe.

5 May P. (2008), L’éventreur de Pékin, Paris, Rouergue, p. 90.

6 Jankélévitch V., La mort, op. cit.

7 Fassin D., Bourdelais P. (2005), Les constructions de l’intolérable. Études d’anthropologie et d’histoire sur les frontières de l’espace moral, Paris, La Découverte, (Recherches).

8 C’est notamment ce que révèlent les débats passionnés sur l’euthanasie et le suicide assisté, où la mort est préférée à une fin de vie dans la souffrance.

9 Thomas L.-V. (2000), Les chairs de la mort. Corps, mort, Afrique, Paris, Institut d’édition Sanofi-Synthélabo (Les empêcheurs de penser en rond), p. 113-114.

10 Bachelard G. (1985), La psychanalyse du feu, Paris, Gallimard (Folio).

11 Voir (1998), Europe, 835-836, Sade / Le Grand-guignol.

12 Soldini F. (2002), « Le thriller, autopsie contemporaine », dans Alain Pessin, Marie-Caroline Vanbremeersch (dir.), Les œuvres noires de l’art et de la littérature, Paris, L’Harmattan (Logiques sociales), t.1.

13 Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit.

14 Hintermeyer P. (2004), « La quête de la bonne mort », dans Simone Pennec (dir.), Des vivants et des morts. Des constructions de la « bonne mort », Brest, ARS-CRBC, université de Bretagne Occidentale.

15 Reichs K. (2005), Os troubles, Paris, Robert Laffont, p. 97.

16 « Les lèvres, totalement consumées, laissaient voir les dents, à l’émail noir et fendu […] Le nez était brûlé et rétréci, les narines pointées vers le haut comme le museau d’une chauve-souris. Des fibres musculaires étaient apparentes autour des orbites, s’étirant sur les pommettes et les mâchoires, comme sur un croquis anatomique. Il y avait au fond de chaque cavité un globe oculaire séché et racorni. Plus de sourcils. Ni de cheveux. », Reichs K. (2000), Passage mortel, Paris, Robert Laffont, p. 36.

17 Gerritsen T. (2010), En compagnie du diable, Paris, Presses de la Cité, p. 30 [souligné par l’auteur].

18 Voir Carol A. (2004), Les médecins et la mort, xixe-xxe siècle, Paris, Flammarion.

19 Morin E. (1951), L’homme et la mort dans l’histoire, Paris, Corrêa.

20 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 110.

21 Gerritsen T. (2007), La Reine des morts, Paris, Presses de la Cité, p. 154-155.

22 Thomas L.-V., Les chairs de la mort, op. cit., p. 504.

23 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 85.

24 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit.

25 « Tout comme la procédure sur le point de commencer : incision de la peau, entaille des chairs, mesure, pesage, prélèvement des tissus, découpe des os à la scie. Cette mise à nu implacable serait une ultime indignité infligée à la malheureuse : une agression post-mortem pire encore que tout ce qu’elle avait subi dans ses pires instants. Quelque part au fond de moi, j’aurais voulu recouvrir son corps, emporter la jeune fille loin de ces inconnus stériles vers la douceur de ceux qui l’avaient aimée. Permettre à sa famille d’ensevelir dans un lieu de paix ce qu’il restait d’elle. Mais l’être doué de raison en moi savait qu’il fallait d’abord lui restituer son nom : alors seulement, les siens pourraient l’enterrer. », Reichs K. (2004), Secrets d’outre-tombe, Paris, Robert Laffont, p. 184-185.

26 Car la mort impose le silence et on ne s’adresse au mort qu’à voix basse, comme si parler fort en sa présence constituait un outrage supplémentaire.

27 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit.

28 Chattam M. (2004), Maléfices, Paris, Michel Lafon, p. 14.

29 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 83.

30 Ibid., p. 70.

31 « Des relents à peine perceptibles et nauséabonds semblaient ternir la lumière solaire, lorsque nous sortîmes du gros camion. C’était une odeur que je connaissais bien, mais à laquelle je ne parviendrai jamais à m’habituer. J’avais appris à la tenir à distance sans pourtant l’ignorer, et je n’utilisais jamais de cigares, de parfum ou de crème Vicks pour la minimiser, parce que les odeurs font partie intégrante du langage des morts. », Cornwell P. (1995), La séquence des corps, Paris, Le Masque, p. 313.

32 Cornwell P. (2000), Cadavre X, Paris, Calmann-Lévy, p. 39.

33 Thomas L.-V., Les chairs de la mort, op. cit., p. 480.

34 « Larabee s’était installé dans la salle qui pue. À peine entrée, j’ai compris pourquoi : l’odeur du corps était pestilentielle. », Reichs K., Os troubles, op. cit., p. 350.

35 Cette appellation de « salle qui pue » est donnée dans tous les romans de Kathy Reichs, anthropologue légale et auteur de romans policiers, qui s’inspire de son vécu professionnel pour élaborer ses intrigues.

36 Reichs K., Os troubles, op. cit., p. 350.

37 « Car, à peine sonnée l’heure du trépas, les bactéries entrent en action. Les aérobies se chargent de la partie extérieure du cadavre, laissant à leurs petites sœurs anaérobies le soin d’œuvrer à partir de l’intestin. », Reichs K. (2012), Les traces de l’araignée, Paris, Robert Laffont, p. 84.

38 « L’infestation par les vers blancs était très avancée. Ils grouillaient sous la peau, donnant l’impression étrange que le corps bougeait. », McCrery N. (2000), L’oiseau de nuit, Paris, J’ai lu, p. 34.

39 Thomas L.-V., Le cadavre, op. cit., p. 27.

40 Les romans insistent sur la transformation de l’humain en nourriture par des descriptions de cadavres connotant l’alimentaire, telles « steak grillé », « ragoût », « soupe », « crabe en saumure », « carcasses de chevreuil sorties du congélateur » ou encore « rôti de porc ».

41 « Tout en tenant la tête, elle ne put s’empêcher d’imaginer le rayon boucherie de son supermarché avec ses rangées de poulets emballés sous cellophane. Au bout du compte, nous ne sommes jamais que de la viande. », Gerritsen T., En compagnie du diable, op. cit., p. 68 (souligné par l’auteur).

42 Thomas L.-V. (1975), Anthropologie de la mort, Paris, Payot (Petite bibliothèque Payot), p. 201.

43 « J’ai sorti un bandana de ma poche que j’ai noué devant ma bouche et mon nez, et je me suis accroupie pour voir ce qui pouvait autant attirer les mouches […]. Une nuée d’insectes, déchaînée et bourdonnante, a volé vers mes yeux et mes bras.
Ce qui les avait attirés était une tombe, peu profonde, dissimulée sous les feuilles. Un visage humain, tourné dans ma direction, en sortait dont les traits se modifiaient dans la lumière chatoyante. Je me suis penchée, pour m’écarter aussitôt avec horreur. Ce n’était plus un visage que je voyais, mais un crâne, raclé à nu par les charognards. Ce qui m’était apparu comme des yeux, un nez, une bouche étaient un amoncellement de minuscules crabes, formant une masse grouillante qui le recouvrait tout entier et se nourrissait des restes de chair », Reichs K. (2000), Passage mortel, op. cit., p. 226.

44 Dont on peut considérer, quand on voit la terreur que le requin suscite dans notre imaginaire, que sa gueule armée de plusieurs rangées de dents acérées symbolise désormais en Occident ce que Gilbert Durand nomme « la mort dévorante » (Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1984).

45 Cornwell P. (2005), Et il ne restera que poussière, Paris, Éditions des Deux Terres, p. 125.

46 Reichs K. (2007), À tombeau ouvert, Paris, Robert Laffont, p. 21-22.

47 « Il manque la main droite… – Elle a été retrouvée, intervint l’inspecteur Adams. Le chien du fossoyeur était parti avec. », McCrery N., L’oiseau de nuit, op. cit., p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Soldini, « Les imaginaires de la mort dans le roman policier macabre, entre cadavérisation et putréfaction », Socio-anthropologie, 31 | 2015, 73-86.

Référence électronique

Fabienne Soldini, « Les imaginaires de la mort dans le roman policier macabre, entre cadavérisation et putréfaction », Socio-anthropologie [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2150

Haut de page

Auteur

Fabienne Soldini

Fabienne Soldini est chargée de recherches en sociologie au CNRS, au Laboratoire méditerranéen de sociologie (Lames UMR 7305) à la MSH d’Aix-en-Provence. Elle est spécialisée en sociologie de la littérature et en sociologie de la lecture. Elle travaille sur les textes littéraires et sur leur procès de réception par leur lectorat. Ses recherches et ses publications portent sur la littérature policière contemporaine, sur la réception des genres littéraires, sur les représentations de la mort. Elle a publié entre autres  : avec S. Girel (dir.), La mort et le corps dans l’art aujourd’hui (L’Harmattan, coll. « Logiques Sociales », 2013) ; avec N. Ramognino et M. Pagès (dir.), L’énigme de la valeur, (Presses universitaires de Provence, 2010) ; « Le roman policier : une littérature de la marge ? », Annales de l’université de Craiova (seria stiinte Fililogice), Craiova, Roumanie, 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org