Navigation – Plan du site
Dossiers : Mortels ! Imaginaires de la mort au début du XXIe siècle

Pratiques numériques d’immortalité

De quelques formes d’actualisation du mythe de l’amortalité
Fiorenza Gamba
p. 113-125

Résumés

Le mythe de l’amortalité exprime un désir de survie dans le corps. Dans la modernité, le mythe s’est emparé des avancées de la science en traitant la mort comme limite à repousser. De nos jours, il se manifeste dans une ample variété de formes, comme les nanotechnologies, la médecine anti-âge, la cryogénie, etc. À côté de ces formes, à la fois scientifiques et aléatoires, car leurs résultats ne deviendront éventuellement effectifs que sur une très longue période, d’autres pratiques d’immortalité se diffusent : elles ne concernent pas directement le corps, mais trouvent un champ de réalisation favorable dans le numérique, en particulier les coffres-forts numériques. Ces espaces de gestion des données des usagers sont devenus récemment des espaces d’immortalité, bien que sui generis, car le sujet, en sus de la gestion de codes, mots de passe et documents, peut envoyer après sa mort des messages à ses proches sous une forme qui se veut dialogique. Ces nouvelles pratiques ne questionnent pas seulement le concept d’immortalité, mais aussi l’usager dans son identité post-mortem.

Haut de page

Texte intégral

« Le futur est en nous bien avant qu’il n’arrive. »
Rainer Maria Rilke

1Une fille vous approche avec un regard de biche, elle bouge les yeux, incline un peu la tête et s’adresse à vous avec une voix artificielle : « Hi, would you like to create an avatar like me ? ». Vous êtes sur la page d’accueil de LifeNaut, site internet qui conjugue l’amortalité promise par certaines des technosciences, comme la cryonie, avec les services numériques de conservation et d’extension post-mortem de l’identité du sujet, notamment à l’Afterlife numérique1. Des services rendus disponibles sur des sites qui sont désormais connus sous l’appellation « coffres-forts numériques ».

  • 2 Trois exemples récents de ces annonces par voie de publication scientifique : la possibilité de rep (...)

2L’amortalité est un mythe très ancien, toujours présent et très puissant dans l’imaginaire collectif, s’exprimant sous de multiples formes (Boia, 2006), depuis le culte des ancêtres (Thomas, 1969) jusqu’aux mythes de la fontaine de jouvence. Toutefois, c’est à partir de sa formulation moderne (Morin, 2002 ; 2004 ; Thomas, 1975 ; Balandier, 2004) que l’amortalité, de rêve, est devenu objectif scientifique : devenir immortels (Shostak, 2002). Il s’agit d’un tournant rationnel du mythe, qui a eu pour effet de masquer son origine justement mythique et de diffuser largement ce désir. Enracinée désormais dans les couches sociales les plus diverses, l’amortalité s’est affirmée dans la contemporanéité, moins comme mythe ou rêve que comme « style de vie » généralisé. Elle poursuit un processus d’achèvement sans fin. Dans cette perspective, si la recherche de la prolongation de la vie n’est nullement mise en question, comme le montre la floraison d’instituts spécialisés dont les plus connus siègent aux États-Unis – la Alcor Life Extension Foundation, le Buck Institute for Research on Aging ou la Cryogenic Society of America, par exemple –, et des résultats de recherches qui font souvent sensation2, quel est le sens de cette collusion entre recherches de prolongement de la vie et mondes numériques ? Et quelles en sont les conséquences ?

3L’hypothèse avancée ici soutient que l’Afterlife numérique, c’est-à-dire l’ensemble des données conservées et gérées après la mort de leurs possesseurs dans les coffres-forts numériques, n’est pas le contraire de l’amortalité physique – selon un schème dépassé d’opposition réel/virtuel –, mais qu’il en représente plutôt la modernisation. Par un ensemble de pratiques rituelles numériques, liées à la mort, à la commémoration et au deuil apparues sur le web il y a une vingtaine d’années (Roberts et Vidal, 1999-2000 ; Gamba, 2007 ; 2010 ; Sofka et al., 2012), il remet peut-être en question les limites posées à l’action humaine.

Le mythe de l’amortalité

4Le mythe de l’amortalité exprime le désir humain de survie, dont le lieu d’application et d’exercice le plus évident est le corps. Celui-ci revêt en effet une grande importance dans la représentation symbolique de l’identité contemporaine (Le Breton, 2001) ; un rôle central qui est d’ailleurs confirmé via negationis par l’horreur de la mort. Lors de la perte du corps, de sa dispersion, c’est cet effacement de l’identité qui rend la mort traumatisante et inacceptable (Morin, 2002).

5Le corps est en ce sens un symbole d’identité et de survie, selon une double modalité. Il est un élément pluriel et collectif en mesure de faire progresser le processus de réalisation de l’amortalité : le corps sur lequel travaille la science. Il est le lieu où la survie s’exerce « à l’unité », personnellement, dans une pluralité d’exemplaires individualisés. C’est exactement en raison d’une individualisation spécifique que tout un chacun recherche, à partir de et sur son corps, des modalités de prolongation de la vie qui ne se limitent pas au corps, mais qui impliquent une ou plusieurs manifestations des identités du sujet.

  • 3 La cryonie est un processus de conservation des corps, ou parties des corps des êtres vivants, à tr (...)

6Dans la modernité, le mythe s’est emparé des avancées de la science en traitant la mort comme limite à repousser, comme problème à morceler à travers la connaissance scientifique ; de nos jours, il se manifeste dans une grande diversité de perspectives et d’enjeux. Ainsi, les nanotechnologies (Maestrutti, 2011) représentent une connaissance déjà vulgarisée, l’imaginaire collectif y voit un outil de prolongation de la vie parfaitement expérimenté. Au contraire, la cryonie humaine (Drexler, 2005) évoque encore une pratique initiatique et réservée à une élite3. De la même manière, si les cellules-souches représentent une possibilité concrète et efficace de régénération et de reprogrammation cellulaire, le clonage demeure-t-il une pratique qui soulève des débats éthiques. Mais tous ces cas relèvent d’un même processus de déconstruction biomédicale de la mort, qui suggère la dissolution de la mort même (Lafontaine, 2008).

7Soulignons par ailleurs que ces formes de survie sont à la fois scientifiques et aléatoires, car il s’agit de résultats qui sont obtenus en laboratoire, mais dont la preuve de l’efficacité sur les êtres humains est soit partielle, soit totalement absente. Le thème contemporain de l’amortalité produit ainsi deux sentiments opposés : certitude et confiance dans le progrès scientifique, incertitude quant aux réalisations.

8L’état d’incertitude qui caractérise l’amortalité a favorisé la multiplication des formes d’expression du désir de survie. À côté de soins destinés au prolongement de la vie, d’autres pratiques visant à atteindre l’immortalité se sont développées. Elles ont trouvé dans le numérique, notamment internet et ses supports mobiles, un champ de réalisation favorable. Pour essayer d’éclairer le lien entre ces pratiques numériques toutes récentes et l’amortalité, il convient de remarquer qu’elles ne concernent pas directement le corps, car elles ne transforment en aucune manière ses performances et sa durée, mais qu’elles puisent plutôt dans la sphère du symbolique et de la mémoire. Précisément, en élargissant les limites de l’identité (Cardon, 2008 ; Belk, 2013), elles soulignent un déplacement de l’attention du corps vers la subjectivité. Mieux, elles témoignent d’un élargissement de l’identité qui comprend les représentations et images multiples du corps, à côté des pratiques d’intervention directe sur celui-ci, y compris celles qui visent à prolonger sa durée de vie. En d’autres termes, le désir de survie qui prend le corps comme objet privilégié de réalisation s’appuie aussi sur les représentations symboliques que produit le web.

9Pour éviter tout équivoque, il est nécessaire de préciser que ces pratiques de survie ne sont pas une version mise à jour du techno humanisme des années 1980, spécialement dans sa version cyborg. À l’époque, l’idée de dématérialisation, voire de dé-biologisation du corps – en faveur de son traitement et de sa transformation numériques – s’était répandue grâce à certains ouvrages : Are you a Transhuman ? (FM-2030, 1989), Mind children (Moravec, 1988), A Cyborg Manifesto (Haraway, 1991), et grâce aux travaux des représentants du mouvement transhumaniste (Kurzweil, 1999 ; Hayles, 1999 ; Davis, 1999). Dans le cas de l’Afterlife numérique, il s’agit de pratiques numériques communes, facilement accessibles aux usagers du web, ne requérant ni connaissances informatiques, ni adhésions idéologiques. En ce sens, elles sont à la fois anodines et personnalisées.

Une survie numérique

10Qu’en est-il de l’amortalité rendue accessible sur le web ? Quels sont les outils de cet aggiornamento des modalités de survie ? Quels effets implique-t-elle ?

  • 4 Dans mon ouvrage Il gioco e il tabù (Le jeu et le tabou), j’ai défini trois grandes catégories orig (...)
  • 5 « Welcome - The World Wide Cemetery », http://cemetery.org/ (page consultée le 16 octobre 2014).

11Si le désir de survie s’exprime dans le numérique, c’est aussi grâce à l’attention que le web manifeste à l’égard de la mort. Depuis une vingtaine d’années, de véritables rituels se sont diffusés sur le web : cimetières virtuels, individual web memorials, sites de soutien au deuil, etc. Ces pratiques de commémoration prennent des formes diverses : certains ressemblent aux jeux vidéo, d’autres réconfortent l’angoisse et la douleur de la perte4. Ces rituels partagent deux caractéristiques. Ils offrent la possibilité de commémorer les proches hors de toute prohibition ou limitation liées au temps, au lieu et à l organisation des rituels funéraires traditionnels, comme l’avait fait Kibbee avec son World Wide Cemetery, le premier cimetière virtuel apparu sur le web en 1995, au temps où le sida bouleversait et mettait en cause les rituels traditionnels et l’expression du deuil et de l’identité du défunt5. Ils aident au travail du deuil et permettent de partager des expériences communes en produisant une véritable narration qui relie la biographie du défunt, l’expérience de la douleur de la mort vécue par la famille et les proches, et le souvenir.

  • 6 Le code QR (quick response) est une évolution du code-barres permettant aux usagers de lire sur leu (...)

12Plus récemment, depuis le tournant du web 2.0 qui a facilité les modalités d’accès et la production de contenus des usagers, les sites de réseaux sociaux, comme Facebook, Twitter ou YouTube, ont facilité l’expression des émotions concernant la mort et offert la possibilité d’une personnalisation des rituels. Actuellement, une technologie numérique comme le code QR6 étend les possibilités de commémoration : elle est en mesure de combiner un ample choix de supports numériques sur lesquels recueillir les informations sur le défunt, l’usage complémentaire de terminaux fixes et mobiles, et le partage des données avec les proches comme avec des inconnus.

13Parmi les sites les plus récents ayant la mort et la commémoration pour objet, les sites connus comme coffres-forts numériques se sont diffusés en suscitant la curiosité des rédactions web puis du public ; l’attention des spécialistes, principalement des web designers et instructional designers a produit une réflexion sur le web et ses effets sociaux et culturels, analyse interdisciplinaire qui inclue la perspective socio-anthropologique.

14Pour décrire la spécificité de ces outils de stockage, de commémoration et de survie, l’on peut d’abord remarquer que les coffres-forts numériques sont de véritables coffres de sécurité où l’on peut sauvegarder – souvent à titre gratuit – des données et des fichiers importants concernant différents domaines de l’activité des usagers : financiers, sanitaires, professionnels, ou privés. Ils sont nés en réponse à des questions d’ordre pratique : comment traiter les données d’un usager quand il meurt ? Qui est autorisé à y accéder et à les utiliser si l’usager n’a pas laissé d’indications précises ? L’usager doit souscrire un accord avec les administrateurs des sites spécialisés, se prononçant à l’avance quant à la destinée des données, après la mort du sujet.

15La fonction manifeste de l’Afterlife numérique est de résoudre ces aspects liés à l’intimité des usagers. Conçus pour gérer les données des internautes après leur mort, les coffres-forts numériques sont devenus rapidement des espaces où s’exerce une forme d’immortalité sui generis. Car le sujet, en sus de la gestion de codes, de mots de passe et de documents, peut bénéficier d’un service supplémentaire : envoyer des messages aux proches et aux amis à l’occasion d’événements considérés comme importants, au moyen de ses supports numériques préférés – texte, vidéo, photographie – pour rester avec ses proches post-mortem, à travers des messages qui garderont une forme dialogique.

16Mais, si nous transférons l’analyse sur le plan des implications symboliques, l’Afterlife remet en cause les mythes et les rêves de survie. En effet, la possibilité de perdurer à travers sa propre identité numérique peut devenir une manière usuelle de satisfaire la quête d’immortalité contemporaine (Le Breton, 2004, p. 999-1010). Le service de messagerie post-mortem offert par les coffres-forts numériques développe non seulement la perception, mais aussi la réalisation d’une identité immortelle, car les messages à envoyer aux proches et aux amis rendent plus aiguë la sensation d’un dépassement des limites tout en marquant le passage aussi bien que le lien entre les aspects purement techniques de l’Afterlife et ses aspects affectifs (Benski et Fisher, 2013 ; Davies et Park, 2012).

17Les éléments qui permettent de comprendre l’Afterlife comme un point d’observation privilégié d’une anthropologie de l’immortalité portent essentiellement sur l’immortalité et l’amortalité, sur les identités augmentées et sur les limites de l’action humaine. Envisagée dans cette perspective, l’Afterlife numérique conduit à une extension de l’identité : de multiple, telle que l’a dessinée le web (Merzeau, 2009), l’identité devient post-mortelle (Georges et al., 2013), laissant non seulement des traces, mais générant des actions.

18Notons, par ailleurs, que dans ce processus, il n’y a aucun automatisme. Au contraire, l’Afterlife exprime une action volontaire, prise en charge par l’usager même et qui s’achèvera au-delà de ses bornes spatio-temporelles. À proprement parler, la contrainte numérique de devoir planifier à l’avance ces actions produit des identités immortelles actives et personnalisées. Il s’agit d’une mutation dépendante de la technologie, mais qui entraîne une démocratisation de l’immortalité. Contrairement au caractère élitaire qu’elle a revêtu dans le passé (Gamba, 2014), celle-ci est accessible à une multitude d’usagers, tant par le coût modeste des services que par la facilité d’utilisation des outils numériques. C’est en particulier l’extension des possibilités et des effets de l’action qui fournissent les éléments plus remarquables. Les actions reliées à l’Afterlife numérique portent sur des actions volontaires s’accomplissant dans le futur. La nouveauté ne réside pas seulement en ces aspects, car nous en connaissons déjà de similaires, satisfaisant aux mêmes exigences : une disposition classique comme le testament ne diffère guère des services des coffres-forts numériques. Toutefois, dans le cas de l’Afterlife numérique, l’action planifie aussi sa continuité – les messages post-mortem ne sont pas envoyés une seule fois, mais suivent un calendrier bien défini. L’Afterlife numérique tente de réaliser une interaction qui est pensée comme réciproque, bien que la réponse soit impossible. Elle propose que l’action franchisse les limites spatio-temporelles rencontrées par l’usager : le futur des réactions des proches est attiré dans la sphère du présent.

Des corps amortels

19En nous focalisant sur l’extension de l’action et de l’identité dans le milieu numérique de l’Afterlife, nous pourrions négliger un aspect fondamental du désir humain d’immortalité : le corps.

20Les défis de l’Afterlife numérique déplacent indubitablement les soucis et les incertitudes d’une survie physique, telle que l’amortalité les envisage, vers le plaisir aisé d’une permanence numérique en principe sans limites. Il pourrait sembler que le corps disparaît, tant par la suprématie accordée à l’identité que par la facilité d’accès à l’immortalité numérique, comparativement aux tentatives jusqu’ici non abouties d’amortalité sur le corps. Néanmoins, un effacement du corps par le numérique reste imaginaire. Dans toutes les pratiques de commémoration sur le web, le corps étend son espace d’expression : en raison de leur forme et de leur usage, les sites concernés peuvent abriter une large collection de représentations du corps – en image et en son –, totalement inaccessible aux rituels traditionnels qui ne peuvent concentrer une telle intensité que lors des funérailles.

  • 7 LifeNaut appartient à la catégorie « creative » des coffres-forts numériques où les usagers créent (...)

21Ces représentations numériques de survie du corps, qui trouvent des possibilités toujours variées de manifestations sur les sites de réseaux sociaux, deviennent parfois de véritables formes d’amortalité. Revenons aux coffres-forts numériques et en particulier au site LifeNaut7, avec lequel nous avons ouvert cet article. Sur ce site, les outils numériques sont mis à la disposition de la créativité des hôtes. Les services essentiels offerts ne différent pas de ceux des autres sites similaires : gestion des données et messagerie post-mortem, même si, dans ce cas, la messagerie ne constitue pas la part la plus importante, les données n’étant pas simplement gérées a posteriori, mais récoltées et parfois créées ad hoc. Toutefois, l’activité de planification de l’Afterlife numérique accomplie par les usagers nous livre une véritable version actualisée de l’amortalité.

22Au demeurant, il faut souligner qu’il ne s’agit pas d’une simple dématérialisation du corps : le numérique ne le transforme pas en sa propre représentation, en le vidant de tout contenu physique, charnel, réel. Le cas exemplaire de LifeNaut montre plutôt la tentative d’une solidarité entre le corps physique et le corps numérique. Premièrement, le site ne se limite pas à la survie de l’identité de l’usager, mais il propose de lier l’identité de l’Afterlife à la représentation physique de son propriétaire. Il faut aussi préciser que cette représentation n’est pas confiée de manière exclusive aux images déjà disponibles et utilisables sans aucune intervention. Au contraire, le site fournit à l’usager, à partir du matériel visuel qu’il télécharge, la possibilité de créer son propre avatar, qui peut aussi accomplir des mouvements simples et communiquer grâce aux algorithmes. Ce qui non seulement donne l’impression de l’existence d’une subjectivité, mais d’une identité vivante et dotée d’intention délibérée.

23À côté de cette perspective de reconstitution du corps physique, on trouve une attention particulière aux formes d’expression cognitives et affectives des usagers. Là encore, c’est la technologie qui produit des effets extraordinaires. À travers une procédure de récolte et de stockage des données et leur élaboration par des algorithmes, les hôtes du LifeNaut organisent un profil détaillé de leurs propres informations – a rich portrait about you – à travers un système de tagging, geo mapping, timelines, qui comprend non seulement les images, mais aussi les lieux qu’a connus l’usager et les personnes qu’il a rencontrées. L’avatar sera en mesure de répondre et d’interagir en développant un schème des réactions qui puiseront dans les attitudes, les valeurs et les croyances de l’usager. Le but déclaré de la création de ce profil cognitif et affectif (Mind file) est de « télécharger l’individualité de chaque usager pour en sauvegarder la personnalité et les qualités uniques, afin de les transmettre à la famille et aux générations à venir ».

24Enfin, LifeNaut offre à chaque hôte un service de conservation de son ADN qui constitue son profil biologique (Bio file), en complément de son profil cognitif. L’un et l’autre sont préservés dans le but de les réactiver, voire de les développer dans le futur. Cette initiative est liée à la Alcor Life Extension Foundation, fondation renommée de cryogénie humaine qui s’est engagée dans la recherche de technologies de prolongation de la vie. La perspective inspirant LifeNaut n’est qu’en apparence celle de télécharger les données humaines sur des supports numériques. Comme on peut le lire sur le site, les échantillons d’ADN, conservés selon les protocoles communs de la cryogénie, serviront aux biotechnologies futures pour faire croître un nouveau corps par ectogenèse : un embryon pourra se développer jusqu’à sa maturité dans un milieu artificiel, sur lequel sera téléchargé le profil cognitif et affectif (Mind file) précédemment stocké de l’usager. Celui-ci deviendra enfin capable de vivre indéfiniment.

25L’avatar et les deux volets du profil constituent les éléments d’analyse d’une amortalité qui ne se peut se soustraire à son développement numérique. Pour ce qui concerne le corps, les différents éléments convergent dans une Afterlife numérique qu’il faut analyser dans ses parties spécifiques. Dans le mythe du corps amortel sous-entendu par LifeNaut, une dimension iconique, une structure identitaire et un modèle biologique sont solidaires.

26La dimension iconique de LifeNaut est très différente de ce qu’elle est par rapport à l’usage des images que l’on observe dans d’autres sites de coffres-forts numériques. Il ne s’agit pas ici d’utiliser et de rendre consultables des images de l’usager enregistrées de son vivant, mais plutôt de produire la forme visuelle qui représentera son corps, mais aussi son identité. En d’autres termes, la référence iconique n’est ni définitive ni immuable, à la différence de la photo – qui est un enregistrement passif –, elle est au contraire dynamique et interactive, donnant l’impression d’une mise à jour continue, autodéterminée et volontaire.

27L’impression d’être face à une identité vivante, par certains aspects inquiétante, relève uniquement des propriétés numériques de l’avatar. Mais la puissance symbolique de l’icône l’emporte sur le malaise que l’avatar peut produire. Ce qui devient essentiel, ce n’est pas la conscience désagréable de l’artificiel, mais l’impression, à travers l’icône dynamique, que c’est le corps qui perdure au-delà de ses limites spatio-temporelles. Dans LifeNaut, la possibilité d’agir dans le futur, au niveau narratif, par l’envoi de messages aux proches après la mort de leur émetteur, s’accorde avec l’idée que cette action est bien accomplie par un corps. L’avatar n’est pas seulement l’icône spécifique d’un usager particulier. Il a valeur d’icône pour le projet entier de LifeNaut « Eternalize » : assurer les meilleures conditions pour garantir la possibilité d’une vie qui se poursuit, post-mortem, améliorée et ininterrompue.

28Dans cette perspective, l’avatar est la représentation visuelle des expressions cognitives et affectives (Mind file) qui constituent l’identité de l’usager. En d’autres termes, elles forment les items de la structure identitaire qui personnalisera, donnera une identité, à un éventuel corps amortel à venir.

29Ainsi, elles sont destinées à un probable double Afterlife numérique. La première, qui est commune à d’autres sites du même type, consiste en la gestion et la consultation des données du défunt ; dans ce cas-là finement élaborées par les algorithmes et visant à faire ressortir la personnalité de l’usager, c’est-à-dire à manifester son identité immortelle. La seconde implique directement l’aboutissement du projet LifeNaut, car elle a comme propre condition de réalisation le plein succès de la cryogénie, à savoir la réactivation de la vie dans un corps ou un échantillon humain dûment conservé. À la rigueur, il pourrait ne pas être correct de définir cette deuxième forme comme Afterlife numérique, parce qu’il s’agit plutôt d’une nouvelle vie après la mort et après l’Afterlife. Mais au-delà de toute question de définition, ce qui est important c’est l’idée d’une structure identitaire, soit un élément décomposable, séparable du corps et recomposable à loisir. La dématérialisation et l’autonomisation de la structure identitaire, qui n’est plus liée exclusivement à son support physique, mais peut s’installer dans des supports divers, revenir – bien que de manière hypothétique – à son support d’origine, le corps, met en évidence un passage important qui renverse le processus théorisé par le transhumanisme, à savoir le téléchargement du corps sur un support numérique. Dans le projet de LifeNaut, le téléchargement des attitudes cognitives et affectives n’est qu’une phase intermédiaire pour atteindre le re-téléchargement de la structure identitaire de l’usager dans son lieu d’élection : le corps.

30Le deuxième volet (Bio file) de cette trilogie du corps est effectivement l’élément de connexion qui explique l’actualisation du mythe de l’amortalité. LifeNaut propose un modèle biologique du corps qui accorde aux nanotechnologies la plus grande confiance dans la possibilité de régénérer les fonctions vitales des cellules : c’est l’ADN de l’usager, objet d’une donation volontaire, vitrifiée en vue de sa prolongation à l’infini. Ce modèle biologique présuppose un corps aux dimensions variables : d’une part, il requiert une contraction du corps coïncidant presque à sa disparition, l’échantillon d’ADN étant une unité réduite, voire imaginaire du corps physique, dont elle ne conserve ni la forme ni le volume ; d’autre part, il prévoit une expansion – à atteindre par un processus d’ectogenèse – de cette unité minimale, parvenant à reconstituer le corps dans son intégralité fonctionnelle et formelle.

Conclusion

31Des trois éléments de la trilogie du corps dans LifeNaut – la représentation iconique, la structure identitaire et le modèle biologique –, l’on déduit l’objectif de réaliser une prolongation à l’infini de la vie en se basant sur leur synergie. Le modèle biologique de contraction et d’extension du corps est le point central de l’amortalité, son but. Toutefois, dans l’entre-temps qui sépare la contraction du départ de l’expansion de l’achèvement, c’est la structure identitaire de l’usager, protégée dans le web et nourrie de ses données, qui sert de point de repère et de reconnaissance de l’usager. Car c’est son identité immortelle, son Afterlife numérique, qui en conserve le souvenir et la personnalité, le caractère, bref tous les éléments l’individualisant comme personne. In fine, c’est l’avatar, l’icône symbolique qui donne l’unité et l’équilibre à ce dualisme Mind/Bio, peut-être involontaire, mais sûrement inévitable dès lors que l’amortalité passe par le numérique et doit évidemment suspendre l’aspect corporel, pour élargir aux pratiques immortelles, essentiellement dépendantes de la science et de la médecine, les outils techniques de l’Afterlife numérique. C’est l’avatar qui tient ensemble et ordonne les différentes étapes d’une métamorphose souhaitée, de la vie mortelle à la vie amortelle.

  • 8 Sur le site LifeNaut, on peut lire que la science et la technologie du site ont inspiré le film The (...)

32La prolongation de la vie proposée par LifeNaut, à l’entrecroisement de la science-fiction – avec laquelle le site souligne ses liens8 – et de la recherche scientifique la plus avancée, nous interpelle aussi sur la relation entre amortalité et Afterlife. Elle offre une contradiction : d’une part, LifeNaut prend en charge l’Afterlife numérique de ses hôtes, comme le feraient d’autres coffres-forts numériques. D’autre part, il suit strictement l’axe de la reconstitution du corps, selon un projet en parrainage avec la cryogénie. En réalité, il s’agit tout simplement d’un élargissement de perspective, d’une interaction solidaire entre le corporel et le numérique qui actualise la quête d’amortalité, laquelle n’exclut aucun outil pour se réaliser.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. (2004), « D’une espérance à l’autre : l’émergence de l’homme amortel », dans Lenoir F., Tonnac J.-P. (dir.), La mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Bayard, p. 871-887.

Benski T., Fisher E. (2013), Emotions and the Internet, Londres, Routledge.

Boia L. (2006), Quand les centenaires seront jeunes. L’imaginaire de la longévité de l’Antiquité à nos jours, Paris, Les Belles Lettres.

Brubaker J. R. (2013), The Afterlife of Identity, Proceedings of the 2013 conference on Computer supported cooperative work companion, S. Antonio, Texas. New York, ACM.

Carroll E., Romano J. (2010), Your Digital Afterlife : When Facebook, Flickr and Twitter Are Your Estate. What’s Your Legacy ?, Berkeley, New Riders.

Davis E. (1999), TechGnosis : Myth, Magic, and Mysticism in the Age of Information, New York, Three Rivers Press.

Davies D., Park, CW. (2012), Emotion, Identity and Death, Aldershot, Ashgate.

Drexler E. (2005), Engins de création. L’avènement des nanotechnologies, Paris, Vuibert.

FM-2030 (1989), Are you a Transhuman ?, Londres, Warnerbooks.

Gamba F. (2007), « La mort en Réseau : une re-sacralisation postmoderne », International Review of Sociology - Revue Internationale de Sociologie, 17/1, p. 135-148.

Gamba F. (2010), « Cimetières virtuels », dans Di Folco P. (dir.), Dictionnaire de la mort, Paris, Larousse.

Gamba F. (2007), Il gioco e il tabù, Napoli, Ipermedium.

Georges F. et al. (2013), « Identités numériques post mortem et usages mémoriaux du web à l’aune du genre », dans Saleh I. et al. (éd.), Pratiques et usages numériques, Paris, Lavoisier.

Hayles K. N. (1999), How We Became Posthuman. Virtual Bodies in Cybernetics, Literature and Informatics, Chicago, University of Chicago Press.

Haraway D. J. (1991), “A Cyborg Manifesto. Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century”, dans ead, Simians, Cyborgs and Women : The Reinvention of Nature, Londres, Routledge.

Kurzweil R. (1999), The Age of Spiritual Machines. When Computer Exceed Human Intelligence, New York, Penguin Books.

Lafontaine C. (2008), La société postmortelle, Paris, Seuil.

Le Breton D. (2001), Anthropologie de la douleur, Paris, PUF.

Le Breton D. (2004), « La quête contemporaine d’immortalité », dans Lenoir F., Tonnac J.-P. (dir.), La mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Bayard, p. 999-1010.

Maestrutti M. (2011), Imaginaires des nanotechnologies, Paris, Vuibert.

Merzeau L. (2009), « Présence numérique : les médiations de l’identité », Les enjeux de l’information et de la communication, 1, p. 79-91.

Moravec H. (1988), Mind Children : The Future of Robot and Human Intelligence, Cambridge, Harvard University Press.

Morin E. (2002), L’Homme et la Mort, Paris, Seuil.

Morin E. (2004), « Ouverture », dans Lenoir F., Tonnac J.-P. (dir.), La mort et l’immortalité. Encyclopédie des savoirs et des croyances, Paris, Bayard.

Roberts P., Vidal L. A. (1999-2000), « Perpetual Care in Cyberspace : A Portrait of Memorials on the Web », Omega, 40/4, p. 521-545.

Shostak S. (2002), Becoming Immortal. Combining Cloning and Stem-Cell Therapy, Albany, State University of New York Press.

Sofka C. et al. (2012), Dying, Death and Grief in an Online Universe : For Counselors and Educators, New York, Springer.

Thomas L.-V. (1975), Anthropologie de la mort, Paris, Payot.

Thomas L.-V. (1969), Cinq essais sur la mort africaine, Dakar, Faculté de Lettres et Sciences humaines.

Haut de page

Notes

1 L’Afterlife numérique est définie précisément sur le site Cirrus Legacy (http://www.cirruslegacy.com/143-definition-of-terms.html) comme étant « la continuation de la vie numérique et de la présence après la mort de l’usager » (The continuation of digital life and presence after the users death). Elle a fait l’objet d’un essai des web designers américains Evan Carroll et John Romano (2010), fondateurs du site The Digital Beyond (http://www.thedigitalbeyond.com/).

2 Trois exemples récents de ces annonces par voie de publication scientifique : la possibilité de reprogrammation cellulaire réalisée par une équipe de l’Institut de génomique fonctionnelle de l’université de Montpellier en novembre 2011 (« Rejuvenating senescent and centenarian human cells by reprogramming through the pluripotent state », Genes et Développement, 25/1, 2011) ; la survivance et la réanimation des cellules-souches jusqu’à 17 jours après la mort du sujet, découverte par les chercheurs de l’Institut Pasteur de Paris en 2012 (« Skeletal muscle stem cells adopt a dormant cell state post mortem and retain regenerative capacity », Nature Communications, 3, 2012) ; dernier, en décembre 2013, les mutations induites sur le nématode C. elegans qui ont permis de multiplier par trois la durée de la vie de ce ver, selon les chercheurs du Buck Institute for Research on Aging (« Germline Signaling Mediates the Synergistically Prolonged Longevity by Double Mutations in daf-2 and rsks-1 in C. elegans », Cell Reports, 5/6, 2013, p. 1600-1610).

3 La cryonie est un processus de conservation des corps, ou parties des corps des êtres vivants, à très basse température, dans de l’azote liquide. Le but en est la résurrection future (impossible à ce jour) des éléments conservés.

4 Dans mon ouvrage Il gioco e il tabù (Le jeu et le tabou), j’ai défini trois grandes catégories originelles de rituels : le cimetière virtuel, le jeu vidéo, l’hypertexte et la page personnelle (Gamba, 2007, p. 144-152).

5 « Welcome - The World Wide Cemetery », http://cemetery.org/ (page consultée le 16 octobre 2014).

6 Le code QR (quick response) est une évolution du code-barres permettant aux usagers de lire sur leur tablette ou portable les données numériques stockées dans des espaces publics.

7 LifeNaut appartient à la catégorie « creative » des coffres-forts numériques où les usagers créent leur propre Afterlife numérique. J’ai défini une taxonomie de coffres-forts numériques dans le cadre de mon travail de HDR sur les rituels funéraires numériques. En voici la liste, de la plus simple à la plus complexe : social, financial, relationship, creative, thanatological.

8 Sur le site LifeNaut, on peut lire que la science et la technologie du site ont inspiré le film The Era of Flash is Over (https://www.lifenaut.com/learn-more/, page consultée le 26 janvier 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fiorenza Gamba, « Pratiques numériques d’immortalité », Socio-anthropologie, 31 | 2015, 113-125.

Référence électronique

Fiorenza Gamba, « Pratiques numériques d’immortalité », Socio-anthropologie [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2195 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2195

Haut de page

Auteur

Fiorenza Gamba

Fiorenza Gamba est Professeur associé en sociologie de la culture et de la communication à l’université de Sassari (Italie), HDR en sociologie et anthropologie (université de Strasbourg). Ses intérêts des recherches portent sur la socioanthropologie des rituels, des médias, du corps et de l’image, sur la socioanthropologie de la ville, sur les études sur la science et la technologie et sur la théorie de l’image. Elle a publié Il gioco e il tabu (Ipermedium, 2009).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org