Navigation – Plan du site

Les techno-sciences, d’un laboratoire à l’autre

Sophie L. Poirot-Delpech

Texte intégral

1La présence d'anthropologues dans des laboratoires scientifiques ou technologiques constitue une des manifestations les plus intéressantes du mouvement plus vaste qui tend à rapatrier les méthodes ethnologiques des sociétés exotiques où elles se sont forgées sur le terrain des sociétés occidentales. Cet effet de « retour » est particulièrement percutant lorsqu'il s'applique au laboratoire, lieu précisément où s'est instauré et continue de s'élaborer au quotidien ce qui est censé constituer la différence décisive entre nos sociétés et toutes les autres : la science moderne et expérimentale1. Le fait, notamment, de rendre opératoire tout un jeu de concepts comme ceux de tradition, mémoire, transmission, croyance, etc., censés caractériser les sociétés traditionnelles pour appréhender les pratiques mêmes où se joue la spécificité de l'homme moderne, invite à remettre en question les ruptures instituées entre nous et les autres.

2En effet, les représentations que les sociétés modernes se sont forgées de l'univers, du temps comme de l'être humain découlent pour une part importante de la science expérimentale de la même manière que les objets et activités techniques qui structurent notre rapport au monde et aux autres sont passés, d'une manière ou d'une autre, par des laboratoires. La part de la technique en tant que telle dans le processus de production scientifique (ce qui faisait dire à Bachelard que la science moderne était une phénoménotechnique2) mais aussi la rhétorique scientifique à l'oeuvre dans le processus d'invention technologique semblent annuler la distinction entre science et technique au profit d'une dénomination commune : la ou les techno-sciences3. Cependant, le socio-anthropologue doit savoir conserver une distinction entre laboratoire scientifique et laboratoire technologique afin de respecter une des obligations afférentes à son approche, à savoir la prise en considération des représentations que les communautés et acteurs étudiés se font du sens de leur existence. Or, ingénieurs et scientifiques diffèrent moins par leur formation, le caractère institutionnel de leur pratique, les instruments qu'ils utilisent, etc. que par l'idée qu'ils se font de leur « oeuvre » au sens qu'Hannah Arendt4 donne à ce terme. Qu'elle soit déchiffrée, produite, construite ou révélée, c'est bien la vérité que vise le scientifique. L'ingénieur, quant à lui, s’il adhère aux vérités scientifiques qu'il va mettre en scène dans son laboratoire – ses recherches pouvant même le mener à en ébranler certains aspects – reste marqué par la visée propre de son métier : l'efficacité technique, la production d'objets qui vont changer le monde et les relations des hommes entre eux.

3Un procès souvent intenté aux ingénieurs, notamment par certaines tendances de la philosophie ou de la sociologie des techniques, est celui de la déshumanisation du monde par la technique. Si cette critique est nécessaire, elle est peut-être mal formulée. Du petit atelier de l'ingénieux inventeur autodidacte aux grands complexes de recherche, les laboratoires technologiques contemporains fourmillent de préoccupations, d'idées, de formalisations de l'être humain mais aussi de visées sociales. Il n'est pas d'objet technique auquel ne soit associé des représentations de l'utilisateur idéal et du « meilleur des mondes » où il pourrait se déployer. Et c'est bien précisément parce que le laboratoire technologique constitue un de ces lieux de pouvoir où se joue la définition de l'homme contemporain que la présence d'anthropologues dans des laboratoires est non seulement intéressante mais légitime. Car si ces derniers n'ont pas toujours une grande connaissance des techniques et des sciences, ils sont censés avoir nourri quelques réflexions sur l'homme en société. Ainsi une socio-anthropologie des laboratoires technologiques n'aurait que peu d'intérêt si elle se contentait de décrire les collectifs de chercheurs, leurs rituels, représentations ou traditions, et ceci simplement pour montrer que ces hommes-là sont des hommes « comme les autres ». Il lui faut aussi rendre compte du mode de présence de ceux qui sont le plus souvent physiquement absents du laboratoire technologique mais sans qui toute cette activité n'aurait aucun sens : les utilisateurs.

Le temps chiffonné

4Cette question est une de celles qui ont guidé une longue recherche dans l'univers du contrôle aérien. Partie des salles de contrôle dans le cadre d'une réflexion sur la présence de plus en plus prégnante d'automates dans le monde aéronautique, elle s'est trouvée infléchie dans une autre direction. Intriguée par la relation relativement harmonieuse qui semblait exister entre les contrôleurs aériens et les systèmes informatiques à leur disposition, il m'a semblé nécessaire de repérer de quelle manière et dans quelles circonstances ces systèmes avaient été introduits et s'étaient intégrés dans la salle de contrôle. Le projet était d'autant plus tentant, sinon aisé, que le centre de recherche et d'expérimentation où avaient été conçues et expérimentées les principales étapes du système d'automatisation français côtoyait le centre de contrôle aérien de Paris, à Athis-Mons. C'est donc au sein du Centre d’Études de la Navigation Aérienne (CENA) que s'est poursuivie la recherche.

5Dans le sillage de Bruno Latour et Steve Woolgar5, les travaux d'anthropologues en laboratoire se multiplient et mettent en évidence la distinction entre science ou technique faite et en train de se faire en montrant l’hétérogénéité des éléments concourant à la stabilisation d'un objet technique ou d'un fait scientifique. Ma présence au CENA ajoutait à cette visée celle touchant à la possibilité de restituer à des objets déjà stabilisés dans un usage régulier l'histoire incertaine qui a été le leur : les objets rivaux évincés, les controverses autour de leurs spécifications, les enjeux (économiques, politiques, sociaux) dont avait été investi le projet de leur existence. En d'autres termes, comment ébranler l'évidence d'un objet qui marche en restituant l'univers de possibles dans lequel il était plongé avant qu'il ne « marche ». L'entreprise est d'autant plus ardue qu'un objet technique constitue un puissant « cadre social » de la mémoire collective du laboratoire ou des collectifs d'usagers. Tout objet technique est une mémoire faisant perdurer des expériences humaines stabilisées en des âges les plus divers ; mais la caractéristique propre de cette mémoire est l'oubli car ces traces du passé sont gommées en tant que telles par la visée propre de la technique : l'efficacité. Mémoire à l'oeuvre dans l’instantanéité de son fonctionnement, la technique, et bien souvent le technicien ou l’ingénieur, ne se souviennent pas.

6Je dois la possibilité d'avoir pu restituer le passé agité du système d'informations pour la circulation aérienne, le CAUTRA (Coordinateur Automatique du Contrôle Aérien) autant à ma formation d'historienne qui m'entraîna spontanément vers la salle des archives qu'aux circonstances dans lesquelles s'est déroulé le travail. Confrontés à une nouvelle étape du développement de l'automatisation du contrôle aérien, les acteurs retrouvaient l'incertitude et donc la mémoire des étapes passées, cette dernière étant réactivée, non seulement par mon questionnement sur le passé mais par les liens entre ce passé et les problèmes présents. Ainsi étions-nous plongés dans ce que le philosophe Michel Serres appelle « un temps chiffonné »6 ou se rejoignaient l’ici et maintenant de l'anthropologie et l’hier de l'histoire. Et c'est de cette position particulière que j'ai tenté de penser avec les acteurs la question de l'oubli, de la répétition et du devenir.

Le « laboratoire monde » 7

7Le projet d'automatisation du contrôle aérien en France démarra à la fin des années 1950. En moins de dix ans, les grands principes du système étaient en place. Les innovations contemporaines restent bien souvent la reprise de pistes découvertes dans ces toutes premières années. La créativité d'un noyau restreint d'acteurs ayant précocement perçu les possibilités offertes par l'invention des ordinateurs pour le contrôle aérien peut s'expliquer, d'une manière délibérément réductrice et provocatrice. Peu valorisés, travaillant aux marges des préoccupations de l'institution, ils n'ont pas eu les moyens de s'offrir un laboratoire. Le statut de « danseuse » (expression d'un de ces pionniers) de l'automatisation au sein des priorités de l'institution de la Navigation aérienne les a mis en demeure de passer « l'épreuve du feu » très rapidement.

8Ce qui distingue le CAUTRA d'autres grands projets technologiques est le dispositif dans lequel il a été conçu et expérimenté. Le laboratoire technologique n'était pas un espace fermé où le monde opérationnel des contrôleurs est artificiellement reconstruit pour concevoir et tester les inventions ou innovations qui sont ensuite transportées à l’extérieur. Un groupe resserré d’ingénieurs, mais aussi de contrôleurs et de techniciens motivés, expérimentait les nouvelles fonctions directement au sein de la salle de contrôle. Ceci a eu d’importantes conséquences : les idées et propositions émergeant de la pratique des chercheurs sont contrôlées par le monde opérationnel qui régule leur développement. Ce dispositif expérimental crée un espace mixte (laboratoire monde), instituant comme un continuum entre le laboratoire et le monde là où il y a, traditionnellement, rupture. L'expérimentation in vivo de l'outil implique de façon active le collectif d’utilisateurs qui régule le développement des recherches et des applications. Dans ce dialogue expérimental spécifique, le monde, mais de façon contrôlée, devient lui-même un laboratoire : des positions expérimentales côtoient les consoles opérationnelles, chercheurs et électroniciens occupent ensemble le centre de calcul et l’ordinateur de secours sert également aux expérimentations. Il n’était pas besoin dans cet univers d'invoquer le « facteur humain » comme garant ou comme caution de la qualité des nouveaux systèmes. La dimension humaine est au coeur du processus de conception : par le regard souvent goguenard, parfois inquiet mais pas franchement malveillant des contrôleurs qui regardent les ingénieurs faire « leur truc » ; par le mode de présence des psychotechniciens qui abandonnent assez vite la salle de restaurant des ingénieurs et cadres pour la cantine des contrôleurs plus conviviale ; par les problèmes de « prime » que les contrôleurs revendiquent à chaque introduction d'une nouvelle fonction, initiant ainsi les ingénieurs aux lois anthropologiques de l'échange. Dans cet espace mixte, dans ce « laboratoire monde », la réalité sociale imprime ses contraintes et sa temporalité aux avancées de la recherche, ordonne la hiérarchisation des problèmes et régule le cours du développement technologique.

9Mais tandis que le système CAUTRA sait se rendre de plus en plus indispensable pour l’exercice du contrôle aérien, l'informatisation de la société prend son essor. Le gouvernement français décide, avec un « Plan Calcul » (à la fin des années 1960) de favoriser une informatique française. Concrètement, cette stratégie dessert le projet. Ses acteurs doivent renoncer à une fructueuse collaboration avec IBM et adapter la troisième génération, décisive, du système à un matériel qu'ils maîtrisent mal. Des pannes d'origines diverses se multiplient, provoquant l’insatisfaction des contrôleurs, des retards d'avion et les plaintes répétées des compagnies aériennes. Une crise multiforme mine l'espace heureux du laboratoire monde. Le mode de travail au sein du laboratoire, qu'un responsable de la Direction de la Navigation aérienne qualifie, alors que les rumeurs de mai 1968 sourdent encore, d’« expérimentation permanente », est mis en cause.  Des experts sont convoqués pour évaluer le CAUTRA. Le plus critique d'entre eux stigmatise sans nuances les failles du système en organisant toute son argumentation autour du thème des anciens et des modernes. Ce qui heurte le plus l'expert dans un système selon lui largement dépassé est le climat de « mélange » : on ne sait pas « qui est qui », les ingénieurs ne sont pas des « informaticiens professionnels » (ce début des années 1970 est la période où cette profession cherche à s'imposer en tant que telle avec, notamment, l’émergence des sociétés de service en informatique), les programmeurs sont des contrôleurs, la sacro-sainte « méthode » informatique est ignorée par des ingénieurs « formés sur le tas » qui utilisent des procédés « archaïques ». L’expertise est prise en compte par la Direction de la Navigation aérienne, la légitimité du laboratoire remise en cause et la responsabilité du système retirée au CENA qui est rebaptisé : de centre d'Expérimentation, il devient centre d’Études. C'est bien le « laboratoire monde » qui est visé.

10La société de Service en informatique qui avait mené l'expertise obtient le marché. Pour concevoir le CAUTRA IV elle installe, à quelques dizaines de kilomètres du centre d'Athis-Mons, une équipe mixte d'ingénieurs de l'aviation civile et d'informaticiens professionnels. Les contrôleurs aériens viennent rarement « hanter » cet immense laboratoire. Leur mode de présence a radicalement changé : ils sont représentés par un nouvel organisme chargé de servir de médiateur entre opérateurs et concepteurs des systèmes informatiques. Une « méthode » linéaire procédant par étapes de la conception à l'usage préside aux travaux du nouveau laboratoire, et la simulation de trafics remplace le laboratoire monde. Mais tout ceci n'aurait qu’un intérêt anecdotique si cette nouvelle manière de faire, de voir et de penser avait pu, sans autre forme de procès, remplacer l'ancienne, confortant ainsi la rhétorique des anciens et des modernes si puissante dans l’imaginaire du progrès technologique. Tandis que la nouvelle équipe cherche à concevoir le nouveau CAUTRA, l'ancienne, à qui il n'a pu être retirée la responsabilité du système opérationnel, réagit. Les problèmes de fiabilité des matériels sont maîtrisés et l'automatisation progresse à grands pas par l'ajout de nouvelles fonctions expérimentées « en salle ». Le temps passe et le nouveau système qui doit être installé dans le nouveau centre de contrôle de Reims n'arrive pas à rattraper l'avance prise par l'ancien avec son équipe de « bricoleurs », ces derniers prenant, il faut le reconnaître, un malin plaisir à voir leur rival piétiner. Ce problème dit « de convergence » classique dans l'histoire des grands systèmes informatiques prend une particulière acuité dans un domaine dont la finalité est la sécurité. Mais les menaces qui commençaient à planer sur cette dernière permettent finalement, après plusieurs années de querelles, d'apaiser les conflits, de nouer des collaborations entre les méthodes rivales et la mise en place d’un nouveau système.

11Aujourd'hui, le « laboratoire monde » a laissé des traces durables dans le monde du contrôle aérien. Le « facteur humain », puisque tel est le concept générique adopté pour mettre en présence l'utilisateur dans le processus de conception, est largement pris en compte. L'utilisateur est convoqué à toutes les étapes et des ergonomes, des psychosociologues, voire même des sociologues sont sollicités pour le « représenter » dans le laboratoire. Cependant, au gré des changements institutionnels et des évolutions technique, sociale ou économique, le laboratoire monde s'est transformé en laboratoire au sens classique du terme, scientifique ou industriel, où le réel (même complexifié par la « composante » facteur humain) est traduit, réduit, maîtrisé dans l'espace clos de l'expérimentation. Extraits de leur communauté d'appartenance (la salle de contrôle à la sociabilité si importante dans la gestion de la sécurité aérienne), des contrôleurs « jouent » devant une représentation simulée du trafic.

12Cette histoire ne remet pas seulement radicalement en cause l’idée d’une technologie autonome, elle invite à réfléchir sur la notion d’efficacité. Les différentes manières de « faire marcher » un dispositif ou objet technique construisent des alternatives non seulement techniques mais sociales. Au sein de ces dernières, le type d'implication de l'utilisateur dans le processus d’innovation technologique est un élément déterminant et renvoie à des considérations d’ordre éthique et politique. Éthique parce que l'on peut se demander si la notion de « laboratoire monde » ne peut pas être généralisée dans un sens différent et plus inquiétant que celui développé plus haut. Les êtres humains et le « monde » ne sont-ils pas pris couramment, respectivement, et à leur insu, pour des cobayes. Un vaste terrain d'expérimentation – où s'expérimentent en grandeur nature les techniques dans leur confrontation avec toute la dimension d'incertitude – ne pourra peut-être jamais être mis en scène dans le laboratoire. La volonté de traduire l'être humain dans des termes homogènes à ceux qui prédominent dans le laboratoire – telle que le manifestent certaines tendances de l’ergonomie et de la psychologie cognitive vise à réduire cette part d'incertitude mais ne concoure-t-elle pas plutôt à la refouler. Problème politique enfin, car de ces multiples dimensions sans doute irréductibles à l'expérimentation en laboratoire, il en est une qui caractérise l'humain  : le répondant, c'est-à-dire la capacité et le droit de réagir, d'inventer, de modifier et de refuser ce qui est imposé, donné pour acquis. C'est cette capacité de « répondant » que déclinent tous les travaux sociologiques centrés sur l'usage des nouvelles technologies. Mais la notion d'usage renvoie toujours à une relation asymétrique entre les instances de conception et les collectifs d'usagers, asymétrie bien marquée par l'univers sémantique dans lequel se déploient ces travaux8 : détournement, ré-interprétation, braconnage, écart à la norme, transgression des règles, etc.

13Il y a dans le concept de « laboratoire monde », tel que je l'ai dégagé de l'histoire de l’automatisation du contrôle aérien en France, l'idée de réduire cette asymétrie non pas seulement par une mise en présence de plus en plus sophistiquée de l'homme, mais par sa présence tout court et la place laissée à son répondant, individuel et collectif. Présence qui est peut-être la seule manière de concevoir le devenir de notre « techno-monde » sans réduire l'altérité, ce qui nous ramène aux sources de la question anthropologique.

Haut de page

Bibliographie

Balandier G. Le Détour. Pouvoir et modernité. Paris, Fayard, 1985.

Durkheim E. Les formes élémentaires de la vie religieuse. Paris, PUF, 1960.

Gras A. Grandeur et dépendance. Paris, PUF, 1991 (avec la participation de S.L.Poirot-Delpech).

Gras A., Moricot C., Poirot-Delpech S.L., Scardigli V. Le pilote, le contrôleur et l’automate. Paris, Ed. de l’Iris, 1990.

Gras A. Face à l’automate. Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

Latour B. La science en action. Paris, La Découverte, 1989.

Gras A. Nous n’avons jamais été modernes. Paris, La Découverte, 1992.

Serres M. Statues. Paris, Ed. François Bourin, 1987.

Stengers I. Cosmopolitiques. Pour en finir avec la tolérance. Paris, La Découverte/ Les Empêcheurs de penser en rond, 1997.

Haut de page

Notes

1 Que ces lieux ne soient plus considérés comme des sanctuaires fermés au profane manifeste l’amorce d'un processus de laïcisation de la science qui nous indique, a posteriori, le rôle quasi-religieux de cette dernière dans les sociétés modernes, ce que les fondateurs de la sociologie avaient seulement pressenti (notamment Durkheim). L’énoncer eût été mettre en cause le cadre même – la science – dans lequel ils entendaient instituer et légitimer leur propre savoir.
2 Cf., par exemple, La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin, 1984.
3 Chez les différents auteurs, on observe que l'usage du singulier la techno-science marque une connotation critique alors que les techno-sciences est plutôt utilisée par des travaux qui veulent conserver une approche plus neutre ou agnostique.
4 Hannah Arendt, Condition de l'homme moderne, Paris, Calmann-Levy, 1961.
5 Cf. B. Latour et S. Woolgar, La vie de laboratoire, Paris, La Découverte, 1988.
6 Cf. notamment, Eclaircissements, Paris, Ed. François Bourin, 1992.
7 Le lecteur comprendra que ce concept tel qu’il est formalisé ici ne renvoie bien évidemment ni à la notion d’« économie-monde » élaborée par Fernand Braudel ni aux réflexions sur la mondialisation. Le terme de « monde » a été choisi pour souligner la mise entre parenthèses de certaines dimensions sociales et politiques que constitue l’espace expérimental classique. Cf., par exemple, M. Douglas, Ainsi pensent les institutions, Paris, Uscher, 1989.
8 Voir notamment les travaux pionniers de Jacques Perriault, par exemple, La Logique de l’usage, Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion, 1989.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie L. Poirot-Delpech, « Les techno-sciences, d’un laboratoire à l’autre », Socio-anthropologie [En ligne], 3 | 1998, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/22 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.22

Haut de page

Auteur

Sophie L. Poirot-Delpech

Université de Paris I Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org