Navigation – Plan du site
Dossiers : Mortels ! Imaginaires de la mort au début du XXIe siècle

L’immortalité et ses impatients

Gabriel Ddorthe
p. 127-138

Résumés

La fin de la mortalité due au vieillissement biologique est annoncée, et avec elle de grands bouleversements de la condition humaine, traditionnellement caractérisée par sa finitude. Fantasme futuriste ou engagement concret, le transhumanisme est désigné comme la bannière sous laquelle des biologistes, philosophes, gérontologues ou entrepreneurs préparent cette révolution. Cet article considère le transhumanisme avant tout comme un mouvement d’idées, dont les militants promeuvent un futur de l’humanité transformé par la technologie. Il montre ensuite que l’épistémologie mobilisée par les transhumanistes dans leur recherche de l’immortalité est guidée par une curiosité avide, mais reste fondée sur un savoir cumulatif intrinsèquement lacunaire. Il propose enfin d’envisager le transhumanisme non comme un fantasme de la toute-puissance humaine, mais comme une relation de confiance fragile avec des objets techniques retardataires, traces d’un futur récalcitrant.

Haut de page

Texte intégral

1À grand renfort de métaphores guerrières, des scientifiques multiplient les annonces fracassantes (Bensaude-Vincent et Loeve, 2014), relayées par les médias dans un frisson de terreur et d’envie : la guerre contre la mort est en passe d’être gagnée. De nombreux philosophes, anthropologues ou éthiciens étudient les conséquences formidables de ce bouleversement du sens et des valeurs de la condition humaine, traditionnellement caractérisée par sa finitude (Lafontaine, 2008). Les médecins osent à peine rire. La mort due aux processus de vieillissement est de plus en plus considérée comme une maladie, dont les progrès médicaux devraient permettre d’identifier et de neutraliser les causes, biologiques, génétiques ou environnementales. Il convient alors de parler de suppression de la mort biologique, ou d’amortalité. La mort peut être désirée, mais ne doit plus être subie. Difficile d’échapper à de telles annonces depuis quatre à cinq ans. Plus encore depuis l’été 2013 et les investissements massifs de Google dans le domaine. Si le plan est clair, les moyens pour y parvenir et la composition des troupes mobilisées le sont beaucoup moins. Le transhumanisme est désigné comme la bannière sous laquelle ces biologistes, philosophes, gérontologues ou entrepreneurs préparent la fin de la mortalité biologique de l’humanité.

2Le ton grandiloquent de ces lignes introductives nous place d’emblée sous le double signe de fantasmes futuristes et d’actions très concrètes enveloppant si souvent la présentation du transhumanisme. Cet article se tient dans un certain indécidable, entre spéculations sur le futur et engagement dans un présent ; afin de tenter de localiser et de prendre au sérieux le transhumanisme, sans chercher trop vite à le réduire soit à des fantasmes de fans de science-fiction, soit à des technologies élaborées dans le secret de laboratoires. Maintenir le transhumanisme dans cet indécidable permet d’en montrer la dynamique, les hésitations et les fragilités, plutôt que de le présenter comme une idéologie monolithique ou une secte (Dupuy, 2004). Placer la lutte contre le vieillissement sous le signe d’une bataille, requérant le déploiement de tous les efforts disponibles, souligne également la tonalité d’urgence des annonces quasi quotidiennes de bouleversements technologiques.

  • 1 Association Loi 1901 officiellement fondée le 8 février 2010 (http://transhumanistes.com/), structu (...)

3Cet article se fonde sur une recherche de doctorat en cours sur les mouvements transhumanistes, adoptant une démarche de philosophie de terrain (Bensaude-Vincent et al., 2008) ou d’embarquement, croisant travail conceptuel, description ethnographique et entretiens suivis avec une dizaine de leurs figures centrales, issues en particulier de l’Association française transhumaniste : Technoprog (AFT)1 au sein de laquelle je suis embarqué depuis 2010. Cette démarche oblige à peupler le transhumanisme, à le prendre au mot en allant chercher, derrière la bannière sur laquelle on ne cesse de trébucher, les individus portant ce mouvement d’idées (Poirot-Delpech, 2013). L’embarquement exige de tenter de produire une critique attentive à ce qui les mobilise, tout en ouvrant des perspectives redevables à ce que Bruno Latour propose au sujet des sciences : « Qui les critique mieux ? Celui qui les imagine formidables et systématiques, ou celui qui, évaluant la fragilité de leur construction, évalue par là même de combien de façons on peut y mettre la main ? » (Latour, 2007, p. 11).

4La première partie de cet article propose de considérer le transhumanisme comme le militantisme d’un futur incertain. Nous étudierons ensuite l’épistémologie mobilisée par les transhumanistes dans leur promotion de la recherche de l’immortalité ; ce qui nous conduira, dans la dernière partie, à envisager le transhumanisme non comme un discours de la toute-puissance humaine, mais comme une relation de confiance fragile avec des progressions technologiques sans cesse en retard sur leurs promesses. Plutôt que d’étudier la production, réelle ou supposée, d’une puissance d’action sur la condition humaine, nous interrogerons le mode de production de l’absence des objets présentés par les transhumanistes comme autant de traces du futur. Nous proposons de spéculer sur un autre possible pour le débat sur le transhumanisme, fortement structuré par une opposition frontale sur les raisons et les conséquences des transformations technologiques de l’humain. Entre les raisons et les conséquences, il s’agira de donner voix aux moyens, c’est-à-dire aux objets techniques, étrangement silencieux malgré leur invocation permanente.

Militants du futur

5La paternité du mot transhumanisme est généralement accordée au biologiste Julian Huxley :

L’espèce humaine peut, si elle le souhaite, se transcender elle-même – et pas seulement de façon sporadique, ici un individu de telle manière, là un individu d’une autre manière, mais dans son ensemble, en tant qu’humanité. Nous avons besoin d’un nom pour cette nouvelle croyance. Transhumanisme peut être utile : l’homme restant l’homme, mais se transcendant, en réalisant de nouvelles possibilités pour lui et sa nature humaine (Huxley, 1957, p. 17, trad. : Dorthe G.).

  • 2 World Transhumanist Association, fondée en 1998, association américaine dont le nom sera changé en (...)

6Cette définition fondatrice annonce le caractère du mouvement, dans un vocabulaire de la croyance et de la probabilité. Bien plus tard, Natasha Vita-More, présidente de l’association mondiale transhumaniste Humanity+2, le définit comme « une vision du monde, un projet philosophique » (Vita-More, 2014). Même si rien n’empêche a priori les scientifiques ou ingénieurs de s’engager dans le mouvement, force est de constater qu’ils sont peu présents parmi ses grandes figures. Celles-ci sont, à l’inverse, issues de formations en sciences humaines, avec une mention particulière pour la philosophie, la sociologie ou le droit. Si certains d’entre eux ont poursuivi dans des voies académiques, la plupart occupent des postes de fonctionnaires ou d’employés dans des secteurs très divers. Le transhumanisme est donc avant tout porté par des militants, peu nombreux en vérité et dotés de moyens financiers limités, réunis en associations ou divers groupes plus informels. Considérant que l’humanité n’est pas parvenue au terme de son évolution, les transhumanistes militent pour l’accès aux connaissances et l’usage libre et facilité des innovations scientifiques et techniques susceptibles de la transformer en profondeur. Ils tentent de développer une pratique de lobbying auprès des décideurs politiques et économiques, encourageant les recherches et législations favorables à une évolution technologique de l’homme. Ce qui compte pour les militants transhumanistes, c’est donc le travail des idées et l’exercice du débat. Endosser leur propre définition invite à tenter de comprendre le type de futur qui les engage, et la manière dont ils se proposent de contribuer à son avènement. Malgré la grande diversité des projets qui retiennent leur attention (de l’intelligence artificielle aux prothèses, en passant par les médicaments augmentant la mémoire ou la conquête spatiale), et des débats parfois houleux, ils s’accordent sur une vision positive et enthousiaste des progressions technologiques, ainsi qu’un désir d’améliorer les performances du corps et du cerveau. L’allongement de la durée de vie tendant vers l’immortalité biologique rassemble ces composantes dans l’un des axes forts du transhumanisme : « Nous ne tolérerons plus la tyrannie du vieillissement et de la mort » (More, 1999, trad. : Dorthe G.).

Une confiance fragile

  • 3 Voir par exemple Charnay A., « L’homme vivra 1 000 ans, selon le biogérotonlogue [sic] Aubrey de Gr (...)
  • 4 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, fonctionnaire, Skype, 21 avril 2014.
  • 5 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, enseignant, Skype, 19 mars 2014.

7Les militants transhumanistes, réunis en divers groupes ou associations, mobilisent largement les recherches et réflexions de célèbres scientifiques tels que, concernant la longévité, le biogérontologue anglais Aubrey de Grey ou le chirurgien et entrepreneur français Laurent Alexandre. Ceux-ci ne se privent pas à leur tour de se distinguer du mouvement transhumaniste, se réclamant d’une recherche scientifique « purifiée » de la concentration de valeurs, de faits, de passé et de futur qui mobilise les militants3. Avec un sens de l’ambiguïté souvent dénoncé par ces derniers, ils revendiquent une « vraie science » contre les « charlatans » accusés de faire miroiter des miracles impossibles (Alexandre, 2014). Si les transhumanistes ne sont pas des scientifiques, on peut faire l’hypothèse qu’ils sont leurs « autres » : une figure des publics des sciences (Bensaude-Vincent, 2013), cantonnés par les scientifiques et les politiques depuis le xviiie siècle au rôle de soutiens patients, futurs heureux bénéficiaires des produits de la science, « poule aux œufs d’or » (Stengers, 2006) censée délivrer l’humanité de ses maux à condition de pouvoir définir ses objectifs de manière autonome et désintéressée. S’ils se déclarent « amateurs éclairés4 » de questions scientifiques et techniques, les transhumanistes n’en sont pas de simples consommateurs passifs. À l’écart des pratiques lourdement équipées des sciences en train de se faire, ils se font commentateurs et interprètes des progressions scientifiques cibles de leur curiosité. Opérant un tri au sein du flux d’informations qui leur parvient avec la ferme intention de se mêler de ce qui classiquement ne les regarde pas (Stengers, 2013), ils expriment leurs exigences, intempestives et maladroites, adressées à tous et à personne en particulier. Leur offrant une chambre de résonance, ils spéculent sur leurs conséquences en termes d’émancipation et d’extension de la liberté de choix à la biologie individuelle. « Je pense ne pas trop m’avancer pour dire que nous faisons partie des gens qui sont très tôt informés de tout ce qui a l’air de ressembler à une nouveauté technologique. On fait partie des acteurs de la vigilance par rapport à tout ça5. » Il s’agit maintenant de suivre cette curiosité impatiente pour les bénéfices des promesses scientifiques et techniques.

8Natasha Vita-More formule le désir d’immortalité partagé par de nombreux transhumanistes en des termes qui peuvent surprendre : « Je ne crois pas en l’immortalité. Pourquoi voudrais-je être immortelle ? […] Ce serait merveilleux de pouvoir choisir quand est-ce qu’on souhaite mourir, au lieu de subir ce moment. L’idée de mort serait alors totalement redéfinie » (Vita-More, 2014). L’accroissement de la longévité, entre autres projets promus par les transhumanistes, se fonde sur une certaine lecture des progressions scientifiques que l’AFT affiche en ces termes :

  • 6 « Présentation AFT » : http://transhumanistes.com/presentation, consulté le 5 février 2015.

Chaque année apporte son lot d’avancées scientifiques et techniques majeures, et avec elles de nouveaux questionnements et enjeux. Depuis quelques décennies, ces avancées ont commencé à ébranler les conceptions que nous avions de nous-mêmes, jusqu’à rendre incontournable la question d’un nouvel humanisme. Elles rendent évident ce que divers philosophes affirment depuis longtemps : l’humain n’est ni fixe ni prédéterminé, à la fois d’un point de vue philosophique et biologique6.

  • 7 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, fonctionnaire, Skype, 21 avril 2014.
  • 8 Prisco G., dans Sussan R., « À quoi peut servir le transhumanisme ? », Conférence en ligne organisé (...)
  • 9  Stengers I. (2006), La Vierge et le neutrino. Les scientifiques dans la tourmente, Paris, Les Empê (...)

9Le savoir promu par les transhumanistes repose d’abord sur une conception cumulative : « Quatre ou cinq domaines dans lesquels les progressions technologiques sont rapides et ont généralement une dimension exponentielle. Et c’est clair que quand on prend ces quatre domaines-là ensemble c’est notamment ce qui permet d’envisager une vie en bonne santé beaucoup plus longue, voire sans limitations7. » C’est bien l’ouverture de nouveaux possibles qui engage les transhumanistes, plutôt que les réalisations concrètes dont ils sont peu friands. « Il y a des choses intéressantes qui sont en train d’être développées. Et elles auront peut-être dans la prochaine décade un impact je dirais foudroyant. Mais il ne faut quand même pas s’attendre à des miracles du jour au lendemain. La recherche est en train d’être faite8. » Sans connaître précisément son contenu et sa temporalité, « ce qui importe est un événement dont il leur appartient de cultiver la possibilité9 ». Cette conception du savoir cumulatif ouvrant de nouveaux possibles favorables est traversée par deux contradictions. Premièrement, les sciences contemporaines montrent que chaque avancée majeure ouvre de nouveaux domaines d’ignorance. Ce vœu semble voué à la contrariété : « Si […] quelque chose existe dans le monde, nous ne connaissons pas de raison pour laquelle il ne devrait pas, tôt ou tard, venir à notre connaissance, pour peu que notre histoire ne s’interrompe pas » (Roux, 2013). En face de ceux qui croient ou espèrent que les sciences étendent indéfiniment leurs lumières, se dressent ceux qui alertent sur l’émergence de nouvelles zones d’imprévisibilité (Besnier, 2009 ; Dupuy, 2004 ; Sloterdijk, 2000). Le principe de précaution, régulièrement brocardé par les transhumanistes comme l’expression de craintes largement irrationnelles (More, 2010), appelle à une prudence proportionnée face à cet accroissement de l’inconnu issu de recherches inédites, potentiellement productrices de dommages graves et irréversibles. La deuxième contradiction est temporelle : en même temps que les transhumanistes annoncent des bénéfices incrémentaux issus du recul de l’inconnu, ils en appellent à la vigilance vis-à-vis d’imminents bouleversements de la nature humaine et à l’anticipation des nouvelles valeurs qui lui donneront sens. La connaissance induit la nécessité d’affronter un non-savoir.

  • 10  Bensaude-Vincent B. (2009), Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, P (...)
  • 11 Expression régulièrement utilisée par les membres dirigeants de l’AFT.
  • 12 Exemples issus de la page Facebook de l’AFT, https://www.facebook.com/AFT.technoprog, consultée le (...)
  • 13 Grande enseigne française de vente par correspondance.
  • 14 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, manager de système d’information, Paris, 20 (...)
  • 15 Exemples issus des pages Facebook de l’AFT et de certains militants.

10Le point de référence scientifique et technique des transhumanistes est le rapport sur la convergence technologique des NBIC, publié aux États-Unis en 2002, sous la tutelle de la National Science Foundation et du Department of Commerce (Roco et Bainbridge, 2002). Soixante-dix-neuf auteurs académiques et industriels y égrènent un épais catalogue de projets permis par la convergence des progressions rapides constatées et prédites en nanotechnologies (N), biotechnologies (B), informatique (I) et sciences cognitives (C), concernant entre autres la compréhension du fonctionnement du cerveau, l’extension de la durée de vie à l’aide de nouveaux médicaments, les interfaces humain/machine, ou de nouveaux matériaux. Le préfixe nano, désignant un « projet d’unification par repérage d’un équivalent général, qui est le moléculaire, au sens de brique élémentaire10 », promet de rendre la matière modulable à volonté dans un futur proche. Si la plupart des transhumanistes n’ont pas lu ce rapport et s’y réfèrent rarement, leur « entrée en transhumanisme11 » est souvent présentée comme consécutive à la découverte, généralement par les médias ou la science-fiction, « des NBIC », étendard de l’ouverture du champ des possibles de la condition humaine. Les transhumanistes y puisent les éléments de leurs attentes, y opérant tri et hiérarchisation des priorités. S’ils comptent bien ne pas rester passifs à attendre les bénéfices de la convergence, leur pratique laisse voir une contradiction entre l’ouverture au possible et la manière dont ce possible est d’emblée chargé d’attentes. Les militants américains comme européens consacrent en effet beaucoup d’énergie à chercher, identifier et faire connaître des exemples d’avancées scientifiques et techniques, présentées comme autant d’échantillons de leurs projets et espoirs. Au gré de leur vigilance, les militants relaient ainsi des articles de la grande presse ou de blogs plus spécialisés. Les articles sont souvent courts, et les titres éloquents : « Bientôt des organes artificiels pour tout le corps humain ? », « L’informatique corporelle pourrait-elle nous rendre immortels12 ? ». Cette pratique de veille et de diffusion de vignettes scientifiques et techniques pose la question de la relation nouée par les transhumanistes avec ces éléments d’information. Si leur curiosité est indubitablement généreuse, le savoir qu’ils accumulent est foncièrement incomplet et voué à le rester. Un militant me déclarait par exemple souffrir du « syndrome du généraliste », devant se contenter par manque de temps de puiser dans une sorte de « catalogue de la Redoute13 » pour soutenir son militantisme. Cette expression, « volontairement péjorative », désigne une succession de vignettes, souvent « cool » ou « sexy », empêchant selon lui une réflexion plus élaborée14. Mais il faut pousser plus loin cette contradiction. Les éléments relayés par les transhumanistes, relatant généralement plus des découvertes expérimentales ou des prototypes que des objets actuellement disponibles, sont souvent accompagnés d’un court commentaire qui en dit long sur le sens qu’ils revêtent pour leur militantisme, présentant ici un « précurseur du futur », là « un petit tour d’horizon du futur », ou déclarant que, « si l’on sait écouter, le futur est toujours annoncé bien avant15 ». Non sans en critiquer activement certains risques, espoirs exagérés ou problèmes éthiques, les transhumanistes se positionnent donc en relais et défenseurs des promesses scientifiques et techniques, preuves du bien-fondé de leurs espoirs, objets d’une confiance fragile :

  • 16 Roux M., dans Casilli A., « Réception du transhumanisme dans les secteurs de la santé », Conférence (...)

Le travail qu’essaie de faire une association comme Technoprog, c’est en effet sans doute de proposer une certaine lecture de cet ensemble, et de pointer des éléments de convergence, des éléments qui permettent de dire : regardez, la société, la science se dirigent […] dans une direction qui donne de la force aux arguments du transhumanisme, dans le sens où l’on va de plus en plus vers une possibilité d’une autoévolution consciente16.

  • 17 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, enseignant, Skype, 25 février 2014.

11Éléments d’une mosaïque jamais complète, ces vignettes sont considérées et présentées comme des traces d’un futur largement prédéfini. Les découvertes scientifiques et les innovations qui mobilisent les transhumanistes s’agencent dans un paradigme indiciaire, où chaque fragment fait signe vers un tout qui semble devoir toujours échapper à la saisie (Ginzburg, 2010). « Ce qui importe, c’est la direction, pas le moment précis où on va trouver les solutions17. »

Objets absents

  • 18 L’auteur a rassemblé l’essentiel des notes, renvoyant en grande partie à Wikipedia, sur le site Vie (...)
  • 19 Discussion sur la page Facebook d’un groupe transhumaniste français.
  • 20 « Positions de l’AFT : Technoprog ! sur la cryonie », texte adopté par le CA de l’AFT le 17 novembr (...)

12Le militantisme transhumaniste est placé sous le signe de l’urgence de la préparation à un futur impérieux qui les mobilise et mérite bien un « plaidoyer » (Cœurnelle, 2013, p. 9), selon la présentation du livre Et si on arrêtait de vieillir ! par son auteur, membre dirigeant de l’AFT18. Les transhumanistes sont mobilisés sur le mode d’une enquête au sujet du futur, d’un goût pour l’absence plus que d’une fascination pour le présent. La validation des espoirs étant régulièrement reportée, les attentes cherchent à se maintenir ou à se réinvestir en faisant appel aux avancées scientifiques et techniques comme autant de traces d’un futur à reconstituer et encourager. En témoigne ce militant, interrogé sur les avancées concrètes des transhumanistes : « Nous sommes encore pour la plus grande majorité, des transhumanistes théoriciens, attendant les moyens de nos rêves, nos espoirs, pour nous réaliser19. » Les objets techniques saturant le discours transhumaniste sont ainsi à comprendre comme autant d’objets absents, dont l’absence est activement produite comme une disponibilité échappant tout juste dans le paysage bariolé d’indices du futur. Avec les adversaires autant qu’entre transhumanistes, le débat fait rage dans le cadre de cette épistémologie indiciaire ; avec pour enjeu le partage du plausible, de l’expertise, des peurs irrationnelles ou des attentes raisonnables. Concernant l’immortalité, deux technologies sont régulièrement mentionnées. Premièrement, la cryonie : procédé de conservation des corps à très basse température dans l’attente de progrès médicaux permettant de les ramener à la vie. L’AFT a très tôt pris position sur ce sujet, en pointant « les dysfonctionnements de sa technique ou de ses pratiques20 ». Deuxièmement : le mind uploading, sauvegarde et conservation numérique indéfinie de la conscience. Encore faudrait-il pouvoir réduire la vie à la conscience, et surtout localiser cette dernière. Nombre de transhumanistes considèrent ces deux techniques comme trop hasardeuses, misant sur des temporalités trop lointaines et des ruptures technologiques trop radicales (Cœurnelle, 2013, p. 146-155).

  • 21 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, enseignant, Skype, 19 mars 2014.
  • 22 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, fonctionnaire, Skype, 21 avril 2014.

13Après une longue discussion sur Skype dans laquelle un militant me parlait des objets techniques « relevant du transhumanisme », je lui ai demandé de me parler des objets qu’il utilise lui-même. Sans hésiter, il a alors fait pivoter son ordinateur, pointant sa webcam sur sa cafetière, productrice de la seule augmentation cognitive efficace et sans trop d’effets secondaires21. Un autre s’attendait à ma question, l’accueillant avec quelques rires : « La réponse est non22 », aucune technologie particulière utilisée pour allonger sa durée de vie. Au lieu de craindre cette question comme disqualifiant leur pratique, les militants y voient l’occasion de réaffirmer leurs valeurs, de rationalité notamment :

  • 23 Ibid.

Pour plusieurs raisons, mais je dirais que la raison numéro un, c’est tout simplement pour le moment il n’existe aucun produit, dont l’effet, de manière indiscutable ou même de manière à mes yeux probable permette de gagner beaucoup d’années d’espérance de vie, même d’ailleurs des années d’espérance de vie dans une situation dans laquelle on a un comportement en matière de santé correct23.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.

14Dans l’attente d’avancées notables permettant d’« imaginer » que, « au bout de dix, vingt ou trente ans… plutôt vingt ou trente », Alzheimer par exemple « devienne une maladie chronique et qu’on n’en meure plus », l’hygiène de vie reste le moyen le plus sûr de garantir une vie longue en bonne santé24. Si l’expression « on peut imaginer » est récurrente, c’est la prudence qui dicte les conseils pratiques : « Une alimentation correcte est ce qui permet de gagner le plus d’années d’espérance de vie25. » Le célèbre slogan de l’ingénieur et futurologue transhumaniste Ray Kurzweil doit être lu dans la même perspective : Live long enough to live forever, se maintenir en meilleure santé possible en attendant les innovations susceptibles d’allonger indéfiniment la durée de vie.

15Mobilisés par les objets absents, les transhumanistes consacrent une grande part de leur réflexion à en envisager les conséquences. Les enjeux environnementaux, politiques, éthiques ou démographiques d’une longévité accrue occupent un tiers du livre de Didier Cœurnelle. Une part importante de sa réflexion est également consacrée à l’examen des raisons de promouvoir l’accroissement de la longévité, ainsi qu’à la critique des oppositions ; suivant une structure fréquente dans les discours transhumanistes où les progressions scientifiques conçues comme rationnelles sont opposées à des craintes jugées irrationnelles, car fondées sur des valeurs (notamment religieuses) dépassées. La révolution annoncée par les objets absents est toujours à venir. Les résultats scientifiques et techniques actuels présentés comme autant de traces vacillantes d’un futur désirable inscrivent ce dernier dans un passé révolu ; empêchant le présent de la délibération politique tout en y faisant appel.

  • 26 Latapie D., dans Deboise M., « Le transhumanisme en France », Conférence en ligne organisée par l’A (...)

Je dis souvent qu’on ne peut pas arrêter le cours d’une rivière, par contre, ce qu’on peut faire, c’est la canaliser. […] Mon objectif n’est pas de promouvoir le transhumanisme, car il se promeut très bien tout seul, c’est une grande personne. C’est de faire en sorte que les gens en parlent, parce qu’en en parlant on peut réfléchir, on peut poser la question. Et c’est en se posant la question que l’on pourra trouver une manière de s’acclimater de la chose26.

  • 27  Alexandre L. (2011), La mort de la mort. Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Pari (...)

16Contraction du présent, tension vers un futur à la fois imminent et lointain – annoncé par des indices qui en inscrivent la nécessité dans le passé tout juste révolu –, l’épistémologie des transhumanistes invite à revisiter la volonté de puissance que lui prêtent de nombreux commentateurs (Besnier, 2009). « L’idéologie NBIC qui magnifie nos fantasmes de toute-puissance sur la nature et sur nous-mêmes est porteuse de bien des pathologies psychiatriques. Le transhumain vivra dans l’illusion de sa toute-puissance, qui est mortifère pour l’équilibre psychologique27. » À cette première figure de la puissance, aveugle et destructrice, l’étude du militantisme transhumaniste permet d’opposer une seconde, fondée sur des objets pas encore présents, traces du futur mobilisant une confiance fragile et curieuse. Cet article suggère de considérer le transhumanisme comme une mise en société particulière des sciences et techniques, marquée par une confiance hésitante vis-à-vis du futur. Si le désir de puissance s’applique bien aux transhumanistes, c’est peut-être dans un sens classiquement philosophique, où ce qui importe est de cultiver l’immortalité en puissance. Le désir de vaincre la maladie du vieillissement se nourrit d’impatience vis-à-vis des promesses que permettent d’entrevoir des objets retardataires, des preuves récalcitrantes.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre L. (2011), La mort de la mort. Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Paris, Lattès.

Alexandre L. (2014), La défaite du cancer, Paris, Lattès.

Bensaude-Vincent B., Larrère R., Nurock V. (dir.) (2008), Bionano-éthique. Perspectives critiques sur les bionanotechnologies, Paris, Vuibert.

Bensaude-Vincent B. (2009), Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte.

Bensaude-Vincent B. (2013 [1999]), L’opinion publique et la science. À chacun son ignorance, Paris, La Découverte.

Bensaude-Vincent B., Loeve S. (2014), « Metaphors in Nanomedecine : The Case of Targeted Drug Delivery », NanoEthics, 1, p. 1-17.

Besnier J.-M. (2009), Demain les posthumains. Le futur a-t-il encore besoin de nous ?, Paris, Hachette.

Dupuy J.-P. (2004), « Quand les technologies convergeront », Revue du MAUSS, 23, p. 408-417.

Evans J. H. (2014), « Faith in Science in Global Perspective : Implications for Transhumanism », Public Understanding of Science, 23, p. 814-832.

Ginzburg C. (2010 [1986]), « Traces, racines d’un paradigme indiciaire », dans id., Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Verdier.

Huxley J. (1957), New Bottles for New Wine, New York, Harper & Brother.

Lafontaine C. (2008), La société post-mortelle. La mort et le lien social à l’ère des technosciences, Paris, Seuil.

Latour B. (1993), Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte.

More M. (1999), A Letter to Mother Nature, http://www.maxmore.com/, consulté le 18 juin 2015.

More M. (2010), The Perils of Precaution, http://www.maxmore.com/perils.htm, consulté le 18 juin 2015.

More M., Vita-More N. (éd.) (2013), The Transhumanist Reader. Classical and Contemporary Essays on the Science, Technology, and Philosophy of the Human Future, Oxford, Wiley-Blackwell.

Poirot-Delpech S. (2013), « La traversée des apparences », Socio-
anthropologie
, 27, Embarqués, p. 103-111.

Roco M. C., Bainbridge W. S. (dir.) (2002), Converging Technologies for Improving Human Performance. Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science, Airlington, National Science Foundation.

Roux M. (3 juin 2013), « Transhumanismes & Religion », Mesacosan.com, http://mesacosan.com/sciences-et-technologies/transhumanismes-religion-a2595.html, consulté le 18 juin 2015.

Sloterdijk P. (2000), La domestication de l’Être, Paris, Mille et une nuits.

Stengers I. (2006), La Vierge et le neutrino. Les scientifiques dans la tourmente, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

Stengers I. (2013), Une autre science est possible !, Paris, La Découverte.

Vita-More N. (5 décembre 2014), « En France, on est effrayé par le transhumanisme », interview par Benoit F., Usbek & Rica, http://usbek-et-rica.fr/en-france-on-est-effraye-par-le-transhumanisme/, consulté le 18 juin 2015.

Haut de page

Notes

1 Association Loi 1901 officiellement fondée le 8 février 2010 (http://transhumanistes.com/), structurant et dynamisant une mailing list active depuis fin novembre 2007 : http://fr.groups.yahoo.com/group/transhumanistes, consulté le 5 février 2015.

2 World Transhumanist Association, fondée en 1998, association américaine dont le nom sera changé en 2008 pour Humanity+ (http://humanityplus.org/, consulté le 5 février 2015).

3 Voir par exemple Charnay A., « L’homme vivra 1 000 ans, selon le biogérotonlogue [sic] Aubrey de Grey », 01net.com, 25 novembre 2014 (http://www.01net.com/editorial/633805/l-homme-vivra-1000-ans-selon-le-biogerotonlogue-aubrey-de-grey/, consulté le 5 février 2015).

4 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, fonctionnaire, Skype, 21 avril 2014.

5 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, enseignant, Skype, 19 mars 2014.

6 « Présentation AFT » : http://transhumanistes.com/presentation, consulté le 5 février 2015.

7 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, fonctionnaire, Skype, 21 avril 2014.

8 Prisco G., dans Sussan R., « À quoi peut servir le transhumanisme ? », Conférence en ligne organisée par l’AFT, 11 novembre 2013, https://www.youtube.com/watch ?v =DqiTgJgBtJo, consulté le 5 février 2015.

9  Stengers I. (2006), La Vierge et le neutrino. Les scientifiques dans la tourmente, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, p. 191.

10  Bensaude-Vincent B. (2009), Les vertiges de la technoscience. Façonner le monde atome par atome, Paris, La Découverte, p. 70.

11 Expression régulièrement utilisée par les membres dirigeants de l’AFT.

12 Exemples issus de la page Facebook de l’AFT, https://www.facebook.com/AFT.technoprog, consultée le 5 février 2015.

13 Grande enseigne française de vente par correspondance.

14 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, manager de système d’information, Paris, 20 novembre 2014.

15 Exemples issus des pages Facebook de l’AFT et de certains militants.

16 Roux M., dans Casilli A., « Réception du transhumanisme dans les secteurs de la santé », Conférence en ligne organisée par l’AFT, 23 février 2014, https://www.youtube.com/watch ?v =IrzelZvxKj4, consulté le 5 février 2015.

17 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, enseignant, Skype, 25 février 2014.

18 L’auteur a rassemblé l’essentiel des notes, renvoyant en grande partie à Wikipedia, sur le site Vieillirons-nous demain ? (http://www.vieillironsnousdemain.org, consulté le 5 février 2015).

19 Discussion sur la page Facebook d’un groupe transhumaniste français.

20 « Positions de l’AFT : Technoprog ! sur la cryonie », texte adopté par le CA de l’AFT le 17 novembre 2010 : www.transhumanistes.com/archives/866, consulté le 5 février 2015.

21 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, enseignant, Skype, 19 mars 2014.

22 Entretien de terrain, membre dirigeant de l’AFT, homme, fonctionnaire, Skype, 21 avril 2014.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Latapie D., dans Deboise M., « Le transhumanisme en France », Conférence en ligne organisée par l’AFT, 26 janvier 2014, www.youtube.com, consulté le 5 février 2015.

27  Alexandre L. (2011), La mort de la mort. Comment la technomédecine va bouleverser l’humanité, Paris, Lattès, p. 441.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Ddorthe, « L’immortalité et ses impatients », Socio-anthropologie, 31 | 2015, 127-138.

Référence électronique

Gabriel Ddorthe, « L’immortalité et ses impatients », Socio-anthropologie [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2208 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2208

Haut de page

Auteur

Gabriel Ddorthe

Gabriel Dorthe est doctorant en philosophie. Sa recherche, intitulée Ce que le transhumanisme veut dire : aspects épistémiques, éthiques et environnementaux du transhumanisme français (titre provisoire), est réalisée sous la codirection de Bernadette Bensaude-Vincent (université Paris I Panthéon-Sorbonne) et Dominique Bourg (université de Lausanne). Durant l’année 2014-2015, il a bénéficié d’une bourse du Fonds national suisse de la recherche scientifique pour un séjour au sein du Program on Science, Technology and Society (Harvard University, John F. Kennedy School of Government), dirigé par Sheila Jasanoff.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org