Navigation – Plan du site
Image

Quand une nation se définit par son rapport à la mort

Danièle Dehouve
p. 177-180

Texte intégral

Statuettes de la Catrina (hauteur : 38 cm), 2007

Statuettes de la Catrina (hauteur : 38 cm), 2007

Photographie prise par Tomas Castelazo au Museo de la Ciudad (Lón, Guanajuato, Mexique).

© Tomas Castelazo, www.tomascastelazo.com
Wikimedia Commons/CC-BY-SA-3.0

  • 1 Barth F. (1967), Ethnic groups and boundaries. The social organization of cultural difference, Oslo (...)
  • 2 Lomnitz-Adler C. (2005), Death and the Idea of Mexico, Brooklyn, New York, Zone Books ; id. (2006), (...)

1Les Mexicains, dit-on, sont familiers de la mort et chacun connaît les cadres en papiers découpés où dansent des squelettes, ainsi que les crânes en sucre sur lesquelles les vivants écrivent leur nom de façon à « manger leur propre mort ». C’est cette « mexicanité » que symbolisent les squelettes féminins coquettement vêtus dont la figure ci-dessus offre une version artisanale contemporaine. Mais quelle est l’origine de cette spécificité culturelle ? On sait depuis Frederick Barth et Éric Hobsbawm1 que les mouvements nationaux et identitaires s’accompagnent de processus « d’invention de la tradition ». Dans le cas présent, il est possible d’en retracer précisément l’histoire. C’est entre la fin du xixe et le début du xxe siècle que la mort s’est transformée en « totem national », vecteur privilégié de la construction de l’État moderne mexicain en relation avec la culture populaire2. Et aujourd’hui, dans le double contexte de la mondialisation et du développement du crime organisé au Mexique, la mort continue d’offrir à l’imaginaire collectif un thème inépuisable et en pleine expansion.

  • 3 Gali Boadella M. (2001), « José Guadalupe Posada : l’artiste et le mythe », dans Hémond A., Ragon P (...)

2La calavera Catrina apparaît entre 1888 et 1913. Le mot calavera signifie « tête de mort » et la Catrina désigne une femme métisse dont le chapeau est paré de plumes à la mode française. José Guadalupe Posada, graveur et caricaturiste, en est l’inventeur et publie de nombreuses estampes pour l’éditeur Vanegas Arroyo de la ville de Mexico, multipliant les caricatures de la Catrina garbancera, « mangeuse de pois chiches », pour se différencier du peuple qui se nourrit traditionnellement de haricots noirs. À cette date, le genre se rattache encore aux « vanités » qui connurent leur apogée au cours du xviie siècle occidental, lorsque les memento mori appelaient les grands de ce monde à l’humilité. Mais c’est au xxe siècle que se produit la mythification de la Catrina, quand des peintres nationalistes redécouvrent les gravures de Posada, par l’intermédiaire du Dr Atl dès 1921, puis de Diego Rivera3. Avec la fondation du Taller de Gráfica Popular en 1937, des artistes engagés politiquement s’emparent des squelettes pour développer la critique sociale.

3Peu à peu se produit une convergence entre les caricatures de squelettes et le rituel annuel de la fête des morts. Si, dans les régions indiennes, les familles accueillent leurs défunts sur un autel spécialement dressé à cette occasion et couvert de plats et de boissons, les crânes en sucre sont prisés dans les villes et les régions métisses. À partir des années 1980, des politiques culturelles institutionnelles promeuvent ces expressions esthétiques populaires. Chaque année, le 2 novembre, les autels se multiplient dans les rues, les parcs et les bureaux, dédiés aux défunts de l’année. Les migrants mexicains aux États-Unis voient dans ce rituel le moyen de se forger une identité. Et tout cela conduit à l’inscription du Jour des morts mexicain dans le patrimoine oral et immatériel de l’humanité par l’Unesco en 2003. La coutume est alors revendiquée par la nation à la face du monde.

  • 4  Voir l’article de Gabriela Torres-Ramos dans ce numéro.

4Mais l’histoire ne s’est pas arrêtée là et la tradition s’est enrichie dans le contexte de l’accroissement de la violence au Mexique. En particulier, le « culte à la Sainte Mort » a été développé au sein des professions à risque – hommes de main du narcotrafic, commerçants et transporteurs routiers4. On a aussi fait revivre la coutume des calaveras literarias (« têtes de morts littéraires »), jadis nommées panteones (« cimetières »), qui consistent à rédiger un épitaphe laconique versifié, dédié à ses amis, parents, professeurs et aux personnages connus – fonctionnaires et politiciens – à qui l’on exprime son mécontentement, mais une fois par an seulement à la veille de la Toussaint. Les journaux ouvrent alors leurs colonnes aux calaveritas de leurs lecteurs ; ainsi la dernière fournée du 31 octobre 2014 offre-t-elle une collection de poèmes décrivant la mort symbolique de divers personnages politiques, dont le président de la république en exercice. Bien loin d’un quelconque folklore, la mort personnifiée par ses noms et ses représentations occupe un rôle central dans les transformations les plus actuelles de la société et de la politique mexicaine.

  • 5 Une calavera sur le président mexicain Peña Nieto publiée le 31 octobre 2014 dans le Diario de More (...)

Peña Nieto, eres un presidente ingrato
Le recriminó la huesuda
Con el hueso tienes apenas un rato
Y a todos los mexicanos los tienes con la duda
Te voy a llevar al panteón
A ver si allá te compones
Tú dices que eres muy campeón
Pero ahí verás puros ratones
En el panteón se mira a Peña Nieto
Bailando entre calaveras
Moviendo el esqueleto
Al ritmo de la cumbia tribalera5.

Peña Nieto, tu es un président ingrat
C’est ce que l’Osseuse lui reprocha
Tu viens juste d’entrer en fonction
Et déjà les Mexicains ne te trouvent pas bon
Au cimetière je vais t’emmener
Voir si tu veux t’amender
Là pour ton championnat
Tu ne verras que des rats
Au cimetière on admire Peña
Dansant au milieu des crânes
Et agitant son squelette
Au rythme de la cumbia tribalera.

Haut de page

Notes

1 Barth F. (1967), Ethnic groups and boundaries. The social organization of cultural difference, Oslo, Universitetforlaget. Hobsbawm E., Ranger T. (1983), The invention of tradition, Cambridge/Londres/New York, Cambridge University Press.

2 Lomnitz-Adler C. (2005), Death and the Idea of Mexico, Brooklyn, New York, Zone Books ; id. (2006), Idea de la muerte en México, Mexico, Fondo de Cultura Económica.

3 Gali Boadella M. (2001), « José Guadalupe Posada : l’artiste et le mythe », dans Hémond A., Ragon P. (coord.), L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions, Paris, CEMCA/L’Harmattan (Recherches Amérique Latine), p. 253-271.

4  Voir l’article de Gabriela Torres-Ramos dans ce numéro.

5 Une calavera sur le président mexicain Peña Nieto publiée le 31 octobre 2014 dans le Diario de Morelos (traduction D. Dehouve) : « Calaveras de nuestros lectores », http://www.diariodemorelos.com/content/calaveras-de-nuestros-lectores (page consultée le 30 janvier 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Statuettes de la Catrina (hauteur : 38 cm), 2007
Légende Photographie prise par Tomas Castelazo au Museo de la Ciudad (Lón, Guanajuato, Mexique).
Crédits © Tomas Castelazo, www.tomascastelazo.comWikimedia Commons/CC-BY-SA-3.0
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/2244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Dehouve, « Quand une nation se définit par son rapport à la mort », Socio-anthropologie, 31 | 2015, 177-180.

Référence électronique

Danièle Dehouve, « Quand une nation se définit par son rapport à la mort », Socio-anthropologie [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 10 septembre 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2244

Haut de page

Auteur

Danièle Dehouve

Danièle Dehouve est anthropologue et ethnohistorienne, directrice de recherche émérite au CNRS (Laboratoire d’ethnologie et sociologie comparative, université Paris Ouest Nanterre) et directrice d’études à l’EPHE, Paris Sorbonne. Spécialiste des populations indiennes du Mexique ancien et contemporain, elle a publié de nombreux ouvrages parmi lesquels L’évangélisation des Aztèques ou le pécheur universel (Maisonneuve et Larose, 2004), Offrandes et sacrifice en Mésoamérique (Riveneuve éditions, 2007) et L’imaginaire des nombres chez les anciens Mexicains (Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire des religions », 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org