Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

La carte à jouer, support d’écriture au xviiie siècle

Détournement, retournement, révolution
Claire Bustarret
p. 83-98

Résumés

Plusieurs corpus de brouillons du xviiie siècle, tels ceux de Jean-Jacques Rousseau et de Georges-Louis Lesage, révèlent un usage particulier des cartes à jouer, employées comme support d’écriture. Claire Bustarret examine les motivations et les modalités pratiques d’un tel « détournement » – qui du point de vue matériel s’avère plutôt un « retournement ». Le philosophe et le savant empruntent-ils cette façon de faire à d’autres praticiens de l’écrit ? Les occurrences de cartes à jouer utilisées pour écrire recouvrent en fait toutes sortes de pratiques courantes, dont la mieux connue est celle des fichiers de bibliothèque. La carte à jouer retournée préfigurerait donc la fiche, type de support voué à une carrière remarquable dans la gestion de l–information écrite jusqu’à l’avènement de l’écriture électronique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Agnès Barbier, conservatrice du Musée français de la carte à jouer, pour son apport pré (...)
  • 2 Dans les Œuvres complètes sont mentionnées « 27 cartes à jouer » trouvées dans la chambre de Rousse (...)

1Parmi les manuscrits produits par Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) lors de la rédaction des Rêveries du promeneur solitaire (été 1776 à avril 1778) conservés à la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel, figure un support inhabituel : l’écrivain a fait usage du dos de cartes à jouer pour inscrire diverses notes à l’aide d’une mine de plomb, ou directement à l’encre. Les premières ont parfois été repassées ensuite soigneusement à l’encre par leur auteur, qui était devenu, pour gagner sa vie, un copiste professionnel spécialisé dans la transcription de partitions musicales. Contrastant avec les habitudes graphiques soignées du philosophe, l’écriture mal formée et l’alignement irrégulier de certaines de ces notes témoignent que l’inscription s’est effectuée en divers moments, et pourraient suggérer une installation inconfortable. Comment expliquer le détournement d’un objet destiné à un usage précis, le jeu de cartes, et le recours à un support de surface aussi réduite, et imprimé sur une face de figures en couleurs, pour écrire ? C’est en nous intéressant d’abord à l’objet dans sa matérialité, et à une pratique d’écriture considérée comme insolite dans le contexte des études consacrées aux manuscrits littéraires, mais qui s’avère abondamment documentée par les collectionneurs de cartes à jouer1, que je tenterai de répondre à cette question. Les cartes de Rousseau sont pour la plupart utilisées « à l’italienne » : l’inscription, commencée au revers, court sur plusieurs lignes parallèlement à la longueur de la carte et s’achève parfois sur l’autre face, en travers des figures de rois, dames ou valets, ou des points rouges ou noirs. Si elles ont trouvé place sur la table de l’écrivain parmi les brouillons de l’œuvre, comme le montrent diverses reprises et ratures, les modalités matérielles d’une telle insertion sont toutefois difficiles à retracer car les cartes sont aujourd’hui rassemblées dans des enveloppes séparées2.

  • 3 Obtenu en pliant cinq fois de suite la feuille en deux.
  • 4 Le papier « pot » fabriqué spécialement pour les cartes à jouer portait un filigrane officiel afin (...)
  • 5 La législation belge permit en revanche de maintenir la fabrication de cartes à dos vierges, si bie (...)

2Le format des cartes à jouer françaises au xviiie siècle (environ 86 × 53 mm) correspond, compte tenu des marges, au pliage in-323 d’une feuille de papier « cartier grand format ». C’est traditionnellement le nom d’un papier blanc et résistant dont est fait le « dos » ou « dessus » des cartes. La face portant figures et points était constituée d’une couche de papier propre à l’impression4, doublée d’une ou deux épaisseurs de papier gris afin de garantir l’opacité des cartes et leur solidité. Or, l’une des caractéristiques notables des jeux français dits « à portraits » jusqu’en 1816 est de présenter un dos vierge de toute impression, tandis que les cartes allemandes, espagnoles ou italiennes portèrent bien plus tôt une couche de couleur et/ou un semis d’ornements au revers. C’est pourquoi la pratique d’écrire au dos des cartes semble plus répandue en France, et dans les régions sous domination française, avant les années 18205.

Réemploi, détournement ou recyclage ?

3Souvent reproduites, les cartes à jouer portant des notes cursives de Rousseau sont présentées comme des témoins exceptionnels d’une façon de faire adaptée aux exigences de la déambulation en milieu extérieur. À moins de faire halte à la table d’une auberge, et bien qu’il existât des encriers de voyage, l’absence de papiers à écrire suffisamment rigides contraignait en effet les « touristes » du xviiie siècle, lorsqu’ils voulaient, tels Hyacinthe Azaïs, écrire en marchant, à transporter une planchette de bois, éventuellement munie d’un pied (Lejeune, 2008). La marche du promeneur Jean-Jacques arpentant les faubourgs parisiens ne s’encombrait pas de semblables systèmes : muni d’un simple porte-mine, il avait trouvé la solution adéquate dans l’emploi de la carte à jouer, qui se glissait aisément dans la poche et dont la rigidité facilitait un geste d’écriture hâtif, ne nécessitant d’autre appui que la paume de la main.

4Ces deux caractéristiques de la carte à jouer préfiguraient les futurs « blocs-notes » de petit format, constitués de feuillets détachables et munis d’un dos cartonné, à la différence près que les cartes constituaient des unités d’emblée séparées, propices à la production de fragments mobiles. À y regarder de plus près, il semble que les vingt-sept cartes de Rousseau qui nous sont parvenues n’aient pas toutes connu la même fonction : celles écrites en caractères plus petits et réguliers, directement à l’encre et en prenant vraisemblablement appui sur une table, ont plutôt servi d’aide-mémoire en cours de rédaction ou de support intermédiaire pour rassembler plusieurs fragments, distingués par des traits horizontaux, ou transférer un passage déjà rédigé d’un emplacement à un autre. Retourner ainsi les cartes à jouer pour écrire, inscrire ses méditations intimes au dos des points et des figures illustrant un jeu, activité de nature éminemment sociale, était-ce pour Rousseau un geste parfaitement anodin, ou faut-il y déceler une manifestation matérielle de l’identité singulière du promeneur qui choisit de « n’écrire que pour soi » ? D’autres sources sont nécessaires pour éclairer un corpus aussi restreint.

  • 6 Intervention orale de Lejeune, Ph. « Georges Lesage (1724-1803) : un Je de cartes », Journée d’étud (...)

5De façon intéressante, c’est un autre pratiquant d’une écriture à la fois narcissique et solipsiste, Georges-Louis Lesage (1724-1803), qui déploya l’usage des cartes à jouer comme support d’écriture à une échelle systématique. Contemporain de Rousseau, ce mathématicien et physicien genevois, que Philippe Lejeune identifie comme l’inventeur du néologisme « autobiographie », entreprit vers 1758 une « histoire de son esprit » conçue selon le modèle des observations scientifiques6. En une quarantaine d’années, jusqu’à quelques mois avant sa mort, Lesage utilisa, pour ce projet spéculaire par définition inachevable, environ 35 000 cartes à jouer, conservées à la Bibliothèque de Genève. Le savant partage avec Rousseau l’intention de recueillir des notes fragmentaires susceptibles d’être ensuite redistribuées dans un plus vaste ensemble d’écrits, cependant le recours aux cartes à jouer se justifie surtout chez Lesage par un désir de classer ses notes par thèmes, comme en témoignent les centaines d’enveloppes qui les contiennent, sur lesquelles il inscrivait des résumés ou synthèses, qui constituaient une tentative d’indexation des cartes.

6Cependant l’ampleur phénoménale de sa production s’explique en partie par son incapacité à gérer ce système d’information purement cumulatif. Il s’en explique dans plusieurs notes, dont celle-ci :

  • 7 Bevilacqua G. (voir note suivante) cite cette transcription d’après Prevost P. (1805), Notice de la (...)

Comme je compte mes papiers et cartes par centaines et milliers ; que dans le même mois je travaille sur plusieurs douzaines de sujets différents ; et que mon cabinet est des plus étroits ; j’ai beau avoir de l’ordre, je m’égare encore à tout moment, dans cette immensité, cette multiplicité et cet entassement. Cela me fait perdre beaucoup de temps à chercher, et m’oblige souvent à me répéter7.

7Tandis qu’elles étaient chez Rousseau un accessoire adapté à une pratique d’écriture déambulatoire, et le support temporaire d’une œuvre en cours de gestation, les cartes deviennent pour Lesage, qui pensait édifier grâce à elles un autoportrait intellectuel au jour le jour, le support d’un inextricable labyrinthe scriptural, dont l’auteur ne saurait démêler le fil d’Ariane. Dépourvu de règle, le système tourne au piège infernal.

8Il ne s’agit plus de quelques cartes éparses inscrites par le promeneur philosophe, seules rescapées d’une production peut-être un peu plus importante, mais de centaines de jeux, apparemment incomplets. Comment le savant genevois s’approvisionnait-il ? L’étude de ce fonds menée par Gaston Bevilacqua en vue d’identifier les fabricants des cartes employées présente une hypothèse intéressante. Il constata que les cartes, dont certaines présentaient des défauts d’impression voire un état antérieur au coloriage des figures, ne portaient aucune trace d’usure, et que plusieurs notes au même format avaient pour support du papier de qualité semblable resté vierge (de la « carte en feuille »), et dans certains cas du papier « gris » utilisé pour la fabrication des cartes, demeuré à l’état brut. Ce spécialiste en conclut que Lesage récupérait auprès des cartiers, ou leur achetait au poids, la « maculature » et les chutes écartées en cours de production ou lors du tri final des cartes pour constituer les jeux (Bevilacqua, 1998). Cette explication, qui vaut sans doute également pour Rousseau, suggère que les cartes ne sont pas de seconde main, qu’elles n’ont pas été réemployées pour écrire après avoir servi à jouer.

9Le rapprochement entre ces deux corpus fait apparaître une pratique commune à plusieurs scripteurs lettrés européens à la fin du xviiie siècle : le geste de retourner des cartes pour en utiliser les dos comme support d’écriture. Il s’agit en fait d’une sorte de détournement, puisque l’objet connaît un usage différent de sa destination première, mais aussi d’un recyclage, puisqu’en raison de divers défauts ces cartes impropres à la vente, ainsi que des matériaux préparés pour leur fabrication, étaient destinés au rebut par les fabricants avant d’être récupérés pour un usage scriptural. Or il s’avère que cette pratique relève autant de la gestion courante d’un produit papetier disponible à bas prix, voire en dehors du circuit commercial, que d’initiatives individuelles, suscitées par des besoins ponctuels (écrire en se promenant) ou par une méthode de travail (redistribuer et classer ses notes).

10Rousseau semble comme Lesage s’approvisionner localement : les cartes conservées à Neuchâtel, qui furent écrites par le philosophe à Paris, proviennent d’un fabricant parisien, Mandrou, tandis que le fonds du savant suisse permet de recenser la production des familles Bermond et Paiche, cartiers genevois. D’autres usages, contemporains ou antérieurs, pourraient-ils conforter l’hypothèse selon laquelle la carte à jouer offrait aux scripteurs, par comparaison avec le papier à écrire courant, certains atouts matériels (son petit format prédécoupé, sa rigidité) ou économiques (avant la mécanisation au xixe siècle, le papier est une denrée relativement coûteuse et le carton est rare) suffisamment puissants pour susciter le retournement de milliers de cartes, détournées de la table de jeu au profit de la plume ?

11Bien que le phénomène paraisse relativement méconnu dans l’histoire des pratiques d’écriture, les collections spécialisées et fonds d’archives les plus divers attestent de multiples usages vernaculaires de cartes à jouer comme supports d’écrits quotidiens et éphémères. Parmi les divers ouvrages qui évoquent cette pratique, ceux consacrés à l’histoire de la carte à jouer la traitent comme un épisode marginal, voué à demeurer « un mystère » (Depaulis, 1989), tandis que les histoires des bibliothèques l’associent à un événement fondateur. D’une part, jusqu’à une date récente, il allait de soi pour les spécialistes que ces emplois courants des cartes « hors jeu » devaient être considérés comme anecdotiques par rapport à l’histoire des techniques de fabrication, à l’identification des fabricants, à l’analyse iconographique et au recensement des jeux en vogue dans diverses aires culturelles au fil du temps. Ce n’est qu’en l’intégrant à l’étude d’une « culture matérielle » (Hoffmann, 1972) que cette « façon de faire » a pu recevoir l’attention qu’elle méritait. D’autre part, les historiens de la bibliothéconomie ont mis en valeur comme fait remarquable l’utilisation dès la fin du xviie siècle des cartes à jouer en tant qu’outils de catalogage. Cet ancêtre du catalogue sur fiches des bibliothèques occupe une place privilégiée à leurs yeux, car le recours aux cartes retournées fut décrété obligatoire en l’An II, lorsque fut entreprise en France la première « bibliographie nationale », qui visait à inventorier les ouvrages provenant des familles nobles ou des institutions religieuses, sauvés de la destruction, amassés dans les « dépôts littéraires » et destinés à constituer les fonds des premières bibliothèques publiques. Que nous apprennent ces deux perspectives, diamétralement opposées, sur la pratique du « retournement des cartes » qui nous intéresse ?

Écrire sur carte à jouer : un retournement banal

  • 8 BN (1963), Cinq siècles de cartes à jouer en France, Catalogue d’exposition rédigé par Seguin J.-P. (...)
  • 9 Les auteurs citent un article de Paul Flobert (Le Vieux papier, janvier-mars 1902) comme origine de (...)
  • 10 À ces fonctions de support d’écriture s’ajoutent plusieurs utilisations non scripturales, telles qu (...)
  • 11 Seguin J.-P., (1968), Le jeu de cartes, Paris, Hermann. p. 281 : la liste figurant dans le catalogu (...)

12Les cartes porteuses d’écrits éphémères et vernaculaires ont fait l’objet d’un intérêt croissant dans diverses expositions et publications consacrées au jeu de cartes depuis les années 1960. Précisant qu’il s’agissait de « cartes à jouer défectueuses, dépareillées ou hors d’usage », le catalogue Cinq siècles de cartes à jouer8 répertorie de nombreux emplois manuscrits et imprimés, selon une typologie9 que viendront compléter et affiner les ouvrages de Jean-Pierre Seguin, le premier à exploiter méthodiquement les fonds de la Bibliothèque nationale. Nous pouvons retenir de ces ouvrages plusieurs fonctions distinctes10 attribuées aux cartes « hors jeu11 », que nos observations sur les fonds du Musée français de la carte à jouer nous permettent de nuancer ou de compléter. À commencer par les emplois manuscrits :

  • 12 Depaulis T. (1991), « Les cartes à jouer au portrait de Paris avant 1701 », Paris, Le Vieux Papier, (...)

13- Les cartes « servirent de fiches à des bibliothécaires, à des bibliographes, à des généalogistes ou héraldistes, aux notaires, etc. », ainsi qu’à des changeurs, qui s’en servaient pour estamper les pièces de divers pays, ou pour afficher dans le coffret de leur balance un tableau des poids et des valeurs12. Seguin ajoute que ce sont des « centaines de milliers de cartes » qui ont servi « à l’établissement de catalogues » de bibliothèques (notamment le fonds du marquis de Paulmy à l’Arsenal, avant les dépôts révolutionnaires). Nous reviendrons sur cet emploi particulier ci-après.

  • 13 Diggele G. van (2005), Kleine kaartjes, grote verhalen, Small cards great stories, Petites cartes, (...)

14- On utilisa les cartes pour divers « mémentos » et « toutes sortes de courtes correspondances : invitations, rendez-vous, billets, etc. et dans maintes circonstances : relations d’affaires (quittances), instructions données à des domestiques ou ouvriers, certificats de mariage, etc. ». Parmi les recettes et les notes d’aubergistes, les collections recèlent aussi bien des factures que des bons de commande, fiches de paye, comptes et contrats, reconnaissances de dettes comme celle de Jean Thomas pour l’achat de deux vaches en 161913. Outre les « listes » nominales « des personnes admises aux honneurs de la Cour » de la main de Louis XVI et le corpus des « ébauches » de Rousseau, Seguin cite le cas de Lesage et celui du laboureur Thiriel, accusé de réemployer des jeux et qui s’en justifie ainsi : c’était « pour lui servir d’adresse sur les paquets de gibier et autres paquets qu’il adresse fréquemment à Madame Duménil dont il est receveur pour ses biens du pays de Caux ». Notons que cet emploi, lié à l’expédition d’un objet, cumule les fonctions d’étiquette et de bon de livraison.

  • 14 Voir aussi Diggele G. van (2005), p. 21-22.
  • 15 Voir à ce sujet Breton-Gravereau S., Thibault D. (1998), L’Aventure des écritures : matières et for (...)

15Cette utilisation de la carte à jouer comme étiquette associée à un emballage aurait mérité une plus grande attention, car elle est attestée dès le xvie siècle dans le cas spécifique des « sacs de justice ». Jusqu’au xviiie siècle, les notaires, qui avaient coutume de suspendre au mur les dossiers en cours, dont les pièces étaient rassemblées dans un sac de toile, firent usage de cartes à jouer cousues sur les sacs en guise d’étiquette portant le nom des plaignants et parfois la date du procès (Guiard, 1981 ; Barbier et al., 2012)14. Attestant la fréquence de cet usage, de nombreuses cartes ainsi libellées et bordées de trous réguliers sont parvenues jusqu’à nous ; les cartes attachées à des objets étiquetés à des fins commerciales ou lors d’un transport ont certainement connu un sort plus éphémère. À l’inverse de la vocation ostensible des cartes-étiquettes, les avocats ont recouru au même support pour rédiger de discrets aide-mémoire, probablement utilisés lors de plaidoiries, de même que Benjamin Constant est réputé s’en être servi pour prononcer des discours à la tribune15.

Quant aux « mentions imprimées », les auteurs distinguent aussi plusieurs catégories :

  • « cartes de visite ou d’entrée » (indiquant le nom de la personne à annoncer lors d’une visite), auxquels s’ajoutent diverses formes d’invitations (banquets, bals) et de faire-part (mariages, décès). Associée au nom propre, cette catégorie se situe au cœur des protocoles de sociabilité.

  • « cartes d’électeurs », mais aussi divers « certificats » validant une identité individuelle ou l’appartenance à un groupe, notamment pendant la Révolution. Un tel corpus prend place dans la cohorte des « identités de papier » (Dardy, 1990) soumettant les individus aux nouveaux pouvoirs administratifs de l’écrit (Chartier, 1987 ; Martin, 1988).

  • cartes dites « d’adresse » vantant des commerçants, des artisans ou des services « au juste prix », qui préfigurent les supports publicitaires. Comme les cartes de visite, ces brefs messages encadrés d’ornements sont souvent imprimés en deux exemplaires sur une carte à jouer.

    • 16 Dardy C. (1990), Identités de papiers, Paris, Lieu commun, p. 50-64.

    « bons de présence, de charité, de subsistance, de confiance », employés par diverses institutions dont l’armée, qui donnent au support une valeur d’échange. Les catalogues omettent de signaler une caractéristique commune aux cartes de membres et aux bons : il s’agit d’imprimés destinés à être complétés à la main (nom et adresse ou qualité du titulaire ou bénéficiaire, numéro, quantités attribuées), sortes de formulaires16 de petit format.

  • « billets de banques et monnaies obsidionales » : Seguin mentionne notamment une soixantaine d’assignats datant de 1791-1792, ainsi que des essais d’impression de poinçons pour assignats par les Didot. La production des cartiers étant soumise à des taxes jusqu’à la Révolution, la carte à jouer, qui porte les emblèmes de l’État en filigrane, est un support associé à la valeur, et fut de tout temps objet de contrefaçon.

    • 17 Fonds d’Houdetot, BnF, Département des Manuscrits, voir Breton-Gravereau, Thibault, L’Aventure des (...)

    « cartes pédagogiques (alphabets, syllabaires) » : cette application demanderait un examen plus étendu, car les collections attestent maints usages quotidiens des cartes pour apprendre à lire et à écrire, voire pour recopier un pensum. Le marquis de Saint-Lambert les utilisa pour enseigner le latin à Madame d’Houdetot17 et le pasteur Oberlin (1740-1833) ainsi que plusieurs pédagogues du début du xviiie siècle en firent le support principal de leurs méthodes d’enseignement (Barbier, 1992).

  • et enfin « textes politiques, sortes de pamphlets que l’on pouvait faire circuler discrètement ou glisser sous les portes », que l’on peut situer entre le placard, le tract et la lettre anonyme.

16Ces emplois extrêmement variés donnent une place singulière aux cartes à jouer comme supports d’écriture des plus familiers à diverses couches de la société, puisqu’ils recouvrent une grande part de la production d’écrits brefs ou temporaires, tant professionnels que privés jusqu’à la fin du xviiie siècle. L’un des seuls domaines qui semble exclu demeure celui des messages à caractère religieux, ce qui s’explique sans doute par une incompatibilité « morale » avec la pratique des jeux, préjugé que plusieurs pédagogues n’ont pas hésité à battre en brèche, comme l’a montré Agnès Barbier dans son étude consacrée au « Bureau typographique ». La méthode d’enseignement de la lecture et de l’écriture sur cartes à jouer publiée sous ce titre par Louis Dumas en 1733 mettait en œuvre un jeu de tri des cartes portant des lettres ou mots imprimés au dos dans un meuble inspiré de la casse du typographe et du « colombier » dont le cartier se servait pour trier les jeux. Son succès n’est sans doute pas étranger à la diffusion de l’usage des cartes pour écrire. Mais la conservation des cartes écrites à la main, supports de messages informels, et leur visibilité aujourd’hui, dépendent également de l’intérêt qu’ont porté historiens et anthropologues aux pratiques d’écriture et à leurs enjeux sociaux.

  • 18 Musée du Vieux-Marseille (2004), Cartes à jouer & tarots de Marseille. Donation Camoin, Marseille, (...)

17À la suite des travaux d’Henri-Jean Martin, Roger Chartier, Arlette Farge ou Daniel Fabre, de nouveaux objets écrits sur ce support inattendu ont été exposés et documentés dans les ouvrages plus récents : ainsi un catalogue consacré à la donation Camoin en 2004 reproduit plusieurs « billets d’abandon » attachés aux nourrissons déposés dans les « tours » de l’Hôtel-Dieu de Marseille, ainsi que des fiches annexées à divers rapports de police, consacrés entre autres à la pratique illicite des jeux18. Le collectionneur néerlandais Gejus van Diggele (Diggele, 2005), entièrement focalisé sur les réemplois quotidiens des cartes à jouer, fait la part belle à l’écrit. Au-delà des cas déjà cités, auxquels il ajoute des exemples plus tardifs, comme les « bons de sortie » du siège de Paris de 1870, imprimés au pochoir et ornés des armes de la ville, son ouvrage de 2005 montre que l’inscription est souvent associée au dessin, voire au découpage ou au perçage du support. Il présente ainsi les notes d’observation astronomiques sur les taches solaires, illustrées de croquis, du savant allemand Heinrich Schwabe (1789-1875), une « carte de pointage » artisanale mise au point par un maître de musique en 1824, ou l’emploi de cartes à jouer comme cartes postales en 1923.

  • 19 Coural N. (dir.) (2011), Le papier à l’œuvre, Paris, Hazan/Louvre Éditions, Catalogue no 38, p. 188

18Enfin, son ouvrage illustre abondamment l’utilisation des cartes comme supports de paysages ou de portraits au trait, au lavis ou à l’huile, tandis que les motifs des points sont parfois habilement détournés par des interprétations fantaisistes, satiriques ou érotiques. Preuve que ce support banal n’était pas réservé aux amateurs, l’exposition « Le papier à l’œuvre » au musée du Louvre donnait à voir récemment une esquisse attribuée à Jean-Baptiste Greuze (1725-1806) exécutée à l’encre au revers d’une dame de pique19. Si l’on peut considérer comme exceptionnelle la conservation d’un tel objet, voué à un usage personnel et non au marché de l’art, la masse des cartes à jouer écrites au jour le jour par des centaines de scripteurs plus ou moins « lettrés » à des fins strictement utilitaires a laissé une trace assez ample, quoiqu’éparse, dans les archives et les fonds privés ou institutionnels pour mériter une analyse plus poussée en termes de « littératie ».

  • 20 Dutray-Lecoin E., Muzerelle D. (2010), La Bastille ou l’enfer des vivants, à travers les archives d (...)

19Imprimées ou manuscrites, associées à la validation d’un payement, d’un droit, d’une appartenance, d’une valeur ou d’une provenance, les cartes retournées ont en commun de faire circuler l’écrit de main en main… Ainsi parmi les cartes griffonnées par Rousseau, il s’en trouve une qui porte un bref message adressé à Madame de Luze, sorte de « SMS » avant la lettre commençant par les mots « J’oubliai l’autre jour de dire à Madame de Luze… », destiné à lui être remis « en sa maison » (et qui ne quitta peut-être jamais la chambre de l’écrivain). Cependant l’usage des cartes écrites n’était pas uniquement ponctuel, et les associait parfois à d’autres objets écrits d’allure plus légitime : certaines avaient même pour fonction de structurer les archives – on les trouve attachées par un point de couture à une liasse qu’elles servent à étiqueter ou à séparer plus commodément lorsque celles-ci sont disposées en piles. Les brouillons de Lesage présentent aussi diverses cartes collées aux feuillets comme autant de « papillons » portant ajouts ou corrections. Le format standardisé des cartes et leur présentation par lots (même dépareillés) semblent avoir encouragé divers emplois orientés vers le classement, vers la collection – autrement dit vers la constitution de fichiers. Un maître tailleur béarnais, Jean Bordenave, accusé en 1704 d’avoir contrefait des lettres de cachet, gardait sous clé dans une cassette des cartes à jouer portant au dos les noms et adresses de ses clients, contresignées au recto : ce fichier qui permit d’identifier son écriture lui valut d’être incarcéré à la Bastille pendant dix-sept ans20.

Du jeu de cartes au fichier : une révolution par l’écrit

20Mentionnées par Jean-Pierre Seguin en tête de liste des cartes à jouer support d’écriture, les fiches de bibliothèques constituent sans doute l’un des emplois « détournés » dont les effets sur la gestion de l’information ont été les plus durables, puisque ce n’est qu’avec le numérique que les fichiers sur cartes perforées des bibliothèques ont changé de support (Delaveau et al., 2005). La pratique d’inventorier des livres sur le support de cartes à jouer retournées, en utilisant une carte par titre (mais pas nécessairement par volume) associé au nom de l’auteur, de façon à faciliter un classement alphabétique, remonterait en effet à la fin du xviie siècle, comme l’attestent les plus anciens catalogues de ce genre conservés, dont celui qu’achevait en 1751 Pierre Desmarais, administrateur de la bibliothèque Mazarine à Paris (Varry, 2009). Mais c’est la Révolution qui devait donner à ce retournement ses… lettres de noblesse ! Faisant suite au décret du 2 novembre 1789 qui mettait à disposition de la Nation l’ensemble des propriétés ecclésiastiques, l’Assemblée constituante prit de nombreuses mesures afin d’assurer la conservation, entre autres, des livres et manuscrits aussitôt exposés à la vindicte des citoyens ou à la cupidité d’anciens propriétaires, voire d’intermédiaires prompts aux détournements. La commission de savants chargés d’évaluer les biens à vendre et ceux à conserver en vue de constituer les futures bibliothèques publiques préconisa, sous la houlette de Lefèvre d’Ormesson, bibliothécaire du roi, un inventaire systématique sous le titre ambitieux de « Bibliographie universelle de la France » (Riberette, 1970).

21L’entreprise d’inventorier plusieurs millions d’ouvrages paraissait une affaire aisée à en croire l’abbé Leblond, ancien administrateur de la bibliothèque Mazarine et secrétaire de la commission :

  • 21 Lettre de Leblond à La Rochefoucauld, 5 décembre 1790, citée par Riberette P. (1970), Les bibliothè (...)

Les matériaux du catalogue ne seront pas difficiles à rassembler. Il suffira d’avoir des cartes à jouer, sur lesquelles on écrira le nom de l’ouvrage, celui de l’auteur, quand il s’y trouvera, le lieu d’impression et la date. […] Soit qu’on écrive en longueur ou en largeur sur les cartes, il faudra s’en tenir à une seule manière pour conserver l’uniformité. Toutes ces cartes étant rapportées à un seul dépôt, on en fera le triage, ensuite on procédera aux divisions et subdivisions bibliographiques, on les partagera enfin entre différents copistes dont le travail réuni formera le catalogue21.

22Une fois établis les responsables au niveau des districts ainsi que les équipes parisiennes chargées de reclasser les cartes envoyées de province et d’établir la version définitive du catalogue sur des registres, les tâches de cette véritable « chaîne d’écriture » (Fraenkel, 2005) collective ne devaient s’étendre que sur quelques mois. Or, la complexité des relevés à faire, les compétences variables des personnes chargées de l’inventaire, les conditions de travail souvent rocambolesques compte tenu d’innombrables mesures concomitantes perçues comme plus urgentes, sans compter les rivalités et remaniements successifs des commissions veillant à la réalisation de la « Bibliographie », devaient prolonger les opérations pendant cinq années (1791-1795), pour aboutir à l’abandon du projet inachevé par le Directoire.

  • 22 Je remercie Cécile Robin pour les précieuses informations qu’elle m’a apportées à ce sujet. Voir au (...)

23Cet éclatant fiasco bureaucratique, digne de figurer au tableau des effets pervers du « Démon de l’écriture » qu’a récemment dressé Ben Kafka (Kafka, 2012), posait pourtant les bases d’une méthodologie rigoureuse, véritable science du catalogage fondée sur la conversion de cartes à jouer en fiches bibliographiques normalisées, comme l’a rappelé Dominique Varry. Première d’une série de circulaires de la Convention particulièrement détaillées, celle du 1er germinal An II exposait la procédure point par point22. Nous en retiendrons ici les principaux aspects qui affectèrent les cartes à jouer en tant qu’instruments de catalogage : insérées dans les volumes de façon à rester visibles, des cartes découpées en « fichets » servaient à étiqueter les ouvrages selon leur localisation dans les dépôts (cote). D’autres cartes entières (fiches) portaient sur une seule face (le dos) non seulement les informations bibliographiques mais une brève description matérielle et une indication de provenance. Ainsi le descriptif établi par « unité bibliographique » comportait des éléments utiles à la gestion ultérieure des livres (rangement, évaluation, sélection, répartition dans les nouveaux fonds). Afin de servir ces diverses fonctions, les informations étaient partiellement codifiées par des abréviations, et devaient être inscrites dans certaines zones bien définies : l’espace graphique des cartes retournées devint par là même un espace normatif. L’exigence d’« uniformité » était telle qu’il parut nécessaire d’illustrer le décret par des schémas explicatifs, si bien que la carte à jouer retournée devenue support d’écrit se trouve figurée dans le corps même de la loi (Décret du 1er germinal An II, p. 52-54).

24Enfin, l’enjeu majeur de cet usage normatif des cartes retournées consiste à économiser des opérations de « transcription » estimées trop lentes et coûteuses : plutôt que de procéder à un dépouillement des cartes reçues sur des feuilles récapitulatives, comme initialement prévu, les bibliographes parisiens furent invités à « intercaler » directement entre elles les cartes de provenances diverses. La perforation des cartes à jouer, permettant de les relier par un fil, facilitait un classement alphabétique modifiable à mesure des ajouts. Ce sont donc des manipulations matérielles (feuilletage, insertion, perforation, assemblage) qui font des cartes, dont la face imprimée et coloriée demeurait invisible, les véritables outils d’un travail documentaire, auxquelles les circonstances politiques confèrent un sérieux inédit. Ficelés ou non, regroupés sous enveloppes, entassés dans des boîtes : les états intermédiaires dans lesquels les « fichiers » en cours de classement ont été laissés suite à l’abandon du projet de la Bibliographie témoignent des aléas qui ont affecté la circulation et le traitement des centaines de milliers de cartes à jouer utilisées pendant cinq ans par plusieurs dizaines d’agents à travers le territoire de la jeune République (Riberette, 1970). Les ruines de la « Bibliographie universelle » sur cartes à jouer n’en restent pas moins dans l’histoire des bibliothèques un monument hautement valorisé puisque les règles qui présidèrent à son édification sont à l’origine non seulement d’un corpus théorique fondateur, mais d’un support d’écriture voué à une glorieuse carrière qui devait durer deux siècles : la fiche.

25Toutes proportions gardées, le chantier sans fin dans lequel Lesage s’engloutissait, par défaut de méthode, lorsqu’il tentait de classer ses fiches d’auto-observation produisait un chaos assez comparable aux résultats obtenus par les bibliographes révolutionnaires sous l’emprise d’un insatiable « démon de l’inventaire ». L’océan déchaîné des cartes à jouer déjouait ainsi – fût-ce temporairement – l’emprise normative de la raison graphique, tandis que la diffusion de pratiques d’écriture informelles sur les mêmes supports imprégnait les milieux les plus divers, des notaires aux soldats, des aubergistes aux sages-femmes, des artisans aux secrétaires, des commerçants aux pédagogues, des paroissiens aux gens de lettres. La relation entre ces deux modes d’appropriation de la carte à jouer comme support d’écriture qui coexistèrent à la fin de l’Ancien Régime gagnerait, à l’occasion d’une étude plus approfondie, à être située dans le champ élargi d’une approche anthropologique de la littératie. En effet, le rôle des métiers de l’écrit (Fraenkel et al., 2010) – notaires, bibliothécaires, pédagogues, érudits, secrétaires et écrivains… ainsi que bureaucrates – dans l’édification de méthodes de travail écrit spécifiques à cette période permettrait d’envisager les cartes à jouer, ancêtres de la fiche, comme chaînon manquant dans l’histoire matérielle de la gestion d’information antérieure à l’ère numérique. Elles trouveraient place non seulement parmi les pratiques d’écriture courantes des écrivains du xviiie siècle (Bustarret, 2011, 2012), mais aussi entre les tablettes de cire, supports « réinscriptibles » médiévaux, les « bouts de papier » que découpaient les érudits de la Renaissance et de l’âge classique afin de classer leurs « extraits » de lecture (Blair, 2010) et les fiches bristol rangées dans le mobilier de bois ou de métal trônant dans les bureaux d’entreprises et dans les bibliothèques des xixe et xxe siècles (Gardey, 2008). Une place unique en tant qu’objet écrit dont les usages « hors jeu », formels et informels, ont en commun le geste du retournement.

  • 23 Seguin J.-P. et al. (1966), La carte à jouer. Donation faite à la Bibliothèque nationale par M. P.  (...)
  • 24 Depaulis T. (1989), Les Cartes de la Révolution. Cartes à jouer et propagande, Catalogue d’expositi (...)
  • 25 La première édition posthume des Rêveries date de 1782.

26En guise de coda, faut-il rappeler que si Rousseau figure dans les ouvrages consacrés à l’histoire de la carte à jouer, ce n’est pas seulement comme auteur des notes du Promeneur solitaire au dos de vingt-huit cartes à jouer retournées. En effet, plusieurs jeux de cartes de la période révolutionnaire portent en guise de roi – ultime retournement – l’effigie de… Jean-Jacques Rousseau, auteur du Contrat social ! Suite au décret de la Convention du 22 octobre 1793 (1er brumaire An II) prescrivant la « suppression des signes de royauté et de féodalité » sur les cartes à jouer, les cartiers sous peine de fortes pénalités durent effacer couronnes, sceptres et fleurs de lis pour les remplacer par des bonnets phrygiens, armes à feu et feuilles de chêne. Certains se lancèrent en 1794 dans la conception de nouveaux jeux, fort prisés des collectionneurs car leur durée de vie fut éphémère23. Les « Sages » ou « Philosophes » se substituèrent aux rois, les « Vertus » aux dames et les « Braves » ou les « Républicains » aux valets. Rousseau figure dans divers jeux, tantôt associé à trois figures antiques : Solon, Brutus et Caton, tantôt à trois hommes de lettres dont les écrits avaient porté atteinte à l’absolutisme monarchique : Molière, La Fontaine et Voltaire24. Or l’iconographie emblématique de ces « Sages » les dote tous d’objets écrits : stèles ou codex antiques pour les uns, papier posé devant l’écrivain assis à sa table, plume en main, pour les autres. Seul Rousseau arbore un volume imprimé : le Contrat social – et non pas les Rêveries du promeneur solitaire25, moins encore une main de cartes à jouer portant au revers quelques notes griffonnées.

Haut de page

Bibliographie

Barbier A. (1992), « Cartes à jouer détournées… à l’usage du bureau typographique », L’As de trèfle, Bulletin de l’association des collectionneurs de cartes et tarots, 47-48, p. 5-8.

Barbier A. et al. (2012), Cartes maîtresses, Catalogue d’exposition, Issy-les-Moulineaux, Musée français de la carte à jouer.

Bevilacqua G. (1998), « Les notes d’un érudit genevois consignées sur des milliers de cartes à jouer », Paris, Le Vieux Papier, 347, p. 16-25.

Blair A. M. (2010), Too Much to Know. Managing Scholarly Information before Modern Age, New Haven/Londres, Yale University Press.

Breton-Gravereau S., Thibault D. (dir.) (1998), L’Aventure des écritures : matières et formes, Catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Bustarret C. (2011), « Couper, coller dans les manuscrits de travail du xviiie au xxe siècle », dans Jacob Ch. (dir.), Lieux de Savoir, vol. 2 : Les mains l’intellect, Paris, Albin Michel, p. 353-375.

Bustarret C. (2012), « Usages des supports d’écriture au xviiie siècle : une esquisse codicologique », Genesis, 34, Brouillons des Lumières, p. 37-65.

Chartier R. (dir.) (1987), Les usages de l’imprimé, Paris, Fayard.

Coquery N., Menant F., Weber F. (2006), Écrire compter mesurer, Paris, Presses de l’ENS.

Coural N. (dir.) (2011), Le papier à l’œuvre, Paris, Hazan/Louvre Éditions.

Dardy C. (1990), Identités de papiers, Paris, Lieu commun.

Delaveau M., Sordet Y., Westeel I. (2005), « Penser le catalogage du livre ancien à l’âge du numérique », Bulletin des bibliothèques de France, 4, p. 52-56.

Depaulis T. (1989), Les cartes de la Révolution. Cartes à jouer et propagande, Catalogue d’exposition, Issy-les-Moulineaux, Musée français de la carte à jouer.

Diggele G. van (2005), Kleine kaartjes, grote verhalen. Small cards great stories. Petites cartes, grandes histoires, [s. l.], Stichting « Wist jij dat ? ».

Dutray-Lecoin É., Muzerelle D. (dir.) (2010), La Bastille ou l’enfer des vivants, à travers les archives de la Bastille, Catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Farge A. (1989), Le goût de l’archive, Paris, Seuil (Points).

Fraenkel B., Pontille D., Collard D., Deharo G. (2010), Le travail des huissiers. Transformations d’un métier de l’écrit, Paris, Octares Éditions.

Fraenkel B. (2005), « Écrire à la chaîne : l’énonciation dans les écrits de travail à travers l’exemple d’un service hospitalier », dans Borzeix A., Fraenkel B. (dir.), Langage et Travail. Communication, cognition, action. Paris, CNRS Éditions, p. 245-261.

Gardey D. (2008), Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800-1940), Paris, La Découverte.

Grosrichard A., Jacob F. (2014), « Une vingt-huitième carte à jouer », Annales Jean-Jacques Rousseau, LI, Genève, p. 185-192.

Guiard C. (1981), « Les cartes à jouer, auxiliaires de justice, aux xvie et xviie siècles », Paris, Le Vieux Papier, 281, p. 201-206.

Hoffmann D. (1972), Die Welt der Spielkarte. Eine Kulturgeschichte, Leipzig, Edition Leipzig.

Kafka B. (2012), The Demon of Writing : Powers and Failures of Paperwork, New York, Zone Books.

Lejeune Ph. (2008), « Hyacinthe Azaïs, diariste ambulant », Lalies, 28, p. 221- 227.

Martin H.-J. (1988), Histoire et pouvoir de l’écrit, Paris, Perrin.

Musée du Vieux-Marseille (2004), Cartes à jouer & tarots de Marseille. Donation Camoin, Marseille, Éditions Alors hors du temps.

Riberette P. (1970), Les bibliothèques françaises pendant la Révolution (1789-1795) : recherches sur un essai de catalogue collectif, Paris, Bibliothèque nationale.

Seguin J.-P. (1968), Le jeu de cartes, Paris, Hermann.

Seguin J.-P., Jandin C. de (1963), Cinq siècles de cartes à jouer en France, Catalogue d’exposition (Introduction de Cain J. et Adhémar J.), Paris, Bibliothèque nationale.

Seguin J.-P., Jandin C. de, Gourdon M.-T. (1966), La carte à jouer. Donation faite à la Bibliothèque nationale par M. P. Marteau, maître cartier, Paris, Bibliothèque nationale.

Varry D. (2009), « La dernière phalange : comment les bibliothécaires des temps anciens formèrent ceux des temps nouveaux », dans L’abbé Leblond (1738-1809), Antiquités, Lumières, Révolution, Catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque Mazarine.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Agnès Barbier, conservatrice du Musée français de la carte à jouer, pour son apport précieux à cette étude.

2 Dans les Œuvres complètes sont mentionnées « 27 cartes à jouer » trouvées dans la chambre de Rousseau à sa mort et transmises à Du Peyrou. À la mort de ce dernier, les manuscrits de Rousseau qu’il détenait furent cédés à la Bibliothèque de Neuchâtel. Voir Gagnebin B. et Raymond M. (dir.) (1959), Confessions, Autres textes autobiographiques, OE.C. I, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), p. 1906-1907. Voir aussi Grosrichard A. et Jacob F. (2014) (je remercie Michael O’Dea pour cette référence).

3 Obtenu en pliant cinq fois de suite la feuille en deux.

4 Le papier « pot » fabriqué spécialement pour les cartes à jouer portait un filigrane officiel afin d’éviter les contrefaçons.

5 La législation belge permit en revanche de maintenir la fabrication de cartes à dos vierges, si bien que les emplois de cartes comme support d’écrit y perdurèrent tout au long du xixe siècle. L’écriture sur la face imprimée des cartes existe également hors de France (Diggele, 2005).

6 Intervention orale de Lejeune, Ph. « Georges Lesage (1724-1803) : un Je de cartes », Journée d’étude « Brouillons des Lumières », 28 juin 2013, Paris, ITEM/ENS.

7 Bevilacqua G. (voir note suivante) cite cette transcription d’après Prevost P. (1805), Notice de la vie et des écrits de Georges-Louis Le Sage rédigée d’après ses notes, Genève, J.-J. Paschoud, p. 77 (le nom s’écrit aujourd’hui Lesage).

8 BN (1963), Cinq siècles de cartes à jouer en France, Catalogue d’exposition rédigé par Seguin J.-P. et Jandin C. de (Introduction de Cain J. et Adhémar J.), Bibliothèque nationale, Paris, p. 88-89.

9 Les auteurs citent un article de Paul Flobert (Le Vieux papier, janvier-mars 1902) comme origine de cet inventaire.

10 À ces fonctions de support d’écriture s’ajoutent plusieurs utilisations non scripturales, telles que le renforcement des plats de reliures, la fabrication d’étuis à cartouches, la manipulation de produits pharmaceutiques.

11 Seguin J.-P., (1968), Le jeu de cartes, Paris, Hermann. p. 281 : la liste figurant dans le catalogue de la Donation Paul Marteau (Seguin J.-P. et al., 1966), pour la période xviie et xviiie siècle, ne distingue pas les emplois imprimés et manuscrits.

12 Depaulis T. (1991), « Les cartes à jouer au portrait de Paris avant 1701 », Paris, Le Vieux Papier, p. 34.

13 Diggele G. van (2005), Kleine kaartjes, grote verhalen, Small cards great stories, Petites cartes, grandes histoires, [s. l.], Stichting « Wist jij dat ? », p. 19-20.

14 Voir aussi Diggele G. van (2005), p. 21-22.

15 Voir à ce sujet Breton-Gravereau S., Thibault D. (1998), L’Aventure des écritures : matières et formes, Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 66.

16 Dardy C. (1990), Identités de papiers, Paris, Lieu commun, p. 50-64.

17 Fonds d’Houdetot, BnF, Département des Manuscrits, voir Breton-Gravereau, Thibault, L’Aventure des écritures..., op. cit., p. 66 (je remercie A. Barbier pour cette référence).

18 Musée du Vieux-Marseille (2004), Cartes à jouer & tarots de Marseille. Donation Camoin, Marseille, Éditions Alors hors du temps, ici p. 76, contributions de Dominique Samanni, p. 111-112 et d’Ingrid Sénépart, p. 96-97.

19 Coural N. (dir.) (2011), Le papier à l’œuvre, Paris, Hazan/Louvre Éditions, Catalogue no 38, p. 188.

20 Dutray-Lecoin E., Muzerelle D. (2010), La Bastille ou l’enfer des vivants, à travers les archives de la Bastille, Catalogue d’exposition, Paris, Bibliothèque nationale de France, Catalogue no 94, p. 91.

21 Lettre de Leblond à La Rochefoucauld, 5 décembre 1790, citée par Riberette P. (1970), Les bibliothèques françaises pendant la Révolution (1789-1795) : recherches sur un essai de catalogue collectif, Paris, Bibliothèque nationale, p. 17.

22 Je remercie Cécile Robin pour les précieuses informations qu’elle m’a apportées à ce sujet. Voir aussi Seguin J.-P. et al. (1966), La carte à jouer. Donation faite à la Bibliothèque nationale par M. P. Marteau, maître cartier, Paris, Bibliothèque nationale, p. 39, 541(10).

23 Seguin J.-P. et al. (1966), La carte à jouer. Donation faite à la Bibliothèque nationale par M. P. Marteau, maître cartier, Paris, Bibliothèque nationale, p. 15. Voir le jeu de Lefer, no 152.

24 Depaulis T. (1989), Les Cartes de la Révolution. Cartes à jouer et propagande, Catalogue d’exposition, Issy-les-Moulineaux, Musée français de la carte à jouer. Voir jeux de Minot, Chassonnerie, Lachapelle, Meunier, no 38-42, p. 32-35 ; jeu de Gayant, no 22, p. 24-25.

25 La première édition posthume des Rêveries date de 1782.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bustarret, « La carte à jouer, support d’écriture au xviiie siècle », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 83-98.

Référence électronique

Claire Bustarret, « La carte à jouer, support d’écriture au xviiie siècle », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2255 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2255

Haut de page

Auteur

Claire Bustarret

Claire Bustarret est ingénieure de recherche CNRS au Centre anthropologie de l’écriture, EHESS. Codicologue formée à l’ITEM (CNRS), elle étudie la matérialité des pratiques scripturales modernes et contemporaines (xviiie-xxe siècles). Elle a publié sur divers corpus, tels Roussel, Balzac, Zola, Montesquieu, Condorcet, Proust, et s’intéresse également aux dessins d’écrivains et aux écrits exposés en milieu urbain. Elle est vice-présidente de l’Association française pour l’histoire et l’étude du papier et des papeteries (AFHEPP) et déléguée en France de l’Association internationale des historiens du papier (IPH).
Contact : Claire.Bustarret@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org