Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

La veste retournée

Conversions, retournements et détournements dans le vêtement de seconde main au xixe siècle
Manuel Charpy
p. 99-118

Résumés

Manuel Charpy saisit, à travers le marché de la fripe, les manières dont les vêtements sont retournés, convertis, transformés, à la fois sur le plan matériel et sur le plan social. L’observation des pratiques quotidiennes montre que le marché de la seconde main n’est pas le lieu des imitations, du déguisement et du travestissement mais un des lieux de la construction des identités vestimentaires, petites-bourgeoises et surtout populaires. Ces retournements de signes deviennent des formes de contestations sociales et politiques quand elles sont opérées par des groupes marginaux – étudiants, artistes, Apaches, colonisés… Naît ainsi dans le siècle qui invente la confection, une culture, notamment populaire, du vêtement où les signes sont détournés et retournés à des fins sociales et politiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sur le linge, Corbin C. (1986) ; sur l’érotisme vestimentaire, Perrot P. (1981).
  • 2 « Casaque », dans Duckett W. (1853), Dictionnaire de la conversation et de la lecture…, Paris, M. L (...)
  • 3  Delvau A. (1867), Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, Paris, Dentu, p. 423

1Si le vêtement est par excellence l’objet qui se retourne, c’est qu’il a un endroit, un revers, une doublure, un dessus et des dessous, une face sociale et une intime1. Ce sont des casaques puis des vestes que l’on retourne et, dès les années 1840, situations et opinions sont retournées comme un gant2. Dans l’argot des Faubourgs, le retournement est radical : retourner sa veste, « on dit aussi rendre son tablier, retourner son paletot », c’est « faire faillite et par extension, mourir3 ». Les expressions disent la crainte de voir les signes être retournés, détournés, travestis. Car le retournement qui passe par l’emprunt, le déplacement, la conversion ou le détournement met en question les identités sociales, les statuts et les hiérarchies. Porteur d’un ordre social, le vêtement est aussi déguisement et travestissement et devient le lieu de sa transgression. La veste retournée est ainsi une pratique matérielle qui ouvre la possibilité d’un bouleversement des signes. Dès la fin du xviie siècle, cette double définition est pointée par Furetière : « On fait retourner ses habits par bon mesnage » mais également « Il a retourné son manteau pour se déguiser. »

2Un marché est au cœur de ces pratiques et de ces jeux de signes : celui de la seconde main, omniprésent au xixe siècle. Grâce à l’étude du commerce, des métiers, des circulations et des consommations de fripes, il devient possible d’observer le retournement des temps – le passé devient nouveau –, des cycles – le vieux devient neuf –, de la nature des choses – le militaire devient civil… –, des hiérarchies sociales et politiques. Autrement dit, poser la question des retournements par la fripe, c’est penser ensemble culture matérielle, pratiques sociales et identités.

Habits retournés : réemplois

  • 4 Dulaure J.-A. (1829), Histoire physique, civile et morale de Paris…, Paris, Guillaume et Cie, t. 3, (...)
  • 5 Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), Documents éphémères, « Tailleurs », 1800-1850, (...)
  • 6 « Des raccords », dans Raisson H. (1828), Code de la toilette, manuel complet d’élégance et d’hygiè (...)
  • 7 Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris…, op. cit., p. 57.
  • 8 Tillier C., « Belle-Plante et Cornélius », dans Tillier (1846), Œuvres complètes, Nevers, Sionest, (...)
  • 9 Voir les faillites de tailleurs, Archives de Paris (AP), D11U3 et Annuaire Bottin Didot du commerce(...)
  • 10 Rapport présenté par M. Georges Villain au nom de la 2e commission sur diverses pétitions relatives (...)

3Avant d’être une métaphore, retourner un vêtement est un acte pratique, encore courant au xixe siècle. Le Dictionnaire de l’Académie de 1811 mentionne à « habit », « Faire retourner un habit ». La nouveauté passe alors par la remise à neuf et notamment par un retournement des vestes et des redingotes. L’opération, proposée par tous les tailleurs qui font la « remise à neuf et au goût du jour », consiste à démonter le vêtement et à le remonter à l’envers afin de récupérer la surface protégée par la doublure et qui n’est ni usée, ni délavée par les lessives et les pluies, ni fanée par la lumière. On retourne autant que l’on retaille, dégraisse et reteint – notamment le fragile noir – et on rhabille de rubans, boutons, galons… pour remettre à la mode. Jacques-Antoine Dulaure compte à Paris en 1829 « 394 teinturiers dégraisseurs » employant près de 1 200 ouvriers et précise que c’est « depuis quelques années seulement [que] cette industrie a pris de vastes proportions [ ;] les progrès des sciences chimiques ont été appliqués à la mise à neuf des vieux habits »4. Les tailleurs-fripiers annoncent remettre « à neuf toutes espèces d’habillemens d’homme et de dame ; les vêtemens les plus fatigués deviennent aussi beaux et font autant d’usage que le neuf5 ». Et à l’aide de « boutons de fantaisie, de soieries, velours, peluches », les tailleurs font le « raccord ». Un manuel domestique considère en 1828 que cette « chose si connue » doit être réservée au « clerc de notaire qui met un collet de velours à un vieil habit » et condamne ces « demi-nouveautés »6. Jacques-Antoine Dulaure, à propos de l’« industrie considérable » des 271 tailleurs-fripiers de Paris remarque qu’ils « font subir aux vieux habits un travail de réparation et de remise à neuf », donnent « aux vêtements les plus avariés par le temps […] la trompeuse apparence de la jeunesse » et « sont en réalité les confectionneurs des classes pauvres »7. Ces pratiques sont de plus en plus assimilées à une duperie, ce qui réactive l’expression « retourner sa veste ». Elles deviennent stigmatisantes, signes de pauvreté ou de pingrerie – l’usurier est dépeint en « chapeau râpé et en redingote retournée8 ». À observer les boutiques, même les mieux installés font ces réaménagements9. Et la pratique est ordinaire dans la sphère domestique. À la fin du siècle, un enquêteur municipal résume ce que disent enquêtes sociales et manuels domestiques : « les mères de famille usent en général leurs robes elles-mêmes. Elles commencent par les déclasser ; elles les font passer du rang de robes habillées au rang de robes de tous les jours. Puis, quand le corsage est usé, on transforme la jupe en jupon10 ».

  • 11 « Vêtement », dans Chambre de commerce (1851), Statistique de l’industrie à Paris résultant de l’en (...)
  • 12 Mornand F. (1855), La vie de Paris, Paris, Librairie nouvelle, p. 183-200.
  • 13 « Marché du Temple », dans Société internationale de science sociale (Frédéric Le Play) (1878), Les (...)
  • 14 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 136.

4Mais c’est bien le commerce de l’occasion qui est le lieu des retournements. Dans le marché très structuré de la fripe, on répare sans pour autant changer l’identité des vêtements. Au marché du Temple, centre urbain et national, au milieu du siècle, les 864 marchands emploient 271 ouvriers pour trier et transformer les fripes11. La presse et la littérature bourgeoise s’en délectent : dans le carré de la Forêt-Noire, dédié aux cuirs et souliers, « la voix publique accuse [les fripiers] de mastiquer la marchandise […], c’est-à-dire d’en dissimuler ingénieusement les avaries […] au moyen d’un enduit spécial de graisse noire12 ». Au-delà du pittoresque, toute une industrie s’installe pour transformer et faire revivre les vêtements, les fripiers ne ravaudant que rarement et étant avant tout des commerçants. Dès les années 1830, le secteur est segmenté : les fripiers se chargent d’approvisionnement, de tri et de vente, alors que des artisans travaillent pour eux à façon. Dans tout le quartier autour du Temple se multiplient les artisans spécialisés – tailleurs, blanchisseurs, teinturiers, repasseurs13… Seuls les petits fripiers de province viennent au Temple acheter des marchandises « qu’ils raccommodent dans leurs pays et qu’ils vont vendre ensuite dans les foires de campagne14 ».

5Ainsi, l’identité de ces vêtements retournés, retaillés, reteints est-elle rarement transformée. Il s’agit de prolonger leur vie, d’autant qu’ils sont perçus par une large partie de la clientèle comme neufs, y compris par la petite-bourgeoisie, et accompagnent la naissance de la confection – du vêtement prêt à être porté (Coffignon, 1888 ; Aftalion, 1906).

D’un monde à l’autre : conversions et dégradations

6Reste que le simple déplacement spatial et symbolique des vêtements – leur changement d’horizon – change leur nature (Merleau-Ponty, 1960) et dit les attentes de la clientèle.

  • 15 « Fripier », dans Dreyfus C., Berthelot A. (dir.) (1886), La Grande Encyclopédie…, Paris, Lamirault (...)
  • 16  Voir Hoggart R. (1973).
  • 17  Sur le « chiffon bourgeois », voir « Les chiffonniers », Moniteur d’hygiène et de salubrité publiq (...)
  • 18 Dr Bunel, Projet de réorganisation du Temple, rapport au Préfet, 29 avril 1898.

7La littérature du xixe siècle entretient l’idée que le commerce du vêtement d’occasion se nourrit de vols ou d’achat hasardeux de défroques dans les rues. On écrit encore en 1886 que le fripier « récolte le rebut […], les épaves de la misère, et même celles qui sont périodiquement adjugées à la Morgue15 ». Ces textes disent avant tout un regard bourgeois réprobateur qui allie hygiène, esthétique et morale16. La littérature pittoresque évoque aussi volontiers les chiffonniers fouillant la nuit les ordures et vendant au petit matin les « chiffons bourgeois » aux fripiers17. Le discours est social et hygiénique : un médecin peut ainsi rapporter qu’on vend au Temple « les vieux chiffons, les vieilles hardes, les vieux linges et les vieux habits […] triés de la hotte du chiffonnier, vieilles défroques […] souillées et contaminées18 ». Dans ces récits, les objets ne sont ni transformés, ni convertis, ni même déplacés. La fripe y apparaît comme un vase clos dans lequel circulent des hardes plus ou moins ravaudées.

  • 19 Les syndics de faillite notent en quelques mois le « renouvellement complet des marchandises » de f (...)
  • 20 AP, Fonds du Mont-de-Piété, Cartons 13 et 60.
  • 21 AP, minutes des ventes aux enchères, D1E/93-115.
  • 22 Archives de l’Assistance publique et des hôpitaux de Paris, Comptes généraux des hôpitaux et hospic (...)
  • 23 BHVP, Documents éphémères, « Habillement. Liquidations diverses ».
  • 24 Mornand F. (1855), « La bourse du Temple », dans La vie de Paris, op. cit.

8Pourtant, le Temple avec ses 1 500 fripiers et les plus de 400 boutiques parisiennes laissent voir une activité très structurée19. Les fripiers achètent en gros, et en premier lieu dans les ventes aux enchères. Dans celles du Mont-de-Piété où les vêtements dominent longtemps – 60 % des objets déposés au milieu du siècle et encore plus de 110 000 en 188320. Les fripiers suivent aussi les ventes en lots après décès, faillites, liquidations… au rez-de-chaussée de Drouot21. Les ventes des Domaines, vêtements des hôpitaux et des Douanes, sont régulières et massives22. Enfin, à partir du milieu du siècle, avec la montée de la confection, essentiellement pour hommes, l’industrie revend les pièces abîmées, hors de saison, les malfaçons23… Ces lots sont ensuite triés, soit par les grossistes, soit par les fripiers, à la « bourse aux vêtements » du Temple où « s’établissent les cours de la pelure et du montant hors de service24 ».

  • 25 Le Tableau général du commerce de la France avec ses colonies et les puissances étrangères, Directi (...)

9Cette circulation qui réinvente les objets se joue également à grande échelle. On exporte de Paris vers toute l’Europe, l’Amérique et l’Afrique : 50 tonnes de fripes en 1834, 500 en 1848 – autant alors que de vêtements confectionnés – et 1 838 en 186725. Le grand retournement – ou reconversion – des vêtements consiste alors à importer pour réexporter, notamment en jouant sur les saisons : ainsi les fripiers parisiens habillent les petits-bourgeois d’Amérique latine, profitant des décalages de saisons entre hémisphère sud et nord.

  • 26 « Vieux Habits ! Vieux Galons ! Réflexions morales et politiques d’un marchand d’habits de la capit (...)
  • 27 AP, DQ10/369 et 370, années 1820.

10Ce déplacement d’une sphère à une autre est manifeste pour les vêtements militaires qui dominent le marché tout au long du siècle. Chansons et caricatures présentent les fripiers comme les brocanteurs des apparences politiques et militaires obsolètes26. Au-delà de la métaphore, variante de la veste retournée, les changements de régimes et les réformes jettent en effet quantité d’uniformes dans l’occasion. Dès la Restauration, les Domaines vendent des milliers de « capotes, habits, vestes, pantalons de drap et de toile, chemises, bottes, souliers, guêtres, bonnets de police27 »… Ce sont des grossistes qui achètent, certains près de 5 000 pièces par an. Le Dictionnaire du commerce relève en 1860 :

  • 28 « Vêtements confectionnés », dans Guillaumin et al. (1859-1861), Dictionnaire universel théorique e (...)

Il nous reste à parler d’un commerce […] extraordinaire […], celui des vêtements d’occasion […]. Le principal élément de ce singulier commerce, ce sont les effets militaires. Trois maisons spéciales, qui ont leurs magasins à la Rotonde du Temple, les achètent en bloc. […] Quand un uniforme complet a fait le temps réglementaire, il ne s’achète pas en moyenne plus de 3 fr. 50 c. ou 4 fr. ; il se revend 7, 8, et même 10 fr., quand il a été battu, lavé, passé au fer, et qu’à l’aide d’un mordant on a remis de la couleur […]. L’exportation achète une quantité considérable de ces vieux uniformes […] ; c’est ainsi qu’elle a écoulé à Saint-Domingue et au Brésil les 200 000 tuniques de garde nationale, que les événements du 2 décembre laissaient disponibles28.

  • 29 AP, D3R4/20, lettre 39.
  • 30 Monnier A., « Le Temple. Étude de mœurs parisiennes », Le Figaro, 15 mars 1857, p. 1-7.
  • 31 Truquin N. (1977), Les aventures d’un prolétaire à travers les révolutions, Paris, Maspéro, p. 47 e (...)

11Ces uniformes sont dégradés suivant la législation qui veut éviter les usurpations. En 1850, l’administration précise « que les effets d’uniformes hors de service seraient vendus […] aux enchères publiques, mais que préalablement à la vente, la rangée des boutonnières serait enlevée aux Corsages des Tuniques et que les manches en seraient coupées à la hauteur des parements29 ». Ces uniformes sont transformés en chemises, vestes de travail, « carricks30 » ou habits de ville emprunts du prestige martial. Norbert Truquin se souvient : « un tailleur prit nos mesures et nous tailla des vêtements de cérémonie dans des habits de réforme de la troupe […] en beau drap noir31 ».

  • 32 BHVP, Documents éphémères, « Habillement », publicité de Fortin, vers 1845. Voir en outre, les minu (...)
  • 33 « Vêtements confectionnés », dans Guillaumin et al., Dictionnaire universel…, op. cit.

12La confusion entre déguisement et habillement est présente, les fripiers fournissant les théâtres, les cirques et les peintres d’histoire en costumes « propres à figurer toutes les armées européennes32 ». Et un enquêteur de confirmer en 1860 que c’est dans la friperie « que les directeurs des théâtres se viennent approvisionner, et, au moyen de changements faciles des collets et des parements, […] se procurent de quoi représenter toutes les armées de l’Europe. C’est encore là, que s’équipent les écuyers des cirques ambulants et tous les musiciens des spectacles de la foire33 ».

13Le déplacement d’un registre à un autre change l’usage des vêtements mais sa conversion n’est que partielle. C’est le paradoxe, notamment des uniformes : on doit en bouleverser l’usage sans en retourner l’image.

De retournements en retournements : la fabrique des identités

14La confusion entre déguisement et habillement comme la suspicion à l’égard des vêtements retournés disent la peur du bouleversement des distinctions sociales. Rien de surprenant à ce que la doublure – un objet qui sert à en doubler un autre – désigne aussi, dès le début du xixe siècle, au théâtre un acteur de remplacement. Au siècle de la mobilité sociale et de la disparition des lois somptuaires, le brouillage des identités vestimentaires inquiète. Et la fripe est considérée comme le lieu où une apparence trompeuse peut s’acheter, où le vêtement descend l’échelle sociale. En 1863, alors même que le Temple fait peau neuve, on écrit :

  • 34 Didron A. N. (dir.) (1863), « Incendie du Sérail », Annales archéologiques, 23, p. 158.

À Paris, on se fait habiller de neuf par son tailleur. Quand un vêtement est usé, on le donne à son domestique ou on le vend à un marchand d’habits. Réparé et nettoyé, le susdit vêtement est ensuite porté par les demi-bourgeois ou les ouvriers cossus. Usé de nouveau, il passe, par l’intermédiaire des revendeurs qui l’ont raccommodé encore et nettoyé pour la seconde fois [au] marché du Temple. Là s’achètent, par les ouvriers inférieurs et les pauvres, à très-bon compte, ces redingotes, ces habits et ces pantalons déjà usés pour la seconde ou troisième fois. Portés une ou deux années de suite par ces pauvres gens, ces habits sont revendus pour rien à des marchands qui savent les recoudre, les nettoyer encore, et qui les expédient en Espagne34.

  • 35 Pour une critique, voir Verley P. (1997), L’échelle du monde, Essai sur l’industrialisation de l’Oc (...)
  • 36 Voir les testaments aux AN et par exemple de l’étude de Me Prudhomme, rue Gaillon, ET/CVIII.

15Voyage social et géographique des vêtements, du centre à la périphérie. Cette lecture domine, et jusque dans les sciences sociales. L’habit aristocratique passé de mode ou usé deviendrait le costume du domestique puis de l’ouvrier. La fripe incarnerait ainsi les lois de l’imitation (Tarde, 1890), théorie reprise par les historiens (Perrot, 1981 ; McKendrick, Brewer et Plumb, 1982 ; Roche, 1989)35. Rien n’est moins sûr. D’abord parce que le marché de la fripe s’approvisionne ailleurs. Ensuite, parce que si les testaments indiquent que les maîtres lèguent des vêtements aux domestiques, ils sont rares et invisibles – linges de corps et, en de très rares occasions, une robe utilisée pour les cérémonies36. Enfin, nulle part de domestiques ou d’ouvriers en vêtements aristocratiques, même remaniés. Cette lecture témoigne avant tout de l’inquiétude – ou du souhait – de voir la fripe brouiller les codes sociaux.

  • 37 AP, D14U3/1, liquidation judiciaire no 539, 23 mars 1849. « La fermeture, note le syndic, des princ (...)
  • 38 Société internationale de science sociale, Les Ouvriers des deux mondes…, op. cit., t. 5, p. 13 et  (...)
  • 39 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 136.

16On pourrait ainsi imaginer que les ouvriers viennent chercher en fripe et notamment au Temple, au cœur des quartiers industrieux, des vêtements bourgeois bon marché37. Quelques boutiques vendent en effet chemises, gilets et vestons défraîchis à des ouvriers, des artisans et des employés. Mais, ce sont des « vêtements du dimanche, portés seulement à l’église, remplacés par les vêtements de travail dès le retour à la maison38 ». Il ne s’agit pas d’imiter la bourgeoisie en reprenant ses oripeaux ; on s’endimanche pour se conformer à la tenue exigée dans quelques lieux publics où la bourgeoisie fixe les règles du jeu (Beck, 1997). Pour les cérémonies, redingotes et habits sont en outre souvent loués par les fripiers39. La concentration de marchands à Paris permet une spécialisation en vêtements de mariage, d’enfants, de deuil, professionnels, sous-vêtements… Ainsi, pas d’imitation des classes supérieures mais un apprentissage de nouveaux types de vêtements.

  • 40 Voir les travaux en cours d’Alain Faure sur la blouse et les publicités à la BHVP, Documents éphémè (...)
  • 41 Nadaud M. (1998), Léonard, maçon de la Creuse, Paris, La Découverte, p. 71-72.
  • 42 AP, D11U3/392, faillite no 324, juillet 1862, Delanoé, rue de L’École-de-Médecine.

17Pour l’essentiel, les ouvriers qui achètent en boutiques, au Temple et aux puces à partir de la fin du siècle cherchent des vêtements conformes à l’identité ouvrière alors en construction. Dès les années 1830, la blouse bleue devient emblématique40, tout comme le foulard et la casquette. Martin Nadaud se souvient que « la blouse à collet bleu et rouge, serrée par une ceinture tricolore [était] la grande mode du temps41 ». Les fripiers proposent les éléments de l’identité ouvrière : blouses, pantalons, guêtres, bourgerons, camisoles, mouchoirs de force et vêtements professionnels42. La fripe, loin de faciliter l’imitation des modèles bourgeois, contribue à la construction d’une identité de groupe (Hudson, 1992). Et même quand il s’agit d’objets retournés, ils sont porteurs d’une identité propre. Le Dictionnaire du commerce note ainsi à propos des casquettes :

  • 43 « Casquette », dans Guillaumin et al., Dictionnaire universel…, op. cit.

Des femmes achètent au Temple [des] débris, les teignent dans leurs chambres, les taillent, les coupent, les assemblent, les piquent et les vendent aux casquetiers, de 65 c. à 1 fr. 20 c. la douzaine. Il se confectionne à Paris pour 300 000 fr. de ces fausses coiffes en soie reteinte. N’aimez-vous pas les rognures, voici des casquettes d’un seul morceau de drap retourné, pris dans de vieux habits […] achetés peut-être de 1 fr. à 1 fr. 50 c. la pièce. […] Nous avons encore la casquette sur-sens, en drap d’occasion, non plus retourné, mais cylindré, apprêté, […] de 14 à 17 fr. la douzaine43.

  • 44 Société internationale de science sociale, Les Ouvriers des deux mondes…, op. cit., t. 4, p. 315.

18Et en 1862, Frédéric Le Play précise à propos du Temple que les « marchandises les plus diverses y sont [vendues], les unes entièrement remises à neuf, d’autres restaurées seulement, d’autres enfin laissées dans leur état de dégradation et de vétusté pour être au niveau de la bourse de tous les acheteurs44. » Si la gamme est étendue, c’est que tous les ouvriers dans leur diversité sociale cherchent ces signes, devenus essentiels pour se reconnaître et revendiquer son identité. Un journaliste synthétise la question en 1893 :

  • 45 « Paris vécu. Le carreau du Temple », La Paix, 4 janvier 1893, p. 4.

la clientèle du Temple comprend en grande partie des hommes qui travaillent manuellement la semaine […] ; mais le dimanche, pour sortir, l’ouvrier d’industrie sortira en veston ou mettra un gros pardessus sur sa cote. Il n’a que faire d’une jaquette ou d’une redingote. Aussi, ces deux formes de vêtements que pourrait prendre l’employé de bureau besogneux, sont-elles rares […]. Personne n’en veut. Le veston, par contre, est admis dans la population laborieuse. Tel qui serait l’objet de risées s’il arrivait à son travail avec une redingote, même achetée au Temple, est considéré comme un malin s’il a pu se renfrusquiner avantageusement au Carreau45.

19Le poids du marché parisien permet la diffusion de cette identité vestimentaire, à la fois par les provinciaux venus travailler à Paris et par les fripiers qui viennent de toute la France s’y approvisionner. Le commerce de la seconde main n’est pas le lieu de la diffusion de modèles bourgeois mais celui de l’invention d’une identité où les objets retournés sont des signes spécifiques et non des succédanés.

  • 46 Antonelle F. d’, « Le marché aux vieux linges », dans Antonelle (1834), Nouveau tableau de Paris au (...)
  • 47 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 142.
  • 48 Antonelle, « Le marché aux vieux linges », op. cit., p. 352 et suiv.
  • 49 Monnier, « Le Temple. Étude de mœurs parisiennes », art. cité.
  • 50 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 139.
  • 51 Voir AP, minutes des ventes aux enchères, D1E/93-115 ainsi que les chroniques de Drouot, Eudel P. ( (...)

20Il en va cependant autrement dans la petite bourgeoisie. Contrairement à ce que montrent les tableaux pittoresques, la fripe n’est pas qu’un marché de « haillons ». Au moins jusqu’aux années 1870 et les diffusions concomitantes de la confection et de l’hygiénisme, une large part de la clientèle ne voit pas de hiérarchie entre le neuf et l’occasion, tant elle est habituée aux vies multiples des vêtements. De plus, ces vêtements « tout faits » ne sont pas nécessairement moins chers tant les gammes sont étendues. On note en 1834 qu’au Temple « fraternisent les haillons du pauvre et la mantille de blonde qui gaza les épaules d’une duchesse, […] le soulier de satin et le sabot de bois46 ». On souligne encore soixante ans plus tard qu’on y trouve des « pantalons à 3 fr. » comme des « robes de soie qui portent la marque de Worth47 ». Même phénomène en boutique où l’on peut trouver, selon les quartiers, des « gilets d’étoffes d’été », « des redingotes en drap noir », des « bottines de dames » et des « robes de chambres » pour la petite bourgeoisie. En 1834, un moraliste voit ainsi dans la fripe une planche de salut pour les « chevaliers d’industries dont tout le crédit et tous les moyens d’existence reposent sur un habit décent48 ». Albert Monnier vingt ans plus tard y voit lui la possibilité pour la petite bourgeoisie de « briller à peu de frais en société49 ». Et à la fin du siècle, un enquêteur municipal note que c’est chez les fripiers autour des grands boulevards « que vont les robes et les jupons de soie et de dentelles, les dessous élégants de l’aristocratie galante, de sorte que la rue Breda hérite souvent des frusques de la rue Marbœuf. Ce sont elles également qui vont à l’hôtel Drouot acheter les robes et les confections des ventes après décès50 ». Et la bourgeoisie elle-même se presse à Drouot pour acheter des robes mises à la mode par des courtisanes et des vedettes du théâtre51. « Les élégantes, écrit encore cet enquêteur, liquident les garde-robes démodées aux boutiquières de la rue de Provence ou du quartier de la Chaussée d’Antin ». Ainsi, tout indique que si la confection s’adresse d’abord aux employés – les « cols blancs » – (Avenel, 1902 ; Faraut, 1987), la fripe peut être un moyen d’être en bourgeoisie.

21Loin du grand brouillage de l’ordre social, la circulation des fripes consolide au contraire des identités et s’apparente soit aux pratiques des bourgeois de Pot-Bouille, soit à la fabrique de l’identité ouvrière.

La peur du déguisement : entre vêtement et costume

  • 52 APP, Ordonnance du 4 germinal An X (25 mars 1802).
  • 53 APP, Ordonnance du 25 juillet 1818.
  • 54 APP, Ordonnance du 25 novembre 1812.
  • 55 APP, DA52.

22Il n’en demeure pas moins que le retournement, symbolique et concret, des vêtements et la proximité entre déguisement et habillement contribuent au fantasme d’un carnaval permanent, social comme de genres. D’autant que si carnaval et charivari sont circonscrits pour consolider l’ordre social (Fabre et Traimond, 1980), la fripe pourrait permettre une subversion quotidienne des identités. D’où une abondante législation. Dès 1802, le fripier doit porter une plaque délivrée par la préfecture de Police et tenir un livre « sur lequel il inscrira exactement, jour par jour, sans aucun blanc ni rature, les objets qu’il aura achetés et vendus52 ». Le recel et la nature des marchandises inquiètent : « les brocanteurs ne peuvent vendre, acheter ou échanger que des marchandises de friperies, meubles et ustensiles de hasard53 ». C’est surtout l’usurpation par le déguisement qui est craint : l’interdiction d’acheter des effets aux soldats est constamment réaffirmée54 – et la préfecture de Police est attentive au commerce de tous les uniformes, y compris des administratifs et des ecclésiastiques55.

23Il faut dire que le costume – l’imitation d’un vêtement – est partout dans la société à l’âge du théâtre et du bal masqué (Yon, 2012 ; Charpy, 2007). Le manuel Roret du théâtre dit les ambiguïtés des rapports entre costumes, vêtements et société :

  • 56 Rousseau P. J. (1829), « Chapitre IX. Du costumier », dans Rousseau, Code théâtral. Physiologie des (...)

Un costumier doit être tailleur. La nécessité où il est de retourner des habits, de les faire aller à toutes les tailles, exige qu’il connaisse à fond ce métier. En un tour de main, il ajuste […] à un conseiller d’État [le costume] d’un imprimeur, à un président celui d’un député, à Tartufe celui de directeur de police, et de conclure : un bon costumier serait un homme précieux dans un moment de crise électorale56.

24Tout au long du siècle la perméabilité entre costumes et vêtements de ville s’accentue. Sur scène, le succès du vaudeville fait que le vêtement de ville est de plus en plus présent, au point que les grandes maisons habillent les comédiennes en échange de leur publicité (Martin-Fugier, 2008 ; Charpy, 2014).

  • 57 Saverny M. de (1876), « Chapitre XII. Jeux et divertissements (La comédie au salon, la danse, le th (...)
  • 58 AN, ET/XXXII/336, inventaire après décès de Garnier, 22 avril 1833.
  • 59 Cabinet des Estampes du Musée Carnavalet, Jallais, 20 rue de Bruxelles, « Curiosité, antiquité, spé (...)

25Cette confusion se prolonge à domicile. Un guide de savoir-vivre conseille en 1876 : « la maîtresse de maison qui fait jouer des charades [doit] se résigner à laisser […] sa garde-robe à la disposition des acteurs57 ». Et la bourgeoisie loue volontiers des déguisements chez des fripiers spécialisés en costumes de théâtre et d’opéra de seconde main. Pour exemple, Garnier, installé à proximité du magasin central du Théâtre Italien, achète tout au long du siècle des costumes parmi les milliers mis en vente par l’Opéra58. Ces mêmes fripiers fournissent les peintres « pompiers » et les photographes de studio59.

  • 60 Voir aux AN, la série AJ/13 qui permet de suivre ces ventes et notamment AJ/13/567 pour les ventes (...)
  • 61  BnF, 8-V36-9903, « Vente de décors complets de féerie et de ballets, costumes… du Palace théâtre, (...)
  • 62 Voir les nombreuses ventes d’« objets d’atelier », années 1870-1910 (AP, D1E/93-115).

26Confusion plus marquée encore : des costumes de théâtres achetés dans des ventes aux enchères deviennent des vêtements de ville originaux. Pour exemple, en 1860, la bourgeoisie se presse à la vente, par le Théâtre Impérial de l’Opéra, de « dix mille costumes en coton, soie, laine et velours, […] des vêtements d’Algérien, des turbans, des toques, quantité de vêtements militaires, vêtements de paysans, etc.60. » Les théâtres privés font de même : l’éphémère Palace théâtre se défait ainsi en 1886 de costumes de « Chasseurs, Marins, Gendarmes, Indiens, Espagnols, Italiens » et de « Costumes dépareillés, Maillots de coton, de laine, de soie pour hommes et pour femmes, Chapeaux, Coiffures, Bottes et bottines de théâtre61 ». Et les ventes aux enchères de costumes venus des ateliers de peintres remportent aussi un large succès62.

  • 63 Voir Caron J.-C. (2012), « Révolution, concurrence des pouvoirs et usurpation de fonctions. Le “gén (...)
  • 64 Blanc L. (1843), Révolution française : histoire de dix ans, 1830-1840, Bruxelles, Wouters et Cie, (...)

27Ce brouillage entre vêtement et déguisement fait craindre à la bourgeoisie, alors même qu’elle en est la protagoniste, le travestissement généralisé dans les milieux populaires, comme le laissent supposer les interdictions répétées des carnavals à Paris. Cette inquiétude est réactivée par les révolutions, moments vus comme des temps d’usurpation de fonctions où les vêtements peuvent perdre toute leur force politique et symbolique63. Le cas du « général » Dubourg en 1830 est emblématique. Louis Blanc, pourtant révolutionnaire, note : à la tête d’une petite armée, Dubourg « avait reçu son uniforme pris chez un fripier et les épaulettes qu’il portait lui avaient été données par l’acteur Perlet, elles venaient du magasin de l’Opéra Comique64 ». Fripes et accessoires de théâtre : les provenances discréditent.

  • 65 « Vêtements confectionnés », dans Guillaumin et al., Dictionnaire universel…, op. cit.
  • 66 « Voyage dans le Fouta-Djalon… par Lambert M., lieutenant d’infanterie de Marine », Le Tour du Mond (...)
  • 67 « Comment j’ai traversé l’Afrique, de l’Océan atlantique à l’Océan indien, par le major Serpa Pinto (...)

28Rien de surprenant à ce que ces déguisements soient médiatisés. C’est le cas, et le motif devient récurrent, des « nègres » habillés d’uniformes réformés. La presse fait ainsi ses choux gras de l’armée haïtienne avec ses « négriots » revêtus d’uniformes français achetés au Temple65. Et les récits de voyage se repaissent de l’image de sauvages déguisés avec des fripes européennes et ignorant le sens social des vêtements et procédant de ce fait à de désinvoltes retournements. Le Tour du Monde rapporte ainsi en 1861 que les notables sénégalais s’habillent avec les « épaves de nos friperies européennes66 ». Et à Benguala, on raille un notable qui a « pour vêtements trois jupons […], un habit de capitaine d’infanterie, non boutonné et laissant voir sa poitrine par défaut de chemise ; sur sa tête, par-dessus un bonnet de nuit en laine rouge, […] le tricorne d’un officier d’état-major67 ».

Vêtements à revers : contestations

  • 68 « Déguiser, masquer, travestir » dans Nouveau dictionnaire universel des synonymes de la langue fra (...)

29Si ces craintes sont largement fantasmées, la fripe est pourtant bien un des espaces où se construisent des retournements contestataires. Le détournement le plus subversif touche les identités sexuelles (Virgili et Voldman, 2011). Les inversions de genres obsèdent car assimilées aux pratiques sexuelles des « invertis » (Pastorello, 2011). Et la subversion est tout aussi forte qu’il s’agisse de déguisement ou de travestissement. « Les deux, note un dictionnaire de 1833, désignent un habillement extraordinaire qui diffère de celui qu’on a coutume de porter68 ». Mais, poursuit-il,

travestir annonce […] un changement dans les habits ou un vêtement contraire au costume, tandis que déguiser souffre toute sorte de changemens ou toute forme contraire aux formes naturelles ou habituelles. Déguiser, c’est donc substituer aux apparences ordinaires et vraies des apparences trompeuses de manière que l’objet ne soit pas […] reconnu. Travestir, c’est substituer au vêtement propre un vêtement étranger de manière que l’objet ne soit pas reconnu pour ce qu’il est.

  • 69 Archives de la préfecture de Police de Paris, Registre BB1, 1856-1865.
  • 70 Raffalovitch A. (1895), « L’uranisme. Inversion sexuelle congénitale. Observations et conseils », d (...)
  • 71 Ibid., p. 126.

30On observe avec appréhension ces deux pratiques, l’une dissimulant, l’autre affichant son mépris des règles. La préfecture de Police, notamment sous le Second Empire, suit de près, via les courtisanes, les pratiques « contre-nature » de travestissement69. Et les femmes en costume masculin sont surveillées, suite à l’ordonnance de 1800 qui oblige « toute femme, désirant s’habiller en homme, [à] se présenter à la préfecture de Police pour en obtenir l’autorisation » (Bard, 1999). Mais les pratiques qui jouent avec le genre n’apparaissent pas. Toute la psychopathologie se penche pourtant sur la question. André Raffalovitch relève ainsi en 1895 « la passion des invertis pour tout ce qui ressemble à un uniforme, un costume de convention70 » et remarque que de nombreux « invertis » sont « tailleurs pour dames », notant « la passion de tant d’efféminés pour la toilette féminine71 ». Dans cette subversion des apparences, la seconde main joue un rôle. C’est vrai pour les uniformes détournés par les homosexuels masculins. C’est aussi vrai de tous les travestissements qui deviennent visibles après guerre – notamment avec le « Bal des folles » (Chenoune, 1993). Les archives manquent pour documenter ces retournements qui sont à la fois les plus subversifs et les moins visibles dans une société qui force au secret.

  • 72  Voir Caron J.-C., « Uniforme(s) étudiant(s) ? », dans Caron (1991), Générations romantiques. Les é (...)
  • 73  Voir par exemple les archives du marchand de curiosités Eugène Boban qui prête des costumes aux pe (...)
  • 74 Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris…, op. cit., t. 3, p. 69.
  • 75 « Fripier », Dictionnaire de la conversation et de la lecture… (1836), Paris, Belin-Mandar.
  • 76 Vallès J. (1970 [1881]), Le Bachelier, Paris, Garnier-Flammarion, p. 64.
  • 77 Ibid., p. 208 et suiv.

31D’autres groupes marginaux investissent la fripe de façon subversive. C’est le cas avec les artistes et les étudiants – bohèmes – constitués en groupe social à partir des années 183072. Rien de surprenant à voir qu’à côté du Temple, les fripiers se concentrent dans le quartier de l’École-de-Médecine, près de l’Université, des Beaux-Arts et des ateliers d’artistes. Les liens entre fripiers, artistes et étudiants naissent tôt. Les peintres d’atelier vont chez les fripiers chercher des costumes pour documenter leur peinture73. Quant aux étudiants, on note que « les marchands d’habits explorent […] les hôtels garnis du quartier Latin [car] l’étudiant n’attend pas toujours que ses habits soient vieux pour les vendre. L’ouverture du Prado […] ou de la Closerie des Lilas […] sont des occasions qui vident sa garderobe. L’étudiant, que la munificence paternelle a doté d’un crédit illimité chez un tailleur, ne manque jamais alors d’en abuser74 ». Et le Dictionnaire de la conversation, bréviaire des idées reçues, de préciser en 1836 que les fripiers ambulants « fréquentent de préférence les rues habitées par un grand nombre de jeunes gens comme celles du quartier latin en faisant entendre le cri de vieux habits ! vieux galons75 ! » Les mémoires confirment que les étudiants revendent aux fripiers76. Mais les étudiants sont aussi des acheteurs. Ils trouvent dans la fripe des vêtements hors des normes bourgeoises : pantalons à carreaux, écharpes, uniformes retaillés, vêtements d’Ancien Régime, accessoires « troubadour », bonnets orientaux, bottes militaires… Les étudiants affichent leurs opinions politiques par des accoutrements légitimistes ou des « vêtements de républicains modérés77 ». Les fripes permettent surtout à ces futurs bourgeois – médecins, avocats, ingénieurs, architectes, peintres… – de contester publiquement l’ordre bourgeois ; contestation de l’ordre vestimentaire uniformément noir par des fantaisies, de la retenue par l’ostentation, de la nouveauté industrielle par le vieux (Campbell, 1987). S’installe ainsi un lien durable entre contestation politique et commerce de la fripe, réactivé durant la Première Guerre mondiale avec des avant-gardes qui s’affichent en uniforme par provocation.

  • 78 Voir Chroniques du Paris Apache, 1902-1905, Paris, Mercure de France, 2008, introduction de Quentin (...)
  • 79 Voir, par exemple, « Paris Apaches in Our Uniforme », New York Times, 31 janvier 1919.

32De l’autre côté de Paris, les jeunes des milieux populaires jouent également de ces retournements. Autour de 1900, les « Apaches » de Belleville et Ménilmontant (Perrot, 1979) refusent de vivre du travail manuel comme leurs parents et le font savoir en portant des vêtements qui l’interdisent (Veblen, 1899) – pantalon clair et chaussures de cuir ciré… –, ou en jouant avec les signes – casquette de travers, mouchoir de force noué à la taille78… Et c’est bien souvent au Temple qu’ils trouvent ces tenues. Ils revêtent, ultime détournement, des uniformes policiers et militaires. Avec la guerre, l’envoyé spécial du New York Times rapporte qu’ils s’habillent en uniformes américains pour procéder à des hold-up et des meurtres79. Leur travestissement inquiète parce qu’il renverse tout, jusqu’aux sauveurs qui deviennent menaçants.

  • 80 Voir les rapports au ministère des Colonies, xixe siècle, Archives nationales d’outre-mer (ANOM).

33Ces retournements sont le fait de minorités sociales qui investissent le vêtement comme discours de contestation par leur seule présence physique dans l’espace public (Monod, 1968 ; Loiseau, 1977 ; Alvarez, 2008 ; Peiss, 2011). Et s’il est une marge à la fois sociale et vestimentaire, ce sont les espaces coloniaux. Dès la fin du xixe siècle, les observateurs comme les informateurs du ministère des Colonies enregistrent des pratiques inquiétantes80. Ils s’étonnent ainsi au Dahomey que

  • 81 Albéca A. d’, « La France au Dahomey », Le Tour du Monde, 1894, p. 88.

des nègres [soient] affublés de chapeaux de dimensions et de formes majestueuses, vêtus de redingotes noires, […] voire même d’habits fripés à la française, défroques antédiluviennes, vendues au prix du neuf par les pacotilleurs. Pour se donner du chic, le mot est prononcé en français, les gentlemen noirs tiennent à la main le parasol qui doit protéger leur teint basané contre les ardeurs du soleil [et] portent […] des chaînes de montre larges comme des câbles81.

  • 82 Baron De Witte (1913), Les deux Congos, Paris, Plon, p. 164.

34En 1913, un observateur relève : « Aujourd’hui les indigènes de la région de Brazzaville ne s’habillent que trop, et, le dimanche, ceux qui possèdent plusieurs pantalons, plusieurs paletots, mettent ces vêtements les uns par-dessus les autres, pour étaler leurs richesses. Beaucoup se piquent de suivre la mode parisienne82 ». Ces vêtements viennent de la fripe parisienne. La pratique, regardée d’abord comme naïve, apparaît dans toute sa subversion, d’autant qu’elle dit, outre une forme d’égalité, le refus du travail manuel au fondement du système colonial. Rien de surprenant à ce que les mouvements indépendantistes fassent au xxe siècle du vêtement retourné une arme anticoloniale (Gandoulou, 1984 ; Gondola, 1999).

Vêtements et identités, entre intimité et espace public

35Par le marché de la seconde main, les objets ont une seconde vie. Ils relèvent toujours d’une transformation : transformation des pratiques – du fait d’un changement de territoire ou de propriétaire –, transformations symboliques et transformations matérielles, qu’il s’agisse de retournements, de raccords, de retailles et de reteintes. Toute une gamme de retournements est à l’œuvre, du travestissement radical de l’objet à la conservation de tout ou une partie de ses signes anciens. Du point de vue du marché, la distinction entre se déguiser et s’habiller apparaît peu visible et, en tous les cas, ne tient pas à la nature des objets. Pour les consommateurs, la différence est au contraire évidente. Le marché de la fripe dans lequel s’étale la quasi-totalité des vêtements permet aux consommateurs de s’emparer des signes vestimentaires pour bricoler des identités (Certeau, 1980). Mais que les vêtements soient concrètement retournés, transformés ou simplement nettoyés et reteints, la fripe n’est pas le lieu du carnaval, de la mise en crise des identités vestimentaires : on consomme de la fripe d’abord pour se conformer à l’identité d’un groupe social. Par le commerce de seconde main, les groupes sociaux notamment populaires inventent de systèmes des signes, loin de l’imitation simple.

36Si la fripe aide à consolider ces identités vestimentaires – bourgeoise, ouvrière…, elle apparaît également comme le lieu où s’inventent des jeux avec les signes, ou les retournements deviennent des détournements : détournements symboliques, jeux avec le passé et les hiérarchies. Autrement dit, par la multiplicité des signes que portent les fripes, s’invente une culture vestimentaire populaire nouvelle et savante, aux fondements de l’âge contemporain de la mode où le vêtement est par excellence le lieu investi par les groupes marginaux. Et c’est sans doute une des caractéristiques de l’âge contemporain des modes : le conformisme et la confection se développent en même temps que sa mise en crise, que les détournements, le vintage ou le rétro, soit l’invention de signes qui apparaissent hors système et qui montrent un consommateur acteur. L’avènement de la confection industrielle accentue le phénomène : à partir des années 1920, alors que la fripe se distingue toujours davantage du neuf, s’habiller en fripe devient le moyen de contester un ordre vestimentaire, de retourner les objets intimes que sont les vêtements pour exister dans l’espace public.

Haut de page

Bibliographie

Aftalion A. (1906), Le développement de la fabrique et le travail à domicile dans les industries de l’habillement, Paris, Larose & Tenin.

Alvarez L. (2008), The Power of the Zoot : Youth Culture and Resistance during World War II, Berkeley, University of California Press.

Antonelle F. d’(1834), « Le marché aux vieux linges », dans Nouveau tableau de Paris au xixe siècle, Paris, Charles-Béchet, t. 1.

Avenel G. d’(1902), « Les grands magasins », dans Le mécanisme de la vie moderne, Paris, Armand Colin, vol. 1.

Balzac H. de (1840), « La femme comme il faut », dans Les Français peints par eux-mêmes, encyclopédie morale du xixe siècle, Paris, Curmer, t. 1, p. 25-32.

Bard C. (1999), « Le “DB58” aux Archives de la Préfecture de Police », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 10 (en ligne : http://clio.revues.org/258, consulté le 20 octobre 2014).

Baron De Witte (1913), Les deux Congos, Paris, Plon.

Baudrimont M. A. (dir.) (1833), Dictionnaire de l’industrie manufacturière, commerciale et agricole, Paris, Baillière.

Beck R. (1997), Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, Éditions de L’Atelier.

Béranger P.-J. (1861), Chansons de P.-J. Béranger, 1814-1835, Paris, Perrotin.

Blanc L. (1843), Révolution française : histoire de dix ans, 1830-1840, Bruxelles, Wouters et Cie.

Campbell C. (1987), The Romantic Ethic and the Spirit of Modern Consumerism, Oxford, Blackwell Publishing.

Caron J.-C. (1991), Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin.

Certeau M. de (1980), L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Charpy M. (2007), « La comédie à demeure. Circulations des modes, des objets et des dispositifs techniques dans le Paris du xixe siècle », dans Gherchanoc F., La maison, lieu de sociabilité, Paris, Le Manuscrit université, p. 181-206.

Charpy M. (2014), « Le spectacle de la marchandise. Sorties au théâtre et phénomènes de mode à Paris, Londres et New York dans la seconde moitié du xixe siècle », dans Yon J.-C., Goetschel P. (dir.), Au théâtre ! La sortie au spectacle, xixe-xxie siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 83-114.

Chenoune F. (1993), Des modes et des hommes : deux siècles d’élégance masculine, Paris, Flammarion.

Chevalier M. A. (1867), Moniteur d’hygiène et de salubrité publique, Paris, Paul Dupont.

Coffignon A. (1888), Paris-vivant : les coulisses de la mode, Paris, Librairie illustrée.

Corbin C. (1986), « Le grand siècle du linge », Ethnologie française, 3, p. 299-310.

Deluermoz Q., Foa J. (dir.) (2012), Usurpations de fonction et appropriations du pouvoir en situation de crise (xixe-xxe siècle), en ligne sur le site du Centre d’Histoire du xixe siècle (CRHXIX) : https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRHXIX/ACTES_JOURNEE_DEF.pdf.

Delvau A. (1867), Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, Paris, Dentu.

Dictionnaire de la conversation et de la lecture. Répertoire des connaissances usuelles (1836), Paris, Belin-Mandar.

Didron A. N. (dir.) (1863), « Incendie du Sérail », Annales archéologiques, 23, p. 158-164.

Dulaure J.-A. (1829), Histoire physique, civile et morale de Paris…, Paris, Guillaume et Cie, t. 3.

Dreyfus C., Berthelot A. (dir.) (1886), La Grande Encyclopédie…, Paris, Lamirault et Cie.

Eudel P. (1882-1888), L’hôtel Drouot et la curiosité, 1881-1888, Paris, Charpentier.

Fabre D., Traimond B. (1980), « Le charivari gascon contemporain », dans Le Goff J., Schmidt J.-C., Le charivari, Paris, Éditions de l’EHESS/Mouton, p. 23-34.

Faraut F. (1987), Histoire de « La Belle jardinière », Paris, Belin.

Faure A. (1977), « Classe malpropre, classe dangereuse ? Quelques remarques à propos des chiffonniers parisiens au xixe siècle et de leurs cités », Recherches, 29, L’haleine des faubourgs, p. 79-102.

Gandoulou J.-D. (1984), Entre Paris et Bacongo, Paris, Centre Georges Pompidou/Centre de création industrielle.

Gondola D. (1999), « La sape des mikilistes : théâtre de l’artifice et représentation onirique », Cahiers d’études africaines, 153, p. 13-47.

Guillaumin et al. (1859-1861), Dictionnaire universel théorique et pratique du commerce et de la navigation, Paris, Guillaumin.

Guizot M. F. (dir.) (1833), Nouveau dictionnaire universel des synonymes de la langue française…, Paris, Aimé Payen.

Hoggart R. (1973) La culture du pauvre : étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit.

Hudson P. (1992), The Industrial Revolution, Londres/New York/Melbourne/Auckland, Edward Arnold.

Loiseau J.-C. (1977), Les Zazous, Paris, Le Sagittaire.

Martin-Fugier A. (2008), Comédiennes. Les actrices en France au xixe siècle, Paris, Éditions Complexe.

McKendrick N., Brewer J., Plumb J. H. (1982), The Birth of a Consumer Society. The Commercialization of Eigtheenth Century England, Londres, Europa Publications.

Merleau-Ponty M. (1960), L’Œil et l’esprit, Paris, Gallimard.

Monod J. (1968), Les Barjots. Essai d’ethnologie des bandes de jeunes, Paris, Julliard.

Mornand F. (1855), La vie de Paris, Paris, Librairie nouvelle.

Nadaud M. (1998), Léonard, maçon de la Creuse, Paris, La Découverte.

Pastorello T. (2011), Sodome à Paris : fin xviiie-milieu xixe siècle. L’homosexualité masculine en construction, Grâne, Éditions Créaphis.

Peiss K. (2011), Zoot Suit : The Enigmatic Career of an Extreme, University of Pennsylvania Press.

Perrot M. (1979) « Les “Apaches”, premières bandes de jeunes », dans Les marginaux et les exclus dans l’histoire, Cahiers Jussieu, 5, université Paris 7, Paris, Christian Bourgois.

Perrot P. (1981), Les dessus et les dessous de la bourgeoisie, une histoire du vêtement au xixsiècle, Paris, Fayard.

Raffalovitch A. (1895), « L’uranisme. Inversion sexuelle congénitale. Observations et conseils », dans Lacassagne A., Tarde G., Archives d’anthropologie criminelle de criminologie et de psychologie normale et pathologique, t. X, Paris, Lyon, Masson, Stock.

Raisson H. (1828), Code de la toilette, manuel complet d’élégance et d’hygiène, contenant les lois, règles, applications et exemples, de l’art de soigner sa personne, et de s’habiller avec goût et méthode, Paris, Roret.

Roche D. (1989), La culture des apparences. Une histoire du vêtement xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard.

Rousseau P. J. (1829), Code théâtral. Physiologie des théâtres : de l’auteur, du directeur, de l’acteur et de l’amateur contenant les lois, règles et applications de l’art dramatique, Paris, Roret.

Saverny M. de (1876), La femme chez elle et dans le monde, Paris, Aux bureaux de la Revue de la mode.

Société internationale de science sociale (Frédéric Le Play) (1878), Les Ouvriers des deux mondes : études sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières des diverses contrées, Tours, Mame et Fils.

Tarde G. (1890), Les lois de l’imitation, Paris, Félix Alcan.

Tillier C. (1846), « Belle-Plante et Cornélius », dans Œuvres complètes, Nevers, Sionest.

Truquin N. (1977), Les aventures d’un prolétaire à travers les révolutions, Paris, Maspéro.

Vallès J. (1970 [1881]), Le Bachelier, Paris, Garnier-Flammarion,

Veblen T. (1899), The Theory of the Leisure Class, New York, Macmillan.

Verley P. (1997), L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard.

Virgili F., Voldman D. (2011), La garçonne et l’assassin. Histoire de Louise et de Paul, déserteur travesti dans le Paris des années folles, Paris, Payot.

Yon J.-C. (2012), Une histoire du théâtre à Paris. De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Aubier.

Haut de page

Notes

1  Sur le linge, Corbin C. (1986) ; sur l’érotisme vestimentaire, Perrot P. (1981).

2 « Casaque », dans Duckett W. (1853), Dictionnaire de la conversation et de la lecture…, Paris, M. Levy, vol. 4, p. 571 et Balzac H. de (1840), « La femme comme il faut », dans Les Français peints par eux-mêmes, encyclopédie morale du xixe siècle, Paris, Curmer, p. 31.

3  Delvau A. (1867), Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, Paris, Dentu, p. 423.

4 Dulaure J.-A. (1829), Histoire physique, civile et morale de Paris…, Paris, Guillaume et Cie, t. 3, p. 58.

5 Bibliothèque historique de la ville de Paris (BHVP), Documents éphémères, « Tailleurs », 1800-1850, publicité de Schindler.

6 « Des raccords », dans Raisson H. (1828), Code de la toilette, manuel complet d’élégance et d’hygiène, contenant les lois, règles, applications et exemples, de l’art de soigner sa personne, et de s’habiller avec goût et méthode, Paris, Roret, p. 149 et suiv.

7 Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris…, op. cit., p. 57.

8 Tillier C., « Belle-Plante et Cornélius », dans Tillier (1846), Œuvres complètes, Nevers, Sionest, p. 123.

9 Voir les faillites de tailleurs, Archives de Paris (AP), D11U3 et Annuaire Bottin Didot du commerce, années 1850.

10 Rapport présenté par M. Georges Villain au nom de la 2e commission sur diverses pétitions relatives au marché du Temple, Paris, Conseil municipal, 1892, p. 139.

11 « Vêtement », dans Chambre de commerce (1851), Statistique de l’industrie à Paris résultant de l’enquête faite par la chambre de commerce pour les années 1847-1848, Paris, Guillaumin et Cie.

12 Mornand F. (1855), La vie de Paris, Paris, Librairie nouvelle, p. 183-200.

13 « Marché du Temple », dans Société internationale de science sociale (Frédéric Le Play) (1878), Les Ouvriers des deux mondes : études sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières des diverses contrées, Tours, Mame, p. 312 et suiv. Il note : la rotonde « renferme en outre dans ses étages supérieurs, 200 logements occupés par des dégraisseurs […], des tailleurs, des cordonniers et autres ouvriers de divers corps d’état travaillant exclusivement pour les marchands du Temple ». Voir les calepins du cadastre, AP, D11U4.

14 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 136.

15 « Fripier », dans Dreyfus C., Berthelot A. (dir.) (1886), La Grande Encyclopédie…, Paris, Lamirault et Cie, p. 179-181.

16  Voir Hoggart R. (1973).

17  Sur le « chiffon bourgeois », voir « Les chiffonniers », Moniteur d’hygiène et de salubrité publique (1867), p. 245 ; pour une vision plus réaliste : « Chiffons. Chiffonniers », Dictionnaire de l’industrie manufacturière, commerciale et agricole (1833), Paris, Baillière, p. 583 et Faure A. (1977).

18 Dr Bunel, Projet de réorganisation du Temple, rapport au Préfet, 29 avril 1898.

19 Les syndics de faillite notent en quelques mois le « renouvellement complet des marchandises » de fripiers (AN, ET/XLIII/880, inventaire après décès, 1849 et AN, ET/XXXVII/612, inventaire après décès, 1850).

20 AP, Fonds du Mont-de-Piété, Cartons 13 et 60.

21 AP, minutes des ventes aux enchères, D1E/93-115.

22 Archives de l’Assistance publique et des hôpitaux de Paris, Comptes généraux des hôpitaux et hospices civils, 2M/1-30 et Archives de la préfecture de Police de Paris (APP), DB371, note du préfet Delessert, 24 octobre 1845. Pour les Douanes, voir BHVP, Documents éphémères, « Comptoirs des ventes ».

23 BHVP, Documents éphémères, « Habillement. Liquidations diverses ».

24 Mornand F. (1855), « La bourse du Temple », dans La vie de Paris, op. cit.

25 Le Tableau général du commerce de la France avec ses colonies et les puissances étrangères, Direction générale des Douanes, Paris, Imprimerie royale puis impériale.

26 « Vieux Habits ! Vieux Galons ! Réflexions morales et politiques d’un marchand d’habits de la capitale », dans Béranger P.-J. (1861), Chansons de Béranger, 1814-1835, Paris, Perrotin et Daumier, Le marchand d’habits, 1840.

27 AP, DQ10/369 et 370, années 1820.

28 « Vêtements confectionnés », dans Guillaumin et al. (1859-1861), Dictionnaire universel théorique et pratique du commerce et de la navigation, Paris, Guillaumin, p. 1759 et suiv.

29 AP, D3R4/20, lettre 39.

30 Monnier A., « Le Temple. Étude de mœurs parisiennes », Le Figaro, 15 mars 1857, p. 1-7.

31 Truquin N. (1977), Les aventures d’un prolétaire à travers les révolutions, Paris, Maspéro, p. 47 et suiv.

32 BHVP, Documents éphémères, « Habillement », publicité de Fortin, vers 1845. Voir en outre, les minutes de ventes de « costumes historiques de l’époque Louis XV et Louis XVI », Me Ridel, AP, D42E3/30-50.

33 « Vêtements confectionnés », dans Guillaumin et al., Dictionnaire universel…, op. cit.

34 Didron A. N. (dir.) (1863), « Incendie du Sérail », Annales archéologiques, 23, p. 158.

35 Pour une critique, voir Verley P. (1997), L’échelle du monde, Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, p. 149 et suiv.

36 Voir les testaments aux AN et par exemple de l’étude de Me Prudhomme, rue Gaillon, ET/CVIII.

37 AP, D14U3/1, liquidation judiciaire no 539, 23 mars 1849. « La fermeture, note le syndic, des principaux établissements industriels » en 1848, a fait perdre sa clientèle au fripier.

38 Société internationale de science sociale, Les Ouvriers des deux mondes…, op. cit., t. 5, p. 13 et 30.

39 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 136.

40 Voir les travaux en cours d’Alain Faure sur la blouse et les publicités à la BHVP, Documents éphémères, « Vêtements confectionnés ».

41 Nadaud M. (1998), Léonard, maçon de la Creuse, Paris, La Découverte, p. 71-72.

42 AP, D11U3/392, faillite no 324, juillet 1862, Delanoé, rue de L’École-de-Médecine.

43 « Casquette », dans Guillaumin et al., Dictionnaire universel…, op. cit.

44 Société internationale de science sociale, Les Ouvriers des deux mondes…, op. cit., t. 4, p. 315.

45 « Paris vécu. Le carreau du Temple », La Paix, 4 janvier 1893, p. 4.

46 Antonelle F. d’, « Le marché aux vieux linges », dans Antonelle (1834), Nouveau tableau de Paris au xixe siècle, Paris, Charles-Béchet, t. 1, p. 352 et suiv.

47 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 142.

48 Antonelle, « Le marché aux vieux linges », op. cit., p. 352 et suiv.

49 Monnier, « Le Temple. Étude de mœurs parisiennes », art. cité.

50 Rapport présenté par M. Georges Villain…, op. cit., p. 139.

51 Voir AP, minutes des ventes aux enchères, D1E/93-115 ainsi que les chroniques de Drouot, Eudel P. (1882-1888) L’hôtel Drouot et la curiosité, 1881-1888, Paris, Charpentier,

52 APP, Ordonnance du 4 germinal An X (25 mars 1802).

53 APP, Ordonnance du 25 juillet 1818.

54 APP, Ordonnance du 25 novembre 1812.

55 APP, DA52.

56 Rousseau P. J. (1829), « Chapitre IX. Du costumier », dans Rousseau, Code théâtral. Physiologie des théâtres : de l’auteur, du directeur, de l’acteur et de l’amateur contenant les lois, règles et applications de l’art dramatique, Paris, Roret.

57 Saverny M. de (1876), « Chapitre XII. Jeux et divertissements (La comédie au salon, la danse, le théâtre) », dans Saverny, La femme chez elle et dans le monde, Paris, Aux bureaux de la Revue de la mode.

58 AN, ET/XXXII/336, inventaire après décès de Garnier, 22 avril 1833.

59 Cabinet des Estampes du Musée Carnavalet, Jallais, 20 rue de Bruxelles, « Curiosité, antiquité, spécialité d’armes, coiffures, costumes militaires de toutes les époques. Location pour MM. les artistes », vers 1870 et AP, Fonds communaux, 14 AZ.

60 Voir aux AN, la série AJ/13 qui permet de suivre ces ventes et notamment AJ/13/567 pour les ventes en 1856 et 1860 « par suite de réforme d’environ 10 000 costumes en coton, soie, laine et velours » et aux AP, archives des Domaines, DQ12/5 et 95.

61  BnF, 8-V36-9903, « Vente de décors complets de féerie et de ballets, costumes… du Palace théâtre, 5 avril 1886 ».

62 Voir les nombreuses ventes d’« objets d’atelier », années 1870-1910 (AP, D1E/93-115).

63 Voir Caron J.-C. (2012), « Révolution, concurrence des pouvoirs et usurpation de fonctions. Le “général” Dubourg et les Trois Glorieuses », et notamment « Reconsidérer les acteurs : l’uniforme dans l’espace révolutionnaire », p. 17-36 et Deluermoz Q., Foa J. (2012), « Titulatures, positions sociales et mouvement révolutionnaire : les “usurpations de fonctions” communardes (1871) », dans Usurpations de fonction et appropriations du pouvoir en situation de crise (xixe-xxe siècle), en ligne sur le site du Centre d’Histoire du xixe siècle (CRHXIX), p. 59-74 (https://www.univ-paris1.fr/fileadmin/CRHXIX/ACTES_JOURNEE_DEF.pdf).

64 Blanc L. (1843), Révolution française : histoire de dix ans, 1830-1840, Bruxelles, Wouters et Cie, p. 165-166.

65 « Vêtements confectionnés », dans Guillaumin et al., Dictionnaire universel…, op. cit.

66 « Voyage dans le Fouta-Djalon… par Lambert M., lieutenant d’infanterie de Marine », Le Tour du Monde, 1861, p. 373.

67 « Comment j’ai traversé l’Afrique, de l’Océan atlantique à l’Océan indien, par le major Serpa Pinto », Le Tour du Monde, 1881 p. 204.

68 « Déguiser, masquer, travestir » dans Nouveau dictionnaire universel des synonymes de la langue française…, Paris, Aimé Payen, 1833.

69 Archives de la préfecture de Police de Paris, Registre BB1, 1856-1865.

70 Raffalovitch A. (1895), « L’uranisme. Inversion sexuelle congénitale. Observations et conseils », dans Lacassagne A., Tarde G., Archives d’anthropologie criminelle de criminologie et de psychologie normale et pathologique, t. X, Paris, Lyon, Masson, Stock, p. 106 et suiv.

71 Ibid., p. 126.

72  Voir Caron J.-C., « Uniforme(s) étudiant(s) ? », dans Caron (1991), Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le Quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin, p. 169 et suiv.

73  Voir par exemple les archives du marchand de curiosités Eugène Boban qui prête des costumes aux peintres, BnF, NAF 21476-21478 (1862-1908).

74 Dulaure, Histoire physique, civile et morale de Paris…, op. cit., t. 3, p. 69.

75 « Fripier », Dictionnaire de la conversation et de la lecture… (1836), Paris, Belin-Mandar.

76 Vallès J. (1970 [1881]), Le Bachelier, Paris, Garnier-Flammarion, p. 64.

77 Ibid., p. 208 et suiv.

78 Voir Chroniques du Paris Apache, 1902-1905, Paris, Mercure de France, 2008, introduction de Quentin Deluermoz.

79 Voir, par exemple, « Paris Apaches in Our Uniforme », New York Times, 31 janvier 1919.

80 Voir les rapports au ministère des Colonies, xixe siècle, Archives nationales d’outre-mer (ANOM).

81 Albéca A. d’, « La France au Dahomey », Le Tour du Monde, 1894, p. 88.

82 Baron De Witte (1913), Les deux Congos, Paris, Plon, p. 164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Charpy, « La veste retournée », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 99-118.

Référence électronique

Manuel Charpy, « La veste retournée », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2269 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2269

Haut de page

Auteur

Manuel Charpy

Manuel Charpy, ancien élève de l’ENS Cachan et agrégé, est chargé de recherche au CNRS/IRHIS, université de Lille 3 depuis 2011. Ses recherches portent sur l’histoire de la culture matérielle – vêtements, objets, images… – et des identités sociales en France, au Royaume-Uni et aux États-Unis au xixe siècle. Il est secrétaire de rédaction de la Revue d’histoire du xixe siècle et de la revue Modes pratiques. Histoire du vêtement. Il prépare actuellement un ouvrage sur la culture matérielle bourgeoise (Le Théâtre des objets. Espaces privés, culture matérielle et identité sociale à Paris au xixe siècle, à paraître chez Flammarion) ; un ouvrage sur l’histoire du portrait (Une image à soi. Histoire des usages sociaux du portrait au xixe siècle) et des ouvrages sur la mode et le vêtement. Il travaille à la production d’émissions radiophoniques et d’expositions.
Contact : manuel.charpy@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org