Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

Anamorphoses souterraines. Objets exhumés des égouts

Agnès Jeanjean
p. 119-131

Résumés

Cadavres d’animaux, or, bijoux, préservatifs, rats, fœtus, les choses trouvées au fond des collecteurs d’égouts donnent lieu à de nombreux récits de la part des travailleurs de l’assainissement. Ce qui en est dit ou fait s’articule à des points de vue sur le travail, la ville, les gens, la société, le vivant, le mort, le mort-vivant, le sexe, la peur et le désir. Nous observons des processus narratifs qui induisent des inversions de valeur, des retournements de situation.

Haut de page

Texte intégral

« Là, un cul de bouteille avoue l’ivrognerie, une anse de panier raconte la domesticité ; là, le trognon de pomme qui a eu des opinions littéraires redevient le trognon de pomme ; l’effigie du gros sou se vert-de-grise franchement, le crachat de Caïphe rencontre le vomissement de Falstaff, le louis d’or qui sort du tripot heurte le clou où pend le bout de corde du suicide, un fœtus livide roule enveloppé dans des paillettes qui ont dansé le mardi gras dernier à l’Opéra, une toque qui a jugé les hommes se vautre près d’une pourriture qui a été la jupe de Margoton ; c’est plus que de la fraternité, c’est du tutoiement. Tout ce qui se fardait se barbouille. Le dernier voile est arraché. Un égout est un cynique. Il dit tout » (Victor Hugo, L’intestin du Léviathan, 1862).

« Une chemise de femme, une nichée de petits chiens, un ballon d’enfant, de grosses boites de conserve, des épluchures de légumes, des morceaux de bois, du mâchefer » (Liste d’objets transportés par voie d’égouts, établie par les ouvriers chargés de l’entretien d’une station de pompage à Montpellier en 1933).

  • 1  Une partie des données présentées dans cet article est issue de mon ouvrage : Jeanjean, 2006.
  • 2 Poussin N. (2011), « La réorganisation de leur travail par les éboueurs : de la nécessité d’une pre (...)

1Les objets trouvés dans les égouts, ceux qui ressurgissent dans les stations d’épuration après avoir parcouru souterrainement la ville sont très présents dans les discours des agents de l’assainissement : « Les égouts, on y trouve de tout, on pourrait écrire des livres et des livres. Rien que sur ce qu’on y trouve » (égoutier montpelliérain) ; « Le soir mon père (égoutier niçois) ramenait des objets en or. Il avait une cassette à la maison, un petit coffre rempli de bijoux et d’or remontés des égouts » (fils d’égoutier lors d’un bistrot des ethnologues). Ils suscitent également la curiosité de ceux qui ne sont jamais descendus en égouts mais imaginent : « Alors c’est vrai qu’on trouve parfois des crocodiles ? Des armes ? Des cadavres ? » Depuis le début des années 1990 et jusqu’en 2006, j’ai régulièrement accompagné les travailleurs montpelliérains de l’assainissement dans leurs activités quotidiennes. J’ai également rencontré ceux de Nice (2003), de Paris (2013) et de Rabat (2000-2002). Je n’ai jamais assisté à une seule trouvaille miraculeuse. J’ai en revanche recueilli de nombreux récits et vu des objets divers exhumés des égouts1. Parmi les travailleurs des déchets, les éboueurs, comme le montre Nadine Poussin (Poussin, 2011), opèrent des catachrèses. Ils transforment « les déchets dont ils sont chargés de débarrasser les rues en outils leur permettant de faire ce travail2 ». Ils récupèrent, réparent, modifient certains des objets qu’ils trouvent dans les poubelles. La seconde vie de ces derniers dit la réversibilité des déchets. Leur reprise en main, l’attention portée à leur valeur d’usage, leur réintroduction sous forme d’outils dans le procès de travail ou leur introduction dans les sphères familiale et amicale, les dons dont ils peuvent être l’objet, participent d’une réhabilitation du travail et du travailleur. Celui-ci non seulement fait preuve d’habileté technique en transformant ou réparant des objets cassés. Mais il montre également combien, à l’instar des travailleurs eux-mêmes, ce qui est rejeté n’est pas toujours justement traité, revêt de la valeur et peut être, selon les cas, neuf, beau, utile, abusivement gaspillé, économiquement intéressant (Jeanjean, 2011a).

2Il n’en va pas tout à fait de même dans les égouts. Hormis pour deux types d’objets que nous évoquons un peu plus loin, il est difficile voire impossible de parler de récupération et de réversibilité. Il n’est toutefois pas interdit de s’intéresser à ce que les travailleurs des égouts font des choses diverses qui circulent ou reposent dans les canalisations, au regard qu’ils portent sur elles, aux places qu’ils leur attribuent, aux récits qu’ils élaborent à leur propos. Nous envisagerons ici ces actions comme autant de « transformations » dont nous considérerons les dimensions expressives et fantasmatiques. Nous verrons que la figure du retournement est très présente. Pour avancer dans notre réflexion, nous ne nous limiterons pas aux artefacts. Nous prêterons également attention à la faune et à la flore. Nous distinguerons tour à tour différentes choses plus ou moins inanimées, plus ou moins mobiles, plus ou moins dégradées, qui donnent lieu à des élaborations spécifiques, à des figures distinctes mais récurrentes. Nous les évoquerons une à une au fil de ce texte. Le propos sera ponctué de citations de Victor Hugo. Ces extraits de L’intestin du Léviathan font absolument écho aux propos des égoutiers. Les artefacts historiquement situés diffèrent, mais les mots sont très proches. Il est des invariants frappants dans la pensée de l’en-dessous.

La beauté des égouts : des gestes techniques, des pierres

« On crut reconnaître çà et là, notamment sous le Palais de Justice, des alvéoles d’anciens cachots pratiqués dans l’égout même. In pace hideux. Un carcan de fer pendait dans l’une de ces cellules. On les mura toutes. […] Sous le long couloir cintré qui aboutit à l’Arche-Marion, une hotte de chiffonnier, parfaitement conservée, fit l’admiration des connaisseurs. »

3Dans les égouts, certains objets provoquent des émotions esthétiques positives. Les égoutiers ont parfois le sentiment de côtoyer l’histoire et ses splendeurs conservées intactes sous la ville, à l’abri de la lumière, de la pollution automobile et des actes de vandalisme :

Ce sont des pierres de tailles. Elles ont été récupérées au moment de la construction du collecteur mais c’était celles d’une église détruite par les protestants pendant les guerres de religion. Regarde comme elles sont belles, le travail de taille est admirable. Ici elles ne sont pas attaquées par la pollution et mieux conservées qu’à l’air libre. Ces voûtes sont magnifiques. (égoutier montpelliérain).

4Les égouts donnent accès à une vision unique de la ville qui est parfois présentée comme un point de vue privilégié. Dans les égouts, on peut croiser la beauté, la douceur. On rencontre des objets qui sont le produit de beaux gestes techniques. C’est le cas des pierres de taille mais aussi de certains dispositifs techniques qui révèlent l’habileté de ceux qui les ont établis, donnent à voir des procédés et des matériaux anciens et procurent un plaisir esthétique certain. Les travailleurs des égouts expriment souvent l’idée selon laquelle leur travail n’est jamais vu : « Pourquoi faire des joints entre les pierres, de beaux joints quand on sait que personne ne les verra, qu’on travaille pour la merde ? » (maçon). À la suite de François Sigaut, bien des auteurs ont montré combien l’action technique était importante dans la construction des sujets. Notamment parce qu’elle induit une reconnaissance par le faire (Sigaut, 1992). Il est par ailleurs admis que le jugement de beauté en ce qui concerne un geste technique peut être émis essentiellement par ceux qui partagent le métier, le savoir-faire. Dans le cas des égouts, nous avons affaire à des activités socialement repoussées, invisibilisées, placées hors du regard des citadins. Dès lors, seuls ceux qui descendront dans les collecteurs, qui passeront outre le dégoût et la crainte sans se laisser abuser par une vision fantasmée et aveuglante de l’en dessous, seront à même de voir le travail, de juger de sa qualité, de reconnaître les mérites de ceux qui l’ont réalisé. D’où, très certainement, l’insistance avec laquelle les égoutiers évoquent cet aspect de leurs visites en égouts, d’où, également, la force des émotions esthétiques éprouvées. Non seulement le geste technique est beau et parfois très ancien, mais celui qui le regarde est l’unique témoin – qui plus est éphémère – de cette beauté. Il est le seul à pouvoir la reconnaître parce qu’il partage avec son prédécesseur une connaissance de l’en-dessous ainsi que les savoir-faire qui se déploient à partir de cette expérience. Ici les égoutiers se comparent parfois à des archéologues. En parcourant les égouts, ils font exister un monde enfoui et ce monde renferme de la beauté. Certains espèrent qu’un jour un égoutier des temps futurs portera une attention équivalente à leur travail, l’exhumera en quelque sorte, le temps d’un regard.

5Nous venons ici d’évoquer des objets techniques, mais les égouts en tant que milieu physique spécifique produisent des formes, déforment ce qui s’y trouve, ce qui y tombe. C’est le cas d’une concrétion calcaire qu’un chef de service conservait, bien en vue, dans son bureau. Là encore, il était question de beauté : « c’est une stalactite de merde, c’est très joli » se plaisait-il à dire, non sans provocation, aux visiteurs qui l’interrogeaient. À travers cette chose remontée des égouts et ainsi exposée sur une étagère, l’essentiel était dit quant au point de vue défendu par cet homme sur son travail, sur les égouts et les excréments. Le travail dans les égouts est souterrain, transgressif, il conduit à regarder ce dont habituellement on se détourne et à trouver beau ce qui n’inspire ailleurs que du dégoût. Ce dernier objet ainsi mis en scène relève de la géologie, il renvoie à un phénomène naturel en quelque sorte ; une nature des profondeurs urbaines, une vie souterraine plongée dans l’obscurité.

Un bestiaire

« Quelques trouvailles furent bizarres ; entre autres le squelette d’un orang-outang disparu du Jardin des Plantes en 1800, disparition probablement connexe à la fameuse et incontestable apparition du diable rue des Bernardins dans la dernière année du dix-huitième siècle. Le pauvre diable avait fini par se noyer dans l’égout. »

  • 3 Barroco M., Fayolle V. (2001), « Mondes souterrains, légendes urbaines et méta-destination : vers u (...)
  • 4 Thomas L-V. (1993), Mélanges thanatiques, Paris, L’Harmattan, p. 33-50.

6Cette vie souterraine fait également partie des « trouvailles » dont parlent les égoutiers. Des créatures quasiment fantastiques sont évoquées, des animaux étranges, souvent albinos. Ainsi, un technicien racontait qu’un jour, au fond d’une conduite, il avait découvert une cavité profonde au fond de laquelle glissaient des anguilles blanches et aveugles : « Au fond des égouts on voit des animaux particuliers. Très différents de ceux qu’on rencontre à la surface. Ils se développent dans l’obscurité et ne voient jamais le jour. Alors ça donne des espèces spéciales aveugles et blanches » (égoutier). Il est parfois également question d’un rat énorme et blanc lui aussi, un rat que quelqu’un aurait vu… À Montpellier, les égoutiers s’interrogeaient sur la présence de crocodiles ou d’alligators dans les égouts de Paris ou de New York. Toutes ces évocations (alligators, aveugle, albinos ou blanc, animaux domestiques abandonnés) sont en correspondance avec les éléments d’une légende urbaine signalée par Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard (Campion-Vincent et Renard, 2002) mais aussi par Michel Barroco et Vincent Fayolle (Barroco et Fayolle, 2001). Il y est question d’alligators ou de crocodiles achetés comme animaux familiers puis évadés ou jetés dans les égouts alors qu’ils sont encore de petite taille, mais commencent à devenir encombrants pour leur propriétaire. Selon ces auteurs, cette légende circulerait à New York depuis les années 1930 et correspondrait à « un fait divers new-yorkais datant de 1935 où des témoins ont croisé des alligators soit à la sortie d’une bouche d’égouts, soit dans une station de métro, soit, enfin, dans les fleuves Bronx et East River. Une campagne d’éradication a suivi en 19363 ». Ces animaux ne sont pas ordinaires, certains relèvent d’un bestiaire fantastique et disent combien les égouts sollicitent les fantasmes. Il en va de même des rats. Lorsqu’ils ne sont pas blancs, aveugles ou gros comme des caniches, les rats sont plutôt fréquents dans les égouts et on en croise quelques-uns à chaque descente. Les rats sont, selon les égoutiers, particulièrement résistants, étonnants et intelligents. Les travailleurs de l’assainissement établissent quelquefois des rapprochements entre eux et cet animal dont la sociabilité et la résistance forcent leur admiration (Jeanjean, 2006). Ils pensent que, comme eux, à force de fréquenter les déchets, les rats sont « immunisés contre les maladies transmissibles ». « Ils doivent être immunisés avec les virus qui passent dans les égouts, c’est pour ça qu’ils ne crèvent jamais », pense Florent. Ils considèrent également que, comme eux, les rats sont dotés de pouvoirs psychologiques sur leurs semblables. Tout comme les égoutiers, le rat manipule psychiquement ses congénères, fait peur aux humains, circule sous terre, connaît intimement les déchets et les dessous de la ville. Louis-Vincent Thomas note que les rats épousent parfaitement certains de nos fantasmes à savoir la peur du pullulement, l’horreur de la saleté « incompatible avec une civilisation du propre » et « la hantise du caché, le rat étant un animal qui peut surgir de n’importe où sans que l’on s’y attende ». Selon lui, si les rats sont l’objet de fantasmes et porteurs d’angoisse c’est bien parce qu’ils nous ressemblent et se prêtent à ce que « nous leur attribuions nos propres tares pour mieux nous en déculpabiliser », « […] ce qui pourrait bien expliquer la haine qu’on leur voue tant il est vrai que l’être détesté n’est pas le totalement autre, mais le presque-soi4 ». Certains égoutiers, comme nous venons de le voir, expriment une admiration pour les rats auxquels ils s’identifient parfois, sans en avoir peur, sans les rejeter mais en les affrontant. Les rats sont propices au développement de récits de luttes plus ou moins héroïques. Il est aussi dans les égouts des formes de vie plus douces que les égoutiers se plaisent à contempler ou évoquer. Un technicien montpelliérain passait délicatement sa main sur les moisissures blanches qui se développaient dans les collecteurs. Il admirait leur taille et leur délicatesse et, ne pouvant les ramener à la surface au risque de les voir s’étioler, prenait parfois plaisir à les photographier au flash. Les égoutiers de Montpellier disaient trouver des tortues d’eau et des poissons rouges rejetés dans les égouts par des propriétaires lassés d’avoir à s’en occuper. Ces trouvailles sont exceptionnelles et elles suscitent l’intérêt des travailleurs de l’assainissement. Ces animaux sont ordinaires, normaux, mais rencontrer la vie au fond des collecteurs ne l’est pas forcément tant la mort y est présente.

La mort et le sexe

« On reconnut que ce qu’on avait sous les yeux était un morceau du linceul de Marat […] Bruneseau passa outre. On laissa cette guenille où elle était ; on ne l’acheva pas. Fut-ce mépris ou respect ? Marat méritait les deux. Et puis, la destinée y était assez empreinte pour qu’on hésitât à y toucher. D’ailleurs, il faut laisser aux choses du sépulcre la place qu’elles choisissent. En somme, la relique était étrange. Une marquise y avait dormi ; Marat y avait pourri ; elle avait traversé le Panthéon pour aboutir aux rats de l’égout. Ce chiffon d’alcôve, dont Watteau eût jadis joyeusement dessiné tous les plis, avait fini par être digne du regard fixe de Dante. »

  • 5 Dégrilleur (n. m) : Grille disposée en certains points du réseau d’assainissement (déversoirs d’ora (...)

7Les ténèbres et le sous-sol renvoient à l’idée de la mort. Cette dernière est dans les esprits des travailleurs. Certains disent redouter de trouver un cadavre au fond d’un collecteur. « Je sens parfois une odeur de charogne et alors à ce moment-là je me dis : “ça y est tu es bon, cette fois ça en est un (cadavre humain)”. Alors j’avance avec l’angoisse et puis c’est un cadavre de rat et là je suis soulagé. » ; « Je croise les doigts pour arriver jusqu’à la retraite sans être tombé sur un cadavre » (égoutiers). Aucun de ceux que j’ai connus n’a fait une telle découverte. Toutefois un agent de station d’épuration raconte qu’un jour il a trouvé un doigt dans un dégrilleur5. Un autre évoque un ami qui a connu la même expérience :

Un vrai doigt d’homme. La peur de sa vie. Même encore il ne s’en est pas remis. Il l’a laissé filer, il ne l’a pas signalé parce qu’il a eu peur d’avoir des ennuis. Moi je crois quand même que je l’aurais signalé. Quand on voit tous ces gens à la télévision qui recherchent des proches disparus…

8Le même dit sa frayeur la fois où il a vu flotter une main à la surface d’un bac de décantation. Une main gantée. Il s’est approché et a tiré « l’objet » avec une perche, hésitant à appeler la police. Il s’est alors rendu compte qu’il s’agissait simplement d’un gant Mapa. Sans doigts à l’intérieur, sans corps au bout. Louis Sébastien Mercier signalait au xviiie siècle que l’on trouvait dans les fosses d’aisances des cadavres découpés en morceaux et régulièrement les agents de l’assainissement expliquent que les égouts peuvent constituer un lieu idéal pour qui souhaite se débarrasser d’un cadavre, masquer un crime. S’ils n’ont jamais été confrontés à un cadavre d’humain adulte, ils découvrent en revanche régulièrement des cadavres d’animaux et plus particulièrement des nichés de chiens et de chats tués par leurs propriétaires avant d’être jetés dans l’égout. Ils croisent également des cadavres de rats. Certains retraités se souviennent avoir trouvé, dans les années 1980, un fœtus humain dans le dégrilleur de la station d’épuration. L’ancien directeur de la station l’avait signalé aux autorités policières. Une enquête avait été lancée. Les premiers inquiétés furent, selon leurs dires, les employés de la station. Certains expliquent ainsi l’air mystérieux qu’ils prennent dès que ce sujet est abordé : « On n’a plus envie de signaler quoi que ce soit. » Les égoutiers évoquent par ailleurs des temps anciens où l’on trouvait des fœtus sous un couvent. Ce récit leur a été rapporté par d’autres égoutiers qui, eux-mêmes, le tenaient de leurs prédécesseurs, il se retrouve à Besançon (Guigo, 1992) et participe des légendes urbaines alimentées par quelques faits divers bien réels. À Montpellier, les agents les plus anciens considéraient que les fœtus étaient moins nombreux dans les égouts, depuis la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse.

  • 6 Nous retrouvons là deux thèmes : pénétration et dévoration relevés par S. Freud dans L’homme aux ra (...)

9La mort dans les égouts est redoutée, elle peut être étrange, inquiétante parce que les cadavres baignant dans les eaux usées prennent des teintes spécifiques, parce que les égouts sont souterrains comme les catacombes – parfois même ils passent sous les cimetières – parce qu’il peut s’agir de morts cachées, de cadavres jetés sans sépulture, de crimes enfouis, mais également parce qu’il peut arriver d’observer des morts étonnantes qui donnent lieu à des histoires comme celle du rat qui s’était suicidé dans un préservatif. En effet, à l’occasion d’une visite en égouts, un groupe de cadres montpelliérains a un jour trouvé un rat mort à l’intérieur d’un préservatif. Cette trouvaille surprenante a donné lieu à des spéculations. Certains ont avancé des explications aux allures rationnelles mais aux implications toujours un peu inquiétantes et non sans écho avec quelques textes classiques de la psychanalyse : « Quelqu’un l’y a mis […] faut être un peu tordu » ; « Le rat a dû entrer dans le préservatif pour manger le sperme qui s’y trouvait, et puis il n’a pas pu ressortir » (cadres de l’assainissement)6. Ces interrogations ont par ailleurs débouché sur une histoire régulièrement évoquée des mois et des mois après : l’histoire d’un rat si triste qu’il avait fini par se suicider en allant s’asphyxier dans un préservatif. Ici sont réunis deux éléments emblématiques des égouts selon ceux qui y travaillent : les rats et les préservatifs. Ainsi l’exprimait un chef de service attablé devant une choucroute lors d’un repas au restaurant : « Si on faisait visiter les égouts, on monterait un restaurant, on y servirait le plat typique : le rat en papillote dans un préservatif. » Les rats sont dits « increvables », les préservatifs, très résistants, sont nombreux dans les égouts. Ils ne se dissolvent pas dans l’eau. Leur accumulation dans les dégrilleurs ou les pompes pose des problèmes techniques. Ils finissent par constituer une matière solide qui peut entraver le bon fonctionnement de ces dispositifs. « Les préservatifs c’est un vrai problème. Il y en a énormément dans les égouts. Ça s’accumule autour des pompes et ça fait une véritable matière qui bloque les flotteurs. Parfois il faut scier des mètres de préservatifs ainsi agglomérés » (égoutier chargé de l’entretien des pompes). Tout comme il est difficile d’éliminer les rats, il est compliqué de se débarrasser des préservatifs. Les retraités montpelliérains considéraient que les préservatifs étaient plus nombreux avant que la pilule contraceptive ne soit mise en circulation. Ils disaient avoir noté une diminution suivie d’une recrudescence. Toutefois, certains s’inquiétaient de ne pas avoir observé d’augmentation considérable depuis que, face à la menace du virus HIV, des campagnes de sensibilisation avaient été lancées en faveur de l’utilisation de préservatifs. Henri, un agent de station, envisageait (en 1998) d’aller demander à un pharmacien si les ventes avaient augmenté.

10La présence massive de préservatifs indique, par ailleurs, que dans les égouts circulent d’autres substances que les eaux de ménage et les excréments. Dans les égouts circule aussi du sperme. Le sang menstruel est quelquefois mentionné. Il est rendu manifeste par la présence problématique de serviettes et de tampons périodiques qui parfois obstruent les conduites. Ici c’est de sexualité dont il est question. Si l’on pense également aux récits évoquant des fœtus, la sexualité manifeste dans les égouts est une sexualité non procréatrice, voire subversive – le récit relatif aux fœtus rejetés sous les couvents, illustre parfaitement cette idée.

11On peut voir dans tous les éléments qui viennent d’être évoqués au fil de ce paragraphe, une dimension mythique ou fantasmatique établissant des rapports entre le monde souterrain des égouts et la révélation de funestes secrets. Les travailleurs des égouts expriment régulièrement l’idée selon laquelle on trouve dans les égouts des objets qui trahissent des comportements illicites. Nous venons de le voir en ce qui concerne la mort et le sexe mais il est d’autres objets qui renvoient vers d’autres gestes.

Les égouts, c’est la vérité

« Dans ce lieu livide, il y a des ténèbres, mais il n’y a plus de secrets. »

12Dans les égouts sont parfois jetés des « armes du crime », des sacs, des portefeuilles après que ceux-ci aient été dépouillés. Les égoutiers en découvrent quelques-uns dans les bouches d’égouts, ou dans les dégrilleurs des stations d’épuration. Ils trouvent aussi des seringues et disent parfois redouter d’attraper le Sida. Il leur arrive d’informer la police pour signaler un objet volé. Ces objets qui désignent un délit permettent de retrouver les victimes davantage que les coupables. Ils disent toutefois l’existence du crime et, dans le cas des seringues, des addictions. Ils disent que les égouts ne sont pas muets, ces derniers parlent et réfléchissent la société. L’idée selon laquelle ils en donnent à voir et à penser la face sombre est souvent exprimée par les travailleurs des égouts. Nous avons déjà fait ce constat à propos des préservatifs et des fœtus qui conduisent les agents à s’interroger sur l’évolution de la société. Les travailleurs de l’assainissement s’intéressent aussi aux pratiques de consommation. Il est des choses plus anodines qui, après avoir circulé en égouts, reviennent à la surface dans les dégrilleurs. Les hommes interprètent, analysent et disent en retirer des connaissances « sociologiques ». « On sait des choses sur la vie des gens, la société. À la station, on a un regard là-dessus. » Ainsi, un technicien de station d’épuration expliquait : « On voit passer des légumes, des petits pois, des carottes… Mais ça a changé, on en voit tout le temps, avec les conserves et les congelés, les importations, les cultures sous serres on n’arrive plus à suivre les saisons. Avant c’était possible. » Lorsqu’ils reviennent à la surface après avoir circulé dans les eaux sales sous la ville, les objets peuvent faire sens, reprendre vie. Certains retrouvent même leur identité. Une identité toutefois problématique car marquée par leur passage en égout. C’est le cas des graines de tomates.

La vie des tomates ou la fertilité des eaux usées

13Les graines de tomates ne sont pas altérées par le processus digestif, et leur cheminement dans les égouts ne leur ôte pas leur capacité germinative. Lorsque le terrain et le climat s’y prêtent, des plants de tomates poussent dans les stations d’épuration. À Montpellier, l’ancien directeur de la station raconte que les agents avaient pour habitude de cultiver ces plants dans un espace réservé.

On avait nos plants de tomates, on avait installé des planches de culture là et on repiquait les plants. Les plants de tomates ça ne manquait pas, on faisait notre production, on avait aussi un chien. On avait finalement développé une sorte de vie de famille, de vie collective autonome à l’intérieur de la station.

14Certains agents, généralement les plus anciens, récupèrent des plants lorsqu’ils ont des jardins. À Antibes, on trouve des pieds de tomates mais également de courgettes « c’est très joli quand tout est en fleur » (agent station d’épuration). À Lunel dans l’Hérault, le gardien de la station d’épuration explique : « Il vous faudra venir un peu plus tard. Vous verrez au printemps, là c’est un champ de tomates, on est envahi. » Le phénomène est très répandu et il est même connu de certains citadins, amis, voisins qui viennent dans les stations chercher des plants. Ces derniers sont dits très résistants et bien portant. Ces qualités sont attribuées au substrat dans lequel ils prennent racine, un substrat riche et fertile. À Lunel, l’agent explique que les pieds de tomates sont particulièrement hauts, beaux. Que leurs tiges sont particulièrement épaisses, pas ordinaires. À Montpellier, les agents s’interrogeaient à propos des espèces de tomates présentes :

On trouve différentes sortes, des grosses pour farcir, des plus petites pour la salade, des tomates cerise, on trouve aussi beaucoup de Roma, de plus en plus de tomates pointues. Celles-là, ce sont des tomates pour la conserve, issues des conserves. On en trouve davantage dans les stations des grandes villes. Les gens n’ont pas de jardin. Ils mangent des conserves. À la campagne, c’est autre chose.

15Là encore cet agent retire de ses observations une réflexion à caractère sociologique. Les plus jeunes s’interrogent à propos de la récupération de ces plants et de la consommation des tomates qu’ils produisent.

Moi je n’en mangerais pas, ça me dégoûterait de savoir par où c’est passé. C’est quand même pas très ragoûtant, pas appétissant et puis on ne sait pas dans l’égout il peut passer des microbes… Je ne pourrais pas. Pourtant il y a deux petits vieux qui viennent chaque année me demander s’ils peuvent prendre des plants. Bien sûr ils peuvent. Il y en a un qui arrive sur son vélo et il se sert. Il a le choix. C’en est farci !

16Ici, il est question du dégoût, de cet affect très présent aux abords des égouts et des contacts professionnels avec les eaux usées (Jeanjean, 2011b). Manger ou ne pas manger les tomates, être dégoûté, dit la distance établie ou non avec l’activité de travail, cela dit également des modes d’engagement et une facilité plus ou moins grande à accepter le travail et ses conditions d’exercice. Toujours est-il que les plants de tomates donnent potentiellement lieu à des pratiques de récupération, ce qui n’était absolument pas le cas des « choses » évoquées jusqu’ici. Il est cependant un autre type d’objets récupérés voire même recherchés dans les dégrilleurs des stations ou au fond des collecteurs : les objets en or ou en argent, les pièces de monnaie.

L’or des égouts

« Partout, la vase, que les égoutiers en étaient venus à manier intrépidement, abondait en objets précieux, bijoux d’or et d’argent, pierreries, monnaies. Un géant qui eût filtré ce cloaque eût eu dans son tamis la richesse des siècles. »

17À Montpellier, dans chaque camion hydrocureur, les égoutiers conservaient quelques pièces de monnaie et parfois un ou deux bijoux sans valeur, trouvés dans les égouts. Certains, lorsqu’ils avaient le temps, tamisaient les boues de vidange des hydrocureuses afin de récupérer les pièces et objets de valeurs éventuellement aspirés lors d’un curage. Les agents de la station d’épuration les avaient surnommés les « chercheurs d’or ». Un égoutier de Paris raconte qu’avec quelques-uns de ses collègues (des anciens), il creusait des cuvettes dans les fonds des égouts, à certains endroits. Ces cavités retenaient les petits objets lourds. Ils venaient ensuite les fouiller à l’aide d’une cuillère afin d’y récupérer des pièces de monnaie ou des bijoux. Michel évoque le jour où, en compagnie d’un collègue de travail, il a trouvé une bague sertie de diamants. Ils l’ont revendue immédiatement au bijoutier le plus proche et ont partagé l’argent (500 euros environ). Je n’ai pas pu vérifier ce récit mais j’en ai recueilli bien d’autres à propos de bijoux, et plus particulièrement d’alliances, retrouvées au fond des collecteurs. « Les gens en se lavant les mains, perdent leurs bagues et pour peu qu’elles ne soient pas bloquées dans le siphon elles se retrouvent dans l’égout » (égoutier). Selon les dires de mes interlocuteurs, les pièces récoltées sont utilisées, les bijoux de peu de valeur conservés dans les camions, dans les poches ou donnés aux enfants. Les bijoux de valeur, quant à eux, sont revendus. Certains quartiers sont dits plus propices à ce genre de découvertes et parfois cela s’accompagne de jugements à caractère xénophobe : « Les Maghrébins ont plein d’or, dans ces quartiers on trouve de l’or et des graisses, c’est beaucoup plus graisseux, beaucoup plus sale qu’ailleurs, souvent bouché » (égoutier montpelliérain). Certains égoutiers niçois considèrent qu’à Nice les égouts recèlent plus d’or qu’ailleurs. Ceci serait lié à la sociologie de la population niçoise, une ville dans laquelle les « riches » seraient plus nombreux que dans d’autres villes françaises. Les travailleurs articulent leur propos à une vision du monde et de la place qu’ils y occupent. Toujours est-il qu’à Nice ou ailleurs les pièces et les bijoux font parti des trouvailles valorisées et souvent énoncées même si elles ne sont pas extrêmement fréquentes. Et les égoutiers expliquent que s’il y a de la merde au fond des collecteurs on y trouve aussi de l’or. L’excrément se change en or, l’or provient de l’ordure. Ici nous rencontrons un des projets de l’alchimie et une inversion de valeur caractéristique des représentations que les égoutiers déploient à propos de leur activité (Jeanjean, 2006).

18À l’issue de ce tour d’horizon, il apparaît que les choses trouvées au fond des collecteurs d’égouts ou dans les stations d’épuration, même si elles sont rares, relèvent de la légende urbaine, donnent lieu à de nombreux commentaires de la part des travailleurs de l’assainissement. Ce qui en est dit et/ou fait s’articule à des points de vue sur le travail, la ville, les gens, la société et la place qu’ils y occupent, le vivant, le mort, le mort-vivant, le sexe, la peur et le désir. Nous y retrouvons des thèmes, des valeurs, des figures et des angoisses récurrents dès lors qu’il s’agit de penser le travail en égouts : l’angoisse de la mort, l’étrangeté de la vie souterraine, les secrets funestes… mais aussi des figures d’inversion, soutenues par des procédés narratifs, notamment en ce qui concerne l’or des égouts, la beauté des stalactites ou encore la vie au fond des collecteurs. Les travailleurs défendent par ailleurs l’idée selon laquelle la fréquentation des égouts et l’observation de ces objets leur confèrent des savoirs sur les gens, la société. Ils ont le sentiment de connaître un aspect de la vérité auquel ils sont les seuls à avoir accès. Ceci parfois leur apparaît comme un privilège, d’autres fois comme une revanche. Un juste retournement des choses…

Haut de page

Bibliographie

Barroco M., Fayolle V. (2001), « Mondes souterrains, légendes urbaines et méta-destination : vers une dynamique des genres narratifs », Sociétés, 73, p. 87-98 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-societes-2001-3-page-87.htm, consulté le 5 juillet 2014).

Campion-Vincent V., Renard J.-B. (2002 [1998]), Légendes urbaines : rumeurs d’aujourd’hui, Paris, Payot.

Freud S. (1974 [1907-1908]), L’homme aux rats : journal d’une psychanalyse, Paris, PUF.

Guigo D. (1992), L’eau et la propreté à Besançon, hier et aujourd’hui : approche ethnologique des services urbains, rapport de recherche ministère de la Recherche et de la Technologie, Centre national de la fonction publique territoriale, ministère de l’Équipement, du Logement, de la Mer et des Transports.

Hugo V. (1862), « L’intestin du Léviathan », dans Les misérables, t. 5, livre II, chapitre 2.

Jeanjean A. (2006), Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts, Paris, Éditions du CTHS (Le regard de l’ethnologue).

Jeanjean A. (2011a), « Entre contagion, secret et transmission, ce que l’on se passe aux abords des déchets », conclusion, dans Coortel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Paris, Éres, p. 279-303.

Jeanjean A. (2011b), « Travailler à la morgue ou dans les égouts : que faire du dégoût », Ethnologie française, 1, p. 59-66.

Mercier L.-S. (1990 [1781-1788]), Paris le jour, Paris la nuit, Tableau de Paris, Paris, Robert Laffont.

Poussin N. (2011), « La réorganisation de leur travail par les éboueurs : de la nécessité d’une prescription pour pouvoir y répliquer », dans Coortel D. et Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Paris, Éres, p. 191-205.

Sigaut F. (1992), « Le triangle du sens. À propos de Boris Cyrulnik, La Naissance du sens », Techniques & culture, 19, Itinéraires, escales, p. 201-209.

Thomas L.-V. (1993), Mélanges thanatiques, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1  Une partie des données présentées dans cet article est issue de mon ouvrage : Jeanjean, 2006.

2 Poussin N. (2011), « La réorganisation de leur travail par les éboueurs : de la nécessité d’une prescription pour pouvoir y répliquer », dans Coortel D., Le Lay S. (dir.), Les travailleurs des déchets, Paris, Éres, p. 197.

3 Barroco M., Fayolle V. (2001), « Mondes souterrains, légendes urbaines et méta-destination : vers une dynamique des genres narratifs », Sociétés, 73 (en ligne : http://www.cairn.info/revue-societes-2001-3-page-87.htm, consulté le 5 juillet 2014).

4 Thomas L-V. (1993), Mélanges thanatiques, Paris, L’Harmattan, p. 33-50.

5 Dégrilleur (n. m) : Grille disposée en certains points du réseau d’assainissement (déversoirs d’orages, stations de relèvement, entrée de station d’épuration…) et qui permet de retenir les gros objets charriés par les eaux usées.

6 Nous retrouvons là deux thèmes : pénétration et dévoration relevés par S. Freud dans L’homme aux rats (1974).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Jeanjean, « Anamorphoses souterraines. Objets exhumés des égouts », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 119-131.

Référence électronique

Agnès Jeanjean, « Anamorphoses souterraines. Objets exhumés des égouts », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2289 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2289

Haut de page

Auteur

Agnès Jeanjean

Agnès Jeanjean est maîtresse de conférences en ethnologie à l’université de Nice Sophia-Antipolis, membre du Laboratoire d’anthropologie et de psychologie cognitives et sociales (LAPCOS E.A. 7278), MSHS Sud-Est. Ses travaux portent plus particulièrement sur les habitats hors normes, les déchets urbains, les transformations contemporaines du travail et les activités en contact avec des substances socialement refoulées. Dernière publication, en collaboration avec Hervé Guy et Anne Richier, « Le cadavre en procès », Techniques & culture, 60, mai 2013.
Contact : jeanjean@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org