Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

Objets à front renversé. Archéo-anthropologie d’un dépotoir céramique

Thierry Bonnot
p. 133-145

Résumés

Cet article s’appuie sur une enquête de terrain de longue durée dans la région du Creusot et de Montceau-les-Mines, en Bourgogne, menée avec un collectionneur sur l’industrie céramique locale en activité aux xixe et xxe siècles. Thierry Bonnot montre comment la découverte et la fouille d’un dépotoir industriel d’une entreprise fermée en 1957 vont bouleverser ses relations, son appréhension des objets et ses perspectives méthodologiques. Cette expérience souligne combien le cheminement social et symbolique des choses est indissociable des évolutions des hommes qui se les approprient.

Haut de page

Texte intégral

1Travailler sur les mêmes objets matériels plusieurs années durant, dans le cadre ou sur les marges des activités d’un musée, permet de suivre les évolutions du statut patrimonial de ces objets, les variations de la perception qu’en ont leurs usagers, les apports constants des passionnés et amateurs à la connaissance de la thématique en question. C’est une expérience que partage le chercheur qui s’attache à ces objets tout en étudiant les modalités de l’attachement d’autres individus aux mêmes objets. La recherche ne peut pas être un exercice solitaire et, même s’il s’agit d’étudier un ensemble d’objets, le travail concret de l’ethnologue de musée n’est pas exclusivement fait de collecte, de classement ou de typologie à mettre en œuvre dans la solitude du cabinet de travail. Il s’agit aussi de dialoguer, de recueillir des témoignages, de faire résonner objets et mémoires.

2Comme toute relation, celle qui unit le chercheur à ses interlocuteurs sur le terrain (relation maintes fois analysée par l’ethnologie) subit des à-coups, des moments de flottement, des ellipses et des renouveaux. C’est d’abord à une évolution de ce genre que je souhaite ici me consacrer, de celles qui renforcent un dialogue en modifiant sa nature. Mais c’est aussi une mutation profonde de la connaissance des objets, un changement décisif de notre perception d’un ensemble de produits céramiques qui m’intéresseront dans ce texte. Comment la découverte et l’étude d’un dépotoir sont-elles parvenues à remettre en cause notre connaissance ? Comment avons-nous, au final, appris quelque chose sur leur propre histoire à ceux que nous considérons comme des informateurs ?

Une rencontre et des objets

  • 1 Sur l’histoire de ces entreprises, voir Bonnot, 1997.

3Alors que j’enquêtais sur les productions céramiques de la vallée du canal du Centre pour l’écomusée du Creusot-Montceau, en 1997, j’ai rencontré Jacques. Il était collectionneur de poteries de grès des établissements Paul-Langeron et surtout, propriétaire d’une partie des anciens bâtiments de l’entreprise. Travaillant en région parisienne, il avait établi dans les bureaux désaffectés sa résidence secondaire. Dans l’ancien bâtiment des fours, il entreposait une considérable collection d’outils. L’entreprise Langeron, installée au bord du canal du Centre, lieu-dit Le Pont-des-Vernes sur le territoire de la commune de Pouilloux, avait été active des années 1820 à 1957. Entreprise familiale, elle était spécialisée dans le flaconnage de grès cérame : cruches à bière, cruchons à liqueurs, bouteilles à encre, pots à yaourt, à moutarde, à onguent, à conserve, conditionnements pour produits d’entretien, vases ornementaux, poteries fantaisies constituaient l’essentiel de sa production. L’usine était en concurrence avec une dizaine d’autres situées dans la vallée de la Bourbince, rivière longeant le canal du Centre, qui utilisaient les argiles locales et les voies de communication pour fournir une clientèle à l’échelle nationale et internationale. Occupant un créneau commercial lié à la révolution industrielle et à l’urbanisation naissante, ces manufactures ont progressivement cessé leur activité, la dernière fermant ses portes en 19761.

4Dans le cadre strict de mon enquête, Jacques était initialement un collectionneur parmi d’autres, dont je me proposais d’analyser le rapport aux objets, le discours, les méthodes d’acquisition et de classement des items de sa collection.

5Multicollectionneur, pour reprendre son propre terme, son installation à Pont-des-Vernes a été le déclencheur d’une nouvelle quête :

  • 2 Les propos de Jacques sont extraits d’un entretien mené par Jean-Michel Dury (19 juin 2013) pour la (...)

Je me suis pris au jeu, entraîné malgré moi, presque ; mes voisins me parlaient de l’usine, me parlaient de la famille, certains m’ont donné des poteries et très vite m’est venue l’idée de faire un inventaire de tout ce qui avait pu être produit par cette usine parce que dans la littérature je n’avais rien trouvé. Il y avait un manque et comme je suis d’un naturel curieux, et mon tempérament de collectionneur me poussait à en savoir plus, alors je me suis mis à chercher, à réunir les objets et à essayer de comprendre2.

6Rapidement, notre relation s’est transformée en relation de travail, autour d’un projet d’exposition et de publication de l’écomusée du Creusot-Montceau sur les établissements Paul-Langeron (Bonnot, 2000). Nous nous sommes revus très régulièrement, pour évoquer une nouvelle acquisition, une trouvaille, une information remettant en cause ou confirmant ce que nous savions sur l’entreprise et ses produits. En 2007 par exemple, nous avons publié ensemble un article dans une revue locale sur l’histoire de l’usine Langeron (Bonnot, Gaudiau, 2007). Nos rencontres se sont faites plus rares ensuite, surtout parce que je travaillais sur d’autres sujets.

D’intéressantes trouvailles

7Alors qu’au début de l’été 2011 je reprenais, pour une conférence à l’écomusée, mes travaux sur les productions céramiques locales, Jacques me contactait par message électronique : « Bonjour, À l’occasion pourriez-vous passer au Pont des Vernes : je voudrais vous montrer le résultat de mes dernières prospections, il y a je pense quelques trouvailles intéressantes ! Cordialement, JGa » (message du 6 juillet 2011).

8Appâté, je me rendis chez lui quelques jours plus tard et il m’expliqua qu’avec l’accord du propriétaire de la parcelle voisine de la sienne, il avait exploré une zone en friche à proximité d’anciens bâtiments de l’usine Paul-Langeron. Il y avait découvert des morceaux de poteries, des cruchons et des pots fendus, brisés et incomplets, mais aussi des moules de plâtre dans un état de conservation exceptionnel. Il me montrait ce jour-là ses trouvailles nettoyées et entreposées dans un vaste bâtiment ayant abrité un four à poteries, sur de grandes planches posées sur tréteaux. J’étais enthousiasmé par cette masse d’objets susceptibles de renouveler en profondeur notre connaissance des produits Langeron et des techniques de fabrication, notamment le moulage sur lequel nous manquions d’informations.

9La friche où Jacques a mené ses prospections s’est développée sur un dépotoir de l’usine approximativement localisé par différents témoignages.

Mon idée initiale en explorant ce dépotoir était de continuer à trouver des morceaux de poteries, de trouver des marques de clients sur les poteries, pour augmenter la connaissance que j’avais. Ça s’arrêtait là. Mais dès que j’ai commencé à faire mes premiers sondages, je suis tombé sur des objets que je ne m’attendais pas à trouver, à savoir des moules en plâtre et pas en petite quantité, en très grande quantité. J’ai commencé à les ramasser et à en ramener chez moi, et au bout de deux mois je me suis retrouvé avec une quantité très importante.

C’est alors que Jacques m’a contacté pour envisager la suite et organiser l’entrée des collections au musée.

Renversement de l’expérience sensorielle

10Ce chantier fut d’abord pour nous et pour nos pratiques de recherche une véritable révolution des sens. D’abord, pour parvenir sur place, cela se mérite ! Il nous faut marcher avec peine dans les hautes herbes en évitant les pièges qui pourraient nous faire trébucher. Nous longeons ensuite des bâtiments désaffectés de l’usine Paul-Langeron, dont une ruine sans toiture ni vitrages, datée par un cartouche indiquant « 1897 » ; nous enjambons un peuplier abattu par une mini-tornade en juin 2012, puis nous traversons un sous-bois avant de déboucher sur le site même. Le dépotoir est habité d’arbres variés, de ronces, d’orties, de fougères et de renouées du Japon, plante invasive révélatrice de l’humidité et d’une possible pollution des sols. C’est un lieu isolé, à tel point que la plupart des téléphones portables n’y trouvent pas de réseau, à l’écart des voies de communication et dissimulé par la végétation. L’environnement est très champêtre, peuplé de chants d’oiseaux et de bourdonnements d’insectes, d’une faune installée depuis des années dans la friche. Le contraste est grand avec l’ambiance des lieux où nous collectons habituellement les objets qui nous intéressent, les brocantes, les musées, plus grand encore avec l’univers industriel fait de mécanique, de bruits métalliques, de machinisme, d’espaces clos, sombres et poussiéreux.

  • 3 Ginzburg C. (2010 [1989]), Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Verdier, p. 24 (...)
  • 4 Ibid., p. 247.

11Avant cette découverte, le travail du collectionneur consistait, très méthodiquement, à mettre en fiche les objets qu’il avait acquis ou seulement vus chez un particulier, à les photographier, les mesurer, les peser, évaluer leur contenance, noter les marques de fabrique ou de client qu’ils portaient. À chaque objet correspondait une série de données morphologiques, fonctionnelles et commerciales. Ce travail respectait ce qu’on pourrait appeler une logique de catalogue, qui rejoint celle de l’inventaire de musée. L’objet de collection idéal devait par conséquent être intact, le plus complet possible, avec l’étiquette du client ou son bouchon céramique d’origine le cas échéant. Face à un amas de déchets envahi par les ronces, se mettre en quête du tesson, de la malfaçon, du déchet de cuisson relève d’une toute autre démarche. Nous en sommes venus à des pratiques rejoignant ce que Carlo Ginzburg appelle le « paradigme cynégétique », qui suppose « la reconnaissance minutieuse d’une réalité sans doute infime, pour découvrir les traces d’événements auxquels l’observateur ne peut pas avoir d’accès direct »3. En l’occurrence, c’est Jacques, en tant que collectionneur-chasseur, qui a découvert le dépotoir. Car sur place, il lui a été d’abord très difficile de voir quoi que ce soit. Mais un terrier de renard lui a fourni les indices nécessaires, en faisant sortir de dessous la friche tessons et débris de plâtre qui ont permis de situer plus précisément la décharge. De la quête virtuelle devenue désormais le lot de tout collectionneur, il a fallu passer à une traque physique, une pratique mobilisant les bras et le dos : creuser, extraire, évacuer, transporter après s’être écorché dans les ronces et coupé les doigts au tranchant des tessons de grès. Durant la fouille, nous accomplissions ce que Carlo Ginzburg désigne comme « le geste peut-être le plus ancien de l’histoire intellectuelle du genre humain : celui du chasseur accroupi dans la boue qui scrute les traces de sa proie4 » ; en l’occurrence, accroupis ou à genoux dans la terre fraîchement retournée, nous tentions de repérer les signaux laissés par les ouvriers céramistes, l’histoire d’un processus technique, l’aventure industrielle d’une famille.

Appréhender le désordre

  • 5 Poterie cuite autour de 900°C, avant émaillage et seconde cuisson à 1280°C.

12L’autre renversement de perspective tient au caractère chaotique de la configuration à laquelle nous avons été confrontés. Le dépotoir a été constitué au fil des années d’activité de l’entreprise par déversements successifs. Les débris étaient versés du sommet d’une pente par un camion qui vidait sa benne en marche arrière. Il est possible que des déversements ponctuels, avec seaux ou brouettes, aient été effectués. Les objets ainsi déversés roulaient et rebondissaient en fonction des obstacles rencontrés. Le résultat parvenu jusqu’à nous est un entassement désordonné où s’enchevêtrent débris organiques, minéraux, céramiques, plâtre et ferrailles. Nous nous sommes retrouvés face à un chaos, piétinant et fouillant la masse fragmentaire d’une production industrielle que nous ne connaissions – et n’appréciions – alors que par l’intermédiaire de ses exemplaires les plus aboutis. En permanence, nous sentons le sol se dérober sous nos pas ; le talus s’effrite, s’écroule peu à peu. Tout ceci produit une sonorité très particulière quand on marche dessus ou qu’on donne un coup de pioche ou de pelle. Les tessons de céramique fine, en grès vitrifié, rendent un tintement très différent de ce que produirait la terre cuite ou des grès plus épais. C’est un bruit quasi métallique qui fait songer à des coquilles d’œuf ou à des pièces de monnaie. Ça craque, ça croustille, ça cliquète. La fouille nous impose également un nouveau rapport à la matière, au toucher des argiles, des gravats, des tessons de biscuit5, du plâtre, tout cela très différent du contact lisse et froid de la surface d’une poterie émaillée.

13Ce type d’expérience met en jeu la subjectivité du chercheur qui fait partie intégrante de la construction du savoir. Il est intéressant, à cet égard, de se référer à certains écrits d’archéologues évoquant leur relation affective avec leur site de fouilles : un bel exemple nous est fourni par le Canadien Marcel Moussette, dévoilant son attachement à l’île aux Oies, sur le Saint-Laurent.

  • 6 Moussette M. (2009), Prendre la mesure des ombres. Archéologie du rocher de la Chapelle, île aux Oi (...)

Tous mes séjours dans l’île mis bout à bout, j’y aurai passé une année entière. Toute une année à gratter la terre et à me faire manger par les maringouins. Une année entière avec tout autour de moi le vaste fleuve et ses marées parfois envahissantes qui nous coupaient entièrement du monde, puisque nous n’avions pas de téléphone. Une année de couchers de soleil à couper le souffle derrière le formidable mur bleu marin ou vert des montagnes de Charlevoix. Une année entrecoupée de déceptions et de l’immense joie de la découverte inattendue d’un vestige. Bien sûr, on ne peut mettre de côté l’indéniable beauté de ce lieu unique qui en vient à nous habiter plus qu’on ne l’habite. J’en sais quelque chose, moi qui n’y suis pas retourné depuis plusieurs années déjà. Je ressens encore son absence comme on souffre de la perte d’un vieil ami. C’est ainsi6.

14Si la beauté majestueuse de l’île aux Oies ne peut sans doute pas se comparer au paysage plutôt limité de Pont-des-Vernes, les traces qu’aura laissées l’aventure du dépotoir dans nos mémoires auront pareillement influé sur le cours de nos vies.

Un tournant disciplinaire

  • 7 Bellan G. (2011), « Archéologicité du présent », NIKE (Nationale Informationsstelle für Kultutgüter (...)
  • 8 Journot F., Bellan G. (dir.) (2011), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La D (...)

15En prenant progressivement la mesure de l’ampleur du chantier à venir, nous avons vite compris que la collecte hors-sol ne suffirait pas à une étude systématique du dépotoir. Il était indispensable de décaper et de creuser le sol, si possible avec des moyens mécaniques. Nous entrions alors dans le cadre de la réglementation des fouilles archéologiques fixée par le code du patrimoine. Ainsi, cette enquête prenait-elle un tournant épistémologique : d’un travail de longue haleine relevant de l’histoire et de l’anthropologie, nous devions passer à un travail littéralement archéologique. Même si l’histoire de l’industrie comporte une spécialité archéologique (Daumas, 1980) et si le dialogue entre archéologie et ethnologie est permanent (Wateau, 2011), c’était pour nous une relative nouveauté dans les pratiques concrètes d’enquête. La période contemporaine n’est pas encore pleinement reconnue comme digne d’intérêt pour une science dont l’étymologie grecque renvoie à la notion d’ancien. Toutefois, de plus en plus de travaux sont consacrés aux périodes les plus récentes. À partir des années 1990, « malgré quelques réticences, il a semblé admis que la totalité du passé humain était susceptible d’être archéologique7 », y compris les époques les plus récentes, considérées comme contemporaine puisque certains de leurs acteurs sont vivants. Pour les défenseurs de cette archéologie du présent, refusant que leur discipline ne soit qu’une auxiliaire des sciences historiques, c’est la reconnaissance de l’archéologie comme science humaine à part entière qui est en jeu8.

16Ayant pris contact avec le Service régional de l’archéologie (SRA)de Bourgogne, on m’a fait comprendre que les objets concernés par la fouille, produits entre la fin du xixe et le milieu du xxsiècle, suscitaient moins d’intérêt que n’en auraient eu des poteries gallo-romaines ou médiévales. Nous avions l’autorisation d’ouvrir un chantier légal, avec les coudées franches pour mener notre affaire comme nous l’entendions, mais sans autre appui logistique ou scientifique. Nous avons travaillé par zones, afin de mettre en évidence des pentes de déversement, des couches correspondant à des ensembles cohérents. Par exemple, nous pouvions localiser et circonscrire un déversement de débris de plaques réfractaires, briques, cendre, matériaux surcuits correspondant au nettoyage d’un four. Nous avons également bien identifié, dans la couche supérieure, le vidage des ateliers de moulage après la fermeture de l’usine. Le travail de fouille a fait émerger un rapport aux objets plus étroit, car plus physique : contact direct avec la matière – argile, plâtre, cendre. L’exploration de cet amas de déchets nous a fait toucher au plus près le processus technique de fabrication.

  • 9 Voir notamment Perec, 1978.

17L’adoption d’une démarche archéologique, indispensable pour mener cette enquête-chantier, a impliqué l’adoption de codes d’écriture spécifiques. Pour rédiger un « état des connaissances du site » en vue de l’obtention d’une autorisation de fouilles, il a fallu centrer le propos sur l’histoire de la production céramique locale en écartant tout ce qui peut relever de la problématique socio-anthropologique (subjectivité du rapport aux objets, logiques de la collection et de l’appropriation, réflexivité et interlocution). De même, le rapport final, obligatoire, à transmettre au Service régional de l’archéologie, est un exercice narratif très différent dans sa construction et par son mode d’écriture du livre accompagnant l’exposition et destiné au grand public (Bonnot et Gaudiau, 2013). Il existe différents registres d’écriture possibles pour un même ensemble de faits et nous avons dû remanier nos habitudes scripturaires selon le destinataire et l’usage prévu du texte (grand public, administration de la culture, littérature grise ou largement diffusée). Le virage disciplinaire a produit un ensemble d’écrits offrant l’opportunité d’un collage de textes de natures diverses, à la façon, par exemple, du puzzle proposé par Georges Perec9.

Objets pertinents, objets incongrus

18Partager ainsi une expérience de travail, avec les efforts physiques qu’elle implique, les doutes, les surprises, les déceptions ou la satisfaction de la découverte, permet de saisir in vivo la différenciation des modes d’attachement aux objets et à leur histoire.

Il n’y a pas eu de discussion entre nous sur les tessons, je pense qu’on était d’accord sur ce qui était intéressant ou non. Par contre sur certains autres objets, sur la nécessité de faire une recherche par couches, je dois dire que c’était moins mon problème, admet Jacques.

19Les objets dont il est question sont des échantillons de vaisselle, de ferrailles, de bouteilles de verre, tous les déchets quotidiens de la famille des entrepreneurs ou des ouvriers – fourchettes, faïences bon marché, semelles de chaussures, flacons de parfum ou de pommade. Jacques me charriait souvent sur cet intérêt étrange, en plaisantant ainsi : « Oh, mais c’est très intéressant cette assiette (ou cette semelle de chaussure) ! Ça, c’est pour vous que je l’ai gardé ! » Cette ironie, outre qu’elle atteste d’une véritable complicité suscitée par le travail commun, nous renvoie à l’incongruité de certains objets : le tri qu’effectuait Jacques correspond aux critères généralement admis par les musées, distinguant les objets les plus communs voire les plus vulgaires, produits récemment, des objets pertinents pour la collection, céramiques ou moules fabriqués par l’entreprise Paul-Langeron. Le dépotoir contenait des déchets aussi bien industriels que domestiques. Ces objets a priori hors sujet pourront s’avérer pertinents dans un autre contexte ; ils sont, quoi qu’il en soit, des traces concrètes de la présence et de l’activité humaines. Ils révèlent une problématique cruciale pour les musées de société confrontés à l’objet contemporain et à la massification de la production matérielle et virtuelle (Battesti, 2012).

20Par le travail de fouilles, sont parvenus entre nos mains des objets que nous n’aurions pas recherchés parce qu’ils ne se trouvent pas dans les circuits que nous connaissions : éprouvettes d’émaillage, nuanciers, étiquettes, essais de formules. Nous avons répertorié les signes concrets laissés par les hommes et les femmes de l’entreprise : écriture au stylet sur moules de plâtres, poteries ou morceaux d’argile, empreintes des doigts sur les calages réfractaires, accessoires de la vie courante. Ce dépotoir est en quelque sorte un précipité de l’activité industrielle des céramistes, au sens chimique du terme : le précipité est le dépôt obtenu quand se produit une précipitation, c’est le sédiment, ce qui subsiste d’une histoire. En l’occurrence, des matières, des débris, une masse matérielle considérable en marge de la production, un fatras produit par le déversement, l’érosion, l’invasion végétale, le travail des animaux sauvages (renards, souris, lapins, vers, oiseaux, etc.), ce ne sont pas seulement des objets brisés, traces de la production industrielle et de ses marges ; ce que nous dégageons de l’humus, ce sont les signes d’existences passées, les tâtonnements des ouvriers, les repas et les jeux d’enfants, les soins quotidiens, le nécessaire comme le superflu.

L’envers de l’objet

21La découverte des moules et modèles de plâtre a constitué pour nous un renversement de perspective considérable. Non seulement, de façon évidente, parce que nous avions entre les mains des formes céramiques en négatif, parfois même l’image inversée d’objets que nous ne connaissions pas. Mais aussi parce que certains moules mères, du fait de la complexité des formes du produit moulé, se composent de plusieurs éléments assemblés que nous retrouvons éparpillés dans le dépotoir. S’ensuit un jeu de construction dont nous ne sortons pas toujours gagnants, perplexes voire impuissants face à un énigmatique morceau de plâtre incurvé que nous sommes bien incapables de faire correspondre à un objet céramique répertorié.

22C’est pour nous une confrontation stimulante avec l’univers technique de la production. Nous nous mesurons aux difficultés rencontrées par les fabricants, parvenons à saisir leur problématique, entrevoyons leurs tâtonnements technologiques, la lente élaboration de leur savoir-faire. Nous comprenons mieux comment ils affrontaient la matière, se frottaient aux caprices de l’argile et de l’eau, du feu et de l’émail, pour parvenir à produire des récipients aux formes régulières, aux contenances normées, aux couleurs impeccables. Avant l’étude du dépotoir, c’est cette réussite finale que nous touchions puisque seul le produit fini commercialisé parvenait jusqu’à nous. Désormais, c’est le délicat cheminement précédant l’objet que nous parvenons à suivre. Nous nous sommes retournés sur l’amont du produit.

23Moules et modèles posent question quant à leur utilisation concrète et remettent en cause notre connaissance du catalogue de l’entreprise. Ils mettent à l’épreuve la mémoire des meilleurs connaisseurs des établissements Paul-Langeron, comme en témoigne la surprise teintée d’incrédulité de Nicole, née Langeron, fille d’un des deux derniers directeurs, apprenant que nous avons découvert le modèle et le moule d’une tête de poupée :

  • 10 Entretien du 5 février 2013.

Alors ça, ça me surprend vraiment. Parce que je participais tellement, mon père me faisait participer tous les jours… et moi je suis beaucoup allée vers les tourneurs et chercher de la terre, quand elle était prête, en cube, là, pour m’amuser… et tous mes jouets d’enfants… j’ai toute ma dînette. Mais c’est vrai, vous me dites qu’on a retrouvé une tête de poupée ? Alors ça, j’ai du mal à y croire. J’y crois, hein, mais… Quand même, s’ils avaient fait une poupée… ils me faisaient ce que je voulais10 !

24Il est clair que l’attachement sentimental de Nicole est troublé par cette découverte : comment est-il possible qu’une poupée de céramique ait été fabriquée à Pont-des-Vernes sans que la petite fille qu’elle était en ait eu connaissance ? Aurait-on fabriqué des poupées sans lui en fabriquer une ? Les moules et les modèles de plâtre ne sont pas des exemplaires de la production de l’usine Paul-Langeron, mais ils sont les empreintes, au moins supposées, de ce qui a été produit. Pour Nicole, dont les souvenirs de l’usine familiale sont émotionnellement très vivants, ne pas connaître cet objet révèle une lacune, génère un manque affectif.

25Ce moule et son modèle de plâtre constituent des étrangetés dans une mémoire familière, un intrus dont elle cherche à expliquer l’existence. Pour finir, Nicole tente de se rassurer : « Oui mais, attendez ; ça, vous êtes sûrs que ça n’a pas été fait après 1946-48 ? » C’est l’époque où elle a quitté Pont-des-Vernes avec ses parents et ce détail chronologique fournirait une explication rationnelle au « mystère » si nous pouvions la renseigner précisément.

De l’influence des choses sur les chercheurs

26Dans cette enquête, les retournements et renversements de perspective ont été multiples. Le plus marquant, à l’initiative et à l’aboutissement de la recherche, tient à l’évolution de ma propre relation d’ethnologue avec Jacques, collectionneur devenu coauteur et collègue sur le terrain. Pour illustrer ce tournant, je ne mentionnerai que le cas de conscience que m’a posé la demande d’autorisation de sondage archéologique. Pour moi, la question s’est posée comme un dilemme dans le cadre de la relation de confiance avec Jacques : alors que le collectionneur était venu me chercher pour partager avec lui ses « trouvailles », je sollicitais une intrusion extérieure, potentiellement la dépossession du chantier au profit d’archéologues professionnels. La demande risquait de provoquer un blocage administratif ou la crispation du propriétaire du terrain. Ce bref moment de doute, finalement injustifié, est surtout révélateur de la nature d’une relation de longue durée, une amitié intellectuelle véritable construite en dehors des institutions et consolidée par le travail en commun sur le chantier du dépotoir.

27L’autre virage a été disciplinaire et méthodologique. La nature du travail à entreprendre m’a obligé à solliciter une autorisation de sondage auprès du SRA, c’est-à-dire à adopter les codes, les normes et les procédures d’une autre discipline que la mienne. Si ce n’est pas un retournement, c’est pour le moins un tournant dans mon propre rapport aux objets matériels.

28L’inversion du rapport enquêteur/enquêté constitue l’une des caractéristiques du déroulement de l’enquête : nos relations avec les descendants des industriels Langeron s’inscrivaient auparavant dans un schéma classique suivant lequel nous cherchions à recueillir des informations – souvenirs personnels, archives familiales, généalogie, collection d’objets. Mais l’exploration du dépotoir a changé la donne. Nous avons eu accès par notre travail de recherche à ce que Nicole, par exemple, n’a pas vu sur place (ce qu’elle ignorait ou ce dont elle ne se souvient plus). Notre rôle n’est pas seulement de sauvegarder sa mémoire mais de la stimuler ; évoquer tel lieu, tel objet, telle personne lui permet de se remémorer son enfance et son adolescence. Elle est autant en attente d’informations de notre part que nous le sommes vis-à-vis d’elle. Nous reconstituons une mémoire familiale enfouie bien autant qu’une histoire industrielle.

  • 11 Exposition « Bugs », écomusée Creusot-Montceau, site de la Briqueterie, Ciry-le-Noble, juillet-octo (...)

29Avec la découverte des moules et des modèles de plâtre, c’est en quelque sorte un patrimoine en creux qui nous parvient sous une forme matérielle inversée, comme le négatif d’une photographie qui nécessite un effort mental pour reconstituer l’image réelle. Jacques a d’ailleurs tenté d’utiliser l’argile prête à l’emploi retrouvée dans le dépotoir pour la couler (après l’avoir diluée) dans les moules de plâtre. Il s’est ainsi essayé à l’archéologie expérimentale et est parvenu à produire quelques poteries, qu’il n’a pas encore essayé de faire cuire, matérialisant ainsi l’image inversée des céramiques Paul-Langeron. L’idée d’un envers de la production a trouvé sa traduction artistique grâce au projet initié par l’écomusée avec Michel Delacroix et les étudiants de l’école nationale supérieure d’art de Limoges. L’artiste a combiné différents moules exhumés du dépotoir de Pont-des-Vernes pour créer « une nouvelle typologie d’objets uniques et singuliers […] au statut ambigu, œuvres uniques nées d’un processus industriel réactivé et détourné11 ». Il a utilisé des moules écartés de la collecte, doublons ou trop détériorés pour être conservés, qu’il a retravaillé en assemblant différentes parties de façon aléatoire. Les étudiants céramistes ont produit des positifs de faïence fine, générant une production aberrante au sens industriel et utilitaire, mais pertinente artistiquement. Ce projet original matérialisait le regard inversé sur le patrimoine que le dépotoir a suscité.

  • 12 Hennion A., Latour B. (1993), « Objet d’art, objet de science. Note sur les limites de l’anti fétic (...)

30J’ai souvent cité cette formule comme emblématique de mes travaux sur les objets : « Les objets font quelque chose, et d’abord ils nous font12 ». Utilisée comme un slogan, elle peut sembler un peu convenue et approximative. La suite du raisonnement est plus rarement rappelée :

  • 13 Ibid.

Les marionnettes du marionnettiste font quelque chose qui dépasse complètement, qui surprend, qui redéfinit profondément le marionnettiste – et pourtant l’image des marionnettes dont on « tire les ficelles » sert toujours à la pensée critique pour égayer ses dénonciations13.

31Les objets agissent en influençant nos existences et en modifiant à la fois notre vision du monde et nos schémas d’actions. Dans notre cas, les choses nous ont obligés à changer de perspective dans nos démarches de chercheur et de collectionneur, elles ont modifié jusqu’à nos pratiques et notre écriture, dans un devenir commun aux choses et aux personnes.

Haut de page

Bibliographie

Battesti J. (dir.) (2012), Que reste-t-il du présent ? Collecter le contemporain dans les musées de société, Bordeaux, Le Festin/Bayonne, Musée Basque.

Bellan G. (2011), « Archéologicité du présent », NIKE (Nationale Informationsstelle für Kultutgüter-Erhaltung), bulletin 6, p. 38-41.

Bonnot T. (1997), L’industrie céramique des rives du canal du Centre, Paris, Éditions du patrimoine, Itinéraires du patrimoine 151.

Bonnot T. (2000), Le Pont-des-Vernes, une fabrique de produits céramiques à Pouilloux, Le Creusot, Écomusée Creusot-Montceau.

Bonnot T., Gaudiau J. (2007), « Note sur quelques vases de grès cérame découverts au Pont-des-Vernes, Pouilloux, Saône-et-Loire », La Physiophile, 146, p. 16-18.

Bonnot T., Gaudiau J. (2013), Trésors de dépotoir. Céramiques des établissements Langeron, Pont-des-Vernes, Le Creusot, Écomusée Creusot-Montceau.

Daumas M. (1980), L’archéologie industrielle en France, Paris, Robert Laffont.

Ginzburg C. (2010 [1989]), Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Verdier.

Hennion A., Latour B. (1993), « Objet d’art, objet de science. Note sur les limites de l’anti fétichisme », Sociologie de l’art, 6, Œuvre ou objet ?, p. 7-24.

Journot F., Bellan G. (dir.) (2011), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte.

Moussette M. (2009), Prendre la mesure des ombres. Archéologie du rocher de la Chapelle, île aux Oies (Québec), Québec, Éditions GID.

Perec G. (1978), La vie mode d’emploi, Paris, Hachette.

Wateau F. (dir.) (2011), Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues, Paris, De Boccard.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de ces entreprises, voir Bonnot, 1997.

2 Les propos de Jacques sont extraits d’un entretien mené par Jean-Michel Dury (19 juin 2013) pour la réalisation d’un film d’accompagnement à l’exposition Trésors de dépotoir, écomusée Creusot-Montceau, site de la Briqueterie, Ciry-le-Noble, juillet-octobre 2013.

3 Ginzburg C. (2010 [1989]), Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Verdier, p. 244.

4 Ibid., p. 247.

5 Poterie cuite autour de 900°C, avant émaillage et seconde cuisson à 1280°C.

6 Moussette M. (2009), Prendre la mesure des ombres. Archéologie du rocher de la Chapelle, île aux Oies (Québec), Québec, Éditions GID, p. 26.

7 Bellan G. (2011), « Archéologicité du présent », NIKE (Nationale Informationsstelle für Kultutgüter-Erhaltung), bulletin 6, p. 39.

8 Journot F., Bellan G. (dir.) (2011), Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte, p. 160-162.

9 Voir notamment Perec, 1978.

10 Entretien du 5 février 2013.

11 Exposition « Bugs », écomusée Creusot-Montceau, site de la Briqueterie, Ciry-le-Noble, juillet-octobre 2013. Voir également le site de Michel Delacroix, mdlx | art visuel, http://mdlx.com, projet Bugs.

12 Hennion A., Latour B. (1993), « Objet d’art, objet de science. Note sur les limites de l’anti fétichisme », Sociologie de l’art, 6, Œuvre ou objet ?, p. 21.

13 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Bonnot, « Objets à front renversé. Archéo-anthropologie d’un dépotoir céramique », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 133-145.

Référence électronique

Thierry Bonnot, « Objets à front renversé. Archéo-anthropologie d’un dépotoir céramique », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2303 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2303

Haut de page

Auteur

Thierry Bonnot

Thierry Bonnot est chargé de recherche au CNRS, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, Paris). Historien de formation initiale, il a d’abord travaillé à l’écomusée de la Communauté Le Creusot-Montceau (Saône-et-Loire) pour lequel il a mené plusieurs enquêtes. Il a soutenu en 2000 une thèse d’anthropologie sociale, consacrée à des trajectoires d’objets céramiques de l’industrie aux collections dans le bassin industriel du Creusot (publiée en 2002 sous le titre La vie des objets). Il continue à réfléchir au statut social des objets, à leurs modes d’appropriation et à la constitution des patrimoines. Il vient de publier un nouvel ouvrage, L’attachement aux choses (CNRS Éditions).
Contact : thierry.bonnot@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org