Navigation – Plan du site
Dossier : Le retournement des choses

La Forêt des choses. Substance mémorielle et correspondances sensibles des objets au musée

Florence Pizzorni Itié
p. 171-181

Résumés

En racontant trois expériences d’objets retournés, vécues comme conservateur au musée national des Arts et Traditions populaires (avant qu’il devienne le MuCEM), Florence Pizzorni Itié interroge la transmission et la représentation de la mémoire par les choses, objets expression de la culture matérielle. Elle croise les approches interdisciplinaires de Charles Baudelaire, Gilles Deleuze, José Luis Borges et Paul Ricœur pour suggérer que mémoire consubstantielle résurrectionniste et correspondances mémorielles participent à la narration du « temps humain » ainsi qu’à la construction et l’esthétique du lien social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Il bosco delle cose », expression empruntée au nom du musée d’Ettore Guatelli, à Ozzano Taro, pro (...)

1Le musée est une forêt de choses1. Les hommes : professionnels, visiteurs, évoluent parmi ces objets, choses choisies, mais choses passives, choses objets, choses encloses. Qu’adviendrait-il si l’objet de musée docile à l’interprétation se muait en sujet agissant ? Si la matière inerte patrimonialisée sortait de son sommeil ? Si d’objets de contemplation, les choses de la vitrine décidaient de revendiquer le retour à leur statut initial, de reprendre leur place dans le lien social ?

2Au cours des quelques années passées à la conservation du musée-laboratoire national des Arts et Traditions populaires, conservateur du patrimoine, j’ai vécu plusieurs expériences de revivification des choses qui soudainement ont échappé au statut qu’on souhaitait leur assigner. La relation de ces aventures, dont les protagonistes sont des objets de collection muséale, est de nature à nourrir la réflexion sur le retournement des choses. Ces retournements éclairent singulièrement la spécificité des objets de mémoire. Ils mettent en évidence le rôle essentiel du rapport de chacun à autrui dans la perception du temps humain par le langage des choses.

La poupée votive, entre objet contemplatif et chose agissante

3L’imprévisible revirement du sens – le retournement des choses – est-il possible et comment le comprendre ? La relation d’un événement survenu au musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP), en 1996, atteste de la réalité de faits susceptibles de fonder une réflexion à ce sujet.

  • 2 Recherches de Marie-Christine Pouchelle, dans le cadre du Centre d’ethnologie française.

4Une poupée votive, collectée2 comme témoin des pratiques de sorcellerie dans le bocage normand, avait été placée dans une vitrine de la galerie scientifique et culturelle du MNATP consacrée aux usages magico-religieux. La poupée votive semblait bien inerte pour un objet dont le cartel annonçait des pouvoirs surnaturels. Sa présence passive au musée accréditait-elle la puissance de la pensée rationnelle moderne terrassant les croyances mystiques d’un autre âge ? Tout se passait comme si son exposition l’avait désinvestie de ses pouvoirs, l’avait « déchargée ». C’était pourtant ce potentiel d’efficacité symbolique, indépendamment de son apparence matérielle de poupée ordinaire qui avait justifié, en son temps, sa sélection dans les collections muséales.

  • 3  Le musée national des Arts et Traditions populaires abritait un laboratoire - unité mixte CNRS/DMF (...)

5Quand un visiteur survint clamant que la poupée était « redevenue active », la communauté des ethno-muséologues du musée-laboratoire3 fut en émoi. Les conservateurs-anthropologues confrontés à leur propre contradiction s’interrogèrent : fallait-il prendre au sérieux cette annonce d’un comportement possible de « la chose » qui échapperait au contrôle de l’environnement sociétal qu’on lui avait assigné ? Pouvait-on à la fois la présenter au public comme un objet « puissant » et refuser de prêter attention, si ce n’est foi, au signalement de son caractère réactif ? L’affaire nécessitait une décision urgente d’autant plus que les actions susceptibles d’être déclenchées sous l’emprise de la chose étaient annoncées comme potentiellement négatives et maléfiques. Elles pourraient s’exercer à l’encontre du public mais aussi des agents de surveillance qui l’observaient nuit et jour et étaient, au premier chef, au courant de la menace. Ignorerait-on le fait nouveau et laisserait-on l’objet en place ou l’éloignerait-on pour garantir la sécurité et la paix des agents dont l’inquiétude se faisait de plus en plus pressante ? La direction du musée prit la décision de retirer la poupée de la vitrine et de la placer dans les réserves. Pour autant, rien ne fut résolu. Le déménagement ne fit que déplacer le problème dans les espaces de stockage où désormais les gardiens refusèrent de pénétrer.

6Convaincue qu’il était indispensable d’agir pour ne pas laisser s’installer la panique, l’équipe de direction décida de désamorcer l’angoisse en organisant, dans la réserve, une séance de manipulation des objets de la collection liés à la sorcellerie. Une à une, des choses étranges, composites, inquiétantes, sortirent des tiroirs et passèrent de mains en mains dans un silence tendu, devant les équipes de surveillance en alerte. Mais, quand l’un des protagonistes, dégoûté par l’aspect écœurant d’une boule de plumes compacte encore attachées à des lambeaux de chair décida de quitter la mascarade, la chaîne se disloqua… Cette défection mit fin à l’opération « la hiérarchie n’a pas peur » qui, du même coup, manqua son effet. La situation s’en trouva encore aggravée.

7On diligenta l’ethnologue responsable de la collecte de la poupée pour tenter de trouver une solution en lien avec le statut des objets et la décision fut prise de solliciter un désenvouteur. Celui-ci, appelé en urgence, mit en place un dispositif rituel élaboré, sous les regards interloqués des gardiens de plus en plus inquiets. Le sel, les cendres, la droite, la gauche concoururent dans un mystérieux ballet gestuel à la neutralisation de chacun des objets « chargés » de la collection. Trois jours durant, l’opération se déroula sereinement et la situation, confiée à un homme qui semblait maîtriser les forces menaçantes, se détendit… Jusqu’au cri : « Non, non… Celui-ci, il est trop fort !… Non… » Et le désenvouteur s’enfuit soudainement, laissant son travail inachevé dans un pêle-mêle désordonné de choses neutralisées, bénéfiques ou maléfiques…

  • 4  Les collections du MNATP ont été déménagées du site du Bois de Boulogne (Paris) à Marseille pour f (...)

8À court d’idées, la direction de l’établissement n’eut d’autre choix que de placer l’ensemble de ces objets dans une armoire blindée aux parois épaisses réputée retenir les ondes, qu’on isola à l’écart des zones où œuvrait le personnel. Peu à peu l’affaire fut oubliée et personne ne sait, aujourd’hui, alors que le musée a fermé sur son site parisien et que l’ensemble de la collection a été déménagé à huit cents kilomètres de là4, si la poupée votive a choisi l’un de ses statuts : objet contemplatif ou chose agissante…

L’autel de saint Expédit : de l’artefact à l’authentique

9Cette première histoire fait état d’un retournement simple, inhérent à la nature même de l’objet. Une autre expérience, survenue lors d’une mission d’enquête-collecte à l’île de la Réunion suggère qu’il existe des situations qui mettent l’objet à l’épreuve de retournements plus subtils, plus complexes. Des retournements à l’insu de la substance de l’objet, qui s’opéreraient dans la relation de l’objet à l’usager.

  • 5  Son nom a été supprimé du Martyrologe au début du xxe siècle.

10Certains habitants de l’île de la Réunion vouent un culte particulier à saint Expédit, un saint connu en Europe, mais en marge de l’orthodoxie5. Au vu et au su de tous, en plein air, en de nombreux croisements de chemins, lieux où symboliquement s’orientent les choix de la destinée, se dressent de petits sanctuaires gardés martialement par la statuette du légionnaire romain qui « expédie » les affaires les plus complexes, là où d’autres recours, plus « catholiques », ont parfois échoué. La couleur rouge qui revêt totalement l’autel et la roche sur laquelle il repose, indique à qui l’oublierait, que ce saint violent est aussi énergique dans sa méthode à dénouer l’affaire qui lui est soumise qu’à retourner éventuellement le sort sur le demandeur, si les offrandes ne le satisfont pas. Autour de l’autel, donc, les fleurs sont en abondance, fraîches ou fanées d’un vœu de longtemps exaucé, paquets de cigarettes, vases ébréchés, bougies allumées et cierges consumés, lambeaux de tissus rouges… Profusion de restes un instant sacrés, qui dit l’engouement des Réunionnais pour saint Expédit (Pizzorni, 2001).

11Pour les besoins d’une exposition (Pizzorni, 1998) et dans le but d’abonder les collections relatives aux pratiques multicultuelles, j’effectuai pour le MNATP une mission de recherche à l’île de la Réunion en 1997, dont l’acquisition d’un autel de saint Expédit était l’un des objectifs. Malheureusement, la tentative d’acquisition se révéla infructueuse car une juste attitude déontologique interdit de prélever un objet autour duquel les pratiques rituelles sont avérées actives et il fut impossible de trouver un autel désaffecté. Une proposition cependant retint l’attention : une troupe théâtrale pour les besoins d’un spectacle avait réalisé un autel de saint Expédit sur le modèle exact d’un autel existant. La tournée terminée, le décor était sur le point d’être jeté. Le conservateur du musée local, le musée Stella Mattutina, le récupéra et en proposa l’acquisition au musée national. Sur le moment, cette hypothèse fut jugée inenvisageable car elle consistait à faire entrer dans les collections nationales un artefact, un fac-similé.

12Quelques mois plus tard, des faits nouveaux survinrent autour de l’autel-décor. Exhibé dans une exposition consacrée à saint Expédit, à la Réunion même, quelle ne fut pas la stupéfaction de constater que l’artefact en présentation dans le parcours muséographique avait servi de support à des manifestations votives. Des vœux rédigés confortés de quelques pièces furent retrouvés au pied de la statuette. Les agents d’accueil, à la fin d’une journée de visite, ne purent s’opposer à la force de foi d’une visiteuse qui avait allumé une bougie et priait devant l’autel.

13Le statut de l’objet avait-il changé ? Décor ou objet rituel, ces autels sont composés des mêmes figurines de série livrées par dizaines en caisses sur les docks de Saint-Denis. Quel processus conduit à conférer des statuts différents à l’un agencé en décor de théâtre ou à l’autre qui participe de la gestuelle d’un rituel sacré ? Peut-on parler d’objets « chargés » ? Et quelle est la nature de cette charge ? Dans le cas de cet autel profane sacralisé dans le sein d’un lieu culturel, peut-on penser que le musée ajoute du sacré au sacré ?

  • 6  MNATP-MuCEM inv.1999.49.1-11.

14L’autel de saint Expédit, initialement décor-artefact, est aujourd’hui inaliénable et pour « l’éternité » par la vertu de la conservation préventive, dans les collections du MuCEM6. De toute évidence, ici, la relation établie entre l’orant et l’objet se trouve être le lieu du retournement de la chose.

Le carton du SDF ou l’impossible retournement : la permanence de l’exclusion

15Les deux exemples précédents mettent en scène des objets « retournés » dans le contexte de leur patrimonialisation. L’expérience qui suit montre que certaines situations résistent à l’interprétation patrimoniale rendant impossible les retournements mémoriels.

  • 7  Pour en savoir plus sur l’exclusion dans les musées de société, voir Pizzorni F., 2012a et 2013, e (...)

16Peut-on imaginer que dans leur forêt des choses, les musées de société admettent de faire une place aux témoignages de l’exclusion dont est victime une partie de plus en plus grande de l’humanité ? Comment montrer des faits sociaux dont la traduction matérielle est si ténue ? Comment donner à voir des objets qui distinguent au sens de Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1982), pour mieux désigner la différence stigmatisée de leurs usagers ? Comment mettre en valeur des objets dont la raison d’être est l’effacement de leur sujet ? L’ensemble de ces questions fut posé à l’occasion de réflexions concernant les témoignages de l’exclusion comme phénomène de société dans les collections du musée national des Arts et Traditions populaires7. Les phénomènes de relégation passent par la mise en évidence de signes qui stigmatisent. Ils comportent souvent la suppression des biens, qu’elle soit confiscation ou pauvreté extrême.

17Le carton abandonné sur le trottoir de nos mégapoles occidentales à proximité d’une bouche de métro, peut représenter beaucoup plus qu’un déchet d’emballage. Utilisé par l’un de ces hommes qui n’ont d’autres solutions que de vivre un temps dans la rue, il marque un territoire identifié, personnalisé, sur le néant anonyme du bitume. Il est un des éléments d’un code de comportement compréhensible seulement du monde discret et parallèle de ceux qui s’arrêtent et se posent, là où les autres passent et circulent. Ce signe s’apparente aux « piquets » et à la natte que le nomade fixe au sol en arc de cercle pour délimiter dans l’immensité sauvage du désert la zone du bivouac, espace temporairement humanisé.

18Le carton de SDF peut-il se retourner en objet patrimonial ? Les commissions d’acquisitions des musées de France, sollicitées pour avis sur un tel projet ont rejeté l’expérience. S’en tenant à la substance matérielle littérale du carton d’emballage usagé, elles ont estimé cette chose impropre à la narration mémorielle et testimoniale (Pizzorni, 2006). Un retournement impossible donc, comme si la rupture de la relation à autrui, consubstantielle au carton et à ses usages, déchet et marque de l’exclusion sociale, s’inscrivait dans la permanence et oblitérait les correspondances patrimoniales.

L’imprégnation de l’existence antérieure des choses : substance et correspondances mémorielles

19Comment expliquer que les choses de musées puissent se retourner et commuter d’objets à sujets ? Un pan de réponse se trouve peut-être dans leur nature. Le matériau composant les objets de mémoire est pétri de références au passé. Les choses du musée sont faites de « substance » mémorielle qui renvoie à leur existence antérieure.

20Charles Baudelaire tente de saisir les ressorts de la représentation artistique en ancrant le processus de création dans une conception imaginative de la mémoire.

  • 8 Note de l’auteur.
  • 9 Baudelaire C. (2013), « XI- De M. Horace Vernet – Le Salon de 1846 – », dans Les œuvres complètes, (...)

La véritable mémoire, considérée sous un point de vue philosophique, ne consiste, je pense, que dans une imagination très vive, facile à émouvoir, et par conséquent susceptible d’évoquer à l’appui de chaque sensation les scènes (ou les objets8) du passé, en les douant, comme par enchantement, de la vie et du caractère propres à chacune d’elles […]9.

  • 10 Correspondances, sonnet (1857), dans Baudelaire C., Les fleurs du mal, op. cit.
  • 11 Baudelaire C., op.cit. Le concept de contention de mémoire résurrectionniste revient fréquemment da (...)
  • 12  La « correspondance » réfère à la traditionnelle conception cyclique du temps et au principe du mo (...)

21L’histoire de la poupée votive conduit à proposer en première analyse l’hypothèse d’une capacité substantielle. La substance de l’objet qui est image-représentation permet des « correspondances10 » entre les mondes matériel et spirituel. Charles Baudelaire identifie leur activation à une revivification, à une libération de la « contention de mémoire résurrectionniste11 » inhérente à la matière de la chose. Les « correspondances » établissent des analogies entre les perceptions et les idées. Elles constituent les objets patrimoniaux en vecteurs de mémoires à mémoires, en passeurs du présent au passé. Le présent résonne ainsi avec le passé par l’effet d’une correspondance temporelle12.

  • 13 Borges J. L. (2010 [1974]), « La rencontre », dans Œuvres complètes, t. II, Gallimard (NRF), p. 214
  • 14 La littérature médiévale rapporte de nombreuses histoires relatives aux épées qui portent une mémoi (...)
  • 15 Borges, « La rencontre », op. cit., p. 214.

22Jorge Luis Borges étend le thème des correspondances temporelles à la « substance » que portent les objets dont la durabilité est plus grande que celle des hommes. Il nous rapporte le récit du duel de Maneco Uriarte et Duncan. Deux amis ivres, un soir de fête, s’amusent à simuler un duel alors qu’ils n’ont aucune expérience de combat. Ils s’emparent d’armes blanches de collection ayant appartenu à deux brigands experts du crime qui se haïssaient et avaient juré de se tuer l’un l’autre mais qui moururent sans se rencontrer. Uriarte et Duncan ne savaient pas se battre et pourtant quand couteau et épée furent en main, ils ne furent plus maîtres de leur comportement. Les armes réglaient entre elles un compte depuis longtemps oublié des protagonistes qui, eux-mêmes, n’étaient plus que souvenir. À l’issue d’un rude et long échange de passes, Uriarte tua Duncan qui murmura en tombant : « Comme c’est étrange, tout ceci semble un rêve » (Borges, 2010). La correspondance mémoire du temps passé et acte au présent est établie par les armes car ce furent les armes qui combattirent et non les hommes. « Les choses durent plus que les gens. Qui peut savoir si cette histoire est terminée, qui peut savoir si ces armes ne se retrouveront pas un jour13 ? » Les armes servent ici de moyen à l’histoire pour se répéter. Le lien peut être un totem, une idole, un talisman14. « Les armes s’étaient cherchées longuement […] et elles avaient fini par se rencontrer, alors que leurs gauchos n’étaient plus que poussière. Dans le sommeil de leur acier veillait une rancœur humaine15. » La présence des objets dans les collections muséales trouve là une interprétation troublante. Les objets des collections, présumés morts, sortent de l’inertie supposée et accèdent à une opérabilité toujours renouvelée.

  • 16 Borgès, « Les choses », op. cit., p. 165.

[…] ô combien de choses,
[…]
Nous servent comme de tacites esclaves,
Choses aveugles et si étrangement secrètes !
Elles vont persister au-delà de l’oubli
Et ne saurons jamais que nous sommes partis16

23Plus encore, la substance des choses des musées est le lieu d’une double correspondance : celle du passé au présent, que nous avons vue, et celle de la relation de soi à autrui. Les musées, silos conservatoires d’objets, sont avant tout des lieux où est explorée la question de nos relations à l’autre au sein des sociétés humaines conçues comme des espaces de culture. Le lien social y est approché par sa traduction objectale.

24Gilles Deleuze (Deleuze, 1969), analysant la situation du Robinson de Michel Tournier (Tournier, 1967), privé d’altérité et construisant, seul, son rapport aux choses, établit le lien existentiel à l’objet comme un entre-nous, l’altérité étant fondée comme concept moteur de la production et de la perception des objets matériels.

  • 17 Deleuze G. (1969), « Michel Tournier et le monde sans autrui », Paris, Éditions de Minuit, p. 370.

[…] autrui conditionnait l’ensemble du champ perceptif, l’application à ce champ des catégories de l’objet perçu et des dimensions du sujet percevant […]. En effet les lois de la perception pour la constitution d’objets (forme-fond, etc.), pour la détermination temporelle du sujet, pour le développement successif des mondes, nous ont paru dépendre du possible comme structure Autrui. […] Autrui apparaît comme ce qui organise les Éléments en Terre, la terre en corps, les corps en objets, et qui règle et mesure à la fois l’objet, la perception et le désir17.

  • 18 Ibid., p 362-363.

On comprend alors le paradoxe de l’île déserte : le naufragé, s’il est unique, s’il a perdu la structure-autrui, ne rompt en rien le désert de l’île, il le consacre plutôt […]. C’est qu’autrui présidait à l’organisation du monde en objets, et aux relations transitives entre ces objets. Les objets n’existaient que par les possibilités dont autrui peuplait le monde ; chacun ne se fermait sur soi, ne s’ouvrait sur d’autres objets, qu’en fonction des mondes possibles exprimés par autrui. Bref : c’est autrui qui emprisonnait les éléments dans la limite des corps, et au plus loin dans les limites de la terre18.

25Cette hypothèse propose de voir les choses des musées comme des figures-avatars de l’esthétique du patrimoine, dont elles seraient la substance. Elle expliquerait les possibles ou impossibles retournements. Car il arrive que les « correspondances » s’absentent, comme dans le cas du carton du SDF. La relation aux autres dans le contexte d’une société organisée se matérialise par une série de normes, de codes qui facilitent la reconnaissance, la compréhension. Ces normes et ces codes se traduisent en objets matériels et immatériels que chacun identifie comme autant de signes constituant un système de communication non verbal. Celui-ci rend intelligible, par l’habillement, l’habitat, les signes extérieurs d’appartenance, le rapport de l’un à l’autre au sein du groupe. Corrélativement, la société met en place des processus d’exclusion qui projettent les hommes dans un contexte d’isolement. Le carton du SDF jugé incapable d’activer des correspondances sous les lumières d’une vitrine dotée d’un cartel, propose un exemple « par l’absurde » de la théorie des correspondances que l’autel de saint Expédit illustre, lui, positivement.

26Les musées de société sont des forêts de choses qui racontent des histoires vécues en d’autres corps, en d’autres temps. L’interrogation sur le retournement des choses propres aux musées ouvre un champ d’expérience de narration que Paul Ricœur caractérise comme un type de communication lié à « la conservation de l’expérience » et du « temps humain » (Ricœur, 1983). Elle propose à la muséographie un regard renouvelé sur les institutions muséales considérées comme des conservatoires alors qu’elles sont avant tout des lieux où la question de nos relations à l’autre au sein des sociétés humaines conçues comme des espaces de culture sont explorées. L’esthétique du lien social y est approchée par sa traduction objectale. Ces objets reconsidérés sont sans doute source de multiples correspondances qui leur prêtent des vies insoupçonnées, fruits d’interaction entre présent et passé, entre soi et autrui. Ce sont des forêts de choses, des choses comme les arbres, aux apparences immuables face au temps humain, mais vivantes et interagissantes.

Haut de page

Bibliographie

Baudelaire C. (2013), Les œuvres complètes, édition augmentée, Ligram Éditions, http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9791027400027.

Borges J. L. (2010 [1974]), « La rencontre », dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Gallimard (NRF), p. 209-214.

Bourdieu P. (1982), La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Clemente P., Guatelli E. (dir.) (1996), Il bosco delle cose, Il museo Guatelli di Ozzaro Taro, Parme, Ugo Guanda Editore.

Deleuze G. (1969), « Michel Tournier et le monde sans autrui », dans La logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, p. 350-372.

Pizzorni F. (dir.) (1998), Tropiques métis. Mémoires et cultures de Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, catalogue de l’exposition MNATP dans le cadre du 150e anniversaire de l’abolition de l’esclavage, 05.11.1998-12.04.1999, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Pizzorni F. (2001), « L’autel à Saint Expedit. I amuse pas ek li », dans Martin J.-H. (dir.), « Altar für den heiligen Expedit », altär, kunst zum Niederknien, museum kunst palast, Düsseldorf, 2.9.2001-6.1.2002, Hatje Cantz Verlag, p. 234-237.

Pizzorni F. (2006), « Muséographier l’exclusion ? Petites histoires sans objet », dans Porporato D., Tamarozzi F. (dir.), Oggetti e immagini, Esperienze di ricerca etnoantropologica, Turin, Omega Edizioni, p. 75-92.

Pizzorni F. (2012a), « Don de soi et acceptation de l’autre dans les musées de société », dans Musées et Collections publiques, « Le musée et le don, expression de soi », Revue de l’AGCCPF, 265/2, p. 55-61.

Pizzorni F. (2012b), « Collecter le contemporain du MNATP au MuCEM : une articulation entre recherche et patrimonialisation », dans Que reste-t-il du présent ? Collecter le contemporain dans les musées de société, Musée Basque et de l’histoire de Bayonne/Société des Amis du Musée Basque/Fédération des écomusées et musées de société/Éditions Le Festin, p. 32-44.

Pizzorni F. (2013), « Qu’a-t-on oublié du ressenti de la mémoire ? “je”, “nous”, “eux”, entre images et mémoires », dans Peschanski D. (dir.), Mémoire et mémorialisation. De l’absence à la représentation, Paris, Éditions Hermann, p. 25-49.

Ricœur P. (1983), Temps et récit, 1, Paris, Seuil (Points essais).

Tassi R. (1988), « Il bosco delle cose », dans Il museo del tempo, Parme, Segea editrice.

Tournier M. (1967), Vendredi ou les limbes du Pacifique, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 « Il bosco delle cose », expression empruntée au nom du musée d’Ettore Guatelli, à Ozzano Taro, province de Parme. Voir à ce sujet Clemente P. et Guatelli E. (dir.) (1996). Cette expression est elle-même repris d’un essai de Tassi R. (1988). Dans ce musée, une attention particulière est portée à la relation des visiteurs/mots/ objets : un rapport étrange, sensible et anticipateur dans les pratiques muséales. L’auteur de cet article est la madrina, la marraine, de ce musée.

2 Recherches de Marie-Christine Pouchelle, dans le cadre du Centre d’ethnologie française.

3  Le musée national des Arts et Traditions populaires abritait un laboratoire - unité mixte CNRS/DMF, le Centre d’ethnologie française.

4  Les collections du MNATP ont été déménagées du site du Bois de Boulogne (Paris) à Marseille pour fonder le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

5  Son nom a été supprimé du Martyrologe au début du xxe siècle.

6  MNATP-MuCEM inv.1999.49.1-11.

7  Pour en savoir plus sur l’exclusion dans les musées de société, voir Pizzorni F., 2012a et 2013, et sur les enquêtes collectes expérimentales du musée-laboratoire MNATP, Pizzorni F., 2012b.

8 Note de l’auteur.

9 Baudelaire C. (2013), « XI- De M. Horace Vernet – Le Salon de 1846 – », dans Les œuvres complètes, Édition augmentée, Ligram Éditions, note 17. Cette citation reprend un extrait de cette note, elle-même tirée des Contes fantastiques VI de Hoffmann.

10 Correspondances, sonnet (1857), dans Baudelaire C., Les fleurs du mal, op. cit.

11 Baudelaire C., op.cit. Le concept de contention de mémoire résurrectionniste revient fréquemment dans l’œuvre de Baudelaire, critique d’art : dans « Curiosité esthétique », à propos de l’exécution de M.G., dans « Peintre de la vie moderne –l’art mnémonique » où il est question d’une « contention de mémoire résurrectionniste, évocatrice, une mémoire qui dit à chaque chose : Lazare, lève toi ! » et dans « Analyse de la modernité chez Constantin Guys » : « exécutant une contention de mémoire résurrectionniste Olympia fait plus que réciter le passé, elle ressuscite pour l’éternité du présent, le souvenir le plus pressant, c’est-à-dire le plus archaïque ».

12  La « correspondance » réfère à la traditionnelle conception cyclique du temps et au principe du monde clos sur lui-même. Seul un univers fini, confiné dans les limites de son immanence, dialogue avec lui-même en une infinité d’accords divers. Cet aspect n’est pas développé dans cet article. Pour compléter voir Pizzorni F. (2013).

13 Borges J. L. (2010 [1974]), « La rencontre », dans Œuvres complètes, t. II, Gallimard (NRF), p. 214.

14 La littérature médiévale rapporte de nombreuses histoires relatives aux épées qui portent une mémoire résurrectionnelle : Durandal, Excalibur…

15 Borges, « La rencontre », op. cit., p. 214.

16 Borgès, « Les choses », op. cit., p. 165.

17 Deleuze G. (1969), « Michel Tournier et le monde sans autrui », Paris, Éditions de Minuit, p. 370.

18 Ibid., p 362-363.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Pizzorni Itié, « La Forêt des choses. Substance mémorielle et correspondances sensibles des objets au musée », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 171-181.

Référence électronique

Florence Pizzorni Itié, « La Forêt des choses. Substance mémorielle et correspondances sensibles des objets au musée », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 28 mai 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2337

Haut de page

Auteur

Florence Pizzorni Itié

Florence Pizzorni Itié est conservateur en chef du patrimoine au Service des musées de France du ministère de la Culture. Elle mène des recherches en anthropologie sociale et culturelle sur les effets sociaux et politiques de l’action culturelle. Elle analyse le rapport des publics aux objets et l’impact du langage narratif des parcours muséographiques. Le musée national des Arts et Traditions populaires, à Paris, ainsi que la longue gestation du MuCEM ont été, pendant 17 ans, son principal terrain d’enquête. Convaincue de la capacité de la culture à aider à surmonter les douleurs sociétales, elle s’engage sur les questions des conflits identitaires, des migrations et des exils (Kossovo, Algérie, Arménie, Haïti, Corse, Tsiganes), de l’esclavage, la pauvreté, la lutte contre les discriminations et les exclusions sociales… En collaboration avec le CNRS, elle travaille sur les processus de passage de la mémoire individuelle à la mémoire collective et propose des méthodes de collecte et de valorisation du patrimoine immatériel en particulier sur la diversité linguistique. www.florence-pizzorni.com
Contact : florence.pizzorni@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org