Navigation – Plan du site
Texte classique

Chapitre III : Données essentiels sur la Kula (III)

Extrait des Argonautes du Pacifique occidental
Bronislaw Malinowski
p. 215-229

Notes de la rédaction

Extrait de Malinowski B. (1989 [1922]), Les Argonautes du Pacifique occidental, Paris, Gallimard (Tel), p. 144-149. Reproduit avec l’accord des traducteurs et l’autorisation des éditions Gallimard.

Texte intégral

  • 1 Le professeur C. G. Seligman, op. cit. [The Melanesians of British New Guinea, Cambridge, 1910], p. (...)

1Tout d’abord, il faut dire quelques mots des deux principaux objets d’échange, les brassards de coquillage (mwali) et les colliers (soulava). On obtient ces brassards en détachant la partie supérieure et l’extrémité effilée d’un grand coquillage de forme conique (Conus millepunctatus), et en polissant l’anneau qui subsiste. Ces bracelets sont très convoités par les Papous-Mélanésiens de la Nouvelle-Guinée, et on les trouve jusque dans le district purement papou du Golfe1. La Planche XVII, où des hommes ont mis des brassards tout exprès pour la photographie, montre la façon dont on les porte.

2L’emploi de petits disques de spondyle rouge pour confectionner les soulava est aussi très répandu. Il y a des centres manufacturiers : dans l’un des villages de Port Moresby, et aussi à plusieurs endroits de la Nouvelle-Guinée orientale, surtout dans l’île Rossel et aux Trobriands. Je me suis servi ici à dessein du mot emploi, car ces petites perles – formant chacune un disque plat et rond avec un trou au centre – de couleurs diverses allant du brun terreux au rouge carmin, sont utilisées de différentes manières pour la parure. On s’en sert le plus souvent pour fabriquer des boucles d’oreilles dont elles constituent un des éléments : celles-ci sont faites d’anneaux en écaille de tortue que l’on fixe au lobe et qui se terminent par une grappe de ces disques de coquillage. Ces boucles d’oreilles ont beaucoup de succès, en particulier chez les Massim où elles sont portées par tous les hommes et les femmes de la classe moyenne, tandis que les autres se contentent de la partie en écaille de tortue, sans les pendants de coquillages. Une autre parure de tous les jours, que l’on rencontre souvent, surtout chez les jeunes, filles ou garçons, consiste en un petit collier qui fait tout juste le tour du cou et qui est composé de disques de spondyle rouge, avec un ou plusieurs pendentifs de coquilles de cauris. Ces disques en coquillage peuvent servir – et c’est souvent le cas – à confectionner diverses sortes de parures plus compliquées, qui ne sont portées que lors des fêtes. Ici, toutefois, nous ne nous occuperons que des très longs colliers, mesurant de deux à cinq mètres, faits de disques de spondyle, et dont il existe deux variétés principales : l’une, la plus belle, avec un grand pendentif de coquillages, l’autre, composée de disques plus gros et agrémentée, au centre, de quelques cauris ou de semences noires de bananier (voir Pl. XVIII).

3Les brassards de coquillage d’un côté, et les longs colliers de spondyle de l’autre, les deux principaux articles Kula, sont avant tout des ornements. Comme tels, ils accompagnent les costumes de danse les plus tarabiscotés et ne sont portés que lors des réjouissances – les importantes danses cérémonielles, les grandes fêtes, les énormes rassemblements où plusieurs villages sont représentés (comme on peut le voir à la Pl. VI). Ils ne servent jamais ni à l’usage quotidien ni aux occasions de peu d’importance – petites danses au village, réunions pour la récolte, expéditions amoureuses ; pour ces circonstances, on se contente de se peindre la figure, de porter des parures florales et des ornements qui pour n’être pas ceux de tous les jours, sont cependant assez modestes (voir Pl. XII et XIII). Mais, quoique utilisables et de temps à autre utilisés, ce n’est pas là la fonction principale de ces articles. Ainsi, un chef peut avoir en sa possession plusieurs colliers de coquillages et quelques brassards. Supposons qu’une grande fête dansante se déroule dans son village ou dans un village voisin et qu’il y assiste. À moins qu’il n’ait l’intention de danser lui-même et de s’embellir à cet effet, il évitera de porter ses parures ; en revanche, l’un de ses parents, de ses enfants ou de ses amis, et même de ses vassaux, pourra les mettre, pour peu qu’il les demande. Si vous rencontrez, lors d’une fête ou d’une danse, plusieurs hommes revêtus de ces ornements, et que vous demandiez à quelques-uns d’entre eux, pris au hasard, à qui ceux-ci appartiennent, il y a beaucoup de chances pour que plus de la moitié des personnes interrogées répondent qu’elles n’en sont pas propriétaires et que ces objets leur ont été prêtés. Ces bijoux ne sont donc pas acquis aux fins de s’en servir ; le privilège de s’en parer n’est pas le but réel de leur possession.

4En outre – et ceci est plus significatif – de loin le plus grand nombre de ces brassards de coquillage, presque neuf sur dix, sont d’une dimension trop réduite pour pouvoir servir, même à des jeunes garçons et à des petites filles. Quelques-uns sont si gros et si précieux qu’ils ne seront pas portés du tout, sauf une fois tous les dix ans, un jour de très grande fête, par un personnage fort important. Bien que tous les colliers de coquillages, eux, soient portables, certains sont regardés comme trop riches et trop incommodes pour qu’on en fasse un usage fréquent ; ils sont réservés pour des circonstances exceptionnelles.

5Cette description négative nous force à poser la question : pourquoi, en ce cas, attache-t-on tant de prix à ces objets et à quoi servent-ils ? Seul l’ensemble du contenu des chapitres qui suivent fournira une réponse complète à cette question, mais il importe d’en donner dès maintenant une idée approximative. Comme il est toujours préférable d’aborder l’inconnu à partir du connu, réfléchissons une minute pour voir si nous n’avons pas nous-mêmes des objets qui jouent un rôle semblable et que nous possédons et employons d’une façon identique.

6Lorsque, après six années d’absence passées dans le Pacifique et en Australie, je rentrai en Europe et fis ma première visite touristique au château d’Edimbourg, on me montra les Joyaux de la Couronne. Le guide raconta moult histoires sur la manière dont ils furent portés par ce roi-ci ou cette reine-là en telle ou telle occasion, sur la façon dont certains d’entre eux avaient été transportés à Londres, à la grande et juste indignation de tout le peuple écossais, sur les circonstances de leur restitution. Il ajouta qu’aujourd’hui, à la satisfaction générale, ils sont sous clef, en sûreté, et que nul n’a l’autorisation d’y toucher. Comme je les contemplais en songeant à quel point ils paraissaient laids, inutiles, sans goût, et même prétentieux, j’eus l’impression d’avoir déjà écouté quelqu’un me raconter pareille chose, d’avoir vu de nombreux objets de cette sorte, qui, à l’époque, avaient éveillé en moi des sentiments comparables.

7Et c’est alors que j’eus la vision d’un village indigène érigé sur un sol de corail, d’une petite plate-forme imparfaite aménagée temporairement sous le dais de feuillage d’un pandanus, avec, tout autour, un grand nombre d’hommes bruns et nus. Je revis l’un d’eux me montrant de grêles et longs colliers rouges ainsi que de gros objets blancs, abîmés par l’usage, disgracieux à la vue et onctueux au toucher. Avec un respect religieux, il me disait leurs noms, me contait leur histoire, m’apprenant par qui et quand ils avaient été portés, en quelles occasions ils avaient changé de main, et comment leur possession temporaire était un signe manifeste de l’importance et de l’excellente renommée du village. L’analogie entre les vaygu’a (choses précieuses) européens et trobriandais mérite d’être mieux précisée. Les Joyaux de la Couronne, comme, en fait, tout bijou de famille trop riche et peu facile à porter, sont du même genre que les vaygu’a, en ce sens qu’on ne les possède que pour le plaisir de les posséder ; c’est le droit exclusif que l’on a sur eux, avec la gloire qui s’y rattache, qui leur confère leur valeur intrinsèque. Aussi les bijoux de famille, tout comme les vaygu’a, sont-ils prisés dans la mesure où ils évoquent des souvenirs du passé. Si vilain, inutile et dépourvu de valeur qu’un objet soit – selon les critères courants –, il a pu figurer dans des scènes historiques et passer entre les mains de personnalités célèbres ; du fait qu’il reste le témoin inaltérable d’événements importants et chers à notre cœur, il n’est pas étonnant qu’on en fasse grand cas. Ce sentimentalisme historique, qui, en réalité, entre pour une bonne part dans l’intérêt général que nous portons aux choses du passé, existe aussi dans les Mers du Sud. Chaque objet Kula de qualité possède son nom propre, et sous la forme d’une histoire ou d’une légende, il a sa place dans les traditions des indigènes. Les Joyaux de la Couronne, les bijoux de famille, sont respectivement des insignes de rang et des symboles de richesse ; et rang et richesse allaient de pair, chez nous aux temps jadis, en Nouvelle-Guinée il y a seulement encore quelques années. La principale différence est que les biens Kula ne restent qu’un moment la propriété d’une personne, chose qui, en Europe, ferait perdre une bonne partie de sa valeur à un trésor.

8Si on envisage le problème d’un point de vue ethnologique plus large, il est permis de classer les objets précieux Kula parmi les nombreuses choses « cérémonielles » qui reflètent la richesse : les armes démesurées, sculptées et décorées, les outils de pierre, les articles à usage domestique ou artisanal, trop bien ornés et trop massifs pour être employés. On qualifie d’ordinaire ces objets de « cérémoniels », mais le mot semble revêtir de très nombreuses acceptions, à tel point qu’il en vient à ne plus rien signifier du tout. En réalité, très souvent, surtout sur les étiquettes des musées, un article est dit « cérémoniel », simplement parce qu’on ignore tout de son emploi et de sa nature exacte. En me bornant aux expositions relatives à la Nouvelle-Guinée, je puis dire que bon nombre de ces prétendus objets cérémoniels ne sont que des articles d’usage d’une excessive grandeur, que la richesse de leur matière et la somme de travail nécessitée par leur fabrication ont promus au rang de biens de thésaurisation. En outre, d’autres sont utilisés lors des fêtes, mais ne jouent aucun rôle dans les rites et les cérémonies : ils ne servent qu’à la parure et peuvent donc être dénommés objets de parade (cf. chap. VI, div.1). Enfin, un certain nombre sont les véritables instruments des rites magiques et religieux et ils font partie de l’appareil inhérent à toute cérémonie. Ceux-là seuls peuvent être qualifiés à bon droit de cérémoniels. Lors des fêtes So’i chez les Massim du Sud, les femmes tiennent en main des haches de pierre polie au manche joliment sculpté, elles accompagnent du rythme de leurs pas la batterie des tambours, l’entrée dans le village des porcs et des plants de manguier (voir Pl. V et VI). Comme il s’agit d’une partie de la cérémonie et que les haches en constituent un accessoire indispensable, leur usage peut, dans ce cas, être légitimement tenu pour « cérémoniel ». De plus, dans certaines cérémonies magiques des Trobriands, le towosi (le magicien du jardin) doit porter, à cheval sur son épaule, une lame de hache dont il se sert pour assener un coup rituel sur un tas kamkokola (voir Pl. LIX ; cf. chap. II, div. IV).

9Les vaygu’a – objets Kula de valeur – sont, sous l’un de leurs aspects, des outils trop grands pour pouvoir servir. Il s’agit toutefois aussi d’objets cérémoniels au sens étroit et correct du mot. Ceci deviendra beaucoup plus clair après la lecture des pages qui suivent, et nous reviendrons sur ce point au dernier chapitre.

10Il ne faut pas oublier que nous tentons ici de donner une idée précise et vivante de ce que représentent les biens Kula pour les indigènes, et que nous ne nous proposons pas de les définir ou d’en fournir une description détaillée et circonstanciée. Le parallèle avec les bijoux de famille européens et les Joyaux de la Couronne a été établi dans l’intention de montrer que ce type de propriété n’est pas une coutume bizarre propre aux Mers du Sud et tout à fait étrangère à nos conceptions. En effet – et je veux insister sur ce point – la comparaison que j’ai faite ne se base pas sur une similitude purement extérieure et superficielle. Les forces psychologiques et sociologiques en jeu sont identiques ; c’est vraiment la même attitude mentale qui fait que nous attachons du prix à nos bijoux de famille et que les indigènes tiennent tant à leurs vaygu’a.

Haut de page

Notes

1 Le professeur C. G. Seligman, op. cit. [The Melanesians of British New Guinea, Cambridge, 1910], p. 93, a pu établir que ces brassards, appelés toea par les Motu, font l’objet de transactions depuis le district de Port Moresby jusqu’au Golfe de Papouasie, à l’Ouest. Chez les Motu et les Koita, proches de Port Moresby, ils sont très appréciés et, de nos jours encore, ils atteignent des prix fort élevés, de l’ordre de trente livres, c’est-à-dire bien plus qu’on ne paie le même article chez les Massim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bronislaw Malinowski, « Chapitre III : Données essentiels sur la Kula (III) », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 215-229.

Référence électronique

Bronislaw Malinowski, « Chapitre III : Données essentiels sur la Kula (III) », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2361 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2361

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org