Navigation – Plan du site
Image

Déambuler, glaner, inventorier, classer, créer, présenter. Vers une dérive du sens

Témoignage d’une artiste
Marie-France Dubromel
p. 223-230

Texte intégral

Installation – Histoires de vécu (Détail)

Installation – Histoires de vécu (Détail)

Photographie N & B, Melle, 2002 ©Marie-France Dubromel

1Chineuse et glaneuse, je recueille depuis toujours, dans les brocantes, les vide-greniers ou dans la rue, des pièces de linge de rebut. Déchirées, reprisées, rapiécées ou marquées au fil rouge, elles portent la trace d’une histoire et d’un vécu oubliés : tel un sarrau blanc, taille deux ans, avec au dos, la trace d’un numéro matricule, appliqué à l’encre de chine – ancien marquage de l’orphelinat – négocié âprement dans une brocante ; telle une chemise de nuit, chiffrée A B et rapiécée, vendue dans un vide-greniers par la petite-fille, après le décès de sa grand-mère ou encore une brassière, entièrement cousue à la main, un mouchoir de mariée, finement brodé d’initiales, reprisé et bordé d’une dentelle en partie déchirée, trouvés dans un lot de vieux linge, lors d’une vente ; un fragment de drap chiffré au point de bourdon, devenu « chiffon à carreaux », récupéré sur le bord d’une poubelle ; le tee-shirt déteint, offert par un étudiant aux Beaux-Arts, puisqu’il n’était plus « mettable », etc.

2La lecture de Façons de dire, façons de faire d’Yvonne Verdier (Verdier, 1979) et ma participation à l’exposition Passeurs de linge au musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP) de Paris en 1999, ont modifié avec le temps, le sens de ce collectage, jusqu’à le faire basculer vers l’élaboration d’une mémoire du linge et de sa transmission par le biais d’un marquage spécifique, au fil rouge. L’aboutissement de ce travail fut exposé sous la forme d’une installation (voir photo), en 2002, au cours d’un hommage rendu à l’ethnologue Yvonne Verdier, à Melle (Deux-Sèvres), sa ville natale.

  • 1 Mercerie ambulante, Marie-France Dubromel : http://mercerieambulante.typepad.com

3Simultanément, le glanage d’objets insignifiants, sur les trottoirs des villes, passé au crible de l’idée de l’infra-ordinaire de Georges Perec ouvrit la voie à la constitution d’un cabinet de curiosités personnel. Les éléments glanés, inventoriés et toujours fixés au fil rouge et à l’aiguille, dans des carnets ou sur des feuilles de croquis, sont présentés en accumulation chronologique. Les déambulations urbaines et la logique du fil rouge relient ces deux types de collectages et servent de base au concept artistique : Mercerie ambulante (Dubromel, 2002)1.

  • 2 Verdier Y. (1979), Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard, p. 15.

4Dans Façons de dire, façons de faire, Yvonne Verdier relate une enquête ethnographique menée au début des années 1970 dans le village de Minot (Côte d’Or). Son étude est traversée par la parole et le récit des femmes du village et s’intéresse en particulier à trois grandes figures, « La lingère, la couturière, la cuisinière », dont les fonctions accompagnaient les grandes étapes de la vie, de la naissance à la mort : « En leur parole, elles possèdent et l’intelligence de leur propre réalité et le don de la transmettre2. » Dès la parution du livre, « la lingère » et « la couturière » résonnèrent en moi. Ravivant les souvenirs lointains des femmes de ma famille (une grand-mère qui avait appris le métier de brodeuse à l’orphelinat, une tante couturière, etc.), elles donnaient subitement un sens à la récupération du linge ancien que j’accumulais depuis des années.

5Le processus d’une rêverie/réflexion s’engagea alors, jusqu’à l’élaboration dans les années 1990, d’une « mémoire du linge ». Fort intéressée par les problèmes d’écriture et de lecture (exerçant à cette époque le métier de bibliothécaire et participant activement au développement de la lecture publique), je fus vivement frappée par l’analyse de la marquette :

  • 3 Verdier, Façons de dire, façons de faire, op. cit., p. 180-181.

La marquette […] est un petit carré de canevas, où les petites filles brodent au point de croix – le point de marque – l’alphabet de A à Z et les chiffres de 1 à 9 avec le 0 au bout. […] Ici la leçon de broderie se fait leçon d’écriture et de calcul. […] La marquette est un modèle et délimite l’essentiel de l’usage qu’auront désormais à faire les filles des chiffres et des lettres, dès leur sortie de l’école : marquer de leurs initiales leur trousseau, chiffrer leur linge, numéroter leurs draps. Comme si tout l’apprentissage scolaire, cette « instruction élémentaire aux filles », les premiers degrés de l’écriture et de l’arithmétique, étaient entièrement transmis au travers de cette technique couturière, non à l’encre et à la plume mais avec du fil et une aiguille3.

  • 4 Caux J. (2003), Tissée, tendue au fil des jours, la toile de Louise Bourgeois, Paris, Seuil, p. 56.

6Inventoriant, échantillonnant et observant les différents types de marquages sur le linge récupéré, je réalisai – à l’instar de cette génération de filles de Minot – une marquette personnelle et effectuai de nombreux essais d’écriture au « point de marque », appliqués ensuite dans des « cahiers de couture ». Exercices d’admiration et de mémoire, exécutés au fil rouge no 498 DMC (nuance utilisée par ma grand-mère, vers 1900, pour marquer son trousseau). Sitôt initiée, je me libérai de cette tradition fraîchement acquise pour inventer des jeux d’écritures décalées, contrariées ou inversées : « C’est l’envers qui vous dit la vérité4. »

7Parmi les différents types de lettrages observés, j’avais vite repéré le marquage simple et rapide utilisé par les blanchisseries jusque dans les années 1960 pour identifier le linge déposé par les clients. Je m’essayai à cet alphabet au fil et à l’aiguille, où chaque lettre s’effectue en trois ou quatre traits.

8Je me risquai même à esquisser quelques mots : « vie », « liens », « oubli » qui désignaient, à mon sens, les grandes étapes de la vie. Je soumis ces essais à une ancienne blanchisseuse. Elle me donna son aval : « Moi qui n’ai jamais marqué au fil plus de deux ou trois initiales à la fois, sur des draps ou des vêtements, toute ma vie, je n’avais jamais pensé que ça pouvait faire une écriture. »

9Ainsi, le marquage de blanchisserie devint-il « écriture ». En 1999, je fis état de ces recherches à la médiathèque de Marly-Le-Roy, dans le cadre d’une exposition personnelle intitulée Tradition, mémoire, contrariété. Marquage/Démarquage. Au vernissage, je rencontrai Anne Tricaud, alors conservateur du département textile au musée national des Arts et Traditions populaires de Paris. Dans les semaines qui suivirent, elle m’invita à participer, en tant qu’artiste, à l’exposition Passeurs de linge : trousseaux et familles dont elle était commissaire avec Patrick Prado, ethnologue et chercheur au CNRS (Prado et Tricaud, 1999).

  • 5 Didi-Huberman G. (2002), NINFA MODERNA, essai sur le drapé tombé, Paris, Gallimard, p. 116.

10À l’appui du travail d’Yvonne Verdier, l’exposition mettait l’accent sur la transmission, à partir d’une donation récente faite au musée, en insistant sur l’étude de pièces de linge et de vêtements spécifiques aux grands passages de la vie : la naissance, le mariage et la mort. À la suite, j’intégrai le groupe « Linge », support de réflexion théorique de l’exposition dont les recherches se poursuivaient. Dans la logique des analyses d’Yvonne Verdier et des Passeurs de linge, mon rapport au linge se modifiait encore. L’idée s’imposa à moi de redonner une identité et une mémoire aux oripeaux disqualifiés de mes réserves. « Mais pour ce travail de mémoire – qui n’est en rien une restauration, une restitution du passé –, il faut sans relâche “explorer des possibilités nouvelles”, c’est-à-dire inventer des formes5 ».

11Le fil rouge de la tradition fut le « passeur ». La pièce de linge devint « page d’écriture ». En collectant le linge, je m’enquerrais toujours des noms qui avaient existé derrière les initiales brodées, d’une ancienne appartenance ou d’une anecdote relative aux pièces récupérées. Simultanément, je glanais des récits de vécu du linge, au moyen d’un questionnaire qui circula pendant quelques mois. J’interrogeai ainsi, des hommes et des femmes, toutes générations confondues.

12J’obtins environ 150 histoires. J’en sélectionnai 80 qui témoignaient des grands passages de la vie et demandai à leurs auteurs, l’autorisation de les transcrire et aussi de les exposer, si l’occasion se présentait. Tel un scribe, j’inscrivis sur les pièces de linge, au fil rouge et à l’aide du marquage de blanchisserie, les anecdotes de la vie qui m’avaient été confiées. À titre d’exemples : sur la chemise de nuit vendue par la petite-fille, j’écrivis, au fil rouge, quelques indications recueillies sur la grand-mère : « Chemise ayant appartenu à Augusta Bois, née vers 1900. Décédée en 1992 » ; le sarrau d’orphelin devint le support du récit suivant : « Ma grand-mère qui était orpheline, avait appris le métier de brodeuse à l’ouvroir de l’orphelinat » ; le mouchoir de mariée s’accompagna du récit fait par une amie : « Bonne-Maman a donné à la plus jeune de ses petites filles un de ses mouchoirs brodés à la main qu’elle avait acheté lors de ses voyages successifs en Suisse : Si tu pleures durant ton mariage, tu pourras y essuyer tes larmes. La petite fille a ri de l’allusion aux larmes. À son mariage, elle a pleuré à l’évocation de son père, mort depuis trois ans et a essuyé ses larmes avec le mouchoir suisse de Bonne-Maman » ; sur le tee-shirt déteint, je transcrivis fidèlement : « Sur un tee-shirt blanc, j’avais fait le transfert d’un de mes dessins de la “Faucheuse”. Un jour, par mégarde, ma copine le mit à tremper avec un pull rouge… »

13De nouveau identifié et nommé (chemises de jour, sarraus, guimpes, caracos, blouses de deuil, mais aussi tee-shirts, jeans…), le linge se rechargea de traces de mémoire. L’ensemble des 80 pièces de linge prit la forme d’une installation : Histoires de vécu.

  • 6 Boltanski C., Grenier C. (2007), La vie possible de Christian Boltanski, Paris, Seuil, p. 45.
  • 7 Perec G. (1975), Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris, Bourgois, p. 10.
  • 8 Tàpies A. (2002), La peinture au corps à corps, Antibes, Musée Picasso, p. 25.
  • 9 Baudelaire C. (1961), Œuvres complètes, Paris, Gallimard, p. 327.

14Dans un volume de 3 m L × 3 m l × 3 m H, les pièces de linge, fixées sur des cintres métalliques de blanchisserie, sont suspendues à des chaînes, à la manière des « Salles des pendus » des centres miniers. L’accrochage exprime l’idée du vêtement vidé de son corps et voué à l’oubli. Il est parcouru d’une vibration de mémoire, grâce aux récits de vie transcrits au fil rouge. Mon intérêt pour les textiles de rebut, les histoires du sensible, « la petite mémoire6 » mais aussi pour les objets insignifiants qui traînent sur le sol, pour « […] ce que l’on ne note généralement pas, ce qui ne se remarque pas, ce qui n’a pas d’importance : ce qui se passe quand il ne se passe rien7… » m’a simultanément incitée, au cours de déambulations urbaines quotidiennes, au glanage de bouts de fil, de résidus textiles, de boutons, de petits objets anodins, perdus ou abandonnés sur le macadam. Persuadée que : « […] les petites choses laissées à l’abandon sont parfois les plus significatives [… et qu’] un petit objet perdu dans un amas de matière sale peut amener à faire accepter la vie comme un exercice d’humilité8 », je m’identifie souvent au « chiffonnier » de Baudelaire : « Voici un homme chargé de ramasser les débris d’une journée de la capitale. Tout ce que la grande cité a rejeté, tout ce qu’elle a perdu, tout ce qu’elle a dédaigné, tout ce qu’elle a brisé, il le catalogue, il le collectionne9. »

  • 10 Benjamin W. (1989), Paris, capitale du xixesiècle : le livre des passages, Paris, Cerf, p. 856.

15Walter Benjamin affirme à ce propos : « Mais les chiffons, le déchet : je ne veux pas les décrire, eux, mais les présenter10. » Dans cette perspective, j’établis pour les « objets orphelins » qui m’appellent et que je ramasse, des inventaires et des classifications. Le plus souvent, les glanages sont photographiés, à titre de repérage, sur le lieu du collectage. Ils sont toujours situés, datés et accompagnés d’indications météorologiques. Ils constituent mes « Comptoirs de mercerie ».

  • 11 Spoerri, D. (1993), La collection de Mama W., Oiron, Château d’Oiron, p. 7.

16À la fois journal de bord, champ d’observation, source de rêverie, inventaire du dérisoire et de l’oubli, cabinet de curiosités personnel, rapport au temps qui passe, ils sont aussi un hommage rendu à L’infra-ordinaire de Georges Perec (Perec, 1989) et aux Musées sentimentaux de Daniel Spoerri : « Dans Les musées sentimentaux, les objets exposés ne fonctionnent pas par leur valeur esthétique ou documentaire. Ils n’existent que par leur charge émotive. […] Ce genre d’objets n’a aucune valeur scientifique. On ne peut rien en déduire11. »

  • 12 Prado P. (2006), « Du musée de l’Homme au quai Branly. Objets orphelins, pour un musée de l’oubli » (...)
  • 13 Didi-Huberman, NINFA MODERNA..., op. cit., p. 115.

17Une fois recueillis, se pose pour ces objets de rebut, la question de la nomination et de la présentation, à l’intérieur du concept artistique Mercerie ambulante : « […] Que faire des objets en général ? La tendance n’est-elle pas à ce qu’ils deviennent tous orphelins ? Comment les nommer ? […] quel doit être leur dernier lieu de repos12 ? » et comment procéder pour « Retrouver la posture du mendiant ou du chiffonnier : se nourrir de peu, créer du savoir en collectionnant des détritus, créer des mondes esthétiques en bricolant les rebuts13 » ?

18Glaneuse et classeuse obsessionnelle (sans doute à cause de mon ex-métier de bibliothécaire), c’est le Penser/classer de Georges Perec (documentaliste, lui aussi) qui préside à l’organisation des objets récupérés. Ils sont fixés, le jour même de leur récolte, au fil rouge et à l’aiguille sur des feuilles de croquis (13,5 l × 21 cm H), puis situés, datés. On peut suivre sur l’envers de la feuille, le tracé du montage au fil rouge. Glissés dans des pochettes en plastique transparent, ces glanages sont exposés sous forme d’accumulation chronologique. D’autres objets sont inventoriés et classés dans des boîtes à reliques, des tiroirs ou des carnets d’échantillons thématiques. Les éléments rouges, par exemple, prennent place dans « les carnets du Rouge », les fragments avec nœuds rejoignent « le livre des nœuds », les boutons trouvés sont cousus sur des cartes à boutons, les listes de courses participent au « livre des listes » et les petits papiers annotés d’adresses et de numéros de téléphone, sont fixés dans un « carnet d’adresses » ; d’autres encore sont appliqués avec soin, dans un cahier élégant et deviennent mes « Pretty-made ».

19Vieille obsession des merceries et des cabinets de curiosité fréquentés dans mon enfance, à commencer par celui, initiatique, qui m’aura le plus fascinée et terrorisée : l’armoire grillagée d’une salle de classe qui laissait entrevoir fossiles, herbiers et débris poussiéreux, sous la surveillance d’un crâne humain que je croyais hilare.

20Pourquoi s’y intéresser ? Dans trente ans, dans cinquante ans, mes petits vestiges du quotidien, si familiers, si ordinaires, sans intérêt, seront-ils toujours identifiables ? Pourront-ils encore être nommés par ceux qui les examineront ? Sera-t-il possible de dire en quoi ils nous avaient concernés ?

  • 14 Perec G. (1989), L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, p. 12.

Interroger l’habituel […] Peut-être s’agit-il de fonder enfin notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non plus l’exotique, mais l’endotique […]. Questionnez vos petites cuillers. Qu’y a-t-il derrière votre papier peint14 ?

  • 15 Meunier J. (1993), Voyages sans alibi, Paris, Flammarion, p. 38.

21Étrangeté future de notre quotidien le plus ordinaire et, d’une manière plus générale, « Peut-on faire de l’ailleurs avec de l’ici15 ? ». Ainsi, la lecture d’Yvonne Verdier et de Georges Perec a permis d’enclencher un processus de transformations successives des chiffons et des objets de rebut, jusqu’à les faire basculer dans une identification nouvelle et les réinscrire dans la mémoire collective. Ultime retournement : d’objets abandonnés, ils deviennent objets exposés, par le biais du dispositif artistique d’installation.

  • 16 Bourriaud N. (2004), Postproduction. La culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde (...)

22Si « C’est le regardeur qui fait le tableau16 », comme l’affirmait Marcel Duchamp dès 1949, lors de « The Western Table of Modern Art » à San Francisco, c’est bien sûr « le regardeur » qui opère le retournement final des objets. On assiste alors, au retournement du retournement.

23Ce « chantier » de récupération, d’inventaire et de classement qui m’obsède et m’occupe depuis toujours, ne devrait cesser qu’à la fin de mes jours valides et conscients. Ponctuation du temps qui passe. Interrogation personnelle de la notion de vanité.

24Les textiles usagés et les objets dérisoires, reconsidérés et montrés sous une forme nouvelle, tentent de contribuer à l’exploration de la mémoire ordinaire. Ils souhaiteraient participer, avec humilité, à l’élaboration d’une poétique du quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Baudelaire C. (1961), Œuvres complètes, Paris, Gallimard.

Benjamin W. (1989), Paris, capitale du xixe siècle : le livre des passages, Paris, Cerf.

Boltanski C., Grenier C. (2007), La vie possible de Christian Boltanski, Paris, Seuil.

Bourriaud N. (2004), Postproduction. La culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Paris, Presses du réel.

Caux J. (2003), Tissée, tendue au fil des jours, la toile de Louise Bourgeois, Paris, Seuil.

Didi-Huberman G., (2002), NINFA MODERNA, essai sur le drapé tombé, Paris, Gallimard.

Dubromel M.-F. (2002), Mercerie ambulante, Rambouillet, Médiathèque Florian.

Meunier J. (1993), Voyages sans alibi, Paris, Flammarion.

Perec G. (1975), Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris, Bourgois.

Perec G. (1985), Penser/Classer, Paris, Hachette.

Perec G. (1989), L’infra-ordinaire, Paris, Seuil.

Prado P. (2006), « Du musée de l’Homme au quai Branly. Objets orphelins, pour un musée de l’oubli », Medium, 8, Transmettre pour innover, p. 26-41.

Prado P., Tricaud A. (1999), Passeurs de linge : trousseaux et familles, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux.

Spoerri D. (1993), La collection de Mama W., Oiron, Château d’Oiron.

Tàpies A. (2002), La peinture au corps à corps, Antibes, Musée Picasso.

Verdier Y. (1979), Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Mercerie ambulante, Marie-France Dubromel : http://mercerieambulante.typepad.com

2 Verdier Y. (1979), Façons de dire, façons de faire, Paris, Gallimard, p. 15.

3 Verdier, Façons de dire, façons de faire, op. cit., p. 180-181.

4 Caux J. (2003), Tissée, tendue au fil des jours, la toile de Louise Bourgeois, Paris, Seuil, p. 56.

5 Didi-Huberman G. (2002), NINFA MODERNA, essai sur le drapé tombé, Paris, Gallimard, p. 116.

6 Boltanski C., Grenier C. (2007), La vie possible de Christian Boltanski, Paris, Seuil, p. 45.

7 Perec G. (1975), Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Paris, Bourgois, p. 10.

8 Tàpies A. (2002), La peinture au corps à corps, Antibes, Musée Picasso, p. 25.

9 Baudelaire C. (1961), Œuvres complètes, Paris, Gallimard, p. 327.

10 Benjamin W. (1989), Paris, capitale du xixe siècle : le livre des passages, Paris, Cerf, p. 856.

11 Spoerri, D. (1993), La collection de Mama W., Oiron, Château d’Oiron, p. 7.

12 Prado P. (2006), « Du musée de l’Homme au quai Branly. Objets orphelins, pour un musée de l’oubli », Medium, 8, Transmettre pour innover, p. 32.

13 Didi-Huberman, NINFA MODERNA..., op. cit., p. 115.

14 Perec G. (1989), L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, p. 12.

15 Meunier J. (1993), Voyages sans alibi, Paris, Flammarion, p. 38.

16 Bourriaud N. (2004), Postproduction. La culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde contemporain, Paris, Presses du réel, p. 13

Haut de page

Table des illustrations

Titre Installation – Histoires de vécu (Détail)
Crédits Photographie N & B, Melle, 2002 ©Marie-France Dubromel
URL http://socio-anthropologie.revues.org/docannexe/image/2363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-France Dubromel, « Déambuler, glaner, inventorier, classer, créer, présenter. Vers une dérive du sens », Socio-anthropologie, 30 | 2014, 223-230.

Référence électronique

Marie-France Dubromel, « Déambuler, glaner, inventorier, classer, créer, présenter. Vers une dérive du sens », Socio-anthropologie [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 29 juin 2016, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/2363 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.2363

Haut de page

Auteur

Marie-France Dubromel

Marie-France Dubromel, « mercière ambulante », glaneuse urbaine et plasticienne, déambule avec son baluchon rempli de menus objets de rebut, de chiffons, de bouts de fils, de boutons, de papiers froissés et déchirés, de livres, d’écritures, d’images, de photographies, de reliques diverses… portant la marque d’un vécu disparu. Tel un colporteur, elle installe ces inventaires du dérisoire, du rejet et de l’oubli – sous forme d’installations ou d’accumulations – dans des lieux spécifiques, au hasard des rencontres et des propositions. « Le fil rouge va où il veut » est sa devise.
Contact : mf.dubromel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org