Navigation – Plan du site

Des collectifs éphémères

Appel à contribution pour le no 33 de Socio-anthropologie
Numéro publié : https://socio-anthropologie.revues.org/1851
Ephemeral collectives

Résumé

La revue Socio-anthropologie consacrera son numéro 33 aux « Collectifs éphémères ». Nous lançons dans cette perspective un appel à communication qui s’adresse à des chercheurs issus  des différentes sciences humaines et sociales. La notion de « collectif éphémère » est moins une caractérisation ontologique que l’affirmation du parti d’aborder des formes sociales à partir de leurs dimensions temporelles. Les contributions devront s’appuyer sur des terrains et privilégier les dimensions temporelles, mais aussi matérielles, dans leurs descriptions et analyses des collectifs.

Haut de page

Notes de la rédaction

Numéro coordonné par Sophie Poirot-Delpech.

Référence : « Des collectifs éphémères», Appel à contribution, Calenda, publié le lundi 15 décembre 2014, http://calenda.org/309486

Argumentaire

Les sociétés contemporaines voient proliférer des manières  inédites « d’exister ensemble » (Bouvier). La description et la qualification de ces collectifs est au cœur de la démarche socio-anthropologique et une des priorités de la revue Socio-anthropologie.

Dans cet esprit, le numéro 32 (ou 33) de la revue Socio-Anthropologie aura pour thème « Des collectifs éphémères ». Il paraîtra fin 2015.

La notion de « collectif éphémère » est moins une caractérisation ontologique que l’affirmation  du parti d’aborder des formes sociales à partir de leurs  dimensions temporelles. Ces collectifs éphémères peuvent être des moments institués (dans les mondes du travail, des loisirs, du religieux, de l’art, du politique) où les individus qui le constituent existent ensemble de façon éphémère dans une action commune à travers des relations où ils se reconnaissent sans nécessairement se connaître. Ces collectifs peuvent se reproduire, régulièrement ou sporadiquement. Ils renvoient à des cadres sociaux partagés qui s’actualisent momentanément et parfois se régénèrent par ces phénomènes.  

Mais les collectifs éphémères peuvent se produire également à la suite d’un événement ou  « accidentellement » (pour reprendre une expression du sociologue aujourd’hui oublié Alfred Espinas). L’arrêt accidentel d’un train par exemple, s’il se prolonge, peut donner lieu à l’émergence d’un « nous » (avec  des échanges-don, la désignation de porte-parole, une médiatisation instantanée, des outisiders), entre des individus pourtant  peu disposés a priori à créer une communauté. On pourra se poser la question des « traces » laissées sur les individus qui ont été, provisoirement et plus ou moins volontairement, l’élément d’un collectif de ce type. Dans d’autres cas, Une situation ou un évènement peuvent-ils, par exemple, donner lieu à une réalité commune et durable ? 

Ouvrir, avec ce numéro de Socio-Anthropologie, un chantier sur les collectifs éphémères apparaît comme un moyen de scruter la spécificité de modalités de l’exister ensemble dans les sociétés contemporaines tout en interrogeant  dans leur pluralité les façons dont les théories du social (sociologie critique à la Bourdieu, l’interactionnisme symbolique, la théorie critique, socio-anthropologie, pragmatisme, etc) se saisissent et rendent compte de ce type de phénomène.  

Selon la perspective développée par la revue, cet appel à communication s’adresse à des chercheurs  des différentes  sciences humaines et sociales. Les contributions devront s’appuyer sur des terrains  et privilégier les dimensions temporelles et matérielles  dans leurs descriptions et analyses des collectifs étudiés.  

Modalités de soumission

Un projet d’environ 3000 signes devra être envoyé à la responsable du numéro : sophie.poirot-delpech [at] orange.fr :

  • avant la fin du mois de janvier 2015

  • et une réponse sera donnée avant la fin du mois de février.

  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org