Navigation – Plan du site

Le monument, la commémoration et l’écriture de l’Histoire

Jean-Yves Boursier

Texte intégral

1En mai 1981, le président Mitterrand plaçait symboliquement son premier septennat sous le signe de la commémoration par une montée au Panthéon, forme d’inscription dans une filiation républicaine linéaire allant de Victor Schœlcher à Jean Moulin, en passant par Jean Jaurès. Sa présence dans la crypte de cet « immense monument aux morts1 » républicain produisait une sacralisation de son pouvoir.

2Sans doute, inaugurait-il de façon spectaculaire un temps commémoratif dans lequel la France semble s’être engagée. On n’a jamais autant parlé de mémoire, de lieux de mémoire, et les cérémonies diverses se sont multipliées parfois au cours de vastes opérations médiatiques : bicentenaire de la Révolution, centenaire de l’affaire Dreyfus, cinquantième anniversaire de la Libération. Dans le même temps, des musées de tous types : écomusées, musées de la Résistance et de la Déportation, mémoriaux, centres de la mémoire, ont essaimé sur tout le territoire national. Par définition lieux de conservation de ce qui a disparu, ils incitent à la nostalgie et prennent place dans un dispositif relevant du tourisme historique et d’une véritable topolâtrie mémorielle2.

3Certes, depuis longtemps, la France affectionne les commémorations, institutionnalisation d’un culte du souvenir. Pendant des décennies, elle a été rythmée par les cérémonies du 11 novembre dont Raoul Girardet écrit qu’elles relevaient du « deuil national3 ». Ces commémorations à la mémoire des morts de 14-18, ceux de « la grande guerre », étaient prescrites par l’Etat, qui avait organisé la construction des monuments aux morts et entrepris la structuration d’une mémoire nationale sur la guerre4. Le cérémonial organisé autour du monument était bien réglé. L’instituteur, « hussard noir de la République », encadrait « les enfants des écoles » comme il l’avait fait avec les paysans dans les régiments de ligne au feu. C’était la continuité.

4Commémorer est une manière de se souvenir, et cela pose comme question le rapport à un passé collectif dans le rappel à soi de ce qui a disparu. C’est aussi délivrer un message au cours d’une opération de transmission et de communication dont le monument est souvent le lieu central. Celui-ci ne serait qu’un assemblage ou un amas de pierres si n’existaient pas autour de lui les liturgies, les pèlerinages, s’il n’était pas construit socialement comme un lieu pour se souvenir, comme un élément constitutif d’une mémoire, avec « valeur de remémoration intentionnelle » (Aloïs Riegl5). L’implantation du monument commémoratif marque le territoire ; son inscription dans le paysage est, en elle-même, une forme de construction d’un espace politique. Souvent, les imposants monuments dédiés aux morts de 14-18 occupent une place centrale dans l’espace public républicain, face à la mairie-école et à l’église, symbolisant le rôle de la nation, le sacrifice pour la patrie, pour ce que Péguy, dans une envolée lyrique, nommait « La République… Notre royaume de France6 ». Ces monuments portent les noms des enfants du village et montrent que chaque communauté locale a versé son sang pour des valeurs unificatrices qui transcendent les différences et les particularismes locaux. Les stèles et les monuments relatifs à la Deuxième guerre mondiale portent des noms de victimes d’origines géographiques multiples. Le monument délimite également un domaine sacralisé au point que les graffitis et autres inscriptions sont toujours perçus comme étant des actes sauvages, des insultes à la mémoire, équivalents à une dégradation de sépulture.

5L’épigraphie constitue un autre aspect du monument. L’inscription pour la postérité devient une trace, une part de l’écriture de l’histoire. Nous en avons maints exemples pour la période 1939-1945, où certains écrits relèvent d’une volonté d’inscrire un succédané de mémoire collective. Au cimetière de Terre Cabade à Toulouse, chaque année depuis cinquante-six ans, une cérémonie est organisée à la mémoire du « colonel FTPF Marcel Langer » – tel est le texte écrit sur sa tombe – « arrêté par la police française, guillotiné par le bourreau en service de l’Etat français, le 23 juillet 19437 ». En réalité, il s’appelait Mendel Langer, Juif polonais8. Il était passé par la Palestine britannique et le PC palestinien, puis par les Brigades internationales en Espagne, avait fondé la 35e Brigade FTP-MOI9 à Toulouse et avait été son premier dirigeant. Au moment d’ériger ce monument, le prénom de Mendel était sans doute devenu incompatible avec la terre toulousaine et n’avait pas une consonance française dans un temps où la France retrouvait sa place, comme nation, dans le camp des vainqueurs et où le nationalisme dominait.

6Les monuments représentent les traces visibles du passé pour l’éternité et la volonté de transmission. Elles ont souvent entraîné des conflits politiques. Gérard Namer a bien montré les enjeux de ce qu’il nomme la « bataille pour la mémoire » menée, dès la Libération, entre les gaullistes et les communistes, les deux grandes forces issues de la Résistance10. La victoire des gaullistes s’est traduite par le choix de la localisation au Mont Valérien et par les gravures sur le tympan de la crypte qui glorifient le soldat, l’armée, donc l’Etat, afin de valoriser la France restaurée. De leur côté, les communistes ont enraciné leurs cérémonies en des lieux mythiques comme la carrière de Châteaubriant, des lieux de la martyrologie où l’on préparait « les lendemains qui chantent », des lieux dont Aragon parla dans « la ballade de celui qui chanta dans les supplices11 ».

7J’ai voulu voir comment ces commémorations se passent en province, à l’échelle locale en Saône-et-Loire, un département qui compte beaucoup de monuments et de stèles, qu’il faut relier à l’existence de nombreux maquis (plus de soixante), à l’importance des combats contre l’occupant nazi, aux bombardements alliés, aux rafles antisémites, aux représailles allemandes et aux nombreuses victimes.

Un pèlerinage

8Neuf heures, ce dimanche 6 juillet 1997, à Charbonnières, village situé à 15 km au nord de Mâcon. Au carrefour de routes départementales, sur lesquelles circulent les cyclistes du dimanche, s’élève un monument édifié à la mémoire du capitaine Génevès, tué à cet endroit le 24 août 1944, à la veille de la Libération12. Devant l’imposante sculpture due à Descombins, à la disproportion évidente, inaugurée dès le 24 août 1945, quelques personnes : les porte-drapeaux, un officier, un élu et la fanfare d’Igé, une commune voisine. Les cérémonies commémoratives organisées par l’ANACR en Mâconnais-Tournugeois débutent13. Elles conduisent, après un long parcours, au sommet de la montagne de Brancion. C’est une sorte de véritable pèlerinage jalonné de stèles et de monuments, sillonnant les campagnes du Mâconnais, passant des terres à blé et à maïs de Charbonnières aux collines viticoles d’Igé, Azé, Cruzille : un itinéraire marqué par la vigne, avec les vins d’honneur offerts par les municipalités. Mais que commémore-t-on au juste en ces lieux multiples ? Un combat, des combats ? Une bataille comme celle de Cluny du 11 août 1944 ? Des martyrs ?

9La multiplicité des lieux traduit aussi une diversité des faits qui se sont déroulés en des temps différents. Le capitaine Génevès a trouvé la mort le 24 août 1944 dans les combats de la Libération. Le monument d’Igé, construit en 1995, honore la mémoire des maquisards FTP du camp Gambetta de Fontainebrux dans le Jura, tués le 23 décembre 194314. Le monument d’Azé, inauguré le 23 juin 1946, est consacré à la mémoire des maquisards tués le 21 juin et le 2 juillet 1944 ; celui de Bissy-la-Mâconnaise évoque, par une plaque apposée devant le monument aux morts de 14-18, le souvenir de résistants morts en déportation. Sur le monument de Cruzille ont été ajoutés les noms des morts de 1940 à 1945. Enfin, sur le monument de Brancion figurent les noms des civils et maquisards tués le 7 mars 1944 à La Madeleine, en Bresse, à 40 km, mais également ceux du 2 juillet 1944 et même celui d’un ancien dirigeant du maquis FTP de Brancion tué en Indochine. Quatre-vingt-seize noms sont gravés, mais ils ne sont pas classés par ordre alphabétique parce que certains ont été rajoutés progressivement.

10Le 2 juillet 1944 est la date principale. Ce jour-là, les troupes allemandes, aidées par les miliciens de Vichy, ont tenté de briser le dispositif des maquis établis dans la région. Echelonnés sur ce revers oriental du Massif Central, dominant la vallée de la Saône et par conséquent la route nationale 6 et la ligne SNCF Paris-Lyon-Marseille, voies stratégiques, il s’agissait des maquis AS15 de Royer, d’Azé, de Lugny, de Plottes, de Blanot, des maquis FTP de Brancion, de La Chapelle-sous-Brancion et surtout du quartier général de Claude Rochat, « le commandant Guillaume »16, un des deux chefs de l’Armée secrète (AS) avec ses groupes francs, se déplaçant entre le Mont Saint-Romain, Cruzille et Brancion. Les Allemands cherchaient à ratisser le terrain, à terroriser la population. De sérieux accrochages eurent lieu dans la région de Royer où le maquis AS fut le plus éprouvé (6 morts17).

11Cet itinéraire en sauts de puce dans la campagne mâconnaise est significatif de la difficulté d’unifier l’hommage rendu aux victimes de l’occupant allemand. Chacun dit son histoire en chaque lieu, une histoire certes commune mais également particulière, celle d’un groupe de résistants et chaque groupe possède sa mémoire. À Charbonnières, le ton est donné : un ancien du Corps franc des Ravageurs dirigé par Génevès organise le défilé et la présentation des drapeaux. Ensuite, Marcel Vitte, ancien adjoint de Génevès, prend la parole. L’Inspecteur général honoraire d’Histoire, notable mâconnais et néanmoins membre de l’ANACR18, resitue le combat dans le temps long, celui de « la résistance séculaire du Mâconnais pour l’indépendance et la liberté », de ce « Mâconnais, trésor historique ». Il incite à transmettre aux jeunes générations « ce que les résistants ont dans la tête ». D’un côté, il territorialise la mémoire, l’inscrit dans une continuité, dans le temps long, et il fait de la Résistance une tradition, une émanation du local, incitant, de façon incantatoire parce que sans condition, à une opération de transmission.

12Vers 10h15, à Azé, arrivent de la ville les premiers grands notables : Michel-Antoine Rognard, le maire socialiste de Mâcon et Gérard Voisin, le député Démocratie Libérale de Mâcon. Leur présence témoigne de l’intérêt qu’ils portent à leur territoire électoral et l’affirmation que la commune d’Azé mérite une attention toute particulière, sans doute parce qu’elle est la plus peuplée du canton et en raison de l’existence de la cave coopérative, institution stratégique dans les campagnes viticoles. En les voyant, je pensais au propos de Marc Abélès : « Un élu du sol, c’est un individu qui joue la carte de l’enracinement pour acquérir une légitimité véritable19. »

13Mme le maire, par ailleurs présidente des Amis de la Résistance de l’ANACR, prononce le discours. Ensuite, elle offre le verre de l’amitié à la cave coopérative où la foule se presse autour de la table posée sur des tréteaux entre les cuves. C’est le moment des conversations et de la communion autour du verre de vin blanc, sorte de marque culturelle régionale.

14Le cortège reprend son périple pour gagner l’étape suivante : Bissy-la-Mâconnaise. Devant une magnifique église romane, et face au pressoir posé comme décoration ou emblème sur le rond point central, « le commandant Guillaume » m’indique, en aparté, ce que les archives ne traduiront jamais : le café Guillemaud situé derrière nous, sur la place, fut le point de passage pour se rendre à son maquis de Saint-Romain. Comment d’ailleurs des rapports d’homme à homme pourraient-ils s’inscrire sur du papier ? Cela confirme une nouvelle fois l’importance de la communication orale chez les résistants, qui, dans nos sociétés marquées par l’écrit, forment ce que Finley nomme « une société de face à face, dépendante de la parole et non de l’écrit20 ».

15En attendant la cérémonie, des groupes prennent un verre au café. Plus loin à Cruzille, dans ce qui fut le centre des maquis AS, avec le café de Mme Chevenet, des gens du village, de jeunes vignerons, pompiers volontaires, forment la haie d’honneur. Le conseiller général PS, vigneron lui aussi, est sur son territoire. Guillaume remercie la population du village pour ce qu’elle a accompli pour l’implantation et la survie du maquis. Il parle des quelques familles qui ont aidé le maquis, du maire, Edgard Ponthus, mort en déportation. Ces moments d’authenticité tranchent nettement sur le caractère formel des cérémonies.

16L’actuel maire du village préside la cave coopérative de Lugny, position stratégique au sein des réseaux professionnels et interlocuteur privilégié des hommes politiques. Le vin d’honneur est offert par la municipalité, servi sur une table posée sur des tréteaux devant l’église. C’est bien en ce lieu que devrait se dérouler la cérémonie centrale puisque s’y trouvait le centre des maquis que cherchaient à atteindre les Allemands le 2 juillet 1944, mais aucun monument ne le matérialise.

17Arrive l’heure du repas à la salle communale de Martailly-les-Brancion. La commémoration prend la forme d’un banquet, mode de la sociabilité masculine où les épouses sont néanmoins conviées. Cependant, ce sont plus des groupes reposant chacun sur des réseaux, sur des « entre soi », qui s’agglomèrent sans se mélanger. Enfin, il faut entamer la dernière étape pour la cérémonie de 16h : la montée au col qui surplombe le village où est édifié le monument autour duquel se déroule la phase principale du rituel.

Le monument de Brancion

18On a toujours considéré les grandes batailles comme des événements mémorables, dont il faut conserver la trace par un monument autour duquel seront organisées des cérémonies. En témoignent le site du Mont-Mouchet en Auvergne, celui de Vassieux-en-Vercors ou encore les plages du débarquement en Normandie.

19Dans cette région, les gaullistes ont pris l’initiative des grands monuments commémoratifs en inaugurant le « Mur de la Résistance » à Sennecey-le-Grand le 4 septembre 1946, en présence de Jacques Chaban-Delmas21. Quatre-vingt-cinq noms sont gravés dans la pierre : résistants de la région, parachutistes du SAS22, maquisards de Corlay et de Saint-Gengoux23, soldats de la 1e Armée. On y a récemment ajouté le nom d’André Jarrot24.

20Les communistes ont suivi quatre ans plus tard avec l’inauguration du « Monument du maquis de Brancion » le 2 juillet 1950. Les fonds ont été collectés par souscription dans douze communes de la région à l’initiative d’Adrien Boutet, instituteur dans une d’entre elles, président de l’Association des anciens FFI et FTP, adjoint en juillet 1944 d’Henri Vitrier, le chef FTP (zone Nord)25 devenu sous-préfet d’Autun à la Libération. Le monument est construit au sommet du col d’où l’on bascule sur la vallée de la Grosne et le Clunysois. Il est situé en contrebas du château de Brancion, le plus important en Bourgogne du sud, entouré de son village. C’est la région où a débuté la Grande peur de 1789, une des régions où se sont formés les premiers maquis de l’AS puis des FTP.

21Le journal local, de tendance conservatrice, Le Courrier de Saône-et-Loire du 3 juillet 1950, relate la cérémonie : « Le monument qui, au sommet de la côte de Martailly-les-Brancion, rappellera le patriotisme des maquisards de Brancion et le sacrifice de ceux qui sont morts pour leur idéal ». Il signale la présence d’André Jarrot, ancien du BCRA26 gaulliste, compagnon de la Libération, dirigeant du Rassemblement du peuple français (RPF) dans le département qui participe à cette cérémonie aux côtés des communistes, de leur député Rémy Boutavant. Or, on était en pleine guerre froide et des affrontements violents sont fréquents sur le plan national entre le RPF et le PCF.

22L’année précédente, le 10 juillet, « le monument aux fusillés et déportés du Bassin minier » avait été inauguré à Montceau-les-Mines par le ministre des Anciens combattants, M. Bétolaud. André Jarrot, qui sera élu plus tard maire gaulliste de Montceau-les-Mines, ne figurait pas dans la liste des personnalités présentes. De vifs incidents avaient eu lieu entre le PCF et la municipalité, dirigée par le Dr. Mazuez, socialiste (SFIO) de la « troisième force » : drapeaux rouges, banderoles, prise de parole du communiste Boutavant. Les discours officiels n’avaient pu être prononcés.

23Se limiter à une étude ethnologique a-historique du rituel ne permet pas de comprendre ce paradoxe. Pour cela, il faut se plonger dans la micro-histoire locale et régionale, donner de la profondeur historique à l’ethnologie. André Jarrot, toujours appelé fami­lièrement « le Dédé », ancien responsable CGT des électriciens à Chalon-sur-Saône en 1936, devenu agent du BCRA, a traité en août 1943 avec le PCF au plus haut niveau pour obtenir des troupes dont il ne disposait pas afin d’effectuer des sabotages de centrales électriques en Saône-et-Loire. Derrière le rituel des cérémonies se trouve l’indicible, ce qui est enfoui sous la masse des écrits hagiographiques et convenus, sous les « grands récits ». Brancion, où stationnait une équipe de choc FTP, désigne l’alliance scellée en Saône-et-Loire entre l’appareil du PCF et l’appareil gaulliste, le BCRA, le « gaullisme d’Etat » dont parle Charles Tillon27.

24Le monument de Brancion ne présente à l’origine qu’un caractère local, celui du maquis de Brancion. Cependant, depuis les années 60, il est devenu, par la cérémonie qui y est organisée, un monument commémoratif constitué comme « haut lieu », comme centre de la mémoire de la Résistance dans cette partie du département, voire dans l’ensemble du département. Cela est contemporain de l’établissement du consensus sur cette période entre gaullistes et communistes, noué à l’occasion du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon en 1964 et qui a servi de toile de fond à de grandes entreprises mémorielles comme la création du Musée de la résistance nationale à Champigny-sur-Marne.

Au monument

25Le cortège se forme devant l’ancien café Vitrier dynamité et brûlé par les Allemands le 2 juillet 1944. L’affluence se fait plus forte, les officiels plus nombreux : le représentant du préfet, un officier, un sénateur UDF venu en voisin, un jeune député PS de Bresse fraîchement élu, Arnaud Montebourg, qui arrive devançant son adversaire René Beaumont, président DL du Conseil général, quelques conseillers généraux et maires, un conseiller régional PCF, des résistants de tout le département, des figures de la France Libre comme Pierre Brusson et André Jarrot, compagnons de la Libération. Arnaud Montebourg présente ses hommages à André Jarrot, manière d’indiquer qu’il se situe par rapport à la Résistance officielle ou, peut-être, que l’ancien ministre, ayant accompli un brillant parcours politique, représente un modèle de longévité pour ce jeune élu à la fibre jaurèsienne. Là, comme ailleurs, on remarque aisément l’absence complète des jeunes aux cérémonies. On évoque les absents, disparus au cours de l’année écoulée ou terrassés par la maladie.

26L’Etat, par la présence de représentants de l’armée et du préfet, avec des élus au plus haut niveau (président du Conseil général, députés, sénateurs), donnent de l’importance à la cérémonie. Leur choix de se rendre en ce lieu la rend centrale et prescrit un dispositif rituel et politique. D’ailleurs, on attend les élus pour commencer la cérémonie, façon d’être reconnu. Les avait-on attendus pour résister ? En échange, cela leur donne de l’importance. Ainsi s’établit un système de réciprocité qui fonde le consensus.

27Quant à l’ANACR, elle a souvent invité des dirigeants nationaux, des grandes figures de la Résistance étatisée après guerre, à venir prendre la parole en ce lieu : Charles Tillon, Robert Chambeiron, Jacques Debu-Bridel, l’abbé Glasberg, etc. Par la valeur de ces discours, Brancion a été constitué comme une grande scène, une scène nationale, au même titre que la carrière de Châteaubriant. Cela est dû aux réseaux internes à un appareil politique, à la présence locale d’un haut responsable de l’ANACR (membre du Bureau national) qui était membre du maquis local FTP (dit de Brancion) en juillet-août 1944 et, en valorisant ce maquis, a valorisé sa propre action.

28Nous avons en ce lieu l’établissement d’un consensus de la classe politique autour d’une cérémonie mais surtout sur une histoire. Sans doute est-ce la nécessité de montrer que nous avons une histoire commune, même si ce n’est pas vrai. Mais le consensuel possède une fonction d’intégration au sens durkheimien ; il organise un ordre. Pierre Bouvier parle, à juste titre, de « l’exister ensemble28 » comme nomination du collectif mais, dans ce cas précis, il s’agit d’un collectif à bon marché, d’un « exister ensemble » qui ne coûte pas cher aux politiques : une présence et une gerbe. Participer à ces cérémonies n’est pas qualitativement différent d’une présence à un comice agricole.

29Cette cérémonie célèbre un ordre politique, un consensus politique sur l’usage du passé. Lévi-Strauss en explicite très bien le sens : « Une société ne peut se maintenir si elle n’est pas attachée inconditionnellement à des valeurs, lesquelles, pour être incondi­tionnelles, doivent avoir un aspect sensible qui les protège du travail de sape de la raison29. » Tel est bien ce qui est en jeu au cours de tels rituels. Participer à ces cérémonies revient à s’inscrire dans une continuité par rapport à l’histoire et oublier le présent. Certains élus ne sont pas gênés d’assister à une cérémonie d’hommage à la Résistance en ce lieu avec sa charge symbolique et, par ailleurs, d’opérer ou de cautionner des tractations avec le Front National au Conseil régional de Bourgogne30.

30On a inventé la tradition de la cérémonie de Brancion comme centrale en cherchant à concentrer symboliquement les cérémonies en ce lieu pour en faire le belvédère de la Résistance en Saône-et-Loire. Elle apparaît bien comme une opération politique. Elle permet par des pratiques répétitives d’établir des continuités, de penser l’histoire de la Résistance dans le département et, avec le monument, de propager « l’illusion d’une mémoire commune31 ».

La mise en scène

31Le rituel implique une théâtralisation. En Bresse, à Montcony, village dont l’instituteur Henri Vincent avait organisé une manifestation patriotique le 25 octobre 1942, à l’occasion des obsèques d’aviateurs britanniques tombés dans le village, la cérémonie met en scène une dizaine de personnes déguisées en maquisards, avec vêtements, bicyclettes et armes d’époque. La mise en scène est d’autant plus facile à Brancion que le terre-plein, sur lequel est édifié le monument de 5 m de long sur 3 m de haut, domine la route comme une estrade où les acteurs peuvent entrer en scène, mais de manière protocolaire, et jouer leur rôle face à un public disposé à leurs pieds. Edmund Leach a comparé l’accomplissement du rituel à une orchestration, ce qui suppose partition, orchestre et chef d’orchestre. Les élus sont alignés aux côtés des militaires et autres officiels, au pied du monument et au pied de la Résistance et de l’ANACR. N’est-ce pas là une traduction symbolique de ce que fut la réalité de la France pendant un demi-siècle : de nombreux hommes politiques de l’après-guerre ont utilisé la Résistance comme ressource politique32, et les associations d’anciens résistants (ANACR et CVR33) ont joué un rôle important.

32La cérémonie implique un ordre : celui du défilé avec en tête la fanfare puis les porte-drapeaux, les personnalités et enfin la foule. La situation atteint le pathétique avec des porte-drapeaux parfois malades, fatigués, qui défilent sous un soleil de plomb, sorte de dernier sursaut d’une génération en voie de disparition. Mais la Résistance n’était pas une mise en ordre, tout au contraire, elle était une tentative d’échapper au contrôle et à l’ordre nazi et vichyste. Dans le cadre cérémoniel, il s’agit d’une forme d’ordre organisé de manière répétitive pour rassembler les gens dans un rapport à un passé mythifié34.

33Au monument, la première tâche des élus est de déposer leur gerbe. Cet acte requiert un véritable savoir-faire qui s’acquiert par une pratique répétée. Portée telle une offrande aux morts, la gerbe instaure un rapport des élus aux « morts pour la Patrie », aux « morts pour la France », aux « morts pour la Liberté ». Elle permet de s’inscrire dans une continuité nationale. Cet acte a été pratiqué en de nombreuses occasions comme forme d’attachement patriotique : le 11 novembre 1942 lorsque les Allemands passèrent la ligne de démarcation, le 11 novembre 1943, le 14 juillet 1944. Les notables se procurent ainsi une légitimité nationale qu’ils ne pourraient avoir sur leur petit territoire.

34Le discours est un élément essentiel du dispositif com­mémoratif. C’est le message délivré au cours d’un acte de transmission, de communication politique. En 1997, lorsque le commandant Guillaume, actuel président départemental de l’ANACR, prend la parole, il déclare qu’il est « temps de faire le bilan » : « ceux qui se battaient et ceux qui les aidaient pour chasser l’envahisseur agissaient sans gloire et sans calcul », « leur principe de départ était le principe du risque », « les gouvernements successifs d’après-guerre n’ont guère contribué à reconnaître les résistants », et « une volonté de réconciliation nationale a fait que les traîtres ont été absous et graciés ». Mais il oublie de dire que de Gaulle avait proclamé qu’il fallait « rétablir l’Etat » et que Maurice Thorez disait en janvier 1945 à Waziers qu’on « ne pouvait pas épurer 107 ans ». L’année suivante, le discours de Guillaume est centré sur le rôle du Conseil national de la résistance (CNR), créé le 27 mai 1943 par Jean Moulin, « qui a permis à la France de retrouver sa place de grande puissance ». La ligne de l’ANACR est énoncée et propagée. Elle demande l’instauration d’une journée commémorative de la Résistance non-fériée le 27 mai, défense d’une vision de la Résistance en terme étatique et de parti, puisque le CNR a été pour le rétablissement des partis de la 3e République afin de donner une légitimité parlementaire à de Gaulle. Le tout est conclu par la prestation de la fanfare qui interprète « Le chant des partisans » et « La Marseillaise » avant la dispersion et le vin d’honneur.

35Le monument de Brancion et les cérémonies qui y sont organisées sont une prise de pouvoir sur l’histoire. En mettant en avant certains, on oublie les autres : les Juifs de Montceau-les-Mines arrêtés par la police de Vichy et déportés en juillet 1942, les premiers FTP du camp des Sans-Culottes à Verzé, arrêtés par la police de Vichy le 27 août 1943 et déportés, les FTP de Collonge-en-Charollais et de Montceau-les-Mines. Le propos de Gérard Wajcman : « Avoir un lieu, c’est avoir eu lieu35 » s’applique au dispositif politico-mémoriel créé autour du monument de Brancion. En constituant le lieu comme central, on tend à rendre central ce qui s’y est déroulé et à faire des hommes qui s’y trouvaient des personnages centraux. Le rituel apparaît bien comme « piège à penser » qui fait que « tout devient acceptable parce que chacun ne demande sur le moment qu’à y croire36 ».

Conclusion

36Chaque année, le dernier dimanche du mois d’août, sont organisées des cérémonies commémoratives à la périphérie de Chalon-sur-Saône à la mémoire de ceux qui ont été fusillés par les Allemands en retraite.

37En 1998, au monument des fusillés du bois de Marloux, c’est le président de la section locale des CVR qui prononce l’allocution et tient des propos chauvins relatifs aux jeunes immigrés devenus français récemment. L’année suivante, c’est un ancien FTP qui prend la parole pour l’ANACR et parle uniquement de lui-même qui se veut être le « grand homme » de la région, le « grand résistant ».

38L’année dernière, le 27 août 2000, à la stèle située dans la forêt de la Garenne (sortie ouest de Chalon-sur-Saône) à la mémoire des résistants fusillés par les Allemands au moment de leur retraite, j’aperçois une femme âgée, une gerbe de fleurs dans les bras, accompagnée d’une jeune femme (sa petite fille), de son ami et de leur toute petite fille. Je demande à cette personne quelle association elle représente. Elle se trouve là à titre privé, en tant que veuve d’un cheminot de Montceau-les-Mines fusillé le 26 août 1944. Cela rappelle effectivement que certaines personnes participent aux cérémonies pour honorer le sacrifice des résistants et des martyrs, et que des familles honorent leurs morts en commémorant ces événements tragiques.

39La cérémonie commence sans qu’on lui prête attention. Le maire adjoint PS de Châtenoy-le-Royal officie avec un ancien déporté, responsable d’une association37. Ils oublient cette personne, plutôt ils ne la voient pas. Que voient-ils d’ailleurs ? Ils sont dans le registre de l’habitude, de l’économie de pensée, comme du formel, déconnecté de la mémoire familiale, de la mémoire de groupe38. Les défunts n’appartiennent plus à leurs familles : ils sont confisqués par la Nation et ceux qui sont censés la représenter au cours de ces cérémonies.

40Les commémorations d’aujourd’hui, au même titre que les innombrables fêtes organisées en toutes circonstances sont, sans doute, dans le contexte actuel de crise de l’Etat-Nation et des représentations de la politique, des substituts à l’existence d’une conscience nationale. Joël Candau suggère fort à propos que la fièvre actuelle de commémorations, de mémoire, correspond à une crise identitaire39. Il s’agit certainement d’un substitut à ce que Pierre Bouvier nomme « l’exister ensemble », un lien social éclaté, une forme sans principe, sans projet et sans but.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. Anthropologie de l’Etat. Paris, Armand Colin, 1990.

Abélès M.  Jours tranquilles en 89. Paris, Odile Jacob, 1989.

Boursier J-.Y. (dir.). Résistants et Résistance. Paris, L’Harmattan, 1997.

Bouvier P. La socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Candau J. Mémoire et identité. Paris, PUF, 1998.

Fabre D. (dir.). Domestiquer l’histoire. Ethnologie des monuments historiques. Paris, MSH, 2000.

Namer G. La commémoration en France de 1945 à nos jours. Paris, L’Harmattan, 1987.

Riegl A. Le culte moderne du monument, sa nature, son origine, traduction et présentation de J. Boulet, In Extenso, n°3, 1984.

Riegl A.  Le culte moderne du monument. Paris, Seuil, 1984.

Haut de page

Notes

1 Marc Augé, Autrement, n° 115, mai 1990, pp. 27-28.
2 Expression de Peter Reichl, in L’Allemagne et sa mémoire, Paris, O. Jacob, 1998, p. 13.
3 Autrement, n°128, mars 1992, pp. 180-189.
4 Loi du 25 octobre 1919. On se référera à Antoine Prost, « Les monuments aux morts », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t.1, La République, 1993, pp. 195-225.
5 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, Paris, Seuil, 1984, p. 85.
6 Charles Péguy, La République… Notre royaume de France, Paris, Gallimard, 1946.
7 Qui était précédemment celui de la République.
8 Ce que mettait en avant le journal collaborateur, La Dépêche, du 12 mars 1943, qui écrivait : « Un juif polonais condamné à mort pour détention d’explosifs. »
9 Francs-Tireurs et Partisans de la Main d’Oeuvre Immigrée.
10 Gérard Namer, La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1987, p. 11.
11 Louis Aragon, La Diane française, Paris, Seghers, 1946.
12 Gérard Génevès : officier, membre du Mouvement national des prisonniers de guerre dont François Mitterrand était l’un des dirigeants.
13 ANACR : Association nationale des anciens combattants de la résistance, créée en 1952, anciennement « Association des anciens FTP et FFI », organisation fondée et contrôlée par le PCF après la guerre.
14 Francs-Tireurs et Partisans, organisation militaire fondée par le PCF au printemps 1942. « FTP » n’est pas inscrit sur le monument, forme d’occultation du lien avec le PCF.
15 Armée secrète, organisation militaire des Mouvements unifiés de résistance.
16 Né en 1917, chef des maquis AS de Saône-et-Loire à partir de novembre 1943, sous-préfet de Chalon-sur-Saône à la Libération, puis d’Albertville en Savoie. Suspecté d’être communiste, il est mis à l’écart de l’administration préfectorale à la fin de 1947 et exerce ensuite son métier d’ingénieur chimiste.
17 Une contre-attaque organisée sur Azé par De la Ferté, autre chef de l’AS, arrivé avec des renforts, parvint à chasser les Allemands de la région.
18 Il a notamment présidé le club d’aviron, « Les régates mâconnaises », très important dans cette ville, l’Académie de Mâcon, (fondée par Lamartine) et a été un temps premier adjoint au maire de Mâcon, Louis Escande, (socialiste opposé à l’Union de la gauche).
19 Marc Abélès, Jours tranquilles en 89, Paris, Odile Jacob, 1989, p. 236.
20 Moses Finley, L’invention de la politique, Paris, Flammarion, 1985, p. 125.
21 De Gaulle vint deux fois assister à des cérémonies.
22 Special Air Service : troupes de choc des services d’action britanniques et de la France libre.
23 Maquis qui sont passés sous le contrôle d’André Jarrot, agent du BCRA, en juin 1944.
24 1910-2000. Une des plus longues carrières politiques du département : député puis sénateur de Saône-et-Loire de 1958 à 1981 et de 1986 à 1995, ministre de la qualité de la vie de 1974 à 1976, maire de Montceau-les-Mines de 1965 à 1986 ; président des Combattants volontaires de la résistance.
25 Il existait une zone Sud FTP reliée à Lyon, contrôlant d’importants maquis dans le Charolais.
26 Bureau central de renseignement et d’action, services spéciaux gaullistes.
27 Charles Tillon, On chantait rouge, Paris, R. Laffont, 1977. Charles Tillon, un des trois secrétaires du PCF clandestin, commandait les FTP.
28 Pierre Bouvier, La socio-anthropologie, Paris, A. Colin, 2000, p. 74 et pp. 94 et sq.
29 Claude Lévi-Srauss, De près et de loin, Paris, O. Jacob, 1988.
30Jean-Pierre Soisson a présidé le Conseil général de Bourgogne avec la gauche grâce aux voix du FN, puis avec la droite grâce à ces mêmes voix. Pour paraphraser Edgar Faure, lui seul n’a pas changé !
31 Selon le propos de James E. Young, « Ecrire le monument : site, mémoire, critique », Annales ESC, mai-juin 1993, n°3, p. 736.
32 Sur ce point, on se référera à Marc Abélès, « La Résistance comme ressource politique dans l’après-guerre », in Jean-Yves Boursier (dir.), Résistants et Résistance, Paris, L’Harmattan, 1997, pp. 305-318.
33 Combattants volontaires de la résistance, organisation concurrente de l’ANACR.
34 On se rapportera sur ce point à Claude Rivière, Les liturgies politiques, Paris, PUF, 1988.
35 Gérard Wajcman, Paris L’objet du siècle, Paris, Verdier, 1998, p. 15.
36 Marc Abélès, Anthropologie de l’Etat, Paris, A. Colin, 1982, p. 132.
37 Il en existe plusieurs, d’affinités politiques diverses : FNDIRP, UNADIF, etc.
38 Comme l’indique Jean-Pierre Vernant dans Mythe et pensée chez les Grecs, Paris, La Découverte, 1985, p. 51.
39 Joël Candau, Mémoire et identité, Paris, PUF, 1998.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Boursier, « Le monument, la commémoration et l’écriture de l’Histoire », Socio-anthropologie [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/3 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Boursier

Université de Paris VIII/LAIOS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org