Navigation – Plan du site

Désorganisation de la communauté

W.I. Thomas

Texte intégral

1(…) La communauté est l’assise de toutes les traditions et, de ce fait, toute rupture de la tradition par l’un de ses membres peut être interprété comme un signe de perte d’influence. Toutefois, les critères de la communauté en tant que totalité peuvent évoluer et celle-ci peut abandonner certaines traditions tout en préservant sa solidité. De ce fait, ce n’est pas le maintien ou la dissolution de certaines règles de comportement qui indiquent le statut de telle ou telle communauté. Celui-ci repose sur la présence effective de règles communes et sur la manière dont elles sont suivies. La communauté est vivante. Elle s’intéresse à tout ce qui relève de l’intérêt général qu’il s’agisse de phénomènes externes ou d’actions individuelles. Son attitude vis-à-vis de ces questions est constante et capable de recueillir une quasi-unanimité lorsque toute action collective considérée comme nécessaire pour résoudre une situation telle qu’elle est définie par la collectivité sociale est conduite dans le cadre d’une coopération harmonieuse. Lorsque la communauté s’étiole, les valeurs communes se transforment en bavardages, c’est-à-dire qu’au lieu d’être concerné par des faits à caractère public, ceux-ci se dissolvent dans des détails de la vie privée. Evidemment, selon les époques et les groupes les critères de ce qu’est la sphère privée changent mais pour chaque contexte et chaque groupe on peut établir une distinction. L’importance des événements privés tels qu’ils s’expriment dans les bavardages relève plus d’un aspect esthétique que pratique et ne sollicite pas l’intervention de la communauté. De plus la déshérence de celle-ci est visible dans son inconsistance et sa perte d’harmonie. Si les points de vue hésitent entre des opinions opposées liées aux circonstances du moment ou s’ils sont en désaccord vis-à-vis de questions importantes, ceci constitue autant de signes de la perte de substance de la communauté. Un autre facteur peut également témoigner de cette situation, c’est l’incapacité de transformer des attitudes en action, des points de vue partagés en solution commune.

2Tous ces phénomènes montrent que les attitudes structurant la vie communautaire ont été modifiées. Dans la psychologie des groupes primaires l’importance du social est primordiale alors que les aspects économiques, intellectuels, religieux, etc. viennent seulement ensuite. Lorsque la communauté est à son faîte, il est plus important d’avoir l’accord des autres quant à la compréhension et la résolution d’une situation particulière que de définir et de résoudre cette situation dans une perspective peut-être plus fiable, plus adéquate si on les traitait exclusivement sous l’angle économique, intellectuel, religieux ou même hédoniste. Ce n’est pas que l’individu choisisse consciemment entre reconnaissance sociale et efficacité pratique, entre comportement de groupe et critère objectif d’ordre économique, intellectuel, religieux ou hédoniste ; c’est plutôt que, poussé par le désir de reconnaissance, il considère spontanément que la manière d’appréhender et de résoudre des situations qui garantissent la reconnaissance est la seule méthode et il refuse sans hésitation de croire que d’autres voies, non sanctionnées par l’opinion, pourraient être à terme plus efficaces. Il refuse de prendre en considération la validité de tous critères ne relevant pas de son propre groupe.

3De fait, la désorganisation de la communauté commence dès que ses membres appréhendent des situations exclusivement sous l’angle économique, intellectuel, religieux ou hédoniste et non comme relevant du social ; dès que leur recherche du succès – dans quelque domaine que ce soit, la définition de ce qu’est la réussite ne dépendant évidemment que d’eux mêmes – devient plus importante, subjectivement, que leur recherche de la reconnaissance sociale ; dès qu’ils dissocient les représentations propres à la communauté de l’importance qu’ils attribuent à la valeur d’un cas particulier.

4De ce fait une certaine désorganisation de la communauté est inévitable à partir du moment où un membre entre en contact avec le monde extérieur et avec d’autres normes que les siennes propres. Cette désorganisation naissante peut, cependant, être contrecarrée en grande partie si les membres du groupe ont un intérêt particulier au maintien de son unité. Les nouvelles tendances peuvent être, jusqu’à un certain degré, supprimées. C’est le cas principalement lorsqu’elles sont en opposition radicale avec les traditions du groupe et que leur libre développement pourrait avoir des effets sociaux destructeurs. Lorsque les nouvelles tendances apparaissent comme n’étant pas antagoniques mais plutôt différentes des normes de la tradition, elles sont le plus souvent, après une période de conflit, considérées comme relevant de la sphère privée et de ce fait tenues à l’écart de la sphère contrôlée par le domaine publique. En conséquence plus les rapports entre une communauté et le monde extérieur sont intenses et extensifs, plus la sphère privée à laquelle ses membres ont droit est ouverte. »(...)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

W.I. Thomas, « Désorganisation de la communauté », Socio-anthropologie [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 25 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/32

Haut de page

Auteur

W.I. Thomas

The Polish Peasant in Europe and America (1918-1920)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org