Navigation – Plan du site

Vers de nouvelles cohésions

Pierre Bouvier

Texte intégral

1Les orphelins du sens tissent parfois, à leur corps défendant, de nouvelles trames où se dit le contemporain. Les morosités sinon les désespérances ne constituent pas un socle indépassable. Derrière, à coté et dans le cadre même des souffrances, on assiste à l’émergence ou à la ré-actualisation de pratiques et de paroles oubliées ou nouvelles. Leur apparition tient en partie au repli des explications à vocation universelle. Ces dernières se présentaient comme l’aube radieuse des temps futurs, celle de la réalisation d’espérance millénaire que ce soit sous les traits de la liberté du commerce et de l’échange individuel ou sous l’égide de l’organisation collective sinon collectiviste. Elles correspondaient, hier, à des projets qui n’étaient pas dénués de toute crédibilité. Leur vigueur laissait peu de place à toutes autres alternatives dont celles n’ayant pour prétention que de dire des proximités.

2Cette situation est, aujourd’hui, remise en cause. L’implosion des systèmes dirigistes tout comme la prééminence de l’économie de marché se traduisent par une déstructuration des usages et des attentes sociales. Dans le contexte de la mondialisation, ne devraient prévaloir qu’une plasticité, une flexibilité où l’individualisme devrait pouvoir s’exprimer dans toutes ses potentialités. On serait alors en présence du triomphe attendu de l’Ego, du Moi, du Sujet « enfin » libéré de toutes contraintes collectives.

3En regard des situations antérieures où l’intérêt de quelques-uns s’imposait au détriment du plus grand nombre, le « progrès » est, néanmoins, indéniable. Il ne faut toutefois pas oublier que, par exemple, la loi Le Chapelier en interdisant les coalitions socio-professionnelles condamnait également et plus directement les solidarités ouvrières telles qu’elles s’exprimaient, entre autres, dans les compagnonnages. Ces derniers étaient cependant perçus comme autant de freins à la libre expression du citoyen. Liberté, égalité, fraternité se sont, dès lors, déclinées sous l’angle essentiel de la Personne abstraite. Mais, en fait, celle-ci était déjà concrètement engagée dans la recherche individuelle de son propre intérêt.

4Aujourd’hui, de nombreuses analyses reprennent cette thématique. Fortes de l’implosion et de la déréliction apparente sinon manifeste des systèmes explicatifs ainsi que de l’érosion des oppositions sociales, elles prônent le « laissez-faire ». Ce dernier ne s’appuie plus sur des référentiels égalitaristes. La plus value économique, dans sa pureté capitalistique, lui tient lieu de légitimité et d’argumentaire. Elle présenterait l’avantage d’être dénuée de toute rhétorique. La loi « simple », « naturelle » du profit individuel devrait et doit être perçue comme l’horizon indépassable de la modernité. L’anathème est porté sur ceux qui, au nom de sociabilités, de pratiques et de valeurs collectives, s’opposent à cette loi « naturelle ».

La résistance des ensembles populationnels

5Malgré des atermoiements, il apparaît qu’aujourd’hui ce sont les mêmes politiques, à quelques exceptions près, qui transcrivent les attentes collectives. Elles s’abritent sous le couvert des contraintes socio-économiques. Les faiseurs d’Histoire sont conscients que le mezza-voce correspond mieux à la situation que ne peut le faire le déclamatoire. Et cependant, des élus ou responsables n’en continuent pas moins à occuper les scènes médiatiques, à prendre des décisions qui engagent, quoi qu’ils en disent ou le regrettent, un peu plus dans la voie de l’individuation, de l’émiettement des valeurs et des pratiques communes. Le sens collectif perd ses repères.

6La politis doit se frayer d’autres chemins. Il va revenir aux sociabilités du proche de lutter contre l’érosion des échanges interpersonnels. De fait, en filigrane, du sens se perpétue ou s’invente. Des individus produisent de la signification, à quelques-uns et ensemble. Ils s’expriment sans le filet protecteur des perspectives antérieures. Ceci ne va pas sans difficulté ni tergiversation. Il n’est pas aisé de faire abstraction du confort que procuraient la faconde des discoureurs politiques et les rodomontades des spécialistes.

7Les significations que l’on cherche à redonner à son existence et à ses finalités passent, de plus en plus, par une élaboration intersubjective. Celle-ci ne peut, moins que jamais, faire l’impasse sur les autres car les universaux ont déclaré forfaits. Retrouver du lien social implique donc d’édifier ou de retrouver des pratiques et des valeurs aptes à redonner, dans l’entre-soi, de la signification au monde. Dépouillés des certitudes antérieures, des individus réexaminent leurs quotidiennetés, essaient d’en percevoir les composantes centrales, celles qui peuvent tant soit peu induire de l’épaisseur, donner du corps à leurs interrogations et à leurs attentes. Le côtoiement avec quelques autres peut s’ouvrir sur un échange qui ne soit pas qu’éphémère. Des faits sociaux spécifiques émergent d’accotements de pratiques qui s’effleurent et se reconnaissent.

8De telles démarches susciteront, éventuellement, ce que nous nommons des « construits pratico-heuristiques ». Ils se distinguent des échanges événementiels qui, eux, sont marqués par des représentations de soi codifiées par les us et les institutions. Le « construit » peut devenir, compte tenu du contexte actuel, l’expression de cette mise en place d’une alternative. Né d’une rencontre a priori fortuite car non insérée dans les dispositifs institutionnalisés, il élabore, à partir d’un terrain commun, un minimum de réenchantemment ou, plus modestement, de palliatif. Son champ d’action est à courte portée. Il concerne les acteurs mêmes et il s’en tient là. Ceci correspond à la tentative d’énoncer de l’autonomie dans un espace saturé de messages divers et contradictoires. Pour s’écarter de ce vibrionnisme et des sollicitations incessantes, il apparaît plus que nécessaire de se tourner vers l’entre-soi.

9Les éléments de cohérence prennent des formes variées. Leur champ est large. Il peut toucher une multitude de pratiques. Les facteurs essentiels sont, ici, la capacité des acteurs concernés à traduire ces activités apparemment prosaïques dans un registre qui ne soit plus celui de l’insignifiance. Il s’agit, au-delà du factuel, de construire un noyau de sens, d’extraire des gestes coutumiers une cohérence apte à donner de la respiration au partage.

10Décalé par rapport aux règles institutionnelles ou aux dogmes idéologiques, des construits se déploient. Ils vont, plus ou moins vite, être perçus comme des éléments porteurs de signification. Compte tenu de leur apparente banalité et de l’ampleur limitée de leurs projections, les observateurs le plus souvent les ignorent. Ils ne s’adressent qu’à la proximité et ne tendent, apparemment du moins, que vers le court terme. Ceci est peu propice à retenir l’attention.

11On peut cependant remarquer que cette insipidité, ils semblent la rechercher. Elle les protège. Son opacité, son apparente non réflexivité éloignent sinon découragent les curiosités. Ceci tient à l’absence ou au faible encadrement de ces construits. Ils relèvent, avant tout, de pratiques personnelles faisant l’objet d’échanges rapprochés mais dont le champ d’activités est très ouvert. Leur taille réduite et la variété de leurs expressions rendent aléatoire les recensions à prétention exhaustive chères à de nombreux spécialistes. Ces traits, leurs caractéristiques et les contextes temporels où ils se situent vont devenir le terreau de ce que nous nommons des « ensembles populationnels cohérents ». L’ensemble populationnel développe la logique qui était à l’origine du construit. L’accroissement des échanges de pratiques et de sens résulte non d’un quelconque prosélytisme, donnée contraire à l’essence de ces faits sociaux, mais plutôt d’une constatation de similitude.

12Ce passage d’un statut opaque à une relative visibilité devrait, à l’évidence, faciliter l’observation. Le socio-anthropologue pourra, de par sa présence réitérée, en percevoir les particularités. En fait, ce changement de statut n’est souvent que partiel et la visibilité s’en ressent d’autant. Le construit, dans son immédiateté même, ne songeait pas à se prémunir. L’échange s’auto-contrôlait de par la proximité et la reconnaissance qui lient les intéressés. Leur méfiance était peu sollicitée car leur identité échappait à l’investigation.

13Il n’en est plus de même lorsque le construit se transforme. Les ensembles populationnels induisent, à terme plus ou moins long, des réflexions sur leurs propres composantes. Ils ne peuvent plus se replier sur eux-mêmes. Leurs protections se sont effritées, celles qui leur permettaient un minimum de respiration dans le tout proche. L’avancée des thèses libérales balaie, suivant les secteurs, ou du moins affaiblit certains milieux où se rencontrent du tissu social et de la solidarité et au sein desquels, le plus souvent à leur insu, des construits et des ensembles se reproduisent.

14Le dévoilement suscite une condensation du symbolique. Les pratiques lissent leurs apparences. Elles génèrent un regard sur soi-même plus scrutateur qu’il ne l’était antérieurement alors que le sens paraissait aller de soi, être « naturel », consubstantiel.

15Les interpellations, quant à elles, se présentent sous des formes multiples associant, suivant les circonstances : curiosité, empathie, dénigrement, rejet ; autant de régistres relativement nouveaux. La cohérence fondatrice subit et réagit à ces mises en question.

16Ainsi, aujourd’hui, certains ensembles émergent ou décident de se dire. Ces affirmations expriment le plus souvent une réserve sinon un refus vis-à-vis tant des institutions que des perspectives d’atomisation, du tous contre tous.

17Face à l’individualisme comme mode d’organisation et face à certaines structures partisanes qui ne font qu’accompagner, alimenter ou réformer, aux marges, la dynamique libérale, les ensembles cherchent à opposer de l’expression collective, sociale. Des turbulences contradictoires et incessantes, où coexistent des parcelles d’idéologies antérieures et nouvelles, les assaillent. Prémunis contre les discoureurs et leurs programmes, ils ne cherchent pas à élaborer des doctrines générales et unanimistes mais à concilier les spécificités qui font leur identité avec leurs réactions face aux pressions qu’ils subissent.

Le combat des « Sans »

18En ce tournant de siècle, la précarité, sous de multiples et diverses formes, trame le quotidien. Les passerelles qui permettaient, durant les trente glorieuses, de retrouver une insertion dans le marché économique se font plus rares. Précédemment les refus de la civilisation du travail et de ses contraintes n’étaient pas des actes irréversibles. Des construits et des ensembles populationnels trouvaient de la cohérence dans cette ambivalence et dans les pratiques autonomes qu’elle permettait. Décalés vis-à-vis des projets de société, que ceux-ci relèvent du socialisme bureaucratique ou du libéralisme, ces construits pouvaient éviter un environnement engagé dans des dynamiques volontaristes. La cohérence des refus de l’insertion retenait peu le regard. Ces attitudes étaient perçues comme des aberrations libertaires sinon passéistes. De plus la perdurance d’un riche tissu social les protégeait souvent. Insoupçonnés, les ensembles n’avaient pas de justification à apporter. Leurs pratiques et leurs valeurs ne franchissaient pas les cadres de l’entre-soi.

19Ces retraits choisis mais réversibles ne correspondent plus à la situation présente. Le moindre décalage face aux attentes des mondes de l’économique se traduit par la mise en branle des processus d’une exclusion partielle ou totale. Elle concerne, dorénavant, des populations très différenciées tant en terme de génération que d’origine professionnelle, sociale ou ethnique. Dans ce contexte les ensembles populationnels bâtis autour de ces décalages antérieurs, et qui avaient su produire les usages nécessaires à leurs existences, doivent revoir leurs attitudes.

20Le combat des « Sans » illustre ces nouvelles données du paysage social. D’abord par hasard puis réactivement, dans le temps de la coagulation, des points de vue et des pratiques suscitent des attitudes et des modes d’inquiétude spécifiques et partagés par quelques-uns. Les construits et les ensembles que les « Sans » élaborent ou qu’ils investissent seront à leurs images : diverses mais également singulières. Il ne s’agit pas, pour eux, de proposer des plans à longue portée. Leurs implications visent l’immédiat, les conditions intolérables qui leur sont faites ou qui touchent des populations dont ils sont proches et ceci d’autant que les organisations traditionnelles peinent à se situer vis-à-vis de ces processus.

21Sous le label de collectifs ou d’associations, des « ensemblistes », qu’ils soient membres, par exemple, de Droits devant, du Comité des sans-logis, d’Agir ensemble contre le chômage ou de nombreux autres regroupements civiques et artistiques tel que celui des cinéastes contre la loi Debré, engagent des pratiques qui se distinguent tant par leurs aspects réactifs que du fait de leurs modalités spécifiques d’intervention. Leur cohérence n’est pas importée de l’extérieur. Elle est le fruit d’attitudes et de postures singulières. Cette originalité tient au refus d’éléments qui n’aient pas été conçus ou retravaillés au sein de l’ensemble.

22Ceci suscite un certain désarroi. Leur nombre, leur variété, l’aspect ponctuel sinon opaque de leurs interventions ou, au contraire, les médiatisations recherchées dérangent l’ordonnancement policé des rapports entre les acteurs habituels de la scène sociale. Pouvoirs publics et organismes attitrés ont des difficultés à interpreter ces mouvements erratiques, à les rattacher aux idéologies habituelles.

23Les ensembles jouent de leur souplesse, de leur labilité, de leur factualité pour surprendre et réussir à atteindre certains de leurs objectifs. Ainsi, par exemple, en 1995, de l’occupation, subreptice mais protégée, du cours Désir, rue du Dragon. Les participants, en faisant appel à des personnalités fortement médiatisées, ont pu ainsi bloquer l’action des autorités. Cet accompagnement des plus démunis, des plus anonymes par des scientifiques et des hommes d’église de renom trouble les habitudes. C’est un exemple de la capacité de ces ensembles à produire des pratiques qui se réfèrent à des cohérences situées à l’extérieur des usages courants. En l’occurrence, ici, cela a été l’expression, dans un contexte précis et réfléchi, d’un égalitarisme niant et jouant les positions sociales.

24Une même volonté de lutte contre l’exclusion mais, également, d’expression de l’entre-soi sera à l’origine de l’occupation d’un immeuble situé dans un autre quartier parisien. La Maison des ensembles regroupe, depuis décembre 1996, plusieurs dizaines d’entités, de construits sinon d’ensembles qui se proposent de « réactiver la vie citoyenne, sociale et culturelle ». Diverses activités s’y tiennent, à leurs rythmes et avec le minimum de contraintes organisationnelles. A l’occasion d’une fête sur la place du marché d’Aligre, un animateur de la Maison résumera, comme en passant, l’esprit qui anime ces ensembles : « Chacun fait ce qu’il fait mais avec les autres. »

25De nouvelles cohésions peuvent également émerger non seulement de ce type de construits et ensembles, qu’ils soient fortuits ou réactifs, mais également de l’intérieur d’institutions très codifiées. En 1997, le conflit du Crédit foncier de France (CFF) en est l’une des expressions. Le plan de restructuration du ministère des Finances impliquait un démantèlement de nombreux services et une réduction, à terme, des effectifs employés. Cette initiative s’inscrit dans une logique essentiellement économique.

26Plusieurs éléments allaient enrayer ce processus. L’une des missions du CFF est de faciliter l’accession à la propriété pour les familles aux revenus modestes. La remise en cause de cette vocation, dans le contexte actuel, radicalise un mouvement qui, hier, n’aurait pas connu des actions telles que, par exemple, une longue occupation du siège social et plus encore la séquestration, pendant plusieurs jours, du gouverneur de la banque. A côté et avec les organisations syndicales on a assister à la montée d’attitudes insoupçonnées, à la prise de parole et la mise en acte d’un « ensemble populationnel » qui se découvre ou plutôt exprime l’essence d’une cohérence n’ayant pas encore eu l’occasion de s’extérioriser.

27Le plus surprenant tient au fait que l’ensemble est constitué d’un nombre élevé de cadres moyens ou supérieurs et que certains d’entre eux s’impliqueront fortement alors que d’ordinaire les distances hiérarchiques tiennent les uns à l’écart des autres, que la cohérence qui domine est celle de l’institution et non celle de pratiques et de valeurs partagées par les personnels.

28Des activités éclosent telles que des tours de garde effectués dans un confort très minimal, des soirées où parents et amis se joignent aux spectacles improvisés : bals, jeux ou ateliers de peinture organisés à l’intention des enfants. Un dimanche, de retour d’une messe chantée, la chorale du Foncier, en costumes et robes, interprétera divers morceaux de son répertoire puis, avec le public et sous les applaudissements, les airs relatant leur expression collective.

29Chefs de service, informaticiens, employés forgent un entre-soi, certes circonstanciel et à dominante réactive, mais révélateur des potentialités latentes qui gisent derrière le quotidien institutionnalisé. Ces événements donnent l’occasion à l’ensemble populationnel de montrer que sa cohérence fondamentale, bâtie sur des décennies d’accotements interpersonnels, se situe plus du côté de l’échange gratuit que de celui des stratégies individualistes et des valeurs du marché. On ne peut plus faire l’impasse sur la prégnance que suscitent des années de côtoiement, de connaissance et de reconnaissance des autres dans leur particularité mais également dans leur appartenance à une entité commune.

30De telles cohérences, où se disent des ensembles qui, antérieurement, ne pouvaient le faire ou n’en avaient pas l’occasion, participent, de plus en plus, aux recompositions du contemporain et aux redéfinitions de ses sociabilités conflictuelles et consensuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bouvier, « Vers de nouvelles cohésions », Socio-anthropologie [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 24 août 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/33 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.33

Haut de page

Auteur

Pierre Bouvier

Université Paris X - Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org