Navigation – Plan du site

Science Chrétienne et Antoinisme

Deux groupes religieux minoritaires
Anne-Cécile Begot

Texte intégral

1Le foisonnement religieux actuel issu, pour une grande part, de la mouvance de la contre-culture des années soixante, s’est imposé comme une réponse à la sécularisation de la société. L’étude de deux groupes minoritaires plus anciens permet de soulever, autour des questions de santé et de guérison, des problèmes d’actualité : ceux de pratiques et de valeurs religieuses spécifiques.

  • 1 La Science Chrétienne a fondé sa première église à Paris, en 1906. Le premier Temple antoiniste a é (...)
  • 2 Si la Science Chrétienne et l'Antoinisme ne donnent pas d’information sur le nombre de leurs adepte (...)

2La Science Chrétienne et l’Antoinisme font partie du paysage religieux français depuis le début du XXe siècle1. Le nombre de leurs fidèles étant restreint2, et étant peu prosélytes, ces groupes sont mal connus du grand public. Et pourtant l’une de leurs particularités, la pratique de la « guérison », permet d’analyser leurs spécificités en tant que groupes religieux minoritaires. En effet, face à la rationalisation croissante de l’institution médicale, à la médicalisation de l’existentiel ou encore à une logique inflationniste de la consommation médicale, ces groupes proposent à leurs fidèles un traitement spécifique reposant sur des croyances et pratiques religieuses qui leurs sont propres.

Aux origines de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme

  • 3 La Science Chrétienne est qualifiée, par cet auteur, de secte « manipulatrice », et l'Antoinisme de (...)
  • 4 J. Séguy, « Science Chrétienne », in Encyclopedia Universalis, vol. 5, pp. 743-744.
  • 5 R. Dericquebourg, Les antoinistes, s. l., Brepols, 1993, pp. 140-144.
  • 6 .R. Dericquebourg, « Les groupes religieux minoritaires. Aspects et problèmes », Mouvements religie (...)
  • 7 Ainsi, si la Science Chrétienne a des traits sectaires (p. ex. l'exclusivité  – « exiger l'allégean (...)

3La Science Chrétienne et l’Antoinisme ont parfois reçu l’appellation de sectes, notamment par le sociologue B. Wilson3. D’autres auteurs leur ont refusé ce qualificatif. Ainsi, J. Séguy envisage la Science Chrétienne4 et R. Dericquebourg l’Antoinisme5, comme représentatifs de la notion de cult. Cet idéal-type, proposé par G. K. Nelson, se caractérise par trois aspects. Le cult se crée à partir d’expériences mystiques ou extatiques ; il rompt de façon radicale avec la tradition religieuse de la société dans laquelle il s’insère et il accorde une plus grande importance aux problèmes des individus qu’à ceux des groupes sociaux6. La Science Chrétienne et l’Antoinisme se rapprochent de cet idéal-type7.

4La Science Chrétienne, née aux États-Unis à la fin du XIXe siècle sous l’impulsion de Mary Baker Eddy (1821-1910), et l’Antoinisme, mis en place par Louis Antoine (1846-1912) au tout début du XXe siècle en Belgique, ont trois caractéristiques communes.

  • 8 M. Weber, Economie et société, Paris, Plon, 1971, t.1, pp. 464-474.
  • 9 Ces quatre caractéristiques ont été dégagées et analysées par J. Baubérot à propos de N. Söderblom, (...)

5Tout d’abord, les leaders de ces groupes peuvent être considérés comme des prophètes. Analysé par M. Weber8, le prophète se caractérise par quatre aspects : une révélation personnelle, une vue unitaire de la vie qui induit de nouvelles normes, la gratuité du message proféré et l’usurpation du pouvoir9. Envisager le prophétisme de M.B. Eddy et de L. Antoine comme thérapeutique, c’est reconnaître qu’en chacun de ces aspects se manifeste leur conception spécifique du monde dont celle de la guérison. La « révélation personnelle » est l’aspect où cette conception apparaît le plus clairement car Mary Baker Eddy et Louis Antoine ont tous deux été atteints par la maladie et ont vécu cet événement comme une expérience initiatique.

  • 10 Système thérapeutique mis en place par S. Graham, consistant en un régime basé sur la diète (eau et (...)
  • 11 D'après R. Dericquebourg, la thérapie quimbyste « passe avant tout par une relation privilégiée et (...)

6Atteinte dès son enfance de divers maux, Mary Baker Eddy chercha à soulager ses souffrances par les diverses thérapies de son époque (hydrothérapie, homéopathie, système Graham10, quimbysme11,...), mais ceci en vain. En 1866, après une mauvaise chute sur un trottoir verglacé qui provoqua, selon le diagnostic d’un médecin, une commotion cérébrale et une dislocation de l’épine dorsale, M.B. Eddy dit avoir eu une révélation divine, révélation à la suite de laquelle elle se déclara guérie. Cette expérience est considérée, par les scientistes chrétiens, comme étant à l’origine de leur mouvement (1866 est pour eux la date fondatrice de la Science Chrétienne).

  • 12 Cité par P. Debouxhtay, Antoine le guérisseur et l'Antoinisme. Les faits d'après des documents inéd (...)
  • 13 L. Antoine, Révélation par le Père, Poitiers, Aubin, 1979, p. 172.

7Quant à L. Antoine, s’il n’eut pas d’expérience de guérison, les maux stomacaux dont il fut atteint dès l’année 1878, provoquèrent en lui certaines manifestations. Antoine disait palper les « fluides » qui l’entouraient12. Plus tard, affaibli par le jeûne et diminué par la maladie, Antoine révéla, au cours de ses retraites méditatives, ses contacts avec le divin. Ceux-ci lui ont permis de rédiger Le couronnement de l’Oeuvre révélée, ouvrage considéré par Antoine comme la parole de Dieu : « C’est Dieu qui parle13. »

  • 14 L. De Heusch, Pourquoi l'épouser ? Et autres essais, Paris, Gallimard, 1971, p. 232.
  • 15 J. Trincaz, « Le pouvoir thérapeutique des Ba-pena (Casamance). Initiation et pouvoir libérateur », (...)
  • 16 J. Trincaz, « Mythes, sens et représentations de la maladie chez les Mancagne de Casamance (Sénégal (...)
  • 17 Ces aspects sont perceptibles dans les représentations de la maladie présents dans les ouvrages de (...)

8La maladie a donc été l’un des terrains où s’est exprimée leurs spécificités en tant que groupes religieux. Elle fut, pour les leaders de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme, un moyen d’entrer en contact avec le sacré, le signe de leur élection, le moyen de communiquer avec Dieu et de découvrir leur « don » de guérison ou de guérisseur. Cette expérience n’est pas sans rappeler celle vécue par d’autres guérisseurs tels les Thongas du Mozambique14 ou les Mancagnes de Casamance15. Dans ce dernier cas, J. Trincaz envisage la maladie comme « l’expression du conflit collectif né des migrations, des bouleversements socio-religieux et de la mise à l’écart par les groupes ethniques voisins »16. Dans le cas de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme, la maladie était un moyen de cristalliser les conflits nés de la rationalisation de l’institution médicale, de la cherté des soins médicaux, et de la progressive sécularisation interne des dénominations religieuses17 (c’est-à-dire la faible place accordée aux pratiques de guérison). D’un point de vue plus personnel, elle traduisait la difficulté pour ces personnages de vivre leur situation. M.B. Eddy, en dépit de son second mariage avec un dentiste, dont elle divorça après sa guérison, se retrouvait souvent seule et n’avait pu obtenir la garde de son enfant ; quant à L. Antoine, après divers séjours à l’étranger comme ouvrier qualifié, il essaya de se mettre à son compte en vendant les légumes de son jardin, mais cette entreprise, éprouvante physiquement, échoua.

  • 18 Après la fermeture du College (1889), un Conseil d'instruction se chargera de délivrer les cours de (...)

9La deuxième caractéristique commune aux deux groupes est d’avoir centré leurs pratiques autour de la guérison. En effet, suite à leur communication avec le divin ou d’autres entités supra-empiriques, M.B. Eddy et L. Antoine vont constituer des groupes où la pratique de la guérison sera systématisée. Dans le cas de la Science Chrétienne, la création du Massachusetts Metaphysical College (1881), où M.B Eddy assurait la plupart des cours, permettra de former plus de 4.000 praticiens (thérapeutes du groupe). Ceux-ci diffuseront et essaimeront les croyances et les pratiques de guérison reçues au cours de leur formation, à travers tous les Etats-Unis et certains pays du continent européen18. Quant à L. Antoine, il exercera ses « dons » de guérisseur d’abord dans le cadre d’un groupe spirite (Les Vignerons du Seigneur) puis, lors de la création du Temple de Jemeppe-sur-Meuse, il recevra individuellement, dans son cabinet de consultation, des personnes venues de la région de Liège. Enfin, dans les années 1910, il procédera à des guérisons collectives en répandant ses « fluides » sur l’assemblée recueillie face à lui, du haut de la tribune installée dans le temple.

  • 19 Ainsi, pour Mary Baker Eddy, « (...) lorsque les malades se rétablissent en prenant des médicaments (...)
  • 20 Aux États-Unis, la législation sur l'exercice illégal de la médecine n'intervint, à l'échelon natio (...)
  • 21 La protestation désigne, d'après la définition donnée par J. Séguy, « (...) l'expression en discour (...)

10Mary Baker Eddy et Louis Antoine ne condamnaient pas la médecine, ils la considéraient même comme nécessaire pour ceux qui y croyaient. Cependant, à travers leurs propos, on constate qu’ils ne lui reconnaissaient pas d’efficacité propre. Les guérisons obtenues par le modèle allopathique s’obtenaient, d’après eux, parce que les patients croyaient en son efficacité, et non parce que les traitements médicamenteux avaient une efficacité thérapeutique19. Par ailleurs, les pratiques de guérison de M.B. Eddy et de L. Antoine mettaient en cause le monopole, acquis ou convoité, de l’exercice de la médecine20. En ce sens, on peut envisager leurs pratiques de guérison comme une forme de protestation21 à la fois contre le rationalisme médical (le refus de la sécularisation de l’institution médicale) et contre le monopole de l’allopathie sur l’exercice de la médecine.

  • 22 Ce type de prestations n'appartient pas à « l'Eglise du Christ, Scientiste ». Il s'agit d'une initi (...)
  • 23 Le recours à la médecine, et notamment à la médecine allopathique, ne donne lieu à aucune sanction (...)

11La protestation véhiculée par la pratique de la guérison apparaît aujourd’hui atténuée. Pour la Science Chrétienne, cette euphémisation se manifeste par un double processus : le mouvement respecte les diverses législations des pays où il s’implante et la société semble mieux accepter le pluralisme thérapeutique, du moins aux États-Unis (les scientistes chrétiens ont leur propre assurance santé22). Cependant, la Science Chrétienne considère toujours le recours à un traitement médicamenteux comme incompatible avec ses pratiques. De ce fait, pour se soigner, les scientistes chrétiens ne recourent, a priori , à aucune autre « médecine » que la prière23 alors que pour les antoinistes, on constate, au niveau de leurs pratiques thérapeutiques, une propension aux médecines douces ou parallèles, et un recours assez fréquent à l’allopathie (certains fidèles suivent même des traitements médicamenteux permanents).

  • 24 « La prophétesse de Boston (Mrs Eddy) pousse aux extrêmes la notion de causalité mentale : si l'on (...)

12Enfin, la troisième caractéristique commune aux deux groupes repose sur leurs croyances en l’inexistence de la maladie, de la matière, et de la mort. Cette similitude doctrinale doit toutefois être relativisée, et ce pour deux raisons. Tout d’abord la Science Chrétienne et l’Antoinisme ont été influencés par des courants philosophico-religieux différents. Née dans une famille protestante, dont le père était un calviniste convaincu, M.B. Eddy s’est progressivement démarquée de cette religion, notamment en ce qui concerne la doctrine de la prédestination. En créant « l’Église du Christ, Scientiste » à Boston (1879), elle conservera, de sa religion d’enfance, sa forme organisationnelle : le congrégationalisme (c’est-à-dire l’élection démocratique au sein des églises). Les croyances eddyques ont également été influencées par divers courants philosophiques dont l’idéalisme. D’après R. Dericquebourg, la croyance en l’inexistence de la matière proviendrait de ce courant24.

13Quant à L. Antoine, élevé dans une famille catholique, il se détacha progressivement de cette confession suite à quelques déconvenues. Dans les années 1880, il devint spirite et créa, avec ses amis, une société assez importante dans la région de Liège (Les Vignerons du Seigneur). La rupture d’Antoine avec la mouvance spirite remonte à 1906, date à laquelle il mit en place le « Nouveau Spiritualisme », devenant, en 1909, l’Antoinisme. Son passage dans la mouvance spirite l’a influencé dans sa conception du monde. La croyance en la réincarnation prouve, d’après lui, l’inexistence de la matière, de la mort et de la maladie. De même, sa conception de l’âme, comme entité atemporelle (au sens catholique) survivant aux incarnations de l’homme (au sens spirite), révèle la non-existence de la matière.

14La perception de la réalité, chez M.B. Eddy, est de type ontologique. Créés à l’image de Dieu, l’homme et sa création sont parfaits. Omnipotent, omniscient et omniprésent, le principe divin ne laisse pas de place à des situations inharmonieuses. Cette réalité est unique et spirituelle, c’est pourquoi la maladie, la mort ou encore la matière n’ont pas d’existence réelle. Celles-ci sont, pour reprendre les termes de M.B. Eddy, des « illusions du sens mortel », le produit de « l’entendement humain ».

15Pour L. Antoine, le monde environnant n’est pas unique mais dual. De même il existe deux individualités en l’homme : le moi conscient et le moi intelligent. La dualité de l’homme n’est qu’apparente puisqu’à l’origine, explique Antoine, il ne se trouvait que des êtres spirituels. Au fil de ses incarnations successives l’homme se doit de retrouver sa forme originelle. Dans ces conditions, la maladie est admise comme une réalité propre au monde des « incarnés », une réalité éprouvante et douloureuse, mais considérée comme nécessaire pour atteindre le divin.

16Autrement dit, pour les scientistes chrétiens l’inexistence de la maladie est une réalité perceptible dans le monde d’ici-bas, alors que pour les antoinistes, ce sont les adeptes les plus avancés spirituellement voire seulement ceux qu’ils appellent les « désincarnés » qui sont à même de la percevoir.

Représentations et traitement socio-religieux de la maladie

Le double modèle étiologique de la maladie

  • 25 A. Zempléni, « La “maladie” et ses “causes”. Introduction », L’Ethnographie. Causes, origines et ag (...)

17L’analyse du double modèle étiologique fait avant tout référence au terme sickness25, c’est-à-dire aux croyances données par des individus socialisés et intégrés à un groupe religieux. Ces précisions conduisent à envisager la « guérison » non pas d’un point de vue médical mais à partir des propos et pratiques observés au cours de l’enquête de terrain et comme une expérience subjective de mieux-être, expérience gérée et encadrée par les groupes religieux.

  • 26 F. Laplantine, Anthropologie de la maladie. Étude ethnologique des systèmes de représentations étio (...)

18Pour saisir les représentations de la maladie nous avons demandé, au cours de nos entretiens, à des adeptes de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme, ce qu’ils considéraient être la cause ou l’origine de la maladie. De l’analyse de ces entretiens, se dégage un double modèle étiologique, modèle étudié et conceptualisé par l’anthropologie médicale26.

  • 27 Ibid, p. 90.

19Dans le cadre du modèle endogène, « la maladie est déplacée ... du côté de l’individu et n’est (pas) considérée comme une entité qui lui est étrangère ; elle vient ou, plutôt, elle part de l’intérieur même du sujet »27. Les représentations endogènes des scientistes chrétiens et des antoinistes peuvent être répertoriés en trois catégories dont voici les principaux éléments :

  • le comportement, la façon de se conduire, de s’accepter ou d’accepter les autres, les péchés, les excès, le doute, les mauvaises actions commises dans une vie antérieure, ceci pour les antoinistes.

  • les sentiments : haine, anxiété, colère, crainte, peur, etc.

  • les pensées car elles peuvent affecter le corps.

  • 28 Ibid, p. 77.

20Dans le cadre du modèle exogène, « la maladie, d’après F. Laplantine, est un accident dû à l’action d’un élément étranger (réel ou symbolique) au malade qui, du dehors, vient s’abattre sur ce dernier »28. Cet « élément étranger », dans le cadre de ces deux entités religieuses, recouvre des réalités différentes :

    • 29 Pour les scientistes chrétiens les termes « entendement mortel », « croyance universelle » ou « err (...)

    il y a tout d’abord l’idée que la collectivité, sinon la société, sont à même, sous diverses formes, d’être à l’origine de la maladie29 ;

  • ensuite vient une autre catégorie : des individus peuvent par leurs pensées ou par leurs « fluides » provoquer, intentionnellement ou non, la maladie ;

  • la troisième catégorie regroupe des éléments plus proches de la doxa. On retrouve des éléments tels que le froid, la pollution, etc.

21De ces modèles étiologiques on retiendra deux aspects : tout d’abord, l’individu est toujours considéré comme responsable de sa maladie et ce quelle que soit la cause énoncée, exogène ou endogène, car Dieu ne peut être tenu pour responsable de la maladie. Ces représentations de la maladie sont un moyen, pour les groupes religieux, d’exprimer implicitement certaines normes et prescriptions : ne pas pêcher, avoir un comportement tempéré, ne pas se laisser influencer par le monde extérieur, par les autres...

22La maladie, en Science Chrétienne et dans l’Antoinisme, est l’objet d’un traitement particulier dont on dégagera les principales caractéristiques mais, auparavant, il est nécessaire de présenter leurs praticiens.

Les thérapeutes de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme

23Les scientistes chrétiens et les antoinistes peuvent, pour obtenir une guérison, recourir à un thérapeute.

  • 30 R. Dericquebourg, Religions de guérison. op cit p. 69.

24Le thérapeute de la Science Chrétienne doit, pour recevoir le titre de « praticien » et ainsi figurer dans les revues de ce groupe (ses nom, adresse et numéro de téléphone y sont mentionnés), remplir trois conditions : avoir une bonne connaissance de la Bible et de l’oeuvre majeure de Mary Baker Eddy : Science et santé avec la clef des Ecritures ; fournir trois « témoignages de guérison certifiés pendant les deux années qui suivent la demande de reconnaissance »30, et avoir suivi le cours de la Science Chrétienne. Alors les praticiens pourront vivre de cette activité. Ils sont reconnus par l’administration fiscale au titre de profession libérale.

25Les thérapeutes antoinistes, dits « guérisseurs », sont des adeptes « costumés ». Le port de la robe antoiniste ne nécessite aucune initiation ou cérémonie particulière. Le fidèle qui a « l’inspiration », après avoir pris connaissance des écrits antoinistes et assisté aux offices religieux du culte, doit en faire part au desservant du Temple et obtenir son accord. Vêtu de sa robe, le fidèle sera alors reçu dans le cabinet du desservant pour prendre connaissance des règles et devoirs à respecter au sein du Temple. Le guérisseur antoiniste est un fidèle costumé nommé à cette fonction par le desservant (ensemble ils conviennent des jours et des horaires pour l’exercice de ce ministère). Il n’est pas rémunéré et se doit de respecter certaines dispositions stipulées dans les règlements intérieurs des Temples : préserver le secret de la confession, ne pas déconseiller le recours au médecin, ...

  • 31 On notera que pour les antoinistes l'Opération générale, l'une des principales cérémonies antoinist (...)

26La prise en charge de la maladie par les thérapeutes de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme se déroule avant tout dans un cadre privé31. La rencontre de l’adepte avec le guérisseur antoiniste a lieu dans un des cabinets du Temple. Cette consultation s’organise de 10h15 jusqu’à 20h00 à Paris, mais le desservant, dont l’appartement est attenant au Temple, est constamment disponible. Le praticien de la Science Chrétienne, quant à lui, est contacté par le fidèle en dehors de l’église. Ce dernier peut joindre le praticien par téléphone, se rendre à son domicile ou demander à ce qu’il vienne chez lui. On retrouve également, chez les praticiens de la Science Chrétienne, une totale disponibilité à l’égard de leurs « patients ».

  • 32 .R. Dericquebourg, « Religions de guérison », Revue française de psychanalyse, septembre 1997, p. 3

« Du point de vue weberien, souligne R. Dericquebourg, on peut considérer ces praticiens comme des ‘‘virtuoses religieux’’ qui, à la différence des guérisseurs individuels, exercent au nom d’une institution de salut ou de délivrance au service de laquelle ils agissent. »32

La gestion socio-religieuse de la maladie

  • 33 Selon A. Zempléni, ethnologue africaniste, « les interprétations a posteriori concernent des indivi (...)

27Au cours de l’analyse du double modèle étiologique, nous avons dégagé les causes a priori de la maladie, c’est-à-dire les causes prises hors de leur contexte d’énonciation. La gestion socio-religieuse de la maladie est un concept s’inspirant de diverses analyses, sociologique et anthropologique. Elle consiste à prendre en compte, d’une part la causalité a posteriori, c’est-à-dire le contexte intersubjectif et social dans lequel les causes de la maladie sont énoncées33 et, d’autre part, les relations et rapports existant entre le thérapeute et le fidèle. Quatre aspects permettent d’en rendre compte :

281) Tout d’abord, considérant l’individu comme responsable de sa propre maladie, ces groupes peuvent susciter chez le fidèle un sentiment de « toute puissance », à la limite de la divinisation, sentiment permettant à la fois d’avoir prise sur un événement ayant un caractère aléatoire et de se mobiliser pour lutter contre la maladie. Lorsque ce sentiment n’est pas assez prégnant, le thérapeute peut jouer de son pouvoir pour faire évoluer la situation. En effet, dans la mesure où la maladie est envisagée, dans ces groupes religieux, comme une inconduite sociale, un manquement aux normes du groupe, le savoir obtenu par les thérapeutes au cours de l’énonciation étiologique (chez les antoinistes il est question de « confession ») devient une forme de pouvoir, pouvoir leur permettant de faire pression sur l’adepte pour susciter en lui un changement de comportement et donc le désir de guérir.

  • 34 J. Maitre, « Régulations idéologiques officielles et nébuleuses d'hétérodoxies. A propos des rappor (...)

Le langage de la toute-puissance n’est pas le résidu d’une pensée « pré-rationnelle » mais fait partie, selon J. Maitre, de la dialectique de la modernité : « Disons en bref, explique cet auteur, que la modernité suscite plus d’espoir en la réalisation des désirs qu’elle ne peut en réaliser effectivement, ce qui induit un surplus pour lequel les promesses ne peuvent venir que d’ailleurs »34. La Science Chrétienne et l’Antoinisme font partie de ces groupes où le sentiment de « toute puissance », sentiment en partie suscité par les « miracles » de la médecine, participent à la cure thérapeutique.

  • 35 Cl. Herzlich, « Médecine moderne et quête de sens : la maladie signifiant social », in Le sens du m (...)
  • 36 Précisons que les « thérapeutes» peuvent ne pas se prononcer sur les causes de la maladie car certa (...)
  • 37 A. Zempléni, op. cit., p. 17.

292) Par ailleurs, et comme le souligne Cl. Herzlich, « la maladie entraîne toujours la formulation de questions ayant trait à ses causes (...) et plus encore à son sens : “pourquoi moi”, “pourquoi lui”, “pourquoi ici”, “pourquoi maintenant” »35. Si la médecine allopathique ne peut répondre à cette quête de sens dans la mesure où, reposant sur la méthode anatomo-clinique, elle ne s’inscrit pas dans une démarche de compréhension du sujet malade, la méthode du praticien de la Science Chrétienne ou du guérisseur antoiniste consiste à aider le fidèle à trouver l’origine ou la cause de sa maladie, à la rapporter à son expérience quotidienne et ainsi à donner sens à cet événement36. D’autre part, l’apparition de la maladie peut s’accompagner d’autres événements néfastes (chômage, décès d’un proche, échec sentimental,...). Contrairement au fonctionnement de la société (c.-à-d. à la segmentation et à la rationalisation des différentes sphères sociales), la particularité de ces groupes est de considérer ces événements comme autant d’effets d’une même chaîne causale37. Ainsi, pour les antoinistes, un « mauvais fluide » permet d’expliquer aussi bien une maladie que le chômage ou encore un échec sentimental. Cette construction sociale de la réalité s’inscrit dans une gestion globale du malheur : le fidèle n’est pas partagé ou renvoyé d’un professionnel à un autre (médecin, assistante sociale ou psychologue). Il reçoit d’une même personne une vision cohérente et unitaire de ses malheurs, une vision permettant de donner du sens et de juguler les angoisses.

303) Le troisième élément de la gestion socio-religieuse de la maladie concerne les rapports « affectifs » liant le fidèle au thérapeute. L’irruption de la maladie, et a fortiori d’une maladie grave, suscite toujours un impact émotionnel fort. La prise en charge par le thérapeute de cette dimension émotionnelle, notamment par une gestion affective, permet d’évacuer les craintes du fidèle. L’attitude d’écoute, de disponibilité voire d’empathie des thérapeutes fait également partie de cette gestion.

  • 38 En France, sur 19 praticiens de la Science Chrétienne, 18 sont des femmes, et parmi les guérisseurs (...)
  • 39 Cette technique se rapproche de l'haptonomie, pratique utilisée par M. De Hennezel dans une unité d (...)

Outre le fait que les thérapeutes des groupes soient avant tout des femmes38 (plus de 70 % dans les deux groupes), certaines d’entre elles n’hésitent pas à entretenir une relation « affectueuse » avec l’adepte. Ainsi, lorsque la situation s’y prête, certaines emploient des termes familiers : « mon petit », « mon chéri ». D’autres, notamment les guérisseuses antoinistes, peuvent avoir, au moment d’adresser leur prière au Père Antoine, un rapport tactile avec le fidèle39.

  • 40 Termes utilisés par A. Zempléni à propos de la causalité a posteriori, in A. Zempléni, op. cit. p. (...)
  • 41 Témoignage de guérison in Le Héraut de la Science Chrétienne, mai 1985,. 68, p. 239.

314) Enfin, le dernier aspect consiste en une gestion personnalisée de la maladie. La maladie, comme nous le soulignions précédemment, peut être rattachée aux autres événements néfastes intervenus dans la vie du fidèle40. Le lien entre ces événements n’étant pas toujours apparent, l’anamnèse et l’introspection provoquées par le thérapeute peuvent être utiles au fidèle pour déceler les causes latentes de sa maladie et comprendre les « bénéfices secondaires » qu’elle permet. Le thérapeute s’engage alors à gérer les aspects psychologiques, sociaux et affectifs résultant de cette situation. Par exemple, au cours d’un témoignage, un fidèle de la Science Chrétienne expliqua que la guérison de son fils n’intervint qu’après que celui-ci admit qu’il avait des problèmes avec l’un de ses camarades d’école, et qu’il voulait bien essayer de se réconcilier avec lui41. Le père souligna que grâce à la perspicacité du praticien, son fils parvint à résoudre ses problèmes.

De quelques caractéristiques du pouvoir de guérison

  • 42 Nous nous sommes notamment appuyés sur les textes suivants : M. McGuire, Pentecostal Catholics : Po (...)

32L’analyse des « lieux » de pouvoir et notamment du pouvoir de guérison est, comme le souligne M. McGuire42, fondamentale pour comprendre tout processus thérapeutique. Pour saisir ce processus dans ses spécificités, il s’agira de rendre compte des représentations du pouvoir de guérison et des moyens utilisés par les fidèles pour manifester ou acquérir ce pouvoir. Compte tenu des distinctions qui séparent la Science Chrétienne et l’Antoinisme, cette analyse sera faite au cas par cas.

Toute puissance de la pensée et langage symbolique en Science Chrétienne

  • 43 Mary Baker Eddy , op cit. pp. 467-480.
  • 44 Témoignage de guérison in Le Héraut de la Science Chrétienne, novembre 1996, 79, 11, p. 73.

33Pour les scientistes chrétiens Dieu a le pouvoir de guérison. Omnipotent et omniscient, Dieu est tout en tout ou, plutôt, il est dans tout ce qui n’est pas matériel ou discordant. Selon M. Baker Eddy, Dieu « donne la véritable idée mentale (...) et il doit être compris au moyen de l’idée qui l’exprime » car « là où est l’Esprit de Dieu (...) le mal devient néant »43. L’un des moyens de se représenter le pouvoir de Dieu est donc de penser aux qualités et aux attributs de Dieu et d’affirmer la non-existence de la maladie. Ces représentations mentales sont considérées par les scientistes chrétiens comme curatives. Autrement dit, en Science Chrétienne, les pensées ont le pouvoir de faire ce qu’elles expriment car les fidèles les dotent d’un pouvoir et d’une efficacité de guérison qui va au-delà de leur sens littéral. A titre d’exemple, citons cette scientiste chrétienne qui après s’être ébouillantée la main, pensa : « Il n’y a pas de douleur. L’amour de Dieu t’environne. Dieu est bon, Il ne peut te vouloir du mal, Il ne veut pas que tu souffres. La douleur est une illusion de l’entendement mortel. Elle ne peut venir de Dieu, par conséquent, elle n’existe pas.44 ».Cet exemple caractérise bien la manière dont les scientistes chrétiens se représentent le pouvoir de guérison. Emanant de Dieu certaines pensées ont le pouvoir de faire ce qu’elles expriment, en l’occurrence de guérir.

34Au cours de cette « méditation mentale », le fidèle peut prendre appui sur les livres de base de la Science Chrétienne, ou alors, s’il ne les a pas à sa disposition, il peut se remémorer des versets bibliques ou des énoncés eddyques. Ces supports livresques ou mémoriels constituent une forme de langage symbolique conduisant à rendre sensible et incarnée l’idée d’un Dieu omnipotent. Cette représentation mentale du pouvoir de guérison est d’autant plus sensible qu’elle est vécue à travers les sentiments que le fidèle nourrit à l’égard de Dieu. Au cours de cette retraite mentale, il ne s’agit pas pour le fidèle d’implorer Dieu, mais de sentir sa présence, de reconnaître ses qualités et d’affirmer mentalement l’identité spirituelle de l’homme.

Action symbolique et médiatisation du pouvoir chez les antoinistes

  • 45 P. Debouxhtay, op. cit., p. 160.

35La représentation qu’ont les adeptes du Père Antoine ne correspond pas à celle que se font les scientistes chrétiens de Mary Baker Eddy. Si cette dernière peut être envisagée comme un prophète exemplaire en raison de son rétablissement, en 1866, l’exemplarité prophétique d’Antoine se situe davantage dans ses pratiques de guérison. Ainsi, d’après P. Debouxhtay, qui se réfère à des sources internes à l’Antoinisme, Louis Antoine guérissait, en 1910, entre 500 et 1200 personnes par jour45. Autrement dit, Antoine est perçu comme une figure christique ou divine ayant le pouvoir de guérison. Ce pouvoir, d’après les antoinistes, se manifeste à travers des rites religieux, notamment à travers l’Opération, l’une des principales cérémonies antoinistes. Au cours de celle-ci les fidèles se recueillent devant l’image du Père. Un échange se réalise : l’adepte vient se libérer ou se couper de ses « fluides » négatifs et prendre les « fluides » du Père Antoine, « fluides » qui se répandent sur l’assemblée au moment du recueillement. Cette « purification » est vécue par les adeptes (ils disent « ressentir » ou « voir » les « fluides » du Père), et est considérée comme curative. Toutefois, il faut préciser que cette cérémonie n’a de « vertus » thérapeutiques qu’en raison du « fluide » qui s’y manifeste, et que parmi les objets ayant été au contact du « fluide » du Père certains peuvent véhiculer ce pouvoir. Ainsi, le Temple mais également la robe portée par le clergé antoiniste et d’autres objets (photos représentant le Père, lettres portées à la Tribune) sont envisagés comme ayant des propriétés prophylactiques et curatives.

  • 46 Cette définition s'inspire des travaux de M. Mélin, Pour une science des religions, Paris, Seuil, 1 (...)

36L’opération symbolique46, c’est-à-dire la transformation d’un « objet » en quelque chose de différent devenu le signe d’une autre réalité et considérée, ici, comme « toute puissante », permet aux antoinistes de se figurer et de s’approprier le pouvoir de guérison (les « fluides » du Père).

  • 47 D. Camus, Paroles magiques. Secrets de guérison. Les leveurs de maux aujourd'hui, Paris, Imago, 199 (...)
  • 48 Le terme « d'adorcisme » a été proposé par L. De Heusch en référence à certaines pratiques chamanis (...)

37Après l’Opération, certains antoinistes éprouvent le besoin de consulter en privé un guérisseur dans un petit cabinet attenant au Temple. Au sein du cabinet, le guérisseur sert alors d’intermédiaire entre le fidèle et le Père Antoine (celui-ci étant représenté dans tous les cabinets par une gravure). Certains guérisseurs cherchent, par le biais de la parole, à couper voire à expulser le mauvais « fluide » porté par le fidèle ; d’autres préfèrent « prendre le mal » sur eux, un peu à la manière des « leveurs de maux » décrits par D. Camus47. Entre ces deux modèles d’action thérapeutique, « exorciste » ou « adorciste »48, un même objectif anime les guérisseurs : être un canal pour assurer la transmission du « fluide » du Père Antoine vers le fidèle.

38Il apparaît que le sens de la guérison est différent chez les scientistes chrétiens et les antoinistes. Pour les premiers la guérison est une forme de salut, tandis que les seconds considèrent que la maladie est salvatrice, elle sert à l’avancement spirituel de l’adepte voire à une « désincarnation » sans retour. De ce fait, l’efficacité du pouvoir de guérison consiste, dans le cas de la Science Chrétienne, en une expérience subjective de mieux-être physique et dans le cas de l’Antoinisme, à accepter l’épreuve.

  • 49 M. Bertrand, « L'efficacité thérapeutique de la prière. Une approche psychologique », in Gestions r (...)

39La dimension thérapeutique des pratiques liées au pouvoir de guérison réside dans l’expérience vécue par le fidèle avec ce principe divin. L’appropriation symbolique de ce pouvoir provoque en lui un état « subjectivement ressenti »49, état capable de le transformer physiquement ou psychiquement.

40Considérer les pratiques singulières et spécifiques de la Science Chrétienne et de l’Antoinisme comme celles d’un autre âge, c’est oublier qu’elles sont le produit de la modernité. En effet, ces pratiques sont l’expression et une forme de réponse aux paradoxes de la modernité. Le désenchantement de l’institution médicale, sa laïcisation et les progrès spectaculaires de la médecine ont suscité des désirs et une quête de sens inassouvis.

Haut de page

Bibliographie

Augé M. Herzlich Cl. (dirs). Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie. Paris, Archives contemporaines, 1986.

Camus D. Paroles magiques. Secrets de guérison. Les leveurs de maux aujourd’hui. Paris, Imago, 1990.

Dericquebourg R. Religions de guérison. Antoinisme, Science Chrétienne, Scientologie. Paris, Cerf, 1988.

Dericquebourg R.Les Antoinistes. s.l., Brépols, 1993.

Friedmann D. Les guérisseurs. Splendeurs et misère du don. Paris, Métailié, 1981.

Hervieu-Léger D. Champion F. Vers un nouveau christianisme ? Introduction à la sociologie du christianisme occidental. Paris, Cerf, 1986.

Herzlich Cl. Pierret J. Malades d’hier, malades d’aujourd’hui. De la mort collective au devoir de guérison. Paris, Payot, 1991.

Illich I. Némésis médical. L’expropriation de la santé. Paris, Seuil, 1975.

Laplantine F. Anthropologie de la maladie. Etude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société contemporaine. Paris, Payot, 1992.

Lautman F. Maitre J(dirs). Gestions religieuses de la santé. Paris, Harmattan, 1995.

Lévi-Strauss Cl. Anthropologie structurale. Paris, Plon, 1974.

McGuire M. Ritual Healing in Suburban America, New Brunswick, Rutgers University Press, 1994.

« Sois patient et tais-toi. Le pouvoir médical », Panoramiques, II, 17, 1994.

Social Compass, XXXIV, 4, 1987.

Weber M. Economie et société. Paris, Plon, 1971.

Zarifian E. Des paradis plein la tête. Paris, O Jacob, 1994.

Zempléni A. « La maladie et ses causes », L’Ethnographie, T LXXXI, 96-97, 1985.

Haut de page

Notes

1 La Science Chrétienne a fondé sa première église à Paris, en 1906. Le premier Temple antoiniste a été construit en 1913 (Paris, XIIIème).

2 Si la Science Chrétienne et l'Antoinisme ne donnent pas d’information sur le nombre de leurs adeptes, on les estime à un ou deux milliers. La situation française n'est pas représentative de la scène internationale, dans la mesure où, pour la Science Chrétienne, le nombre d'églises et de sociétés en France représente, d'après nos calculs, 0,5% du total dans le monde. Présente sur tous les continents, la Science Chrétienne connaît sa plus forte audience aux États-Unis, pays dont elle est originaire. Quant à l'Antoinisme, il est présent avant tout en France (32 Temples) et en Belgique (31 Temples) ; ailleurs, il possède quelques salles de lecture, embryons de Temple.

3 La Science Chrétienne est qualifiée, par cet auteur, de secte « manipulatrice », et l'Antoinisme de secte « thaumaturgique ». B. Wilson, Les sectes religieuses, Paris, Hachette, 1970, pp. 143-152 et 174.

4 J. Séguy, « Science Chrétienne », in Encyclopedia Universalis, vol. 5, pp. 743-744.

5 R. Dericquebourg, Les antoinistes, s. l., Brepols, 1993, pp. 140-144.

6 .R. Dericquebourg, « Les groupes religieux minoritaires. Aspects et problèmes », Mouvements religieux, Cahier de l'année 1992, p. 15.

7 Ainsi, si la Science Chrétienne a des traits sectaires (p. ex. l'exclusivité  – « exiger l'allégeance absolue de ses adhérents » – ou le mérite – « les sectes demandent un acte d'adhésion à leur foi », in B. Wilson, op. cit, pp. 29-30), elle possède également certaines des caractéristiques du cult (réunion cultuelle peu émotionnelle voire absence de rite).

8 M. Weber, Economie et société, Paris, Plon, 1971, t.1, pp. 464-474.

9 Ces quatre caractéristiques ont été dégagées et analysées par J. Baubérot à propos de N. Söderblom, in « Nathan Söderblom : un réformateur religieux ? », Social Compass, XXIX, 1, 1982, p. 61.

10 Système thérapeutique mis en place par S. Graham, consistant en un régime basé sur la diète (eau et pain).

11 D'après R. Dericquebourg, la thérapie quimbyste « passe avant tout par une relation privilégiée et profane entre le thérapeute et son patient. Bien qu'il évoque des croyances religieuses et qu'il fasse parfois référence au Christ guérisseur, Quimby ne se réclame jamais praticien religieux. Son art ne repose pas sur un système métaphysique mais seulement sur l'altruisme : il prend en charge les fardeaux du malade ». R. Dericquebourg, Religions de guérison. Antoinisme, Science Chrétienne, Scientologie, Paris, Cerf, 1988, pp. 59-60.

12 Cité par P. Debouxhtay, Antoine le guérisseur et l'Antoinisme. Les faits d'après des documents inédits, Liège, F. Gothier, 1934, pp. 53-54.

13 L. Antoine, Révélation par le Père, Poitiers, Aubin, 1979, p. 172.

14 L. De Heusch, Pourquoi l'épouser ? Et autres essais, Paris, Gallimard, 1971, p. 232.

15 J. Trincaz, « Le pouvoir thérapeutique des Ba-pena (Casamance). Initiation et pouvoir libérateur », Psychopathologie africaine, 1975, XI, 3, pp. 323-362.

16 J. Trincaz, « Mythes, sens et représentations de la maladie chez les Mancagne de Casamance (Sénégal) », Psychopathologie africaine, 1973, IX, 1, p. 103.

17 Ces aspects sont perceptibles dans les représentations de la maladie présents dans les ouvrages de base de la Science Chrétienne et de l'Antoinisme.

18 Après la fermeture du College (1889), un Conseil d'instruction se chargera de délivrer les cours de la Science Chrétienne.

19 Ainsi, pour Mary Baker Eddy, « (...) lorsque les malades se rétablissent en prenant des médicaments, c'est la loi d'une croyance générale, aboutissant à la foi individuelle, qui guérit ; et l'effet sera proportionnel à cette foi ». M. Baker Eddy, Science et santé avec la clef des Ecritures, Boston, éd. Church of Christ, Scientist, 1989, p. 155. Quant à L. Antoine, on peut lire dans l'un de ses ouvrages : « (...) quand nous recourons à la science, c'est également la foi qui guérit ; le médicament n'est rien en lui-même, notre pensée seule le rend efficace. Je ne veux pas dire que toutes plantes ou substances n'ont pas de propriétés, je sais que nous pouvons obtenir notre guérison par l'une tandis que nous ne le pourrions par l'autre ; mais elle sera toujours le résultat de notre foi, laquelle suggère au médecin ce qu'il doit nous prescrire pour que nous recouvrions la santé ». L. Antoine, Développement de l'Enseignement du Père, Poitiers, Aubin, 1979, pp. 44-45.

20 Aux États-Unis, la législation sur l'exercice illégal de la médecine n'intervint, à l'échelon national, qu'au début du XXe siècle. Cependant, certains États possédaient déjà une telle loi et l'ont appliquée à des praticiens de la Science Chrétienne (l'un d'entre eux fut arrêté en 1887 et condamné à une amende pour exercice illégal de la médecine, in C. S. Braden, Christian Science Today, Power, Policy, Practice, London, G. Allen and Unwin, 1958, p. 252). Quant à la Belgique, la législation sur l'exercice illégal de la médecine existe depuis 1803. Antoine fut condamné, à ce titre, en 1901 mais au cours du second procès qui lui a été intenté, en 1907, il fut acquitté.

21 La protestation désigne, d'après la définition donnée par J. Séguy, « (...) l'expression en discours et/ou en actes d'un conflit, c'est-à-dire d'une opposition d'intérêts (matériels ou non) », in « La protestation implicite. Groupes et communautés charismatiques », Archives de Sciences Sociales des Religions, Oct-Déc. 1979, n° 48/2, p. 200.

22 Ce type de prestations n'appartient pas à « l'Eglise du Christ, Scientiste ». Il s'agit d'une initiative privée.

23 Le recours à la médecine, et notamment à la médecine allopathique, ne donne lieu à aucune sanction de la part du groupe.

24 « La prophétesse de Boston (Mrs Eddy) pousse aux extrêmes la notion de causalité mentale : si l'on admet que l'idée peut agir sur le corps de l'homme (la matière), il faut concevoir que la matière est elle-même idéelle. Or, dans le cadre de la création divine, elle ne peut être qu'un concept mental. En particulier, l'homme est une idée reflétant Dieu. Mary Baker Eddy aboutit donc à un idéalisme absolu », R. Dericquebourg, Religions de guérison, op cit, p. 60.

25 A. Zempléni, « La “maladie” et ses “causes”. Introduction », L’Ethnographie. Causes, origines et agents de la maladie dans les peuples sans écriture, 1985, n° 96-97 (2 et 3), p. 14.

26 F. Laplantine, Anthropologie de la maladie. Étude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société occidentale contemporaine, Paris, Payot, 1992, p. 411.

27 Ibid, p. 90.

28 Ibid, p. 77.

29 Pour les scientistes chrétiens les termes « entendement mortel », « croyance universelle » ou « erreur » représentent tout ce qui, dans la société, est capable de les influencer et de provoquer en eux la croyance en l'existence de la maladie. Pour les antoinistes, c'est « l'intelligence », la « médecine », la « matière », etc. qui constituent des éléments susceptibles de provoquer la maladie.

30 R. Dericquebourg, Religions de guérison. op cit p. 69.

31 On notera que pour les antoinistes l'Opération générale, l'une des principales cérémonies antoinistes, peut revêtir un caractère thérapeutique, mais, là, le fidèle n'est pas pris en charge par un guérisseur.

32 .R. Dericquebourg, « Religions de guérison », Revue française de psychanalyse, septembre 1997, p. 3.

33 Selon A. Zempléni, ethnologue africaniste, « les interprétations a posteriori concernent des individus, des troubles et des situations particuliers et elles ne deviennent intelligibles qu'une fois rapportées au contexte intersubjectif et social de leur formulation », A. Zempléni, op cit. p. 34.

34 J. Maitre, « Régulations idéologiques officielles et nébuleuses d'hétérodoxies. A propos des rapports entre religion et santé », Social Compass, XXXIV, 4, 1987, p. 363.

35 Cl. Herzlich, « Médecine moderne et quête de sens : la maladie signifiant social », in Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Cl. Herzlich, M. Augé (dirs.), Paris, Archives contemporaines, 1984, p. 201.

36 Précisons que les « thérapeutes» peuvent ne pas se prononcer sur les causes de la maladie car certains estiment que c'est au fidèle de découvir par lui-même l'origine des évènements, tandis que d'autres préfèrent ne pas s'attarder sur les conditions d'émergence de la maladie.

37 A. Zempléni, op. cit., p. 17.

38 En France, sur 19 praticiens de la Science Chrétienne, 18 sont des femmes, et parmi les guérisseurs antoinistes d'un Temple parisien (XIXe arrondissement), sur 28 guérisseurs comptabilisés, 20 sont des femmes.

39 Cette technique se rapproche de l'haptonomie, pratique utilisée par M. De Hennezel dans une unité de soins palliatifs, in M. De Hennezel, La mort intime. Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre, Paris, Laffont, 1995.

40 Termes utilisés par A. Zempléni à propos de la causalité a posteriori, in A. Zempléni, op. cit. p. 34.

41 Témoignage de guérison in Le Héraut de la Science Chrétienne, mai 1985,. 68, p. 239.

42 Nous nous sommes notamment appuyés sur les textes suivants : M. McGuire, Pentecostal Catholics : Power, Charisma and Order in a Religious Movement, Philadelphia, Temple University Press, 1982, p. 270 ; Idem « Words and Power : Personal Empowerment and Healing », Culture, Medicine and Psychiatry, 1983, 7, 1, pp. 221-240 ; Idem « Ritual, Symbolism and Healing », Social Compass, 1987, XXXIV, 4, pp. 365-379.

43 Mary Baker Eddy , op cit. pp. 467-480.

44 Témoignage de guérison in Le Héraut de la Science Chrétienne, novembre 1996, 79, 11, p. 73.

45 P. Debouxhtay, op. cit., p. 160.

46 Cette définition s'inspire des travaux de M. Mélin, Pour une science des religions, Paris, Seuil, 1973, pp. 198-199.

47 D. Camus, Paroles magiques. Secrets de guérison. Les leveurs de maux aujourd'hui, Paris, Imago, 1990, p. 209.

48 Le terme « d'adorcisme » a été proposé par L. De Heusch en référence à certaines pratiques chamanistiques. L. De Heusch, op.cit., p. 330.

49 M. Bertrand, « L'efficacité thérapeutique de la prière. Une approche psychologique », in Gestions religieuses de la santé, F. Lautman, J. Maître (dirs), Paris, L'Harmattan, 1995, p. 146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Cécile Begot, « Science Chrétienne et Antoinisme », Socio-anthropologie [En ligne], 2 | 1997, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 novembre 2014. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/37

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Begot

IRESCO-GSRL-EPHE

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • Revues.org