Navigation – Plan du site

Interdisciplinarité, monodisciplinarité, transdisciplinarité

Pierre Bouvier

Texte intégral

1

2Au cours du XIXe siècle la crise morale et la remise en question de l’appréhension du monde et des comportements humains à travers le prisme de la religion et des structures de l’ancien régime contribue à une réévaluation des modalités d’explication cognitives.

3La philosophie participe à ces recompositions. Elle est généralement comprise comme une discipline intellectuelle cherchant à établir une connaissance rationnelle de la nature et du système général des connaissances humaines tant dans les domaines des actions que du savoir. Attachée génétiquement à la pensée occidentale, elle en porte les marques discursives et les avatars : science des fondements du réel et de l’éthique, elle se développe concurremment à la théologie tout en cherchant à en desserrer l’étreinte.

4Nous sommes en présence d’une approche que l’on peut qualifier de monodisciplinaire à vocation plurielle c’est-à-dire à une lecture visant et prétendant traiter de la pluralité des domaines de la connaissance à partir d’un prisme spécifique : le philosophique.

5Cette attitude a été celle des générations antérieures et dont, entre autre, témoignait, au début du siècle, le fondateur de la sociologie : Auguste Comte. Cette dernière n’était qu’une partie analytique d’un système général embrassant l’ensemble des connaissances regroupant ce qu’il nomme la science des corps bruts (mathématique, astronomie, physique, chimie) à la science des corps organisés (physiologie physique sociale ou sociologie).

6

  • 1  Auguste Comte, Cours de philosophie positive [1830], Paris, Garnier, 1949, p. LII.

7“ […] la philosophie positive, dans laquelle je comprends l’étude des phénomènes sociaux aussi bien que tous les autres, désigne une manière uniforme de raisonner applicable à tous les sujets sur lesquels l’esprit humain peut s’exercer 1. ”

8

9Le XIXe siècle va faire imploser l’ambition impériale de la philosophie de traiter tant les faits de la nature que de l’humain. L’autonomie prise par les sciences de nature conduit à un rejet ou du moins à une non prise en compte des extrapolations “ philosophiques ” sinon métaphysiques et de toute dépendance marquées au sceau de conceptions apodictiques. Il n’est plus nécessaire de faire allégeance à l’immanence du religieux sinon du pouvoir politique à un moment ou l’autre du traité ou des analyses produites. René Descartes n’aurait plus eu à disserter masqué.

10Dépouillé de ses capacités à traiter des faits de la nature le domaine des humanités reste, a priori, à sa portée. Il ne s’avère pas moins que dans ce dernier secteur les données ont également changé, quoique dans une mesure moins radicale. Étant beaucoup moins astreint à l’imprimatur des églises et à celle de la censure des autorités publiques tout comme travaillé par les mutations sociales qui renouvellent l’origine et le recrutement des hommes de science et de lettre, les humanités, pris au sens large et non seulement limité à celui d’étude des langues, littérature et philosophie, s’ouvre sur une diversification par fragmentation.

11Ces éléments sont accompagnés de manière plus ou moins effective et apparemment pertinente pour ceux qui les insèrent dans leurs propédeutiques par les avancées liées à l’élaboration et à l’utilisation de nouvelles techniques, de nouveaux instruments d’observation et d’expérimentation. Une certaine mécanisation des procédures s’effectue au sein même du champ qui était désigné ou du moins relevait antérieurement des sciences de l’âme et de l’esprit et dont les argumentations reposaient principalement sur l’approche cognitive, la connaissance par idéation : induction, déduction et synthèse.

12Ces modifications des procédures et des protocoles heurtent peu ou prou la doxa philosophique, du moins dans ses us et dans ses coutumes traditionnels.

13Ces multiples et diverses échappées du sein de l’alma mater s’opèrent au cours du XIXe siècle de manière beaucoup plus abrupt que lors des périodes antérieures. Le bourgeonnement, l’apparition de surgeons ne se fait pas sans nombre de difficultés. La sève nourricière indispensable, les données contextuelles tout comme la profusion de ces germinations adossées aux racines et au tronc des orthodoxies viennent souvent, du moins dans les premiers temps, à faire défaut ou à n’être alloué que de manière parcimonieuse. Ces conditions déterminent en grande partie le sort qui leur sera réservé tout comme leurs capacités à faire non pas rejet mais corps, instance.

14Ainsi la philosophie subit une forte réduction de ses domaines antérieurs. Ceux-ci se détachent, prennent des libertés, ne considèrent plus comme nécessaire de devoir en référer, en dernière instance, à ses axiomes ou à tels ou tels de ses paradigmes.

15L’indiscipline s’empare de la discipline par excellence, de celle qui jouissait jusqu’alors d’un statut incontesté si ce n’est sur ses marges ou de la part de gloses ne prétendant pas à la remplacer comme vecteur de la connaissance et de l’interprétation du monde.

16Dans ce contexte de reformalisation, de resserrement et d’antagonismes plus ou moins feutrés à l’intérieur des sciences humaines, une revue dirigée par un des représentants de cette “ monodiscipline plurielle ” reflète, dans ses mutations successives, les changements importants qui s’opèrent dans les sciences humaines au cours des dernières décennies de la seconde moitié du XIXe siècle.

17

18En 1867 des philosophes se dotent d’une revue spécifique intitulée : L’année philosophique, études critiques sur le mouvement des idées générales dans les divers ordres de connaissance. Dans son avertissement François Pillon, précise l’objet de cette publication, constituée de mémoires et d’une bibliographie analytique et donne une définition de la philosophie :

19

  • 2  F. Pillon, “ Avertissement ” L’année philosophique études critiques sur le mouvement des idées géné(...)

20“ synthèse du savoir humain. Toutes les sciences relèvent de la philosophie par leurs méthodes, par leurs rapports entre elles, par leurs principes et leurs théories […] elle embrasse tout ; rien ne lui est étranger 2. ”

21

  • 3  Charles Renouvier, “ Ce que c’est que le criticisme ” La critique philosophique, politique, scienti(...)

22L’auteur présente une longue liste de ces domaines qui vont de la logique aux sciences biologiques et anthropologiques. Les référentiels sont ceux du rationalisme critique. Un second numéro, et dernier sous ce titre, paraît l’année suivante à la veille de la guerre franco-prussienne. Après le conflit et la chute du régime la revue est reconstitué par les mêmes protagonistes Charles Renouvier et François Pillon mais sous une forme différente. Le premier numéro s’intitule : La critique philosophique, politique, scientifique, littéraire, organe hebdomadaire et non plus annuel du néo-criticisme. Il paraît, en 1872, aux lendemains de la guerre franco-allemande et de la Commune et s’inscrit dans les débats philosophiques de l’époque dont ceux marqués par l’influence du positivisme et de l’évolutionnisme sociologique spencérien. Plus que réservé vis-à-vis des thèses métaphysiques ou scientistes, dont celles de la lignée “ progressiste ” établie par des saint-simoniens, l’éditorialiste, dans la présentation des intentions, considère que : “ Le criticisme renouvelle la philosophie en faisant poser sur la raison pratique, c’est-à-dire sur l’ordre moral, les seules inductions rationnelles qu’il soit possible de tirer de la nature humaine 3. ” Il se réfère explicitement à “ la pure formule du juste, enfin trouvée sous le nom d’impératif catégorique ”. Ce sera donc sous l’égide d’Emmanuel Kant que cette revue philosophique souhaite traiter, dans ces temps difficiles, de la juste morale comme science rationnelle, condition pour assurer la paix et la liberté.

23Ce faisant, la critique philosophique apparaît comme une publication analytique et d’opinion compte tenu de ses interventions dans les champs très divers inscrits dans le libellé de son titre. Elle montre à la fois la capacité ou la prétention de philosophes de traiter d’une vaste gamme de faits humains et sociaux mais également leur tentative de rendre inutile des spécialisations plus affirmées. Par là elle vise des monodisciplines et des organes visant des domaines plus précis qui tentent de se donner un statut scientifique distinct du généralisme philosophique habituel. Cette revue présente l’intérêt de donner à voir la modification des attendus et des ambitions qui traversent le domaine des sciences humaines. Une relative contraction des champs apparaît plus précisément dans les années 1870-1880 dans le cadre de la lente assurance prise par les idées républicaines, laïques, scientistes et rationnelles.

  • 4  Émile Littré, “ les trois philosophies ”, Philosophie positive, n° 1, juillet-août 1867, p. 23.(...)

24Cette publication n’est pas la seule qui se réclame de la philosophie et, ici, en l’occurrence sous l’angle d’un courant spécifique et reconnu : le criticisme. Prévalent également, à cette époque, des publications d’obédience positivistes dont La philosophie positive initiée par Émile Littré (“ La philosophie positive est une doctrine où […] se trouve le lien général du savoir 4 ) ou, dans une perspective rationaliste, La revue de métaphysique et de morale de Xavier Léon. Cependant la diversité des sujets traités tend, si ce n’était des positions de principe réaffirmées et les critiques portées, entre autre, au positivisme, à l’évolutionnisme ou aux thèses saint-simonienne du progrès, à rattacher La critique philosophique à une des nombreuses revues à tendance généraliste telles que La revue philosophique de la France et de l’étranger fondée par Théodule Ribot sinon à une publication antérieure beaucoup plus ouverte et à très large spectre où s’expriment nombre d’écrivains et d’idéologues de l’époque : La revue des deux mondes.

25

26Ces livraisons auront des difficultés à s’adapter aux mutations de la fin de siècle, à la fragmentations du domaine des sciences humaines. Elles sont peu ou pas assises sur un corpus scientifique démontré, étayé ou critiqué au cours de parutions successives pouvant faire lien disciplinaire c’est-à-dire regrouper un certain nombre de chercheurs se donnant comme finalité de développer une démarche spécifique. Les tenants de La critique philosophique, politique, scientifique, littéraire vont en prendre conscience. Au terme de près de vingt ans d’existence, le changement de périodicité et de titre, devenu simplement La critique philosophique, témoigne du resserrement vers plus de circonspection du propos initial et des domaines traités et/ou des capacités du philosophique à discourir sur un spectre très large. Charles Renouvier dresse un bilan plus que mitigé de ces évolutions dans un article intitulé : “ Pour prendre congé de nos lecteurs ”. Revenant sur le titre, très général, adopté les premières années :

27

  • 5  Renouvier, “ Pour prendre congé de nos lecteurs ”, La critique philosophique, 1889, T. II, p. 401.(...)

28“ il exprimait pour nous un double espoir, qui n’a pas été justifié : celui d’un succès matériel qui nous eût mis à même d’étendre notre cadre et nos matières, et celui de l’adhésion d’un plus grand nombre d’esprits jeunes parmi lesquels nous eussions trouvé des collaborateurs pour une tâche dont nous ne pouvions embrasser toutes les parties. Il ne s’est point produit dans la jeunesse, après les événements des années 1870 et 1871, un mouvement philosophique propre à nous seconder. Notre œuvre à dû rester jusqu’à la fin ce qu’on appelle en argot de publicité une revue fermée. Fermée, elle l’était, non par l’intolérance ou la jalousie de ses rédacteurs trop peu nombreux, mais simplement parce que ce n’est pas coutume qu’un travailleur accepte l’aide de qui n’est bon qu’à lui défaire son ouvrage 5. ”

29

30Les “ congés ” de Charles Renouvier à ses lecteurs explicite également les difficultés de mise en place d’un lien suffisamment pertinent pour assurer le projet envisagé. Il désigne les impératifs matériels c’est-à-dire le succès ou du moins l’attraction auprès d’un public en nombre conséquent et nécessaire. Il soulève, tout en cherchant à s’en disculper, la question des contradictions entre le manque de collaborateurs et les critères relativement opaques quant au recrutement et à l’aide souhaitée. L’attente souhaitée par l’initiateur et les contingences des collaborations soulignent la tension vive que suscite, malgré soi, l’implication personnelle dans un champ disciplinaire qui, a priori, se devrait d’être dégagé de subjectivité. Cette réflexivité plus ou moins explicite de Charles Renouvier n’est cependant pas ou peu de mise à l’époque, époque d’une croyance dans les perspectives scientifiques dont celles touchant aux domaines des humanités. Il n’en termine pas moins les congés qu’il adresse à ses lecteurs par la note suivante : “ Mon ami et collaborateur F. Pillon prépare pour 1890 la publication d’une Année philosophique écrite dans les principes du criticisme. ”

  • 6  Laurent Mucchielli, La découverte du social, naissance de la sociologie en France, Paris, La Découv(...)

31En 1891, le titre change donc pour re-devenir : L’Année philosophique et concerne l’année précédente 1890. Il est édité par Félix Alcan. L’influence du rationalisme de Renouvier, de son républicanisme et de ses convictions égalitaristes ne s’exercera pas moins sur les générations suivantes combien même ses travaux soient, depuis, relativement délaissés 6.

32

33La trajectoire de la revue permet d’appréhender de manière exemplaire ce cheminement progressif qui va de la situation quasi impériale d’une monodiscipline à prétention universelle, en l’occurrence la philosophie, à la montée en puissance de sciences humaines et sociales spécialisées. Les rédacteurs de l’Année philosophique ont constaté, à leurs dépens, les changements et la nécessité de focaliser et de construire un lien disciplinaire fort.

34D’autres publications saurant ou ont dès leur apparition opter pour ces nouvelles perspectives axées sur du monodisciplinaire singulier. L’émergence de ce type d’intitulés centré sur du monodisciplinaire spécifié indique la sensibilité des fondateurs de ces revues à l’aura de ce qui peut ou veut s’autoriser du terme de scientifique.

  • 7  Émile Durkheim, De la division du travail social [1893], Paris, PUF, 1973, p. 346.

35La montée du rationalisme et du scientisme, parallèlement aux crises morales, éthiques et sociales, conduit à l’effacement des liens qui unissaient antérieurement les divers ordres de connaissance entre eux et qui pouvait susciter, comme le souligne Émile Durkheim, le fait que : “ la science, n’étant pas très divisée, pouvait être cultivée presque tout entière par un seul et même esprit 7 ” : ce dont se souciait et qu’avait voulu tenter de perpétuer Auguste Comte.

36Dans la seconde moitié du siècle le nouveau contexte prend ses marques en terme d’appréhension scientifique. Il ne touche plus seulement les sciences de la nature mais celles de l’homme.

  • 8  Ibidem.

37À la monodisciplinarité philosophique à très large spectre succède une pluralité de disciplines, de sciences particulières. Comme paradoxalement, quoique ne prétendant plus à l’exhaustivité, elles n’en tendent pas moins à considérer que, dans leur champ de compétence, elles détiennent “ une valeur absolue 8 ”. On est en présence alors de disciplines à champ spécifique et exclusif, de monodisciplines singulières.

38Une illustration, parmi d’autres, de cette nouvelle donne est l’apparition, dans le domaine qui nous concerne et à quelques années près, les années 1890, de plusieurs revues portant le nom d’un secteur particulier des sciences humaines et sociales et proclamant leurs intentions d’exclusivité. Ainsi en est-il, à quelques années près, de L’Année psychologique (1895), et de L’Année sociologique (1898).

39Le nombre de ces monodisciplines à champ spécifique va croître tout au long du XXe siècle, accompagnant les découvertes et les novations qui particularisent, fractionnent ou recomposent des domaines. Ceci s’opère en liaison avec les avancées des recherches.

40Histoire, psychologie, sociologie distendent leurs attaches, leurs filiations. Elles vont l’effectuer en focalisant leurs objets d’étude et en particularisant ou plus précisément en établissant de manière latente puis de plus en plus argumentée leurs manières d’être et de faire.

41Cette dispersion ou plus exactement cette spécialisation au sein du domaine des sciences humaines procède de ce qui prévaut dans les sciences de la nature. Elle tend à instaurer une distinction entre ce qui va relever de la science expérimentale de ce qui se restreint à la métaphysique sinon à l’idéologique et dont le domaine concerne les faits humains.

42

Retour au pluridisciplinaire

43

44La fin du XXe siècle est marquée par des crises d’un autre ordre. Elles ne concernent plus seulement le domaine des valeurs et des convictions spirituelles et sociales. Elles touchent au cœur des certitudes dont se targuait le vingtième : les valeurs progressistes de la science et des techniques. Elle remet en cause la longue marche de l’humanité vers un devenir meilleur articulé autour de l’expansion et des avancées scientifiques. De très nombreux auteurs tant relevant des sciences dites dures les plus concernées par les novations progressistes que des économistes, sociologue et spécialistes des sciences de l’homme mettaient en avant parmi les causes de l’amélioration du devenir du genre humain l’accroissement de la productivité résultant des avancées techniques intervenant dans des sphères multiples et variées. Ces facteurs ont concouru à améliorer le niveau de vie des populations situées dans les sociétés industrielles. Ils mirent en perspective une postindustrialisation où les attendus du travail non choisi tendaient à s’estomper, du moins dans leurs aspects le plus contraignants. Les loisirs et le temps libéré pouvant devenir l’horizon de ce qu’allait devenir le troisième millénaire.

45Dans ce contexte, où dominent l’esprit et les investigations scientifiques, les champs monodisciplinaires dans les sciences sociales confortent et assurent tant leurs propres développements et approfondissements que leurs assises institutionnelles. La montée des centres de recherche, la croissance des universités concourent à une catégorisation des secteurs d’activité autour de spécialités officialisées au fil du siècle. Dorénavant elles ont des sections et des commissions. À l’intérieur de celles-ci siègent des structures d’évaluation universitaires ou de la recherche scientifique. Ces commissions auditionnent les impétrants mais également classent et promeuvent ceux qui sont déjà intégrés dans ces institutions. La nomenclature des champs renvoie au dispositif tel qu’il s’est mis en place à un certain moment : le tournant de la Seconde Guerre mondiale, par exemple, pour le Centre national de la recherche scientifique, antérieurement pour les universités. Ceci n’est cependant pas figé. Toutefois les domaines retenus se réfèrent principalement aux monodisciplines élaborées au début du siècle sinon précédemment en particulier pour les sciences dites exactes. Longtemps les mathématiques ont ouvert cette nomenclature comme elles le faisaient, entre autre, chez Auguste Comte. S’agissant de la sociologie, quoique reconnue de facto, il faudra attendre les années soixante pour qu’elle puisse s’extraire du domaine universitaire des Lettres et proposer des cursus complets allant du diplôme d’étude universitaire général à la thèse de doctorat.

46Cette longue période est marquée par cette institutionnalisation de monodisciplines à vocation spécifiées.

  • 9  Jacques Ellul, Le bluff technologique, Paris Hachette, 1988 ; Hans Jonas, Le principe de responsabi(...)

47La fin du XXe siècle induit des ré-interpellations des dispositifs cognitifs dont ceux touchant au social et au sociétal dans leurs représentations. Ceci apparaît ou devrait apparaître comme de nécessité. Les mutations qui s’opèrent et dont l’un des fondements est la remise en cause des valeurs attribuées à l’investigation scientifique et plus encore aux effets de certaines de ses applications techniques tels que Jacques Ellul ou Hans Jonas 9. Ceci interroge l’expansion industrielle et les valeurs telles que celles antérieurement dominantes mettant principalement en avant les aspects bénéfiques et l’innocuité des applications techniciennes. Aujourd’hui, comme le souligne Alain Gras, ces valeurs continuent, malgré les critiques et leurs résultats plus que relatifs, a se présenter comme une fatalité, un destin technologique qui occulteraient le débat public et ne relèveraient pas d’enjeux capitalistiques à l’échelle mondiale :

48

  • 10  Alain Gras, Fragilité de la puissance, se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard, 2003,(...)

49“ Sans cesse retentissent des chants de louange aux héroïques pionniers de l’innovation permanente. Les humains sont ainsi dépossédés de leur liberté, non pas dans un sens politique mais dans un sens métaphysique, dans la négation de la possibilité de l’attente du temps à venir 10. ”

50

51Dans ce nouveau contexte qui est également celui de la globalisation des échanges, des migrations en nombre des pays périphériques vers les centres industriels, on perçoit, ou du moins il apparaît à certains observateurs, qu’une ré-interpellation des spécialisations par domaines, par notions et des manières d’analyser antérieures posent question.

52Il n’en reste pas moins que, face à ces interrogations nées de changements radicaux en terme d’attente sinon d’eschatologie nombre de monodisciplines qui ont dû, non sans difficultés souvent, asseoir leur reconnaissance lors des décennies antérieures ne tiennent pas à voir leurs protocoles théoriques et méthodologiques remis en question. Elles peuvent être également réservées face aux ajustements sinon à des trajectoires nouvelles.

53Saisir le nouveau, l’utilité de passage, de circulation, de déconstruction du donné et de la mise en transversalité heurte leurs frontières disciplinaires et ceux qui se situent à l’intérieur leurs tenants.

  • 11  Robert Gessain, “ Préface ” in André Burguière, Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1977, p. 6.(...)
  • 12  Ibidem, p. 13.

54Cependant l’appel à l’interdisciplinarité se fait plus présent voire pressant. Il émane paradoxalement à la fois d’instances de décision et de population non encore codifiée dans les sections traditionnelles. Pour les premières, représentées dans divers ministères dont, ici, ceux de l’éducation et de la recherche, ce type de recommandation tend à devenir récurrent. Il témoigne de plusieurs intentions. La volonté de tenir compte des mutations de la société en est l’une d’elles, la plus diffusée. Elle s’appuie sur les facteurs centraux qui meuvent le sociétal et qui s’affichent sur la scène sociale et médiatique. Ainsi, par exemple, de la volonté de coordonner des travaux de disciplines diverses autour de la question de la réception de la modernité et des effets de celles-ci sur telle ou telle population. Dans les années 1960 la Délégation générale à la recherche scientifique et technique lança un programme pluridisciplinaire “ polycéphale ” dont l’un des axes pratique visait les transformations du monde rural tel qu’on pouvait l’appréhender dans le cadre d’une communauté villageoise du pays bigouden, en Bretagne. Plus fondamentalement, il s’agissait compte tenu pour l’initiateur du projet du peu d’intégration multidisciplinaire qu’il considérait comme le problème majeur de la recherche scientifique : “ de donner l’occasion à des chercheurs de nombreuses disciplines de sciences humaines d’œuvrer sur un même terrain 11 ”. Se disait ouvertement ce désir sinon cette volonté de contribuer au développement scientifique des sciences de l’homme par un “ nécessaire effacement des cloisons catégorielles de nos actuelles disciplines 12 ”. Ainsi se trouvèrent réunis historiens, sociologues, ethnologues, démographes, généticiens. In fine l’initiateur du projet devra constater le peu de communication entre disciplines :

55

  • 13  Robert Gessain, op. cit., p. 11.

56“ l’exercice d’une multidisciplinarité […] trouve obstacle au plus profond de chacun : car chacun doit livrer à la table ronde du travail communautaire ce qu’il ressent comme sa propriété la plus intime, ses idées, ses découvertes, ses résultats à peine sortis de lui. Certains peuvent le vivre comme une amputation peu supportable 13. ”

57

58Le seul lien effectif résulte, en fait, d’un terrain commun. André Burguière, historien et le rédacteur de l’ouvrage synthétique, adhère peu ou prou à cette assertion :

59

  • 14  André Burguière, op. cit., p. 321.

60“ l’appel à l’interdisciplinarité est devenu un leitmotiv incantatoire par lequel les Sciences humaines tentent de dissimuler leur cloisonnement grandissant et la crise du savoir, nous pourrions dire la crise d’identité, qu’elles ressentent toutes de plus en plus nettement 14. ”

61

62Précédemment une approche moins extensive mais inscrite également dans une optique de même ordre s’était mise en place dans la région de l’Aubrac.

  • 15  Le journal du CNRS, n° 145, janvier 2002.

63Ce type de programme, intitulé action concertée, prévaut toujours, à plusieurs décennies d’écart. Ainsi, par exemple, en 2002 est créée une nouvelle action concertée incitative dotée d’un budget conséquent propre à attirer et retenir l’attention des potentiels candidats : “ Terrains, techniques et théories : travail interdisciplinaire en science de l’homme et de la société. ” Cette action s’inscrit dans les orientations que veut se donner le CNRS, dont, en particulier, l’interdisciplinarité qui, en intégrant les concepts de disciplines voisines, doit favoriser l’inventivité scientifique 15.

64Ceci se fait également dans les universités en référence explicite aux dynamiques des processus de mondialisation et aux directives volontaristes de constituer un espace européen apte à intégrer les formations universitaires disparates. Pour ce faire il peut apparaître nécessaire de faire un tri parmi les monodisciplinarités présentant des caractères trop localisés et ne pouvant s’inscrire dans une synergie d’envergure à l’échelle du continent. Par ailleurs la montée en puissance du libéralisme et la volonté de certains d’inscrire le champ de l’éducation dans le circuit du libre-échange et de la concurrence peut participer à choisir les matières les plus syncrétiques pouvant attirer des quantités suffisantes d’étudiants et de délaisser les domaines jugés par des “ experts ” comme trop ésotériques et à effectifs réduits. L’interdisciplinarité présenterait aussi l’avantage de pouvoir regrouper des enseignements et de donner la possibilité de créer des pôles où prévaudra la polyvalence sinon la flexibilité quant aux conditions et aux statuts des enseignants qui leur seraient affectés. Les économies d’échelle et les plus-values envisagées par le secteur privé – pouvant devenir, à terme, l’opérateur principal dans un espace regroupant des millions d’utilisateurs potentiels – figurent, dans cette perspective, en bonne place. Les résistances éventuelles syndicales sinon politiques à ces directives de remise en cause du service public au profit de privatisations transnationales devraient également être sensiblement déstabilisées compte tenu de l’érosion des terrains disciplinaires antérieurs et des ensembles populationnels revendicatifs que le temps, la fréquentation et le partage de paradigmes institués fortifiaient et justifiaient. La pluri ou l’interdisciplinarité risquent, si elle n’est pas impulsée par les acteurs eux même, de ne devoir leurs raisons d’être et leurs développements qu’aux intérêts et aux raisonnements de responsables éloignés du contexte même de l’enseignement et de la recherche.

  • 16  Pierre Bouvier, La socio-anthropologie, Paris, Colin, 2000.

65Les liens conceptuels et méthodologiques à construire impliquent la libre volonté des acteurs les plus concernés en l’occurrence les enseignants et chercheurs. Il apparaît compte tenu de la frilosité et de l’efficacité de ces perspectives pluridisciplinaires que le lien se situe plus à l’intérieur de frontières reconnues et légitimés par le temps et une somme de travaux que vers des liens à établir. Les rivalités et les confrontations antérieures ou présentes ne contribuent pas à faciliter l’échange et les ruptures épistémologiques vers des transdisciplinarités dont celles argumentées par une démarche socio-anthropologique plus en adéquation avec les mutations radicales car sensible aux dérivations de sens et à la fragilisation des attentes antérieures16. Cette dernière conjugue les représentations des acteurs, des construits et des ensembles en gestation avec l’interface de leurs environnements sociologiques et économiques.

Haut de page

Notes

1 Auguste Comte, Cours de philosophie positive [1830], Paris, Garnier, 1949, p. LII.
2 F. Pillon, “ Avertissement ” L’année philosophique études critiques sur le mouvement des idées générales dans les divers ordres de connaissances, Première année, 1867, p. V.
3 Charles Renouvier, “ Ce que c’est que le criticisme ” La critique philosophique, politique, scientifique, littéraire, 1872, T. I, p. 1.
4 Émile Littré, “ les trois philosophies ”, Philosophie positive, n° 1, juillet-août 1867, p. 23.
5 Renouvier, “ Pour prendre congé de nos lecteurs ”, La critique philosophique, 1889, T. II, p. 401.
6 Laurent Mucchielli, La découverte du social, naissance de la sociologie en France, Paris, La Découverte/Syros, 1998, p. 91-97.
7 Émile Durkheim, De la division du travail social [1893], Paris, PUF, 1973, p. 346.
8 Ibidem.
9 Jacques Ellul, Le bluff technologique, Paris Hachette, 1988 ; Hans Jonas, Le principe de responsabilité, une éthique pour la civilisation technologique, Paris, Cerf, 1997.
10 Alain Gras, Fragilité de la puissance, se libérer de l’emprise technologique, Paris, Fayard, 2003, p. 284.
11 Robert Gessain, “ Préface ” in André Burguière, Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1977, p. 6.
12 Ibidem, p. 13.
13 Robert Gessain, op. cit., p. 11.
14 André Burguière, op. cit., p. 321.
15 Le journal du CNRS, n° 145, janvier 2002.
16 Pierre Bouvier, La socio-anthropologie, Paris, Colin, 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bouvier , « Interdisciplinarité, monodisciplinarité, transdisciplinarité », Socio-anthropologie [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 15 mai 2005, Consulté le 22 août 2014. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/372

Haut de page

Auteur

Pierre Bouvier

Université Paris X Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page