Navigation – Plan du site

L’étranger comme catégorie d’action et d’expérience

Patrick Cingolani

Texte intégral

1Pour cette mise en perspective entre hier et maintenant, je voudrais partir de ce qui constitue, semble-t-il, un des grands thèmes de la socio-anthropologie : la dialectique du proche et du lointain. J’entends par cette dialectique ce que l’on peut synthétiser à partir de Simmel et de la figure de l’étranger comme figure par laquelle le lointain se fait proche et le proche lointain 1. On peut dire que dans les sciences sociales, et dans un contexte où celles-ci étaient confrontées aux impasses de l’objectivisme, cette dialectique a été une porte de sortie essentielle, donnant une issue aux enjeux théoriques et pratiques. Il ne s’agit pas tant de donner des noms que d’indiquer un état d’esprit où se retrouvent tout autant ceux qui ont renouvelé l’étude de Simmel ou de l’école de Chicago, que certains sociologues de la culture ou de la ville, ou de ceux qui ont cherché à traiter des mouvements sociaux et les modes de subjectivation des plus humbles autrement que comme “ une chose ”, pour reprendre une remarque de E. P. Thompson dans La formation de la classe ouvrière anglaise 2.

2Comme je n’ai nullement l’intention de faire un bilan de ce mouvement de réinvestissement de la catégorie de l’étranger, je voudrais essayer d’insister sur quelques-uns des motifs qui, aux frontières de la philosophie et de la sociologie, ont permis de redéfinir les rapports de l’identité et de l’altérité tout en cherchant à montrer en quoi, dans une certaine mesure, ces motifs d’hier ouvrent des perspectives pour aujourd’hui. J’en ai retenu deux : La subjectivation comme dépaysement ; Le quotidien et ses ruses.

La subjectivation comme dépaysement

3La question ouvrière, sous les acceptions de classe (ouvrière) ou de mouvement (ouvrier) a hanté le court du XXe siècle. Que n’a-t-on pas dit en leurs noms et combien a-t-on vu d’intégrismes ouvriéristes ou populistes naître en ce siècle. La naturalisation du social autour d’un corps, d’une morale de classe ou d’une détermination historique ou économique en pétrifiant l’identité ouvrière l’a vidé de son potentiel alternatif et lui a ôté sa signification d’émancipation. Sartre, avec son attention extrême à la subjectivation, dénonçait hier les sociologues qui faisaient de la consommation des bas morceaux un critère d’identification de la classe ouvrière 3. Aujourd’hui encore quelques-uns se plaignent de ce que les ouvriers aient bien changé, surtout les jeunes qui n’adhèrent plus aux valeurs de virilité et d’entre soi qui, selon eux, les caractérisaient. Ils croient encore en un peuple substance, qui de par son principe de conformité serait gardien d’une authenticité de classe. Ils craignent toute altération de cette authenticité à commencer par celle qui pourrait provenir de l’acculturation scolaire et d’une école toujours présentée sous les traits de l’artifice de la domination 4.

4Une certaine sortie des impasses de cet intégrisme est venue de la reconsidération des éléments qui, dans les conditions de la subjectivation ou de la constitution d’un acteur politique contestataire, passaient par des formes d’altération, par un écart à soi.

5Il y a d’abord ceux qui depuis longtemps ont contesté la science marxiste et continué à penser la force d’altération de l’utopie. Contre un marxisme structuraliste assuré sur un prolétaire pur de toute corruption ils ont, tout au contraire, fait de l’utopie un lieu d’exploration du virtuel ou d’une recherche d’une altérité sociale renaissant sans cesse et sans cesse resurgissant.

6Au lieu de voir dans l’utopie une pensée de la totalité et par conséquent totalitaire, ils ont d’abord lu, dans les textes de Fourier ou de Leroux, tout à la fois cet héroïsme de l’esprit qui ose le saut dans l’inconnu et des formes d’écriture ou d’expérience à distance de toute lecture réaliste.

7Thompson explique que les ouvriers anglais ont appris de Richard Owen à considérer le capitalisme comme un système et à lui opposer des associations fondées sur la mutualité, à mesurer la force du conditionnement de l’environnement et le besoin d’éducation, à affirmer de nouvelles revendications pour le droit des femmes 5. Miguel Abensour, traitant de la conscience ouvrière, remarque que “ l’accès au pour-soi advient dans un envol au-delà du présent ”. Il associe les représentations utopiques à une déterritorialisation qui tout à la fois arrache au quotidien de misère et d’humiliation et suggère une alternative à celui-ci 6.

8Le retour aux énoncés et aux scènes du XIXe siècle par-delà le XXe a été le moyen de renouer avec l’altérité et de bouger des images pétrifiées par les grands discours identitaires sur le peuple ou sur les classes, de comprendre la construction de mouvements à distance de l’unité d’un sujet autosuffisant et clos sur lui-même. Sans doute, le livre le plus significatif et le plus fondamental en cette matière est-il La Nuit des prolétaires de Jacques Rancière 7.

9Les acteurs et les créateurs du mouvement ouvrier dans le contexte de ses premières associations, ne sont pas les solides ouvriers à l’identité produite par leur ethos mais ont des itinéraires traversés par l’altérité : itinéraires qui voisinent l’expérience du déclassement, de l’acculturation, prolétaires qui vont à la rencontre des jeunes intellectuels que sont les missionnaires saint-simoniens ou dont le parcours erratique les fera “ tomber ” sur eux. Prolétaires cherchant à surmonter, à détourner les heures de l’atelier et le temps volé ; prolétaires allant vers l’autre et finalement devenus autre dans le parcours d’une autodidaxie et d’un passage à l’écriture, vivant leur expérience dans la tension identitaire d’une sorte d’entre-deux intenable 8.

10Si l’on veut comprendre ce qui se passe aujourd’hui avec le mouvement des sans-papiers ou celui des chômeurs, c’est aussi de cette altération qu’il faut partir. Si l’on veut saisir l’étonnant d’un mouvement de ceux qui semblent être démunis de ressources pour pouvoir s’exprimer, il faut une nouvelle fois revenir à ces mélanges qui, hier, caractérisaient les rassemblements militants.

11Certes, le temps des utopies semble révolu, encore que le renouveau du préfixe alter dans les énoncés politiques contemporains puisse être perçu comme un signe d’une vie nouvelle, peut-être inédite de l’utopie. La dynamique même des subjectivations continue de passer par l’altérité et seule la pensée de cette altérité permet de saisir les nouveaux mouvements.

12C’est parce que dans les associations, les rassemblements, les chômeurs et précaires n’apparaissent pas uniquement pris dans la fatalité d’une sorte d’existence mise à terre qu’ils ont pu se constituer en mouvement. Les itinéraires dans la précarité ne se laissent en rien réduire à la dépossession. Le croisement des parcours, les mélanges militants, même s’ils ne sont parfois pas dénués d’ambiguïtés, sont aussi la condition d’une certaine capacité symbolique, culturelle ou politique des démunis. Ils permettent à ceux-ci de se distancer devant le choc du chômage, de ne pas s’identifier entièrement au chômage et à l’identité de chômeur. Les militants peuvent vivre simultanément la dépression, la souffrance du chômage et l’activité critique à l’égard de celui-ci. La communication entre chômeurs, la pluralité des associations suscitent un recul vis-à-vis des stigmatisations et des humiliations du vécu du chômage et permettent la mise en sens des injustices sociales vécues.

13C’est parce que le mouvement des clandestins a réussi à construire une représentation de lui-même qui n’adhérait plus aux connotations de secret et d’illégalité qui sont associées au mot même de clandestinité qu’il a pu apparaître comme mouvement des sans-papiers. Le geste politique de surmonter l’assignation à la clandestinité, ainsi que les scènes publiques de circulation et de communication ouvertes dans les églises, ont paradoxalement révélé le clandestin comme interlocuteur critique de la loi et des ministres, faisant ainsi passer l’action collective dans l’éclat politique des sans-papiers. Si ceux qui ont étudié le mouvement ont repéré la dimension d’homologie structurale qui liait les travailleurs clandestins à leurs soutiens 9, la dynamique politique a dans une certaine mesure dépris chacun de soi-même, dépris chacun de son identité pour constituer une communauté originale.

14L’être ensemble politique provoque un effet d’altération et d’arrachement à soi que H. Arendt a résumé à partir du passage du que au qui. La subjectivation politique se constitue dans le passage d’une identité sociale définie par ce que l’on est : la profession, le statut matrimonial (le que), à un ensemble de relations aux autres dans l’espace public, dans des scènes politiques (le qui) : une sorte de conversion à soi-même qui ne passe pas par le retour à soi-même mais par une sorte de sortie de soi. Le sujet politique passe par une non identification, une rupture avec l’identité, un hors de soi, qui permet de se construire autrement que ne le constituait le social. Cette non identification est le résultat d’une activité de parole avec les autres, d’une expérience collective, en commun.

Le quotidien et ses ruses

15Que le quotidien puisse être le lieu d’altérités, d’altérations sans doute, seule une période marquée par l’utopie ou ayant cherché à en tirer toutes les conséquences a pu le faire. Et, étonnement, des années 1960 nous viennent aussi, avec les motifs utopiques, les expressions de la subversion qui ont marqué alors l’époque : le quotidien lui-même n’était-il pas devenu le lieu de l’utopique à distance des grandes machineries et des simulacres de la politique politicienne ? La vraie politique n’était-elle pas alors par-delà la politique, renouant avec la vie ?

16L’art de vivre le quotidien dans l’altérité, sous l’effet de l’altération, c’est l’art de la subversion, l’art du détournement, tel ce jeune homme dans Théorème détournant au sens propre chacun des membres d’une famille de son statut, de son destin et de son rôle. Le Christ, lui-même n’était-il pas venu constamment détourner de leurs quotidiens et de leur naturalisation identitaire ceux qu’il invitait à le suivre, voire ses propres apôtres encore dans l’évidence aveuglante de leur deuil, lors du repas d’Emmaüs ?

17La sociologie du quotidien, en tout cas, celle que met en place, par exemple, un Michel de Certeau nous parle de braconnages et de ruses : autant de détournement, de déformation de ce qui est. On dira que les braconnages ne sont rien d’autres que des auto-altérations, là où l’événement de l’autre, sa rencontre vient parfois tirer le sujet des aveuglements de son auto-identification.

18Dans l’invention du quotidien, de Certeau nous parle des manifestations multiples de cette altération : “ les milles pratiques par lesquelles des utilisateurs se rapproprient l’espace organisé 10… ” ; évoquant la manière dont les Indiens d’Amérique du sud lézardaient les rites des colonisateurs espagnols sous leur nez même, en “ les utilisant à des fins et en fonction de références étrangères au système qu’ils ne pouvaient fuir ”. Effet, travail du lointain dans le proche, de Certeau a pour cela une expression : celle de tactique.

“ J’appelle tactique un calcul qui ne peut pas compter sur un propre, ni donc sur une frontière qui distingue l’autre comme une totalité visible, la tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Elle s’y insinue, fragmentairement, sans le saisir en son entier, sans pouvoir le tenir à distance. […] Ce qu’elle gagne, elle ne le garde pas. Il lui faut constamment jouer avec les événements pour en faire des “ occasions 11 ”…

19Tactique, recours des humbles, recours des faibles, activité des minoritaires, exercice de leur altérité sous la puissance des dominants, des majoritaires. N’y aurait-il pas à actualiser ces points de vue d’hier ?

20Comment comprendre ces adolescents qui tiennent le pavé, la rue, une place d’une cité, autrement que sur le mode d’une interprétation en terme d’incivilité sinon à partir de cette catégorie de tactique ?

21La sociologie des cités de banlieue, montre toutes ces tactiques à l’œuvre tant au niveau territorial qu’au niveau langagier. Tactiques territoriales, elles détournent l’espace urbain saturé de fonctions et de significations fonctionnelles, d’une altérité désœuvrée ou ludique. Ceux qui n’ont pas ou peu de propre, d’espace et de vie en propre, en vertu de conditions sociales défavorisées, détournent le territoire en lui prêtant un usage autre.

22Tactiques langagières, les argots, les verlans détournent les langues de leurs fonctions sociales et de leur caractère consensuel et normatif pour en faire détoner les sonorités ou pour, inversement, les rendre secrètes. Les argots dessinent un propre pour ceux qui ne peuvent prétendre, en la parlant à la perfection, à la propriété de la langue française. Ils insinuent un espace d’usage de la langue pour ceux qui sont souvent dépossédés du bien parler, tandis qu’ainsi ils ouvrent celle-ci sur de nouvelles dimensions et de nouvelles tonalités que sont incapables de lui donner les gardiens du bon usage. On sait combien cette activité d’altération a pu séduire les artistes et les poètes, que ce soit Balzac qui, dans un tout autre genre, dans Splendeur et misère des courtisanes s’amuse à faire parler Nucingen dans un français altéré d’allemand, en passant par Proust séduit par les accents provinciaux de sa cuisinière ou, bien entendu, par l’argot de Genet où les mots s’érotisent en prenant en caractère sexuel. Aujourd’hui les chansons et les musiques qui paradoxalement démontrent la créativité de la langue française sont le plus souvent des chansons et musiques altérées, traversées par une vie étrangère, qui en bougent les mots, les rythmes et les sons.

23Pour reprendre une de mes vieilles marottes, la sociologie française de Comte à Durkheim a toujours été tellement peu dialecticienne, qu’elle n’a cessé de penser le lien dans les termes de la crise et de la perte 12. Incapable de percevoir la dialectique du proche et du lointain selon laquelle la distance est la condition de la proximité et la proximité est source de distance, elle a toujours fait de la distance dans le rapport à soi autant qu’à l’autre, une crise du lien ou une crise de l’identité. La sociologie française par définition n’aime pas l’anomie qui détourne les normes et les conformités industrielles au profit d’un certain désœuvrement artiste ou l’hérésie si l’on entend par celle-ci le bougé dans l’appartenance, l’écart dans les identités, l’inadéquation des êtres aux places. Je crois pourtant que les nouvelles interrogations partiront de ces effets de l’autre, de ce jeu d’entre-deux où les identités se transforment, se pluralisent, se singularisent, sous l’effet du croisement.

24La vision intégrative est toujours une vision d’en haut, une vision du tout, là où le devenir autre produit la multiplication des singularités sans subordination au principe hiérarchique ou holiste. Le paradigme de l’étranger, ici, fait jouer la distance à soi comme un ressort pour l’émancipation en suscitant une activité de sens, et des activités polémiques et contestataires. L’issue, selon ce paradigme, n’est pas dans une restauration du même, dont se nourrissent toutes les nostalgies sociologiques, mais dans une relation au nouveau. Pour revenir à mon point de départ : aux communautés et aux luttes ouvrières, ce n’est pas en rappelant les solides identités d’hier et leurs solidarités que peut se formuler une compréhension des conflits d’aujourd’hui, mais en prenant la mesure dont les mutations d’identités peuvent susciter de nouvelles manières de se rassembler et de nouvelles solidarités. C’est ainsi que dans le contexte des formes précaires d’emploi émergent des mouvements de lutte qui ne s’appuient plus seulement sur les appareils syndicaux mais vont chercher leurs solidarités dans des réseaux affinitaires, en ouvrant l’information tant sur les consommateurs que sur l’espace public, usant de ressorts culturels et expressifs que les discours nostalgiques de la vieille identité de classe ne sauraient imaginer 13.

25La captation marchande et instrumentale du nouveau, du différent, de l’étranger, dont un Tarde avait déjà pointé la puissance de séduction, ne saurait en faire la chasse gardée du néo-libéralisme. Produits d’abord par la créativité collective ils exigent la réinvention, devant les formes pétrifiées du lien, de socialisations conflictuelles originales 14.

Haut de page

Notes

1 Georg Simmel, “ Exkurs über den Fremden ”, Soziologie, Leipzig, Duncker und Humblot, 1908. Pour une traduction de cet article, Y Graftmeyer, I. Joseph, L’École de Chicago — Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, 1979. Pour divers points de vue illustrant et abordant ce thème simmélien, je renvoie à Figures de l’étranger, Tumultes n° 5, 1994 et notamment au bel article de René Scherer, “ Notes pour une utopie nomade ”.
2 In E. P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard/Seuil, 1988, p. 14.
3 Dans le texte éminemment contesté, il est vrai des “ Communistes et la paix ” (1954) in Jean-Paul Sartre, Situation VI, Paris, Gallimard, 1964. On sait que ce texte est le point de départ de la rupture entre Sartre d’un côté, Merleau-Ponty et Lefort de l’autre, qui chercheront à penser la subjectivation autant à distance du sociologisme que de “ l’utrabolchevisme ” sartrien. Voir Maurice Merleau-Ponty, Les aventures de la dialectique, Paris, Gallimard, 1955.
4 Pour faire court on rangera tout ce courant sociologique derrière le nom de Pierre Bourdieu qui, dans La Distinction notamment, a porté au plus haut point cette dimension de naturalisation du social. P. Bourdieu, La Distinction, Paris, Minuit, 1979.
5 Thompson, op. cit., p. 726.
6 Ibidem, p. 6.
7 Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.
8 Qu’on lise ou relise Louis Gabriel Gauny ; le philosophe plébéien, Paris, La Découverte-Maspéro, 1983. On pourrait trouver un écho actuel de cet enjeu dans le témoignage de D. Martinez, Carnets d’un intérimaire, Paris, Agone, 2003.
9 J. Siméant, La cause des sans-papiers, Paris, PNFSP, 1998.
10 Michel De Certeau, L’invention du quotidien — 1/Arts de faire, Paris, 10/18, 1980, p. 14.
11 Ibidem, p. 21.
12 Sur ces points voir Patrick Cingolani, Gérard Namer, Morale et société, Paris, Méridiens Klincksieck, 1995 et Patrick Cingolani, La république, les sociologues et la question politique, Paris, La Dispute, 2003.
13 Voir sur ces enjeux le récent travail d’E. Perrin, Chômage, précarité, le salariat à réinventer, à paraître aux éditions La Dispute, 2004. Il permet de comprendre à partir d’exemples de luttes les nouvelles formes de l’action collective. Pour une réflexion sur ces mêmes enjeux aux États-Unis, lire le recueil très stimulant : Rekindling the Movement — Labor’s Quest for Relevance in the 21 st Century, Cornell, Cornell University, 2001.
14 Voir Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation, Paris, Alcan, 1890 – reprint Slatkine à partir de la seconde édition, 1979, p. 264-271.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cingolani, « L’étranger comme catégorie d’action et d’expérience », Socio-anthropologie [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 15 mai 2005, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/377 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.377

Haut de page

Auteur

Patrick Cingolani

Université Paris X Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org