Skip to navigation – Site map

Bars et cabarets du pays dogon

Un boire individuel ou communautaire1 ?
Éric Jolly

Full text

1Récemment, plusieurs historiens africanistes ont critiqué, à juste titre, la propension de leurs collègues anthropologues à idéaliser les boissons « traditionnelles » et à diaboliser — ou à ignorer — les alcools « modernes » et les manières de boire citadines2. De fait, les anthropologues français ont, pour la plupart, exclu de leur champ de recherche les bars et les bouteilles de bière ; ils ont préféré centrer leurs études sur les bières artisanales ou le vin de palme, en analysant ces boissons sous l’angle du lien social. Jusqu’au milieu des années 1980, les chercheurs anglo-saxons font un choix inverse tout en partageant les mêmes préjugés : leurs multiples travaux sur les nouveaux alcools distillés sont motivés, à l’origine, par la crainte d’une « alcoolisation » croissante et incontrôlée des citadins africains. Depuis les années quarante, de nombreux sociologues ou alcoologues anglo-saxons soutiennent en effet que la consommation d’alcool aggrave les phénomènes d’anomie et d’acculturation.

2Cette théorie, empruntée à Horton3, est rapidement appliquée au continent africain, et plus spécialement aux townships d’Afrique du Sud ou aux villes de Rhodésie, ouvrant ainsi la voix aux lois restrictives sur « l’alcoolisation indigène » et aboutissant, de fait, à un « boire séparé » entre Blancs et Noirs. Le titre d’un article d’Hutchinson résume parfaitement cette théorie : « Alcohol as a Contributing Factor in Social Desorganization »4. L’auteur veut démontrer que les nouveaux modes d’alcoolisation des Bantou du Cap ont déstructuré leur société, alors que la consommation traditionnelle de bière était autrefois un facteur de cohésion sociale. Or cette distinction entre manières de boire nuisibles et salutaires traduit assez bien la conception utilitariste qui imprègne la plupart des études anglo-saxonnes jusqu’au début des années quatre-vingt. Les boissons alcoolisées africaines sont réduites à leurs fonctions « intégratrices » ou « désintégratrices » et appréhendées par conséquent soit comme un fléau social, source de désordres et d’acculturation, soit au contraire comme un « lubrifiant » nécessaire à la cohésion sociale.

3Aujourd’hui, de nombreuses études anthropologiques sur le boire restent influencées par ce modèle fonctionnaliste et par cette opposition manichéenne entre, d’un côté, un boire urbain délétère synonyme d’individualisme, et, de l’autre, un boire villageois communautaire synonyme d’ordre et de solidarité. Or la réalité est évidemment plus complexe, comme je vais tenter de le montrer à travers un exemple pris au Mali. En pays dogon, les cabarets villageois — lieux de vente de la bière de mil — sont devenus au fil du temps des espaces de liberté individuelle où chacun peut se distinguer, en se donnant en spectacle et en échappant aux relations contraignantes fondées sur l’âge ou sur la parenté. Inversement, les bars implantés dans les rares villes dogon privilégient un boire policé, voire un boire collectif qui, en apparence, ôte toute liberté à des buveurs solidaires, enfermés volontairement dans un réseau serré d’interdits. En d’autres termes, le cabaret villageois est aujourd’hui une source de convivialité mais aussi d’individuation, alors que les buveurs des bars reconstituent au contraire des tablées ou des sociétés éphémères régies par des règles draconiennes.

Les cabarets villageois

4La plupart des Dogon de moins de trente ans sont persuadés que les cabarets ont toujours existé dans les villages de leur région. Parmi les intellectuels, certains en font même un symbole d’une « tradition » ou d’un « art de vivre » dogon menacé à la fois par l’islam, l’individualisme et les alcools d’importation. C’est oublier un peu vite que l’apparition et le développement récent des cabarets sont directement liés aux bouleversements socio-économiques de la seconde moitié du XXe siècle.

L’ancêtre du cabaret dogon et les contraintes lignagères

5Jusqu’aux années 1950, la bière se vendait surtout sur les quelques marchés régionaux, encore peu nombreux à cette époque. S’il désirait acheter à boire sans sortir de son village, un homme devait attendre le jour de repos hebdomadaire et le bon vouloir d’une dolotière5 de son quartier. Juste avant la seconde guerre mondiale, la localité de Konsogou-ley comptait ainsi, au maximum, un débit de boisson par semaine dogon de cinq jours. La vente et la consommation de cette bière étaient, par ailleurs, beaucoup plus réglementées qu’aujourd’hui. Elles s’effectuaient dans un cadre lignager et sous la responsabilité des vieux, en échappant totalement au contrôle de la dolotière. Celle-ci apportait d’abord une calebasse de bière aux hommes du quartier assis à l’ombre de leur hangar. Le plus âgé goûtait cette boisson et évaluait ainsi son degré de fermentation. S’il donnait son accord, la dolotière transportait la quasi totalité de sa production à côté de ce hangar de quartier. Les hommes de plus de cinquante ans désignaient alors en leur sein un « mesureur de bière ».

6Choisi parmi les plus jeunes et les plus honnêtes du groupe, ce dernier puisait la bière et servait une première fois tous les hommes présents par ordre d’âge décroissant, en utilisant la même mesure. Peu après, il entamait une seconde tournée, selon les mêmes règles, et ainsi de suite jusqu’à épuisement de la jarre. Le fond du récipient lui revenait de droit, à charge pour lui de récupérer les cauris6 auprès des buveurs, en fonction du nombre de mesures consommées. Puis il rapportait à la dolotière la jarre vide, avec les cauris déposés au fond.

7Dans ce cadre lignager, la marge de liberté des buveurs était quasiment nulle. La distribution de cette bière commerciale imposait un partage équitable dans le strict respect des préséances d’âge et dans les limites du lignage. Entouré exclusivement de parents proches ou éloignés, chaque buveur restait ainsi prisonnier des rapports d’aînesse, des relations de parenté et des exigences de parité. Il ne choisissait ni ses compagnons de beuverie, ni la quantité de bière qu’il achetait, ni le moment de sa consommation.

8Les jeunes étaient par ailleurs exclus de ces rassemblements programmés. Bien entendu, cette étiquette rigide n’était pas vécue comme une contrainte, à l’époque : les buveurs d’un même quartier prenaient un réel plaisir à se retrouver et à boire ensemble, mais sans la liberté et les débordements individuels qui se manifesteront plus tard dans les cabarets.

Les « maisons de la bière » après 1950

9Dans le troisième quart du XXe siècle, les acheteurs de bière se dégagent de l’emprise de leur lignage. Dans la plupart des villages, ils cessent de se réunir près du hangar public de leur quartier et s’installent dans la cour de la dolotière. Ce simple changement de lieu signe la création du cabaret7 dogon, appelé « maison de la bière » (kènyè giri). À Konsogou-ley, son apparition remonte au milieu des années cinquante, juste avant l’indépendance du Mali. Très vite, le cabaret attire les habitants des villages voisins et une clientèle de plus en plus jeune. Ces buveurs conservent, dans un premier temps, certaines de leurs habitudes, en partageant une même jarre à l’intérieur du cabaret.

10Durant cette phase intermédiaire, le prix de vente reste fixé par les vieux, et c’est le « mesureur de bière » qui récupère l’argent et sert la boisson. Mais à la fin des années 1960, lorsque les commandes de bière deviennent individuelles, les dolotières finissent par contrôler entièrement leur commerce. Désormais, elles servent directement leurs clients, et le prix de leur boisson s’aligne sur celui des villages voisins sans attendre la décision des vieux. Certaines dolotières commencent également à vendre leur bière en semaine, au lieu de se limiter au jour de repos hebdomadaire. Aux alentours de Guimini, l’augmentation continue du nombre de cabarets aboutit, à partir des années 1980, à un boire quotidien, rythmant la journée.

11Simultanément, les buveurs acquièrent de plus en plus d’autonomie et de liberté. Seul ou en compagnie d’un ami, chacun d’eux se déplace maintenant à sa guise, d’un cabaret à l’autre, dans tous les quartiers et villages environnants. Ces buveurs ont ainsi la possibilité de faire des rencontres et de nouer librement des liens amicaux avec les compagnons de leur choix, en se jouant des préséances d’âge, en s’affranchissant des relations de parenté et en échappant par conséquent à une étiquette trop rigide. Conviviale et ludique, la consommation de bière crée, spontanément, une forme d’intimité et de complicité virile entre tous les clients d’un cabaret, même si ce rapprochement bascule parfois vers l’affrontement verbal ou physique. Comme l’écrit Geneviève Calame-Griaule, il y a « dans ces réunions d’hommes discutant autour d’une calebasse de bière qui circule à la ronde un pouvoir d’attraction et une impression de communion sociale auxquels bien peu résistent »8.

12À Konsogou-ley, quelques non-buveurs s’assoient d’ailleurs volontiers dans la cour d’une dolotière pour le seul plaisir de discuter et de plaisanter avec les autres hommes du village. Le cabaret est, par excellence, le lieu où se conjuguent sociabilité et liberté individuelle. Ceux qui le fréquentent affirment leur appartenance à la société masculine, affichent leur maîtrise des codes du savoir boire et se conduisent simultanément comme des acteurs singuliers, en se donnant en spectacle, en cultivant leurs différences et en s’affrontant en paroles ou en chansons.

13Principaux clients des cabarets, les hommes âgés de 45 à 69 ans excellent à ce jeu festif et viril teinté parfois d’extravagance, car ils sont libres d’agir individuellement, après s’être débarrassés des travaux collectifs assumés par les jeunes, et avant d’endosser les responsabilités rituelles dévolues aux vieux. Pour les « hommes » de cette génération intermédiaire, leur soif de liberté et leur volonté de se distinguer s’expriment avec force à travers leurs manières de boire. Si les jeunes boivent et s’amusent à l’abri des regards indiscrets, pour cause de badinage amoureux, les buveurs de 45 à 69 ans n'ont pas peur de se donner en spectacle à travers une consommation de bière collective et publique, dont les femmes sont exclues.

14Dans le cadre de ce boire convivial et viril, les hommes sont à la fois complices et rivaux, et leurs paroles s'échangent sous forme de conversations amicales, de débats agités et de joutes oratoires.

15De toute évidence, il y a une part de cabotinage et d’excentricité dans les manières de boire des hommes d’âge mûr, mais on aurait tort de réduire ces amusements à de simples gamineries d’adultes plus ou moins éméchés. Boire hors de l’espace familial n’est pas seulement une échappatoire distrayante ; c’est également l’occasion de se faire remarquer. Les chefs de famille profitent de la parenthèse de liberté ouverte par les cabarets pour recréer entre eux une camaraderie et une compétition ludiques. Passé quarante-cinq ans, un Dogon cherche moins à séduire les femmes qu’à impressionner ses compagnons. S’il veut s’imposer comme un « homme accompli » (ana) et pleinement « mature » (ire), il doit susciter leur admiration ou leur crainte.

16Or, le cabaret est le lieu idéal pour se mettre en valeur et pour capter l’attention d’un public exclusivement masculin. De nombreux clients y viennent pour asseoir leur réputation, en particulier les « farceurs », les « vauriens », les « ivrognes » et les chanteurs de baji kan, qui appartiennent tous à la génération intermédiaire des « Pères ».

17En constante représentation, les buveurs qualifiés de « farceurs » (tataga) se spécialisent chacun dans un registre particulier : mimes pour les uns, répliques comiques pour les autres, ou encore détournement de chansons, obscénités calculées, cris incongrus. À Indèrou, par exemple, un buveur tataga crie systématiquement « òògò ! » chaque fois qu’il goûte une bonne bière dans un cabaret9.

18Le cabaret est un théâtre où de nombreux buveurs se mettent en valeur par des défis ou des pitreries, avec la complicité de tous. Pour continuer à retenir l’attention, certains s’engagent d’ailleurs dans une surenchère d’excès et de provocations. Il y a une quinzaine d’années, un buveur célèbre cultivait ainsi sa réputation de Gargantua local en déambulant dans les cabarets de Konsogou-do avec une batterie de récipients hétéroclites qu’il remplissait de bière avant de repartir dans son village. À ses deux bidons et à son outre en cuir, il a fini par ajouter une énorme calebasse évidée, qu’il a détournée de son utilisation habituelle — l’arrosage des jardins — pour en faire une gourde extravagante. Si l’ancêtre du cabaret interdisait pratiquement toute manifestation d’individualité, la « maison de la bière » est maintenant un lieu où les personnalités de chacun s’expriment avec force ou avec démesure.

19En marge de ce boire collectif, le comportement de certains buveurs commence même à évoluer, à l’extérieur du cabaret, vers une forme d’individualisme. Depuis une vingtaine d’années, les clients réguliers des dolotières disposent tous d’un bidon en plastique de deux ou quatre litres, rempli initialement d’huile pour moteur. De plus en plus souvent, ils le déposent au cabaret afin de réserver leur bière, par peur de la pénurie.

20Mais cette attitude prévoyante trahit aussi un changement important : quelques clients ne consomment plus sur place la bière qu’ils achètent séparément ; ils emportent leurs bidons chez eux pour boire seul ou entre amis. Dans certaines régions du pays dogon, la bière commerciale tend ainsi à se transformer en une boisson de loisirs consommée solitairement ou en groupe restreint, dans l’intimité d’une maison. Le développement de l’islam est en partie responsable de ce phénomène puisque certains musulmans n’ont pas renoncé à boire mais refusent désormais de se montrer au cabaret.

Les bars du pays dogon

21En ville, les buveurs fréquentant les bars ont, bien entendu, des revenus plus élevés que les clients des cabarets. Les consommateurs de bière en bouteilles, qu’ils soient ou non dogon, se recrutent essentiellement parmi les jeunes salariés, tandis que les buveurs de vin rouge sont généralement d’anciens combattants ou des retraités. Dans la ville de Bandiagara, il existait, entre 1988 et 1990, huit bars très modestes débitant chacun, en moyenne, une douzaine de bières par jour ainsi que quelques litres de vin.

22D’une contenance de 66 cl, la bouteille de Castel Beer10 coûtait à l’époque 450 francs CFA, soit l’équivalent de plus de quatre litres de bière de mil, et cet écart a encore augmenté depuis la dévaluation du CFA. Cette différence de prix a créé une ségrégation de fait entre les buveurs : l’élite urbaine s’affiche dans des bars pratiquement déserts et ceux qui n’en ont pas les moyens fréquentent les cabarets, assimilés à des débits de boisson de seconde classe. Par opposition à la bière de mil, boisson du pauvre, la bière en bouteille — de type pils — apparaît comme une boisson prestigieuse et valorisée, signe de modernité et de statut social supérieur. Mais cette blonde à base d’orge reste limitée aux petits centres urbains, à l’exception des quelques bars implantés dans les sites touristiques et à côté des missions, à Ségué, Pèl et Barapiréli. Dans les villages, aucun agriculteur dogon ne boit de la bière en bouteille. Et même à Bandiagara, le prix de la bière industrielle limite la concurrence entre les bars et les cabarets, en rendant les bouteilles de Castel Beer inaccessibles au plus grand nombre11.

23Les débits de boisson clandestins, proposant uniquement du vin rouge, sont toutefois fréquentés par une clientèle intermédiaire de petits fonctionnaires ou de buveurs musulmans, vidant rapidement leur verre, dans l’anonymat, avant de poursuivre leur chemin. Le service est assuré discrètement par une femme, à l’intérieur de sa concession familiale et pour son propre compte. Si la table fait défaut, le verre est alors posé à même le sol devant le client, assis sur une des chaises de la maison. Ces débits de boisson se rapprochent donc davantage des cabarets que des bars, dont les gérants ou les serveurs sont tous des hommes, du moins à Bandiagara (par opposition aux grandes villes où de charmantes jeunes filles sont au service des buveurs).

S’attabler pour prendre un verre

24Les bars du pays dogon sont des lieux exclusivement masculins où les habitués, installés autour d’une même table ou à des tables séparées, affichent des manières de boire sophistiquées. Ils exigent du gérant un mobilier confortable, des bouteilles fraîches, une musique d’ambiance, des verres propres et des sous-bocs reconvertis en couvercles pour éviter que des mouches dipsomaniaques ne s’invitent dans les verres et ne s’y noient. Refusant de boire au goulot ou de s’accouder à un vague comptoir, les clients privilégient un boire policé et distingué qui témoigne de leur savoir-vivre et de leur position sociale. La maîtrise de soi et la courtoisie sont de règle, dans un bar, alors que tout débordement ou toute ivresse un peu trop bruyante est jugé vulgaire ou déplacé.

25Il faut toutefois distinguer plusieurs types de bar. Les plus anciens, situés vers le centre ville, sont aussi les plus populaires et les plus exigus. S’ils arrivent fréquemment seuls, les buveurs se lient facilement et discutent ensemble, d’une table à l’autre, parfois en parlant de leurs histoires personnelles, sur le mode de l’autodérision. Des bars plus luxueux ont ouvert dans les années 1990 en ciblant une clientèle de touristes et de Maliens aisés, employés par des Ong. Ces derniers viennent entre amis ou entre collègues pour y boire des bières ou des sodas. Les tables sont généralement disséminées dans une vaste cour ombragée et, d’un groupe de buveurs à un autre, personne ne se parle, sauf pour se saluer. Dans ce milieu majoritairement musulman, les bars ne sont fréquentés ni par les jeunes ni par les femmes. Et par conséquent, ils n’ont jamais été des lieux d’élaboration d’une culture musicale ou d’une mode vestimentaire12.

26Ajoutons qu’à Bandiagara, les habitués des bars sont en grande partie des enseignants ou des salariés catholiques gravitant autour de la mission. N’étant pas obligés de se cacher, ils se regroupent par affinité pour consommer ensemble de la bière en bouteille, dans leur bar favori. Il s’agit par conséquent d’un boire programmé et convivial s’appuyant sur un réseau d’amitié et de complicité impliquant même le barman. D’un point de vue social, ce serait donc une erreur d’opposer bars et cabarets villageois, même si la boisson et les règles du boire ont peu de chose en commun. D’ailleurs, les salariés catholiques qui ont déserté les cabarets de Bandiagara n’en demeurent pas moins de grands amateurs de bière de mil dès qu’ils retournent dans leur village d’origine. Cela leur permet d’afficher leur identité d’enfant du village, et non plus leur position sociale. Pour eux, la bière industrielle et la bière de mil sont bien les clefs de la sociabilité masculine et de l’affirmation identitaire, mais dans deux contextes différents, urbain et rural.

Tournées de bière et tours de parole dans les bars

27Si les cabarets villageois sont des lieux de convivialité où la parole circule librement en se jouant des statuts individuels, il n’en est pas de même dans les bars de Bankass ou de Bandiagara. L’échange — de bière et de paroles — y est beaucoup plus formel, surtout lorsqu’un cercle d’habitués ou d’invités, assis à la même table, constitue une société de buveurs régie par des règles contraignantes. De telles réunions sont toujours programmées à l’avance, à l’occasion d’une fête nationale, ou à l’initiative d’un individu particulier, pour célébrer un événement qui lui est propre (promotion, naissance, départ...).

28S’il s’agit d’une invitation, la personne qui offre les bouteilles de bière distribue aussi bien la boisson que la parole. Il commence généralement par ouvrir lui-même la « séance » par un discours de bienvenue tout à fait conventionnel, puis les participants répartis autour de la table prennent à tour de rôle la parole pour remercier leur hôte et faire son éloge. Ces compliments successifs ne prennent pas la forme de toasts mais ponctuent la consommation de bière ; et plus les bouteilles se vident, plus les louanges tournent au panégyrique. Dans tout autre contexte, de tels propos friseraient la flagornerie, mais cette surenchère d’amabilités et de politesses est ici tellement formelle qu’elle n’engage pas vraiment leurs auteurs. Du reste, chacun parle autant en son nom propre qu’au nom du groupe, en insistant sur les relations d’amitié unissant l’ensemble des participants. Ceux-ci ne sont pas obligés de rendre l’invitation : ils s’acquittent de leur dette par une débauche de remerciements et en reconnaissant le statut supérieur de leur hôte.

29Ces règles interdisent bien sûr tout bavardage improvisé et a fortiori toute bouffonnerie. Dans les bars, les buveurs ont un rang à tenir et un statut social ou une image à défendre, alors que les clients des cabarets sont libres de jouer les pitres ou les amuseurs publics, en se moquant d’eux-mêmes ou des autres.

30À Bankass, dans les années 1980, une dizaine d’habitués du Bar Ben décidait parfois de boire ensemble à l’occasion d’une fête quelconque. De profession, d’origine et d’âge très différents, ces clients réguliers étaient presque tous fonctionnaires et leur seul point commun était de boire ouvertement dans un milieu largement islamisé. Une fois réunis autour de la même table, ces buveurs francophones récréent pour quelques heures une société miniature en nommant en leur sein un président, un secrétaire et un trésorier. Le président distribue la parole, autorise les déplacements et inflige les amendes ; le trésorier fait le compte des sommes dues par chaque participant ; et le secrétaire note le montant des amendes, payables uniquement en bouteilles de bière, en tournées générales ou en casier de douze bouteilles. Les infractions sanctionnées sont multiples : parler ou se déplacer sans autorisation, renverser son verre ou sa bouteille, sortir du bar, etc.

31Ce réseau serré d’interdits peut paraître excessivement contraignant, mais, pour les participants, il s’agit bien sûr d’un jeu dont le but n’est pas tant de respecter rigoureusement ces règles que de les enfreindre, pour alimenter en bière l’ensemble du groupe. L’extrême codification des manières de boire et de parler ne vise ici qu’à produire un spectacle théâtral distrayant tout en garantissant une parfaite égalité de traitement entre les buveurs.

32À Bankass, l’imposition de règles strictes favorise également un boire viril dépourvu de toute compétition. En respectant une étiquette rigide, ces grands buveurs démontrent leur capacité à se maîtriser et à tenir l’alcool. Pour être à la hauteur et faire honneur au groupe, chacun va boire un nombre appréciable de Castel, et le faire savoir à la ronde, en annonçant par exemple un nouveau « cadavre », puis en couchant une énième bouteille vide à ses pieds. Ces dépouilles qui jonchent le sol sont autant de trophées permettant d’augmenter le tableau de chasse du groupe. Et le lendemain, les buveurs se renseigneront auprès du barman pour connaître leur score de la nuit, c’est-à-dire le nombre de bouteilles vidées. Dans ce cadre très réglementé, boire est en effet une performance collective et non individuelle. Mais cette société de buveurs n’a aucune existence en dehors du bar et de ces soirées programmées. Dès que la parenthèse de la fête se referme, chacun paie ses consommations ou ses amendes et la société s’auto-dissout. En sortant du bar, les buveurs sont donc quittes, libérés de toute obligation et de tout lien, puisque les paroles qu’ils ont échangées ne les ont jamais engagés.

33À l’inverse des clients des cabarets, qui recherchent un espace de liberté et de compétition ludique, ces citadins semblent ainsi se créer des contraintes supplémentaires pour concilier un boire policé, propre aux bars, avec une consommation de bière égalitaire, virile et festive. Car c’est à cette condition — un strict égalitarisme imposé sous forme de jeu — que la cohabitation devient possible entre des buveurs citadins d’origines, de confessions et de professions différentes.

34En étudiant les drinking companies chez les Gusi du Kenya, Suzette Heald suggérait que la discipline imposée aux buveurs visait avant tout à contrôler leur violence13. Comme cela n’est pas le cas des sociétés de buveurs dogon, on peut se demander si cet auteur ne tombe pas dans les travers de certaines études anglo-saxonnes : analyser le boire uniquement en termes d’ordre ou de désordre, de cohésion sociale ou d’individualisme.

35En ce début de XXIe siècle, les buveurs dogon ne se comportent ni comme des individualistes affranchis de tout lien communautaire, ni comme des membres d’une communauté figée et fermée sur elle-même. Qu’ils soient en ville ou en zone rurale, ils se conduisent plutôt comme des sujets organisant eux-mêmes leurs relations aux autres. D’ailleurs, en dépit de manières de boire presque opposées, les clients des bars et ceux des cabarets partagent les mêmes motivations : se distraire entre hommes mariés en mettant entre parenthèses leurs différences, afin d’échapper un bref moment à un environnement familial, professionnel ou religieux jugé parfois contraignant.

Top of page

Notes

1 Cet article s’inspire d’un  livre actuellement sous presse : Éric Jolly, Boire avec esprit. Bière de mil et société dogon, Nanterre, Société d’ethnologie.
2 C. Ambler et J. Crush, Alcohol in Southern African Labor History, in J. Crush et C. Ambler (Eds.), Liquor and Labour in Southern Africa, Athens, Ohio University Press, 1992, pp. 1-55; E. K., Akyeampong, Drink, Power and Cultural Change. A Social History of Alcohol in Ghana, c. 1800 to Recent Times, Portsmouth, Oxford, Heinemann/James Currey, 1996;  J., Willis, Potent Brews. A Social History of Alcohol in East Africa, 1850-1999, Nairobi, The British Institute in Eastern Africa, 2002.
3 D. Horton, The functions of alcohol in primitive societies: a cross-cultural study, Quarterly Journal of Studies on Alcohol, 4, 1943, pp. 199-320.
4 B. Hutchinson, Alcohol as a Contributing Factor in Social Desorganization: The South African Bantu in the Nineteenth Century [1961], in M. Marshall (éd.) : Beliefs, Behaviors, and Alcoholic Beverages: a Cross-Cultural Survey, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1979, pp. 328- 341.
5 Le mot « dolotière » est un néologisme franco-africain désignant la femme qui produit et vend de la bière de mil.
6 Petits coquillages blancs, les cauris étaient la principale monnaie du pays dogon jusqu’au milieu du XXe  siècle.
7 Dans son acception franco-africaine, un « cabaret » est une maison où l’on vend de la bière de mil. Une telle définition renvoie au sens originel de ce mot. Dans la France du XIXe siècle, le terme désignait un débit de boisson populaire, à l’aménagement sommaire, sans table ni chaise. Cf. D. Nourisson, Le buveur du XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1990, pp. 105-106.
8 G. Calame-Griaule, Ethnologie et langage. La parole chez les Dogon, Paris, Gallimard, 1965, p. 396.
9 Ce terme, quasiment intraduisible, signifie plus ou moins : « D’accord (je vais boire) ! ».
10 Au Mali, le groupe français Castel a débuté sa production en 1985 et il est aujourd’hui un des plus grands brasseurs de l’Afrique francophone. A., Huetz de Lemp, Boissons et civilisations en Afrique, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2001, p.585.
11 Sur la concurrence entre bière de mil et bière industrielle, en Afrique : Treillon et al., L’éléphant et la termite. Canettes contre calebasses ou une comparaison économique des filières bière industrielle et bière artisanale au Burkina, in :  Nourrir les villes en Afrique sub-saharienne, Paris, L’Harmattan, 1985, pp. 275-292 ; D. de Lame, La bière en bouteille et le lait de houe, parabole d’une colline rwandaise, in R. Devisch, F. de Booeck, et D. Jonckers (Sous la dir. de), Alimentations, traditions et développements en Afrique intertropicale, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 116-153 ; B. Traoré, Canette de bière ou calebasse de dolo, Le Monde diplomatique, mars 1984, pp. 10-11 ; M. C. Robbins et al., Drinking Patterns and Acculturation in Rural Buganda, American Anthropologist, 71 (2), 1969, p. 280 ; E. Colson  et T. Scudder, For Prayer and Profit: The Ritual, Economic, and Social Importance of Beer in Gwembe District, Zambia, 1950-1982, Stanford, Stanford University Press, 1988, pp. 72, 94 et 121-122 ; I. Bishweka et al., Muses paradisiaques, in : SYFIA : L’Afrique, côté cuisines. Regards africains sur l’alimentation, Paris, Syros, 1994, pp. 174 ; S. Haggblade, Vertical Considerations in Choice-of-Technique Studies: Evidence from Africa’s Indigenous Beer Industry, Economic Development and Cultural Change (Chicago), 35 (4), 1987, pp. 723-742.
12 Une culture populaire et juvénile, faite de musique, de danse et de sape, n’a émergé des bars que dans les pays côtiers majoritairement chrétiens, comme le Ghana (Cf. Akyeampong, op. cit., p.160) ou les deux Congo, cf. H. Ossebi, Un quotidien en trompe-l’œil. Bars et « nganda » à Brazaville , Politique africaine, 31, 1988, pp. 67-72 ;  C. D. Gondola, “Bisengo ya la joie”. Fête, sociabilité et politique dans les capitales congolaises, in : O. Goerg (Sous la dir. de), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, 1999, pp. 87-111.
13 S. Heald, Mafias in Africa: The rise of drinking companies and vigilante groups in Bugisa district, Uganda, Africa, LVI (4), 1986, pp. 446-467;  Controlling Anger. The Anthropology of Gisu Violence, Oxford, Kampala, Athens, James Currey, Fountain Publishers, Ohio University Press, [1989] 1998, pp. 231-235.
Top of page

References

Electronic reference

Éric Jolly, « Bars et cabarets du pays dogon », Socio-anthropologie [Online], 15 | 2004, Online since 15 July 2006, connection on 18 October 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/399 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.399

Top of page

About the author

Éric Jolly

Laboratoire « Systèmes de pensée en Afrique noire » CNRS

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org