Navigation – Plan du site

Ce qui du travail se noue au café

Agnès Jeanjean

Texte intégral

1Si vous voulez travailler avec nous, si vous voulez comprendre notre travail, vous devez vous encoquiner. Il faut que vous sachiez fréquenter les bars malfamés.

2C’est ainsi qu’un égoutier, pour clore ma première journée sur le terrain, me conduisit dans un bar fréquenté le soir par des prostituées. Au cours des quatre années qui ont suivi nous avons fréquenté ensemble bien d’autres débits de boissons mais nous ne sommes jamais plus retournés dans le premier bar. Ce passage avait permis à mon interlocuteur d’indiquer comment il souhaitait que je m’inscrive, en tant que femme et ethnologue, dans les rapports de sexe en œuvre au sein de son milieu professionnel masculin1.

3Cet exemple illustre l’idée qui va être développée dans cet article à propos de la fréquentation des débits de boissons pendant le temps de travail : en marge du travail prescrit et par la mise en œuvre de règles de réciprocité les travailleurs, en l’occurrence les employés au Service des Egouts de Montpellier2, en même temps qu’ils boivent, élaborent, expriment et défendent des conceptions du travail et d’eux-mêmes. Les cafés3  apparaissent dès lors comme des lieux en lesquels le « travail est retravaillé »4. Les hommes y élaborent un « singulier », pour employer une expression de Michel de Certeau5. Le singulier d’individus qui touchent des substances, pensent des circulations souterraines que la plupart des citadins ne touchent ni ne pensent et dont l’analyse livre des éléments de compréhension quant aux mécanismes sociaux qui articulent positions sociales et souillure6. Après avoir exposé quelques-unes des représentations que développent les travailleurs à propos d’eux-mêmes et de leurs activités, il s’agira ici de montrer comment, en allant au café alors qu’ils sont au travail, ces hommes alimentent collectivement ces représentations7.

Autoportraits

4En 1989, le Service des Egouts montpelliérain a été remis en affermage à une grande compagnie privée. Depuis, conformément au contrat d’affermage, le personnel municipal, aussi bien les cadres que les égoutiers8, est « détaché » à l’entreprise gestionnaire. Les points de vue sur le travail développés par les « détachés mairie » (je reprends ici leurs termes) se heurtent à ceux de la nouvelle direction qui progressivement leur retire des tâches et des prérogatives.

5Les détachés mairie du Service des Égouts, quels que soient leurs statuts hiérarchiques, se décrivent comme des hommes robustes, immunisés, caractériels, qui n’ont pas froid aux yeux et ne craignent pas ce que les autres redoutent. Ils s’attribuent un pouvoir subversif qu’ils construisent à partir de l’opacité de leur domaine d’intervention, des craintes et des hontes qu’inspirent les substances qu’ils manipulent9. Jusqu’au milieu des années 1980, avant que la propreté des villes ne devienne un argument électoral, il était demandé à ces travailleurs de ne pas faire parler d’eux, de demeurer invisibles, dans le silence et le secret, au même titre que les déchets dont ils s’occupent.

6De cette position, ils ont retiré une certaine liberté comme l’explique M. un égoutier : « Pendant longtemps personne ne voulait voir ce qui se passait dans les égouts, on faisait un peu ce qu’on voulait. Maintenant c’est en train de changer, les gens s’en préoccupent davantage, ils contrôlent un peu plus... ». Lorsqu’ils parlent d’eux-mêmes, les hommes employés au Service des Egouts se posent en opposition avec ceux du Service des Eaux (distribution d’eau potable) et établissent régulièrement des analogies entre les eaux usées et leurs propres comportements : « Les eaux usées sont gravitaires10, nous aussi nous sommes gravitaires. On suit la pente, on suit la nature.

7À l’inverse, les eaux potables sont sous pression» (un égoutier). Égoutiers et cadres présentent leur groupe comme récalcitrant à toute forme de hiérarchie officielle : « Dans la merde on est tous égaux ». En outre, ces hommes considèrent que leur domaine d’activité est irréductible à toute mise en écriture. Ils se plaisent régulièrement à affirmer qu’ils sont illettrés, que « la merde, ça ne peut s’écrire » et que ce qu’il faut connaître pour y travailler est du domaine du secret, du caché, de l’indicible pour tous ceux qui ne sont pas comme eux en prise directe avec les eaux usées11. Tous s’accordent à dire : « La merde, pour comprendre il faut toucher ». Lorsque ces travailleurs parlent de leur activité professionnelle et des savoirs utiles à son bon déroulement, ils insistent sur le caractère marginal, impopulaire et secret de ceux-ci.

8La plupart d’entre eux considèrent que les connaissances qu’ils doivent mobiliser ne relèvent pas de règles ou de savoirs techniques officiels mais se situent en des marges qui ne seraient accessibles qu’à eux seuls. En revendiquant des savoirs marginaux, en discréditant l’écrit, en se présentant comme des individus insoumis et caractériels, les détachés mairie font finalement un usage tactique des stéréotypes qui leur sont appliqués et en retirent une certaine autonomie dans leur travail. Ce mécanisme organise une grande partie des représentations que ces hommes développent sur eux-mêmes.

Boire entre égoutiers

9Lorsqu’ils vont au café pendant leur temps de travail, égoutiers et cadres ne fréquentent pas les mêmes lieux, ne boivent pas ensemble et ne consomment pas tout à fait les mêmes boissons. La pratique, plus ou moins licite selon le statut hiérarchique, revêt des formes distinctes. Toutefois des similarités apparaissent.

10Les égoutiers circulent en ville à bord d’imposants camions hydro cureurs. Reliés par radio à un secrétariat, ils interviennent pour déboucher ou réparer une conduite dès qu’un incident leur est signalé. Leur temps professionnel est un temps aux rythmes irréguliers. Parfois, entre deux interventions, s’écoule plus d’une heure. Leurs chefs exigent d’eux qu’ils emploient le temps vacant à effectuer des contrôles sur le réseau d’égouts. Les égoutiers choisissent d’éviter ces tâches en « tournant ». « Tourner » consiste à rouler lentement en ville sans jamais en sortir.

11Lorsqu’ils parcourent ainsi l’espace urbain, il leur arrive de s’arrêter pour régler quelques affaires privées12 et boire un verre ou deux dans un café. Certains ne peuvent s’en passer. Les boissons consommées sont du café tôt le matin, de la bière et plus rarement du pastis ou du vin. Les égoutiers sont deux par camion et généralement chacun offre sa tournée. Le non respect de cette règle d’échange entraîne le rejet et il existe de nombreuses anecdotes sur  les « mauvais » coéquipiers : ceux qui ne payent pas ou qui ne boivent jamais.

12La fréquentation de débits de boissons pendant les heures de travail est interdite par les cadres de la compagnie fermière qui invoquent plusieurs raisons : le non-respect des règles de sécurité lié à la consommation d’alcool, la mise en péril de l’image présentable qu’ils souhaitent donner des égouts et de ceux qui s’en occupent, enfin l’antinomie entre les arrêts répétés dans les cafés et un souci de rentabilité. Il existe pourtant une tolérance implicite à condition que ces arrêts ne soient ni trop fréquents, ni trop voyants, ni trop prolongés. Les égoutiers ne doivent pas paraître oisifs aux yeux des citadins. Ils doivent « sauver la face » du Service et de leurs supérieurs hiérarchiques13, lesquels ne veulent pas être témoins de ces transgressions.

13La pratique est par conséquent soumise à des contraintes. Les camions hydro cureurs aux insignes de la compagnie fermière étant difficiles à cacher, les égoutiers mettent en oeuvre des tactiques : ils s’arrêtent dans des cafés différents, ne s’attardent pas dans le même et modifient régulièrement leurs habitudes. Parfois lorsqu’ils n’ont pas pu cacher le camion, ils déclarent, sur la feuille de route qu’ils remettent en fin de journée, qu’ils ont effectué un curage tout près d’un café. Il faut aussi que le signal sonore d’appel radio (disposé dans les camions) puisse être entendu du café. Les égoutiers choisissent par conséquent des débits de boissons à proximité desquels ils peuvent garer les camions. Lorsque cela est possible, ils laissent les fenêtres de leur véhicule ouvertes et dans le café s’installent près de la porte. Ils sont connus des tenanciers qui parfois veillent en même temps qu’eux, sur les appels de la radio.

Boire entre cadres

14Les cadres détachés mairie sont chargés du suivi de chantiers de Travaux Publics visant à construire, réparer ou réhabiliter des conduites d’égouts. Eux aussi se déplacent en ville et fréquentent régulièrement les cafés après être passés sur un chantier et avant de retourner dans leurs bureaux. Pour clore une réunion de chantier et en discuter avec les conducteurs de travaux14, pour préparer le compte-rendu de chantier, ils préfèrent aller au café plutôt que dans les locaux de la compagnie fermière.

15En ville, il y a toujours un débit de boissons non loin d’un chantier. La direction admet cette pratique. Contrairement aux égoutiers, les cadres sont équipés de téléphones portables et de voitures de fonction beaucoup plus petites, beaucoup moins voyantes que les camions hydrocureurs et plus faciles à garer. Par conséquent, ils ne sont pas soumis aux mêmes contraintes.

16Comme pour les égoutiers, des règles régissent leurs façons de consommer. La première tournée de boissons est toujours offerte par un conducteur de travaux sur le compte de l’entreprise qui l’emploie (il s’agit généralement de l’entreprise qui bénéficie du plus gros contrat). Les tournées suivantes sont payées par les représentants d’autres entreprises puis, lorsque les passages au café se prolongent, par chacun des participants sur son propre compte. Tous ne s’impliquent pas dans ces échanges avec la même intensité ni le même plaisir. Certains s’arrêtent après la première tournée, d’autres boivent un café, une limonade, une eau gazeuse ou un sirop. D’autres enfin absorbent des boissons alcoolisées (parmi lesquelles pastis, bière et whisky sont les plus consommées) et participent lorsque les tournées sont offertes par chacun sur son compte personnel. Alors, seul demeure un petit noyau de cadres (quatre ou cinq).

17Bien que fréquentes, ces prolongations ne sont pas systématiques. Elles sont largement tributaires de la nature des relations que les cadres entretiennent entre eux ainsi que de l’adhésion des uns et des autres à cette forme de sociabilité. Selon l’entreprise qui réalise les travaux et selon les conducteurs de travaux présents, les tournées sont plus ou moins longues, plus ou moins enchaînées, plus ou moins désirées et plus ou moins alcoolisées. Quelquefois, quand l’heure de l’apéritif s’avance, les effets de l’alcool deviennent manifestes. Lorsque les cadres regagnent les locaux de la compagnie fermière, le directeur régional durcit le ton, les convoque et exige d’eux qu’ils travaillent dans leurs bureaux, autrement dit qu’ils ne « restent pas dehors » et se limitent aux lieux officiels du travail. Mais les détachés mairie résistent dans les faits à ces injonctions.

18Cet article porte sur les pratiques collectives et je n’y approfondirai pas de réflexion sur les pratiques solitaires ou sur l’alcoolisme15. Il convient toutefois de préciser que celui qui va seul au café est qualifié d’alcoolique par ses collègues cadres ou égoutiers. Lesquels disent comprendre tout en reprenant, pour condamner cette forme de consommation, certains des arguments utilisés par la direction : dangerosité, mise en péril de l’image de soi et du service. Boire à plusieurs, même si la quantité d’alcool absorbée est identique, possède pour ces hommes un caractère moins honteux, moins pathétique. Inscrite dans des rites collectifs, la consommation d’alcool, semble plus acceptable, elle revêt d’autres significations que lorsqu’elle est solitaire.

Être des hommes

19Les détachés mairie sont des hommes et les groupes professionnels avec lesquels ils sont en contact sont également composés d’hommes. Dans les débits de boissons, l’ethnologue peut observer très clairement un travail d’élaboration collectif consistant à exprimer la domination de valeurs masculines et à confirmer le caractère viril du groupe et par conséquent de chacun de ceux qui le composent.

20Ici nous retrouvons un aspect des cafés mis en lumière par de nombreux travaux ethnologiques16. L’étude particulièrement stimulante de J. Spradley et B. Mann sur un bar situé à Oakland aux Etats-Unis montre le Brady’s comme un lieu de cérémonie où sont réaffirmées les valeurs viriles17. Tout comme au Brady’s, dans les débits de boissons les détachés mairie  manifestent leur conception des identités sexuelles. On peut constater en effet l’importance en nombre des plaisanteries à connotations sexuelles à l’égard de serveuses ou de clientes. Les regards portés vers les femmes accompagnent des commentaires dont voici quelques exemples : « Une affaire à suivre », « Vivement des travaux de nuit dans le quartier », « Elle est un peu sur le retour », « Celle là, elle est en solde », « Beau pantalon » (il s’agit d’une cliente portant un pantalon moulant), « Tu as vu le manteau de fourrure, plutôt mignonne ».

21Les divergences de goûts sont rarement exprimées et en même temps que les femmes sont posées en objets sexuels, la pulsion sexuelle masculine est affirmée ainsi que la légitimité de son expression. Françoise Héritier dans ses travaux les plus récents montre combien cette légitimité sociale de la pulsion masculine opposée au traitement très différent appliqué à la pulsion féminine constitue l’élément « le plus fort et absolument invariable de la valence différentielle des sexes »18. À ces élaborations viriles, les détachés mairie en ajoutent d’autres.

Ne pas se soumettre

22Ils attribuent à la fréquentation des cafés pendant le temps de travail, une dimension subversive qui vient corroborer les discours qu’ils développent sur eux-mêmes lorsqu’ils se disent caractériels et insoumis. Aller au café, résister aux interdictions est présenté comme la preuve qu’ils ne se laissent pas faire. Ainsi M. (égoutier représentant syndical), alors qu’il est installé avec son coéquipier devant un café tout en lisant le journal, déclare : « Ceux qui ne sortent jamais de leur bureau, qui n’ont jamais touché une merde, ne vont pas m’empêcher de lire le journal. J’ai le droit de penser. Ce n’est pas à eux d’en décider », T. annonce que toutes les tentatives visant à contrôler et à restreindre leur liberté de mouvement sont vouées à l’échec parce que « Aux égouts, on en a vu d’autres, et si on est là (dans le métier d’égoutier) c’est souvent parce qu’on a un problème avec l’autorité ». La pratique revêt une dimension contestataire et l’importance de cette provocation dépend de l’état du rapport de force avec la direction. Lorsque les relations se tendent, la fréquentation des débits de boissons prend des allures provocantes en devenant plus manifeste et plus intense19.

23La liberté dans le travail, dont la fréquentation des cafés est le symbole, autant et peut-être plus que l’expression, est revendiquée par les travailleurs des égouts comme un dû  en regard de la pénibilité de leur travail. Un travail physiquement éprouvant qui les confronte à des situations parfois traumatiques : « Avec ce qu’on fait : descendre dans des fosses, se retrouver plein de merde en pleine rue, des situations vraiment pénibles, il faut tenir le coup. Ils ne peuvent pas nous en demander plus », affirme un égoutier. Certains considèrent aussi que l’alcool permet de « tenir ». L’insoumission, la consommation d’alcool, la subversion peuvent dès lors être envisagées comme des moyens de résister non seulement aux difficultés physiques du travail mais aussi à l’humiliation qui lui est liée ; comme des réponses à la position sociale occupée. Position qui renvoie non seulement aux statuts professionnels mais au statut des substances manipulées.

Ne pas être rentable

24La possibilité d’aller au café, de prendre du temps pour soi sur le temps de travail est présentée comme un avantage de la fonction publique territoriale. Elle est associée par les détachés mairie à une idéologie non-marchande du traitement des déchets. Lorsque le Service des Egouts était en régie municipale, les principales préoccupations des élus face aux eaux usées et aux substances excrémentielles, potentiellement sources de désordre, étaient le maintien de l’ordre public. Lorsque les eaux usées débordaient, brouillant l’organisation spatiale d’un quartier doté d’un pouvoir représentatif ou d’un poids électoral estimé conséquent, les élus s’adressaient directement aux égoutiers ou à leurs chefs d’équipe.

25Tous les égoutiers anciennement employés municipaux envisagent leur rôle comme participant au maintien de l’ordre et des pouvoirs politiques en place : « Pour maintenir les choses en ordre... Nous sommes indispensables aux politiques, ils ont besoin de nous. Sinon c’est la merde » (un cadre). Ces hommes liés à l’institution municipale, notamment par leur recrutement (chacun d’eux a été recruté par relation familiale et possède au moins un frère, un oncle, un père une épouse ou un enfant employés comme fonctionnaire territorial dans un autre service ou bien élu dans l’équipe municipale), considèrent que leur activité n’est pas et ne doit pas être rentable : « La merde, ce n’est pas rentable, nous ne sommes pas rentables ». Selon leur façon de penser leur travail, les déchets ont une dimension politique davantage qu’économique. Les eaux sales et ceux qui s’en chargent possèdent un pouvoir désorganisateur, subversif.

26Cette vision s’oppose à la marchandisation du service et au souci de la nouvelle direction de donner une image présentable et « propre » des déchets et des activités qui s’y articulent. La fréquentation des cafés et les élaborations qui l’accompagnent viennent appuyer le point de vue des détachés mairie. Aller au café, c’est ne pas se plier au souci de rentabilité dont fait preuve la nouvelle direction, c’est aller à l’encontre d’une image convenable. C’est aussi une façon d’affirmer un point de vue sur le sens et la place socialement accordés aux substances manipulées et par conséquent aux hommes qui s’en occupent.

27À leur refus de rentabilité et de marchandisation du service, à leur posture d’insoumission, à leurs élaborations viriles, les détachés mairie articulent des savoirs. Ces savoirs, qu’ils présentent à l’ethnologue comme leur étant propres, sont ceux qu’ils valorisent au détriment des connaissances techniques qui leur sont dispensées à travers les documents officiels, les formations professionnelles et les indications de procédure garantissant à la compagnie fermière la « certification qualité20 ». Or la constitution des savoirs que les détachés mairie revendiquent comme étant les plus efficaces passe en grande partie par les cafés en tant qu’espaces de parole mais aussi en tant que lieux disposés sur des parcours.

Des savoirs oraux : parler plutôt qu’écrire

28Dans les cafés, en marge des règles officielles, les hommes échangent des informations et passent des accords21 qui ne sont écrits nulle part. Parfois, les cadres s’entendent pour qu’une observation ne soit pas notée dans le compte-rendu de chantier ou bien pour « arranger » la réalité afin d’éviter qu’un conducteur de travaux ne soit pris en défaut. Le conducteur de travaux devra à son tour rendre service : «Sur un autre chantier, peut-être dans six mois, dans un an, j’aurai besoin d’une information, ou bien qu’il aille plus vite et je compterai sur lui» (un chef de projet). Les manquements à ces règles non écrites peuvent être suivis de représailles. Un conducteur de travaux qui ne tient pas parole prend le risque d’être exclu non seulement des relations professionnelles mais aussi des relations amicales. La menace la plus fréquente envers celui qui déroge à la règle porte sur le passage à l’écriture. Ainsi D. chef de projet détaché mairie s’adresse-t-il à M. un conducteur de travaux : « Tu joues au con et bien à partir d’aujourd’hui, on écrit tout ». Ces hommes opposent deux registres, d’une part celui de la règle et du contrat écrit, d’autre part celui du contournement de la règle officielle fondé sur la parole donnée et sur une valeur : l’honneur, fortement lié, dans ce groupe, à la virilité attribuée à l’interlocuteur.

29Autour de leurs verres, ils échangent également des informations à propos d’un chantier en cours, d’un projet, d’un appel d’offre, d’un changement de politique ou de gestion, du fonctionnement d’un service ou de mutations à venir. Autant d’éléments dont ne bénéficient pas ceux qui ne vont pas au café et qui donnent des indications sur les contextes dans lesquels les uns et les autres ont à agir Ces savoirs, soustraits du domaine scripturaire et des canaux d’information officiels, leur appartiennent en propre. Ils en maîtrisent la transmission.

30Ces échanges d’informations contribuent à la mise en œuvre de tactiques collectives consistant à développer du pouvoir et à le redistribuer aux participants autour des valeurs partagées par le groupe. Ici apparaît clairement la place primordiale que les détachés mairie disent accorder à la parole au détriment des écritures professionnelles dont ils remettent en cause l’autorité.

31Les hommes donnent un support spatial aux opposi­tions qu’ils établissent entre écriture professionnelle et parole. Ils opposent les cafés, lieux de parole, aux bureaux, lieux d’écriture. Même si dans les faits, ils parlent aussi dans les bureaux et écrivent parfois dans les cafés22, ceux-ci sont présentés comme des passages obligés afin que s’instaurent des relations propices aux transmissions orales : « Beaucoup de choses se passent dans les cafés. Ça ne nous empêche pas de travailler ailleurs, mais le gars qui va au café, tu sais qu’il est du même monde que toi. Qu’il tiendra parole » (cadre détaché mairie). La parole d’un individu change de statut en passant par les cafés. Comme nous l’avons noté, les hommes s’engagent dans des relations de réciprocité, ils s’accordent autour de valeurs communes, mais un autre mécanisme est également à examiner. Il concerne la forme et le contenu des conversations. Dans les cafés, les propos sur le travail, se mêlent à des plaisanteries ainsi qu’à des considérations sur la vie privée des participants, l’actualité sportive, la politique nationale ou internationale. En parlant, les hommes entremêlent plusieurs registres et finalement le groupe relie entre eux des éléments hétérogènes.

32Plus les tournées s’allongent, plus les propos se font intimes et plus les informations livrées sur le travail sont précises. En même temps que grandit la proximité affective, les paroles se libèrent et la qualité des informations échangées augmente. Le caractère hétérogène des propos engage totalement chacun des participants. Lesquels, en transgressant les distinctions habituellement établies, en bousculant les catégories habituellement admises entre le travail, la famille, les loisirs, les opinions politiques…, produisent au fil de leurs conversations des combinaisons de connaissances qui leur sont propres. Autrement dit produisent des savoirs singuliers articulés à des engagements personnels.

33Un mécanisme identique travaille les parcours que les détachés mairie déploient à travers la ville. Ces circulations, elles aussi, échappent aux écritures officielles, entremêlent des registres, bousculent des catégories, transgressent des frontières et passent par les cafés.

Connaître en parcourant : les cafés inscrits dans des rhétoriques cheminatoires

34Lorsqu’ils « tournent » en ville ou se rendent sur le lieu d’une intervention, les détachés mairie n’utilisent ni carte, ni plan. Ils s’y refusent. Quand ils apprennent qu’un de leur collègue a jeté un coup d’œil sur une carte pour trouver son chemin, ils en font un objet de moquerie. Ils saisissent le territoire par les circulations qu’ils y déploient et considèrent que la remise en cause de leurs déambulations, par leur nouvelle direction est corrélative d’une transformation de leur activité professionnelle. Le fait de circuler en ville, de n’être pas « enfermé avec un patron sur le dos », participe du sentiment de liberté qu’éprouvent ces travailleurs et il n’est pas étonnant qu’ils associent à leurs cheminements les savoirs qu’ils valorisent. Lorsqu’ils circulent en ville, les détachés mairie observent et accumulent des collections d’informations qu’ils utilisent, le moment venu, pour comprendre la nature d’un dysfonctionnement sur le réseau. Quand ils mobilisent et restituent ces connaissances, les hommes évoquent le moment de leur acquisition. Ainsi est-il fréquent – voire systématique – qu’un égoutier interprète la nature d’un bouchon en faisant appel à ses souvenirs : « Tu te souviens lorsqu’on est passé boire une biérette au café de l’Avenir, ils faisaient des travaux juste à côté » (il arrive que les gravats obstruent les canalisations). Ou encore « pourtant lorsqu’on est passé au café du Commerce, il n’y avait pas de trace dans la rue. Ça a dû déborder après »23. L’analyse que développe Michel de Certeau à propos de la métis décrit bien le caractère hétérogène des éléments qui composent ces savoirs ainsi que les temporalités d’acquisition et de mobilisation de ces éléments.

« .. ce savoir est fait de beaucoup de moments et de beaucoup de choses hétérogènes. Il n’a pas d’énoncé général et abstrait, pas de lieu propre. C’est une mémoire, dont les connaissances sont indétachables des temps de leur acquisition et en égrènent les singularités. Instruite par une multitude d’événements où elle circule sans les posséder (chacun d’eux est passé, perte de lieu, mais éclat de temps), elle suppute et prévoit aussi “les voies multiples de l’avenir “ […] L’éclair de cette mémoire brille dans l’occasion. »24

35Ces connaissances s’articulent à une perception dynamique de l’espace, à un espace qu’André Leroi-Gourhan25 qualifie d’espace « itinérant » en ce sens qu’il est produit par des itinéraires organisateurs et diffère de l’espace « rayonnant », produit par une perception statique – celle qui précisément organise les cartes et les plans. Pour poursuivre plus avant la réflexion, voyons ce qui structure les itinéraires des détachés mairie.

36Lorsqu’ils « tournent » en ville, les égoutiers orientent leurs déplacements non seulement en fonction de préoc­cupations professionnelles ou privées mais aussi en fonction d’opinions, de visions du monde et de propos qu’ils développent dans leur camion et illustrent par les mouvements qu’ils donnent au véhicule. En voici quelques exemples, parmi beaucoup d’autres, relevés alors que j’accompagnais les égoutiers dans leur travail. M. parle de son enfance et d’un quartier dans lequel il jouait. Un quart d’heure plus tard, nous y passons. P. tient des propos haineux à l’égard de gitans, alors que nous longeons un quartier dans lequel résident plusieurs familles gitanes. Après avoir évoqué les nouveaux quartiers résidentiels « sans vie », « sans rue commerçante », nous en traversons un.

37Il en va de même pour le choix des débits de boissons. Après que nous ayons discuté de rapports sociaux de sexe, N. et J.P. s’arrêtent dans un café tenu par une femme qu’ils estiment « très courageuse et sachant faire face aux hommes ». Alors qu’il vient de me parler longuement de sa condition d’ouvrier, D. me conduit dans un bar fréquenté par des ouvriers du bâtiment, des chauffeurs routiers avec lesquels il est ami. M., m’ayant expliqué que malgré ses cinquante ans passés il gardait l’esprit jeune, choisit un débit de boissons pourvu d’un karaoké et fréquenté par de jeunes gens. Après une intervention particulièrement éprouvante, au cours de laquelle ils ont été confrontés au mépris d’un citadin, les égoutiers font une pause dans un café qu’ils qualifient « d’ouvrier » et dans lequel ils se sentent à l’abri de toute attitude méprisante. 

38On retrouve ces mécanismes chez les cadres détachés mairie qui, tout en tenant compte de critères pratiques et des contraintes professionnelles, choisissent leurs cafés en fonction de ce qu’ils vivent, de ce qu’ils désirent, de ce qu’ils refusent. Il leur arrive de choisir un café parce qu’ils n’y sont jamais allés ou parce qu’il vient d’ouvrir. Mais le plus souvent, ils retournent en des lieux déjà connus et auxquels sont associés des souvenirs bons ou mauvais. Voici quelques exemples. Trois des cadres détachés mairie se souviennent avec humour  et émotion d’une soirée très alcoolisée dans un pub fréquenté à l’occasion de travaux de nuit. Ce pub accueille les troisièmes mi-temps de rugby et les cadres en question jouent au rugby dans des équipes de vétérans. Chacun d’eux se dit très attaché aux valeurs de ce sport, aux solidarités qui se développent autour de sa pratique, aux débordements de troisième mi-temps – si bien mis en lumière par Anne Saouter26.

39Lorsque l’occasion se présente, ou bien lorsque la cohésion de leur groupe est menacée par une mesure administrative, ils retournent au Pub, y parlent rugby et y évoquent la fameuse soirée. Dans tel autre café va être réactivé le souvenir d’un collègue perdu de vue ou celui d’un moment particulièrement heureux ou épique. Les cadres ne vont pas avec n’importe qui dans n’importe quel café Les interlocuteurs desquels ils préfèrent rester à distance sont conduits dans des cafés qui sont moins l’objet d’identifications.

40Mais il arrive toutefois que, désireux de choquer un conducteur de travaux  estimé « trop coincé », les cadres détachés mairie le conduisent dans un bar qualifié de « mal famé ». Bar dans lequel ils reviennent ensuite entre eux pour rire ensemble27 en évoquant, devant leur verre d’alcool, le jour où ils ont amené Untel, et la tête qu’il faisait. Les cafés sont fréquentés après ou avant d’autres lieux, après ou avant des évènements, des colères, des déceptions, des enthousiasmes, des humiliations, des découragements ; leurs choix sont en partie déterminés par ces contextes changeants. Ils s’inscrivent dans des rapports signifiants : opposition, redondance, évitement, exclusion, transgressions... Ils ponctuent des parcours que je propose d’envisager comme des chaînes signifiantes, en m’appuyant sur les travaux de Michel de Certeau et de Jean François Augoyard28 qui tous deux mettent en exergue la dimension expressive des cheminements quotidiens. Les détachés mairie, par leurs itinéraires, soulignent des contrastes, franchissent des limites, brouillent des distinctions, relient entre eux, tout comme les conversations de cafés, des éléments hétérogènes que l’ordre rationnel et l’organisation officielle du travail distinguent. Ces éléments, les détachés mairie les mobilisent et les entremêlent dans la constitution de leurs savoirs. Sur le mode de la variation – leurs parcours ne sont jamais absolument identiques – ils « triturent »29 l’espace et bousculent la fixité, la stabilité des cartes et des plans, instruments privilégiés par les représentants de la compagnie fermière. Les itinéraires dissipent un ordre et en énoncent d’autres. Les cafés en tant que lieux de paroles, espaces de pratiques disposés sur des parcours, se prêtent à ces énonciations subversives auxquelles s’articulent des savoirs.

Conclusion

41Paradoxalement, lorsqu’ils vont « boire une biérette », lorsqu’ils échappent au travail les détachés mairie ne cessent de donner du sens à leur travail, de mesurer ce qu’ils y mettent d’eux-mêmes. Ils ne cessent finalement de le rendre acceptable. Dans le fil d’une « fréquentation nomade »30 ils se saisissent des cafés, y déploient un style, des paroles, des points de vue sur le monde qui les environne et la place qu’ils y occupent. Malgré des différences selon les statuts hiérarchiques, on observe des mécanismes identiques aussi bien auprès des cadres que des égoutiers. Les données présentées ici sont certes spécifiques à un tout petit groupe professionnel, mais il n’est pas à exclure que les mécanismes décrits puissent être retrouvés auprès d’autres travailleurs.

Haut de page

Notes

1 Les idées ici développées ont fait l’objet d’une communication lors du séminaire « Cafés, styles et territoires » organisé par Jean-Charles Depaule (Laboratoire d’Anthropologie Urbaine, CNRS, Ivry sur Seine, 22 octobre 2002). Je remercie Eliane Daphy pour sa relecture et ses conseils.
2 Préfecture de l’Hérault (34).
3 Je n’entrerai pas dans les distinctions : bistrot, bar, café, etc., et en resterai à la définition suivante du café : établissement où l’on peut consommer des boissons alcoolisées ou non.
4 Philippe Lucas, La rumeur minière ou le travail retravaillé, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1985.
5 Michel De Certeau, L’invention du quotidien : t 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990.
6 A ce sujet, voir Agnès Jeanjean, Basses oeuvres. Ethnologie d’un réseau technique urbain : les égouts de Montpellier. Thèse de doctorat, Université Paris V, 1998.
7 L’enquête s’est déroulée sur deux périodes au cours desquelles j’ai accompagné les hommes dans leur travail quotidien. La première a duré quatre ans de 1994 à 1998, la seconde, deux mois en 2000.
8 Le terme « égoutier » est employé ici dans son sens le plus commun : ouvrier chargé de l’entretien du réseau d’égouts public.
9 À propos de ces représentations, voir Agnès Jeanjean, Travailler et penser une matière impensable, in Marie-Pierre Julien et Jean-Pierre Warnier (Sous la dir. de), Approches de la culture matérielle : corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 73-87.
10 L’écoulement des eaux d’égouts est fonction de la force gravitationnelle. La pente donnée aux canalisations permet aux effluents d’entraîner les matières en suspension et la grande majorité des dispositifs techniques est établie en fonction de la pente naturelle du sol. Il existe toutefois des postes de relèvement. Équipés de pompes, ces dispositifs permettent de surélever les eaux afin de leur faire gravir de gros obstacles.
11 Agnès Jeanjean, Les égouts de Montpellier : mots crus et mots propres, Ethnologie Française, XXIX, 1999-4, p. 607-615.
12 Par exemple retirer un permis de pêche ou un relevé de compte bancaire, prendre des renseignements en vue d’un achat, saluer un ami, cueillir des asperges, ramasser des poireaux sauvages dans les fossés ou les terrains vagues…
13 Lorsqu’il décrit la consommation d’alcool dans les ateliers de carrosserie de l’usine Peugeot de Sochaux, Michel Pialoux montre bien ce mécanisme « de petites transgressions réglées, de tolérance réciproque sur fond de compréhension tacite ». Michel Pialoux, Alcool et politique dans l’atelier. Une usine de carrosserie dans la décennie des années 1980, Genèses, n°7, 1992, p. 101. Pour ce qui concerne les détachés mairie, étant donné l’extinction progressive et programmée de ce groupe professionnel, il semblerait que la direction de la compagnie fermière tolère en patientant.
14 Cadres, salariés par les entreprises de Travaux Publics, tenus de suivre le déroulement des travaux, d’organiser la coordination des différents actes techniques. Ils établissent les devis et négocient le calendrier d’exécution des travaux.
15 Michel Pialoux, notamment grâce à la qualité des entretiens qu’il a menés avec Christian Corouge, traite fort bien de l’alcoolisme articulé aux situations de travail. Pialoux, op. cit.
16 Michel Bozon, La fréquentation des cafés dans une petite ville ouvrière. Une sociabilité populaire autonome ? Ethnologie Française, XII-2., 1982, p. 137-146 ; Anne-Hélène Dufour, Café des hommes en Provence, Terrain, n°13, 1989, p. 81-86…
17 J.P. Spradley et J Br. Mann, Les bars, les femmes et la culture, Paris, P.U.F, 1979.
18 Françoise Héritier, Masculin/Féminin. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 294.
19 Elle s’accompagne d’une recrudescence des posters de femmes nues affichés dans le local réservé aux égoutiers.
20 Selon la Norme Iso.
21 Ces échanges de services peuvent concerner des particuliers comme le propriétaire d’un terrain qui laisse les véhicules de chantier traverser son jardin en échange de réparations faites à sa terrasse, ou l’ami d’un agent municipal pour lequel à l’occasion d’un chantier, les ouvriers vont « piquer par en dessous », autrement dit asphyxier par les racines, un arbre situé au-dessus du passage d’un collecteur.
22 Il faudrait distinguer dès lors de quels types d’écritures ou de paroles il s’agit, et prendre notamment en considération les moments de la journée. L’heure participant à l’édification du statut des paroles ou des écrits produits (après le départ de certains, avant l’arrivée d’autres…).
23 Les noms des cafés sont fictifs.
24 Michel de Certeau, op. cit., p. 125.
25 André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole, t2 La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1991, p.125.
26 Anne Saouter, “Etre rugby”. Jeux du masculin et du féminin, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2001.
27 Pour une analyse de la cohésion engendrée par le partage de paroles à rire. Cf. Eliane Daphy et Diana Rey-Hulman (Ss. la dir de), Paroles à rire, Paris, Inalco/Langues’O, 1999.
28 Michel de Certeau, op.cit., et Jean-François Augoyard, Pas à pas. Essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain, Paris, Seuil, 1979.
29 Michel de Certeau, op.cit., p. 179.
30 Cette formule est empruntée à Michèle Jolé (communication aux journées d’études “Cafés, style et territoire” Laboratoire d’Anthropologie Urbaine, Ivry sur Seine, juin 2002).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Jeanjean, « Ce qui du travail se noue au café », Socio-anthropologie [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 15 juillet 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/402

Haut de page

Auteur

Agnès Jeanjean

Département d’ethnologie – Université de Nice-Sophia-Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org