Navigation – Plan du site

Symboles à boire

Philippe Chaudat

Texte intégral

1En France, boire un vin d’appellation d’origine contrôlée n’est pas un acte anodin. Il marque socialement la personne qui s’y livre, par la qualité du produit choisi et par la façon dont elle le consomme. Savoir-boire est du même ordre que savoir-être et savoir-vivre : comme tout comportement hautement socialisé, cette action reflète une personnalité et une sociabilité. C’est un acte classé et classant, faisant éventuellement accéder le consommateur au rang de connaisseur, de personne raffinée. C’est pour cette raison que le vigneron observe si souvent les clients qui dégustent son vin : il déplore les « buveurs » qui boivent rapidement leur vin, sans même l’observer, le humer, ni l’apprécier longuement en bouche afin d’en percevoir toutes les qualités sensorielles. Dans la société française, le discours sur le goût est également un fait collectif classant. C’est un processus fondé sur un mécanisme langagier s’appuyant sur la mémoire, l’origine sociale, les organes sensitifs… C’est le résultat d’une expérience collective basée sur le langage qui s’apprend et s’acquiert à travers l’expérience des autres, en en parlant avec les autres. Le goût est affaire de représentation car il est soumis aux grilles de lecture du réel élaborées par le consommateur et ses groupes d’appartenance.

2Les goûts sont incarnés, leur incorporation passe par une symbolisation et ils sont des éléments moteurs dans les stratégies de distinction : Pierre Bourdieu a développé cette idée dans l’introduction de La Distinction, à propos de l’œuvre d’art1. Comme pour l’œuvre d’art, le consommateur doit détenir des codes lui permettant de déterminer les différentes saveurs et flaveurs et surtout lui permettant de les décrire et d’échanger avec les autres. Le sens du vin, son intérêt, découlent de ce décryptage.

3L’acte de boire un vin d’appellation d’origine contrôlée génère donc ainsi un système de représentation et permet la pro­du­ction d’images sociales. Mais il dépend lui-même de l’acte d’achat. Pour comprendre pourquoi on boit tel vin plutôt que tel autre, au delà des qualités organoleptiques des différents produits, la présen­tation du produit est un facteur prépondérant. Le client achète une image. La mise en scène fait acheter et donc consommer. Boire tel ou tel vin est en partie déterminé en amont par le fait d’être touché par tel ou tel symbole mis en scène par le vendeur, attestant en fin de compte l’authenticité du produit. En effet, quand le consom­mateur achète une bouteille il achète également une image élaborée par le producteur et qui renvoie souvent, on le verra, à la tradition, à l’authentique, à l’identité, et au terroir.

4Cette image est mise en scène à l’aide de différents éléments symboliques. Le vigneron doit créer l’environnement favorable à la consommation de son produit. Ainsi, il construit non seulement un produit mais également, en partie, les conditions de sa consom­mation. Cette mise en situation de la marchandise se fait en faisant appel à des références au temps (l’histoire, la tradition) et à l’espace (l’AOC, le terroir) permettant la patrimonialisation du produit.

5Nous observerons donc ici ce processus de mise en scène du vin favorisant l’acte d’achat et la consommation, mis en œuvre par les hypermarchés et les producteurs. Nous nous attacherons donc moins à l’acte de boire qu’aux éléments symboliques mis en avant par ces acteurs économiques pour faire boire leurs produits, en prenant l’exemple des vins du Jura.

Faire boire du temps

6Par sa nature, le vin est un marqueur temporel : c’est le seul produit agricole dont l’origine est identifiée par une date. C’est un « produit de mémoire » capable de se bonifier avec le temps. Le vin produit lui-même une histoire, au même titre qu’il participe à l’histoire, qu’il en est la trace. C’est quand il atteint un certain âge qu’il prend une nouvelle identité. Il n’est plus seulement une appellation, mais également et surtout un millésime, une époque ; il devient objet de collection. Certains vignerons basent ainsi la promotion de leurs vins jaunes sur ses capacités à vieillir, à traverser le temps et à se bonifier. L’argument commercial repose souvent sur le fait que ce vin peut se garder un siècle. C’est un moyen pour montrer qu’il est conservateur du temps, restaurateur du souvenir, qu’il est un produit qualifié d’authentique2. Le vin porte ainsi des caractéristiques intrinsèques qui facilitent le travail de mise en scène des vignerons et des hypermarchés. Ces derniers présentent le vin aux clients comme un produit incarnant un temps idéalisé et mythifié. Pour cela ils utilisent différents symboles faisant appel à un certain passé familial et collectif, à l’histoire et à l’image de tradition.

L’antériorité familiale

7Les vignerons mettent ainsi en avant une tradition profession­nelle familiale. Ils indiquent en effet sur leurs panneaux, documents publicitaires et étiquettes que la famille perpétue la tradition vigneronne depuis plusieurs décennies. Certains valorisent la date de fondation de l’exploitation, d’autres s’enracinent dans un passé lointain : « Robert J. vigneron de souche multiséculaire ». C’est parfois l’ancêtre fondateur qui est mis en avant. A l’occasion du centenaire de son exploitation, un vigneron reproduit par exemple sur ses étiquettes la photographie jaunie de son père sous laquelle il inscrit « Joseph T. Fondateur ». Un autre développe une cuvée spéciale nommée « cuvée générations » et créé une nouvelle étiquette où figurent la photographie des deux frères actuellement associés en GAEC3, ainsi que celle des « ancêtres fondateurs ». La même maison a également produit une cuvée spéciale, la « Cuvée Jules », à la naissance de son petit-fils, inscrivant également sa production dans une histoire familiale qui se perpétue.

8Les vignerons utilisent donc l’histoire de leur propre exploitation pour valoriser leur production actuelle et donner ainsi à boire non seulement un produit issu d’un processus technique et chimique mais encore un produit d’Hommes, issu d’une tradition familiale, élaboré selon des « recettes » transmises de génération en génération. Boire un vin sous-entend donc boire un produit d’héritage chargé d’une histoire familiale, en un mot boire du lien, de l’expérience et de l’« accumulation familiale ». En valorisant ainsi une production familiale, le vigneron met en avant une expérience transmise par le passé. Il est donc rentable d’afficher sa naissance, de pouvoir témoigner d’un passé et d’une fidélité aux savoir-faire transmis dans la famille, à l’esprit du fondateur, même si les techniques utilisées n’ont plus guère à voir avec le savoir initial. L’important aujourd’hui est d’évoquer des recettes tradition­nelles, familiales, issues des « ancêtres ». Le vigneron met ainsi en valeur ses compétences et ses aptitudes ancrées dans l’histoire familiale, il valorise le statut professionnel de sa lignée, s’instaure une réputation et peut ainsi inspirer de la confiance pour son produit qui devient un réel patrimoine. L’authenticité porte donc sur la lignée, sur l’auteur lui-même, sur ses qualités en tant que membre d’une lignée. Plus qu’un simple fabriquant, le vigneron se présente et est donc situé comme un héritier. Ce statut d’héritier confère à son produit une authenticité. Les vignerons instrumentalisent ainsi le temps familial en valorisant leur propre histoire mais ils agissent de la même façon avec le temps communautaire en mettant en avant l’histoire collective.

L’histoire collective

9Les vignerons font en effet la promotion de leur production en utilisant plusieurs éléments issus de l’histoire collective et du patrimoine local : les personnages illustres constituent ainsi une caution culturelle pour le monde vigneron. Un viti-viniculteur reproduit par exemple sur ses documents publicitaires et ses étiquettes un portrait d’Henri IV, souligne l’amour du roi pour les vins d’Arbois et conclut par : « Vins du Jura, vins de rois »… Louis Pasteur, l’enfant du pays4, est mis en scène par de nombreux vignerons pour authentifier leurs produits : ils utilisent son image sur les étiquettes et lors des fêtes vinicoles, placent son buste dans les vitrines, se groupent pour produire la cuvée Pasteur. Les références aux personnages illustres participent donc à l’authentifi­cation du vin. Les vignerons utilisent également d’autres symboles donnant une impression de profondeur historique : il ne s’agit plus d’histoire locale mais de références générales à l’époque médiévale.

10Certains emploient ainsi une calligraphie de style gothique, sur un fond imitant le parchemin retourné, pour leurs étiquettes ou leurs panneaux publicitaires qui prennent alors l’aspect d’enseignes médiévales, accentuant l’impression de passé, de tradition et de pérennité.

11La profondeur historique est parfois accentuée par la représentation du blason arboisien, ou, phénomène plus récent5, de blasons individuels réutilisés voire inventés. On conforte donc les visiteurs dans leurs stéréotypes vis-à-vis du vin : un produit noble et traditionnel. Les panneaux fixés sur les murs des maisons renforcent cette idée de tradition et de poids historique : parchemin, lettres gothiques, blasons présentent l’exploitation, le propriétaire et son vin. Les fêtes vigneronnes donnent à voir la même valorisation médiévale : au sein du « Grand conseil de la Commanderie des nobles vins du Jura et du Gruyère de Comté »6,  « grands maîtres », « grands chanceliers », « grands chambellans » et « chevaliers » portent de longues robes rouges et or, un chapeau à quatre pointes et une médaille en forme de blason à l’insigne de la Commanderie.

12Pendant ces fêtes, on observe également des pratiques rituelles renvoyant à cette époque : processions, intro­nisations, adoubements et distributions de « patentes » à l’aspect de parche­mins comportant un texte enluminé et un seau en cire rouge traversé par un ruban. La tradition et l’Histoire deviennent des supports publicitaires : la longévité est signe de qualité car le produit est issu d’un savoir historiquement reconnu et éprouvé. Le vigneron reven­dique un suivi et une continuité dans la qualité du vin.

13D’autres éléments, matériels, témoignent également de la profondeur historique du produit : les techniques anciennes. Celles-ci sont le reflet d’anciennes pratiques au sein de la communauté vigneronne. Elles donnent donc à voir un produit chargé d’histoire et issu de l’histoire.

Les techniques anciennes

14L’outillage manuel utilisé autrefois est mis en scène dans l’espace fréquenté par les clients potentiels et lors des fêtes vigneronnes. On observe en effet le plus souvent des outils de viticulture (outils de labour à bras, charrues, défonceuses, serpettes, sécateurs, plantoir à pied…) présentés à l’extérieur de la maison pour les plus encombrants, dans les vitrines, dans l’espace d’accueil de la clientèle ou dans les linéaires des hypermarchés lors d’opérations commerciales ciblées sur les vins. On rencontre également parfois de vieux appareils de vinification, tels que des pompes à vin, des entonnoirs, mais surtout des tonneaux et des pressoirs à vis verticale. Ces divers instruments sont généralement soigneusement nettoyés et parfois repeints. Les caisses en bois sont également un outil de promotion important. Autrefois plus robustes, elles étaient réservées aux expéditions des bouteilles (elles sont maintenant remplacées par les cartons). Les vignerons les font marquer à leur nom et parfois à leur blason, d’autres les personnalisent différemment : un vigneron d’Arbois a utilisé par exemple des caisses en bois à l’effigie de Pasteur. On retrouve également ces caisses dans les rayons des supermarchés et surtout lors des foires aux vins. En janvier 2004, l’hypermarché Carrefour de Thise (périphérie de Besançon) proposait également à ses clients des planchettes de bois marquées à chaud, à l’effigie de châteaux viticoles, pour la décoration de leur intérieur. On trouve également ces caisses en bois chez les cavistes qui recouvrent parfois entièrement les murs intérieurs de leur commerce de plaques de bois prélevées sur des caisses.

15Les vignerons valorisent les techniques anciennes non seulement en exposant du matériel mais également en y faisant allusion dans leurs dépliants publicitaires. Ils mettent en avant les techniques de récolte « traditionnelles » utilisées dans l’exploita­tion : un viticulteur précise par exemple sur ses tarifs que «  les vendanges naturellement manuelles font l’objet d’un tri très sévère. Après des vinifications respectueuses des traditions arboisiennes, les vins sont élevés en fûts de chêne afin d’atteindre la meilleure expression du terroir jurassien ». Un autre imprime une photo­graphie de sa mère vendangeant au sécateur et précise «  exploi­tation familiale de 6 hectares, vendanges manuelles ». Ces référen­ces aux vendanges manuelles (et plus largement aux techni­ques engageant l’homme plutôt que la machine) permettent aux vignerons de se démarquer des vendanges mécaniques, de se situer ainsi dans le cadre d’une tradition du fait-main, à l’ancienne, héritée au sein de la famille et de se positionner vis-à-vis d’une clientèle.

16Les techniques anciennes sont également valorisées dans les prospectus publicitaires des hypermarchés : caisses en bois, seilles, roues de charrettes, paniers à vendange remplis de raisins, tonneaux et caves sont mis en avant. On observe parfois des scènes de vendanges manuelles. Ici aussi les techniques exposées relèvent du domaine de l’imaginaire ou ne sont plus utilisées aujourd’hui. En effet, rares sont les prospectus montrant des bouilles7 en plastique telles qu’on les utilise aujourd’hui. On montre généralement des hottes en boissellerie et même un porteur vidant sa hotte en osier dans la trémie en bois d’un fouloir8. Le fait-main, à l’ancienne, a donc ici aussi une place de choix et sert à la promotion du vin.

17La technique devient ainsi le vecteur d’une image. Elle constitue la trace matérielle du passé vigneron. Les outils symbolisent en même temps un savoir-faire, une transmission pouvant donner au produit une image d’immuabilité, d’« authen­ticité ». Ils constituent la trace d’un passé directement lié au produit vendu, la technique évoquant directement la marchandise en même temps que ceux qui l’ont produite. Les hommes ayant disparu, la technique constitue la seule trace matérielle d’une production passée, elle est donc utilisée ici à des fins d’élaboration symbolique.

18Outre les éléments temporels, les vignerons et les hyper­marchés utilisent d’autres éléments symboliques touchant au terri­toire pour contextualiser leurs vins. Nous prendrons ici deux exem­ples : l’Appellation d’Origine Contrôlée et la notion de terroir.

L’Appellation d’origine contrôlée mise en scène

19La loi du 6 juillet 1966 précise que « constitue une Appellation d’origine la dénomination d’un pays, d’une région ou d’une localité servant à désigner le produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractères sont dus au milieu géographique comprenant des facteurs naturels et des facteurs humains ». L’AOC permet ainsi la dénomination géographique d’un territoire qui devient par ce biais le reflet d’une culture viti-vinicole.

20Cette dénomination permet ensuite de désigner un vin qui est originaire de ce territoire et dont les qualités dépendent directement du milieu géographique à travers ses facteurs naturels et humains, sous-entendant qu’il est impossible de reproduire le même produit dans un espace différent. En effet, dans la mesure où l’AOC cerne un territoire en attribuant à ce dernier des règles de travail strictes, les produits qui en sont issus sont le reflet de ces mêmes règles, de ces mêmes normes. Cette même AOC permet donc de certifier et d’authentifier le territoire et les produits qui en sont issus. Cette phase de dénomination est en fait ce qu’on pourrait appeler une phase d’agrégation d’un produit à un territoire officialisant le lien entre le terroir, le vin et le savoir-faire du vigneron. Par le biais de l’AOC, le produit exprime donc un territoire.

21Dans le Jura, l’appellation est également instrumentalisée et mise en scène à différentes occasions. Les AOC sont revendiquées par la communauté dans son ensemble et font l’objet de manifestations et de productions culturelles. Ainsi, en 1986 la ville d’Arbois et les vignerons ont fêté le cinquantenaire de l’appellation. Une plaque en marbre a été fixée sur la façade de l’hôtel de ville. On peut y lire : « 15 mai 1936 Arbois première Appellation d’Origine Contrôlée de France 1986 Fêtes du cinquantenaire ». L’AOC et l’aire d’appellation « Arbois » qu’elle a délimitée deviennent alors un vecteur d’identité, un marqueur identitaire dépassant la simple communauté professionnelle. Sa commémoration devient un fait marquant de l’histoire locale. Elle permet d’identifier officiellement un espace, de l’authentifier mais en même temps de l’officialiser socialement. L’AOC permet en somme de produire et d’exprimer une culture professionnelle liée au territoire. Lors des fêtes du vin, on commémore également parfois les AOC. En 1995 par exemple, lors de la fête du ploussard à Pupillin, un historien a fait un discours retraçant l’histoire de l’appellation (en 1970, le nom de Pupillin a été accolé à celui d’Arbois dans la dénomination de l’AOC) et on pouvait voir sur une banderole pendue à travers la rue : « Pupillin… le fleuron de l’Arbois. Dans l’appellation Arbois depuis 1936, Pupillin reçoit ses lettres de noblesse le 12 juin 1970. Arbois Pupillin 25ème anniversaire ».

22Les vignerons font également référence à l’AOC dans leurs documents publicitaires. La fruitière vinicole de Pupillin par exemple positionne l’AOC et l’Institut National des Appellations d’Origine comme garants de l’authenticité du vin. Elle précise en effet que : «  Tous les raisins étant récoltés sur l’aire d’appellation contrôlée, vous êtes garantis de l’authenticité de nos produits ».

23Dans ses prospectus publicitaires, la chaîne de distribution Intermarché met également en avant les AOC et les associe à des labels. En février 2003 par exemple, on pouvait lire :

« Tous à table sans souci avec Intermarché.  Il n’a jamais été aussi simple de se nourrir… ni aussi compliqué qu’aujourd’hui ! […] Un magasin qui maîtrise ses prix aussi bien qu’il connaît l’origine. Dans votre Intermarché, vous savez d’où vient ce que vous achetez. Labels, fraîcheur et qualité. Autre atout pour vous dans cet interfrais, il réunit de nombreux produits “ labellisés ”. Label Rouge, AOC, Agriculture biologique et autres labels, etc. Comme vous le savez, cela veut dire qu’ils répondent à un cahier des charges particulièrement strict »9.

24Ces publicités lient ainsi clairement peur alimentaire et AOC, la chaîne de distribution instrumentalisant les appellations.

25L’appellation d’origine contrôlée est également souvent perçue comme le premier label de qualité officiel étant apparu pour un produit de consommation, comme un label de garantie. Elle véhicule une image qui participe à la réussite du vin, au même titre que sa qualité gustative.

26En vérité, l’appellation d’origine contrôlée ne correspond qu’à un aspect du label. Contrairement à celui-ci, l’appellation ne garantit pas la qualité d’un vin qui peut être passé avec succès devant la commission d’agrément, mais être mauvais ensuite, si le vigneron ne réussit pas sa mise en bouteilles par exemple. Mais, comme un label, l’appellation garantit et atteste l’authenticité du produit car elle certifie que le vin est issu de pratiques viti-vinicoles définies, de rendements limités et d’un terroir circonscrit. Elle intègre donc un système de certification dont le but est d’authentifier la production vinicole, de rassurer le consommateur quant à son origine (à l’aide de l’homologation, de la réglementation, des contrôles effectués…) et de distinguer le produit ainsi classé. Cette authentification est une source de confiance, elle apporte de la sécurité et permet de mettre en valeur une région. Cette certification est donnée par les contrôles scientifiques effectués mais également grâce à l’intervention de spécialistes de l’INAO, des syndicats vinicoles ou du comité interprofessionnel des vins du Jura. Ces instances donnent une notoriété officielle, authentifient le produit et crédibilisent l’appellation et donc le vin. Pour M.L. Benhamou10, le succès des AOC correspond à un sentiment de déracinement des consom­mateurs : face aux chocs du futur et à la déstabilisation des comportements, les vins AOC, faits de tradition et d’histoire, ont permis notamment de répondre aux besoins de communication et d’échange exprimés par un consommateur « déraciné ». Ces vins ont été, en quelque sorte, un produit refuge pour se sortir de la précipi­tation du standard et du monotone.

27L’appellation donne une image d’exception, d’anti-standardisation, mais donne également l’image d’un produit humain, tranchant avec les produits issus de l’industrie. Le vin porte donc en lui son propre instrument de communication, ses propres avantages et arguments commerciaux.

28Vignerons et hypermarchés valorisent ainsi non seulement une origine contrôlée, mais également, dans une même logique, le terroir et le territoire d’où sont issus les vins qu’ils vendent.

Les références au terroir chez les vignerons et les hypermarchés

29Les références au terroir sont parfois directes et figurent dans les documents publicitaires. Certains indiquent que leurs produits sont « garantis purs et authentiques du terroir, tous d’appellation d’origine », d’autres ont pour slogan : « la mémoire du terroir ». Le terroir est non seulement cité mais il est encore exposé : tel vigneron présente des échantillons de terre prélevés dans ses vignes au centre de son local de dégustation dans une petite vitrine horizontale, tel autre les expose dans la devanture de son magasin, dans de longues colonnes en verre reconstituant ainsi une sorte de carotte géologique. Les vignerons mettent ainsi en scène matériellement le terroir dont leurs vins sont issus. Les caractéristiques locales du terrain et l’identité qu’elles fournissent aux vins de l’appellation sont ainsi soulignées et constituent un argument de vente utilisé par les vignerons pour faire acheter et boire leur production. Cet argument identitaire n’est pas le seul fait des producteurs.

30En effet, la grande distribution de la région de Besançon par exemple fait régulièrement référence au territoire et au terroir et passe par l’intermédiaire de symboles identitaires. Elle organise en effet chaque année des opérations commerciales pendant lesquelles elle fait la promotion des produits régionaux dont les vins du Jura. Leur nom évoque le terroir et la région Franche-Comté : « Saveurs et couleurs de notre Franche-Comté », « Franche-Comté nous sommes avec toi », « Des saveurs bien de chez nous », « La Franche-Comté quel délice, produits du terroir », « Terres de traditions » ou encore « Franche-Comté Terre des saveurs ». Ici c’est le territoire qui contextualise le vin.

31Pendant ces opérations régionales, les vins sont en effet mis en scène dans un cadre identitaire régional, avec d’autres produits locaux. Les affiches pendues au-dessus de l’allée centrale du magasin représentent le blason franc-comtois ou reprennent les « photographies identitaires » figurant sur les prospectus publicitaires distribués dans les boites aux lettres. Le musée de plein air des maisons comtoises, le musée du costume comtois ou le musée de la fromagerie participent parfois directement au mécanisme promotionnel quand ils tiennent un stand au milieu des linéaires. Leur présence authentifie et valide non seulement une production locale, un terroir, mais encore un mode de présentation, une mise en scène (auxquels ils participent) et un mode de distribution.

32Les prospectus publicitaires distribués par les hypermarchés de Besançon sont élaborés dans la même logique et font passer un message similaire. Les produits alimentaires qui forgent l’identité locale (saucisse de Morteau, vins du Jura, cancoillotte, Mont d’Or…) sont en effet mis en scène à l’aide d’un ensemble d’images faisant appel à l’identité franc-comtoise : photographies de paysages et de villages de montagne à l’architecture « typique », patrimoine architectural régional, ferme comtoise sous la neige, cadran d’horloge comtoise ou clocher comtois, prises de vue intérieures des « musées de la vie traditionnelle » locaux… Tout en faisant appel à la tradition et au terroir, certains jouent parfois sur une certaine nostalgie de la clientèle en inscrivant sur les dépliants :

« L’hiver s’endort doucement, et lentement se réveillent les subtils parfums des terroirs. C’est le moment de se laisser aller à la flânerie, d’emprunter les chemins de la gourmandise, de s’installer délicieusement autour de la table et retrouver les saveurs au goût de l’enfance. Nous avons sélectionné pour vous ces produits des traditions comtoises, dont les recettes se murmurent au creux de l’oreille. »

33Les vins du Jura sont ainsi contextualisés dans un cadre régional incluant un ensemble de produits locaux, « de terroir », dans lesquels se reconnaissent les consommateurs francs-comtois. Le territoire est ainsi un symbole utilisé pour faire acheter et boire les produits qui en sont issus par un consommateur dont le sentiment d’appartenance devient un enjeu capital dans les stratégies commerciales.

34Les acteurs de la vente utilisent donc le temps et l’espace pour construire symboliquement le produit et pour le présenter “ bon à boire ” aux consommateurs. Cette contextualisation des vins peut être interprétée de deux façons non exclusives. Les mises en scène permettent tout d’abord de créer un univers rassurant en faisant appel à un temps idéalisé pour des consommateurs confrontés aux problèmes d’insécurité alimentaire et à un monde anonyme, uniforme, à l’avenir incertain. Elles flattent donc leur nostalgie et répondent à leur besoin d’un retour aux sources sécurisant. Mais l’utilisation massive de références à un temps et à un territoire particuliers est également la conséquence du contexte de globalisa­tion des marchés, qui, de par les dangers d’uniformisation qu’il est censé engendrer, a un effet inverse : il ravive les réflexes identitaires chez les producteurs, comme chez les distributeurs et les consom­mateurs. Néanmoins, on peut se demander si l’émergence récente des vins de cépage du Nouveau Monde11 sur le marché européen ne va pas faire apparaître en France de nouvelles stratégies commerciales qui ne font plus appel au temps et à l’espace mais avant tout au cépage.

35Le vignoble français apparaît en effet déstabilisé par la baisse des ventes de vin sur le marché intérieur et à l’exportation, mais surtout par le poids des AOC qui les empêche de produire des vins de cépage à l’image des vins du Nouveau Monde12. Les manifesta­tions de vignerons en février dernier en sont la preuve, ces derniers réclamant notamment la création d’un label « vin de cépage de France » pour doper les exportations. Un nouveau processus de valorisation et de contextualisation du vin est donc en cours. De nouveaux « symboles à boire » verront sans doute le jour et seront, nous n’en doutons pas, d’autres « symboles à penser » d’un grand intérêt.

Haut de page

Bibliographie

Bérard, L., et Marchenay, P., Lieux, temps et preuves : la construction sociale des produits de terroir, Terrain, n°24, mars 1995, pp. 153-164.

________________________,  Le vivant, le culturel et le marchand. Les produits de terroir, in : Vives campagnes, n°194, Paris, Ed. Autrement, 2000, pp. 191-216 (Collection Mutations).

Chaudat, P., De la cuve au palais. Le système d’approvisionnement des vins d’Arbois (Jura), Thèse de doctorat (loi de 1984), Université Paris V-René Descartes, 1997.

_________ In imago veritas, Ethnologie Française, 2001/4, octobre-décembre 2001, pp. 717-723.

_________ Pas d’avenir pour un vin sans passé, mises en scène « traditionnelles » et « authentiques » des vins du Jura, Pour, n°175, septembre 2002 : L’alimentation en question, pp. 124-129.

_________ Le bois, élément du processus d’authentification des vins : les vins d’Arbois (Jura), in : Forêt et vigne, bois et vin, XVIe-XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2002, pp. 319-329.

_________ Territoire culturel et culture du territoire in : Qualifications culturelles et inscriptions territoriales, Paris, Editions du CNDP, 2004.

_________ Les mondes du vin, ethnologie des vignerons d’Arbois, Paris, L’Harmattan, 2004, (Collection Connaissance des hommes).

Durand, G., La vigne et le vin, in : Les lieux de mémoire, III, les France, 2, Traditions, Paris, Gallimard, 1992, pp. 784-821.

Fischler, C., L’homnivore, Paris, Odile Jacob, 1990.

Hobsbawm, E., et Ranger, T., The invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

Lenclud, G., La tradition n’est plus ce qu’elle était, Terrain, n°9, octobre 1987, Paris, pp. 110-123.

__________, Qu’est-ce que la tradition ? in : Transcrire les mythologies, Paris Albin Michel, 1994, pp. 25-44.

Royer, C., Les vignerons, usages et mentalités des pays de vignobles, Paris, Berger-Levrault, 1980.

Warnier, J.-P., (Sous la dir. de), Le paradoxe de la marchandise authentique, Paris, L’Harmattan, 1994.

____________, (Sous la dir. de), Authentifier la marchandise, Paris, L’Harmattan, 1996.

Haut de page

Notes

1 P. Bourdieu, La distinction, Paris, Editions de Minuit, 1979.
2 Cette image de produit issu d’un passé idéalisé ne plaît pas à tous les vignerons, qui voient parfois là un frein à la vente des vins du Jura.
3 Groupement Agricole d’Exploitation en Commun.
4 Louis Pasteur est natif de Dole (Jura). Il a ensuite vécu son enfance et son adolescence à Arbois et y passait ses vacances. C’est avec ses amis vignerons qu’il y mena ses expériences scientifiques concernant les fermentations.
5 Datant des années 1980-1990.
6 La Commanderie des nobles vins du Jura et du Gruyère de Comté est née en 1966.
7 Hottes utilisées pour le transport de la vendange.
8 Appareil permettant de rompre la pellicule des grains de raisin pour en libérer le jus, pour extraire le sucre et les pigments et favoriser le contact avec les levures.
9 Suivent ensuite trois logos encadrés : Label Rouge, Agriculture biologique et AOC.
10 M.-L. Benhamou, Viticulture et crise économique, in : La vigne et le vin, Lyon, La Manufacture, 1988, p. 242.
11 Pays appliquant les méthodes de production nord-américaines (Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Chili, Argentine…)
12 La réglementation des AOC leur interdit certaines pratiques utilisées dans les vignobles du Nouveau Monde.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chaudat, « Symboles à boire », Socio-anthropologie [En ligne], 15 | 2004, mis en ligne le 15 juillet 2006, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/404 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.404

Haut de page

Auteur

Philippe Chaudat

UMR - Technique et Cultures / CNRS - Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org