Navigation – Plan du site

La suburb, l’enclosure et l’ État

Logiques sécuritaires et dynamiques politiques dans les quartiers aisés de Johannesburg
Claire Bénit

Texte intégral

1Le débat sur l’insécurité a pris une ampleur considérable ces dernières années, à l’échelle nationale comme à l’échelle locale. À Johannesburg, un rapport de la Banque mondiale1 fait de l’insécurité la cause première de l’attractivité médiocre de la capitale économique sud-africaine à l’égard des investissements étrangers. La municipalité de Johannesburg a classé la lutte contre l’insécurité comme la première priorité de sa stratégie2. Enfin, la prolifération des enclosures3 dans les espaces résidentiels aisés de la métropole conduit la municipalité à ouvrir un débat très politisé sur ce qu’elle désigne comme « un nouvel apartheid urbain ».

2La question de l’insécurité, et plus particulièrement des enclosures dans les quartiers suburbains anciennement classés blancs dans l’urbanisme d’apartheid, est un révélateur des dynamiques sociales et politiques à l’œuvre dans cet espace spécifique de « banlieue »4 de classes aisées et moyennes. Il faut souligner que, si elles restent en majorité peuplées par des Blancs, elles constituent également des lieux de déségrégation raciale non négligeables face à la montée d’une classe moyenne noire avide d’accéder au rêve suburbain, manifestation de sa réussite sociale5.

3La montée de l’insécurité, propre à tous les pays en transition, et dont les forces de police sont en recomposition6, ainsi que l’encouragement public à la participation des résidants à la production de la sécurité7, ont en effet conduit nombre de quartiers résidentiels suburbains à se constituer en « communauté » pour organiser collectivement la surveillance des espaces communs : comités de surveillance, patrouilles de compagnies privées, contrôle des accès aux quartiers parfois fermés de barrières et dont la mise en place nécessite une forme minimale d’organisation collective. En outre, la politisation du débat sur l’insécurité et la remise en cause des enclosures par une municipalité de plus en plus embarrassée par ces formes de privatisation, gênantes idéologiquement comme pratiquement, conduit ces « communautés » à adopter un positionnement politique de confrontation à la municipalité, créateur de nouvelles dynamiques sociales. Enfin, ces préoccupations sécuritaires sont au fondement de nouveaux comportements urbains - on n’ose parler de nouvelle urbanité tant ils reposent sur la peur de l’Autre, de la rencontre et de l’imprévu, qui peuvent paraître au fondement de ce qui fait la ville8.

L’enclosure, ferment d’unité ou de division des « communautés » suburbaines ?

4La participation des résidants à la co-production de la sécurité, encouragée par les préceptes mondialisés de la gouvernance9 comme par les politiques post-apartheid sud-africaines visant à réconcilier la population avec une police jusqu’alors essentiellement politique, conduit à la formation de groupes d’interconnaissance et d’action collective à l’échelle du quartier, qui se définissent comme des communautés, dans les quartiers pauvres mais aussi dans les quartiers aisés. La notion de « communauté », souvent parée des vertus de la participation démocratique et du bénévolat, est en effet trop souvent opposée à celle des associations de propriétaires ou de contribuables, qui seraient par essence des collections conservatrices d’intérêts individuels, sans dynamique propre10.

5En Afrique du Sud, d’ailleurs, l’expérience de communautés conservatrices - et à fondement raciste - s’est exprimée sous le terme de laager, qui désigne originellement la communauté des Afrikaners repliés contre l’ennemi noir lors du Grand Trek. Les dynamiques sociales à l’œuvre dans les suburbs résidentielles aisées de Johannesburg sont ainsi largement disqualifiées par les discours politiques, notamment municipaux, qui considèrent ces liens sociaux comme inexistants, ou bien dénoncent la résurgence du modèle du laager, par opposition à celui des civics, associations de résidants formées sous l’apartheid pour lutter contre le régime, auxquelles on attribue la vie sociale vibrante et valorisée du township11.

6Or, la construction de liens sociaux, dans ces suburbs aisées mais parfois racialement déségrégées, est bien réelle, même si son moteur est avant tout sécuritaire. Le point de départ à la mobilisation est souvent une série d’événements criminels qui pousse les résidants à organiser leur voisinage pour mettre en place des formes de surveillance collectives, et - peut-être surtout - se rassurer par une interconnaissance jusqu’alors peu développée.

« C’est la première fois que je vis dans un quartier résidentiel où je connais mes voisins. Ce sont des voisins très sympas. Ici je joue un rôle de premier plan dans le quartier [juriste, elle participe à la bataille pour légaliser l’enclosure]. Je connais tout le monde, je ne suis pas aussi isolée qu’à Westdene [où elle vivait auparavant] : là-bas je ne connaissais personne. » (Rosemary, B.12, Observatory).

« Il y a quelques retraités dans les rues du quartier : [l’enclosure] leur a donné de quoi s’occuper, rencontrer les gens, discuter, boire un pot. Quand on a nommé un vrai trésorier, ils étaient assez tristes : la formalisation du groupe les a privés de leur fonction. » (Sisa, N., Observatory).

7Cette création de liens sociaux dans les suburbs ne va évidemment pas sans exclusion : contre un extérieur jugé menaçant, mais aussi contre les résidants qui n’adhèrent pas à la logique du groupe et refusent l’enclosure, pour des raisons idéologiques ou financières.

« Vilma a fait toute la rue. Sur 52 maisons, 5 étaient contre la clôture : 2 parce qu’ils ne pouvaient pas payer, 3 parce qu’ils jugeaient que ça affecte la liberté de mouvement. […] Quand on a commencé à clôturer Judith Street, la police municipale est arrivée : quelqu’un l’avait avertie par téléphone ! C’est un type qui n’était pas d’accord, tout ça parce que les barrières, ça lui faisait perdre dix minutes quand il traverse le quartier en voiture. » (Gill, B., Observatory).

8Beaucoup de résidants cessent d’ailleurs progressivement de payer leur part, ce qui augmente d’autant celle des voisins. Car, contrairement au système des communautés fermées, où les charges de co-propriétés imposent le paiement des services de sécurité, la contribution aux frais de fonctionnement de l’enclosure est volontaire : la mobilisation permanente pour collecter les fonds qui permettront de payer les gardes, jointe à la bataille politique menée contre la municipalité, sont sans doute les moteurs de la construction communautaire au sein des enclosures.

 « Très peu de foyers contribuent à payer les gardes : sur 50 maisons, seulement 18 payent. C’est un grand problème. Dans ma section, j’ai de la chance, j’ai des voisins raisonnables. Dans notre partie de la rue, on paye 7000 rands13 : on est 8 à 10 ménages. La contribution moyenne est de 700 rands, 500 pour beaucoup : moi et mes voisins immédiats, on complète, on est les plus riches. […] De l’autre côté de la rue, ce n’est pas un comité de rue, c’est une organisation informelle. Il y a un docteur, comme il s’est fait agresser, il a rassemblé de l’argent avec ses voisins, sans consulter les autres, pour avoir son propre garde devant chez lui. Ça fait 5 ménages qui payent, mais lui est vraiment très riche. Ils payent 9000 rands par mois en tout. Il est un peu infantile : il voulait un garde devant sa maison tout le temps, il l’a fait, c’est tout. » (Rosemary, B., Observatory).

9La fermeture engendre enfin des conflits à l’échelle supra-locale. Si les effets de déplacement de la violence sont peu connus et difficiles à évaluer14, la gêne en termes de circulation automobile est quotidienne et suscite la contre-mobilisation des quartiers voisins. C’est le cas à Sandhurst, un des quartiers les plus riches de Johannesburg, qui s’est constitué en une immense enclosure incluant plus de 500 logements. Les résidants, associés au sein de la puissante Fondation pour le Patrimoine de Sandhurst, ont gagné un procès contre la municipalité qui prétendait les empêcher d’ériger leur clôture alors même qu’elle n’avait pas encore établi de réglementation. La clôture est donc tolérée et reste en place tant que la municipalité n’a pas statué sur les quelques 300 demandes de légalisation d’enclosures déposées en juillet 2003. En attendant, l’enclosure pose d’importants problèmes de circulation automobile, notamment aux résidants du quartier voisin de Hyde Park. Ils ont ainsi envoyé 241 objections individuelles à la municipalité pour s’opposer à la légalisation de cette enclosure15 ; ils ont plusieurs fois tenté de démolir la clôture (et la Fondation a appelé, en rétorsion, à boycotter le centre commercial du quartier)16. Enfin, ils se préparent à intenter un procès contre la Fondation, au cas où la municipalité n’aurait pas le courage politique d’interdire l’enclosure. Les modalités de l’action collective sont ici significatives : à l’appel à la municipalité, arbitre et garant des droits fondamentaux, peut succéder en cas de défaillance publique une action plus directe des groupes de résidants, éventuellement en marge de la légalité. Cet exemple montre à quel point les dynamiques sociales et spatiales à l’œuvre dans les suburbs sont politiques, et interagissent avec l’attitude des pouvoirs publics.

Des quartiers fermés en réseau : la résurgence d’une force d’opposition politique à Johannesburg ?

10La mise en place de réponses collectives face à l’insécurité dans les suburbs aisées et majoritairement blanches de Johannesburg est également un vecteur de plus en plus puissant d’opposition politique à la municipalité de Johannesburg, dominée depuis 1995 par l’African National Congress (ANC). Les résidants suburbains ont en effet été privés de leur espace d’expression politique antérieur par une série de réformes du pouvoir local, après des décennies de domination sur les espaces majoritaires « non blancs » de la ville. À une première réforme post-apartheid en 1995, qui démantelait systématiquement les anciennes municipalités suburbaines blanches au profit de municipalités multiraciales (en jumelant sous une même juridiction chaque suburb blanche avec un township non blanc), a succédé une deuxième réforme, supprimant l’échelle municipale au profit d’un pouvoir métropolitain intégré (voir carte en fin d’article). Si le principal parti d’opposition à l’ANC, la Democratic Alliance (DA), conserve des élus locaux à l’échelle des circonscriptions électorales, il n’a plus de juridiction municipale où il peut espérer ne pas être noyé dans la masse des élus de l’ANC.

11La mise en place de structures participatives dans la production de la sécurité est alors utilisée comme un vecteur d’opposition et de critique de la Ville de Johannesburg et de la police. C’est d’abord le cas au sein des forum communautaires de sécurité (Community Policing Forum, CPF), mis en place à l’échelle locale par chaque poste de police17 pour favoriser la participation des résidants à la résolution des problèmes locaux d’insécurité. Le dialogue entre les services de police et les résidants tourne vite au conflit politique et parfois racial, quand les conflits ne sont pas instrumentalisés pour critiquer les insuffisances de l’action policière et gouvernementale :

« La loi originelle donnait plus de pouvoir aux CPF, à qui la police devait rendre des comptes. Le CPF pouvait ordonner à la police de faire telle ou telle chose. Or les CPF les plus dynamiques, c’était les Blancs des quartiers aisés : ils se confrontaient à une police noire peu éduquée. En 2000, il y a eu un amendement à la loi sur la police : les CPF ne peuvent plus dire à la police ce qu’elle doit faire, ils peuvent juste faire monter la pression » (Victor Penning, B., élu local DA).

« Un élu local a commencé à critiquer la police publiquement, sur la base de ce qu’il avait appris à une réunion du CPF. Nous, on attend que les gens de notre CPF traitent des problèmes avec nous, et non qu’ils sortent faire des déclarations dans les journaux » (Johan Meyer, B., Police Nationale à Johannesburg, conseiller juridique).

12La critique de l’incapacité municipale à assurer l’ordre public prend une forme moins médiatique, mais non moins puissante, dans la privatisation croissante de la gestion des espaces publics. Le système des Community Improvement Districts (CIDs) permet ainsi à un groupe de propriétaires immobiliers de circonscrire un périmètre au sein duquel sera levée une taxe locale spécifique, qui permettra d’embaucher des services privés de sécurité et de nettoyage :

« Le concept derrière l’établissement des Improvement Districts, c’est vraiment l’idée que la municipalité passe la main et autorise les habitants à prendre eux-mêmes les choses en main pour améliorer certaines zones dans la ville. […] L’avantage du modèle des CID, surtout en Afrique du Sud, c’est que contrairement aux impôts locaux et aux redevances, les fonds payés au CID ne peuvent être dépensés que dans le périmètre du CID. » (site officiel du Central Johannesburg Partnership18).

13Le refus explicite des péréquations s’oppose directement au projet d’intégration métropolitaine mis en place à Johannesburg depuis 1995, qui visait à abolir la fragmentation institutionnelle, fiscale, à base raciale, prévalant sous l’apartheid. On peut y voir une tentative, encore balbutiante à Johannesburg19, de sécession fiscale et de retour au système antérieur de gouvernement séparé.

14Enfin, ces fragments de villes, où le contrôle et la gestion des espaces publics sont délégués de manière croissante au secteur privé, se fédèrent et s’organisent en réseaux, notamment sous l’effet de la bataille juridique et politique menée contre la municipalité de Johannesburg. L’association Sandton Precinct, à but non lucratif, avait à sa création en 1995 un objectif essentiellement technique et gestionnaire : mettre en place les enclosures (elle en a établi une centaine dans le quart nord-est de l’agglomération, l’ancienne municipalité de Sandton), et les administrer pour dispenser les résidants des soucis mensuels de gestion. Elle gère ainsi une trentaine d’enclosures, englobant plus de 2500 résidants qui versent une contribution individuelle mensuelle. Le combat autour de la légalité des enclosures a changé la nature de l’association, en la politisant : elle s’est proposée comme consultant pour établir les dossiers de demande de légalisation à la municipalité, comme la loi l’exige20, et a commencé à lever des fonds auprès de ses membres afin d’intenter un procès à la municipalité en cas de refus de légalisation des enclosures. Le président de cette association se dit ainsi « prêt à entrer en guerre ouverte avec la municipalité de Johannesburg, en cas d’opposition »21.

15Plusieurs réseaux de quartiers fermés se constituent ainsi, formant une « ville en archipel »22 capables de mobiliser des fonds comme des forces politiques pour une confrontation annoncée avec la municipalité. Faut-il y voir la résurgence d’une force d’opposition, privée d’expression politique directe au sein d’un conseil métropolitain intégré, ou une remise en cause plus profonde de la légitimité et de la capacité des pouvoirs publics à édicter les normes et les règlements métropolitains, contestés par un groupe social structuré et puissant23 ? Il ne semble pas que les résidants suburbains aient encore renoncé à voir les pouvoirs publics jouer leur rôle d’arbitre et de garant de la loi, même si la politique menée est sujette à des attaques violentes :

« Je trouve suspect le fait que ces clôtures [autour de Sandhurst] soient « apparues » juste au moment du Sommet mondial de Johannesburg, en août dernier : quelle coïncidence ! Ces clôtures avaient-elles la bénédiction des plus hautes autorités, qui ont fait comme si de rien n’était ? Nous sommons la municipalité d’agir, de manière visible. Nous vous payons pour gérer la ville : faites votre travail ! » (lettre d’un lecteur à Sandton Chronicle, 22.11.2002).

La question sécuritaire dans les espaces suburbains : une urbanité de la peur de l’Autre ?

16À une autre échelle d’analyse, ces dynamiques suburbaines interrogent sur les pratiques citadines dans une ville où la question sécuritaire est omniprésente dans les discours comme dans les paysages. Quels sont les effets sur le sentiment d’insécurité de l’habitude d’une protection visible permanente (par des gardes, des patrouilles ou des caméras de sécurité) dans des espaces résidentiels et commerciaux très circonscrits ? La sortie de ces espaces surprotégés est parfois vécue comme une aventure risquée, qui peut engendrer un malaise profond :

« À Urania [un quartier enclos voisin], ils n’ont pas de gardes dans les rues. Je ne me sens pas tranquille quand je vais là-bas. Il y a des tas de gens qui vont et viennent... Personne pour nous aider en cas de… Seulement un type à la porte. Eux, ils ne payent que 300 rands par mois, mais ils n’ont qu’un seul garde à la porte. Notre option est plus chère, mais ça va [c’est plus de 500 rands par foyer pour trois gardes permanents]. Je me sens mieux ici » (Gill, B., Observatory).

17Si ce cas est extrême - Gill reste traumatisée d’une agression ancienne - on peut retrouver les échos de cette réaction chez les résidants de la communauté fermée de Kyalami, au nord de Johannesburg. Les gérants du quartier, qui s’assimilent eux-mêmes à de véritables maires24 tant le quartier est grand (environ 3.000 ménages et 5.000 visiteurs par jour), dénoncent la réticence des résidants à régler eux-mêmes leurs conflits de voisinage, et leur tendance croissante à leur en déléguer la gestion : ils sont ainsi interpellés pour régler des conflits mineurs de voisinage (le chien du voisin aboie trop fort), voire des problèmes d’ordre personnel (une rupture amoureuse se passe mal)… La fréquence de ces recours se lit dans la récurrence, dans la gazette locale, des leçons de bonne conduite données par les membres du bureau aux résidants infantilisés.

« Bon voisinage et vie harmonieuse en collectivité sont deux thèmes traités de manière approfondie dans notre Manuel de Participation Communautaire. Néanmoins, nous ne devrions pas avoir besoin d’un manuel… Demandez-vous si vous connaissez vos voisins. Apparemment, en cette ère moderne de l’internet et du téléphone portable, c’en est fini du bon vieux temps où l’on invitait son voisin à prendre une tasse de thé. On préfère se plaindre à un tiers pour résoudre un problème, plutôt que d’aller frapper chez son voisin en disant : « Bonjour, j’habite à côté, est-ce qu’on pourrait parler ? ». Je suggère que chacun d’entre nous aille faire connaissance avec ses voisins, et que ce soit seulement en des circonstances exceptionnelles, lorsque le conflit paraît insoluble, que l’on aille demander l’assistance de l’Association de Copropriété ou du Bureau de gestion » (le président du syndic, Kyalami Times, juin 2004).

18Ce refus de la confrontation à l’autre, - fut-il son voisin, son semblable, son frère, comme le promet la vie en communauté fermée - est peut-être le signe d’une nouvelle urbanité, où la rencontre peut déraper en conflit, le conflit en violence ; où l’habitude d’être constamment surveillé et protégé par une caméra ou par un tiers peut sembler dispenser des efforts d’accommodement de l’imprévu et du conflit. Point n’est besoin d’ailleurs d’habiter une communauté fermée pour que se manifeste ce mode de relation à l’autre et à la ville, fondé sur la peur de la rencontre et le fantasme du contrôle.

19L’encouragement à l’expérimentation et à l’inventivité dans la mise en place de réponses locales à l’insécurité, accompagné par les pouvoirs publics depuis 1995, a en effet permis à des entrepreneurs de sécurité, souvent dotés d’une personnalité hors norme et d’un important charisme, de s’imposer et de mettre en place des systèmes locaux de sécurité pour le moins inattendus. C’est notamment le cas dans le quartier d’Atholl, à proximité de Sandton et de l’ancien township d’Alexandra qui fait figure de repoussoir. Les résidants ont refusé l’enclosure, par fidélité au principe de liberté de mouvement ; mais ils ont engagé un homme, Hendrick, l’ancien salarié d’une compagnie de sécurité privée, qui avait été affecté au quartier d’Atholl et qui s’est mis à son compte, dérobant ainsi la clientèle locale de la compagnie. Hendrick est chargé de la sécurité du quartier, moyennant une contribution volontaire de 400 rands par ménage et par mois : il a établi un fichier complet des 400 maisons du quartier, réactualisé en permanence pour repérer ceux qui ne contribuent pas (une centaine de ménages). Doté de ce budget, et parfois en coopération avec la police, Hendrick a redonné au quartier « sa vraie figure » : expulsion des squatters et expropriation des propriétaires absentéistes (avec l’aide de la police et de la municipalité), réparation des trottoirs et des barrières, entretien des pelouses, des arbres et des fossés, autant d’éléments qui donnent aux résidants l’impression que leur environnement est à nouveau « tenu ». Il a également mis en place un garde à l’entrée de chaque rue menant au quartier : ses sept employés sont chargés de chasser les « éléments indésirables » : les ramasseurs d’ordures, les mendiants, les vendeurs des rues, les demandeurs d’emploi, qui « sont souvent des voleurs déguisés ». Il ambitionne de centraliser et de contrôler toutes les relations avec l’extérieur :

« Il y a des employés qui entrent dans le quartier, on ne sait pas qui ils sont, et puis on entend qu’il y a eu un vol. Ma règle, c’est “reste avec les gens que tu connais”. Même avec les domestiques qui ont 25-30 ans de service, il y a eu des vols. Tu leur fait confiance, après 25 ans de service, et puis un jour, crac ! tes bijoux ont disparu.

Nous on fera la vérification pour toi. Avec les nouvelles lois sur le travail, si tu licencies ton domestique, il te poursuivra [aux prud’hommes] pour licenciement abusif. Nous on va créer une compagnie pour l’embaucher à ta place. Tous les mois, on fera passer les domestiques au détecteur de mensonges. C’est la compagnie qui s’occupera de tout, des salaires, des licenciements, des tests. En fait, c’est un mec qui travaille dans une compagnie de détecteurs de mensonges qui m’a abordé, il a du temps, il veut lancer sa compagnie.

[…] Un autre projet que j’ai, c’est de remplacer tous les gardes par des caméras. Il en faudrait 150 environ, une toutes les trois maisons. Parce que l’agent de sécurité, au bout d’un moment, il devient complaisant. En plus, il travaille 12 heures par jour, 24 jours par mois, pour environ R1200. J’aime pas ça : ce n’est pas bien de travailler autant pour un salaire si faible : soit ils prennent un autre boulot, ou bien ils font du vilain. Les caméras, ça permet juste de se débarrasser de ce type qui réfléchit à sa famille et à son salaire. » (Hendrick, B., Atholl Security Project).

20Indépendamment de la légalité et de la faisabilité financière, douteuses, du projet, et de l’accord des résidants encore à conquérir, le projet d’Hendrick est révélateur des fantasmes de contrôle total qui traversent une société marquée par un profond sentiment d’insécurité, amplifié par la caisse de résonance médiatique et politique. La sécurité ici n’est plus qu’un élément parmi d’autres : toute relation avec l’extérieur, et notamment avec les résidants noirs du township voisin d’Alexandra, est un risque qu’il faut mutualiser en la confiant à un gestionnaire spécialisé ou à un appareillage technique mythifié. Les relations de travail personnalisées, ces petits services à la personne devenus le gisement d’emploi principal pour les travailleurs non qualifiés des townships, sont également objets de paranoïa. Mais l’argument sécuritaire est aussi un masque pour contourner une législation du travail qui tente progressivement de protéger les plus faibles25. Aussi particulière soit l’initiative d’Hendrick, elle ne s’éloigne finalement pas tant que cela du projet sécuritaire des communautés fermées, qui surveillent, avec plus ou moins d’efficacité mais beaucoup d’énergie, les allées et venues des personnes extérieures au quartier.

Conclusion

21Le débat politique et les normes d’action publique ont joué un rôle considérable dans la constitution et la mobilisation de « communautés » de résidants dans les quartiers suburbains aisés de Johannesburg, pourtant réputés pour leur individualisme. L’émergence de réseaux de quartiers enclos, obéissant certes à des enjeux économiques importants, s’explique en effet surtout par l’importance du débat politique contemporain sur les enclosures, dont la légitimité est en cours d’évaluation par les services municipaux.

22Après une période transitoire où toutes sortes d’initiatives locales en matière de sécurité ont été encouragées (faute aussi d’un pouvoir policier fonctionnel et crédible au lendemain de l’apartheid), on assiste désormais à une tentative de reprise en main de la gestion de la sécurité par les pouvoirs publics, dont l’exigence publique de légalisation des enclosures existantes constitue l’une des facettes. Mais cette reprise en main est brutale, tant est forte la politisation du débat, qui oppose souvent une municipalité « noire » traitée d’incompétente à des résidants « blancs » accusés de racisme26.

23La question de l’insécurité ne se réduit pourtant pas à cette opposition caricaturale, et une telle racialisation du débat prend le risque de conduire à la délégitimation des pouvoirs publics auprès des résidants les plus aisés, qui peuvent trouver refuge dans des espaces privés de plus en plus variés, la communauté fermée en étant l’exemple le plus médiatique. Pour l’heure, l’appel aux pouvoirs publics reste de mise dans une société à la forte culture administrative et bureaucratique ; mais dans ces espaces suburbains johannesbourgeois se jouent en partie le rôle et la légitimité futurs de l’État post-apartheid.

Haut de page

Notes

1 World Bank, Large manufacturing firms: Final report. Unpublished report prepared for the City of Johannesburg on Local Economic Development, 2001.
2 City of Johannesburg, Good governance, development and delivery: a world class african city, 2003. Executive Mayor’s mid-term report : December 2000-June 2003.
3 L’enclosure désigne un quartier qui s’est entouré de barrières, souvent gardée par une compagnie de sécurité privée, pour contrôler l’accès à ses rues.
4 On conservera dans le texte le terme anglo-saxon de « suburb », préféré à « banlieue » dans une ville marquée par un très fort étalement urbain, des espaces dominés par l’automobile, la maison individuelle et le centre commercial, du moins dans ses périphéries aisées.
5 B. Schmutz, Du township à la suburb ? L’ascension résidentielle africaine à Johannesburg, mémoire de maîtrise en géographie, Université de Paris X-Nanterre, 2004.
6 F. X. Fauvelle, X. Renou, « L’islam contre le crime ? Les ambiguïtés du « vigilantisme » islamiste en Afrique du Sud », Afrique contemporaine, n°192, 1999.
7 T. Vircoulon, « La sécurité sans l’État ? Sécurité privée et communautarisme sécuritaire en Afrique du Sud », Les Cahiers de la sécurité intérieure, 23, 2003.
8 Cette réflexion doit beaucoup aux discussions au sein de l’Atelier des Citadinités, animé par E. Dorier-Apprill et P. Gervais-Lambony, ACI TTT/IUF. Elle s’appuie sur un travail de terrain réalisé en 2003 et 2004, au sein du programme « Privatisation de la sécurité dans les villes d’Afrique subsaharienne : recompositions spatiales et nouvelles formes de gouvernance », de l’Institut Français d’Afrique du Sud. Le travail de terrain a consisté en entretiens réalisés avec les acteurs municipaux (municipalité de Johannesburg, police municipale, élus de quartier), les services de police, les associations de résidants, et en une observation participante au sein de plusieurs quartiers, notamment suburbains, à Johannesburg.
9 Qui fait du partenariat entre les pouvoirs publics et les différents groupes d’intérêts de la société civile la clef du bon gouvernement. Sur la mise en place de tels partenariats en matière de sécurité, voir J. Donzelot, A. Wyvekens, « Community policing et restauration du lien social : politiques locales de sécurité aux États-Unis et en France », Les Cahiers de la sécurité intérieure, 50, 2000.
10 B. Naudé, Can Public Road Closures Reduce Crime Effectively ?, Institute for Criminological Sciences, UNISA, 2004.
11 C. Bénit, « Nous avons dû prendre la loi entre nos mains : pouvoirs publics, politiques sécuritaires et mythes de la communauté à Johannesburg », Raisons politiques, 15, 2004.
12 L’apartheid classait la population selon des catégories raciales et ethniques. Cette construction raciale a gardé une certaine pertinence dans les fonctionnements sociaux – surtout dans ces affaires d’enclosures qui évoquent nécessairement la ségrégation d’apartheid : aussi mentionnerons-nous le plus souvent ces appartenances (B. pour blanc, N. pour noir).
13 Un rand équivaut environ à 0,13 euros.
14 A. Mabin et al., « Research on Security Access restriction policy for the City of Johannesburg : draft report », in City of Johannesburg, Security Access Restriction Policy, 2003.
15 Entretien avec H. Van Tonder, Johannesburg Roads Agency, le 20.08.2004.
16 Sunday Times, 23.02.2003.
17 Comme l’exige une loi nationale, le South African Police Service Act, n°68, 1995.
18 http://www.cjp.co.za. Le Central Johannesburg Partnership gère plusieurs CIDs pour le compte des propriétaires immobiliers à Johannesburg.
19 Elle est beaucoup plus avancée au Cap, où les CIDs sont mis en place également dans des zones résidentielles (alors qu’ils se limitent, à Johannesburg, aux centres d’affaires, espaces commerciaux et industriels). Voir C. Bénit, S. Didier, M. Morange, « Towards the privatisation of security ? Emerging forms of governance and urban fragmentation in Cape Town and Johannesburg», communication à la conférence internationale Territory, control and enclosure, Pretoria, CSIR, 29 février-2 mars 2005.
20 City of Johannesburg, Security Access Restriction Policy, 2003.
21 City Vision, 25.07.2003. Ces enjeux sécuritaires et politiques ne doivent pas faire oublier les enjeux économiques considérables du marché de la sécurité. Ainsi, ce fondateur de Sandton Precinct a été embauché en 2003 par une des grandes compagnies privées de sécurité à Johannesburg. Il est chargé de mettre en place des systèmes de sécurités localisés. Nul doute qu’en l’embauchant, la compagnie achète aussi l’accès à son carnet d’adresses.
22 S. Jaglin, « La gestion urbaine en archipels en Afrique australe », Annales de la Recherche Urbaine, n°80-81, 1998.
23 C’est la piste ouverte par E. Peyroux, dans sa communication « Citizen versus State in South Africa : the production of contested norms of security » au colloque IRD, État, ONG et production des normes sécuritaires dans les pays du Sud, Paris, 9-10 décembre 2004.
24 Entretien avec P. Keep, Kyalami Estates Manager, mené avec E. Peyroux le 04.09.2003.
25 C. Bénit, M. Morange, « Les domestiques, la ville et l’accès à l’emploi au Cap et à Johannesburg : logiques de proximité et logiques de réseau », Revue Tiers Monde, XLV (179), 2004.
26 T. Vircoulon, « Quand la délinquance s’invite en politique : la politisation de la question criminelle dans la nouvelle Afrique du Sud », Raisons politiques, 17, à paraître, 2005.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Bénit, « La suburb, l’enclosure et l’ État », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 21 novembre 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/426

Haut de page

Auteur

Claire Bénit

Géographe, Université d’Aix-Marseille I

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org