Navigation – Plan du site

De l’urbanité post-apartheid à Windhoek (Namibie)

Entre permanence et changement, une mutation par l’hybride
Christophe Sohn

Résumé

La fin de l’apartheid en Afrique australe pose la question du rééquilibrage des espaces urbains profondément structurés selon les principes de l’idéologie du développement séparé. Bien que de taille modeste, Windhoek présente une grande lisibilité de la structure urbaine contemporaine, lisibilité qui confère à cette ville un statut de « laboratoire social ». On y observe la résistance de l’ordre ancien par le maintien du cadre réglementaire et la reproduction des schémas hérités. L’invention de nouvelles manières d’habiter la ville vient contester l’ordre établi au cœur de la fabrique urbaine

Haut de page

Texte intégral

1Dans les villes d’Afrique australe, la fin de l’apartheid pose la question du rééquilibrage des espaces urbains profondément structurés selon les principes de l’idéologie du développement séparé.

2Pour appréhender les changements sociaux et spatiaux à l’œuvre, cet article1 a recours au concept d’urbanité. Telle que définie par J. Lévy, « l’urbanité procède du couplage de la densité et de la diversité des objets de société dans l’espace »2. Dans cette définition, les objets de société se rapportent à des constructions sociales, tant matérielles (parcelles, habitations…) qu’immatérielles (zonage, normes de construction…). L’approche par l’espace de « ce qui fait qu’une ville est une ville » implique toutefois de saisir les relations qui se nouent entre la matérialité de l’urbain et sa substance sociale3. D’où un intérêt pour les pratiques et les représentations qui donnent forme et sens aux configurations spatiales.

3La question de l’évolution de l’urbanité au sein des villes façonnées par l’apartheid se pose avec d’autant plus d’acuité que les Blancs au pouvoir n’ont eu de cesse de promouvoir des agencements spatiaux destinés à minimiser les interactions sociales, c’est-à-dire une urbanité diffuse refusant toute idée de mixité ou de rencontre. La ville était conçue comme un lieu d’exploitation et de domination des populations africaines. Bien que de taille modeste, Windhoek, capitale de la Namibie (250 000 habitants en 2000) présente un réel intérêt dans l’optique d’une réflexion sur les mutations urbaines post-apartheid. Sa structure tripartite (des quartiers blancs flanqués de deux townships, un pour les Noirs, un autre pour les Métis) correspond presque de manière caricaturale au modèle urbain élaboré par les théoriciens de l’apartheid. D’où la grande lisibilité de la structure urbaine contemporaine, lisibilité qui confère à cette ville un statut de « laboratoire social ».

4Compte tenu des changements politiques intervenus avec l’accession à l’indépendance du pays en 1990 et de l’ouverture au monde d’une société divisée et fortement inégalitaire, sur quels modes se recompose l’urbanité au sein de la capitale namibienne ? Assiste-t-on à la promotion d’une ville plus compacte et plus mixte, sorte de contre-modèle de la ville d’apartheid ou, au contraire, observe-t-on une reproduction des schémas hérités à travers la poursuite de l’étalement urbain et une polarisation sociale croissante ? Ni l’un ni l’autre, ou plutôt un peu des deux à la fois, voilà ce que tendent à suggérer les dynamiques d’hybridation à l’œuvre entre la reproduction de schémas hérités et l’affirmation de nouvelles pratiques résidentielles.

La promotion d’un modèle urbain pétri de pesanteurs

5Avec l’avènement d’un État namibien indépendant, un nouveau projet de société sous-tendu par des principes inédits et des valeurs en rupture avec le passé a vu le jour. Bien que la question urbaine n’ait pas fait l’objet d’une politique spécifique4, les orientations prises en faveur de l’habitat sont apparues novatrices. Parmi les mesures emblématiques, on citera la promotion de la propriété privée comme vecteur d’élargissement du droit à la ville et la nécessaire baisse des normes d’urbanisme afin de permettre au plus grand nombre d’acquérir un logement. Mais derrière le volontarisme politique affiché dans les discours, force est de constater que les mesures concrètes en faveur d’un changement sont restées limitées. Ainsi, les principales lois foncières et d’urbanisme issues de la période coloniale ont été maintenues, à l’exception des mesures raciales discriminatoires, et avec elles, les principes, les normes et procédures qui sous-tendent la fabrication institutionnelle de la ville. Cette permanence du cadre réglementaire prend tout son sens en regard du compromis politique scellé à l’indépendance et qui a permis une transition pacifique : dans la Namibie indépendante, les choix politiques se doivent de respecter les intérêts économiques des Blancs et ne pas remettre en cause leurs acquis. Face à cette marge de manœuvre étroite, les autorités ont fait le choix d’une stratégie de réduction des inégalités par la croissance économique. Or, le renforcement de la compétitivité économique de la ville se traduit par le maintien de standards de développement élevés susceptibles d’attirer les investisseurs étrangers.

6Compte tenu de ce compromis politique qui réduit les marges de manœuvre, quelles ont été les mesures prises vis-à-vis de l’ordre urbain hérité ainsi que les représentations de ce que souhaitent les responsables politiques et les planificateurs ? En s’intéressant aux normes, aux doctrines voire aux théories qui sous-tendent l’action des autorités et des techniciens, il s’agit de déceler quelle est la nature du modèle urbain qu’ils tentent de promouvoir.

En l’absence d’un rééquilibrage d’envergure, la résistance de l’ordre ancien

7Si un certain nombre d’initiatives ont été entreprises par les nouvelles autorités de manière à réduire les inégalités socio-spatiales, elles n’ont toutefois pas provoqué un bouleversement d’envergure de l’ordre hérité. Ainsi, l’aliénation du parc de logements publics dans les anciens townships noirs et métis a certes donné l’opportunité aux résidants défavorisés d’accéder à la propriété dans des conditions financières très favorables. Cela dit, en choisissant de promouvoir l’accession à la propriété à destination du plus grand nombre, le gouvernement a laissé aux forces du marché le soin de réguler les dynamiques résidentielles et s’est du même coup privé d’un puissant levier d’action en vue du remodelage en profondeur des structures socio-spatiales héritées.

8Dans un autre registre, les actions visant à rééquilibrer le niveau des équipements urbains dans les townships défavorisés ont été limitées à des opérations ponctuelles (aménagement d’un parc) ou à portée essentiellement symbolique (bitumage de rues secondaires). Quant à la création d’un pôle d’activités économiques dans l’ancien township noir, il s’agissait d’inciter les entreprises privées à y investir de manière à stimuler le développement économique et à réduire les inégalités sociales dans la ville. Si des capitaux ont bien investi le township, les retombées économiques pour les résidants s’avèrent faibles dans la mesure où l’ouverture de grands magasins a, non seulement généré peu d’embauches, mais en plus exerce une concurrence souvent fatale à l’encontre des petits marchands de rue5.

9Compte tenu de ces interventions aux portées modestes, la structuration sociale de l’espace urbain perdure dans ses grandes lignes. Aux anciens clivages ethnico-raciaux se superposent les disparités sociales liées à l’inégale distribution des richesses. Les différences dans les valeurs des biens immobiliers et dans les revenus, de part et d’autre, de la ligne de fracture imposée par l’apartheid sont telles qu’une majorité des populations résidant dans les anciens townships ségrégués sont, de facto, captives au sein de leur espace résidentiel d’origine. À ces effets de la ségrégation sociale se rajoutent les représentations figées quant au marquage ethnico-racial des espaces. L’attachement au lieu que manifestent les différentes communautés traduit une territorialité fortement ancrée ; de nombreuses frontières sociales, raciales et culturelles traversent la ville et influencent les pratiques résidentielles6. Parmi les évolutions contemporaines qui tendent à nuancer l’homologie entre la ségrégation de « race » et la ségrégation de « classe », on distingue les nouvelles couches moyennes noires majoritairement constituées d’employés de la fonction publique fraîchement recrutés et qui ont les moyens de quitter leur ancien township d’appartenance. Bien que d’ampleur plus réduite, il y a également la trajectoire résidentielle de la nouvelle élite noire (bourgeoisie d’État ou hommes d’affaires) qui a largement élu domicile dans les beaux quartiers de la capitale.

Le maintien du cadre réglementaire ou la reproduction des schémas hérités

10Parallèlement à la résistance de l’ordre urbain façonné par les politiques d’apartheid, on observe une tendance à la reproduction d’un mode de penser la ville hérité du passé. Si la reconduction du cadre foncier et urbanistique y est pour beaucoup, il faut préciser que les nouveaux responsables de la planification urbaine le considèrent comme un dispositif performant7. Il y a bien réappropriation par les pouvoirs d’un modèle hérité.

11En premier lieu, c’est la question des normes de promotion foncière qui retient l’attention compte tenu de ses implications politiques et sociales. Du temps de l’apartheid, la taille des parcelles constituait une des normes à travers lesquelles le pouvoir cherchait à imposer sa vision d’une société hiérarchisée et inégalitaire dans l’espace des villes : les Blancs bénéficiaient généralement de parcelles de 10 ares (parfois beaucoup plus), les Noirs devaient se contenter de 300 m2 et les Métis se retrouvaient comme souvent entre les deux. En a découlé une forte valorisation des faibles densités résidentielles et une tendance à la reproduction d’un urbanisme rivé sur les normes et obnubilé par leur respect. Le problème est que cette manière de promouvoir le sol urbain s’avère désormais inadaptée face aux exigences d’un marché résidentiel qui s’est libéralisé, et surtout face aux énormes besoins et à la demande non solvable des populations les plus pauvres qui ne cessent de migrer des anciens homelands déshérités vers les villes, capitale en tête.

12Les pesanteurs dans les modes de penser la ville se perçoivent également au niveau de la localisation des nouveaux quartiers. Si les lotissements destinés aux couches moyennes et aisées ont été aménagés à proximité des anciens quartiers blancs et à distance respectable du centre-ville, les sites de parcelles assainies réservés aux squatters ont été cantonnés dans la lointaine périphérie de l’ancien township noir. Cette localisation en marge de la ville des ménages les plus défavorisés tend à renforcer les déséquilibres socio-spatiaux. En lieu et place d’une tripartition raciale de l’espace se dessine un nouveau clivage séparant la ville dite « formelle » des quartiers d’habitats précaires.

13En dernier lieu, cette vision compartimentée de l’espace urbain est également reproduite à l’échelle des quartiers, dans la mesure où une ségrégation résidentielle est induite par les autorités en charge de la production du sol urbain sur la base du statut socio-économique des résidants. Ainsi, à chaque catégorie de revenu (couches défavorisées, moyennes et aisées) correspond une norme de densité résidentielle (forte, moyenne et faible). Comme la taille des parcelles a une incidence sur le prix de vente, elle conditionne le statut socio-économique de l’acheteur. Dans les quartiers d’habitats précaires, après des années d’incompréhension et l’échec d’une approche normative et autoritaire, la municipalité a fini par prendre en compte la grande pauvreté des résidants8. Influencée par les recettes gestionnaires des organisations internationales, elle a modulé son offre foncière en fonction de la capacité à payer des populations défavorisées organisées en communautés. Cette différenciation des normes d’équipement s’est faite à partir d’un tri des bénéficiaires sur la base de leur revenu et leur regroupement au sein de quartiers socialement homogènes. En quête d’une rationalité financière visant le recouvrement des coûts de promotion, l’autorité locale a donc étroitement couplé « archipellisation gestionnaire » et ségrégation sociale 9.

14En définitive, l’adhésion des autorités à un mode de penser la ville qui donne la part belle à une vision technicienne articulant étroitement le social et le spatial correspond à des idéaux et des valeurs qui ont percolé dans l’ensemble de la société namibienne. L’effet de moule qu’a exercé l’espace sur la société explique qu’une grande partie de la population souhaite l’application d’un urbanisme normé et élitiste et la préservation de l’homogénéité sociale au sein des quartiers. Même parmi les ménages historiquement défavorisés, le modèle du township de l’apartheid avec ses fameuses maisons standardisées (les matchbox) alimente encore les attentes et les idéaux.

15Outres ces valeurs en héritage, le rejet des fortes densités et le refus de la mixité sociale participent pleinement d’un souci de préservation du cadre de vie et de la valeur vénale des propriétés. L’idée d’une ville dense et mixte reste étrangère à une majorité de la population namibienne largement éprise de grands espaces et dont le désir de ville demeure en définitive très relatif.

De nouvelles dynamiques spatiales qui viennent contester l’ordre établi

16Il serait toutefois abusif de penser que tous les citadins partagent en intégralité cette vision d’une urbanité faible valorisant l’étalement et l’homogénéité. La diversité des intérêts en présence dans une société urbaine en voie de complexification laisse entrevoir des pratiques résidentielles qui divergent sensiblement d’avec l’urbanité promue par les acteurs institutionnels. Afin de mettre en évidence quelques-unes des modalités de sa mutation, nous allons nous intéresser à deux pratiques spatiales spontanées qui contribuent à la remise en cause des schémas établis. Il s’agit du développement du logement locatif d’arrière-cours et de l’essor des débits de boissons « informels »10 appelés shebeens.

17À l’origine, ces deux pratiques sont apparues dans le township noir, la première en réponse à la pénurie de logement orchestrée par le régime d’apartheid en vue de limiter l’installation en ville des Noirs, la deuxième en réaction au monopole de la vente d’alcool exercée par les Blancs et à l’absence de lieux de sociabilité. Si du temps de l’apartheid, ces activités étaient considérées comme illégales et ont été combattues avec fermeté, les nouvelles autorités ont adopté une position plus laxiste dans le dessein de ménager des populations historiquement défavorisées. Parce qu’elles se sont étendues en dehors de leur espace d’origine et qu’elles sont porteuses d’un contre-modèle en termes d’agencement de l’espace et d’urbanité, ces formes urbaines apparaissent révélatrices des mutations en cours.

Une contestation des normes au cœur de la fabrique urbaine

18Présents en nombre dans l’ancien township noir, ces constructions annexes et shebeens se retrouvent également dans d’autres quartiers de la ville. Au niveau du logement locatif, le type d’habitat peut varier de la structure précaire située dans l’arrière-cour (backyard shack) à un petit appartement en dur qu’en apparence rien ne distingue des habitations principales dans les quartiers aisés. La nature du logement est fortement conditionnée par les moyens financiers dont dispose le propriétaire et le marquage social du quartier. Plus ce dernier est aisé, moins les pouvoirs publics - mais également les résidants propriétaires - acceptent la présence de structures précaires. Cela dit, qu’il soit constitué de matériaux de récupération ou érigé en brique, le logement est souvent illégal d’un point de vue de la réglementation d’urbanisme. Pour les shebeens, les formes sont également variées : de la petite échoppe érigée en bordure de parcelle à l’imposant bar avec dancing, en passant par des aménagements plus discrets intégrés aux habitations principales11.

19Dans le cadre d’une réflexion sur l’urbanité post-apartheid, les quartiers où résident les ménages appartenant aux nouvelles couches moyennes noires retiennent particulièrement l’attention. Solvabilisés à travers leur recrutement au sein de la fonction publique, et bénéficiant de prêts immobiliers bonifiés, ces citadins profitent de conditions d’accès à la ville particulièrement avantageuses. En contrepartie, les autorités comptent sur ces catégories de citadins choyés pour reproduire un modèle de ville empreint de modernité. À l’instar de nombreuses politiques d’habitat et dans le droit-fil des recommandations faites par les organisations internationales, les couches sociales intermédiaires constituent non seulement l’objet mais également la courroie de transmission des interventions publiques12. Si d’une manière générale, ils aspirent à un urbanisme moderne et rêvent de devenir propriétaires d’une maison conventionnelle, l’analyse de leurs stratégies d’insertion met en évidence de fréquents contournements des normes établies. Afin d’accroître un revenu souvent modeste et de consolider un ancrage résidentiel parfois précaire, nombre de ménages recourent à la rente locative ou à l’ouverture d’un commerce à domicile, de préférence un shebeen, activité de loin la plus lucrative. Ces stratégies peuvent s’articuler avec d’autres mesures telle que l’activation des liens de solidarités familiales en vue d’obtenir une aide financière, d’accueillir des cohabitants ou d’envoyer les enfants auprès de membres de la famille élargie. En fait, les citadins sont souvent conduits à imaginer de nouvelles stratégies afin de mener à bien leur projet d’insertion, à réaliser ce que M. Bertrand a joliment nommé un « bricolage résidentiel »13.

20À travers ces pratiques de mise en valeur des parcelles, certains résidants viennent perturber l’organisation urbaine instituée. Mais, tout en contestant les cadres spatiaux et les normes qu’ils renferment, ces ménages revendiquent également un accès aux équipements et aux services urbains qui consacrent la ville « moderne ». Derrière cette apparente contradiction, il y a la réappropriation d’un projet urbain par des citadins qui le retravaillent à leur manière.

L’invention de nouvelles manières d’habiter la ville

21Produit par des citadins propriétaires en quête d’une rente urbaine, le logement locatif d’arrière-cour répond à une demande et des besoins non satisfaits par le marché et les offres en logement à bas coût émanant des autorités publiques. Si le backyard squatting qui prolifère dans les anciens townships est la conséquence de la pénurie de logements bon marché, M. Morange14 rappelle qu’il ne doit pas uniquement être vu comme « le parc de toutes les captivités résidentielles et de tous les exclus de l’intégration urbaine ».

22Bien que précaire, il s’agit d’une alternative face aux trames assainies et aux quartiers formels promus en périphérie. Un des principaux avantages de cette offre résidentielle est sa centralité, principalement dans les anciens townships où fleurissent tous types d’activités économiques et où équipements et services urbains sont aisément accessibles. L’autre avantage de ce mode de résidence réside dans sa grande flexibilité. Même si le principe de la propriété privée s’avère populaire, l’accession à la propriété ne constitue pas un objectif prioritaire pour tous les citadins en quête d’un logement en ville.

23Dans les quartiers d’habitats précaires, une majorité de résidants préfèreraient louer une parcelle à la municipalité. Pour ces néo-citadins dont l’insertion urbaine ne sera peut-être que temporaire, le logement locatif d’arrière-cour représente une solution intéressante car modulable au gré des circonstances. Cela d’autant plus que les relations entre propriétaires-bailleurs et locataires ne sont pas strictement de l’ordre de la transaction économique ; la consommation en commun des services urbains (eau, électricité) et le partage de l’espace de vie créent des relations d’une autre nature, entre la location marchande et l’hébergement15. En définitive, tout se passe comme si le choix pour le logement d’arrière-cours relevait d’un arbitrage : la centralité du lieu de résidence et la flexibilité de la tenure priment sur le confort et la sécurité qu’offre l’accès à une parcelle individuelle dans un quartier relégué au milieu du « bush » à cause d’un étalement urbain excessif.

24Pour le logement locatif sis dans les quartiers intermédiaires ou aisés, les attentes des locataires et les critères de choix ne recouvrent que partiellement ceux énoncés précédemment. Parmi les motivations spécifiques, il y a notamment la valorisation sociale que procure le fait de résider dans un quartier huppé, valorisation qui autorise la distinction, donc l’affirmation d’une identité en rupture avec son quartier et sa communauté d’origine. Il y a également la recherche d’un certain mode de vie : la tranquillité et la sécurité au sein des anciens quartiers blancs (que ces caractéristiques soient réelles ou fantasmées) fascinent l’imaginaire collectif et orientent les choix résidentiels de certains citadins. Bien sûr, à l’instar des backyard shacks de l’ancien township noir, les annexes de standing viennent pallier une offre insuffisante d’appartements à louer. Cela dit, contrairement aux premiers, ce n’est pas tant l’accessibilité aux services et aux activités qui prime, que le prestige et la centralité affective des lieux.

25En fin de compte, le logement locatif sous ces différentes formes permet à certains citadins d’échapper au déterminisme de la planification urbaine post-apartheid. De nouvelles manières d’habiter la ville sont inventées. Elles viennent contrebalancer un modèle officiel fondé sur la figure positive du citadin propriétaire d’une maison individuelle dans un quartier suburbain. Ces pratiques qui participent d’une citadinisation des esprits révèlent un processus d’apprentissage de la ville, non pas la ville imposée par les pouvoirs, mais celle qui est pratiquée et appropriée par ses habitants16.

Vers une complexification de l’urbanité sur le mode de l’entre-deux

26La diffusion spatiale des shebeens et des formes de logement locatif participe d’un processus de complexification sociale et fonctionnelle des espaces urbanisés qui dépasse les cadres impartis par les autorités. Encore faut-il en dégager les implications en termes d’urbanité, et ce à différentes échelles, afin d’en saisir le sens et la portée.

27Il convient également de s’interroger sur les nécessaires arbitrages politiques et gestionnaires qu’induisent ces mutations, autrement dit sur les modalités de définition d’un projet urbain encore bien incertain.

Une évolution contrastée de l’urbanité au sein des espaces résidentiels

28La multiplication des activités à domicile a engendré une mixité des fonctions à l’échelle d’une parcelle, autrement dit l’idée de diversité, de mélange et, d’un certain point de vue, de désordre, toutes choses honnies durant l’apartheid. Avec l’essor de ces activités professionnelles au sein de townships résidentiels, pensés et aménagés comme des espaces uniformes, c’est la notion même de division fonctionnelle de la ville qui est contredite. Bien sûr, dans ce mouvement de diversification fonctionnelle des espaces, les débits de boissons « informels » ne sont finalement qu’un aspect d’un processus plus vaste qui, nourri par la mondialisation, concerne finalement toutes les activités économiques au sein de la ville. L’exemple des shebeens met néanmoins l’accent sur un point particulier des évolutions en cours, c’est-à-dire la remise en cause de l’idée de ville duale, avec d’un côté ses espaces « formels » reflets de la modernité des desseins officiels et de l’autre, des espaces relégués dans « l’informel » et le précaire. C’est bien grâce à des activités « informelles » que certains résidants des quartiers formels peuvent y demeurer ou renforcer leur ancrage résidentiel. Enfin, le phénomène des shebeens correspond également à l’essor de lieux de sociabilité dans une ville qui n’a jusqu’à présent jamais été pensée comme un lieu de coprésence et de rencontre. Cette forme d’espace semi-public de proximité susceptible de catalyser de nouvelles sociabilités à l’échelle du voisinage, voire du quartier, vient compenser l’image d’une ville polarisée autour de ses centres commerciaux et autres malls, même s’il est clair que les vertus socialisantes des shebeens demeurent contestables, sinon limitées.

29La construction de logements locatifs, en annexe d’une habitation principale, induit quant à elle une densification du tissu bâti. Ce phénomène n’a évidemment pas que des répercutions matérielles, mais aussi sociales. À travers les manières d’habiter alternatives qui viennent s’y greffer apparaît également une tendance à la diversification sociale, dans la mesure où propriétaires-bailleurs et locataires occupent parfois des positions sociales fort différentes. Dans une ville où, rappelons-le, la ségrégation sociale est érigée en mode de vie, il est pour le moins intéressant d’observer des tendances contraires, même timides. Rappelons toutefois à la suite d’Yves Grafmeyer17 que cette proximité sociale des résidants n’a pas de lien mécanique avec l’ampleur des relations sociales qui s’instaurent.

30Enfin, la focalisation de l’analyse sur ces phénomènes particuliers ne doit pas occulter le fait que les tendances qu’ils soulignent sont d’ampleur variable en fonction des différents secteurs considérés. Ainsi, dans les quartiers naguère réservés aux Blancs, une majorité de citadins s’avère résolument hostile à la densification du tissu résidentiel. Quant aux shebeens, ils demeurent rares et restent très largement non désirés. L’urbanité telle qu’elle se présente à l’échelle de la ville apparaît donc contrastée. Ce contraste est le reflet des attentes antagoniques qui émanent d’une société en voie de diversification. Il est également la conséquence du maintien d’un cadre institutionnel qui n’a jusqu’à présent que très peu évolué depuis la fin de l’apartheid, ceci en vertu du compromis fondateur de l’État namibien.

Vers une timide prise en compte des changements dans les normes

31Face à l’émergence de nouvelles formes urbaines et de manières d’habiter inédites, politiques et gestionnaires n’ont cependant pas d’autres choix que de prendre en compte les changements dans l’élaboration de nouvelles règles d’urbanisme et la redéfinition de leur projet urbain. La question clé est de savoir à quel niveau les pouvoirs publics doivent placer le curseur en matière d’assouplissement des normes. Confrontés à une densification informelle des espaces résidentiels, les autorités ont entrepris d’adapter leurs normes et leurs procédures d’urbanisme de manière à encadrer un phénomène de forte ampleur. L’assouplissement du cadre foncier et urbanistique s’est inscrit dans une politique de densification sélective du tissu urbain privilégiant les zones à forte centralité. Si les autorités ont su faire preuve de pragmatisme afin de prendre en considération une situation de fait et s’accommoder de leurs propres règles, les changements consentis ne remettent toutefois pas en cause les grands principes qui sous-tendent la doctrine urbanistique héritée du passé. Dans les quartiers nouvellement promus, on assiste toujours à la reproduction d’un urbanisme gourmand en espace conforme à l’option « tout propriété » retenue par les pouvoirs, un urbanisme contraire à l’idée de ville « compacte »18. Quant à l’épineuse question des shebeens, les responsables de la gestion urbaine sont passés d’une attitude franchement hostile à une reconnaissance officielle de ces activités à qui l’on demande désormais de créer des emplois, d’augmenter les richesses et de lutter contre la pauvreté. Présentés comme une menace pour l’ordre urbain il y a encore peu, les shebeens apparaissent dorénavant comme un moyen de résoudre la crise urbaine ! La démarche de régularisation qui vise à limiter les risques et les nuisances inhérentes à ce type d’activité n’a cependant pas encore abouti, faute d’un accord des différentes parties sur les nouvelles normes à respecter. En Namibie, les mutations de l’urbanité contemporaine s’effectuent toujours dans le cadre d’une vision normée de la ville.

Conclusion

32Dans les interactions qui se tissent entre pouvoirs et citadins, la ville post-apartheid qui s’invente s’éloigne du modèle promu par le régime d’apartheid tout en conservant certaines de ses caractéristiques car elles sont à la fois réappropriées par les nouveaux pouvoirs et revendiquées par les citadins. L’hybridation entre certains des éléments en provenance du modèle urbain de l’apartheid avec de nouvelles manières de penser et de faire la ville s’opère avec des hésitations, des contradictions et des conflits.

33L’urbanité faite d’assemblages baroques en résultant est indéniablement plus complexe que celle qui est recherchée par les autorités actuelles. Les contrastes et les tendances contradictoires soulignent toutefois que derrière un tranquille dépassement de la ville d’apartheid, les incertitudes quant à la trajectoire à venir de la ville demeurent fortes.

Haut de page

Notes

1 L’essentiel des analyses développées ici sont issues de ma thèse de géographie : C. Sohn, Changement gestionnaire et recompositions urbaines post-apartheid. La question foncière à Windhoek (Namibie), Thèse de doctorat en géographie, 2003, Université Louis Pasteur, Strasbourg, 733 p.
2 Jacques Lévy, Le tournant géographique. Penser l’espace pour lire le monde, Paris, Belin, Mappemonde, 1999, 400 p.
3 P. Gervais-Lambony, « La citadinité, ou comment un mot peut en cacher d’autres… », in E. Dorier-Apprill [dir.], Vocabulaire de la ville, notions et références, Paris, Editions du temps, 2001, pp. 92-108.
4 En cela, l’expérience namibienne diffère sensiblement de celle qui est suivie par l’Afrique du Sud. Voir notamment la thèse de Claire Bénit sur Johannesburg, La fragmentation urbaine à Johannesburg. Recomposition des pouvoirs locaux, mobilités de travail et dynamiques résidentielles dans la ville post-apartheid, Thèse de doctorat, 2001, Université de Poitiers, 512 p.
5 A. Dubresson, « Une géo-économie des collectivités locales urbaines », in A. Dubresson [dir.], Pouvoirs locaux et gestion urbaine en Namibie, Rapport final du programme Campus Namibie, Géotropiques, Université Paris X, University of Namibia, 2001, pp. 137-160.
6 C. Sohn, « À la recherche des frontières dans la ville post-apartheid. Le cas de Windhoek (Namibie) », Bulletin de l’Association de Géographes Français, n° 4, 2004.
7 J.-L. Piermay, C. Sohn, « Les municipalités namibiennes : top models ou dinosaures ? », Politique africaine, n° 74, 1999, pp. 24-41.
8 E. Peyroux, Politiques d’habitat et pratiques résidentielles à Windhoek (Namibie) : recompositions sociales et spatiales des périphéries d’une ville post-apartheid, Thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 2000, 429 p.
9 S. Jaglin, « Villes disloquées ? Ségrégations et fragmentation urbaine en Afrique australe », Annales de géographie, n° 619, 2001, pp. 243-265.
10 Les guillemets expriment une certaine réserve vis-à-vis de la notion de commerce informel. Si c’est bien de la sorte que les shebeens sont qualifiés en Namibie, ils entretiennent des rapports étroits avec le secteur de l’économie dite formelle (brasseries, compagnies internationales comme Coca-Cola…) et jouissent, depuis peu, d’une reconnaissance officielle.
11 C. Sohn, « Le shebeen, révélateur de changements gestionnaires dans la ville post-apartheid. Le cas de Windhoek (Namibie) », Autrepart, n° 23, 2002, pp. 25-42.
12 A. Durand Lasserve, G. El Kadi, A.-M. Montenegro, J.-F. Tribillon, « Paraître et gérer ; la résistible ascension des classes moyennes urbaines dans les pays du Tiers Monde ». Revue Tiers Monde, t. 26, n° 101, 1985, pp. 41-53.
13 M. Bertrand, « Métropole au microscope : cohabitation et composition résidentielle dans la Région du Grand Accra (Ghana) », Autrepart, n° 25, 2003, pp. 69-85
14 M. Morange, « La persistance du logement locatif informel dans les villes d’Afrique du Sud », Autrepart, n° 25, 2003, pp. 53-68.
15 G. Massiah, J.-F. Tribillon, Villes en développement, Paris, Éditions de la Découverte, 1988, 320 p.
16 J.-L. Piermay, « L’invention de la ville en Afrique sud-saharienne », Historiens et Géographes, n° 379, 2002, pp. 59-65.
17 Y. Grafmeyer, « Regards sociologiques sur la ségrégation », in J. Brun, C. Rhein [dir.], 1994, La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, pp. 85- 117.
18 C. Bénit, M. Morange, « Propriété privée et ségrégation urbaine dans les villes sud-africaines » in Villes en parallèle, n°32-33-34, 2001, pp. 423-434.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Sohn, « De l’urbanité post-apartheid à Windhoek (Namibie) », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/431

Haut de page

Auteur

Christophe Sohn

Géographe, chercheur associé au laboratoire Géotropiques, Université de Paris X

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org