Navigation – Plan du site

Barcelone : Projets Urbains globaux et revendications territoriales

Alexandra Hache

Texte intégral

1La planification des projets urbains (PU) de Barcelone est rythmée de vastes campagnes publicitaires orchestrées par les institutions catalanes et espagnoles1, et par les résistances individuelles et collectives à ces projets urbains et aux modalités de décision, d’application les accompagnant. Il s’agit ici d’apporter un éclairage sur les enjeux des politiques urbaines menées à Barcelone à un moment où la ville s’est forgé une réputation internationale en tant que modèle de gestion des espaces publics et d’exemple à suivre dans l’activation de politiques de participation citoyenne sur les questions ayant trait à la gestion commune de ces espaces.

2Nous verrons aussi comment la ville de Barcelone est une ville « laboratoire » symptomatique des dynamiques se retrouvant dans tous les espaces urbains modernes sujets aux forces de la finance et du marché. En un certain sens, bien que Barcelone soit un espace urbain particulièrement riche sur le plan des actions collectives citoyennes qui s’expriment souvent au sein de mouvements sociaux urbains, elle est également un archétype de ville globale, pour ne pas dire de « ville générique », quant à l’impact qu’exercent sur elle la spéculation immobilière, la baisse de créativité causée par l’augmentation des revenus liés au secteur touristique, la privatisation de l’espace public et l’augmentation des tendances panoptiques à travers l’aménagement d’outils de surveillance et de contrôle. Autrement dit, la financiarisation de la culture du « commun », la généralisation du « control space », la normalisation / banalisation des quartiers traditionnellement hétéro-gènes dans leur composition sociale, culturelle et politique par l’introduction de projets de « gentrification », semblent se constituer comme les tendances primordiales dans la modélisation des espaces urbains en noyaux de l’espace transnational du capitalisme tardif.

3Au préalable, il est nécessaire d’établir une brève chronologie historique de l’importance de la « participation citoyenne » à Barcelone afin de saisir les particularités de cette ville quant à cette question. Il nous faut voir comment les relations entre les divers acteurs qui participaient au processus de négociation des PU tendent à être transformées et remises en cause par l’évolution de Barcelone vers un statut de ville internationale. Ce statut veut que Barcelone et ses politiques urbaines soient de plus en plus sujettes à des dynamiques marchandes dont l’essence se joue loin de la sphère publique et se laissent absorber par les intérêts privés.

La sortie du franquisme

4Jusqu’en 1976, avec la fin de la dictature franquiste et la mise en place de la transition démocratique aboutissant en 1979 aux premières élections démocratiques municipales, l’Espagne a connu un système centralisé pour ce qui a trait aux questions d’aménagement spatial et urbain. Jusqu’à cette date, l’aménagement de l’espace fut encadré par la loi de 1956 qui stipulait que les villes de plus de 50.000 habitants devaient préparer un plan général d’aménagement. Pourtant, faute de moyens, seulement 600 communes sur 8 000 appliqueront la loi. De ce fait, on réalisa un peu partout des opérations d’aménagement urbain sans avoir obtenu l’approbation des plans généraux. On assista donc à la prolifération d’opérations d’aménagement généralement liées à des systèmes de promotion privée qui dédaignaient le plus souvent de fournir aux zones aménagées ou réaménagées les équipements collectifs ou les infrastructures nécessaires.

5Dans le courant des années cinquante, le boom de la construction, lié aux vagues d’immigration qu’a accueillies Barcelone a eu pour résultat l’élargissement des frontières de l’aire métropolitaine et la naissance de nouveaux quartiers - notamment « Nous Barris »2 - dont la majorité des habitants était d’origine ouvrière. Cette « croissance métropolitaine périphérique », avec l’abandon partiel d’une planification urbaine pour l’ensemble de la ville, a entraîné la mise en place de plusieurs opérations d’aménagement sectoriel, plus ou moins coordonnées, qui ont transformé le territoire métropolitain en « une source de conflits divers, en particulier dans des villes comme Barcelone qui possède des structures sociales complexes, une densité de population élevée et un milieu physique hétérogène3. »

6Face à cette situation, la population a exigé des instruments de participation ou de contrôle plus complexes que ceux qu’offrait l’administration locale. Mais ces exigences et ces besoins se sont heurtés à cette administration qui n’était pas représentative des habitants, et à l’idéologie centralisatrice de l’État espagnol qui s’est employé depuis 1939 à affaiblir les structures des administrations locales.

7Comme le souligne J. Borga, « le dynamisme urbain et la multiplication des agents urbains exigent un rapport complexe institutionnalisé, souple et public entre l’administration et les intérêts particuliers. N’oublions pas que l’administration locale est traditionnellement l’instrument dont se servent les intérêts dominants pour se partager le gâteau urbain et le lieu où la représentation des autres intérêts sociaux permet d’atténuer les conflits et les inégalités4. »

8C’est ainsi que jusque dans les années soixante, les classes populaires ont supporté avec une relative passivité les coûts sociaux de la concentration urbaine (et de « l’accumulation capitaliste5») car leurs actions se sont surtout orientées vers l’obtention d’un emploi et qu’il leur restait la voie de « l’auto solution »6 pour remédier à leurs problèmes de subsistance. Cette « auto solution » se traduisait par la construction de bidonvilles, la réalisation d’occupations collectives ou la construction de locaux à usages collectifs. Malgré le caractère illégal de ces pratiques, elles étaient tolérées par une administration qui ne pouvait que les accepter faute d’être capable de pallier à ces problèmes.

Décentralisation et limites territoriales consensuelles

9En sortant du franquisme, les municipalités ont vu leur pouvoir législatif et exécutif s’élargir et ont assumé les questions relatives à l’urbanisme. Cela impliqua la mise en place d’une infrastructure capable de gérer cette nouvelle attribution de pouvoir en matière de gouvernance locale. Cette question a été traitée de manière différente dans chacune des communautés autonomes. La Catalogne, quant à elle, présentait à ce moment-là une démocratie locale fortement liée aux mouvements sociaux urbains qui avaient activement participé à la transition démocratique et l’avaient favorisée. En avril 1979 les élections municipales avaient vu les partis de gauche remporter la majorité, en grande partie grâce à l’appui des de ces mouvements. La plupart des nouveaux dirigeants politiques en étaient issus, avec une prédominance des « associations de voisins », acteurs incontournables de la transition.

10Dans ce contexte politique, l’idée de décentralisation au niveau de la ville de Barcelone fut comprise par la société civile comme une réappropriation active de la gestion de son environnement. Il s’agissait en fait d’officialiser et d’institution-naliser, à travers un corpus d’édits, traités et pactes, un état de fait. De nombreux quartiers s’occupaient déjà avec leurs habitants et le tissu associatif à remédier aux effets d’une gestion municipale qui délaissait totalement les questions liées aux infrastructures de l’espace public, comme les transports publics ou les voies d’accès, les équipements publics, sportifs, culturels, sanitaires, les zones vertes, le logement ou encore la réhabilitation et le maintien de ces espaces.

11Ainsi, la décentralisation a été vécue à ses débuts comme un système de relations et de connections entre trois échelles territoriales qui sont la municipalité (coordonnant les districts et les relations avec la Région [Generalitat de Catalunya] et l’État), les districts (gérant la communication entre la municipalité et les habitants et ayant compétence en matière de permis, licences, recensement, officialisation, subvention, etc.) et le quartier. La décentralisation entraîna un débat relatif aux délimitations terri-toriales des districts, ainsi que sur le plan consensuel des quartiers dont la Fédération d’associations de voisins de Barcelone7 était la réalisatrice. L’enjeu était que la nouvelle division administrative ne scinde pas d’unités de voisinage existantes, c’est-à-dire des dynamiques d’action collective constituées, des identités liées à des mémoires collectives, et qu’elle se pose comme un outil de comparaison entre les études réalisées sur les quartiers. La participation citoyenne s’est établie au travers des associations de voisinage de chaque quartier, chacune chargée d’analyser d’abord les zones mortes, ou « terre de personne », puis les critères socio-économiques, l’usage des équipements et services publics fait par les habitants, ainsi que leurs propres représentations au sujet du quartier et de ses limites. Les présentations dans la Rambla de Canaletes du premier brouillon, et sa négociation au cours des sessions publiques des conseils de district, a vu finalement la naissance et l’adoption du plan consensuel des quartiers et des districts en 1983.

Les outils : Le Plan Général Métropolitain et les plans partiels territorialisés

12Les premiers Projets Urbains réalisés à partir de 1976 par la municipalité de Barcelone cherchaient à travers l’élaboration d’un ensemble de Plan Spéciaux de Réhabilitation Intérieure (P.E.R.I.) et de Plans spéciaux de protection à « contrecarrer » les effets de la main invisible qui s’abattait sur un marché immobilier non protégé et à satisfaire les demandes des habitants le plus souvent organisés en associations de voisins. Les P.E.R.I. et PS localisés au sein des quartiers qui composaient chacun des 10 districts de la ville cherchaient à satisfaire les besoins immédiats des populations résidantes et à couvrir les exigences en matière de logement de la vague d’immigration originaire des régions plus pauvres d’Espagne (Andalousie, Extremadura, Galice, etc.). Les revendications tournaient principalement autour de la création d’équipements collectifs, sanitaires, culturels, ludiques, d’espaces verts et sur l’amélioration des réseaux de transports en commun.

13Une grande partie de ces P.E.R.I. fut donc réalisée en réponse aux pressions citoyennes. Il s’agissait pour ces groupes organisés autour de la revendication sociale et culturelle d’ordre territorial de revaloriser l’espace public comme espace de la communauté et de la démocratie retrouvée. Une fois la plupart des P.E.R.I. mis en place, les nouveaux objectifs se centrèrent sur la récupération des zones historiques et du bord de mer.

14La réhabilitation de Ciutat Vella, était une opération qui cherchait avant tout à régénérer le tissu urbain en le décongestionnant à travers le tracé de nouveaux axes de circulation, à créer de nouveaux espaces verts, de nouvelles places, des équipements culturels visant des populations externes au quartier, à réhabiliter les façades. Pourtant, un projet d’une telle envergure s’attacha peu à communiquer ses décisions aux habitants concernés (soit physiquement par une expropriation, expulsion, relogement, soit par une modification de l’environnement immédiat). On peut dire que la réhabilitation de Ciutat Vella se posa un peu comme un des premiers Projets urbains n’ayant pas su ou voulu intégrer les habitants au processus de négociation.

15Comme le fait remarquer C. Gotlieb, la réhabilitation de ce district historique fut principalement motivée par la nécessité de « créer un nouvelle image, un marketing, de façon à ce que les vieux centres soient associés à des pratiques sociales et culturelles contemporaines, avec l’intention de casser l’image de l’habitat ancien comme synonyme de paupérisation et dégradation urbaine8. » Pour y arriver se dessina un ensemble de processus visant une « gentrification » de Ciutat Vella. Ces processus envisageaient plusieurs transformations :

  • Aération du centre historique en y traçant quelques nouveaux axes de circulation et de trafic, application d’une philosophie issue de l’urbanisme hygiéniste ;

  • Réhabilitation des immeubles et façades, application d’une politique de subvention aux propriétaires ;

  • Construction et inauguration de nouveaux espaces et équipements comme le Musée d’art contemporain, le Centre de la culture contemporaine ou la future Faculté de philosophie, afin d’attirer un nouveau type d’habitant ou/et usager dans Ciutat Vella, diversification des biens et services offerts dans la zone historique.

16Les Projets urbains les plus célébrés à un niveau local et international furent les aménagements pour les Jeux Olympiques de 1992. Ceux-ci permirent de revaloriser de nombreux emplacements considérés jusque là « en friche » et de récupérer le front de mer. Il en découla la réalisation de nouvelles centralités et de nouveaux axes de circulation qui permirent à Barcelone de se construire une aura internationale et d’intégrer définitivement le réseau des villes prêtes à se positionner comme métropoles à vocation internationale. Les Jeux Olympiques ont permis à Barcelone de se doter de « réalisations remarquables qui viennent conforter dans une surenchère à la distinction, l’édification d’une image de marque9. » Ainsi Barcelone réussit à relancer, après la vague moderniste du début du siècle, une conception propre de l’architecture et du design urbain qui est cataloguée dans les milieux internationaux de l’architecture et de l’urbanisme comme un savant mélange de constructions et d’aménagements au service de l’espace public et des nouveaux défis de la ville globale, éminemment tertiaire, touristique et cosmopolite.

17Cette présentation linéaire des politiques urbaines à Barcelone semble esquisser une dynamique en trois temps :

181. La transition démocratique d’abord, marquée par la décentralisation et la confection de Projets urbains (P.U) à caractère territorial répondant aux demandes émanant de la société civile. L’ensemble des P.U. de la ville est encadré par un Plan Général Métropolitain posé comme garant d’un urbanisme dont la fonction sociale est celle de redistribuer équitablement les équipements et espaces publics dans l’ensemble des quartiers composant la ville.

192. Le second temps est marqué par une remise à neuf du centre historique et une récupération des zones en friche, interstitielles ou mortes de la ville. Barcelone amorce une ouverture sur le monde avec les J.O.

203. Enfin, dans un troisième temps, on observe la stagnation de nombreux P.E.R.I., l’élaboration de nouveaux P.U. visant la création de nouvelles centralités. Ceux-ci visent à aménager les nouveaux secteurs en périphérie et cela à travers la conception d’éléments structurants comme peuvent l’être la réalisation du Forum des Cultures 2004 (district de St-Martí et Besós) ou le Plan 22@ (quartier de Poble Nou).

Stratégies de luttes et résistances

21Souvent, le projet urbain est utilisé comme un outil pour revaloriser le prix du sol, depuis la simple réhabilitation d’un quartier dit « malfamé », à la création d’une « nouvelle centralité », zone censée regrouper tous les biens et services présents dans les temps sociaux de la vie. Outre qu’ils n’ouvrent pas à tous les groupes et secteurs concernés de la population les modalités de négociation et de gestion de leur application, les P.U à visée globale10 se constituent aussi comme un moteur d’appauvrissement social et culturel en de nombreux lieux. De fait, il existe une ligne de tension qui veut que toute création d’une nouvelle centralité s’accompagne de celle d’un nouvel espace à abandonner, d’un nouveau lieu à déserter et à laisser se dégrader. Les P.U. autoritaires à visée globale recèlent des dynamiques négatives au niveau social pour les populations les plus fragilisées, les personnes et familles à bas revenus, les gens âgés et les immigrés.

22Le guide du collectif RedActiva, méthodologie de résistance à ces projets urbains propose de travailler avec les communautés d’habitants et d’explorer les conséquences des projets urbanistiques sur les façons de vivre la ville. Il veut répondre au déficit de moyens des habitants pour exprimer leur situation et leur souffrance. Une longue exploration des quartiers de Barcelone et des personnes sujettes à un plan de réhabilitation pouvant les déloger ou remettre en cause leur vie en ce lieu, montre des histoires empreintes d’une forte perturbation émotionnelle. Ces souffrances paradoxales privent « soudain » de leur voix des habitants convaincus d’en posséder une et de vivre au sein d’une démocratie à laquelle ils avaient eux-mêmes oeuvré avec la « transition démocratique ». Elles privent de leurs souvenirs et ancrage territorial des personnes dont l’identité s’était construite par rapport au lieu. Elles privent d’espoir des immigrés qui avaient abandonné déjà leurs rêves « locaux » et pensaient pouvoir en reconstruire plus au nord. En bref, les souffrances liées aux PU sont intimement liées à l’essence de la démocratie et remettent en cause l’attachement des habitants au territoire et à l’espace public.

23C’est ce que le guide de RedActiva caractérise comme « le degré de “désorientation” des habitants et usagers du lieu » face aux « formes spatiales détruites, réformées ou construites » qui « perturbent l’évolution du connu ou de l’approprié »11. Le collectif se propose donc de « trouver des solutions pour réactiver les débats, à travers une conversation, un forum d’opinions, une balade en groupe pour esquisser une carte conjointe de ressources humaines capables de s’imposer en contrepoint des incertitudes induites par le changement urbanistique du lieu. » Appuyé sur des auteurs comme Fredric Jameson12 et son analyse de la « perte de références » liée au capitalisme, le collectif pense ainsi pouvoir construire une « carte orientative de la ville [qui] peut se baser sur une exploration collective des problématiques globales qui affectent au niveau local ». C’est pourquoi ce collectif ne propose pas des contre-projets mais une « méthodologie » de construction de « nouvelles cartes, cartes de notre géographie personnelle, en partant de l’analyse de “ comment jusqu’à maintenant nous avons vécu et fait usage de la ville ” et en essayant d’élargir ces pratiques à travers l’intégration de nouvelles lignes d’occupation et appropriation de l’espace, au service de nos propres finalités13. »

24Il s’agit donc de parer de manière collective aux effets des Projets urbains à visée globale, et de travailler avec les communautés d’habitants affectés : les « sociabilités locales » à travers des dérives en groupe au sein du quartier et les « sociabilités virtuelles » comme manière d’introduire une ligne d’action créative et dynamique dans un contexte où le manque de moyens pour que les habitants s’expriment sur leur situation représente souvent une des lignes majeures de souffrance. Ainsi, face aux projets urbains, et aux pratiques qui entourent leur mise en oeuvre, un travail cartographique collectif permet aux résistances citoyennes de décoder et de retourner la grammaire dominante.

25Les slogans de la municipalité sont accompagnés du grand « B » de Barcelone, qui phonétiquement signifie « bien » en catalan. Ce slogan « Bien pour Barcelone » illustre aussi bien le nouvel édifice de Jean Nouvel14 pour l’entreprise responsable de la gestion de l’eau (AGBar), la réalisation de Diagonal Mar, ou la projection du Plan 22@. Face à ce langage marketing qui privilégie la « promotion » des zones plutôt que les dynamiques de redistri-bution des usages, la « guérilla de la communication » se donne comme une méthode qui inscrit la revendication territoriale dans un large processus discursif tendant à « critiquer les relations sociales de domination comme par exemple, les nationalismes, le sexisme patriarcal, le racisme et les formes de production capitaliste (et) analyse la normalisation de ce type de relations sociales de domination au travers des discours sociaux et de la grammaire culturelle15. »

Le « trou de la honte » se rebelle

26La mobilisation du collectif d’expropriés du « Forat de la vergonya » constitue une parfaite illustration de ce qu’une alliance entre stratégies de « la guérilla de la communication » et d’autres formes plus traditionnelles d’action collective à revendication territoriale peuvent opposer avec succès à des services municipaux.

27Le Forat de la vergonya signifie le « trou de la honte ». Ce nom lui a été donné après que la municipalité eut délogé et rasé certains immeubles considérés comme dangereux et n’eut a posteriori jamais nettoyé les gravats générés par cette opération. L’idée était en fait de laisser la zone se dégrader jusqu’à que toute proposition de réaménagement s’organise aisément. Les associations de voisins, collectifs et organisations présentes sur place décidèrent de se mettre à récupérer cet espace public pour en faire une place et un potager communautaire. Au final, d’ailleurs, dans le plan général métropolitain, cette parcelle était destinée à devenir une « zone verte ».

28Après une longue coopération entre voisins, squatteurs du quartier, architectes, piétons, étudiants, immigrants et personnes âgées16, le trou de la honte a finalement pris la forme d’un espace public ouvert à toutes les appropriations et désirs individuels et collectifs. Cette mobilisation a stimulé un désir d’autonomie et d’autogestion, ouvert un espace de disputes et de conflits notamment entre ceux qui étaient d’accord pour passer certains compromis avec les services municipaux et d’autres pour qui tout rendez-vous ou dialogue portait déjà en soi une trahison. Elle a aussi exprimé une capacité à s’autocritiquer et à se remettre en cause constamment, ainsi qu’une inventivité militante et une volonté à se désenclaver, comme la stratégie de regroupement avec d’autres collectifs de revendications territorialisées pour la création d’une plateforme contre la spéculation immobilière.

29Le conflit du forat se constitue comme « exemplaire » par deux aspects. Il s’agit d’abord d’appropriations d’espace menées par tout individu fréquentant un espace public ou semi-public, abandonné ou élitiste comme étant autant de « micro révolutions » qui constituent une politique quotidienne, une sorte d’extériorisation de besoins, désirs et nécessités traduits en « mutinerie individuelle ». C’est une mise en danger permanente qu’aucun technicien urbaniste ou architecte ne peut ignorer. Les appropriations d’espace guident les pas à travers la ville, guident le regard, l’ouie ou le toucher ; c’est ce qui lie les inconnus qui se croisent dans la rue. D’un autre côté les outils reprenant les armes de la communication officielle pour les renverser dans une médiatisation active des propositions alternatives constituent une vraie « guérilla de la communication ».

30À titre d’exemple notons deux types d’action collective de détournement des signes institutionnels indiquant les débuts de travaux et qui forcent la main aux institutions et les obligeant à démentir et à se justifier17.

311. La substitution aux images municipales des photographies des voisins battus par des policiers lors de la destruction programmée à 7h 30 du matin du 18 novembre 2002 du potager collectif avec la volonté de renverser les codes dominants des institutions et notamment la campagne « B per Barcelona ».

322. La mise en place d’un panneau géant annonçant la création d’un centre autogéré pour personnes âgées et présentant exactement les mêmes caractéristiques que les panneaux officiels.

Le Forum des cultures : rendez-vous de résistance citoyenne

33Il est pertinent également de mettre en relief une campagne de résistance en « réseau » contre le Projet à visée globale du Forum des cultures 2004. En effet, contrairement au forat, qui est une résistance menée par des acteurs présents sur le quartier de Santa Catarina, la campagne menée contre le Forum a pris les caractéristiques d’un agencement de groupes et collectifs disséminés sur toute la ville et qui n’avaient pas à l’origine de « spécialisation » dans le domaine des revendications territoriales. La raison de cette campagne tenait essentiellement en la dénonciation d’un événement au nom même des valeurs qu’il disait incarner.

34La campagne contre le Forum s’est déroulée sur plusieurs fronts D’une part, elle s’est posée d’abord, pendant les mois précédant le Forum 2004, comme une prise de position de la part de nombreux acteurs au sein du tissu associatif local catalan. La première conséquence du Forum 2004 est d’avoir dynamisé le débat au sein des réseaux du secteur associatif et revendicatif local, partagé entre la volonté de s’associer à l’événement pour profiter des financements, et le boycott d’une dynamique financée par des entreprises multinationales appuyant la stratégie de guerre en Irak (Indra par exemple) et destinée à vivifier la spéculation immobilière. La « prise de position » a été confortée par les défaillances de l’organisation du Forum lui-même18 et l’a éclairé comme une reconquête spéculative de la zone Est de Barcelone à travers l’aménagement d’un parc immobilier composé d’hôtels, de bureaux, d’un centre commercial et d’un parc, plus sûrement que comme un événement culturel destiné à faire « bouger le monde et les peuples le composant19 ! »

35Ainsi la construction du forum a impliqué la privatisation d’un tronçon de côte qui était auparavant une plage d’accès public. Face à cette situation de confiscation de l’espace public, certains collectifs ont proposé de réaliser un débarquement par mer, terre et air au Forum. De nombreux collectifs et individus se sont donnés rendez-vous le dimanche 18 juillet 2004 pour se rendre jusqu’au Forum avec des bateaux de fortune construits par eux et y dénoncer en groupe les idées et idéologies masquées sur lesquelles se basait la philosophie de l’événement20.

36Les conséquences des Projets Urbains sur les modalités d’urbanités induisent la redéfinition des méthodes, stratégies et tactiques des actions collectives à revendications territorialisées. Ces dernières ne peuvent plus rester arc-boutées sur les spécificités des maux propres au Projets Urbains, PERI ou plan spécial lié à un quartier. Elles se voient obligées de resituer celui-ci dans un contexte global au croisement des grandes tendances de tous les espaces urbains, à Barcelone, comme à Paris ou Bogota : spéculation, dégradation, opacité, difficulté à identifier les interlocuteurs administratifs, pression, contrôle et surveillance, résistance et mobilisations.

37La croissance actuelle de l’espace urbain et sa marchandi-sation généralisée qui tend à diminuer, voire à raréfier le « droit à la ville », redonnent toute son actualité à l’œuvre d’Henri Lefebvre. Le « droit à la ville » se pose comme une des plus fortes questions contemporaines de la démocratie, subsumant droit à la liberté, à l’individualisation de la socialisation, à l’habitat et à l’habiter. Le droit à l’œuvre (à l’action participante) et le droit à l’appropriation, distincts du droit à la propriété, semblent émerger comme prescriptions nouvelles de ces mobilisations21.

Haut de page

Notes

1 La municipalité de Barcelone, et ses possibles partenaires comme la diputació (consortium de collectivités territoriales autour de Barcelone), la région de Catalogne (communauté autonome qui après le mandat ininterrompu de 23 ans de Jordi Pujol et maintenant dirigée par une majorité socialiste sous l’égide de Pascual Maragall, le maire des Jeux Olympiques en 1992) et finalement l’État et son gouvernement central à Madrid.
2 Littéralement « nouveau quartier », constitué depuis 1983 comme district de Barcelone.
3 J. Borga, « Les mouvements sociaux urbains en Espagne », Espaces et sociétés, n°19, 1976, p. 39.
4 J. Borga, Ibid., p. 41.
5 J. Borga, Ibid.
6 J. Borga, Ibid.
8 Carlos Gotlieb, Architecture et projet urbain en Espagne, dossier réalisé à la demande du Centre de Documentation de l’Urbanisme Français en 1998, p.16.
9 F. Poussin, « Aperçus sur la critique architecturale », Espaces et Sociétés n°60-61.
10 Nous associerons la « visée globale » aux jeux olympiques ou à tout PU dépassant le cadre territorial local pour se poser comme projet nécessaire à l’ensemble de la ville.
12 Fredric Jameson, El posmodernismo o la lógica cultural del capitalismo avanzado, Barcelona, Ed. Paidós Studio, 1991
14 Architecte français, concepteur de l’Institut du Monde Arabe à Paris, et de l’Opéra de Lyon pour lesquels il a obtenu « l’équerre d’argent » ; Lion d’or de la biennale de Venise en 2000.
15 Manual de la guerrilla de la comunicación, Grupo Autonomo ; A.F.R.I.K.A, Luther Blisset y Sonja Brünzels, Ed. Virus. Barcelona, 2000.
16 La force de cette mobilisation repose sur son hétérogénéité qui mélange une forte base sociale et une force sociale diversifiée.
18 Quelques exemples : l’édifice triangulaire emblématique du Forum, le palais des congrès dessiné par Herzog et de Meuron a souffert de fuites d’eau au bout de quelques semaines ; les problèmes d’humidité dans la section des statues Xian prêtées par le gouvernement chinois (contre la promesse de ne pas parler du cas du Tibet !) et qui se sont révélées d’après la rumeur être des copies ; le prix des entrées, la qualité des activités…
19 Quelques exemples de cette campagne : la réalisation collective en atelier d’une cartographie sur « à quoi rime vraiment le Forum 2004 ? » Celle-ci se situe un peu dans le style du groupe activiste artistique français « Bureau d’études » et montre de manière synthétique les principaux sponsors du forum mettant en exergue les paradoxes de cet événement entre « éthique » et « affaires ». (http://www.forumbcn2004.org). / Ou « dix bonnes raisons de ne pas aller au forum » / http://www.nodo50.org/haydeesantamaria/docs_ajenos/forum_marzo2004.htm / Le site http://fotut2004.org/ct/index.php redirige vers quelques autres sites en anglais et en espagnol.
21 Henri Lefebvre, Le droit à la ville, Paris, Ed. Anthropos, 1968.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Hache, « Barcelone : Projets Urbains globaux et revendications territoriales », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 30 mars 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/433

Haut de page

Auteur

Alexandra Hache

Sociologue, Membre de RedActiva

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org