Navigation – Plan du site

Le monde selon Juanito ou la cosmologie du monde selon les habitants d’une Villa Miseria

Nathalie Puex

Texte intégral

1La concentration de la population mondiale en centres urbains est devenue une tendance de plus en nette et l’Amérique latine est exemplaire en ce sens. Ce continent se caractérise en effet par la présence de plusieurs mégalopoles (Mexico, Sao Paolo) et par un exode rural important. Ce phénomène migratoire se caractérisant en particulier par l’inadéquation avec l’occupation spatiale a souvent fait l’objet de recherches dans plusieurs champs disciplinaires des sciences sociales (géographie, sociologie, anthropologie1). Qu’il ait pour origine les crises économiques, le manque de travail dans les campagnes ou les guerres civiles violentes (comme c’est le cas en Colombie ou au Pérou), ce phénomène social a contribué à façonner le paysage urbain loin des grands centres touristiques ou des beaux quartiers ; les grandes villes latino-américaines concentrent en effet une importante population vivant dans des bidonvilles : favelas, barriadas, villas miseria.

2Cependant, ces migrations sont toujours observées dans le cadre du petit champ de vision imposé par les divisions disciplinaires du monde académique sans prendre en compte la dynamique globale de ce phénomène de surpopulation de certains espaces urbains. À cela s’ajoute notre propre habitude de citadin qui nous fait souvent oublier de prendre une certaine distance dans l’observation empirique que permet facilement l’exotisme de terrains plus éloignés de notre conception du monde.

3Or, comment rendre compte d’un mode d’existence que l’on pense connaître - nous avons tous une idée plus ou moins précise de ce qu’est un bidonville et leurs habitants pauvres, exclus, marginaux, opprimés, exploités, selon la façon dont on les envisage dans nos travaux - sans courir le danger de flirter avec l’ethnocentrisme ? Il en incombe une tâche difficile pour l’anthropologue qui veut travailler sans sombrer dans le préjugé. Il en est des préjugés liés au sens commun comme des préjugés liés à l’expérience scientifique, l’un comme l’autre étant aussi néfaste lorsqu’il s’agit de rendre compte de la vie des pauvres urbains dont on suppose que leur état de pauvreté induit un certain nombre de contraintes sur lesquelles ils n’ont pas pris alors que de leur point de vue leurs problèmes ne sont pas de cet ordre-là.

4Dans ce cadre de référence aussi abstrait que constitue la pauvreté inscrite sur un territoire, il va de soi que la mondialisation n’est évoquée que dans ses aspects néfastes d’appauvrissement accru et de vulnérabilité des couches les plus défavorisées de la société. Sans nier cet aspect, il nous semble intéressant de nous pencher sur l’idée que ces pauvres se font de leur propre existence et de la conception qu’ils se font du monde dans un cadre de référence qui pour eux aussi a des frontières allant bien au-delà du bidonville. Comme le signale en effet Marshall Sahlins, la mondialisation a produit une redéfinition du rapport local-global. Loin de se fondre dans le global, le local ingère, digère et produit quelque chose qui est à la fois original et faisant sens dans ce contexte local tout en se référant au mondial.

5Le cas empirique que nous allons exposer ici est celui des habitants d’une villa miseria ou bidonville en argentin, de la banlieue de Buenos Aires. Il concentre environ trente cinq mille personnes sur un territoire de moins d’un kilomètre carré. En effet, une grande partie du territoire est inhabitable et jonchée d’ordures ramenées tous les jours par les sirujas (chiffonniers ou ceux qui récupèrent des matériaux recyclables tels le cartons, le fer, l’aluminium, le verre). La majeure partie de la population vit donc sur un territoire réduit d’un bon tiers ; seuls les plus pauvres construisent leur bicoque de carton et de tôle dans ce « fond » jonché d’ordure et d’eau croupissante.

6Mais si les habitants de la villa, les villeros comme on dit en Argentine vivent dans un territoire qui semble se refermer sur celui qui franchit le premier pasillo2, leur quotidien se construit au fil d’un rapport où chacun se situe entre le dedans et le dehors, que nous qualifierons d’interne et d’externe, par rapport au reste de la ville, de la Nation, et nous verrons dans quelle mesure du monde ou pour le moins de l’idée que s’en font les villeros. C’est-à-dire que les villeros, loin de se cantonner dans ce rapport de pauvres exclus tels que nous les imaginons et les définissons ont une manière particulière de concevoir leur rapport au système social et d’y vivre.

7 Il est nécessaire tout d’abord de s’interroger sur la façon dont ce rapport interne / externe constitue une médiation nécessaire pour que les villeros puissent à la fois se représenter le système social et y vivre concrètement (ce que souvent on réduit à des stratégies de survie), pour ensuite envisager les interférences entre la dimension locale et la dimension mondiale, qui en pratique, du point de vue des villeros, se confond avec la dimension nationale en ce qui concerne notamment les prises de décision politiques.

L’interne et l’externe ou comment vivre la ville

8Au sein du système social urbain, la villa s’organise donc d’un point de vue interne, que l’on peut éventuellement décrire de manière indépendante en faisant comme si elle s’auto suffisait. Outre le fait qu’il s’agirait là d’une description partant d’un point de vue certes tentant mais subjectif - la villa comprise comme un tout, une sorte de communauté autonome -, elle ne correspond pas à la réalité vécue de la majorité des habitants de Villa Juanito, ni à leurs représentations de ce qu’est la villa ni à la manière dont ils la définissent par rapport à d’autres formes d’habitats urbains. Les villeros passent leur temps à se comparer, s’opposer, se définir par rapport au reste des habitants de la ville (ceux du barrio, ceux de l’asentamiento...). Même s’ils savent parfaitement qu’on les considère comme différents des autres habitants de la ville, différence qui introduit un rapport stigmatisant, ils ne vivent pas moins que les autres portègnes ou habitants du conurbain des ressources de la ville et du travail qu’ils y trouvent. Si effectivement les villas concentrent une importante migration d’origine étrangère, une grande partie de leurs habitants sont des citoyens argentins et les enfants des migrants nés dans la villa ou sur le territoire argentin ont aussi la citoyenneté argentine. En ce sens, on doit aussi les comprendre comme des membres à part entière de la Nation argentine, comme des citoyens régis en principe par la même constitution nationale, bénéficiant donc des mêmes droits que n’importe quel citoyen et soumis aux mêmes devoirs.

9Si dans les faits le respect de bien des droits est loin d’être une règle, du point de vue de leur imaginaire les villeros participent d’une même histoire nationale et donc d’une vision du monde ou d’aspiration qui ne diffèrent pas vraiment des autres citoyens argentins –sauf en ce qui concerne les migrants saisonniers qui ne désirent pas s’installer en Argentine.

10Aussi, on ne peut parler de la villa si on l’extrait de son contexte, c’est-à-dire d’un ensemble de représentations faisant sens dans le cadre d’un système social donné, où la réalité et son interprétation s’inscrivent dans un imaginaire socialement construit. Le contexte prend alors une dimension dynamique dans une dialectique où la causalité des faits ne fait sens que par rapport à cet imaginaire. La cohérence entre la réalité et sa représentation est alors historiquement déterminée dans la mesure où il est impossible d’expliquer le monde concrètement de manière abstraite et universelle. Les villeros ont ainsi une conscience historique du rapport à la ville et en parlent comme tel.

11La dichotomie interne / externe ne constitue donc pas un simple mode d’analyse opératoire imposé par l’anthropologue, mais bien une conception du rapport villa / ville propre aux villeros. Elle constitue alors un élément-clé de la mise en ordre de la cohérence de l’ordre interne de la villa par rapport au reste de la société. Quoi qu’il arrive dans la villa, son explication trouve son origine à l’extérieur ou tout au moins un fait semblable qui puisse expliquer « pourquoi on vit comme ça ici » et son pendant à l’intérieur. Le rapport de causalité se modifie alors historiquement et non pas essentiellement.  

12Ainsi les villeros décrivent souvent leurs rapports au barrio3de manière historique avec un avant et un après, notamment un avant la dictature militaire de 1976 et un après ainsi qu’un avant l’hyper inflation de 1989 et un après. En effet, la majorité des villeros qui ont vécu la période précédant la dictature militaire de 1976 estiment que leur situation de marginalité et de stigmatisation était beaucoup moins violente qu’aujourd’hui. « Avant on était des pauvres et pas des marginaux », nous dit Silvia qui gère l’un des comedores (cantine) de Villa Juanito.

13Les villeros nous sont toujours apparus comme des pauvres stigmatisés et vivants dans une très grande précarité. De leur côté, ils voient leur situation empirer de jour en jour, non pas seulement du point de vue des ressources matérielles (ce qui est objectivement vrai même pour nous), mais surtout en ce qui concerne leur rapport à l’espace urbain où ils sentent qu’ils sont de plus en plus confinés dans un territoire dont les entrées et sorties sont étroitement contrôlées.

« Il y a d’abord les gamins qui te font payer un péage pour entrer ou sortir. Ils terrorisent tout le monde, ne respectent pas les vecinos4, et il est impossible de rentrer dans la villa en pleine nuit même si tu es de la villa. Quand mes enfants doivent rentrer très tard, ils se débrouillent pour dormir ailleurs. À cause de ces gamins plus personne n’ose traverser toute la villa. Les gens du barrio ont peur de nous, mais nous aussi on a peur aujourd’hui. Avant on n’imaginait pas qu’on puisse avoir peur des enfants de nos vecinos. Ensuite il y a la police qui protège ces gamins, les délinquants et qui chaque fois qu’il se passe quelque chose dans le barrio fait des razzias5 dans la villa pour impressionner les habitants du barrio et leur faire croire qu’elle fait quelque chose. Et puis maintenant les gens ont peur de nous : pour eux on est tous des délinquants ou on a des délinquants dans la famille alors ils se méfient. Si on veut trouver du travail on doit mentir, et pour les jeunes c’est encore pire. »

14Ce rapport interne / externe évolue donc historiquement.

La mondialisation vécue depuis Villa Juanito

15On peut dire que jusqu’à la fin des années quatre-vingt, l’imaginaire des villeros était essentiellement ancré à la réalité nationale à laquelle on peut ajouter celle de pays limitrophes comme le Paraguay en ce qui concerne Villa Juanito ou la Bolivie par ailleurs.

16La mondialisation était donc vécue dans ce rapport aux pays voisins, de manière parfois un peu distante - la population d’origine bolivienne ayant des pratiques plutôt endogames et fort éloignées de celles des Argentins -, parfois beaucoup plus familière comme c’est le cas des Paraguayens plus proches des Argentins venant des provinces du nord-est.

17Mais l’hyper inflation, ou pour être plus exacte la convertibilité monétaire, va étendre de manière inattendue cet horizon. En effet, l’hyper inflation va être vécue de manière aussi traumatique dans la villa que dans le reste du pays. Très rapidement les villeros se retrouvent sans liquidité, sans travail et donc sans aucune ressource pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. Un plan alimentaire d’urgence est mis en place par le gouvernement national qui n’évitera pas les fameuses émeutes de la faim survenues dans les grands centres urbains comme la conurbation portègne ou Rosario6. Voici ce qu’en dit une vecina :

« C’était vraiment une période terrible. Il y avait les émeutes mais surtout on avait peur de tout. Les habitants du barrio avaient peur de nous, nous on avait peur qu’on vienne nous voler. Oui nous voler, tu imagines. Je sais plus comment cette rumeur s’est répandu, mais d’un seul coup on avait tout simplement peur de ce qui allait se passer parce qu’on ne savait pas ce qui allait se passer. On comprenait plus rien. Tu sais et on n’était pas les seuls. Tu imagines, même ceux du barrio sont allés piller le supermarché du coin et on pensait que n’importe qui pouvait entrer dans la villa pour nous voler. Aujourd’hui quand j’y pense je me trouve un peu bête mais à l’époque tout le monde pensait comme ça. Il fallait que ça s’arrête. »

18Ce qui va arrêter cette situation où le monde semble s’effondrer, c’est la convertibilité. Le currency board va entrer dans l’imaginaire des villeros où le dollar tout en s’incarnant dans le peso fait sens en redonnant une stabilité monétaire qui leur permet de retrouver l’organisation sociale qui caractérise en grande partie la villa tout en la transformant.

19Ce qui la caractérise, c’est notamment un système d’endettement, le fiado, qui permet aux vecinos d’acheter à crédit dans les commerces de la villa et notamment les almacenes7 où ils achètent leur nourriture.

20Le fait que la stabilité monétaire ait pu être réintroduite par ce procédé d’alignement de la monnaie argentine sur la monnaie américaine, rend le dollar prépondérant dans l’imaginaire des villeros, même si la majorité d’entre eux n’a jamais vu un billet vert ni n’imagine effectuer ses transactions en dollars. Le billet vert devient du point de vue symbolique l’élément structurant de la cohérence interne de la villa en lui redonnant une certaine stabilité ce qui lui permet de maintenir les rapports d’échanges qui rendent la vie dans la villa plus facile. Ces rapports d’endettement sont ceux qui permettent souvent de justifier pourquoi certains villeros ne veulent pas partir de la villa. On entend souvent cette phrase :

« S’il m’arrive quelque chose ici tout le monde me connaît. Dans un barrio je serais seul. Il y a des habitants dans le barrio qui vivent plus mal que nous parce qu’ils sont seuls. »

21En revanche la parité peso / dollar a largement contribué à modifier durablement les rapports du point de vue externe mais aussi interne. Dans un premier temps, les émeutes de la faim ont accentué l’image de classe dangereuse que l’on se faisait déjà des villeros depuis la dictature militaire. Mais les dégradations du marché de l’emploi ont consolidé une situation d’enclavement des villas.

22De plus en plus démunis, les villeros commencent à vivre entre eux, sans possibilité de trouver un emploi durable. Les tensions sont de plus en plus grandes entre les générations de jeunes qui sont nés dans la villa et n’ont jamais vu leurs parents travailler ou si peu et ne se reconnaissent plus dans l’idéal, « famille, travail, patrie » formulé depuis la première période péroniste en 1945. Celui-ci avait, d’un point de vue imaginaire, structuré les rapports des villeros au système social en leur permettant d’être inclus –symboliquement mais aussi concrètement par le travail - dans ce projet de société. Sous le nouveau régime péroniste, il ne reste de cela qu’un semblant de stabilité, mais de moins en moins d’avenir. L’enclavement et la stigmatisation rendent encore plus difficiles les possibilités d’intégration au système de marché. Cette situation de désenchantement, provoque parfois des situations de violence incomprise de la part des villeros et en tout cas intolérable de la part d’une classe moyenne de plus en plus méfiante.

23Pourtant les villeros ne remettent pas en cause la parité. Ce n’est pas elle qui est responsable de leurs maux, mais les hommes politiques corrompus. Tant et si bien que lorsqu’en décembre 2001 le gouvernement annonce la dévaluation, les villeros apprennent cette décision avec une inquiétude réelle.

« Maintenant on a à nouveau de l’argent faux. »
« C’est terrible, on ne sait pas ce qui va se passer. Moi j’aimerais que Menem revienne, lui il va parler aux Yankees pour qu’on ait à nouveau le dollar. Avec le peso on sait jamais ce qui peut se passer.»

24Comment expliquer cette contradiction dans laquelle un régime monétaire, pourtant néfaste objectivement aux conditions d’existence d’un groupe social est pourtant légitimé et désiré ?

Le sens du monde

25Aussi contradictoire que cela puisse nous sembler, le dollar a joué du point de vue symbolique un rôle important dans le rétablissement d’une cohérence sociale compréhensible et plus ou moins acceptable du point de vue des villeros. Pour généraliser, nous pouvons dire que pour pouvoir vivre dans le monde, il nous faut en avoir une conception qui soit acceptable par rapport à notre propre imaginaire. Le monde a ici des frontières déterminées non pas du point de vue empirique, mais par rapport à l’idée que l’on s’en fait. En effet, dans un système social complexe, personne ne dispose d’une vision d’ensemble du système. En règle générale nous ne concevons notre système social que par l’expérience pratique que l’on en possède, et cette pratique en détermine l’horizon.

26Les villeros portègnes n’avaient jusqu’en 1989 aucune raison d’intégrer la monnaie nord-américaine, ni même les États-Unis dans leur conception du monde. Le dollar était pourtant depuis longtemps pour la classe moyenne une monnaie de référence à partir de laquelle elle ancrait son système de valeur notamment en ce qui concernait l’épargne ou les investissements de grande importance comme le marché immobilier. Le « rodrigazo » ou la grosse dévaluation de 1a monnaie argentine en 1975 va marquer le début de la conduite systématique de fixation des valeurs marchandes sur la monnaie nord américaine, mais cette pratique reste propre à la classe moyenne ou à l’oligarchie, qui sont les seules à posséder un patrimoine suffisamment important à protéger de l’instabilité monétaire locale.

27Les pauvres ou la classe ouvrière restent étrangers aux notions de devise, de taux de change peso / dollar, de taux d’intérêt, en bref au monde des marchés financiers.

28Si objectivement le « rodrigazo » contribue à réduire le pouvoir d’achat des pauvres en entraînant une baisse du salaire réel, les villeros n’y voient pas de quoi s’inquiéter profondément. En clair, si d’un point de vue socio-économique on peut tout à fait dire que les pauvres sont encore plus pauvres, du point de vue des villeros, cette dévaluation ne bouleverse pas l’ordre social dans lequel ils vivent. Il reste compréhensible et saisissable, c’est-à-dire qu’ils peuvent continuer à prendre des décisions sur leur quotidien selon un ordre de causalité qui reste inchangé après cette crise.

29L’hyper inflation change ce rapport de causalité de manière violente en introduisant l’incertitude dans le processus de décision individuel et collectif. Comment vivre, échanger, acheter, s’endetter quand on ne sait pas comment le situer dans une échelle de valeur de référence ? L’hyper inflation est par ailleurs l’aboutissement violent d’une longue décennie de changements pour l’ensemble du système social : changement de régime politique et de rapports au pouvoir, changement confirmé de l’ordre économique qui atteint de plein fouet les plus pauvres en cette fin de décennie, récurrence de l’instabilité monétaire et installation du chômage durable tant dans la classe moyenne que dans les villas. En bref, c’est l’ensemble du système social qui est ébranlé et doit retrouver une façon de réorganiser sa cohérence sociale pour sortir de la crise. Tant dans la classe moyenne que chez les villeros, le currency board a assuré cette fonction de médiateur pour restaurer une causalité dans un système de valeurs compréhensible pour le groupe social. On comprend alors pourquoi, face à la nouvelle dévaluation effectuée en décembre 2001, les villeros sont cette fois extrêmement inquiets. Pour la majorité d’entre eux, la vie dans un état de dénuement de plus en plus important est déjà suffisamment dure ; mais ce serait terrible si le sens du monde leur échappait.

30Si la mondialisation est aussi passée par les bidonvilles argentins, c’est surtout par un biais un peu inattendu et qui pour l’étranger aux villas semble assez surprenant. Il est assez curieux en effet que des pauvres qui n’ont probablement jamais eu de dollar entre leurs mains voient en cette monnaie le garant du maintien de la cohérence sociale qui donne sens à leur mode d’existence. Sans le savoir, le trésor de l’oncle Sam est devenu aux yeux des villeros un enjeu crucial, même s’ils n’ont aucune prise sur les décisions politiques qui ont permis la mise en place du currency board, puis son maintien pendant des années. Mais loin d’une abondance payée à crédit, de la spéculation financière et des plages de Miami, les villeros veulent tout juste avoir prise sur leur vie quotidienne et si le peso / dollar le permet ils n’ont aucune raison de penser qu’il est le pire des maux ! Si l’avenir est un grand inconnu, il doit cependant pouvoir être imaginé, or l’incertitude brouille les horizons possibles.

Haut de page

Bibliographie

Michel Aglietta et André Orléan, La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998.

Adolfo Canitrot, « La disciplina como objetivo de la política económica. Un ensayo sobre el programa económico del gobierno argentino desde 1976 », Estudios Cedes, V. 2 Nº6, Buenos Aires, 1979.

Lucio Kowarick, « Movimiento populares urbanos y el proceso de democratización en Brasil : Balance critico de la literatura », in Marginalidad, movimientos sociales y democracia, proposiciones Nº14, Santiago de Chile, Ediciones Sur, 1987.

Larissa Adler Lomnitz, Como sobreviven los marginados, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores, 1975.

Larissa Adler Lomnitz, « Reciprocity, Redistribution and Market Exchange in the Informal Economy ». Paris, Document de présentation à une conférence, IHEAL, 2000.

Marshall Sahlins, « Les cosmologies du capitalisme. Le « Système-Monde » vu du Pacifique », in Le Débat, N° 118, Janvier-Février 2002.

Lucien Sfez, Critique de la décision, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1992 (4e édition).

Lucien Sfez, L’enfer et le paradis, Paris, PUF, 1978.

Haut de page

Notes

1 Manuel Castells, Larissa Lomnitz, Lucio Kowarick, pour ne citer qu’eux, ont chacun à leur manière envisagé la question urbaine et les problèmes spécifiques au contexte latino-américain.
2 Les pasillos sont les petits chemins qui font offices de rue dans les villas.
3 Le barrio par opposition à la villa est le quartier urbanisé.
4 Voisin, il s’agit d’un terme qui indique ici l’appartenance à la villa, mais on utilise ce terme aussi dans les barrios pour désigner les habitants du quartier.
5 Grandes rafles effectuées par la police et très médiatisées. Les militaires durant la dictature ont aussi utilisé cette méthode médiatique afin de stigmatiser la villa comme repère subversif.
6 On a souvent insisté sur le caractère politique de ces émeutes organisées par des membres de l’opposition au gouvernement, mais il fallait bien peu de choses pour provoquer ces explosions de colère car la situation était vraiment désespérante pour beaucoup d’Argentins. Par ailleurs, il ne s’agissait pas seulement de villeros contrairement à ce qui a souvent été écrit dans la presse notamment.
7 Les almacenes sont des épiceries. Nous ne pouvons revenir ici en détail sur cette question, mais en raison de la crise économique et de la parité peso/dollar imposée par le currency board qui ont considérablement réduit les revenus des villeros, seuls les almacenes continuent à pratiquer le fiado.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Puex, « Le monde selon Juanito ou la cosmologie du monde selon les habitants d’une Villa Miseria », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 30 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/435

Haut de page

Auteur

Nathalie Puex

Anthropologue, Institut des Hautes Etudes d’Amérique Latine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org