Navigation – Plan du site

Le programme Bolsa Escola à Belo Horizonte

Laurence Kundid

Texte intégral

1La Bolsa Escola (Bourse Ecole) qui propose une aide financière aux familles les plus pauvres en échange d’une fréquentation assidue de l’école par leurs enfants est une innovation politique brésilienne lancée pour la première fois de 1993 à 1996 dans le district de Brasilia par Cristovam Buarque, alors gouverneur de cet état1. Ce programme, dont l’objectif est d’éviter le travail infantile et la désertion scolaire, est par la suite repris dans différentes municipalités du Brésil2. Parmi celles-ci, Belo Horizonte capitale de l’État de Minas Gerais, mais aussi Recife, Belém, Campinas, chacune d’elles le mettant en place selon une modalité particulière. En 2000, le gouvernement fédéral nationalise l’initiative en créant un programme – le FGRM, fonds de garantie du revenu minimum – destiné à financer en partie les programmes Bolsa Escola dans les états et communes du pays. En 2004, la Bolsa Familia (Bourse Famille) remplace, au niveau fédéral, la Bolsa Escola, fondant en une seule, les différentes aides sociales versées aux familles défavorisées (concernant l’alimentation, le paiement du gaz et enfin l’école) dans le but de leur garantir davantage de ressources et d’apporter une action plus globalisée3. Malgré l’implantation récente de la Bolsa Familia qui concerne un nombre de familles beaucoup plus élevé dans la ville, Belo Horizonte, capitale de Minas Gerais, maintient son programme de Bolsa Escola lancé 1997.

2L’enquêtei menée à Belo Horizonte  entre septembre et décembre 2004 a cherché à observer, à travers un dispositif particulier d’aide aux familles pauvres : la Bolsa Escola, la façon dont une institution publique proposait de lutter contre la pauvreté et les inégalités dans la ville. Dans ce dessein, outre une étude rigoureuse de textes sur la question, des entretiens ont été réalisés auprès de professionnels chargés de mettre en place ce dispositif sur le terrain mais aussi de familles (parents et enfants) bénéficiaires de l’aide dans favelas et les quartiers populaires de la ville. Il s’agissait, chaque fois, de dégager les catégories et formes de pensée de chacun sur le dispositif, de circonscrire le champ de débats et de questionnements des uns et des autres, de voir ce que la mise en place de la Bolsa Escola avait éventuellement modifié dans les représentations (à propos de l’école, de la municipalité, mais aussi de la famille et du quartier).

3Cette enquête est la première d’une série qui entend mettre au jour les enjeux que représente, pour le Brésil aujourd’hui, la mise en place de programmes publics destinés à affronter les problèmes d’inégalités et de pauvreté qui laminent les possibilités de développement de ce pays4. Elle montre par ailleurs que cette mise en place doit rigoureusement prendre en compte, ceux qui, sur le terrain, se confrontent aux questions et aux repositionnements qu’elle implique sous ses formes diverses5.

Une politique nationale de lutte contre la pauvreté ?

4Au Brésil, les discours officiels abordent la question de la pauvreté sur le double registre des calculs, chiffres, critères mais aussi des principes avancés pour la combattre. Elle est souvent associée à l’inégalité : inégalités de revenus : les 10% de la population la plus riche étant responsables de près de 50% du revenu total6 ; inégalités régionales, chaque état ne disposant pas des mêmes ressources économiques7. Battant en brèche certaines idées reçues, des études montrent qu’une hausse de la croissance ne fait que durcir les inégalités sans les réduire et soulignent l’importance et l’urgence d’un engagement politique sur ces questions. Elles ajoutent d’ailleurs qu’à long terme, le maintien des inégalités risque de desservir cette même croissance8. Pourtant, l’action du gouvernement fédéral dans ce domaine n’est pas complètement définie et continue à se débattre.

5Entendant lutter contre le travail des enfants qui touche, au Brésil, 1,9 million d’entre eux9,  la Bolsa Escola, fait figure d’une proposition politique originale. En effet, elle entend non seulement faire appliquer une loi10, mais aussi un droit rendu inexistant compte tenu de la situation matérielle extrêmement difficile de certaines familles pour lesquelles le « salaire » des enfants représente une ressource importante et une stratégie de survie. Alors qu’à court terme, l’idée est d’assurer une école pour tous, à long terme, en élevant le niveau d’étude, une telle mesure espère accroître la mobilité sociale et donc enrayer le cycle de reproduction de la pauvreté.

6En 2004, le remplacement, au niveau fédéral, de la Bolsa Escola par la Bolsa Familia est concomitant de l’annonce par le Président Lula du programme de lutte contre la faim : Fome Zero (Faim Zéro). Si le programme Bolsa Familia impose également un contrôle de la fréquentation scolaire, il ne met pas celle-ci au centre de son discours. Cela a suscité des controverses au sein du gouvernement entre les tenants de l’engagement scolaire et ceux qui insistaient davantage sur l’aspect social du programme et montré ainsi que les méthodes d’action étaient encore en travail au Brésil.

7Mais pour certains analystes, la discussion est ailleurs, ou plus large : une véritable lutte contre la pauvreté ne peut se faire qu’à la condition d’un engagement financier plus important de la part de l’État fédéral11. Il convient par exemple de souligner la faiblesse des sommes versées. La Bolsa Familia, qui s’adresse à des foyers dont le revenu per capita est de 90 R$ alors que le seuil de pauvreté est généralement calculé à hauteur de la moitié d’un salaire minimum par personne (soit 130 R$ c’est-à-dire 40 euros) corres-pond à 45 R$ par famille + 15 R$ par enfants entre 7 et 14 ans avec un maximum de trois enfants, ce qui représente un maximum d’environ 14 euros par mois pour des familles qui n’ont parfois que cette ressource pour vivre.

8Un engagement financier supérieur exigerait cependant des changements structurels destinés à récupérer des moyens financiers et à réduire les inégalités ; changements que le gouvernement ne semble pas prêt à affronter. Lena Lavinas propose par exemple de négocier avec les classes moyennes les avantages fiscaux dont elles bénéficient. Mauricio Dias David indique qu’il serait possible de réduire les disparités de salaires là où elles sont énormes comme dans l’administration publique ou le secteur agricole mais, ajoute-t-il, « pour encourager une telle diminution, il ne faut pas seulement une politique macro-économique, il faut aussi des décisions institutionnelles et d’ordre politique. Elles doivent organiser, d’une part, un niveau de rémunérations et de sécurité sociale réel qui réponde aux besoins de la population, et d’autre part, l’accès à la terre et à son exploitation effective, ce qui implique un cadre précis de développement du secteur agricole et des zones rurales12. » Ce que pointent ces deux économistes, c’est qu’il existe des possibles mais qu’ils relèvent de choix politiques forts. Aujourd’hui, les actions menées ne suffisent pas à régler les situations de pauvreté13.

9Dans ce contexte et malgré la volonté du gouvernement Lula d’uniformiser les initiatives en les nationalisant, c’est souvent la capacité politique mais aussi budgétaire des municipalités à mettre en œuvre, à leur façon, les programmes qui remédient au manque existant au niveau fédéral. La Bolsa Escola à Belo Horizonte est l’exemple de l’une de ces applications municipales.

Un cas d’application municipale du programme Bolsa Escola : Belo Horizonte

10Le programme Bolsa Escola a été mis en place dans la ville de Belo Horizonte en 199714. En 2001, il reçoit les fonds du programme Bolsa Escola fédérale15. Aujourd’hui, c’est la Bolsa Familia fédérale qui finance en partie la Bolsa Escola municipale de Belo Horizonte.

11Ce programme verse 168 R$ aux familles les plus pauvres (avec un revenu mensuel égal ou inférieur à 90 R$ per capita) ayant des enfants âgés entre 7 et 14 ans et vivant depuis plus de cinq ans dans la ville. En contrepartie, il exige une fréquentation scolaire d’au moins 85% du ou des enfants. Aucune exigence n’est formulée concernant les résultats scolaires de l’enfant, « l’apprentissage devant être garanti par la compétence de l’école » comme l’affirme une responsable du programme16.

12Deux principes essentiels sont énoncés dans le rapport municipal destiné à expliquer la mise en place de la Bolsa Escola. Le premier concerne l’éducation pour tous. Le deuxième consiste en une protection sociale de la famille fondée sur la garantie des conditions de vie de base assurées par la somme versée et par un accompagnement des services municipaux. Malgré l’exigence d’une fréquentation de l’école assidue par l’enfant, ce n’est pas lui mais la famille qui apparaît comme entité centrale du programme. « Famille » est entendue comme une organisation associant parent (s) (ou adulte (s)) et enfants qui vivent sous le même toit17. En 2003, 49, 6% des familles concernées par le programme de Belo Horizonte ont pour chef de famille une mère-célibataire, c’est pourquoi le choix a été fait de verser le bénéfice de la bourse à la mère quand elle fait partie du foyer. Dans l’optique de cette prise en charge plus générale, la municipalité organise également des stages de qualification professionnelle et des cours d’alphabétisation destinés aux boursières.

13Un important maillage institutionnel accompagne la mise en place du programme impliquant des niveaux et des arrondissements18 de gestion et de nombreux professionnels19. Il est difficile de qualifier ce maillage. Est-ce un contrôle, un accompa-gnement ? C’est souvent la qualité des professionnels en place sur l’arrondissement qui en donne la teinte. Le contrôle existe effectivement de manière systématique : l’assiduité scolaire des enfants est vérifiée à partir des signalements mensuels obligatoires des écoles (ce qui met celles-ci dans une situation tout à fait particulière) ; le niveau des revenus du foyer et les autres critères d’attribution (l’âge des enfants) sont obtenus au moyen d’entretiens annuels avec la famille et de visites à domicile. Mais le contrôle - attribut de l’institution ? -, peut être aussi investi par la municipalité comme un moment de « sensibilisation », l’occasion d’un « regard », d’une « interlocution » selon les propres mots du rapport municipal. À l’instar des réunions d’information bimensuelles organisées par la municipalité, il peut donner lieu à des discussions autour des difficultés rencontrées par les familles : enrôlement des enfants dans le narcotrafic, « trajectoires de rue », grossesses précoces, violences domestiques, délabrement de l’habitat ou des espaces communs20. Un accompagnement destiné à sortir les personnes de leur « isolement personnel » fait alors place au contrôle21 - c’est-à-dire à la seule vérification des critères, offrant un accès aux services sociaux et une ouverture sur la municipalité - ceci suppose en outre une intersectorialité. Il permet d’introduire un peu d’État là où il en manque cruellement.

14Mais certains points du programme peuvent être discutés. La Bolsa Escola municipale - comme c’était le cas au niveau fédéral - concerne des enfants âgés entre 7 et 14 ans alors que le plus grand pourcentage de désertion scolaire a lieu après cet âge-là. Le programme exige un temps de résidence dans la ville d’au moins 5 ans, ce qui exclut des critères de nombreuses familles qui ont migré récemment et qui vivent parfois dans des conditions extrêmement difficiles. La couverture du programme reste faible au regard du nombre de familles qui correspondent aux critères et est fonction des moyens octroyés par la municipalité. La marge de manœuvre budgétaire autorisée par la loi22 et le bénéfice qu’a permis l’implantation récente de la Bolsa Familia fédérale23 ne se sont pas encore répercutés sur une extension du nombre de familles ou sur une hausse du bénéfice. En décembre 2002, le programme ne couvrait que 17, 61% de la demande potentielle. Le choix a donc porté sur les familles les plus pauvres24 qui sont aujourd’hui au nombre d’environ 11 000 à Belo Horizonte et représentent près de 61 000 personnes. La somme versée qui correspondait, au lancement du programme, à l’équivalent d’un salaire minimum n’a pas suivi la hausse de celui-ci et n’est plus aujourd’hui que d’un peu plus de la moitié de ce salaire. Même si elle représente une somme conséquente pour les familles et l’assurance d’un revenu mensuel fixe (permettant par exemple de faire, dans certains magasins de la ville, des achats à crédit), toutes les études d’évaluation de la bourse montrent que son montant est insuffisant pour sortir la famille de sa situation de pauvreté25. En outre, les cours de professionnalisation très importants, et considérés par les mères comme la possibilité d’une embauche future, sont encore trop peu nombreux par rapport aux demandes. Il reste difficile d’évaluer l’efficacité du réseau et des liens entre les différents niveaux de protection sociale. Cependant les études sur l’implantation du programme tout comme les propos de certains professionnels indiquent un manque de personnel par rapport aux nombres de familles concernées, ainsi qu’une faiblesse dans la coordination des services et la circulation des informations sur certains secteurs26.

15Malgré ses carences, le programme a signifié, on va le voir une aide importante pour les familles qu’il concerne et reste porté par des professionnels très engagés du côté des gens. À partir d’enquêtes auprès de la population, certaines études montrent, à travers les résultats déjà obtenus, l’intérêt d’un travail sur les formes de pensée pour avoir une idée du programme Bolsa Escola.

« La pauvreté est ce qui se voit » ou ce qu’on ne veut pas voir ?

« C’est compliqué de dire ce qu’est la pauvreté, personne n’est d’accord avec le fait de dire que la pauvreté est ce qui se voit. »

16Cette professionnelle travaillant dans le cadre du programme Bolsa Escola de la ville de Belo Horizonte indique la difficulté à définir la pauvreté. Sa vision n’est pas éloignée de celle des économistes sur les analyses desquels s’appuient les politiques dites « sociales ». Mais alors que ceux-là construisent leur objet « pauvreté » à partir de critères chiffrés et en pointent les limites, cette personne qui manie pourtant ces critères dans l’exercice de sa profession, propose, quant à elle, une entrée tout à fait distincte : la pauvreté, au Brésil, est visible, elle ne requiert donc pas de caractérisation scientifique et en appelle à un sens commun : chacun peut voir.

17Pour parler de la pauvreté dans la ville, les gens, les professionnels de terrain, les chercheurs commencent souvent par décrire des lieux : habitats à risque construits à flanc de colline, avec parfois une seule pièce pour abriter une famille entière, des toitures faites de tôle ou de toile, des brèches dans les murs, l’absence de sanitaires ; des quartiers retirés, loin du centre, difficiles d’accès aux ruelles de terre boueuses les jours de pluie. Des récits poignants évoquent la faim, les difficultés à se vêtir, à se soigner, les violences domestiques. Les histoires de vie émeuvent, celles aussi d’« enfances toutes cassées ». La « rue », dans ce quotidien parfois qualifié de « survivance », peut être assignée au danger, et à la mort ; elle n’est pas un espace de jeu ou de socialisation. La mort dont il est question concerne ceux qui gravitent autour du narcotrafic mais aussi ceux qui habitent là et qui en parlent comme d’une sensation (« ça fait peur ») ou comme d’une réalité (celle des balles perdues lors d’affrontements, des cadavres).

« Ici, au Brésil, on nous apprend à fermer les yeux, à se fermer à ces gens. On te dit de fermer les yeux, c’est l’éducation dominante. J’ai commencé à apprendre ici [en travaillant dans le programme Bolsa Escola], j’écoute et je vois ce qu’est la misère, la pauvreté, ce que l’exclusion provoque en termes physiques, psychiques, émotionnels. Il y a des réalités bien douloureuses. (…) Le mouvement c’est de fermer les yeux, de construire des murs pour se protéger de celui qui va t’attaquer pour survivre. Les gens derrière leurs murs gigantesques se ferment à cette réalité. »

Le programme et les familles

18L’argent de la Bolsa Escola transforme nettement le quotidien. Il sert souvent à rendre l’habitat plus vivable, à construire une ou deux pièces supplémentaires permettant de séparer les enfants des adultes, ou à acheter des meubles : « J’étais content que ma mère reçoive l’aide… ma maison est toute petite. On dormait sur le sol, elle a acheté un matelas et un lit. Maintenant, il n’y a plus qu’elle qui dort par terre »27 ; mais aussi à se vêtir ou à améliorer l’alimentation : « Ça aide à acheter à manger… Le matin, je mange du pain et je bois du lait avec du café. À midi, je déjeune puis je goûte et je dîne tous les jours28. Les propos de ces enfants laissent imaginer l’état de dénuement dans lequel se trouvaient les familles avant de percevoir la Bolsa Escola et ce que celle-ci a représenté pour elles. Mais ce changement matériel laisse ouverte la question de savoir comment les personnes voient la situation.

19Être pris en compte

20Des propos des mères de familles sur les services municipaux qu’elles côtoient désormais lors des procédures administratives nécessaires à l’obtention et au renouvellement annuel de la Bolsa Escola indiquent l’importance, pour elles, d’ « être prises en compte par la municipalité », d’avoir « des droits ». Un espace subjectif s’ouvre donc à cette occasion ainsi qu’un autre rapport à l’espace public. Certaines évoquent la « débrouille » qu’a permis le contact avec les professionnels, l’apprentissage des rouages administratifs, de l’existence d’aides sociales grâce auxquelles elles se sont « relevées ». L’une d’elles, rencontrée lors du travail de terrain, explique avoir pu, grâce au bénéfice, au maillage municipal et au travail de bénévoles, construire sa maison qui abrite aujourd’hui, au rez-de-chaussée, une cantine et une bibliothèque communautaires accueillant plus de 80 enfants pendant le temps libre de ceux-ci. Si ce cas est exceptionnel et relève de la personnalité de cette mère, il montre néanmoins qu’une diversité de stratégies sont possibles à partir de cette mesure. Par ailleurs, il indique qu’une modification du rapport au quartier peut avoir lieu (en plus d’une modification au sein du foyer)29.

L’enjeu scolaire

21L’école, au centre du programme, est un point en débat mobilisant des représentations parfois absolument antagoniques. Ainsi, si pour les professionnels municipaux, l’école doit assumer une fonction sociale, accueillir des enfants en difficulté, intégrer les familles et aider à lutter contre la pauvreté ; pour les enseignants, ce point de vue est parfois très mal reçu. Le travail du chercheur Nilton Cardoso montre qu’un petit nombre d’enseignants déplorent l’entrée dans l’école, impulsée par le programme Bolsa Escola, d’enfants qui en étaient jusque là éloignés parce que ceux-ci « ont des difficultés, sont indisciplinés, ne présentent aucun intérêt pour les études, sont hyperactifs, sans concentration »30. Ce discours est déconstruit par le chercheur qui conclut qu’« enfant Bolsa Escola » désigne, dans les représentations de ces enseignants, tout élève pauvre ayant des difficultés dans l’apprentissage et découle d’une vision de l’école qui ne serait pas « pour tous ». Prenant le contre-pied d’une conception qui ne fait que tendre la situation d’enfants qui connaissent déjà de nombreuses difficultés, d’autres enseignants soutiennent la thèse qu’« un enfant est un enfant »31 et disent trouver des problèmes d’apprentissage identiques chez les boursiers et les non-boursiers.

22Le travail de l’enfant que le programme Bolsa Escola entend combattre convoque parfois un jeu de représentations et de références tout à fait différentes entre les familles et l’institution : alors que celle-ci qualifie, par exemple, les travaux domestiques de « travail », les parents de leur côté les considèrent comme une participation de fait à l’organisation familiale32.

« Le plus grand travaille, il vend des bonbons, dans le centre sur les moments où il n’a pas école, comme ça il est occupé, il ne va pas avec le trafic et il apprend à être responsable. Si le travail n’est pas un travail trop lourd, alors c’est bien, c’est une responsabilité et il aide la famille, il aide beaucoup ». Cette mère qui reçoit une bourse et qui a réitéré l’importance de l’école et de la responsabilité qu’ont les enfants d’y aller tout au long de l’entretien pense, à la fois, le travail de l’enfant comme une activité bénéfique pour lui et pour la famille.

23Il s’agit dès lors de voir ce à quoi ouvre son point de vue. Il signale en effet, pour le chercheur comme pour les professionnels, la nécessité d’une identification de ce qui se déploie sous la catégorie de travail  et dans le rapport enfant / famille pour les gens. Ici, outre l’apport économique, le travail permet de développer un sens de la responsabilité ou encore d’échapper à l’autre rue : celle du trafic33 et l’enfant est pensé à travers la catégorie d’aide, au même titre qu’un adulte au sein de la famille.

Questions ouvertes

24D’autres questions peuvent apparaître à l’endroit de l’école notamment sur la perception du contrôle et des registres d’appel que les établissements sont chargés de renvoyer chaque mois à la municipalité34. Du côté des bénéficiaires, la recherche menée par Edna Borgès montre que les mères construisent un rapport en général positif à l’école, l’envisageant  parfois comme le pendant de la rue et rappelant qu’à partir de là un « futur » - qu’elles n’ont pas eu - est pensable pour leurs enfants35.

25Les enfants, eux, semblent penser l’école comme lieu d’apprentissage ou encore investissent celle-ci au travers de la figure de l’enseignant ; le bénéfice reçu n’intervenant pas dans leur rapport à l’institution sauf quand ils sont étiquetés « Bolsa Escola ». Mais ces représentations et leur diversité restent encore à enquêter. Edna Borgès indique que la désignation des mères comme bénéficiaires de la Bolsa change la façon dont celles-ci se pensent dans le foyer36. Ce que les enfants pensent de ce revenu dont ils sont la « condition » est inexploré. Un professionnel exposait le cas d’adolescents en conflit avec leur famille qui revendiquaient le droit à disposer de l’argent37. La Bolsa Escola redessine-t-elle l’idée de famille, les relations intergénérationnelles ?

26Le programme Bolsa Escola de Belo Horizonte ouvre donc à une réflexion sur le sens de l’engagement du Brésil dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités mais aussi sur une professionnalité en charge de travailler dans ce domaine avec des critères et des limites que les images, les récits de vie et les formes de pensée débordent largement. Aujourd’hui, au Brésil, il est courant d’entendre parler d’initiatives privées (personnalités, associations de quartier, ONG, etc.) qui remédient aux carences publiques en terme de lutte contre la pauvreté38. Etudier un dispositif tel que celui de la Bolsa Escola à Belo Horizonte permet de voir comment une action publique, aussi récente soit-elle, peut, elle aussi, contribuer à redessiner la ville contemporaine brésilienne mais aussi l’État Nation dans les nouveaux défis qu’il s’est lancés.

Haut de page

Notes

1 La Bolsa Escola brésilienne ne trouve d’antécédent semblable que dans le programme Beca Escuela mis en place par le gouvernement vénézuélien en 1989. L’initiative connaît par ailleurs un retentissement international : en 2000, Kofi Anan lors de l’ouverture du forum « éducation pour tous », à Dakar, affirme que la Bourse Ecole devrait être adoptée dans d’autres pays ; en décembre 2001, la conférence des chefs d’État et des gouvernements ibéro-américains la propose comme un instrument de lutte pour l’universalisation de l’éducation ; en mai 2001, elle est présentée sous le nom de MISA (Minimum Income School Attendance) à la conférence de Bruxelles, de la UNCTAD et l’OIT pour lutter contre la pauvreté
2 Ces municipalités sont au nombre de 60 en 1999. Cf. Mauricio Dias David, Dynamiques et permanences des exclusions sociales au Brésil. Economie des pauvretés, des inégalité et de l’accumulation des richesses, Paris, L’Harmattan, 2004, p.234.
3 Le gouvernement Lula a annoncé récemment que la Bolsa Familia concernerait, en 2006, 11 millions de familles, soit 45 millions de personnes.
4 Les propos cités, sauf quand il est précisé qu’ils proviennent d’autres travaux, sont issus d’un terrain effectué à Belo Horizonte entre septembre et décembre 2004
5 Cf. sur cette question, les travaux de S. Lazarus et notamment « Recherche Bonjour Voisin, Du point de l’État, du point des gens. Enquête sur le dispositif Bonjour Voisin de la mairie de Saint-Denis », Rapport final, Comité de suivi du 13 octobre 2000, MST Formation à la connaissance de banlieues.
6 M. Dias David, op.cit., p. 274. Un récent rapport de la commission des droits de l’homme indique que « plus de 22 millions de Brésiliens ne mangent jamais à leur faim dans un pays qui compte parmi les premiers exportateurs mondiaux de denrées alimentaires ».
7 La lutte contre les inégalités est d’ailleurs inscrite dans les principes fondamentaux de la Constitution brésilienne de 1988 (article 3).
8 R. Barros, R. Henriques, R. Mendonça, « Evolução recente da pobreza e da desigualdade: marcos preliminares para a política social no Brasil » in Cadernos Adenauer. Pobreza e política social, São Paulo, Fundação Konrad Adenauer, 2000, p.11-30.
9 Il n’est pas rare de voir dans le centre-ville, des enfants vendre des boissons ou des friandises, faire la manche, garder des voitures.
10 L’école est obligatoire pendant 8 ans au Brésil et le travail n’est légal qu’à partir de 16 ans.
11 L. Lavinas, M. L. de O. Barbosa, Combater a pobreza estimulando a freqüência escolar : o estudo de caso do Programa Bolsa-Escola de Recife. Revista, et L. Lavinas., Programas de Garantia de Renda Mínima: perspectivas brasileiras, IPEA. Lena Lavinas rappelle qu’en 2002 les dépenses sociales au Brésil correspondent à 15% du PIB, alors que celles de l’Union Européenne représentent 27%.
12 M. Dias David, op.cit., p. 284.
13 Il faut ajouter par ailleurs que les niveaux de gouvernement, les lourdeurs bureaucratiques et les disparités entre les administrations, entraînent parfois des difficultés quant à l’acheminement de l’argent.
14 Le programme est institué en juillet 1996 par la loi n°7135 et réglementé en mars 1997 par le décret n°91140. Le fait que ce programme résulte d’une décision législative est important au cas où sa suppression serait envisagée au niveau exécutif qui devrait alors la justifier et la faire accepter.
15 Des adaptations ont été nécessaires au travers de la loi n° 8287 du 28 décembre 2001.
16 Entretien réalisé à Belo Horizonte en octobre 2004.
17 Sur les caractéristiques des familles prises en compte dans le programme, cf. E. Borgès, Programa Bolsa Escola de Belo Horizonte : limites e possibilidades de uma política de inclusão social, Mestrado en Administration Publique sous la dir. de Maria Céres Pimenta Spínola Castro, Escola de Governo da Fundação João Pinheiro, Belo Horizonte, 2003, p.124.
18 La ville de Belo Horizonte est divisée en 9 arrondissements (regionais) : Barreiro, Centro-sul, Leste, Nordeste, Noroeste, Norte, Oeste, Pampulha, Venda-Nova.
19 Il existe, en charge du programme, une gérance générale, une gérance d’articulation, une gérance du fichier, une gérance administrative et neuf gérances d’arrondissements. L’équipe se compose de 21 techniciens du service public, de 13 enseignants à la disposition du programme, d’un agent administratif, de 117 stagiaires.
20 Prefeitura Municipal de Belo Horizonte. Secretaria Municipal da Educação, Relatorio do Programa Bolsa Escola Municipal - BEM BH, sept. 2003, p. 21.
21 Ibid., p.20.
22 La somme dépensée pour la Bolsa Escola municipale représente 1, 67 % du total du budget du secrétariat municipal de l’éducation qui reçoit 30 % des recettes courantes liquide de la Municipalité de Belo Horizonte alors que la loi prévoit comme limite des dépenses concernant le programme 3% du total des recettes courantes du budget municipal. Cf. F. Ferreira Duarte, Análise do Programa Bolsa Escola da Prefeitura Municipal de Belo Horizonte como estrategia de combate á pobreza, Monographie en sciences économiques, UFMG, Belo Horizonte, 2000, p. 35.
23 Jusqu’en 2004, les familles du programme recevaient par enfant 15 R$ de l’État fédéral (jusqu’à trois enfants) la différence étant apportée par la mairie. Aujourd’hui toutes les familles du fichier Bolsa Escola bénéficient de la Bolsa Familia d’un montant plus élevé. La différence apportée par la mairie est donc moindre.
24 Ce choix dépend de paramètres précisément calculés comprenant, outre le revenu de la famille, d’autres critères comme le taux d’abandon scolaire de l’arrondissement de résidence, l’IQVU (l’indice de qualité de vie urbaine), etc.
25 Cf. par exemple, E. Borgès, op.cit. ; E. Andrade Grossi, M.D. Trindade de Marques, « Programas de renda mínima vinculadas à educação de crianças e adolescentes : o programa executivo Bolsa Escola de Belo Horizonte », Seminário sobre a Economia Mineira, 2001.
26 Cf. entretiens menés entre septembre et novembre 2004 auprès de professionnels du programme Bolsa Escola de la ville de Belo Horizonte.
27 N. Cardoso, A criança da Bolsa Escola : sujeitos, vivencias e representações, Universidade de Minas Gerais, Faculdade de educação, mestrado em educação, Belo Horizonte, 2003, p. 181.
28 Ibid., p. 180. Il faut ajouter que la cantine scolaire, gratuite au Brésil, assure également un repas à l’enfant lorsque celui-ci fréquente l’école.
29 Une étude faite dans le district de Brasilia indique, dans un tout autre registre, l’apparition au sein du voisinage de tensions et de jalousies suite à l’obtention de la bourse par certaines familles. Cf. J. Waiselfisz, M. Abramovay, C. Andrade, Bolsa escola. Melhoria educacional et redução da pobreza, Edições Unesco, Brazil, 1998.
30 N. Cardoso, op.cit., p. 218.
31 N. Cardoso, op.cit., p.212.
32 Cf. E. Borgès, op.cit., p.135-136.
33 Ce point est toutefois discutable. Les études montrent que c’est justement la fréquentation de la rue qui favorise les rencontres que cette mère voudrait éviter. Les propos de celle-ci vont par ailleurs dans le sens du projet Escola Aberta (Ecole ouverte) impulsé sous l’égide de l’UNESCO dans certaines villes du Brésil (dont Belo Horizonte depuis octobre 2004). L’initiative consiste en effet à la prise en charge des enfants à travers des activités, dans certaines écoles, pendant les week-ends (moments où les statistiques montrent que les violences sont plus importantes).
34 N. Cardoso signale par exemple, dans celle des deux écoles enquêtées qui n’est pas favorable au programme, des menaces de renvoi de plusieurs jours adressées à des élèves boursiers ayant des problèmes de discipline, ce qui conduirait à une suspension du bénéfice pour les familles.
35 E. Borgès, op.cit., p.134.
36 E. Borgès, op.cit., pp.128-129.
37 Entretien mené auprès d’un professionnel du programme Bolsa Escola en octobre 2004.
38 Jean-Jacques Sévilla, Rio de Janeiro en mouvement, des innovateurs dans la ville, Paris, Autrement, 2005.
Haut de page

Note de fin

i Cette recherche a bénéficié d’un soutien du Réseau Français d’Etudes Brésiliennes (REFEB).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Kundid, « Le programme Bolsa Escola à Belo Horizonte », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 27 novembre 2006, consulté le 24 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/437 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.437

Haut de page

Auteur

Laurence Kundid

Anthropologue, ESCOL / Université de Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org