Navigation – Plan du site

De la « ville rouge » à la « ville monde »

Stephan Anfrie

Texte intégral

1La question de la frontière revêt pour les ethnologues une acuité toute particulière. L’ethnologue, perçu et se concevant bien souvent comme le spécialiste des groupes humains clos et culturellement homogènes, a, en effet, longtemps assis sa pratique de terrain sur le postulat d’un monde fait de discontinuités culturelles dont il se réservait un segment particulier.

2Saint-Denis, possède comme tous les villages et villes de France, un nom et des limites territoriales qui font d’elle une commune, c’est-à-dire un fragment de territoire administré par un maire et un conseil municipal. Cet oubli volontaire de la question des frontières de notre terrain relevait avant tout d’un choix problématique : nous rejetions d’emblée la nécessité de définir toute société locale comme un isolat politique. L’enquête ne nous a pas montré d’emblée la « ville pas comme les autres » voire la « vraie ville » que les responsables politiques ou associatifs locaux aiment à mettre en évidence. Rien de palpable dans l’atmosphère locale ne venait confirmer cette singularité dionysienne : Saint-Denis, comme toutes les villes de la proche banlieue nord, possède son cortège de cités monotones, élevées « au chemin de grue ». Elle est balafrée par les nombreuses voies rapides. L’absence d’un centre-ville uniformément bourgeois nous rappelle que nous sommes en vieux territoire ouvrier. Chômage, pauvreté de masse, migrations diverses s’incarnent dans un habitat populaire dégradé et un commerce paupérisé et « ethnicisé », nous sommes bien dans ce que l’on nomme en France, depuis les années 1980, souvent sans autre qualificatif, la « banlieue ». Et, comme ses cousines irlandaises, Londonderry, et anglaise, Liverpool, Saint-Denis semble lutter pour survivre, pour faire face à la désertion de ses usines et à l’effondrement des espaces laborieux qui définissaient ces villes ouvrières1 .

3Nous avons fondé notre interrogation sur « la frontière dionysienne » comme une production intentionnelle2, ou, pour reprendre les termes d’Appadurai, une « construction imaginée ».  Le paradoxe entre une ville « qui se voit », celle que nous vivions au commencement de notre enquête, et une ville « qui se dit », principalement dans les milieux politiques et associatifs locaux, nous a conduit à faire l’hypothèse que ce sont les exécutifs municipaux qui, depuis plusieurs décennies, tentent de construire des « images de la ville »3 et qui sont à même de la singulariser. Autrement dit, nous nous sommes appliqués à porter notre regard d’ethnologue sur la production des frontières locales et plus précisément, sur la « production de la localité »4, qui nous aidera à comprendre qu’une politique, fût-elle municipale, est une rhétorique qui donne du sens à l’espace urbain administré, lequel sens, dans un effet d’imbrication, légitime en retour l’action politique. Car la production de la localité, qui est nécessairement une production de limites (imaginaires), n’est pas une fin en soi, ni une simple entreprise de promotion patrimoniale : elle s’insère dans le jeu politique local comme une des ressources de celui-ci.

Produire la localité : Saint-Denis, la ville rouge

4Il s’est donc agi de pister la frontière dionysienne, en relevant ce qui, historiquement, a pu lui donner une consistance telle qu’elle semble aujourd’hui une évidence5, voire une substance d’où l’on déduit une capacité à comprendre certaines particularités sociales et politiques locales. La singularité se construit d’abord dans le qualificatif de « ville rouge » que la ville se voit attribuer dès 19206, quelques mois avant la naissance de la SFIC (section française de l’Internationale communiste). Si Saint-Denis n’abrite plus l’oriflamme protectrice de la royauté française, son rôle national est, dès lors, de se situer en tête des villes socialistes, au point de devenir, pour elles, un modèle de l’action politique. Saint-Denis-La-Rouge : la dénomination accompagne la volonté d’une ville d’être exemplaire dans le monde des municipalités socialistes puis communistes comme elle a été une référence de la France blanche, un des lieux-phares de la dynastie capétienne.

5À partir des élections de 1924, le « mythe de la banlieue rouge »7 n’invalidera aucunement cette volonté d’exemplarité de Saint-Denis, et les dirigeants politiques n’auront de cesse de présenter la ville comme un modèle politique pour les communes alentour. L’exemplarité dépasse même, et de loin, le périmètre local : Staline lui-même s’est intéressé de près à la vie politique dionysienne8. Par ailleurs, c’est précisément dans ces années-là que nous pouvons trouver des indices de la volonté des exécutifs locaux de constituer la ville en capitale du peuple, Ce « patriotisme communal »9, s’exprime par une volonté de se démarquer politiquement et socialement de Paris mais également de se « détacher du front rouge »10 de la banlieue.

6Après la Libération, il s’agit dans la reconstruction de faire renaître Saint-Denis de l’héritage laissé par Doriot11, une ville insalubre, une ville couverte de taudis. L’objectif affirmé des élus est de construire le Saint-Denis de demain12, une ville digne qui soit à même de matérialiser ce que peut être la ville communiste exemplaire, la « capitale du peuple ».

7Dans la rhétorique des communistes dionysiens, (re)construire Saint-Denis c’est, par un jeu d’échelle spatial, reconstruire la France, mais c’est aussi, par un jeu d’échelle temporel, construire la France de demain. Saint-Denis, la Ville rouge, ville exemplaire, capitale du peuple se déploie dans une visée « eutopique » 13 et missionnaire : « Si les affaires de la France étaient gérées comme celles de Saint-Denis, tout irait mieux pour le monde du travail manuel et intellectuel14. »

8S’ils nous laissent à voir quelques unités contextuelles (local / national, ville rouge / banlieue rouge, temporalités composites…) inhérentes à la production des frontières locales, ces brefs aperçus historiques nous permettront également de comprendre en quoi ces mêmes frontières ne résultent pas mécaniquement d’un simple découpage administratif, mais qu’elles ressortissent avant tout d’un processus de production de représentations d’un lieu dont les frontières administratives sont majorées de frontières sociales (la ville ouvrière), politiques (la ville communiste) et culturelles (la ville exemplaire et missionnaire, la capitale du peuple), largement entretenues et amplifiées par les élus. La volonté de faire de Saint-Denis une ville « pas comme les autres », y compris « pas comme les autres villes rouges », se fonde sur un imaginaire différenciateur, construit, calculé, entretenu, un « imaginaire pour agir »15 que diffusent non seulement les communistes dionysiens, élus et militants, mais aussi un grand nombre d’autres acteurs de terrain, notamment les militants des réseaux associatifs qui « encadrent » la vie urbaine : syndicats, association de Bretons, association sportive ou de parents d’élèves… Fondée sur une identité imaginée de l’altérité, Saint-Denis-La-Rouge, tel un « toponyme performatif »16, s’est accomplie tout au long du siècle passé en s’incarnant de toute sa puissance dans une ville où espace social et espace politique étaient pensés et voulus comme isomorphes.

9Saint-Denis est une capitale du peuple, et une capitale, bien évidemment, n’est pas en périphérie. Saint-Denis-La-Rouge est aussi une forme de dénégation de l’inscription territoriale de la ville qui semble nous dire que Saint-Denis n’est définitivement pas en banlieue.

Les frontières de la marginalisation

10À l’orée des années 1980, l’enchevêtrement politique et social qui magnifiait, dans les murs de la ville, la rencontre entre le parti communiste et « la » classe ouvrière va sombrer violemment et ce qui était l’un des plus vastes espaces laborieux de la Région parisienne - la Plaine-Saint-Denis - va devenir la plus grande friche industrielle d’Europe. À mesure qu’elles voient leur infrastructure industrielle s’effondrer, les périphéries des grandes villes françaises, notamment les villes ouvrières de la Région parisienne, cessent d’être rouges pour devenir « à problèmes » ou « difficiles ». De proche en proche, la banlieue rouge cède la « place à la banlieue, et on redoute les ghettos là où on admirait les bastions »17. Le mot banlieue change progressivement de sens avec ces années 1980 : de territoire périurbain conçu dans sa relation à une ville-centre 18, la banlieue en vient à désigner ces espaces où se concentrent tous les troubles de la société française, le pôle négatif d’une France en cours de modernisation. De nouvelles représentations de ces territoires de « fierté ouvrière » qui vivaient sous le régime naturel du travail et du communisme municipal (à tout le moins dans la Région parisienne) s’imposent : ils sont à présent des quartiers malades, des lieux de relégation où problèmes sociaux et « ethniques » se partagent les faveurs du traitement médiatique, des lieux honteux dont les caractéristiques populationnelles (chômeurs, ouvriers non qualifiés, immigrés, « inemployables ») seraient la cause du désastre. Saint-Denis n’échappe pas au glissement vers cette conception flétrie et stigmatisante de la ville populaire. Du point de l’imaginaire, elle est alors confrontée aux mêmes mutations que nombre de communes ouvrières : la ville-phare de la banlieue rouge devient une ville de banlieue « comme les autres », synonyme de lieu de souffrance, de désordre, de lieu où se concentrent tous les aspects de la crise économique et sociale contemporaine. Étayant cette « reprogrammation » des représentations de la ville, les premiers décrochages politiques se font sentir. Le PCF vacille électoralement et les premières révoltes internes sont rendues publiques. Progressivement lâchée par son garde-fou « allocataire de sens »19, la Ville rouge s’enchâsse inéluctablement dans l’hyperonyme « banlieue » pour devenir une ville très ordinaire.

11Dans ces conditions, on ne sera pas surpris d’apprendre que les frontières imaginées, les assemblages signifiants qui faisaient de Saint-Denis une ville autre, ont volé en éclat, réduisant la localité à ses frontières administratives et à sa représentation spéculaire : une ville économiquement, socialement et politiquement en situation d’abandon, où se concentrent ce que l’on discerne d’ordinaire comme les « tares de la ville malade », à savoir le chômage, la présence de populations immigrées, la sous-qualification de la main-d’œuvre, l’échec scolaire massif, la croissance exponentielle de l’économie parallèle et de la délinquance…

12L’essentiel des joutes politiques qui opposent « orthodoxes » et « refondateurs » au sein du PCF local sont, de l’aveu même des protagonistes, des batailles sur le sens de la ville dans les deux acceptions du mot « sens », à savoir : de quelle politique cette ville doit-elle être l’expression et quel est son avenir ?

13Ayant cessé d’être un lieu d’énonciation de sens pour son empire municipal et instaurant parfois sur une véritable concurrence entre les villes rouges 20, le PCF a acculé au « sauve-qui-peut » général les exécutifs locaux, bien souvent condamnés à gérer la manne financière que l’État central accorde, sous le nom de « politique de la ville », aux agglomérations les plus en difficulté.

Vers une nouvelle identité : la ville-monde

14À Saint-Denis, Marcelin Berthelot, maire de Saint-Denis de 1971 à 1991, puis Patrick Braouezec, son successeur, vont se consacrer pleinement à réorganiser un territoire moribond et à le réorganiser non seulement sur le plan économique, mais également en terme de représentation. Tout d’abord, le quartier de la Plaine-Saint-Denis va très rapidement renaître de ses cendres et en lieu et place de la grande friche industrielle s’élève aujourd’hui non seulement le Stade de France, mais aussi un nombre croissant de sièges sociaux de grandes entreprises et un espace marchand en expansion rapide. Ce nouveau poumon de l’espace économique francilien se leste dans les discours de tous les superlatifs et l’habitat social « de fait » dont le quartier était jalonné a fait place à plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés de bureaux. Les émissions télévisées les plus populaires y ont élu domicile et un des plus vastes pôles audiovisuels de la Région parisienne y a surgi. La publicité a envahi les façades que la couverture de l’autoroute a laissées visibles et il est de bon ton aujourd’hui pour une entreprise de marquer sa présence (réelle ou publicitaire) près du Stade de France. Selon toute vraisemblance, le pragmatisme des dirigeants municipaux, parfois condamné par une fraction des communistes locaux et par la gauche non communiste, a porté ses fruits : La Plaine-Saint-Denis a survécu aux départs des usines et le maire de Saint-Denis se retrouve à la tête de la plus importante association partenariale de France, « Saint-Denis promotion », qui unit sous une même bannière élus communistes et patronat local, et dont l’ambition est « de faire connaître les atouts de la ville » pour que Saint-Denis, « cité des Rois et terre d’avenir », « occupe une place prépondérante sur la scène économique francilienne dans le respect de son identité »21. L’association s’emploie également à soutenir, par « des actions de parrainage et de sponsoring »22, le « projet de ville »23, comme elle incite les entreprises signataires de la Charte pour l’emploi « à recruter localement »24.

15La reconversion économique heureuse de l’ancien territoire ouvrier n’est pas en soi le principal aspect de la « reconstruction » d’une identité de la ville. Elle est primordiale dans la mesure où, comme nous le propose le maire au cours d’un entretien, elle est la condition, par le biais des taxes locales, d’une possible redistribution des richesses dans une ville où la priorité, lit-on dans la littérature municipale, reste traditionnellement « le social ». Mais elle est tout aussi importante en ce qu’elle est le vecteur d’une valorisation de la ville en termes d’images. Dans l’espace en souffrance de la banlieue nord, la réussite économique de Saint-Denis détonne suffisamment pour indiquer à quel point elle résulte de l’action des dirigeants municipaux, particulièrement certains communistes en vue, ce que ces derniers n’omettent pas de signaler à l’heure des bilans municipaux.

16Derechef, les communistes locaux, mais sans l’aide de leur parti cette fois-ci, sont parvenus à décrypter la nouvelle « logique » de la ville et à soustraire celle-ci de son devenir désespérant. Mais, si l’on en croit les intéressés eux-mêmes, cette capacité au décryptage n’est pas imputable uniquement à leur clairvoyance. Ils ont su réagir et ils ont agi, comme leurs prédécesseurs, dans le « bon sens », parce qu’il existe une tradition héritée de la Ville rouge, inscrite au patrimoine de la ville, comme nous l’explique le maire :

« Je pense qu’il reste [de la ville rouge] une histoire, une culture, il en reste des habitudes de travail, des traditions de solidarité, des pratiques de solidarité, des pratiques d’innovation. […] On peut toujours dire que Saint-Denis est une ville rouge même si au fil du temps sa municipalité s’est rosie et verdie. »

17La référence à la Ville rouge met en valeur cette volonté toujours affirmée de faire de Saint-Denis une ville autre, qui possède « peut-être comme d’autres villes, mais peut-être plus que d’autres, […] des objectifs de transformation sociale, de transformation profonde de cette société inégalitaire et injuste »25. Saint-Denis continue de diffuser ses images, de marcher de l’avant et montre, à qui le veut bien, que ce qui est possible ici l’est ailleurs (échelle spatiale). Elle montre qu’une ville peut être à la fois « populaire, dynamique et solidaire »26 et que ce qui se construit dans ses murs va effectivement dans le « bon sens »27 (échelle temporelle), tant et si bien qu’on est en mesure d’affirmer de Saint-Denis qu’« elle dit l’avenir », comme le proclame le nouveau logo de la ville qui a succédé dans le milieu des années 1990 aux vieilles armoiries royales.

18Mais, comme pour mieux se différencier du « non-sens » de la banlieue, la volonté d’altérité est désormais maximale et au fondement même de l’action communale, qui se décline selon quatre axes : « autrement la ville, autrement la vie, autrement citoyen, autrement le monde »28. Et l’on voit bien ici que la tâche que se fixent les élus de Saint-Denis n’est pas seulement de « changer la ville, pour changer la vie » (sens immédiat, comme nous le proposions ci-dessus). La mission traditionnelle de Saint-Denis, « ville jumelée avec l’histoire »29, est encore et toujours d’élargir le champ des possibles, de rendre concevable l’hypothèse d’une altérité politique radicale, comme des « lendemains qui chantent » mais dont on ne connaît pas la musique. Car l’horizon à atteindre est désormais plus lointain : en l’absence de référentiel partidaire, la Ville rouge, en tant que ville missionnaire, est une ville expérimentale ou une ville-laboratoire - thèmes entendus à plusieurs reprises dans nos entretiens -, et l’on cherche ici à inventer des formes politiques nouvelles, une « citoyenneté active » dans la ville30, parfois aussi le communisme du XXIe siècle. Dans un monde marqué par le libéralisme, Saint-Denis, par la voix de certains de ses élus, entend bien montrer à son niveau qu’un « autre monde est possible ». Et toutes ces altérités affirmées ne restent pas figées dans l’ordre du programmatique : en dépit de tous les « ratés » et de toutes les imperfections qui trahissent le caractère expérimental de la mise en acte, elles s’écrivent au quotidien sur les murs de la ville, semaine après semaine dans la presse gratuite d’informations locales (Le Journal de Saint-Denis) ou dans les nouvelles formes institutionnelles mises en place par la municipalité. Ainsi, les démarches-quartiers, les réunions « Bonjour voisin », les visites du maire dans les quartiers, scandent-elles la vie publique urbaine comme des saisons à la campagne. Au hasard d’une promenade dans la cité, on pourra voir un habitant arborer un T-shirt estampillé d’un « bienvenue au monde » (sic !). On pourra faire ses provisions du dimanche en arpentant les allées du « marché du monde ». On lira avec intérêt cette plaquette sur laquelle on apprend qu’à Saint-Denis « on mondialise », étant entendu que la mondialisation dont on débat ici est à l’opposé de celle dont on parle à quelques kilomètres de là, dans les cabinets ministériels ou à la Bourse. Au mois de juin, on pourra participer activement à la Carnavalcade, grand défilé populaire qui envahit tous les deux ans le centre de la ville, et dont le nom résulte de la contraction de « cavalcade », fête dionysienne traditionnelle tombée en désuétude, et « carnaval », autre grande fête populaire qui anime le monde, de Rio à Venise en passant par les Antilles. On apprendra enfin par voie d’affiche que Saint-Denis est une « ville jumelée avec le monde »31, que son regard est tout entier tourné vers Porto Alegre, conurbation avec laquelle elle partage à présent l’expérience des « budgets participatifs ».

19En attribuant à Saint-Denis un rôle de premier ordre dans ce nouvel espace d’interactions politique et économique qu’est « le monde global », la rhétorique municipale contribue à « reprogrammer » les images de la ville, et celles-ci se diffusent d’autant mieux qu’on tente de gérer le « très local » à l’aune de la mission supérieure de la ville. Car ce qui est vu d’ordinaire comme des handicaps majeurs de la banlieue est perçu à Saint-Denis comme un champ d’expérimentation d’une politique en cours d’invention qui pourrait servir d’exemple à d’éventuels nouveaux rapports mondiaux. L’immigration, par exemple, n’est pas considérée à Saint-Denis comme un problème, mais comme une chance pour la ville, puisqu’elle serait à l’origine de la tradition d’accueil qui la singularise. On s’honore, qu’à la différence d’autres villes - en l’occurrence Montreuil, qui a mené à bien sa mutation post-industrielle mais selon des modalités moins « populaires », moins sociales qu’à Saint-Denis, et qui sont fortement désapprouvées par la mouvance communiste locale -, on reconstruise les foyers de travailleurs immigrés sur le territoire de la commune. De même, la municipalité, par l’intermédiaire de sa cellule de relations internationales, a jumelé la ville à des localités du tiers-monde, avec pour objectif de d’y favoriser le développement, sans contrepartie d’un engagement au retour des populations installées en France. En outre, le député est un farouche défenseur du droit de vote des résidants allogènes aux élections locales. Le logement social a été implanté au cœur de la ville historique, à une encablure de la nécropole : « dans le centre, on a construit la ville pour tous », comme nous l’a expliqué un élu, et ce dans une période où même les municipalités communistes se plaignent du « trop de logements sociaux » et énoncent des politiques de « mixité sociale » qui relèvent de la chimère. La délinquance et la révolte « sans objet » semblent être contenues efficacement par un réseau de travailleurs sociaux quadrillant la ville et par la proximité des élus, au plus près « du terrain » : ici, point d’émeutes et les voitures ne brûlent pas. Le Monde n’hésite pas à qualifier la ville d’exemplaire quant à la gestion de ces questions-là, et le maire est progressivement devenu un expert des questions urbaines, consulté par le président Chirac, invité d’émissions qui en débattent, travaillant pour son parti sur ces questions-là.

20Nous pourrions, au risque de la redondance, multiplier les indices qui tendent à établir que Saint-Denis est, après une décennie de marginalisation, sur le chemin de la reconstruction identitaire, cherchant dans les bruissements des oppositions à la mondialisation libérale, les éléments constitutifs d’une nouvelle forme de centralité dans l’espace des représentations politiques nationales, voire internationales. Et si cette reconstruction s’adosse généreusement au patrimoine sémantique de la Ville rouge - notamment pour ce qui est de l’altérité et de l’exemplarité -, il n’en reste pas moins qu’elle s’inscrit dans un rapport aux frontières qui trahit un renforcement de la distanciation au territoire. Car finalement, la construction de la ville « missionnaire » d’aujourd’hui et de ses frontières dépasse, et de loin, les simples références au local. Saint-Denis n’entend pas seulement rayonner sur les territoires « rouges » de l’Île-de-France, à présent comparables à une peau de chagrin ; sa nouvelle centralité est d’être aujourd’hui du monde et du temps - une ville « monderne » comme nous le dit le maire de Saint-Denis -, étant entendu que la modernité est toujours perçue, y compris par l’actuel maire, comme une anticipation, ce vers quoi la ville doit tendre : Saint-Denis dit l’avenir. La « maintenance rituelle » des frontières dionysiennes, fondée sur une nécessaire forclusion des frontières administratives, a engendré des contextes et des « voisinages »32 dont les mutations sont à rapporter aux contractions et distensions politiques et géographiques du monde : la Ville rouge admirait Sesto San Giovanni et Moscou, autres capitales rouges avec lesquelles elle est jumelée de longue date, et détestait Paris, d’un regard que le parti communiste lui avait donné ; la ville « moderne », celle de l’effondrement du communisme dans les pays de l’Est, celle aussi de la quasi-disparition du PCF, s’est prise de passion pour Porto Alegre et s’est mise en quête des micro-expériences démocratiques dont le monde est constellé. C’est en cela que nous dirons de Saint-Denis qu’elle épouse, depuis la Ville rouge, les formes d’une « translocalité »33 où le « trans- » donne consistance à la « localité » et à ses frontières : la ville vaut toujours pour un « au-delà de ses murs » et pour un autre temps, et c’est pour cette raison qu’elle est Saint-Denis. Ce qui a changé entre les différents moments de la ville, c’est, outre l’orientation du « trans- », son lieu de prescription et sa mesure « linéaire » : le PCF ne commande plus l’acte souverain du regere fines, du « tracé en ligne droite des frontières »34 et la ville n’est plus le lieu où se bâtit ce que le PCF, tel qu’il existe actuellement, offrira à la France de demain ; Saint-Denis n’est plus de la défunte banlieue rouge mais de la « banlieue du monde » 35, une ville de la construction globale et expérimentale de la politique d’où l’on énonce le possible d’un « autre monde », comme le contrechamp de la « ville globale », lieu d’accumulation des richesses, analysée par Saskia Sassen36.

21Enfin, c’est en mesurant l’importance de la forte identité locale - mise au jour au cours de notre enquête de terrain -, identité qui se concentre dans la figure de « l’être dionysien », que nous pourrons confirmer ce que nous affirmions plus haut, à savoir, que la production de la localité se nourrit du « trans- ». Car « être dionysien » ne signifie pas être natif de Saint-Denis, et dans une ville à forte immigration, où une grande partie des élus n’est pas née, le contraire eut été paradoxal. Marcelin Berthelot, originaire du Loiret, nous a toujours été présenté, au cours de notre enquête, comme « un vrai dionysien », voire comme « le Dionysien », « représent[ant] ce que les [habitants] de Saint-Denis s’imaginent d’eux-mêmes ». En revanche, tel adjoint socialiste, né à Saint-Denis, sera récusé comme n’« étant pas dionysien », pour la bonne raison qu’« il n’a pas compris Saint-Denis ». Et comprendre cette ville, c’est bien évidemment avoir à l’idée que Saint-Denis est une ville autre, qu’elle possède une mission supérieure, qu’elle doit être exemplaire, qu’on ne peut pas en faire la critique en n’importe quel lieu. La figure de « l’être dionysien » dépasse également les clivages politiques : quand l’image de la ville est attaquée, « il y a une réaction de territoire », nous dira un élu, qui appartenait à cet ensemble que l’on nous a décrit sous le nom de « vraie droite dionysienne ». Malgré tout, le meilleur représentant actuel de l’« être dionysien » reste, à n’en pas douter, Patrick Braouezec, un des députés-maires communistes le mieux élu de France, manifestant remarqué lors des défilés dionysiens du Grand pardon breton et praticien des frontières « translocales ». Car les frontières dionysiennes sont loin, très loin d’ici : elles commencent à Paris, cette « ville qui fait de l’ombre à Saint-Denis », comme deux capitales qui ne pourront jamais se côtoyer.

Haut de page

Notes

1 François Poirier, « Liverpool : reflets du déclin de l’empire britannique », Le Monde diplomatique, mars 1987: 24-25. ; Raymond Guglielmo, « Saint-Denis : renouveau d’une “banlieue rouge” », ibidem ; Maurice Goldring, « Londonderry : et toujours les conflits communautaires… », ibidem.
2 C. Bromberger, A. Morel, « L’ethnologie à l’épreuve des frontières culturelles », in : Christian Bromberger, Alain Morel [dir.], Limites floues, Frontières vives, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001.
3 Michel Lussault, Tours : images de la ville et politique urbaine, Tours, Maison des sciences de la ville de l’Université de Tours, 1993.
4 Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001.
5 Abdelmajid Arrif, Alain Hayot, « Les territoires dans la ville. Frontières sociales et symboliques à Marseille », in C. Bromberger, A. Morel [dir.], op. cit.
6 Jean-Paul Brunet, Saint-Denis, la ville rouge. Socialisme et communisme en banlieue ouvrière (1890-1939), Paris, Hachette, 1980.
7 Annie Fourcaut, « Banlieue rouge, au-delà du mythe politique », in : Fourcaut Annie [dir.], Banlieue rouge 1920-1960. Années Thorez, années Gabin : archétype du populaire, banc d’essai des modernités, Paris, 1992, Éditions Autrement [Série Mémoires n°18].
8 Jean-Paul Brunet, op. cit.
9 Simon Ronai, « Comment conserver une municipalité communiste. Observations de terrain. », Communisme, « Le communisme français et ses municipalités », n°22-23, 1990, 93-105.
10 J.-M. Dubois, Saint-Denis-La-Rouge, s.l., Bibliothèque municipale de Saint-Denis, 1935 [s.d.].
11 Jacques Doriot (1898-1945) : Député de l’arrondissement de Saint-Denis de 1924 à 1937. Maire de Saint-Denis de 1931 à 1937. D’abord membre du Parti communiste français, il sera le fondateur et président du Parti populaire français (PPF) de 1936 à 1945. Il combattra sous l’uniforme de la Wehrmacht dans la Légion des volontaires français sur le front russe de 1941 à 1944 et sera à ce titre décoré de la Croix de fer. De 1937 à 1944, c’est le premier adjoint de Doriot, Marcel Marschall, membre du bureau politique du PPF, qui occupera le poste de maire jusqu’en 1944
12 « Saint-Denis sera demain une cité moderne parce que nous travaillons à la renaissance de la France » (Bulletin Municipal, n° 2, décembre 1945, Archives municipales de Saint-Denis).
13 Calqué sur « utopique », ce néologisme est formé du préfixe grec eu- qui signifie « bien ». Le mot est utilisé par Thomas More lui-même (sous le pseudonyme d’Anémolius) dans un sizain introduisant son texte (Thierry Paquot, « Utopie », Raison présente, « Les mythologie du XXIe siècle », 4e trimestre 2000, 136 : 61-63).
14 Auguste Gillot, St-Denis aujourdhui… demain, s.l., Archives municipales de Saint-Denis, Fonds Auguste Gillot, 1971 [s.d.], carton 10 S 26.
15 Arjun Appadurai, op.cit.
16 Nous proposons cette locution calquée sur celle d’ethnonyme performatif (cf. Jean-Loup Amselle, Elikia M’bokolo [dir.], Au coeur de l’ethnie. Ethnie, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte, 1999).
17 Alain Bertho, Banlieue, banlieue, banlieue, Paris, La Dispute, 1997.
18 Cette relation recoupe l’opposition territoire ouvrier/centre-ville bourgeois.
19 Pierre Brechon, Annie Laurent, Pascal Perrineau [dir.], Les cultures politiques des français, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.
20 Selon un de nos interlocuteurs, Georges Marchais, alors secrétaire général du Parti Communiste Français aurait largement contribué au départ de Saint-Denis des imprimeries du journal Le Monde, qui s’implanteront sur « ses terres » du Val-de-Marne, alors que Marcelin Berthelot avait pour ambition de favoriser le développement d’un pôle de presse à la Plaine-Saint-Denis.
21 Toutes ces citations sont extraites de : Saint-Denis promotion, Saint-Denis promotion : la plus grande association partenariale d’entreprises de France, [en ligne]. Disponible sur : http://www.saintdenispromotion.com (page consultée de 22 août 2002).
22 Idem.
23 Le maire nous explique, dans les termes qui suivent, ce que signifie l’adhésion au projet de ville : « On responsabilise les entreprises par rapport à l’environnement dans lequel elles s’installent, que ce soit sur les questions d’environnement mais aussi sur les questions sociales, sur l’accompagnement à un travail local en termes de mécénat, de partenariat sur les actions culturelles, sportives, de loisir. Et les entreprises doivent à tout prix, aujourd’hui, être ces partenaires-là » (entretien avec Patrick Braouezec).
24 Saint-Denis promotion, loc. cit.
25 Entretien avec Patrick Braouezec.
26 Titre du « Contrat d’action communal » présenté à la population pour les élections municipales de 1995.
27 « Depuis la Libération, ce qui a été fait par les municipalités à majorité communiste est allé dans le bon sens » (entretien avec Patrick Braouezec).
28 Titre du « Contrat d’action communal » pour les élections municipales de 2001.
29 Texte d’une affiche qui a couvert les murs de la ville en 1998, au moment du Mondial de football.
30 Patrick Braouezec, « Du “vivre ensemble” au “faire ensemble” dans la cité de demain », Le Monde diplomatique, mai 2000 : 33.
31 Affiche municipale de 1998.
32 Arjun Appadurai, op. cit.
33 Idem.
34 Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes. Tome 2. Pouvoir, droit religion. Paris, Éditions de Minuit, 1969.
35 Nom d’une manifestation organisée en partenariat avec la municipalité en 1998, à l’occasion du Mondial de football.
36 Saskia Sassen, La ville globale. New-York, Londres Tokyo., Paris, Éditions Descartes, 1996. [The Global City: New York, London, Tokyo. Princeton, Princeton University Press, 2001]
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stephan Anfrie, « De la « ville rouge » à la « ville monde » », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/439 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.439

Haut de page

Auteur

Stephan Anfrie

LAIOS/EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org