Navigation – Plan du site
Varia

Le « jeu » entre le local et le global : dualité et dialectique de la globalisation

Anna Dimitrova

Texte intégral

« Nous n’appartenons plus qu´à un seul monde.
Nous expérimentons des versions locales du monde et,
en le faisant, nous devons nous localiser
dans le contexte le plus large du global »
1

1Une petite nouvelle dans le domaine de la culture, annoncée au cours d’une émission du matin d’une des chaînes de télévision bulgares à la fin du mois de mars 2004, a attiré mon attention. Il s’agissait de la parution du premier numéro, traduit en bulgare, du fameux magazine américain Cosmopolitan. En lui faisant de la publicité dans un style pompeux, on disait que le public bulgare savourerait enfin le plaisir d’avoir accès à ce magazine, largement répandu, connu et apprécié partout dans le monde, indispensable et unique par sa nature parce qu’il serait capable de s’adapter avec aisance à chaque type de public et de jouer avec brio les rôles, à la fois de connaisseur, de conseiller et de guide pour nous conduire dans le vaste océan tourbillonnant de la vie. Maintenant disponible aussi en Bulgarie, il permettrait au public bulgare de s’intégrer à la communauté globale de ses admirateurs, en partageant le délice de surfer sur ses pages2.

2Cette publicité dont le langage métaphorique a pour but, d’un côté de personnifier et même de fétichiser un produit global afin de démontrer « sa sensibilité pénétrante » aux demandes des consommateurs, et d’un autre côté, de le présenter comme quelque chose de commun, suscite des interrogations. La question principale est celle du rapport entre le local et le global, plus précisément : comment un produit global, dont la globalité est suggérée déjà par son titre, Cosmopolitan, ou le cosmopolis, qui n’appartient à nulle part car il se sent chez lui partout dans le monde, sera accommodé à un contexte local ? En d’autres termes, comment traduire son contenu pour préserver, d’une part sa conception originale, c’est-à-dire d’être accessible et compréhensible par chacun, et d’autre part, d’être adapté à un contexte local qui n’est pas le sien ?

Deux mots pour un même phénomène

3Pourquoi utilise-t-on en français deux termes, celui de « globalisation » et celui de « mondialisation », pour désigner le même phénomène ?

4Les différences sémantiques entre les deux vocables, celui de « globalis/z/ation » et celui de « mondialisation », sont au cœur d’un grand débat théorique dans le domaine des sciences humaines et sociales en France où l’on postule que les deux mots ne sont pas synonymes, comme cela est souvent considéré à tort, et qu’il faut opérer obligatoirement une distinction dans leur usage.

5Il convient tout d’abord de rappeler qu’il n’existe pas de différence de sens entre ces deux mots lorsqu’ils apparaissent en 1960, ainsi que l’enregistre le Dictionnaire Le Robert. On y trouve que « mondialisation » ou « globalisation » désignent seulement « le fait de devenir mondial, de se répandre dans le monde entier », ce qui paraît une définition très neutre dans la mesure où elle ne possède que des implications spatiales en renvoyant à l’idée d’extension et d’expansion géographiques des phénomènes à une échelle de plus en plus élargie et grande. En revanche, le vocable anglais de « globalisation », a reçu une définition plus concrète dans les années 1980, où la « globalisation » désigne, dans le domaine de l’économie, d’un côté, la convergence des marchés dans le monde entier, et de l’autre côté, l’augmentation et l’accélération des flux de capitaux qui débordent les frontières nationales et échappent au contrôle de l’État. C’est dans ce sens économique et financier de dérégulation, de libéralisation, de déterritorialisation des marchés et des capitaux, incarné dans l’idéologie néolibérale, que le vocable de « globalisation » a été introduit dans le contexte français.

6La « globalisation » est conçue comme un processus économique et idéologique, sélectif et exclusif par sa nature, parce qu’il impose sa logique d’hégémonie sur le marché et ne favorise, par la suite, que des États riches et développés. Elle se pense aussi comme un processus qui néglige les conséquences sociales dont l’aggravation est flagrante de jour en jour. C’est en raison de ces idées sous-jacentes, qu’à partir des années 1990, les théoriciens français se sont ingéniés à faire contrepoids au terme anglo-saxon de « globalisation » en insistant sur le sens plus neutre du terme de « mondialisation », du fait qu’il ne privilégiait pas la dimension économique de ce processus, mais traitait, également, de ses aspects politiques, culturels et sociaux.

7Il faut, cependant, noter que ce débat sémantique n’existe que dans le contexte français, et que dans toutes les autres langues, on n’utilise qu’un seul mot pour traduire le vocable anglo-saxon de « globalisation ».

8Ce terme est plus restrictif en termes de significations que le terme français de « mondialisation » parce qu’il s´applique uniquement à la sphère économique et financière, en mettant l´accent sur la circulation des flux de capitaux et de biens. Sur la base des principes d’ouverture et de démocratisation des marchés et des capitaux qui stimuleraient le fonctionnement plus souple et plus efficace de l’économie, « la globalisation » tend à présenter un processus inévitable, irréversible et nécessairement bénéfique. Cependant, aux yeux d’analystes français, cette image de la globalisation véhicule la vision d’un monde utopique « heureux » et « florissant ». Au lieu du paradis des opportunités égales ouvrant la voie à la prospérité et au bonheur accessibles pour chacun, on s’aperçoit que le monde est, par contraste, injuste, dirigé par une minorité, l’élite globale, composée des pays les plus riches et les plus puissants dans le monde, eux-mêmes subordonnés à la suprématie économique, géopolitique et militaire des États-Unis, qui recueillent les fruits de la globalisation, pendant que la majorité de la planète se trouve exclue du « partage du gâteau ». Afin d’appréhender la réalité, qui est loin d’être un succès triomphal et omniprésent, il faut démythifier la globalisation3, à savoir, décoder son message néolibéral, édicté comme un message universaliste de libération. Ce mythe, élaboré par la pensée néolibérale a pour objectif d’occulter le processus d’américanisation, qui s’impose partout aujourd’hui à travers les marchés et les multinationales. De même, la hiérarchisation entre les acteurs sur la scène globale est justifiée par l’a priori d’une primauté économique, politique et culturelle destinée aux États-Unis.

9Pour échapper aux aspects négatifs du terme de « globalisation », les théoriciens français insistent sur l’usage du terme de « mondialisation », considéré comme plus descriptif, plus englobant, mais surtout dépourvu de la charge idéologique du terme « globalisation ». L’une des différences principales entre les deux termes est que « la globalisation » désigne un processus unicausal se réduisant à la dimension économique, tandis que « la mondialisation » décrit un processus multicausal et multidimen-sionnel influençant tous les aspects de notre vie. Par conséquent, si la globalisation se présente uniquement comme une force objective et naturelle qui transforme la réalité de telle manière qu’il ne nous reste plus qu’à lui obéir, « la mondialisation » met l’accent sur la subjectivité, c’est-à-dire sur la façon dont nous concevons et expérimentons ces multiples transformations. Mais cette subjectivité n’est pas celle qui est intentionnellement attribuée à la globalisation, pour légitimer et justifier ses controverses et inégalités. Elle est une vraie considération des façons de percevoir, de réfléchir et de s’adapter que des gens créent pour appréhender la nouvelle réalité. En se focalisant sur les conséquences sociales de divers processus globaux, le terme de « mondialisation » implique ainsi la nécessité d’une régulation à laquelle ils doivent être soumis.

10Par conséquent, dans la perspective française, le terme anglo-saxon de « globalisation » est d’abord restrictif parce qu’il renvoie à un déterminisme économique. Il est ensuite idéologique parce qu’il tire ses origines du contexte américain et il est destiné à établir un modèle du management le plus profitable aux multinationales américaines, celui de la « firme globale ». Ainsi, « la globalisation » prétend représenter un processus objectif, mais il est en réalité intentionnel et représente la mise en œuvre des politiques américaines homogénéisatrices. La globalisation, dans le sens anglo-saxon du mot, se révèle alors anti-sociale, anti-humaine et uniformisatrice.

11Pour ma part, j’utilise le terme de « globalisation » parce qu´il me semble absurde de parler du rapport entre le « local » et le « mondial ». Ces deux termes se réfèrent à des échelles différentes : le premier est ancré dans un espace circonscrit, et le deuxième, dans celui de la planète, qui est multidimensionnelle et on ne peut envisager ses applications concrètes locales.

Dualité de la globalisation

12Compte tenu du fait que la globalisation se présente comme un processus - et même une multiplicité de processus -, omniprésent, multidimensionnel, ambigu et complexe, dont la compréhension suscite d´innombrables définitions et théories, je me propose de le considérer et de l´appréhender à la lumière de la définition proposée par David Harvey : « La globalisation, c´est la compression de l´espace et du temps »4. Elle repose sur deux catégories ontologiques : le temps et l´espace, dans le sens où c´est à partir de notre perception et compréhension du temps et de l´espace que nous construisons et organisons les relations sociales, ce qui signifie que la reconsidération de nos perceptions temporelles et spatiales provoquée par les transformations globales dans tous les domaines de notre vie paraît un changement ontologique.

13En tant qu’ontologie, la globalisation se caractérise par une dualité : elle est à la fois objective5 et subjective6. Ce n’est pas seulement la réalité qui change sous nos yeux, mais aussi nos réflexions aux formes diverses quant à la perception et à l’appréhension du phénomène. Cette dualité présente la globalisation comme un processus empirique et en même temps, mental : les changements réels nous marquent, parfois même nous bouleversent, et ils nous font reconsidérer nos conceptions traditionnelles. Cela entraîne une interrogation sur ce qui a changé, sur ce qui est nouveau.

14Pour reprendre la définition de Harvey et la compléter, je dirai que la globalisation, conçue comme « la compression de l´espace et du temps » donne naissance à quatre phénomènes relativement nouveaux et étroitement liés : instantanéité, interconnection, interchangeabilité et interdépendance.

15Qu’entendre par « instantanéité » ? Le fait que nous nous trouvons en mouvement permanent par l´effet de la création médiatique et technique d´un nouveau type d´espace et de temps dit virtuel ou cybernétique, qui ne nécessite plus une présence physique et rend possible une présence simultanée dans plusieurs lieux. Paradoxalement nous nous déplaçons, même quand nous restons sur place. Nous n’habitons plus uniquement dans un temps et dans un espace réels, mais dans plusieurs ; bref, dans une instantanéité temporelle et une omniprésence spatiale. L’implication subjective de ce phénomène peut se traduire par l’image d’un hologramme qui est une copie virtuelle de l’original. Les techniques d’information et de communication nous permettent de nous multiplier et de disperser nos hologrammes dans tous les coins du monde et chaque hologramme peut être conçu comme une projection virtuelle de nos pensées qui se focalisent sur différents sites de visites. Ainsi, nous sommes simultanément ici et là, présents et absents.

16L´interconnection désigne le processus de transgression des frontières par les flux d´information, de gens, de capitaux et de biens et le tissage, au sens figuré du mot, d´un réseau de relations, s´étendant à l´échelle de la planète, auquel nous sommes tous plus au moins connectés. Les maillons de ce réseau sont cependant, flexibles et souples, d´où la possibilité de changer ou de s´échanger. Cela éclaire le phénomène d´interchangeabilité. La condition pour être connecté et interchangeable est celle de l’accès. Il se traduit par la possession ou la disponibilité de quelques outils techniques : un ordinateur, un modem, des câbles téléphoniques ou optiques, la souris électronique à l’aide de laquelle nous nous déplaçons d’un site à un autre en un clin d’œil dans des voyages virtuels.

17Les trois processus portent sur l´émergence d´une interdépendance, de plus en plus saillante et croissante, des relations au niveau local, ainsi qu´au niveau global, qui se traduit par « l´effet de rides », ripple effect : on assiste aujourd´hui à un tel entrecroi-sement des transformations locales et globales qu´aucun événement local ne peut plus rester ancré dans son contexte local, puisqu´il suscite inévitablement des répercussions qui enchaînent de multiples réactions et réponses.

18Un exemple pour expliquer l’effet de rides est la crise économique asiatique de 1997. En peu de temps, une crise locale qui a surgi dans un coin éloigné du monde, en Thaïlande, où en décembre 1997 la faillite bancaire due à une spéculation financière massive, s’est répandue partout dans les pays de l’Asie du sud. Ensuite, les répercussions se sont étendues jusqu’à la Russie d’où l’écho a touché le Brésil, puis il a résonné dans toute l’Amérique Latine. Les pulsations ont notamment été enregistrées au Mexique et elles ont logiquement atteint les États-Unis. Dans un monde-réseaux tissé par divers entrecroisements flottant dans un tourbillon, une tempête locale a désormais très rapidement des conséquences globales.

19Comment une telle perception de la globalisation, envisagée comme la mise en place et la mise en oeuvre des quatre processus d´instantanéité, d´interconnection, d´interchangeabilité et d´interdé-pendance, peut-elle être applicable au rapport entre le local et le global, étant donné que la notion même de globalisation implique celles de déterriorialisation, de délocalisation et même de déracinement ? On peut aller encore plus loin, en avançant la thèse ultime que la globalisation engendre « la fin de la géographie » (Paul Virilio) parce que les frontières deviennent perméables et pénétrables du fait qu´il est de plus en plus difficile de soutenir la distinction entre « local » et « global », entre ce qui est « interne » et ce qui est « externe », d´où encore la suggestion que la notion elle-même de frontière se vide de sens.

20Revenons, d’abord au fait que la globalisation est un processus dual, d’une part social, économique et politique, et d’autre part psychique et mental. Nous ne sommes pas de simples récepteurs passifs des multiples transformations s’opérant autour de nous, mais nous interprétons activement ces changements. Pour pénétrer dans la complexité et la multidimensionnalité de la globalisation, il nous faut une pensée souple, plurielle, capable de capter et de tracer les lignes de connexions et les points de convergence entre les composants du système global. Rien n’est plus unique, linéaire et isolé. L’image d’un monde divisé par des frontières naturelles et étatiques est supplantée par une image multidimensionnelle qui révèle la densité des relations. C’est une nouvelle perspective qui requiert une attention à tous les détails, qu’ils soient petits et locaux, grands et globaux, pour avoir une vision complète du monde. Tout cela signifie que le local n’est pas moins important que le global et que les deux sont étroitement liés. Dire qu’à l’ère de la globalisation, le local n’a plus de sens est un symptôme de myopie intellectuelle, de refus obstiné d’admettre la complexité et la dualité de la globalisation, notamment le fait qu’elle se traduit non seulement par exclusion et homogénéisation mais aussi par intégration et diversification.

Le local et le global en tant que catégories subjectives.

21Traditionnellement, on considère une pratique comme locale lorsqu’elle est géographiquement circonscrite et identifiable dans un contexte spatialement et temporellement déterminé. Le local, c´est en règle générale le village, le quartier, la commune, parfois même la région ; c´est là où nous possédons des bases réelles de tradition et d’identification. Il est intéressant de constater que l’idée même de local n’est pas une constante, mais une variable : le local se réfère aussi à quelque chose de très petit et de proche, plutôt qu’à quelque chose de plus grand et d’éloigné en termes de mesures réelles. Cela s’explique par le fait que le local s’estime non seulement en termes objectifs, mais aussi subjectifs, à savoir la manière dont nous le percevons et l’expérimentons.

22Sous un tel angle, le local, selon Zigmunt Bauman7, est ce qui est interne, proche, connu, même intime. Ici, il ne s´agit pas d´une définition géographique mais subjective. C’est dans les mêmes termes qu’Arjun Appadurai8 estime que la localité est avant tout une question de relation et de contexte, plutôt que d´échelle ou d´espace. Par conséquent, le local n´est pas figé et n´est pas toujours ancré dans un espace géographique. Il est aussi porteur d’un sentiment de familiarité, de proximité, d’identification et de sécurité.

23Les mêmes réflexions peuvent être appliquées au global qui se révélera lui aussi dual. Le global et chaque phénomène qui se présente comme global, ont toujours une racine locale, une insertion culturelle particulière, et même si on parle souvent de délocalisation et de déterritorialisation causées par les transformations globales, il faut prendre aussi en considération que chaque déplacement est suivi d´un nouvel enracinement, d´une réterritorialisation dans un autre contexte.

24Pour résumer, en procédant d´une définition de la globalisation présentée comme un paradigme ontologique, qui se traduit par l´extension, l´intensification et la propension des processus d´instantanéité, d´interconnection, d´interchangeabilité et d´interdépendance, il est devenu clair que le rapport entre les entités locales et les transformations globales est indispensable parce que chaque processus global fait référence à un certain nombre de contextes locaux. Toutefois, on pourrait objecter que cette dynamique n’est en rien nouvelle, qu’elle existe depuis toujours. Il suffit de nous pencher sur la formule bien connue : « Penser global, agir local », largement appliquée aux plans économique et politique. En revanche, ce qui est sans précédent, c’est le rythme et la vitesse avec lesquelles ces pratiques locales et globales se trouvent aujourd’hui en contact et en échange permanents. En outre, nous ne sommes plus seulement dans la position d’observateurs, puisque les relations sociales sont déterminées par l’économie, mais aussi dans celle de participants. Nous sommes des interlocuteurs dans le dialogue entre ce qui nous considérons comme local et ce que nous percevons comme global. Notre rôle se ramène à revaloriser et à reconsidérer constamment nos notions de local et de global.

Dialectique de la globalisation : un « jeu » incessant entre le local et le global

25Est-il possible de distinguer un localisme globalisé, processus par lequel un phénomène local donné réussit à se globaliser, et un globalisme localisé qui se traduit par l´impact particulier de pratiques et d’impératifs transnationaux sur des conditions locales ainsi destructurées et restructurées ?

26Un exemple à l´appui de l´existence du processus de localisme globalisé est le phénomène du « fast-food », qui est une spécificité initialement locale, issue du contexte américain et engendrée par la culture populaire, consumériste américaine. Fondé sur les principes d´efficacité, de rapidité et de prévisibilité au centre de la création des restaurants de type McDonald´s, Pizza Hut, KFC, Quick, etc., le « fast-food » a dépassé son contexte local en se répandant à l´échelle globale. Aujourd´hui, on trouve ce type de restaurant partout dans le monde, ce qui signifie la transformation d´un phénomène local en global.

27En Bulgarie, par exemple, il existe une grande diversification des groupes de consommateurs qui vont se restaurer dans un restaurant « McDonald’s ». C’est d’abord le groupe de consom-mateurs traditionnels, ceux qui se rendent en ce lieu parce qu’ils savent y trouver toujours les mêmes produits et ainsi économisent du temps pour faire leur choix sur la carte. Ce sont des gens pressés qui ne peuvent pas consacrer beaucoup de temps à leurs repas, et pour eux la rapidité, la prévisibilité et l’efficacité proposées par McDonald’s conviennent parfaitement. Un autre groupe est celui des consommateurs qui fréquentent ce type de restaurant juste pour changer du menu, pour se divertir ou pour s’y retrouver avec des amis et pour bavarder. Ils ne viennent pas à cause de la nourriture, mais pour l’ambiance, le changement et le divertissement. Un troisième groupe très typique et en essor est celui des petits consommateurs : les enfants. Dans chaque restaurant McDonald’s à Sofia, on trouve un espace spécialement équipé et destiné aux besoins des enfants où ils peuvent manger en jouant, et même en célébrant leurs anniversaires. Organiser et célébrer son anniversaire au McDonald’s est devenu une mode parce que c’est plus pratique pour les parents de commander de la nourriture que de la préparer à la maison, et c’est un plaisir pour l’enfant d’accueillir ses amis dans un McDonald’s où tout sera préparé pour lui et où il se sentira l’hôte de sa fête.

28L’exemple du McDonald’s illustre bien comment une pratique devenue globale, celle de la consommation au fast-food, possède une capacité à s’adapter à un contexte local, montrant qu’il existe toujours un jeu communicatif et interprétatif entre le local et le global.

29Prenons maintenant, un exemple qui a trait à l´existence du processus inverse, à savoir celui de globalisme localisé. Dans ce cas, il s´agit d´un principe considéré comme universel, qui présente différentes implications locales. L’exemple est celui de la préservation des « Droits de l´Homme », qui est appliqué de manière différente à chaque pays selon ses particularités historiques, politiques, économiques et culturelles. Encore une fois, on constate des implications diverses en raison des différentes façons dont ce principe est perçu et adapté aux contextes locaux.

30Il faut souligner que le rapport entre le local et le global n´est jamais direct et qu’il passe toujours par des processus d´adaptation et d´interprétation. Pour illustrer l´interpénétration du global et du local, Roland Robertson propose le néologisme de « glocalisation » qui conjugue les deux termes en insistant sur le fait que le rapport entre eux est toujours une dialectique entre « particularisation de l´universalisme » et « universalisation du particularisme ».

31En se penchant sur les définitions de « glocal » et de « glocalisation » proposées par The Oxford Dictionnary of New Words /1991: 131/, Robertson explique que l’idée de glocal se nourrit dans le contexte japonais où elle a été introduite en premier dans le domaine de l’agriculture en tant qu’un processus d’adaptation des techniques agricoles à des conditions locales. Dans les années 1980, le terme de « glocalisation » a fait son entrée dans le business japonais dans le sens de « localisation globale », c’est-à-dire comme technique d’élaboration d’une perspective globale compte tenu des conditions locales9. En termes économiques, la « glocalisation » signifie faire du micromarketing, à partir d’une conception globale pour la production et la distribution d’un produit à une grande échelle, viser divers consommateurs et inventer différentes traditions de consommation. C’est une manière de faire de l’analyse psychologique dans le sens où il faut se mettre « dans la peau » du local, dans le spécifique, le particulier des consommateurs potentiels afin d’anticiper sur leurs réactions et leurs comportements face au produit « global » proposé. Autrement dit, il faut miser sur un jeu dual, à la fois objectif et subjectif, composé des variables de local et de global.

32Dans certains domaines, il existe la tendance, notamment sur le plan économique, qui se traduit par des efforts de création d´un marché mondial commun et d´une économie de marché mondiale, ou bien sur le plan politique par la mise en œuvre du projet d´élaboration d´une gouvernance globale. Pour l´instant, les deux initiatives ont encore plusieurs écueils à surmonter. En outre, comme cela a été souligné, même si un phénomène est global, il génère toujours différentes implications locales qui dépendent de son adaptation et de son interprétation locale.

33De ce fait, il vaut mieux considérer la dialectique entre le local et le global comme un jeu perpétuel entre deux composants interconnectés et interdépendants. Une telle dialectisation, faisant contrepoids au modèle néolibéral de la mondialisation, prouve qu’il n’existe pas de fossé entre le local et le global et qu’il faut toujours les percevoir comme intrinsèquement liés.

Haut de page

Notes

1 Heather Voisey et Tim O´Riordan, « Globalization and Localization » in : Tim O´Riordan, Globalism, Localism and Identity, London, Earthscan Publications, 2001, p. 37.
2 Voir l’article éditorial du Cosmopolitan, édition bulgare du mois d’avril 2004, p. 12. La traduction française est la mienne.
3 Cette idée est avancée par Pierre Bourdieu dans son article « Le mythe de la « mondialisation » et l’État social européen » in : Pierre Bourdieu, Contre-Feux, Paris, Raison d’Agir, 1998.
4 David Harvey, « Time-Space Compression and the Postmodern Condition », pp. 82-91, in David Held and Anthony McGrew (ed.), The Global Transformation Reader, Polity Press, 2000.
5 Cette objectivité, dans le sens d’une actualité et d’une pertinence, est très bien traduite par une définition classique de globalisation : « la globalisation c’est le libre mouvement de gens, de biens, de capitaux, d’information, et d’idées ». On voit bien qu’il s’agit d’un processus complexe et dynamique qui se déroule actuellement, indépendamment de nous, comme s’il était un phénomène naturel, et qu’il ne nous reste qu’à nous y adapter.
6 La dualité de la globalisation est bien décrite par le sociologue américain Roland Robertson qui dans son ouvrage Globalisation. Social Theory and Global Culture, Sage Publications, 1992, p. 8, souligne que la croissance de « l’interdépendance » dans le monde, ce qui est quelque chose d’empirique et de réel, va de pair avec une révolution mentale dans « la conscience » pour réaliser que le monde se rétrécit et devient un. En d’autres termes, l’observation s’accompagne de participation et de compréhension.
7 Zigmunt Bauman, Le coût humain de la mondialisation, Paris, Hachette Littératures, 1998.
8 Arjun Appadurai, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot, 2001.
9 Roland Robertson, Glocalisation : Time-Space and Homogeneity-Heterogeneity in Global Modernities, ed. Mike Featherstone, Scott Lash and Roland Robertson SAGE Publication, London, 1995, p. 28.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anna Dimitrova, « Le « jeu » entre le local et le global : dualité et dialectique de la globalisation », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 24 novembre 2006, consulté le 26 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/440 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.440

Haut de page

Auteur

Anna Dimitrova

Université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org