Navigation – Plan du site
Lecture critique

Pierre Bouvier, Le lien social

Paris, Gallimard, collection Folio Essais, 2005
Jacques Lucciardi
Référence(s) :

Pierre Bouvier, Le lien social, Paris, Gallimard, collection Folio Essais, 2005

Texte intégral

1Ce récent essai de Pierre Bouvier, est à la fois une somme érudite sur l’histoire du vaste spectre que recouvre l’expression « lien social » dans les sciences humaines, ainsi qu’une ouverture vers des questionnements nouveaux. En effet, selon l’auteur, le monde contemporain est travaillé par des configurations inédites comme les forces de la « mondialisation », la poussée individualiste ou les replis communautaires. Il articule le passé et l’actualité d’une discipline, la sociologie, ravivant ainsi la réflexion de tout chercheur ou étudiant désireux de préciser sa carte du paysage complexe de l’histoire de la sociologie et de façon connexe, de l’anthropologie, tout en approfondissant des perspectives critiques sur l’analyse de l’actualité.

  • 1 Dans son ouvrage Socio-anthropologie du Contemporain, Paris, Ed. Galilée, 1995, Pierre Bouvier ente (...)

2Pierre Bouvier part d’un constat : l’apparent délitement – ou déliaison – du « lien social » dans nos démocraties où, au principe de libre adhésion (qui fonde la cohésion et les identités), se superpose celui de libre circulation (vecteur d’instabilité qui sape des institutions pourvoyeuses de sens et déchire le tissu des statuts sociaux). La « Science » elle-même, et dans une certaine mesure les sciences humaines qui s’en sont réclamé, hier vecteurs de progrès et génératrices d’espoir de nouveaux liens, ne permettent plus « l’adhésion à des valeurs collectives globales ». Ceci amène l’auteur à réinterroger simultanément la chose et le concept. La chose désigne le fait qu’il y a toujours eu du « lien social » mais qu’on en parle d’autant moins que ce lien semble aller de soi : l’actuel délitement du lien social réel semble donc lié à la profusion de l’utilisation du terme. Le concept, désigne la place et la fonction du « lien social » à travers l’histoire de la « socio-anthropologie », au sens où l’entend Pierre Bouvier1.

  • 2 Pierre, Bouvier Le lien social, Paris, Gallimard, collection « Folio Essais », 2005, pp. 27.

3Or, le concept et son objet sont difficiles à cerner. Tout d’abord, pour une raison relevant de l’association des termes « lien » et « social » qui pourrait paraître une redondance si elle ne distinguait une réalité d’ordre matériel, le « lien », et un vaste ensemble de catégories humaines : le « social » en tant qu’invention des sciences humaines. Une telle association met donc en évidence que « le social n’est pas réductible au lien qui s’instituerait entre ses constituants »2. Par ailleurs, on peut remarquer que l’apparition de cette expression « lien social » dans les dictionnaires est tardive puisqu’on ne la trouve que dans le récent Trésor de la langue française (1971-1994). Cependant  et ceci constitue une difficulté supplémentaire  l’absence du terme ne signifie pas que le concept n’était pas présent chez les penseurs tels que Rousseau ou Durkheim qui ont analysé, en leur temps, l’état de leur société. Mais quel sens peut-on alors donner à cette expression ? Quel champ de réalité recouvre t-elle ?

  • 3 Op. cit., p. 13.

4Il s’agit pour Pierre Bouvier de « dégager les pratiques génératrices de connaissances que les individus et les collectifs mettent en place, à côté, contre, voir parfois à l’intérieur des formes vides ou évidées des grandes institutions ou idéologies. Ces « construits », élaborés dans l’entre-soi et pour soi, s’ils s’avèrent suffisamment pertinents suscitent des ensembles plus consistants qui inventent leurs pratiques »3. À travers cette problématique, nous comprenons l’intérêt que l’auteur porte à la démarche socio-anthropologique, au croisement du regard sociologique relatif au « socius », à celui qui, avec moi, partage les mêmes institutions, les mêmes règles du jeu, et à « l’anthropos » qui, à travers la diversité des cultures, représente la part la plus universelle – et donc aussi la plus méconnue – dans la formation de nos représentations.

5Pour mieux apprécier ce passage des « monodisciplines » au croisement de la sociologie et de l’anthropologie, attachons-nous à l’un des concepts clefs construits par Pierre Bouvier en vue d’une application au monde contemporain : il s’agit du concept d’ « acclusion » qui sert de pivot à la nécessaire analyse dialectique entre « inclusion » et « exclusion ». On aura fait le rapprochement, qui n’est pas fortuit, entre ce terme et celui relatif d’acculturation, tout particulièrement dans les situations coloniales, à la confrontation de deux cultures. Mais il s’agit là de confrontations internes à une même société entre les « inclus » et les « exclus », avec des états de « seuils », états de précarité caractéristiques de certains passages dont la dynamique peut être mieux comprise à l’aide de l’approche proposée il y a un siècle par Van Gennep dans un autre contexte anthropologique. Par exemple, relèveraient de l’« acclusion », l’émergence de mouvements de chômeurs, de sans-papiers, ou d’associations du droit au logement mais aussi, en ce qui concerne les personnes, les statuts précaires de demandeur d’emploi inscrit à l’ANPE.

  • 4 Le lien social, op. cit., pp. 273-303.
  • 5 Op. cit, p. 304-331.

6Avec ces exemples de situations précaires, on pourrait voir se dessiner « de nouvelles formes du lien » qui se situent sur une échelle allant du lien « formaté » de l’intégration « dans un « On » proposé par les médias », à un « Je » individualiste qui instrumentalise le caractère social du lien, en passant par « un nouveau entre-soi [qui] insiste sur le « Nous », vecteur de liens collectifs »4. Ces derniers, qui apparaissent déjà dans les milieux de la précarité évoqués plus haut, peuvent aussi se percevoir dans des contextes plus larges5, comme un souci de « rétablir du lien par delà l’exclusion symbolique et les dispositifs qui réifient, sous d’autres formes que le travail aliénant du xixe siècle, les individus au monde ». En relèveraient la profusion de mouvements associatifs, mais aussi de nouvelles manières de manifester, moins soumises à une discipline venant des responsables, ou de nouvelles manières de vivre ensemble (telle la pratique des repas de quartiers) ou de nouvelles manières d’exister ensemble : l’auteur analyse la formation des « squats », occupations illégales de locaux (souvent d’anciennes usines, symboles du travail subi) par des groupes d’artistes. Ne faudrait-il pas s’interroger sur la pertinence de ces notions d’inclusion et d’exclusion ainsi que leur usage, qui reprend les problématiques en vogue, et d’une large manière remplace l’ancienne problématique en termes de « classes » que l’on peut nommer « classiste ».

  • 6 Op. cit, p. 34.

7Pierre Bouvier s’interroge sur les limites de ces nouvelles pratiques de productions de liens spontanés : des « nous » intégrants peuvent aussi se construire avec des « eux » excluants. C’est d’ailleurs, cette perspective dialectique entre inclusion et exclusion, au cœur de la problématique du lien, qui lui donne sa dimension politique : pour l’auteur, le lien est un moyen plus qu’une fin ; le moyen de « regrouper en interne des affidés en nombre suffisant »6. Bien qu’il apparaisse comme but ultime d’accord, d’entente, c’est toujours « à l’avantage de l’une ou de l’autre des présomptions de ce que devrait être la logique du lien social ».

  • 7 Op. cit, p. 330.

8Par ailleurs, est perçue la difficulté que les acteurs de ces nouvelles pratiques du lien, éprouvent à « proclamer » leur posture latente de réaction aux « rites d’accoutumance, à l’individualisation des liens sociaux ordinaires »7.

  • 8 Op. cit., p. 331.

9Ces manières de « se relier sociologiquement à l’environnement et anthropologiquement aux identités et aux attentes existentielles contemporaines » demeurent « probables, nouvelles mais virtuelles »8. Cela pourrait nous conduire à une posture plus pessimiste que celle de l’auteur : les virtualités portées par ces pratiques émergentes, ne risquent-elles pas, à leur tour, de subir la loi d’airain du formatage médiatique ?

10Cependant, nous avons vu que les pistes de réflexion ouvertes par Pierre Bouvier permettent d’entrevoir que le rapport du discours sur le « lien social » avec sa réalité laisse une primauté historique et structurelle aux pratiques « génératrices de connaissances ». Et, selon Pierre Bouvier, c’est la vocation de la « socio-anthropologie » de contribuer, à sa manière, à la construction du lien social, en proposant par une mise en perspective de sa propre histoire, un sens aussi juste que possible à des phénomènes que les doxa –y compris celles prétendument critiques- tendent spontanément à déformer à leur avantage.

11Nous avons lu avec beaucoup d’intérêt cet essai du fondateur de la revue Socio-anthropologie. Essai en forme de lien, où les brins rectilignes et chronologiques relient des boucles enchevêtrées. Et, puisqu’un essai a pour fonction de susciter des interprétations personnelles du lecteur, terminons le compte-rendu de cette auto-analyse de la socio-anthropologie aux prises avec le lien social, en proposant une lecture globale sous forme d’un double questionnement que nous laissons ouvert. La première question peut se formuler à la manière de Maurice Godelier : les marges que forment les « exclus », ne sont-elles pas –avec les constitutions des États- ce qui reste immobile, adhérent, dans le flux généralisé de la circulation des hommes et des biens ?

12Formulons la seconde question à la manière des utopistes – et de l’idéalisme platonicien – mais aussi en gardant à l’esprit les difficultés soulevées par Weber au sujet de la coexistence du « savant » et du « politique » : en filigrane de l’étude dynamique du lien social par la « socio-anthropologie », ne peut-on pas ou ne doit-on pas lire le souci de chercher (tant sur le plan économique que « moral ») quels liens économiques produisent des biens -et pour qui ?- et quels liens « pratiques » ou subjectifs (et affectifs) sont susceptibles de produire du bien pour tous ?

Haut de page

Notes

1 Dans son ouvrage Socio-anthropologie du Contemporain, Paris, Ed. Galilée, 1995, Pierre Bouvier entend mettre en œuvre une nouvelle façon d’envisager la sociologie.

2 Pierre, Bouvier Le lien social, Paris, Gallimard, collection « Folio Essais », 2005, pp. 27.

3 Op. cit., p. 13.

4 Le lien social, op. cit., pp. 273-303.

5 Op. cit, p. 304-331.

6 Op. cit, p. 34.

7 Op. cit, p. 330.

8 Op. cit., p. 331.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Lucciardi, « Pierre Bouvier, Le lien social », Socio-anthropologie [En ligne], 17-18 | 2006, mis en ligne le 07 septembre 2007, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/501

Haut de page

Auteur

Jacques Lucciardi

CIRCLES, Université de Nice Sophia-Antipolis

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org