Navigation – Plan du site

Manières de boire : Modalités et conséquences d'une recherche anthropologique

Jean-Pierre Castelain

Texte intégral

1Soit une recherche anthropologique par laquelle il s'agissait d'analyser ce qu'il en est, du point de vue des consom­ma­teurs (en l'occurrence les dockers du Havre), de leur rapport à l'alcool et des conditions codifiées et ritualisées du boire, des effets produits et des ripostes de la communauté lorsqu'elle se sentait menacée. Dans ce groupe social très homogène, organisation du travail, manières de vivre et manières de boire étaient jusqu'à récemment indissociables. De l'alcoolisme, il n'était entendu aucune conception médicale mais seulement l'injure sociale visant à leur imposer d'autres manières de vivre conduisant à la destruction de la corporation. La seule figure reconnue du mal boire était celle du picton (l'ivrogne) qui a rompu les liens égalitaires d'échange avec les autres ; sa mort sociale précédait sa mort physique.

2En réaction, des dockers abstinents ont créé un comité « antialcoolique » pour aider leurs compagnons en difficultés : la seule thérapie pratiquée, souvent avec succès, fut le rétablissement de la parole entre pairs, acceptée parce qu'émanant du même milieu social et dénuée de toute intention de domination.

3Dans ce travail est ainsi posée la question des définitions de la santé et de la maladie, de l'alcoolisme et de la parole thérapeutique reconnue et acceptée, spécifiques à un milieu social et professionnel (mais à l'analyse généralisable) dont la méconnaissance invalidait, notamment, toute action de prévention, et posait quelques interrogations sur la pertinence, le déroulement et l’efficacité de certaines thérapies.

4Cette recherche pose également plusieurs questions et problèmes, en amont et en aval :

51. La demande. Bien que travaillant comme sociologue à l'hôpital, dans les services de psychiatrie, il n'y eut aucune demande quant à ce travail, sinon la mienne. Saisissant l'opportunité d'un appel d'offre, je crus naïvement y trouver la possibilité de faire valoir (sur le thème de « l'alcoolisme » qui concerne tous les soignants) un temps de recherche reconnu qui aurait préservé ma spécificité dans l'institution. Les psychiatres, n'ayant pas pris l'initiative du projet, et encore moins de la démarche choisie, le considérèrent d'emblée comme dénué d'intérêt et ne pouvant rien apporter à la compréhension de l'alcoolisme.

6Est ainsi posée la question de la cohabitation et de l'éventuelle collaboration, dans la pratique d'un hôpital, entre les sciences sociales (particulièrement l'ethnologie, voire la sociologie, mais celle-ci est plus susceptible d'être réduite dans le quantitatif, dans les statistiques, et donc d'être plus aisément acceptée) et les médecins.

72. L'ambiguïté de ma situation vis-à-vis de mes interlocuteurs dockers qui me savaient employé par l'hôpital, même si la recherche n'était pas réalisée à ce titre, et la fonction d'intermédiaire, entre eux et « l'extérieur », qu'ils m'attribuèrent (sans jamais cependant contrôler mes paroles ou mes écrits).

8Le thème retenu et étudié ne pouvait que heurter la susceptibilité à vif des dockers. Il a fallut qu'ils réalisent que j'étais indépendant de l'hôpital et des psychiatres et que ma volonté de comprendre passait par leurs paroles. Alors me fut imposée la place d'intermédiaire à laquelle je consentis. En échange de l'accès à leur vie que j'observais, je leur serai l'occasion de les faire reconnaître, de légitimer leur existence. A ce titre je ne pouvais qu'employer les mots et les notions de mon milieu social. En ce sens, ils ne cherchèrent jamais à les contrôler, sans pour autant admettre tout ce que j'écrivais.

9Toutefois, je n'ai jamais voulu rencontrer, durant l'enquête, le syndicat des dockers.

103. La construction d'un objet de recherche spécifique, et non en référence au modèle médical prédominant voire même moral, encore prégnant dans ce domaine.

114. Ce travail, réalisé dans le cadre de l'appel d'offre Santé Maladie Société du CNRS et de la MIRE (Mission interministérielle recherche expérimentation) et remis à ses commanditaires en juin 1988, aurait pu finir dans un placard. Hormis à l'occasion de quelques communications dans divers séminaires et colloques, personne n'en aurait rien su. Mais il fut publié en avril 1989. Alors que je n'avais rien demandé, deux éditeurs furent même en concurrence et une cinéaste, amie de l'un d’eux, ayant eu ainsi la possibilité de le lire, décidait de réaliser un film sur/avec le « personnage principal » du désormais livre : Lucien, pseudonyme de ce vieux docker grand buveur qui, devenu abstinent, allait créer et animer pendant dix-sept ans un comité antialcoolique au bénéfice de ses pairs. Dès lors, André (son véritable prénom) ne supporta plus Lucien et s'appropria le livre.

12La parution du livre puis le tournage sur les quais et la diffusion télévisée du film allaient donner une dimension nouvelle et imprévue au rapport. Comment les dockers, non seulement André et sa famille mais également leur syndicat, seule parole publique de la corporation, ont-ils réagi ? Comment les soignants, à commencer par ceux de l'hôpital dont je suis salarié, confrontés quotidiennement aux alcooliques ont-ils perçu l'analyse du problème, à contre courant de leurs conceptions et pratiques habituelles ?

13Répondre à ces questions implique aussi d'évoquer, d'une part, ce qu'il en fut de mes rapports avec les dockers, de dire pourquoi plusieurs d'entre eux ont accepté de me recevoir, de me parler longuement malgré ce que je peux dire sur la fermeture du milieu et, d'autre part, de dire l'intérêt (ou non) manifesté par les médecins et les infirmiers lors du dépôt du projet de recherche et pendant son déroulement.

14Qu’en est-il de l'accueil de la recherche et ses retombées, particulièrement dans le milieu médical et paramédical, ou dans celui du travail social, au Havre et en dehors du Havre ? Pendant très longtemps, à l'hôpital, et dans la ville, ce ne fut que le silence des médecins, à la différence des infirmiers déconcertés que des alcooliques m'aient parlé alors que, comme tous les soignants, ils ont de grandes difficultés à entrer en contact avec eux.

15Ceci soulève la question des rapports divergents des médecins et des infirmiers (proches des malades, qui n'ont pas eu accès au savoir médical, etc.) à l'ethnologie, et celle des réponses que peut apporter l'ethnologue à ces demandes. Il ne peut donner des recettes applicables directement dans la thérapie, ni transformer les soignants en ethnologues, ou lui-même en thérapeute, mais, en présentant sa méthode de travail et les résultats obtenus, offrir un autre regard et une compréhension nouvelle qu'ils s'approprieront s'ils le souhaitent.

16Le syndicat réagit vigoureusement, notamment par des menaces publiques quant au problème de la restitution des résultats à la population étudiée, d'autant que l'étude est centrée sur l'une des causes de sa mauvaise réputation, l'alcoolisme... L'image qui lui est renvoyée en miroir correspond-elle à ce qu'il attendait, espérait ou redoutait ?

17Pour ce qu'il en est des rapports avec l'informateur principal et des conséquences qu'eut pour lui le livre, dont il revendiqua la paternité, on peut se reporter à l'article : « Des mots accrochés aux étoiles. De Lucien à André ».

18Ce fut pour lui l'occasion d'accéder à une parole propre, parallèlement à celle de l'ethnologue qui n'eut jamais à faire de concessions sur ses interprétations et en assuma la responsabilité. Entre eux, comme avec des infirmiers, le dialogue et des actions communes furent possibles, comme, hors du Havre, avec des personnes concernées par la prévention et le traitement des alcooliques. La distance rendait pensable la contestation de leurs schémas. Ce n’est qu’après avoir fait le tour de France, d’Europe, et traversé l’Atlantique à plusieurs reprises pour présenter ma recherche que je fus convié à le faire au Havre. Mais pas à l’hôpital…

Haut de page

Bibliographie

Castelain, J.-P. Manières de vivre, manières de boire. Paris, Imago, 1989.

Castelain, J.-P. « Des mots accrochés aux étoiles. De Lucien à André », Psychotropes, 7, 2,1992.

DOCKER. André après la tourmente. Film réalisé par Martine Jouando. IMA Production, 47 mn, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Castelain, « Manières de boire : Modalités et conséquences d'une recherche anthropologique », Socio-anthropologie [En ligne], 5 | 1999, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 juin 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/54 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.54

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Castelain

Centre hospitalier du Havre, CETSAH/CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org