Navigation – Plan du site

Construire les territoires de l’autre

Pour une socio-anthropologie de la Corse
Francesca-Maria Ceccaldi

Texte intégral

1La Corse n’est pas pour les sciences sociales une terra incognita. Ses villages isolés et ses communautés pastorales cadraient même plutôt bien avec les perspectives micro-ethnologiques dont Jérémy Boissevain a par ailleurs montré les limites. Plus récemment, la discipline s’empare de l’investigation des pratiques politiques et des interrogations identitaires. Entre les revendications minoritaires et la construction de l’Europe politique, la souveraineté étatique pose question. Une socio-anthropologie menée localement peut parfaitement contribuer à apporter des éléments de réflexion. Plus que jamais est ouverte la possibilité de renouveler les questionnements. De plus, l’univers des traditions n’a pas tout perdu de ses attraits. Il continue de séduire une part importante des jeunes insulaires en formation.

2Dans un premier temps, la Corse a généralement été étudiée conformément à la pratique française du moment, l’attention portée aux aspects populaires de sa culture contrariant la vision centralisatrice du pays. Objets d’une anthropologie historique, l’organisation de la société rurale et les fêtes calendaires sont régulièrement revisitées. Enfin, le corpus disponible ne présentant pas une véritable cohérence, l’éparpillement thématique reçoit en écho celui des approches. Le paradigme méditerranéen parvient à peine à remédier à cet émiettement.

3De nombreux espoirs ont été placés dans l’université autochtone : inscrivant sa production dans la continuité, peut-être l’institution cortenaise fixerait-elle des orientations majeures. Dans le cas contraire, les controverses autour des priorités ne manqueraient pas d’enrichir le débat scientifique. Cependant, il n’existe pas de cursus axé exclusivement sur les sciences sociales. Celles-ci interviennent soit dans des formations pluridisciplinaires, soit en complément d’études tournées vers d’autres spécialités. Certes nécessaire, cette coopération n’en modère pas moins l’autonomie et la concertation à l’intérieur de la matière même.

Regards controversés sur un possible objet

4La ruralité supposée donne d’entrée de jeu la priorité à l’ethnologie. La Corse s’est métamorphosée. L’intérieur semble aujourd’hui irrémédiablement désertifié, tandis que la population se concentre autour des zones urbaines ou périurbaines d’Ajaccio, Bastia, Porti-Vechju. Pourtant, les études – le plus souvent quantitatives – persistent à présumer ruraux les phénomènes ciblés (chômage, célibat)1. Parfois affleurant, le changement social n’est jamais véritablement problématisé, à l’exception des travaux récents de Jean-Louis Briquet (1994). Seuls la tradition orale et les contes insulaires sont régulièrement collectés. La continuité de cette entreprise lui confère une unité certaine. Dans le même temps, d’autres champs possibles pour l’investigation scientifique restent inexplorés. Un peu isolés, les audacieux désireux de s’y aven­turer savent très bien que leur curiosité accentuera l’effet d’éclatement.

5Si le choix des objets est déjà parlant, celui des méthodes n’est pas moins signifiant. Lorsqu’il sait quelle(s) expérience(s) humaine(s) il souhaite observer, le chercheur doit aussi se prononcer sur la manière dont il va le faire (Ferréol, Deubel, 1993 : 144). Quels seront les supports de son analyse ? La parole des acteurs a acquis en Corse, comme ailleurs, ses lettres de noblesse. Mais où se situe cette parole libérée ? Emane-t-elle des membres d’un groupe constitué ou est-elle recueillie auprès d’hommes, de femmes, insérés dans un réseau plus vaste de relations, participant ponctuellement à une activité sportive, politique ou encore professionnelle, et interrogés en cette qualité. La validité de la démarche adoptée est suspendue à ces questions. Suivant le cas, on obtiendra la vision assez complète d’un ensemble humain ou alors une vue essentiellement parcellaire d’un phénomène. Il s’agit de trouver le bon réglage (Bromberger, 1997 : 299).

6Enfin, à quelle aire géopolitique rattacher les travaux portant sur l’île ? C’est un autre problème de fond. Pas plus que l’intégration à la nation française, la position géographique de l’île n’épuise toutes les possibilités. L’importance du sujet pourrait à notre sens appeler l’ouverture d’un réel débat. Une meilleure clarté quant aux options prises par les chercheurs locaux et ceux d’ailleurs pourrait présenter le plus grand intérêt. A n’en point douter, la lisibilité des travaux serait accrue si les postulats initiaux étaient plus manifestes.

Exotisme des uns, ethnocentrisme des autres

7La « plus proche des îles lointaines » assure la publicité destinée aux touristes. Mais la Corse pourrait bien en rester là si des composantes aussi importantes que représentatives de la réalité sociale sont exclues de l’observation.

8L’île aux bergers ne peut être qu’une société sans écriture. C’est donc là-bas qu’il convient d’aller saisir les derniers archaïsmes. La quête des éléments ultimes de la tradition se réalise pour l’essentiel auprès des acteurs de l’économie agro-pastorale. Leurs pratiques aussi nettement démarquées de celles des économies industrielles que de celles du secteur tertiaire fournissent les conditions d’un ostensible dépaysement. L’identité en rapport avec le territoire assure à l’observateur venu d’ailleurs la rencontre certaine avec une altérité visible. La Corse comme terrain anthropologique devrait poser la question du regard qui y est porté : est-il proche ou lointain ? Or si cette interrogation n’est que rarement explicitée, les réponses possibles en revanche sont présumées avec une autorité péremptoire.

9La Corse apparaît d’emblée rangée parmi les objets exotiques d’une anthropologie classique. Cette classification hâtive n’est pas sans conséquence. Elle pourrait bien expliquer le désintérêt – à notre avis dommageable – pour la composition sociale : les sociétés exotiques sont faiblement diversifiées. Aucun fossé culturel n’est donc sensé séparer un Corse d’un autre Corse.

10L’appartenance des universitaires corses et de leurs étudiants à la société qu’ils observent est souvent opposée comme une fin de non-recevoir à leurs travaux. Certes, le prestige originel de la discipline réside dans la situation d’acculturation où le chercheur va lui-même se placer. Il existe toutefois en France une tradition ethnologique d’étude de la société endogène (Abélès, 1990 : 25). Dans ce cas, l’altérité valablement observable n’est plus réductible uniquement à l’appartenance à une société sans Etat.

11L’anthropologie du proche entreprend la mise au jour du quotidien. La rencontre de l’autre suppose une distance entre le chercheur et son terrain. Si elle ne s’évalue pas en kilomètres, il s’agit donc de produire les conditions d’une rencontre a priori incertaine. C’est ainsi qu’une nouvelle génération de chercheurs s’éloigne des amphithéâtres parisiens, lillois ou marseillais pour questionner des quartiers périphériques ou encore des pratiques professionnelles spécifiques.

12Cette démarche pourtant couramment admise ailleurs est suspecte. Désireuse de comprendre pourquoi, nous osons parfois, avec une candeur exaspérée, poser la question. Les réponses obtenues jusqu’à ce jour – lorsqu’elles ne sont pas confuses ou évasives – sont le plus souvent plus qu’étonnantes, tant elles sont dénuées de fondement scientifique. De telles observations sont néanmoins révélatrices d’une manière de percevoir le monde insulaire. Sous le regard ethnologique, les acteurs de la vie sociale sont chasseurs ou bergers, ils briguent un mandat politique ou gèrent la clientèle de leurs administrés. Les hommes chantent la polyphonie et les femmes recourent à la magie blanche pour soigner ou protéger leurs enfants. Mais d’ethnologue il n’en est point.

13La présupposition exotisante se traduit par une cécité absolue à tout ce qui, dans l’île, renvoie à la possession de l’écriture. Le domaine de la connaissance scientifique en fait partie. Dès lors, les questions centrales à la discipline ne sont pas débattues avec nous. Notre participation n’est pas attendue dans la discussion anthropologique, tout au plus sommes-nous invités à affirmer (confirmer) les présentations, souvent caricaturales mais couramment admises, de notre identité. A l’heure où de nombreux chercheurs s’interrogent tant sur la place qui est la leur, face au terrain, la nôtre nous est assignée d’office. Membres de la société, nous ne pouvons qu’être porteurs du point de vue indigène, celui qui se collecte au moment ethnographique.

14Le spécialiste de l’altérité et de l’identité se révèle, tels les indigènes qui peuplent les récits de lointains voyages, plus inquiet d’un autre semblable que de l’étrangeté véritable. Pourtant, le peu de cas fait de nos problématisations s’explique moins par la volonté de protéger ses territoires de chasse (à l’information) que par la crainte de voir s'évanouir l’illusion d’exotisme. Cette dernière perspective s’accommode par contre plutôt bien des études menées au pays, lesquelles se fixent pour objectif la conservation identitaire. La compatibilité des deux démarches réside dans leur application respective à tracer une frontière étanche entre les eux et les nous.

15L’enjeu crucial se pose ici en terme d’appartenance. La tension existant entre le compte rendu anthropologique et le savoir de la société sur elle-même en rend parfaitement compte (Thomas, 1997 : 375). Le chercheur n’a pas vocation a épouser le discours de l’autre. L’extériorité du chercheur avec son objet d’étude est fondatrice de la discipline (Castoriadis, 1975 : 228 ; Abélès, 1976 : 175).

16L’exercice anthropologique rapproche et distingue à la fois du groupe étudié. La question se pose avec d’autant plus d’acuité dans une société fortement marquée par la réflexivité à laquelle appartient le chercheur. Ainsi, la transmission de certains savoir-faire, de certains rituels est parfois drapée dans l’ambiguïté (Ceccaldi, 1998). En réponse à la méfiance continentale vis-à-vis de l’intrusion insulaire dans le débat scientifique, certains des nôtres opposent l’être corse comme condition d’accès à la compréhension des faits. Cette bataille stérile pour asseoir ses prérogatives sur un possible objet d’étude reconduit l’enfermement de celui-ci dans une classification inadéquate.

17L’ethnocentrisme des uns affronte celui des autres, rendant impossible l’élaboration d’une relation dialectique à autrui. Ceux d’ici font rimer les notions de culture, de tradition avec la menace de dépérissement, ceux de là-bas avec la violence. La virulence de ces dénonciations réciproques ne dévoile cependant rien des processus conduisant l’homme à ce qu’il est. L’environnement économique et social est occulté au profit d’une sorte de déterminisme diffus. Le glissement métaphorique autorisé à propos de la criminalité, phénomène qualifié de culturel ou d’endémique, le montre bien.

18Le Corse, individu désincarné, est figé dans une image négative au regard des valeurs de civilisation, celle du criminel. Loin de nier que parmi nos compatriotes certains ont connu des parcours les éloignant du droit chemin, il s’agit de comprendre comment cela s’est produit. Après avoir identifié l’acte criminel (ne pas le confondre avec un délit, tout le raisonnement en serait ébranlé), faire connaissance avec celui qui l’a commis. Son appartenance ethnique ne saurait suffire (et pourtant !) à expliquer son geste. Dans quelles circonstances a-t-il agi ? Avec quelles motivations ? Il faut non seulement recontextualiser les faits mais aussi la personne.

19Les relations de parenté, thématiques privilégiées de la sociologie et de l’anthropologie, ne doivent pas ici être négligées. Les univers familiaux et les modèles éducatifs ne sont pas identiques pour tous les enfants corses. Ce sont néanmoins les premiers lieux de rencontre d’une autorité. C’est donc là que s’apprend une part importante des modalités d’acceptation de l’interdit et de sa légitimité. Voici quelques-unes des pistes sociologiques qui pourraient aider à comprendre qui un jour transgresse la loi.

20Malheureusement, concernant la Corse et le crime, le déterminisme – ethnique travesti en un déterminisme culturel – prend encore trop souvent le pas sur d’autres possibilités explicatives. Les clichés ethnotypiques étourdissent l’histoire pour confondre dans un temps unique des actes qui n’ont en commun que d’avoir été commis par des Corses. La cavale du braqueur de banque contemporain et la retraite du bandit du XVIIIe siècle sont ainsi amalgamées sans discernement. L’invariance fournira le prétexte théorique à la réunion du passé et du présent, posant cependant plus de problèmes qu’il n’en résout.

21Etablir la fixité entre les comportements d’hier et d’aujourd’hui prescrit un double détour : par l’histoire bien sûr et par la société dans laquelle le groupe minoritaire s’inscrit plus généralement. Les deux éclairages sont liés de manière indissoluble et se réclament mutuellement. Il s’agit de mettre en évidence les processus historiques permettant la reproduction du phénomène étudié dans le contexte actuel. Lorsqu’elles sont menées, de telles investigations ne sont pas sans surprises.

22Devoir reconnaître que l’on désigne sous la même appellation des réalités fort disparates n’est pas à première vue très plaisant. Pourtant, faute d’être rigoureusement délimité, l’objet tout entier risque de nous échapper. Prendre le risque d’invalider l’hypothèse confortable de l’invariant c’est aussi porter une contribution féconde au débat scientifique. Or, sur ce point au moins, l’argumentaire converge avec la revendication endogène d’une identité inaltérable. L’un et l’autre se réfèrent à un passé abstrait, cristallisé, pour lire le présent. Ce n’est que l’usage social de l’archaïsme qui oppose totalement les deux démarches.

Le bon sauvage et le mauvais citoyen

23Le vice et la vertu fournissent les deux polarités d’un discours de valorisation de soi-même. Autant que la critique de la modernité destructrice, la stigmatisation des figures inciviques s’avère impuissante à saisir concrètement les fonctionnements sociaux.

24La complicité si marquante dans les souvenirs de ceux qui ont connu l’aventure de la rencontre des mondes se teinte soudainement d’une connotation juridique. Dans un contexte où l’anthropologie s’est habituée à côtoyer les entreprises d’affirmation et/ou de réappropriation identitaires, il faut s’efforcer de comprendre la méfiance qui entoure certains types d’études. A notre sens, elle prend appui sur plusieurs malentendus que précisément les sciences humaines permettent de dissiper.

25Pénalement, le complice est celui qui, sans réaliser lui-même les éléments constitutifs d’une infraction, aide ou incite autrui à les commettre. Notre intérêt porté à l’expression d’une identité locale met en évidence l’hétérogénéité de la communauté nationale. C’est probablement la raison pour laquelle nos efforts pour mettre en relation l’identité individuelle et l’identité politique (entendue comme communauté de droits et de devoirs) sont réduits a un hypothétique risque de collusion entre la science et la contestation de la souveraineté de l’Etat. Tandis que de nombreuses collectes ethnographiques se veulent la transcription fidèle d’une parole recueillie, cette interprétation suspicieuse ignore superbement le terrain. Celui-ci, en effet, dénonce la conviction selon laquelle tout sentiment d’appartenance communautaire est finalisé par une demande d’accès à l’indépendance2.

26En dépit des travaux fondateurs de la théorie des organisations, les écarts observés en Corse entre le principe et le fonctionnement effectif des institutions sont encore présentés comme autant de déviances. La comparaison avec d’autres espaces, la référence à d’autres études mettent en évidence le caractère aléatoire de ces affirmations. Aussi préjudiciables soient-elles à la compréhension des phénomènes sociaux, de telles omissions théoriques présentent néanmoins une valeur informative.

27Le premier parti pris consiste à mettre en évidence le fait particulier, le second étant de le figer dans le néfaste. C’est ainsi que l’immense majorité des activités impliquant des relations avec des partenaires institutionnels sont envisagées principalement comme des remises en cause globales. Agir, en Corse, ne serait que défier l’Etat d’une manière ou d’une autre, allant du détournement discret à la contestation la plus bruyante. On est ici bien loin de la vigilance méthodologique à laquelle invite Robert Cresswell (1975 : 33-34) pour traiter des phénomènes socioculturels et destinée à permettre non seulement la comparaison, mais aussi la quantification. L’identification des différences et des similitudes entre les sociétés passent d’abord par une simple description des faits, mais lui donner du sens suppose de considérer les fonctions et les rapports existant dans le contexte observé. L’exemple présenté montre qu’en dépit de caractéristiques communes, les Libanais d’un village maronite et les Irlandais d’une communauté rurale ne court-circuitent pas l’administration pour les mêmes raisons. C’est encore au-delà de ces deux étapes analytiques, dans la motivation des acteurs sociaux, que s’éclairent chacune des deux réalités sociales.

28De la même façon, le terme de vendetta est couramment admis pour parler des assassinats qui ont endeuillés récemment le milieu nationaliste. Et l’on ne tarde pas à nous expliquer, sans jamais le démontrer, qu’il s’agit du mode culturel de régulation des conflits. S’il l’a été par le passé, il ne l’est plus. Tandis que ces indices d’une caractérologie criminelle du peuple corse s’accumulent, la plus parfaite discrétion est assurée à une étude authentiquement anthropologique comme celle présentée par Jérôme Ferrari au colloque de l’Association française de criminologie.

29La confusion qui amène de nombreux chercheurs à voir en Corse une société sans l’Etat est probablement tributaire de la lutte menée par des partisans de l’indépendance. C’est, à notre avis, une grossière erreur théorique : les mouvements de libération nationale mettent en question la légitimité du pouvoir qui s’exerce sur leur territoire, non sa forme, en l’occurrence, étatique. A l’inverse de la tentation rousseauiste qui résonne dans l’œuvre de Pierre Clastres, c’est ici une « mauvaise » société primitive qui s’oppose à la République. Ni les questions relatives à l’« exister ensemble » (Bouvier, 2000 : 74), ni celles concernant les formes historiques organisant la vie politique, ne sont formulées.

30Investi de la sorte, le terrain corse est celui où l’on renoue avec une certaine manière de faire l’anthropologie dont les avatars ont pourtant été mis en avant par bon nombre de chercheurs. Mais le mauvais sauvage d’hier a fait place au mauvais citoyen. La quasi-totalité des problématiques compose avec les personnalités inciviques.

31Les pratiques marginales ou résiduelles offrent un cadre idéal à la localisation des déviances. En contradiction avec l’usage dominant, elles sont lues et relues comme des contestations implicites de ce dernier3. Dès lors, les formes de pouvoir inhérentes à une institution quelle qu’elle soit, valent pour souveraineté. (Malgré cette politisation évidente des références, les questions d’anthropologie politique sont trop rarement posées en tant que telles). Hormis par extrapolation analo­gique, peut-on décemment assimiler la liturgie à la Constitution de 1958 ? Cette équivalence, d’ailleurs plus supposée que démontrée, ne permet pas d’appréhender les relations complexes et les interactions qu’entretiennent ensemble le registre officiel et l’officieux.

32Mais la figure identitaire du mauvais citoyen n’est pas la seule à incarner les représentations de la corsitude. Une série d’indices nous autorise à considérer pourtant que le bon sauvage en constitue un parfait double. C’est probablement à travers la crise de l’emploi que cette perception est la mieux saisissable. La disqualification et la désaffiliation menacent une part toujours croissante de la population. Or, ce phéno­mène préoccupant à bien des égards est rarement retenu pour mettre en évidence la distension du lien social. Au contraire, les réseaux familiaux et communautaires, dont l’influence a été si souvent dénoncée dans le champ électoral, font, à cette occasion, l’objet d’une réhabilitation. Les solidarités palliatives à tout ce qui fait les « sans » (sans emploi, sans domicile fixe, etc.,) permettent, nous assure-t-on, d’éviter le pire.

33Il n’est pas inutile d’interroger cette conviction. Localement, elle opère sur le plan identitaire, niant le risque de division qui pèse sur la société4. La répartition inégale des richesses est accentuée par la précarisation qui atteint aujourd’hui de nombreuses activités. Travailler ne met plus forcement à l’abri de la pauvreté. Les contrats à durée déter­minée et ceux à temps partiel non-choisis sont le lot de beaucoup de jeunes et de nombreuses femmes. Enfin, des demandeurs peu qualifiés ou possédant une formation commune, restent très éloignés du marché de l’emploi. Pour ceux-là, le processus d’exclusion est déjà en place.

34Lutter contre signifie trouver hors de la condition salariale des solutions qui permettent de subsister. La sollicitation des services sociaux et les petits arrangements aux quotidiens (recours au travail au noir, non déclaration de la totalité des ressources, etc.) sont-ils satis­faisants sur le long terme ? Les angoisses et la souffrance de ces exclus sont des thèmes majeurs de la sociologie contemporaine, de même que les potentialités créatrices mises en œuvre pour surmonter l’épreuve.

35En Corse, le discours de sens commun garantissant que les traditions familiales et de solidarités sont d’excellents remparts contre l’exclusion a longtemps tenu lieu de connaissance du problème. La production des savoirs relatifs au chômage est longtemps restée à la charge des statisticiens et des économistes, aussi les sociologues disposent encore de trop peu d’informations sur l’état d’esprit des chômeurs. Faut-il pour autant en conclure que la Corse est le pays où ils sont heureux ? Alain Bihr et Roland Pfefferkorn attirent l’attention sur les lacunes, les silences et les demi-vérités des données quantifiées portant sur les inégalités sociales. Au-delà des zones d’ombre résultant des modalités de classification, force est de constater que la stastistique, dont le propos n’est pas de rendre compte du vécu, escamote le drame social (Bihr et Pfefferkorn, 1995 : 115).

36Le spectre de l’imagerie populaire unissant les Corses et la paresse vient imédiatement à l’esprit. Le relais que peuvent lui apporter des hypothèses savantes ne doit pas, à notre avis, être sous-estimé. A l’instar du sauvage indolent, ceux de nos compatriotes demeurant sans emploi sont présentés baignant dans le bonheur et l’insouciance. A l’exception des psychiatres qui, de manière pionnière, avec leurs outils conceptuels, ont abordé les effets destructurants du chômage5, aucune étude qualitative n’a été menée afin de mettre en lumière comment est réellement vécu dans les familles ce retour à la dépendance économique des adultes ayant perdu leur principale source de revenus.

37Enfin, la régulation dite traditionnelle, selon laquelle les besoins vitaux seraient garantis par la parentèle, est-elle à la portée de toutes les familles ? Peut-on parler d’une spécificité quand on sait que l’âge moyen auquel on quitte le domicile parental est aujourd’hui plus tardif pour la plupart des jeunes français6 ? Nous prenons pour notre part d’énormes précautions pour parler de régulation traditionnelle, car notre terrain d’enquête réalisé auprès de fonctionnaires montre que l’entrée dans le monde adulte, la création du foyer et la stabilisation professionnelle sont très étroitement liées. Le franchissement de ces étapes confère un statut social et des prérogatives qui ne sont pas sans brouiller les accidents de trajectoires7.

Des territoires à géométrie variable ?

38Le partage des territoires d’étude mérite que l’on s’y arrête. Dans un article rendant compte des multiples voies empruntées par les chercheurs européens, Martine Ségalen rappelle l’importance des usages universitaires propre à chacun. La manière dont une société s’est observée elle-même par le passé n’est pas sans incidence sur les options actuelles de la recherche. Le projet disciplinaire n’est pas le même en tous lieux, à une époque donnée : ici seront privilégiées les problématiques folklorisantes tandis qu’ailleurs, au contraire, on encouragera la volonté de s’en émanciper (Ségalen, 1997 : 368-370).

39Le proche et le lointain fournissent les premiers éléments d’un repérage. Concernant les aspects politiques, cette frontière s’est longtemps trouvée renforcée d’une tradition disciplinaire opposant les sociétés complexes avec leurs institutions aisément saisissables et les autres, où l’on ne pouvait prétendre y accéder sans un décryptage plus général. Le renouvellement des problématiques aura raison de ce découpage (Abélès, 1997 : 355-356).

40Elément fondateur de la discipline, l’appartenance du chercheur intervient dans la redéfinition des terrains d’étude. La contribution de l’anthropologie anglo-saxonne est, à cet égard, révélatrice. En dépassant le cadre local pour questionner plus largement les identités dans leur dimension politique, en mettant en relation l’appartenance régionale et nationale coexistant tant bien que mal dans les Etat-nations, elle ouvre de nouvelles pistes pour une socio-anthropologie menée en l’Europe. Les localisations thématiques et géographiques des travaux de recherche présentent des enjeux. Il s’agit de circonscrire les territoires et, par là même, le projet disciplinaire. L’articulation du global au local, qui fournit un axe de penser pour appréhender le fait national, participe également à la classification des travaux.

41Pratiques courantes, les études menées au niveau des régions sont généralement rassemblées sous le titre d’ethnologie régionale. Aire d’observation parmi d’autres possibles, l’espace régional n’est pas sans poser quelques difficultés. Nous nous attacherons plus particulièrement à celles en rapport avec le chercheur lui-même. Les lieux excentrés de la nation le sont-ils également par rapport au chercheur ? Admettre que l’ethnologie est possible chez soi et chez les autres, nous dit Marc Augé, relativise la différence entre soi et l’autre. Avant de préciser que l’entre-soi est marqué par la pluralité (Augé, 1994 : 65-66).

42Où se situent les similitudes de l’ethnologue étudiant sa propre société ? Augé précise que le soi signifie tantôt l’Europe, les Etats-Unis compris, tantôt seulement la France. La mêmeté semble résider ici dans l’appartenance à une société complexe. Le renouvellement de l’anthro­pologie des communautés d’Europe est bien le fait des chercheurs britanniques ou nords-américains. Les travaux menés par des chercheurs de province, résidant habituellement à proximité de leurs terrains, peuvent-ils y contribuer ou ceux-ci sont-ils condamnés à ne s’intéresser qu’aux données du patrimoine ? Poser la question de l’intériorité du regard, c’est marquer de manière significative la différence entre les observateurs possibles.

43La répartition des thématiques envisageables sur les différents terrains correspond aux traditions nationales. En France, la région est longtemps restée le lieu de collecte et de cristallisation des pratiques et des identités particulières. Suspect de ne pas réarticuler le local au global, l’ethnologue régional occupe une place un peu à part parmi ses pairs. Dès lors, l’appartenance de l’observateur à la société étudiée intervient implicitement dans l’étiquetage de ses travaux. Comme en témoigne cette dénomination qui le coupe du courant national et européen pour le situer à la périphérie de la discipline.

44Entre les représentations de soi et l’imaginaire de l’autre, la Corse présente un cas de partage introuvable des territoires disciplinaires. Les mutations à l’œuvre fournissent de nouvelles opportunités d’étude des groupes humains. Tout l’enjeu consiste à ne pas manquer une nouvelle fois la possible rencontre soit en refusant des disparités sociales pourtant bien réelles soit en négligeant, par crainte des dérives communautaristes réelles ou supposées, ce que des ensembles construits, même éphémères, de population pourraient nous apprendre (Bouvier, 2000 : 116).

Haut de page

Bibliographie

Abélès M. Anthropologie et marxisme. Bruxelles, Complexes, 1976.

Abélès M. « De l’Ethiopie à l’Yonne. Liens personnels et politique locale », Espace Temps, 1990, n° 43/44.

Abélès M. « L’anthropologie politique : nouveaux enjeux, nouveaux objets », Revue internationale de sciences sociales, 1997, n° 153.

Augé M. Les Sens des autres. Actualité de l’anthropologie. Paris, Fayard, 1994.

Bihr A., Pfefferkorn R. « La connaissance statistique des inégalités sociales : entre demi-vérités et trompe-l’œil », Raison présente, 1995, n° 115.

Bouvier P. La Socio-anthropologie. Paris, Armand Colin, 2000.

Briquet J.-L. La Tradition en mouvement. Paris, Belin, 1994.

Bromberger C. « L’ethnologie de la France et ses nouveaux objets. Crise, tâtonnement et jouvence d’une discipline dérangeante », Ethnologie française, 1997, n°3.

Castoriadis C. L’institution imaginaire de la société. Paris, Seuil, 1975.

Ceccaldi F.-M. « Mémoire collective et consciences individuelles, réflexion autour de l’exemple corse », Communication au Colloque IRESCO : « Les Temporalités sociales », 20-21 novembre 1998.

Cresswell R. Eléments d’ethnologie. Paris, Armand Colin, 1975, t. 1.

Ferréol G., Deubel Ph. Méthodologie des sciences sociales. Paris, Armand Colin, 1993.

Ségalen M. « Ethnologie française, ethnologies européennes », Ethnologie française, n°3, 1997.

Thomas T. « Epistémologies anthropologiques », Revue internationale de sciences sociales, 1997, n°153.

Haut de page

Notes

1 A l'origine de cette confusion, on trouve la catégorisation de l’INSEE.
2 Il aurait suffit, pour s’en convaincre, de mettre en perspective l’importance de la conscience réflexive avec la composition actuelle de l’Assemblée de Corse et, plus particulièrement, les résultats électoraux des partis effectivement indépendantistes.
3 Cf. les nombreux travaux portant sur le domaine magico-religieux.
4 Le monde syndical s’est révélé très soucieux de ces questions.
5 La Corse et la folie. Actes des rencontres pluridisciplinaires de Bastia, 1984.
6 Ce phénomène s’explique en partie par l’allongement de la durée des études mais également par la difficulté à trouver un premier emploi.
7 Cf. Francesca-Maria Ceccaldi, doctorat en cours (université de Poitiers) : l’accès à la séniorité se traduit par la manifestation ostensible que la demeure familiale n’est plus fréquentée en qualité d’enfant mais bien en adulte (aide financière ou domestique, prise en charge de certains domaines jusqu’alors assumés par les parents).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesca-Maria Ceccaldi, « Construire les territoires de l’autre », Socio-anthropologie [En ligne], 9 | 2001, mis en ligne le 15 janvier 2003, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/6 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.6

Haut de page

Auteur

Francesca-Maria Ceccaldi

Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org