Navigation – Plan du site

Les plaques commémoratives

Entre appropriation de l’espace et histoire publique dans la ville
Juliette Dutour

Texte intégral

1Bien qu’anciennes et manifestes, les relations entre l’histoire et l’espace public n’ont été interrogées en termes scientifiques qu’à l’époque contemporaine. Les manières distinctes de penser le « public » obligent à envisager l’espace public à la fois comme spatialité géographique et comme espace social, dans ses articulations avec l’histoire1. Cette problé-matique a été explorée depuis le début du XXe siècle en France à travers la question du rôle social de l’historien, et plus largement de l’utilité publique et pratique de la discipline historique.

2Parmi les marqueurs historiques dont le rôle et la place dans l’espace public sont établis depuis plusieurs décennies, les plaques commémoratives occupent une place importante. Leur existence comme pratique institutionnalisée date des premières périodes démocratiques qui favorisent l’émergence de l’individu. Comme le soulignent Alain Dautriat et Yann Le Pichon, « elles s’inscrivent dans une mouvance humaniste consacrant la réciprocité des liens qui unissent l’Homme et sa société »2. Ces plaques appartiennent à la pratique de l’histoire publique et s’inscrivent dans l’espace urbain de manière particulière, au sens où, tout en ayant l’ambition d’avoir un impact de nature pédagogique et didactique sur leurs lecteurs, elle viennent signaler une appropriation de l’espace. Certains auteurs ont ainsi pu considérer que « le marquage, par la disposition des objets ou les interventions sur l’espace habité, est l’aspect matériel le plus important de l’appropriation3 ». De manière géné-rale, le marquage de l’espace étant à la fois de nature symbolique et matérielle, la configuration du lieu se trouve transformée « soit à travers la fabrication, la réutilisation de repères signifiants qui s’inscrivent plus ou moins dans la durée et laissent une trace ; soit à travers la présence des corps et des signes dont ils sont porteurs lors d’événements récurrents ou exceptionnels4. »

3Le cas envisagé ici est celui de la diffusion de l’histoire dans la ville de Québec, à partir du rôle joué par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada entre 1950 et 1960, période charnière en matière de politique culturelle nationale. La mission de la Commission, telle qu’elle la conçoit elle-même, est de former les Canadiens à leur histoire à travers l’apposition de plaques conçues comme de puissants médiateurs historiques capables de transmettre le sentiment de réalité du passé dans l’espace public. Aussi ces plaques sont-elles situées aussi bien dans les villes que dans les campagnes les plus reculées, avec le souci double d’attirer d’une part les Canadiens dans les espaces les plus isolés du pays, et d’autre part de consolider la portée symbolique des espaces publics urbains des villes historiques.

L’espace public, les publics, l’histoire publique et les plaques

4Au sein de l’espace public, la visibilité de la plaque n’a rien d’évident. Les plaques commémoratives ont a priori un statut paradoxal5 car elles n’entrent pas dans la catégorie de l’art public, au même titre que les statues ou les installations publiques exposées dans les rues ou sur les places. Elles sont d’apparence simple, de style dépouillé, afin d’attirer l’attention sur le texte dont elles sont porteuses plutôt que sur son support. En 1938, les membres de la Commission décrivent encore les marqueurs historiques comme de « délicates plaques de bronze, ordinairement fixées à des cairns de pierre des champs ou à des monuments de pierre taillée6 ». En 1951, ils commencent à s’interroger sur leur aspect, qu’ils jugent trop vieillot, trop terne7. Dans les années 1950, la Commission décide donc que la plaque doit prendre sa place dans l’espace public de manière bien définie et contrôlée, afin que le passant ne la manque pas, et qu’il soit attiré par son aspect esthétique. En septembre 1956, le directeur de la Commission, Monsieur Hutchinson, dans une lettre au Ministre indique qu’il aimerait les voir peintes en blanc pour les rendre plus attractives. Cette note précise est représentative des priorités qui orientent de manière récurrente les rapports de réunion de la Commission dans les années 1950. C’est à croire que l’esthétique et la visibilité publiques de ces plaques historiques sont plus importantes que leur contenu, sans parler de la validité scientifique de ce dernier. Parallèlement, les plaques se veulent des monuments de concision. La volonté et la tâche difficile de leurs rédacteurs ne sont pas de réduire mais, de manière plus subtile et plus implicite, d’exalter. Ainsi, précision, justesse, justice, délica-tesse sont de mise, tandis que, pour chaque nom, confrontations et pesées des notices précèdent la gravure, comme en témoignent souvent de longues discussions.

5Les plaques commémoratives sont, avant tout, le fruit de l’Histoire qui couronne, récompense, très inégalement, la gloire ou l’importance nationale d’un fait ou d’un personnage. Elles consti-tuent parfois le seul véhicule d’une unité nationale naissante, et représentent un instrument de promotion de l’histoire à des fins politiques. L’inégale répartition des plaques, dans un espace public fractionné en unités administratives et sociales distinctes confirme la dimension politique de la commémoration. Les circonstances, et les budgets, influent sur la définition de la notion de l’intérêt culturel et dès lors sur l’identité des quartiers auxquels les plaques apportent un supplément d’âme.

6En tant que véhicules d’histoire et instruments de création d’un patrimoine, les plaques historiques ont quelques caractéris-tiques spécifiques qui les distinguent des musées, des monuments et sites historiques. Elles constituent l’un des principaux marqueurs historiques et publics dont les commissions historiques d’Amérique du Nord ont fait une utilisation abondante dans la première moitié du XXe siècle. Au cours de cette période, elles ont incarné la seule manière de patrimonialiser l’espace et ont ainsi précédé les interven-tions lourdes et ambitieuses de conservation et de reconstruction physique des sites. Elles présentent par conséquent la première tentative de constituer un fonds patrimonial par l’introduction d’un discours historique dans l’espace public et non par la sauvegarde d’éléments physiques. Ces marqueurs historiques, de plusieurs sortes, se fondent dans la ville et dans les campagnes et investissent progressivement l’espace public à partir de 1919.

7Les sites sélectionnés par la Commission étaient définis en fonction de l’idée de leur importance historique nationale ; il s’agissait principalement de forts et de villages indiens ; de postes de traite et de centres de missions français, de sites associés aux explorations et aux opérations navales et militaires britanniques au cours de la longue lutte pour la possession du Canada ; de postes de la Compagnie de la Baie d’Hudson et de sites qui se rattachaient à l’évolution économique et industrielle du Dominion8. Un rapport de 1938 de la Commission rapporte que 300 sites sont marqués par une plaque au Canada, et en 1951, 388 dont 70 au Québec, qui occupe le second rang des provinces les plus commémorées, après l’Ontario.

8Pareille insertion de fragments historiques ne s’opère pas sans heurts, car les plaques doivent souvent composer avec un environ-nement changeant, où les sites dont on commémore l’histoire ont parfois disparu. Les marqueurs sont parfois érigés à proximité des sites, à une certaine distance selon les cas, pour des raisons pratiques et politiques. Un particulier remarque ainsi en 1952 que « les marqueurs sont souvent placés quelque part à proximité du site, mais sans aucune indication de l’exact emplacement du site. Dans un exemple qui mérite d’être cité, le marqueur a été placé sur les rives d’une rivière, tandis que la bataille commémorée a eu lieu à plusieurs centaines de mètres de la plaque, sans que cela ne soit spécifié dans l’inscription9 ». Cet état de fait a suscité à plusieurs reprises des plaintes auprès de la Commission de la part des autorités provinciales ou de particuliers. À ces critiques, les mem-bres de la Commission répondent en invoquant les mutations de l’espace public et la disparition de certains sites reliés à des événements néanmoins retenus par la Commission, expliquant que : « Nous ne pouvons définitivement pas systématiquement mettre les marqueurs sur les sites mêmes. En effet, par exemple, à l’emplacement exact du Fort Gibraltar on trouve actuellement la décharge publique de Winnipeg. À l’évidence, nous ne pouvions donc pas le mettre là10 ». Les exemples abondent qui attestent de la difficulté à faire coïncider les plaques commémoratives et les sites auxquels elles sont rattachées.

9Cette question de l’adéquation géographique et spatiale entre le site et le marqueur historique s’avère donc centrale. Ce souci d’exactitude témoigne de la volonté de restituer dans l’espace public le fameux sentiment de « réalité du passé » que la Commission tient à faire passer auprès des Canadiens. Paradoxalement, qu’il s’agisse des plaintes des citoyens ou des réponses apportées par la Commis-sion, la manière dont l’histoire est traitée – soit les inscriptions des plaques – semble une dimension absente des discussions.

10Mais le point le plus intéressant concernant la relation des plaques avec l’espace public réside dans le pouvoir, que la Commission leur attribue, de littéralement recréer un site disparu dans l’espace. Si l’on se fie au discours de ses membres, on pourrait croire que, en absence de réelle politique (et des moyens financiers nécessaires), les plaques vont parfois jusqu’à prendre plus d’importance que les événements, personnages ou sites commé-morés eux-mêmes. Le fait que le site n’existe plus n’empêche pas l’érection d’une plaque ou de tout autre marqueur historique, conduisant même à leur conférer une dimension esthétique et imaginaire supplémentaire11. Dans les années 1950, la bizarrerie d’un tel procédé et, plus largement, des méthodes de la Commission en matière de commémoration sont pointées. Certains estiment que « la nécessité d’utiliser des marqueurs d’aspect extérieurs uniformes pour l’ensemble du Canada, le fait de placer ces marqueurs « à côté » plutôt que « sur » le site sont un motif de découragement pour ceux qui désirent revivre un temps le passé, de la même manière que leur caractère illisible et leur design inintéressant ne font rien pour stimuler l’imagination12 ».

11La question de la nature des inscriptions des plaques est aussi soulevée pour la première fois, touchant la longueur et la lisibilité des textes que seuls les véritables chercheurs auraient la patience de lire en entier13. Mais derrière la volonté de donner un caractère consensuel et évocateur (voire fictionnel) aux textes des plaques peut se lire la volonté de gommer la complexité de l’histoire et la réalité controversée des faits historiques. C’est l’enjeu défini par la Commission lorsqu’elle se propose de donner à voir à l’ensemble des Canadiens, selon ses propres termes, une « bonne et juste histoire ».

L’histoire dans l’espace public : pour une « bonne et juste » histoire ?

12Depuis une vingtaine d’années, la question des « publics » des musées est une préoccupation majeure des conservateurs et des administrateurs de ces institutions. Au cœur de ces débats, il est principalement question de la nécessité de retombées financières ainsi que de la volonté de travailler à une meilleure accessibilité d’institutions à l’image restée élitiste. Par opposition, les plaques commémoratives, dont le public est assez peu défini, ne s’inscrivent pas dans le même questionnement, diffusant une « histoire gra-tuite », mise à la disposition de tous. Dans ce sens, elles peuvent apparaître comme une entreprise désintéressée, au moins du point de vue financier. Pourtant, dès lors que l’histoire est introduite dans l’espace public urbain, elle est soumise à un processus d’épuration, afin d’exclure à l’avance toute polémique.

13L’exemple de la citadelle de Québec éclaire les liens entre fabrication de l’histoire et mise en scène de l’espace public. Dans la rédaction du texte de la plaque qui ornera les murs de la citadelle, un ensemble de facteurs intervient, qui ont très peu à voir avec la véracité de l’histoire, mais qui font appel davantage à des manœuvres politiques que chaque juridiction entreprend pour faire valoir son rôle. En tant que site militaire, la Citadelle appartient au Département de la défense nationale, lequel a par conséquent un certain pouvoir sur l’écriture du texte de la plaque, même si l’évaluation première du site revient à la Commission. Du fait de cette situation administrative complexe, la Citadelle a été reconnue lieu historique national en 1946, mais la plaque n’a été apposée qu’en 1954. Durant ces presque dix ans de négociations (pour un texte qui ne doit pas faire plus de dix lignes), le cartel a dans un premier temps été rédigé par les historiens de la Commission, puis révisé plusieurs fois par le Département de la défense nationale, pour aboutir à une version finale. La longueur de ce processus s’explique d’une part par le fait que la Commission, jusqu’en 1952 ne se réunissait qu’une fois par an, et d’autre part, par la volonté des deux parties de trouver un consensus avant de divulguer ce fragment d’histoire au public de la ville.

14En 1952, la Commission se réunit pour discuter du texte de la plaque. On rappelle qu’en 1947 une première version du texte14 de la future plaque avait été rédigée par le Major Lanctot, alors membre de la Commission. Ce texte mettait l’accent sur les étapes de construction de la Citadelle et s’arrêtait en 1871. Il avait été envoyé au Ministre de la défense nationale qui avait alors exprimé le désir de voir les membres de la Commission faire référence au travail de restauration effectué, ce qui fut fait en mai 1952. Cette deuxième version raconte l’histoire de la citadelle toujours depuis son ébauche en 1620 et la poursuit jusqu’en 1947, accordant une large part au travail de restauration entrepris par les forces militaires Canadien-nes15. Ainsi, la citadelle et ses fortifications sont présentées sous l’angle de leur construction et de leur rénovation, sans que les rédacteurs du texte aient jugé nécessaire de mentionner leur rôle dans l’histoire militaire, quant à la protection de la ville au cours des différents affrontements des forces canadiennes anglaises et des forces canadiennes françaises, ou encore au moment de l’assaut des Américains pendant la guerre de Sept Ans. Elles ne sont envisagées et présentées au public que comme un ouvrage d’ingénierie, même si on n’omet pas de mentionner le rôle de figures historiques fondatrices telle que celle de Champlain. Il est bien évident que le format des plaques, la brièveté des textes peuvent expliquer ce caractère elliptique, mais pas seulement. L’écriture de l’histoire publique suppose un choix, qui, dans ce cas, est politique et a pour ambition de valoriser le travail des forces royales canadiennes et du ministère de la défense dans la conservation de la structure. En ce sens, ce n’est plus seulement l’histoire qui est transmise, mais aussi une culture présente de la conservation. La plaque commémore ainsi le rôle du gouvernement au lieu de l’histoire du lieu, devenant un instrument de promotion politique fédérale en faveur de la conser-vation patrimoniale.

15Dans la troisième version du texte, qui date de juillet 1952, Frontenac a remplacé Champlain en tant que premier artisan du site et le propos est à nouveau orienté vers les étapes de la construction du site, donnant même le détail du prix qu’a coûté la citadelle16. Entre cette proposition et la quatrième et dernière version du texte de la plaque, un échange épistolaire entre la Commission et le Ministère de la défense nationale permettra de mettre en évidence le fait que ce dernier confondait deux projets, 1) une plaque qui insisterait sur l’histoire et l’importance générale de la Citadelle et 2) une plaque qui soulignerait de manière détaillée le travail de restauration entrepris depuis 1932. Selon l’avis de la Commission, la première relève de sa responsabilité, tandis que la seconde incombe au Ministère de défense. Il existe peu d’explications dans les textes en ce qui concerne cette confusion et la responsabilité réelle de l’un ou l’autre des protagonistes. Toujours est-il que, à partir de cette date, la Commission ne s’occupera plus de décrire les étapes de rénovation du site et se consacrera à l’histoire de la Citadelle toujours en collaboration avec le Ministère. Le texte de la quatrième version de la plaque – qui sera apposée sur les murs de la citadelle – est accepté en mars 1954 et ne comporte plus de mention de rénovation des murs. Ce texte est dû à un membre du Ministère, le Colonel Stacey, et diffère peu de la troisième proposition, à ceci près qu’il n’y a plus mention du « Régime français » mais de Chaussegros de Léry, artisan des fortifications17. La version qui existe aujourd’hui en est encore une autre, apposée en 1972. À cette date, le nouveau texte condense les informations de la précédente, en y ajoutant des éléments qui inscrivent l’édifice dans son environnement physique (sur le Cap-au-Diamant) et pointent son utilisation contemporaine (Résidence du Gouverneur général). Par rapport aux précédents textes, la perspective historique s’est déplacée, mettant en valeur son usage politique contemporain dans la ville et ne retenant plus que deux noms, celui de son ingénieur moderne au XIXe siècle, et celui de son premier artisan au XVIIe siècle. Ce long processus d’élaboration du texte d’une plaque vient éclairer le lien profond qui existe entre marquage historique et appropriation du territoire, ainsi que la relation qui existe aussi entre histoire publique et construction d’une histoire nationale dont on veut maîtriser les éléments qui deviendront publics. Même si ces textes n’inventent pas à proprement parler d’événements historiques et s’appuient sur des faits avérés, l’opération de sélection et d’interprétation des caractéristiques du site se fait selon un agenda bien précis, à savoir le point de vue national d’après l’avis de la Commission. Autrement dit, le fait de raconter l’histoire d’un pays dans l’espace public constitue un élément déterminant de l’affirmation d’une administration et d’un pouvoir, lui-même travaillé par les acteurs sociaux dans ce même espace.

16Dès lors qu’elle « descend dans la rue », l’histoire est soumise à des processus de reconfiguration, de réécriture et elle participe à son tour à la modification de la perception de l’espace urbain. Ainsi, la patrimonialisation n’agit pas tant sur la réalité du bâti et de la ville que sur la perception que les acteurs en ont. Elle est un outil de transformation du regard porté sur la ville et sur son espace symbolique, quitte à faire de la ville le musée artificiel d’un passé fantasmé.

Haut de page

Notes

1 Chaké Matossian, Espace public et représentations, Bruxelles, Editions La Part de l’œil, 1996, p. 10.
2 Alain Dautriat, Yann Le Pichon, Guide des plaques commémoratives sur les murs de Paris, Editions l’Inventaire, 1999, p. 5.
3 Perla Serfaty-Garzon, « L’appropriation », in Marion Segaud, Jacques Brun et Jean-Claude Driant (dir.), Dictionnaire critique de l’habitat et du logement, Paris, Armand Colin, 2003, p. 28.
4 Vincent Deschambre, « Appropriation et marquage symbolique de l’espace : quelques éléments de réflexion », Séminaire en ligne, 2002.
5 Alain Dautriat, Yann Le Pichon, op. cit., p. 8.
6 Sites historiques du Canada. Dotés de plaques commémoratives sur l’avis favorable de la Commission canadienne des Sites et Monuments historiques (Reproduit de l’annuaire du Canada, 1938), Ministère des Mines et des Ressources, Division des Terres, Parcs et forêts Bureau des Parcs nationaux, Ottawa, Canada, 1938, p. 3.
7 « Rapport Massey », in Archives nationales du Canada, fonds RG 37, vol. 395, 1951, p. 7.
8 Sites historiques du Canada. Dotés de plaques commémoratives sur l’avis favorable de la Commission canadienne des Sites et Monuments historiques (Reproduit de l’annuaire du Canada, 1938), op. cit., p. 3.
9 « Rapport Massey », in Archives nationales du Canada, fonds RG 37, vol. 395, 1951, p. 3.
10 Idem, p. 5.
11 « Rapport Massey », in Archives nationales du Canada, op. cit., p. 8.
12 Idem, p. 6.
13 Ibidem, p. 7.
14 Ainsi, le premier texte de la plaque est le suivant : « On this strategic site, in 1620, Champlain built a fort which was replaced later by a fortified enclosure. A citadel, erected by Governor Haldimand in 1779, was reinforced subsequently by various defence works. The present citadel, after plans approved by the Duke of Wellington, was built between 1823 and 1832. It was garrisoned by Imperial troops until October 1871, when their duties were taken over by the Canadian army. » In « Commission des lieux et monuments historiques nationaux du Canada », Archives nationales du Canada, RG 37, Vol. 395, Supplementary Agenda, Quebec, May 27-30 1952.
15 À cette date, le texte de la plaque est le suivant : « In 1620 the first fort was built here by Champlain. Construction of the Citadel began under Governor Haldimand in 1779. The present citadel was commenced in 1820 and completed in 1832. During the years 1932-35, extensive restorations were carried out as an unemployment relief project under the direction of the Royal Canadian Engineers. From 1947 restoration was continued and several of the buildings were completeley renovated while honourable Brooke Claxton, D.C.M. was Minister of National Defence ». In « Commission des lieux et monuments historiques nationaux du Canada », Archives nationales du Canada, RG 37, Vol. 395, Supplementary Agenda, Quebec, May 27-30 1952.
16 Le texte est modifié pour cette version : « The site of the Citadel was first fortified in 1693 by Frontenac, who built the stone « cavalier » which, though greatly altered, still stands in the King’s Bastion. The present Citadel was built in 1820-31 on the recommendation of the Duke of Wellington. It was designed by Lt.-Col. E.W. Durnford, Commanding Royal Engineer in Canada, and cost the British Treasury about £236,500. It incorporates a portion of the city wall built during the last decade of the French régime. » In « Commission des lieux et monuments historiques nationaux du Canada », Archives nationales du Canada,, RG 37, Vol. 395, Supplementary Agenda, Quebec, Juillet 1952.
17 Le texte, finalement apposé en 1954 sur les murs de la citadelle, est : « The site of the citadel was first fortified in 1693 by Frontenac, who built the stone « cavalier » which, though greatly altered, still stands in the King’s Bastion. The present Citadel was built in 1820-31 on the recommendation of the Duke of Richmond (Governor-in-Chief 1818-19) and the Duke of Wellington. It was designed by Lt.-Col. E.W. Durnford, Commanding Royal Engineer in Canada, and cost the British Treasury about £236,500. It incorporates the oldest part of the city walls, built by the elder Chaussegros de Léry in 1720. » In « Commission des lieux et monuments historiques nationaux du Canada », Archives nationales du Canada, RG 37, Vol. 395, Supplementary Agenda, Quebec, Mars 1954.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Dutour, « Les plaques commémoratives », Socio-anthropologie [En ligne], 19 | 2006, mis en ligne le 31 octobre 2007, consulté le 25 avril 2017. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/603

Haut de page

Auteur

Juliette Dutour

Université Laval / EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Publications de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Revues.org